Islamo-gauchisme/gauchiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Islamo-gauchisme/gauchiste

Message  MO2014 le Ven 10 Avr - 21:12

L'utilisation d'un concept relativement récent (début des années 2000), l'islamo-gauchisme,  s'est répandu dans les milieux d’extrême droite (qui utilisent aussi "islamo-racailles"), chez les les sionistes et les laïques du type Marianne dans le but de caractériser la lutte contre l'islamophobie des partis comme le NPA, d'un organisation décoloniale comme le PIR ou les journalistes comme Edwy Plenel ou Alain Gresh... etc. Voici ce que dit Laurent Lévy en 2010 à propos de l'origine du concept et de son utilisation.

Aux sources de l’islamogauchisme
Retour sur les origines d’un courant politique


par Laurent Lévy, 29 janvier 2010

À partir de 2003-2004, au fur et à mesure que s’est amplifiée la campagne contre les élèves voilées, un vague consensus national s’est construit autour du principe de la prohibition, mais cela n’est pas allé sans résistance. Et ce sont précisément ces résistances qui ont été qualifiées du délicat sobriquet d’ « islamo-gauchiste »...

Premières concernées par cette campagne, les personnes issues de l’immigration coloniale et postcoloniale, ces « immigrés » de première, deuxième et troisième « génération » ont ainsi globalement et massivement été antiprohibitionnistes – mises à part certaines exceptions anecdotiques systématiquement mises en avant par les médias. Déjà montrés du doigt et frappés par les politiques sécuritaires, victimes de discriminations et d’exclusions de toutes sortes, premières cibles des violences policières, ces « indigènes » des deux sexes, qu’ils soient ou non « croyants », comprenaient spontanément que cette campagne était dirigée contre eux ; qu’il s’agissait, à travers leur religion de référence, même s’ils ne s’en réclamaient pas eux-mêmes [1] d’une stigmatisation de plus.

Mais ils n’étaient pas seuls. Nombre de militants « blancs » partageaient leur refus de la prohibition et analysaient le projet de loi comme étant à la fois sexiste et raciste, en ce qu’il visait spécifiquement des jeunes femmes et en leur seule qualité de musulmanes. Ces antiprohibitionnistes, d’abord isolés et submergés par l’hégémonie du discours ambiant, devaient rapidement trouver des points de ralliement pour produire un autre discours. Dès avant la rentrée scolaire 2003, diverses tribunes ou pétitions circulaient sur Internet et dans certains milieux militants – notamment la pétition intitulée « Oui à la laïcité, non aux lois d’exception » [2], diffusée sur son site Internet par le collectif « Les Mots Sont Importants ». Deux autres appels, qui développaient de manière voisine leur argumentation antiprohibitionniste, devaient assez vite se fédérer, et c’est ainsi qu’après plusieurs réunions informelles se constituait à l’échelle nationale le « Collectif une école pour toutes et tous », dont l’objet était de s’opposer au projet de loi par différents modes d’action, allant de la publication de textes à la manifestation de rue, en passant par l’organisation de débats publics. Le film documentaire réalisé par un militant du collectif, Jérôme Host, et intitulé Un racisme à peine voilé, servit d’appui à cette campagne. Quelque temps plus tard était créé le « Collectif des féministes pour l’égalité » http://cfpe.over-blog.org/

L’une des caractéristiques de ces collectifs est qu’ils rassemblaient des militantes et des militants dont les références intellectuelles et culturelles étaient très variées, des mécréants et des religieux d’origines diverses et d’horizons politiques différents. Ils constituèrent des lieux de rencontre tout à fait inaccoutumés, des lieux de convergences, d’intelligence collective, d’imagination, de réflexions, de confrontations et d’enrichissement mutuel d’une grande intensité.

Les idéologues du parti prohibitionniste trouvèrent cet assemblage trop hétéroclite pour être honnête et cherchèrent une caractérisation politique à ces collectifs pas comme les autres qui prétendaient que l’école devait être pour toutes et tous. Derrière tout cela ils eurent tôt fait de flairer l’odeur de soufre de Tariq Ramadan – depuis quelque temps constitué en ennemi public numéro un par la plupart des médias. Ce dernier, qui n’était pour rien dans l’initiative, avait en effet été en étroite relation avec les fondateurs du Collectif des musulmans de France, partie prenante du Collectif une école pour toutes et tous, et continuait à faire pour nombre d’entre eux figure de référence intellectuelle. Pour charger le trait, ils décrétèrent que le Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB), mouvement notoirement séculier, était désormais contaminé par l’intégrisme – ce qui fit bien rire dans les cages d’escalier. Et pour les personnalités de la gauche radicale n’ayant rien à voir ni de près ni de loin avec l’islam, ils répandirent l’idée que les « islamistes » avaient trouvé pour complices, ou pour « idiots utiles » [3], quelques « gauchistes » en mal de combat tiers-mondiste.

Ils introduisirent donc dans le vocabulaire politique un nouveau syntagme : on avait affaire avec ce collectif à un complot « islamogauchiste », néologisme calqué sur la vieille expression stalinienne « hitlérotrotskiste ». Il est difficile de retracer l’origine de cette nouvelle expression, qui semble avoir été d’abord utilisée par les intégristes laïques de l’UFAL et de la feuille électronique Res Publica, mais le fait est qu’elle s’est répandue comme une traînée de poudre dans de larges secteurs de la mouvance prohibitionniste, et a été reprise telle quelle par des auteurs aussi « divers » que Alain Finkielkraut, Pierre-André Taguieff ou Caroline Fourest.

Bien au-delà des membres du Collectif une école pour toutes et tous, cette appellation en vint à désigner la plupart des antiprohibitionnistes, autrement stigmatisés comme « provoile », et en particulier les signataires de la pétition « Oui à la laïcité, non aux lois d’exception » accusés de « faire alliance » avec ce que le parti islamophobe qualifiait en vrac « d’extrême droite islamiste ». Cette dernière expression était forgée à la faveur d’un nouveau glissement sémantique permettant d’y englober à peu près n’importe quel courant culturel, politique ou religieux se réclamant de l’islam, et de confondre dans une même stigmatisation des organisations vaguement réactionnaires comme l’Union des organisations islamiques de France, d’autres qui l’étaient franchement, comme le Parti des musulmans de France [4] de Mohamed Latrèche, et des mouvements ouverts au dialogue et dans l’ensemble plutôt « progressistes » comme le Collectif des musulmans de France.

Or, il se trouve que la grande réunion qui devait déboucher sur la création du Collectif une école pour toutes et tous, réunion organisée par diverses organisations musulmanes « citoyennes » et à laquelle étaient invités un certain nombre de militantes et de militants de la gauche radicale, fut précisément organisée le jour même où Mohamed Latrèche menait à Paris une manifestation « provoile » à laquelle, par hypothèse, ceux qui allaient devenir les militants du collectif s’abstinrent de participer [5].

Lors des manifestations plus tard organisées par le collectif, certains prohibitionnistes firent courir le bruit qu’il s’agissait là de défilés de « voilées encadrées par des barbus ». Fort heureusement, il existe des images pour rétablir la vérité de ces cortèges joyeux où hommes et femmes de tous âges, voilées et non voilées, musulmans et non musulmans, membres ou non du collectif, défilaient côte à côte sur des mots d’ordres communs [6].

Ainsi, parallèlement à la chasse à « l’intégriste », la chasse à « l’islamogauchiste » était ouverte. On se mit à les traquer et à les dénoncer à longueur de colonnes, visant tour à tour Pierre Khalfa ou Annick Coupé, en passant par Michel Tubiana, Patrick Braouezec, José Bové ou Alain Gresh, la majorité du MRAP ou les organisateurs du Forum social européen.

Dans cette chasse à l’islamogauchiste, l’un des outils fétiches des ultras fut la censure. On ne compte plus les cas dans lesquels la projection du film Un racisme à peine voilé fut interdite d’une manière ou d’une autre, les salles mises à disposition des collectifs pour une telle initiative leur étant retirées inopinément à la suite de pressions du parti prohibitionniste. Ce fut le cas à Bagnolet, municipalité communiste, à la demande d’élus des Verts. Il ne peut jamais être question d’une projection à Montreuil [7] ou à Garges-lès-Gonesse. À l’université de Paris VIII (Saint-Denis) l’administration coupa le courant dans l’amphithéâtre où la projection était prévue. Sans doute aucun film, depuis la grande époque du porno clandestin, n’avait autant provoqué la fureur des censeurs. Les ultras le qualifiaient de « film pyromane » au motif sans doute qu’il risquait, selon eux, de mettre le feu aux banlieues en faisant témoigner des filles voilées victimes d’exclusion scolaire et en montrant des militantes et militants apportant témoignages et analyses [8]. Mais partout où il put être diffusé – et il y eut plusieurs dizaines de représentations – il connut un succès certain et suscita de passionnantes discussions, permettant souvent de comprendre et de faire partager la posture antiprohibitionniste. C’est sans doute cela que les très républicains censeurs voulaient éviter.

L’un des avantages de ce nouveau certificat d’infamie, « islamogauchisme », était que comme « hitléro-trotskysme », il était conçu pour comporter dans son libellé même une dénonciation sous couvert de caractérisation. Il renforçait l’idée du « complot islamiste » et leur prétendue alliance avec les intégristes devait faire obstacle à toute discussion avec les militants de la gauche radicale. La passion « laïque » était devenue croisade. En même temps que la gauche antiraciste ou la gauche féministe, c’est l’ensemble des secteurs de la gauche radicale qui se trouvait ainsi mis en demeure de choisir son camp.
P.-S.

Ce texte est extrait du fort recommandable livre de Laurent Lévy, La gauche, les Noirs et les Arabes.
Notes

[1] À cet égard, on peut sans hésiter qualifier de mensongère l’affirmation par Bernard Teper, président de l’UFAL, qui déclarait devant la commission Stasi :

« Nous pouvons dire […] que la majorité des personnes d’origine maghrébine sont favorables à la loi car elles demandent d’être protégées des pressions intégristes. » Ces personnes en effet, quelle que soit leur relation avec l’islam, n’adhèrent généralement pas à la théologie de bazar du parti prohibitionniste qui fait du « foulard » un emblème « intégriste ».

[2] Le quotidien Libération, malgré un prohibitionnisme radical, accueillit ce texte en transformant le titre en « Oui au foulard à l’école laïque » —titre permettant de qualifier les signataires de « pro-voile » malgré les termes exprès du texte qui disait « nous ne sommes pas des partisans du voile » et continuait en précisant : « Nous sommes simplement partisans d’une école laïque qui œuvre à l’émancipation de tous et non à l’exclusion. »

[3] Cette expression, tirée par les prohibitionnistes de la rhétorique anticommuniste, désignait dans les années 1950 les « compagnons de route » du PCF. Elle est devenue quasi rituelle dans la dénonciation des militantes et militants de la gauche antiprohibitionniste.

[4] Le PMF, dont la base principale se trouve à Strasbourg, est une organisation très marginale dans le « paysage islamique français », d’orientation sectaire–d’aucuns diraient « communautariste » – et dont les thèmes flirtent volontiers avec l’idée de la séparation des musulmans de la communauté nationale et qui ne recule pas devant la rhétorique antisémite et la provocation. Il tient souvent lieu d’épouvantail pour les islamophobes, sans considération pour son peu d’influence réelle. Sur les différents courants de l’islam de France, voir Bernard Dréano, op. cit.

[5] Cela n’empêchera pas Caroline Fourest d’écrire que cette réunion était organisée « en marge » de la manifestation du PMF. Caroline Fourest, La Tentation obscurantiste, Grasset 2005).

[6] Certains extraits du film précité de Jérôme Host, Un racisme à peine voilé, en donnent une belle illustration..

[7] Ville dont le député-maire était Jean-Pierre Brard, l’un des champions de la loi tendant à l’exclusion des lycéennes voilées de l’école publique.

[8] Le rôle de l’UFAL de Bernard Teper dans cette campagne de censure est souligné par Joan Scott, The politics of the veil, 2008
http://lmsi.net/Aux-sources-de-l-islamogauchisme


Dernière édition par MO2014 le Ven 10 Avr - 22:50, édité 1 fois

MO2014

Messages : 1222
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum