Lutte ouvrière

Page 2 sur 13 Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Ven 28 Nov - 9:30

gérard menvussa a écrit:Je ne crois pas que tu sois en mesure de me donner des leçons. Cela te permet au moins de ne pas répondre...

Répondre à des petites phrases haineuses et sans sens ?
Ce que je constate c'est bien que l'ensemble de la gauche révolutionnaire a été incapable d'être plus séduisante pour des milliers de jeunes révoltés autour de la méditerranée que des djihadistes.

Que ça gratte et qu'on préfère attaquer les personnes qui font ce constat ressort d'une triste façon de débattre.

Rappelons ce que j'ai dit avant que notre ami Mensu cherche à attaquer les personnes et puisqu'il est strictement incapable de reconnaitre les faits :

... Les seuls à avoir pu faire vivre dans quelques pays une logique internationaliste chez des milliers de jeunes révoltés ce sont certains courants de l’islamisme politique..
Et pour ce qui est de l'article de LO :

Il y a là des éléments à compléter dans la compréhension de ce qui se passe  et non se contenter de commenter des infos.
La compréhension à minima que le monde a raccourci existe en pointillés, mais ne prend pas assez en compte la nécessité d'une analyse de classe des sociétés (dont la France fait partie) qui font partie de l'espace méditerranéen et proche oriental qui ont bousculé l'ordre des choses ces dernières années. ... et donc penser une stratégie à hauteur.

Des milliers de jeunes en France trouvent plus séduisants l'EIL que les baraques nationales du gauchisme, cela impose des éléments puissants de critique et d'auto-critique. Les jeunes révoltés ne se dirigent pas vers ceux qui leur ont craché dessus.... Surprise ?

La critique n'est pas celle seulement de LO. Le reste est pire sauf le NPA qui est mieux placé en matière d'internationalisme mais reste marqué par une pensée étroite, une incompréhension des évolutions des classes dans l'espace méditerranéen et proche oriental et a donc des difficultés à comprendre ce qui relie l'ensemble des secousses de ces dernières années, présentes et à venir.

On traite toujours l'ensemble de la région comme si c'était seulement du cas par cas, avec impressionnisme, comme si c'était des sociétés arriérées du point de vue développement des forces productives, notamment de la composante humaine des forces productives.

Cela vient de l'ignorance du gauchisme européen .
L'analyse des classes en présence, leurs qualités,  c'est le b a ba qui permet d'aborder les questions plus politiques, des forces politiques à l’œuvre.


L’ignorance conduit également des pannes stratégiques, une incompréhension du monde qui fait prendre du retard sur des forces réactionnaires qui démontrent elles que :

1) les frontières nationales d'une série de pays n'ont pas été tant intériorisées que cela dans les plus grandes masses
2) que l'internationalisme a pu percer, le malheur c'est que ce sont des forces ultra-réacs qui l'utilisent...
3) la nécessité  d'une stratégie à hauteur des défis rencontrés et, quand on parle d'Europe, réussir à comprendre que l'épicentre des affrontements de classe intègre tout l'espace méditerranéen et que donc la question de parler des états unis socialistes d'Europe n'est peut être pas la meilleure façon de donner des orientations long terme actuellement.
4) direction révolutionnaire sur la région, etc... continuer de faire des efforts pour réunir les forces révolutionnaires de la région (dont LO... Embarassed ) et continuer d’insuffler dans les groupes révolutionnaires une pensée plus intégrée de la région.

Pour le reste et les attaques persos, mensu se trompe : ce n'est pas en cherchant à attaquer des militants dont il ne connait rien qu'il ira quelque part ni qu'il démontre quelque chose...
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Ven 28 Nov - 13:25

Que ça gratte et qu'on préfère attaquer les personnes qui font ce constat ressort d'une triste façon de débattre.
Ca gratte ? Je ne vois rien qui "gratte" dans ce que tu dis. Mais prétendre que
l'ensemble de la gauche révolutionnaire a été incapable d'être plus séduisante pour des milliers de jeunes révoltés autour de la méditerranée que des djihadistes
Ressort d'une analyse impressionniste qui n'aide en rien à avancer dans la situation compliquée qui est celle "autour de la méditerrannée".

Quand à la maniére de débattre, j'ai toujours trouvé ridicule que des gens cognent comme des malades, et ensuite s'étonnent qu'on ne leur réponde pas de façon aimable.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Sam 29 Nov - 21:55

gérard menvussa a écrit:
Que ça gratte et qu'on préfère attaquer les personnes qui font ce constat ressort d'une triste façon de débattre.
Ca gratte ? Je ne vois rien qui "gratte" dans ce que tu dis. Mais prétendre que
l'ensemble de la gauche révolutionnaire a été incapable d'être plus séduisante pour des milliers de jeunes révoltés autour de la méditerranée que des djihadistes
Ressort d'une analyse impressionniste qui n'aide en rien à avancer dans la situation compliquée qui est celle "autour de la méditerrannée".

Quand à la maniére de débattre, j'ai toujours trouvé ridicule que des gens cognent comme des malades, et ensuite s'étonnent qu'on ne leur réponde pas de façon aimable.

Ca ne t'interroge pas que des jeunes par milliers, en Europe, trouvent plus séduisants l'internationalisme de EIL que les mantras  nationalo-centrés de la gauche révolutionnaire européenne ?

Moi, ça m'interroge (et ne m'étonne hélas pas trop vu l'absence de remise en cause de visions du monde complétement dépassées) et m'inspire pour construire, comme d'autres, la contre-offensive.

LO a tous les moyens pour participer à cette contre-offensive, comme d'autres, mais ça ne se fait pas avec des discours complaisants mais en construisant les analyses et concepts stratégiques à hauteur d'une société qui change au galop et a déjà changé profondément.

Même en frappant avec énergie je ne doute pas des capacités de LO et ses militants de participer aux inflexions nécessaires pour construire une stratégie vers le pouvoir de la classe ouvrière.
Les défis rencontrés sont violents et vont mettre en branle les tréfonds de nos sociétés. Je suis confronté dans mes orgas syndicales à un courant néo-stals mais dont les militants sont indiscutables sur la carte des classes. C'est donc une question encore plus lointaine que la proximité avec LO. Mais ce qui compte est évidemment l'analyse, la compréhension des rapports de force, les évolutions sur le fond des classes et les appariements ne sont pas forcement ceux que l'on croit.

Je ne serai pas le dernier à estimer que les choses sont complexes et entremêlées sur la question de la présence de milliers de jeunes révoltés à la recherche de batailles de résistance à l'injustice . Leurs manips par des forces réactionnaires illustrent les manquements de notre camp, il faut le rappeler.

Je rappellerai simplement qu'il a fallu se battre pendant un moment pour que la gauche révolutionnaire frenchie se réveille et se dise qu'il se passe quelque chose (de 2009 le soulèvement iranien à la mi-2011).
Mais toujours avec une absence d'analyse des classes en présence, alors que c'est une vieille tradition du mouvement ouvrier que d'analyser les classes en présence, les couches sociales qui les composent, leur niveau de connaissance, d'instruction, etc, pour savoir ce à quoi il faut s'attendre.

Ensuite sur la question de la région du monde dans laquelle nous sommes, il y a une situation qui se rapproche de plus en plus (classes en présence, niveaux d’instruction, niveaux de vie, capacités à échanger, etc) et également des vies de plus en plus communes, des boites avec des dizaines de nationalités (la mienne 23, mais il y a une boite d'offshore pétrolier en bas avec 40 nationalités pas loin), des échanges de plus en plus étroits (ça fait longtemps qu'on a plein de médecins algériens, marocains, syriens, palestiniens, jordaniens, etc dans les CH français et évidemment dans le sud de la France), il y a des secousses de plus en plus importantes avec des surgissements brusques de migrations. Exemple : d'un coup on se retrouve avec des milliers de jeunes portugais émigrés dans ma zone qui viennent pour survivre et chercher un emploi, sur une ville de 20 000 habitants et un bassin d'emplois de 50 000 travailleurs.

Les choses changent au galop, les frontières se rapprochent, aussi mortelles et hideuses soit-elles. Le prolétariat urbain et la classe ouvrière deviennent surpuissante=s numériquement dans tout l'espace méditerranéen et proche oriental, les batailles se développent et déséquilibrent cette énorme région du monde dont l'Europe du sud fait partie, tout ce qui pourra armer nos militants (et le "nos" comprend LO evidemment, est utile et vital.

Mais ça ne se fait pas par la complaisance.


Dernière édition par Copas le Sam 29 Nov - 22:12, édité 1 fois
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Sam 29 Nov - 22:08

les mantras nationalo-centrés de la gauche révolutionnaire européenne ?
Peut tu me donner des exemple de "mantra nationalo centré" de la "gauche révolutionnaire européenne" Moi, j'ai un probléme : déja j'ai du mal à voir ce que signifie la "gauche révolutionnaire européenne" : par exemple, le npa n'en fait pas partie et n'en a fait jamais parti ! Effectivement, comme ils se sont totalement planté, les "révolutionnaires" auto proclamés se sont dit qu'il y avait un os à ronger... Mais entre ronger ce qu'il reste du cadavre décomposé du npa (c'est à dire, soyons clair, pas grand chose) et avancer dans la construction d'une perspective révolutionnaire, il y a plus qu'un saut qualitatif. Que tes propositions (quand il y avait proposition) et celles de l'ensemble des "révolutionnaires" (autoproclamés) n'ont jamais permis de franchir...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Sam 29 Nov - 22:17

gérard menvussa a écrit:
les mantras nationalo-centrés de la gauche révolutionnaire européenne ?
Peut tu me donner des exemple de "mantra nationalo centré" de la "gauche révolutionnaire européenne" Moi, j'ai un probléme : déja j'ai du mal à voir ce que signifie la "gauche révolutionnaire européenne" : par exemple, le npa n'en fait pas partie et n'en a fait jamais parti ! Effectivement, comme ils se sont totalement planté, les "révolutionnaires" auto proclamés se sont dit qu'il y avait un os à ronger... Mais entre ronger ce qu'il reste du cadavre décomposé du npa (c'est à dire, soyons clair, pas grand chose) et avancer dans la construction d'une perspective révolutionnaire, il y a plus qu'un saut qualitatif. Que tes propositions (quand il y avait proposition) et celles de l'ensemble des "révolutionnaires" (autoproclamés)  n'ont jamais permis de franchir...

Tu parles pour toi là ?

Fais un effort pour argumenter.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Roseau le Sam 29 Nov - 22:34

gérard menvussa a écrit:Moi, j'ai un probléme : déja j'ai du mal à voir ce que signifie la "gauche révolutionnaire européenne" : par exemple, le npa n'en fait pas partie et n'en a fait jamais parti !  
Distinguer la gauche révolutionnaire de la gauche réformiste
est l'abc du marxisme révolutionnaire.
Donc pour le NPA, c'est très clair, depuis ses principes fondateurs:
Une domination de classe ne peut pas être éliminé par voie de réformes. Les luttes peuvent permettre de la contenir, de lui arracher des mesures progressistes pour les classes populaires, pas la supprimer.  En 1789, la domination de la classe privilégiée de l'Ancien Régime n'a pas été abolie par des réformes. Il a fallu une révolution pour l'éliminer. Il faudra une révolution sociale pour abattre le capitalisme.

Elle implique donc nécessairement un changement des rapports de propriété, social et institutionnel, qui rejaillit sur tous les aspects de la vie en société.  Notre choix pour y parvenir mise exclusivement sur l’expression et la mobilisation majoritaire. Tout en annonçant clairement à l’avance que nous chercherons à organiser l’auto-défense des travailleurs, pour que le coup d’État militaire et la répression massive qui ont eu lieu au Chili en 1973 ne puissent pas se reproduire.

L'ancienne direction du NPA a tourné le dos à ces principes,
la démocratie interne a permis de la mettre en minorité.
et heureusement la majeure partie est partie pantoufler dans le FdG.

Mais il reste encore à faire pour faire du NPA l'embryon du parti révo indispensable.
Le prochain congrès peut y pourvoir, comme le propose la plateforme 3
défendue par deux courants:

"Dans le cadre du débat stratégique et programmatique qui s’ouvrira à partir de ce congrès, le NPA devrait pouvoir avancer dans une série de clarifications. La transformation révolutionnaire de la société, c’est la révolution socialiste ; la rupture avec les institutions, c’est le renversement de l’État et son remplacement par un pouvoir des travailleurs basé sur des organes de démocratie ouvrière et populaire. Les travailleurs ont à y jouer un rôle central, car ce sont eux qui ont les moyens de bloquer l’économie par la grève générale et d’ouvrir ainsi la possibilité de la prise du pouvoir. Notre objectif à long terme est celui d’une société communiste, débarrassée de toute forme d’exploitation et d’oppression, capable d’en finir avec la destruction systématique de la nature ainsi qu’avec la division entre travail intellectuel et travail manuel
."


Dernière édition par Roseau le Dim 30 Nov - 13:43, édité 1 fois
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Dim 30 Nov - 10:37

Distinguer la gauche révolutionnaire de la gauche réformiste
est l'abc du marxisme révolutionnaire.
Donc pour le NPA, c'est très clair, depuis ses principes fondateurs
Non : ce qui est clair dans le npa (et y compris dans ses "principes fondateurs") c'est que c'était un "parti non délimité", c'est a dire ouvertement "centriste". Dire le contraire reléve de la plus mauvaise foi, voir de l'imposture intellectuelle.
Cela dit, on est censé parler de LO, là... Tout aussi centriste, de mon point de vue (mais elle ne le reconnais pas, ce qui ne change pas grand chose si on part d'une analyse matérialiste de la situation)
Peut tu me donner des exemple de "mantra nationalo centré" de la "gauche révolutionnaire européenne"
Evidemment, Copas botte en touche... Mais la aussi pour en revenir à lutte ouvriére, il n'y a pas de raison pour que la situation propre à la france fasse forcément que l'union communiste (trotskyste) soit le seul village d'irréductibles gaulois marxistes révolutionnaires qui résiste encore et encore. Il me semble symptomatique que la seule force d'extréme gauche européenne qui soit analysé dans "lutte de classe" soit le ptb, en oubliant de façon assez significative les luttes ouvrieres d'espagne ou du portugal !
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Roseau le Dim 30 Nov - 13:52

Ni le NPA ni LO ne se sont jamais définis comme "centristes".
Concernant les principes fondateurs du NPA,
voici un extrait, déjà cité hier, que Menvusa n'a pas lu
(souligné cette fois pour faciliter la lecture)

Une domination de classe ne peut pas être éliminé par voie de réformes. Les luttes peuvent permettre de la contenir, de lui arracher des mesures progressistes pour les classes populaires, pas la supprimer.  En 1789, la domination de la classe privilégiée de l'Ancien Régime n'a pas été abolie par des réformes. Il a fallu une révolution pour l'éliminer. Il faudra une révolution sociale pour abattre le capitalisme.

Elle implique donc nécessairement un changement des rapports de propriété, social et institutionnel, qui rejaillit sur tous les aspects de la vie en société.  Notre choix pour y parvenir mise exclusivement sur l’expression et la mobilisation majoritaire. Tout en annonçant clairement à l’avance que nous chercherons à organiser l’auto-défense des travailleurs, pour que le coup d’État militaire et la répression massive qui ont eu lieu au Chili en 1973 ne puissent pas se reproduire
L'intégralité des Principes Fondateurs est ici:
Principes Fondateurs
http://www.npa2009.org/content/principes-fondateurs-du-nouveau-parti-anticapitaliste-adopt%C3%A9s-par-le-congr%C3%A8s
Reste à mieux les respecter, un des enjeux du Congrès qui vient.

.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Dim 30 Nov - 22:27

je connais les principes fondateurs par coeur ! Et dire qu'il faudra une "révolution" pour abattre le capitalisme peut parfaitement etre dit par un groupe centriste. Je connais aussi les "principes fondateurs" du psu et du pcf de la grande époque, et ils ne le cédaient en rien, question "affirmation révolutionnaire". Le pcf défendait même jusqu'a une date finalement assez récente la "dictature du prolétariat".
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Roseau le Lun 1 Déc - 0:22


Pour Gérard, LO, qu'il connait bp mieux que la plupart des lecteurs du forum,
n'est pas une orga révo.
Il serait intéressant qu'il explique ce qui,
dans son programme, ou plutôt sa pratique, en fait une orga réformiste.


Dernière édition par Roseau le Lun 1 Déc - 0:52, édité 5 fois
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Lun 1 Déc - 0:28

Tout ça sonne comme un mantra ! Je n'ai jamais compris les gens qui voulaient se rassurer en se proclamant "révolutionnaire".

D'autant qu'on est sur le fil consacré à lutte ouvriére. Lutte ouvriére qui n'a jamais mis de coté un verbiage et des "principes" révolutionnaires. Malheureusement avec un coté trés "conservateur" qui a ses avantages (on garde aussi le meilleurs) mais aussi ses inconvénients (on reste bloqué sur un passé révolu)

Jusqu'a preuve du contraire, on ne peut pas dire que l'union communiste (trotskyste) se porte comme un charme...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Roseau le Lun 1 Déc - 0:53

gérard menvussa a écrit:dire qu'il faudra une "révolution" pour abattre le capitalisme peut parfaitement etre dit par un groupe centriste. Je connais aussi les "principes fondateurs" du psu et du pcf de la grande époque, et ils ne le cédaient en rien, question "affirmation révolutionnaire". Le pcf défendait même jusqu'a une date finalement assez récente la "dictature du prolétariat".

Tout à fait d'accord pour mener la bagarre contre les politiciens de fait réformistes.
C'est comme cela que nous avons, au lendemain de 68,
rallié ceux qui dans le PSU étaient révolutionnaires.
Bien des orgas ont pu se proclamer révolutionnaires et faire le contraire.

Le NPA lui-même n'est pas passé loin du désastre....
L'important, dans la crise en cours,
c'est que le NPA, malgré toutes les pressions diverses,
n'ait pas sombré dans la trahison de ses principes:
le refus de réformisme et l'affirmation on ne peut plus ferme
de la nécessité d'une révolution sociale.
Il a fallu pour cela que la direction réformiste issue de sa création,
et qui a empêché son dévelopement, soit mise en minorité,
et termine pour l'essentiel dans le cocon du FdG (merci Mélenchon!).

Et comme toujours, la pression de l'idéologie réformiste reste intense
en France,  un des plus vieux pays de "crétinisme parlementaire".
Reste donc maintenant lors du Congrès,
à consolider l'adhésion aux principes du NPA,
la révolution sociale sans laquelle nous allons vite vers la barbarie.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Dim 7 Déc - 19:04

C’est le grand patronat qu’il faudra jeter à la rue

On aura tout vu, voilà que le patronat organise une semaine de « mobilisation » ! Gattaz, le représentant du Medef, qui regroupe des grands patrons comme Pinault, Arnault ou Dassault, parle, sans rire, de la « souffrance des patrons ».

On imagine combien les fins de mois doivent être difficiles pour ce grand patronat qui se partage les dividendes des grands groupes. On imagine la souffrance des grands actionnaires de L’Oréal qui doivent se contenter des 2,9 milliards de profits nets quand la BNP Paribas en affiche 4,8 et Total 8,4 !
Quant au PDG de Sanofi qui a gagné 8,6 millions d’euros en 2013, soit 500 années de Smic, et Bernard Arnault, le patron de LVMH appointé à 8 millions, on les voit bien dénoncer les hausses d’impôts autour d’un repas à quelques centaines d’euros.
Ces « malheureux » ne se donneront tout de même pas la peine de manifester. Le Medef ayant prévu de s’en tenir à un meeting et une pétition, il n’y a aucune chance de croiser Arnault ou Pinault dans la rue. Il faut dire qu’ils n’ont pas besoin de défiler, puisque ce sont les ministres qui défilent à chacune de leurs réunions, et qu’ils peuvent s’inviter comme ils veulent à l’Elysée.
Non, ceux que l’on a vu battre le pavé, ce sont les petits patrons, ceux du bâtiment ou de la métallurgie, qui ont répondu à l’appel de la Confédération générale des PME. Autrement dit, le grand patronat a réussi à mobiliser derrière sa cause la grande masse des petits patrons qu’il est en train d’étrangler.
Les problèmes de nombreux petits patrons confrontés à la chute de leurs carnets de commandes sont réels. Mais ils le sont d’autant plus que les grandes entreprises et les banques ne leur font pas de cadeaux. Combien d’agriculteurs, d’artisans et de petits commerçants ruinés par la concurrence des Carrefour et autres Auchan ? Combien se sont vu refuser le crédit qui leur aurait permis de traverser une mauvaise passe ?
Les grands groupes traversent la crise sans encombres parce qu’ils la font payer aux travailleurs mais aussi parce qu’ils se servent des plus petites entreprises comme d’amortisseurs en arrêtant net leurs contrats ou en leur imposant des prix cassés.
Et l’inégalité ne s’arrête pas là. Quand une PME est effectivement taxée à 30 % au titre de l’impôt sur les sociétés, les entreprises de plus de 2000 salariés ne le sont, en moyenne, qu’à 13 %, et les entreprises du CAC 40 à 8 %. Et c’est sans parler des mastodontes comme Total qui réussissent à payer zéro euro d’impôt sur les sociétés.
L’ironie de la situation est que les petits patrons donnés en exemple vont porter des revendications qui ne sont pas les leurs. Qu’est-ce que cela peut changer, pour eux, que le dimanche devienne un jour travaillé comme les autres ? La plupart des commerçants y sont même opposés car ils savent qu’ils ne pourront tenir face à la grande distribution.
Nombre de petits patrons et commerçants savent que leur sort est lié à celui des travailleurs puisque leur chiffre d’affaires en dépend. Quand il y a des licenciements dans les grandes entreprises, ils savent qu’ils finiront, eux aussi, par en payer le prix.
Mais comme tous les patrons ils se disent accablés de « charges », dénoncent le coût du travail. Comme les gros, ils voudraient pouvoir être plus libres de licencier.

C’est plus fort qu’eux parce qu’ils ont, en commun avec le grand patronat, de faire partie des privilégiés de cette économie en vivant de l’exploitation des travailleurs. Ils en vivent plus petitement et plus difficilement parce qu’ils subissent la loi du plus fort et qu’ils sont bien des fois victimes de la voracité de plus gros qu’eux. Mais c’est leur système, et ils le défendent.
Le désespoir de certains d’entre eux sert d’alibi au Medef pour arracher de nouveaux cadeaux au gouvernement. C’est le grand patronat qui tirera encore son épingle du jeu, comme il le fait depuis que la crise a éclaté.
Les grands patrons ont tout pour eux. Ils sont à la tête de grands groupes qui ont des filiales partout dans le monde. Ils ont les banquiers à leurs pieds, quand ils ne sont pas aussi banquiers eux-mêmes. Ils ont guichet ouvert auprès des pouvoirs publics, ils ont mille et un moyens de s’arranger avec le fisc. Et, bien sûr, ils ont le gouvernement pour eux.
Hollande a fait tout ce qui était en son pouvoir pour favoriser le patronat et reporter le poids de la crise sur les travailleurs eux-mêmes.
Cette semaine « patronale » risque d’accélérer encore les coups portés contre la classe ouvrière. Pour les empêcher, ce sera aux travailleurs de se mettre en action et de revendiquer pour eux, pour leurs conditions de travail et pour leur vie.

EDITORIAL DE LUTTE OUVRIÈRE 1er Décembre 2014

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Mar 9 Déc - 18:49

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/12/08/lutte-ouvriere-nathalie-arthaud-prete-pour-2017_4536369_823448.html

Déjà candidate en 2012, la porte-parole de Lutte ouvrière (LO), Nathalie Arthaud, assure être prête à porter de nouveau les couleurs de son parti pour l’élection présidentielle de 2017. « Si mes camarades me le redemandent, j’assumerai mes responsabilités », dit Mme Arthaud au Monde. Elle précise toutefois que la désignation du candidat de LO n’interviendra que fin 2015. « D’ici là, il peut se passer un tas de choses », reconnaît celle qui a eu la lourde tâche de succéder à Arlette Laguiller, candidate de LO lors de six scrutins présidentiels consécutifs, de 1974 à 2007.
Le parti trotskyste a tenu son congrès annuel, samedi 6 et dimanche 7 décembre. « En région parisienne », se contente d’indiquer sa porte-parole. L’occasion pour LO d’élire les membres de son comité central, de faire un bilan sur la situation politique et économique, et de fixer la marche à suivre pour les élections départementales et régionales en 2015. Pas de surprises majeures. « Nous restons dans notre ligne : mettre en avant une politique pour la classe ouvrière, à l’inverse des tentatives de reconstruire une alternative à gauche. Nous pensons que les travailleurs ont besoin d’un parti ouvrier », explique Mme Arthaud.
Large présence aux régionales
Après avoir présenté près de 200 listes indépendantes aux municipales, et avoir été présent dans les huits circonscriptions pour les élections européennes, LO s’apprête à partir de nouveau seul lors des prochains scrutins intermédiaires, sans passer d’accords avec le NPA ou le Front de gauche. « Le Front de gauche voit dans les frondeurs du PS et dans les écologistes leur planche de salut. Or, les dits frondeurs et les dits écologistes ne s’opposent toujours pas au gouvernement. C’est avec eux qu’il faudrait ressusciter une nouvelle gauche ? C’est une blague », raille Mme Arthaud. Le NPA, coupable à ses yeux d’avoir appelé à voter François Hollande en demandant aux électeurs de faire barrage à Nicolas Sarkozy, est lui aussi rejeté.
Lutte ouvrière, qui revendique 8000 adhérents - un chiffre constant depuis des années -, ne devrait pas être très présent aux départementales, « une élection de petits notables ». En revanche, il devrait l’être « largement » aux régionales, dont le scrutin proportionnel lui est en théorie plus favorable. « Les élections ne sont pas le principal moyen pour se faire entendre », précise toutefois Mme Arthaud, qui cite la presse d’entreprise, les banquets militants et la mobilisation dans la rue comme des relais d’expression pour son mouvement.
A l’inverse de l’ensemble des partis de la gauche radicale et de certains syndicats, Lutte ouvrière n’était néanmoins pas présent pour la manifestation contre l’austérité le 15 novembre dernier. « Nous sommes solidaires de ceux qui veulent exprimer leur colère, mais nous ne sommes pas dupes : il s’agissait d’une opération politicienne de Jean-Luc Mélenchon et de Pierre Laurent. On ne fait pas partie de cette bande-là », prévient Mme Arthaud.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/12/08/lutte-ouvriere-nathalie-arthaud-prete-pour-2017_4536369_823448.html#zYeHEufqj2Bdk0oW.99

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Mar 9 Déc - 18:59

Déjà candidate en 2012, la porte-parole de Lutte ouvrière (LO), Nathalie Arthaud, assure être prête à porter de nouveau les couleurs de son parti pour l’élection présidentielle de 2017
N'est-ce pas un peu tôt pour annoncer ce genre de choses ? Et quel intérêt ? Ne vaut-il pas mieux axer "notre" discours sur la riposte aux attaques de l'Etat et de la bourgeoisie, en zappant pour le moment ces questions électorales qui préoccupent tant les politiciens et les journalistes ? Mais peut-être que ceux du Monde n'ont retenu que ça, parce c'est ce qui les intéresse et ce sur quoi ils préfèrent mettre l'accent pour faire oublier le reste...

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Jeu 11 Déc - 1:32

Notre congrès : pour un parti ouvrier, communiste et révolutionnaire

Lutte Ouvrière a tenu son congrès annuel les 6 et 7 décembre en région parisienne. Comme chaque année, le congrès comme les assemblées générales préparatoires ont permis de faire le bilan de l'année écoulée, de revenir sur la situation économique et politique, et de définir les orientations de Lutte Ouvrière pour les mois à venir.
Le bilan militant de l'année écoulée est positif, en particulier du fait de la participation de Lutte Ouvrière aux élections municipales, présente avec 204 listes sous l'étiquette « Lutte Ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs ». C'est donc dans un plus grand nombre de villes que nous pouvons aujourd'hui développer notre activité.

La présence d'un courant communiste révolutionnaire dans les villes populaires comme dans les entreprises est un gage pour l'avenir car, comme le congrès l'a réaffirmé, il est nécessaire de reconstruire un parti ouvrier qui mette en avant les intérêts des travailleurs, des chômeurs, des retraités modestes.

Un parti qui combatte la politique antiouvrière du gouvernement

Cela fait deux ans et demi que Hollande est au pouvoir. Deux ans et demi pendant lesquels le grand patronat a fait payer la crise aux travailleurs à coups de fermetures d'usines, de licenciements, de salaires bloqués et d'aggravation de l'exploitation. Cette offensive patronale, le gouvernement l'a justifiée, secondée et aggravée. Réforme des retraites, augmentation des impôts, loi sur la flexibilité, coupes dans les services publics... le gouvernement a accumulé les réformes antiouvrières et il va continuer. En coupant d'une main les dépenses publiques de 50 milliards d'ici 2017 et en arrosant de l'autre le patronat de 41 milliards avec le pacte de responsabilité, il fait preuve d'un dévouement absolu à la bourgeoisie et d'un mépris profond vis-à-vis des classes populaires.

Un parti qui conteste l'ordre capitaliste

Mais dénoncer la politique des gouvernements de droite ou de gauche, qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau, ne suffit pas. Et dénoncer « le système politique », ou « l'UMPS », comme le fait le Front national, relève de l'imposture. C'est l'ordre économique, l'organisation capitaliste de l'économie qu'il faut remettre en cause.
Pourquoi ce chômage de masse ? Pourquoi ce marasme économique ? Pourquoi toute cette misère ? La crise de l'économie n'est rien d'autre que la faillite du capitalisme. L'économie capitaliste est injuste parce qu'elle est basée sur l'exploitation, mais elle est aussi complètement folle. D'un côté, des centaines de milliards sont engloutis dans le luxe, s'accumulent dans les paradis fiscaux et alimentent la spéculation au risque de déclencher un krach, et de l'autre, on nous explique qu'il n'y pas d'argent pour embaucher, pour soigner la population et pour construire des logements. À tel point que, sans les généreux donateurs, on ne pourrait pas faire avancer la recherche médicale !
Une nécessité pour les travailleurs du monde entier
Cette situation n'est pas propre à la France. Lors de notre congrès, toutes les interventions des camarades étrangers militant sur les mêmes bases que Lutte Ouvrière, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Belgique, en Allemagne, en Italie, mais aussi en Côte d'Ivoire, en Haïti, en Turquie et aux Antilles françaises, ont montré combien, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, l'économie s'enfonce dans le marasme.
Partout, la crise a eu pour conséquence des baisses de salaire. Partout, les droits des travailleurs ont reculé : sur la retraite, sur la santé, sur les indemnités chômage. Et partout de nouveaux projets sont en cours pour encore les diminuer. Même dans les pays où les gouvernements osent parler de reprise, comme en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, c'est une reprise de la spéculation boursière et des profits, mais pas une reprise de la production industrielle et encore moins une reprise des embauches.

Dénoncer la propagande et la domination bourgeoises

Autre point commun à tous les pays : partout, les travailleurs sont confrontés à la même propagande patronale et gouvernementale. Oubliées les responsabilités des banquiers et des capitalistes qui ont mené l'économie au bord du gouffre en 2008 et qui continuent leurs méfaits ! Oubliée la crise ! La rapacité capitaliste et la spéculation effrénée, tout cela ne compte pas ! À entendre ces messieurs, si l'économie va mal, c'est de la faute... des travailleurs, soit parce que ceux-ci auraient trop d'avantages, soit parce qu'ils seraient trop payés, soit parce qu'ils ne voudraient pas travailler.
En France, c'est une chanson que l'on connaît bien. À entendre le Medef et le gouvernement, tout serait de la faute du Code du travail, des 35 heures, de la « rigidité » du CDI ou encore du trop grand nombre de congés.

Pour le pouvoir des travailleurs

L'existence d'un parti représentant les intérêts du monde ouvrier est indispensable. Les autres partis, le Front national, les partis de droite et de gauche, jusqu'au Parti communiste qui a abandonné depuis longtemps la perspective de renverser la bourgeoisie, n'envisagent leur politique que dans le cadre du capitalisme, que dans le respect de la loi du profit et de la concurrence. Ils considèrent la propriété capitaliste comme intangible. Ils contribuent à mener les travailleurs dans l'impasse.
Au contraire, nous affirmons que les travailleurs ne sont pas voués à subir le poids de la finance et la dictature folle de ces grands groupes capitalistes qui en veulent toujours plus. La société capitaliste, en condamnant à la misère des couches de plus en plus larges de la population, est en train de pourrir sur pied, tant matériellement que moralement.
Les travailleurs sont les seuls à pouvoir arrêter cette machine infernale qui mène la société à la catastrophe, car ils sont les seuls à ne tirer aucun avantage de l'exploitation de la majorité par une minorité. Il faut que le monde ouvrier retrouve ses valeurs et ses raisons de combattre, qu'il retrouve la conscience de sa force et les perspectives qui sont fondamentalement les siennes : celles de prendre en main le pouvoir et la direction de la société.
Toute notre activité militante et notre propagande seront orientées dans le but de construire un tel parti, un parti ouvrier, communiste et révolutionnaire.
Le congrès a élu la direction de Lutte Ouvrière après avoir débattu et adopté des textes d'orientation portant sur la crise de l'économie capitaliste mondiale, sur la situation politique internationale, sur la situation intérieure et sur les élections à venir. Tous ces textes seront publiés dans le prochain numéro de notre revue Lutte de Classe.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Jeu 11 Déc - 11:26

http://www.liberation.fr/politiques/2014/12/08/arthaud-lo-sortir-de-la-maison-de-fous-du-capital

«Faire entendre le camp des travailleurs», inlassablement. C’est le combat de Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière (LO), qui s’exprimait ce lundi matin devant la presse. Au lendemain du congrès de son parti - 8 000 adhérents revendiqués - qui s’est tenu samedi et dimanche «en région parisienne» (on n’en saura pas plus) et à huis clos.
L’occasion pour l’ex-candidate à la présidentielle de 2012 (0,56%), de réaffirmer les fondamentaux de LO. Elle souhaite ainsi «reconstruire un parti ouvrier», pour que «le mouvement ouvrier, fort dans le passé, reparte de l’avant». Un registre sur lequel LO prétend avoir le monopole du «combat contre l’organisation capitaliste de l’économie dans une perspective communiste». Et pour «sortir de la maison de fous» qu’est selon elle le capitalisme, Nathalie Arthaud veut multiplier «les activités dans les entreprises, les quartiers, les villes populaires», appelant «à la mobilisation» au-delà des élections. «Il y aura forcément des luttes et une colère qui finira par exploser», veut croire la leader trotskiste, qui a succédé à Arlette Laguiller, six fois candidate à la présidentielle de 1974 à 2007.

PRÉSENT PARTOUT AUX RÉGIONALES
Après avoir présenté 200 listes autonomes aux municipales de mars et des listes dans les huit circonscriptions des élections européennes, en juin, LO aborde les scrutins de l’année 2015 avec deux stratégies différentes. Parce qu’elles apportent peu de visibilité, les départementales de mars ne sont pas un objectif affiché et le parti ne s’y «présentera pas largement», a confirmé Arthaud. En revanche, le parti «sera présent sur tout le territoire aux régionales», en solo, dans ce scrutin proportionnel a priori plus favorable aux petites formations. Et, comme une évidence, LO «aura une candidate en 2017 pour s’exprimer et s’adresser aux ouvriers». Arthaud se dit d’ailleurs prête à se lancer de nouveau: «Si mes camarades me le redemandent, j’assumerai mes responsabilités», a-t-elle confié au Monde, précisant que le choix se ferait fin 2015.

Si LO «combat la politique du gouvernement» et plus largement le système capitaliste, le «parti ouvrier» revendiqué n’a toujours pas l’intention de le faire aux côtés du Front de gauche ou du NPA. D’une manière générale, gare à tous ceux qui, de près ou de loin, ont apporté leur soutien à François Hollande. Les frondeurs socialistes? «Des mois qu’ils frondent mais ils laissent tout passer. Si Valls n’a que ces gens à craindre, il a le champ libre.» Le Front de gauche ? «Toujours à la recherche d’une opération politicienne. Ils veulent ressusciter la gauche avec ceux qui étaient ministres il y a six mois, qui soutiennent encore le gouvernement. C’est toujours la même politique.»

Quant au NPA, Nathalie Arthaud raille ses divisions: «Je ne sais pas s’ils ont une seule position» commune, avance-t-elle. La CGT, enfin, qui «a apporté son soutien à François Hollande, ne prépare pas les travailleurs au rapport de force». Quant à Thierry Lepaon, le secrétaire général actuellement mis en cause pour différentes rénovations effectuées aux frais de la centrale syndicale, il en prend aussi pour son grade: «Son comportement scandaleux et indigne est étranger aux valeurs ouvrières.»

«L’HISTOIRE DU FN EST HOSTILE AUX OUVRIERS»
LO entend aussi se battre sur un autre front, celui du FN, devenu le parti qui attire le plus les ouvriers qui votent. Et Nathalie Arthaud de rappeler que «toute l’histoire du FN est hostile aux ouvriers, aux syndicats». Reste que si le FN est si haut, c’est selon elle du fait «des reniements de la gauche au pouvoir, ennemie des travailleurs, complice du patronat».

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pour un parti ouvrier communiste et révolutionnai

Message  olac2013 le Sam 20 Déc - 16:51

Lutte Ouvrière a écrit:Pour un parti ouvrier, communiste et révolutionnaire

Lutte Ouvrière a tenu son congrès annuel les 6 et 7 décembre en région parisienne. Comme chaque année, le congrès comme les assemblées générales préparatoires ont permis de faire le bilan de l'année écoulée, de revenir sur la situation économique et politique, et de définir les orientations de Lutte Ouvrière pour les mois à venir.
Le bilan militant de l'année écoulée est positif, en particulier du fait de la participation de Lutte Ouvrière aux élections municipales, présente avec 204 listes sous l'étiquette « Lutte Ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs ». C'est donc dans un plus grand nombre de villes que nous pouvons aujourd'hui développer notre activité.
La présence d'un courant communiste révolutionnaire dans les villes populaires comme dans les entreprises est un gage pour l'avenir car, comme le congrès l'a réaffirmé, il est nécessaire de reconstruire un parti ouvrier qui mette en avant les intérêts des travailleurs, des chômeurs, des retraités modestes.

Un parti qui combatte la politique antiouvrière du gouvernement

Cela fait deux ans et demi que Hollande est au pouvoir. Deux ans et demi pendant lesquels le grand patronat a fait payer la crise aux travailleurs à coups de fermetures d'usines, de licenciements, de salaires bloqués et d'aggravation de l'exploitation. Cette offensive patronale, le gouvernement l'a justifiée, secondée et aggravée. Réforme des retraites, augmentation des impôts, loi sur la flexibilité, coupes dans les services publics... le gouvernement a accumulé les réformes antiouvrières et il va continuer. En coupant d'une main les dépenses publiques de 50 milliards d'ici 2017 et en arrosant de l'autre le patronat de 41 milliards avec le pacte de responsabilité, il fait preuve d'un dévouement absolu à la bourgeoisie et d'un mépris profond vis-à-vis des classes populaires.

Un parti qui conteste l'ordre capitaliste

Mais dénoncer la politique des gouvernements de droite ou de gauche, qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau, ne suffit pas. Et dénoncer « le système politique », ou « l'UMPS », comme le fait le Front national, relève de l'imposture. C'est l'ordre économique, l'organisation capitaliste de l'économie qu'il faut remettre en cause.
Pourquoi ce chômage de masse ? Pourquoi ce marasme économique ? Pourquoi toute cette misère ? La crise de l'économie n'est rien d'autre que la faillite du capitalisme. L'économie capitaliste est injuste parce qu'elle est basée sur l'exploitation, mais elle est aussi complètement folle. D'un côté, des centaines de milliards sont engloutis dans le luxe, s'accumulent dans les paradis fiscaux et alimentent la spéculation au risque de déclencher un krach, et de l'autre, on nous explique qu'il n'y pas d'argent pour embaucher, pour soigner la population et pour construire des logements. À tel point que, sans les généreux donateurs, on ne pourrait pas faire avancer la recherche médicale !

Une nécessité pour les travailleurs du monde entier

Cette situation n'est pas propre à la France. Lors de notre congrès, toutes les interventions des camarades étrangers militant sur les mêmes bases que Lutte Ouvrière, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Belgique, en Allemagne, en Italie, mais aussi en Côte d'Ivoire, en Haïti, en Turquie et aux Antilles françaises, ont montré combien, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, l'économie s'enfonce dans le marasme.
Partout, la crise a eu pour conséquence des baisses de salaire. Partout, les droits des travailleurs ont reculé : sur la retraite, sur la santé, sur les indemnités chômage. Et partout de nouveaux projets sont en cours pour encore les diminuer. Même dans les pays où les gouvernements osent parler de reprise, comme en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, c'est une reprise de la spéculation boursière et des profits, mais pas une reprise de la production industrielle et encore moins une reprise des embauches.

Dénoncer la propagande et la domination bourgeoises

Autre point commun à tous les pays : partout, les travailleurs sont confrontés à la même propagande patronale et gouvernementale. Oubliées les responsabilités des banquiers et des capitalistes qui ont mené l'économie au bord du gouffre en 2008 et qui continuent leurs méfaits ! Oubliée la crise ! La rapacité capitaliste et la spéculation effrénée, tout cela ne compte pas ! À entendre ces messieurs, si l'économie va mal, c'est de la faute... des travailleurs, soit parce que ceux-ci auraient trop d'avantages, soit parce qu'ils seraient trop payés, soit parce qu'ils ne voudraient pas travailler.
En France, c'est une chanson que l'on connaît bien. À entendre le Medef et le gouvernement, tout serait de la faute du Code du travail, des 35 heures, de la « rigidité » du CDI ou encore du trop grand nombre de congés.

Pour le pouvoir des travailleurs

L'existence d'un parti représentant les intérêts du monde ouvrier est indispensable. Les autres partis, le Front national, les partis de droite et de gauche, jusqu'au Parti communiste qui a abandonné depuis longtemps la perspective de renverser la bourgeoisie, n'envisagent leur politique que dans le cadre du capitalisme, que dans le respect de la loi du profit et de la concurrence. Ils considèrent la propriété capitaliste comme intangible. Ils contribuent à mener les travailleurs dans l'impasse.
Au contraire, nous affirmons que les travailleurs ne sont pas voués à subir le poids de la finance et la dictature folle de ces grands groupes capitalistes qui en veulent toujours plus. La société capitaliste, en condamnant à la misère des couches de plus en plus larges de la population, est en train de pourrir sur pied, tant matériellement que moralement.
Les travailleurs sont les seuls à pouvoir arrêter cette machine infernale qui mène la société à la catastrophe, car ils sont les seuls à ne tirer aucun avantage de l'exploitation de la majorité par une minorité. Il faut que le monde ouvrier retrouve ses valeurs et ses raisons de combattre, qu'il retrouve la conscience de sa force et les perspectives qui sont fondamentalement les siennes : celles de prendre en main le pouvoir et la direction de la société.
Toute notre activité militante et notre propagande seront orientées dans le but de construire un tel parti, un parti ouvrier, communiste et révolutionnaire.
Le congrès a élu la direction de Lutte Ouvrière après avoir débattu et adopté des textes d'orientation portant sur la crise de l'économie capitaliste mondiale, sur la situation politique internationale, sur la situation intérieure et sur les élections à venir. Tous ces textes seront publiés dans le prochain numéro de notre revue Lutte de Classe.
avatar
olac2013

Messages : 23
Date d'inscription : 26/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 5 Jan - 16:41

LE PROCHAIN CERCLE LÉON TROTSKY

Il aura pour sujet :

Développement des sciences et fondement des idées communistes

VENDREDI 23 JANVIER 2015 - 20H30
Théâtre de la Mutualité
24, rue Saint-Victor Paris 5e
Métro : Maubert-Mutualité - ligne 10
Participation aux frais : 3 euros

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  alexi le Dim 11 Jan - 12:02

LE CNCCFP vient de rendre son rapport pour les comptes des partis en 2013 :

Cotisations :
LO : 1 062 330
NPA souscription + Parti + Fédérations : 394 633 + 50281+ 149 967 = 594 881

Dons :
LO : 536 086
NPA : 343 448

Dévolutions assurances vie :
LO : 188 685
NPA : 64

Collectes :
LO : 84 389

Cotisations des élus :
LO : 82 354

Recettes Fêtes :
LO : 760 644

Recettes publications :
LO : 300 262

Si la totalité de la recette provenait du journal, ce qui n'est évidemment pas le cas, le nombre d'exemplaires vendus par numéro serait de 5774.

L'Union Européenne des travailleurs a versé 150 Euros à LO. Quelle est l'activité de cette Union ?

Par ailleurs, la LCR a sa propre comptabilité dans ce rapport.


Dernière édition par alexi le Mar 13 Jan - 20:37, édité 1 fois

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Mer 21 Jan - 23:16

Leur Marseillaise et notre Internationale

Lors des manifestations de janvier la Marseillaise a été reprise par des manifestants dont certains pensaient sincèrement exprimer leur communion et leur solidarité avec les victimes. Mais les hommes politiques donnent à ce symbole un tout autre contenu.
Quand les députés l'ont entonnée, droite et gauche mêlées à la Chambre des députés pour saluer le discours guerrier de Valls contre le terrorisme, leur geste n'avait rien à voir avec de la compassion pour ceux qui étaient tombés sous les balles terroristes.
La Marseillaise, écrite en 1792 dans l'élan de la Révolution française, n'a depuis longtemps plus rien à voir avec les idées d'égalité, de liberté et de fraternité qui servirent de drapeau à cette révolution dans sa lutte pour l'abolition des privilèges féodaux. La Marseillaise ne devint d'ailleurs l'hymne de la France qu'en 1879, sous la IIIe République, cent ans plus tard. C'est au son de ce chant que furent menées les conquêtes coloniales. Ensuite il servit pour entraîner les travailleurs dans des combats qui n'étaient pas les leurs, à commencer par la première boucherie mondiale en 1914, puis la seconde, mais aussi dans la multitude de guerres engagées par la France, au Vietnam, en Algérie, aujourd'hui en Afrique et au Moyen-Orient

Les proches de Charb, eux, ont choisi l'Internationale pour lui rendre hommage lors de l'enterrement de celui-ci le 16 janvier et cela détonait dans ce déferlement cocardier. Charb et nombre de ses camarades ne dénonçaient pas seulement l'obscurantisme religieux, d'où qu'il vienne. Leurs coups de plume faisaient mouche contre le militarisme et le nationalisme, destinés à enchaîner les travailleurs à leurs exploiteurs et à leurs gouvernants.
L'Internationale, hymne du mouvement ouvrier par-delà les frontières, affirme la fraternité des « producteurs » et déclare « paix entre nous, guerre aux tyrans ». L'unité qu'elle proclame, c'est l'union des travailleurs, quelle que soit leur origine et leur nationalité, pour la défense des intérêts du genre humain.


Pierre Merlet

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 26 Jan - 23:03

Arabie Saoudite : la « lutte contre la barbarie intégriste » est soluble dans le pétrole

Depuis la mort du roi Abdallah, les visites de chefs d’État en Arabie Saoudite se succèdent. François Hollande a été l’un des premiers à venir présenter ses condoléances... et à rappeler que la France continuera à traiter le pays en « partenaire à la fois sur le plan économique et politique », c’est-à-dire à lui acheter du pétrole et à lui vendre des armes.
Bâillonner les femmes et les pauvres, fouetter les blasphémateurs, exécuter les condamnés à mort au sabre et en public : les dirigeants des puissances impérialistes n’ont pas mots assez durs pour condamner ces actions quand elles sont signées Al-Qaida ou Daesh.
Mais les dirigeants des grandes puissances ont un tout autre regard quand il s’agit d’une dictature, tout aussi féroce et barbare, mais alliée.

QUAND CHRISTINE LAGARDE FAIT L’APOLOGIE DE L’ENFERMEMENT DES FEMMES

La directrice du FMI a déclaré que le roi Abdallah était « un grand défenseur des femmes ». Certes en Arabie saoudite il y a 60 % de femmes parmi les étudiants et certaines ont accédé à de (très rares) postes de responsabilité. Mais en quoi cela pèse-t-il quand, par exemple, en 2013 un célèbre prédicateur n’a écopé que de 4 mois de prison et 40 000 euros d’amende, pour avoir violé et tué horriblement sa fille de 5 ans ?
Et pendant ce temps le « wahhabisme » saoudien, appuyé sur l’argent du pétrole, diffuse l’intégrisme religieux dans sa version la plus implacable sur la place des femmes dans le monde musulman.

Brèves LO 26 janvier 2015

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Mar 27 Jan - 11:13


Toussaint (à propos de LO) :
Je ne crois pas que je sois sans nuance

Je crains que tu ne juges LO qu'au travers du prisme de l'islamophobie et sur la base de textes, d'interventions parfois caricaturales de certains de ses militants et sympathisants sur ce forum, en dehors de toute connaissance concrète de cette organisation, de ses militants, de son intervention. Je crains aussi que, symétriquement à ces sympathisants et/ou militants de LO qui mettent le PIR à égalité avec le FN, tu ne réagisses toi aussi de façon passionnelle, après avoir développé une véritable haine envers LO. Ton hyper sensibilité à la question de l'islamophobie explique sans doute cette hargne mais elle ne peut pas remplacer une analyse objective.

LO, ce sont des centaines de militants investis dans un travail dans ou en direction de la classe ouvrière et qui défendent l'unité de cette classe, combattent au jour le jour le racisme dans les ateliers et les bureaux. Mais ce sont aussi des centaines d'enseignants sans doute sensibles à la pression de leur milieu, des traditions anti religieuses et anti cléricales qui relèvent davantage du laïco-républicanisme ou de l'anarchisme que du marxisme. Je n'entends pas opposer ces deux catégories de façon caricaturale. Il y a certainement des enseignants plus nuancés que les camarades qui s'expriment sur ce fil et des ouvriers qui défendent des positions caricaturales. Mais ces diverses catégories existent. Le monolithisme de façade dissimule les nuances et les contradictions, mais celles-ci existent. J'en veux pour preuve la confusion du discours de LO au moment de la campagne Gérin : Nathalie Arthaud qui déclare sur Radio Orient qu'il s'agit d'une campagne de stigmatisation des Musulmans et le journal LO qui soutient cette campagne.

LO n'est pas pour moi "un amour de jeunesse", contrairement à ce que tu affirmes. La façon dont LO m'a en quelque sorte exclu à trois reprises (la dernière était l'exclusion de son forum) devrait au contraire susciter des ressentiments. Et, même au cours de mon passage à LO (après le PC), toutes sortes d'aspects de ses positions et de son fonctionnement m'ont toujours rebuté - en dépit de la très haute estime dans laquelle je tiens la plupart des militants que je connais. Mais on ne juge pas une organisation à partir de ressentiments...

LO, quoi qu'on puisse lui reprocher, a toujours défendu des positions de classe, encore récemment en dénonçant l'union nationale. Elle a certes dérivé au moment de sa lune de miel avec Fadela Amara, de son défilé bras-dessus-bras-dessous avec une ministre sarkoziste et de la campagne Gérin. Depuis, même si LO reste sur des positions parfois équivoques quand aux campagnes islamophobes, elle n'a pas réédité ces alliances contre nature. Même si la montée de l'islamophobie ne date pas d'aujourd'hui, je pense que l'évolution des événements devrait accentuer les contradictions au sein de LO.

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  MO2014 le Mar 27 Jan - 12:26

verié2 a écrit:
Je crains que tu ne juges LO qu'au travers du prisme de l'islamophobie et sur la base de textes, d'interventions parfois caricaturales de certains de ses militants et sympathisants sur ce forum, en dehors de toute connaissance concrète de cette organisation, de ses militants, de son intervention. Je crains aussi que, symétriquement à ces sympathisants et/ou militants de LO qui mettent le PIR à égalité avec le FN, tu ne réagisses toi aussi de façon passionnelle, après avoir développé une véritable haine envers LO. Ton hyper sensibilité à la question de l'islamophobie explique sans doute cette hargne mais elle ne peut pas remplacer une analyse objective.

Tu m'avais adressé exactement les mêmes remarques : le reproche du prisme de la sensibilité de l'émotion.
L'émotion, la haine... comment ne pas les ressentir en repensant aux crimes de l'état colonial en Algérie, en Irak, en Libye, au Mali, en constatant tout les jours les ignobles agressions islamophobes, des femmes insultées, frappées parce qu'elles portent un voile, des mères interdites d'écoles, des discriminations qui sont la règle à l'embauche, pour un logement, de ce sale humour raciste dont Charlie était un des fleurons... Heureusement que cette émotion est bien vivante et  je la revendique.
Mais il n'y a pas que l'émotion évidemment. En quoi analyser LO au travers de prisme et de l'islamophobie serait une erreur de méthode ? Les questions du racisme, du colonialisme et de l'impérialisme ne devraient elles pas être au centre de toute méthode d'analyse et de caractérisation d'une organisation ? Une organisation qui démontrerait sur ces questions son combat contre les français issus de l'immigration, contre leur religion, contre leurs tentatives d'organisation sociale et politique en se rangeant derrière des arguments faussement laïques et faussement féministes et pseudo révolutionnaire serait évidement une organisation à combattre et à vaincre.
La critique et les caractérisations portées à LO ne concernent pas uniquement les porte-paroles qui interviennent ici même. Elles sont plutôt représentative de l'idéologie de domination blanche défendue par LO. Cette critique s'appuie sur les textes produits par cette organisation mais surtout par par leurs actions qui ont placés aux côtés des pseudos laïques du PS à l’extrême droite à de nombreuses reprises depuis une dizaine d'années. Des centaines de textes ont été produits, des références de travaux ont été cités, des exemples quotidiens du racisme islamophobes sont donnés ... et LO continue de penser que l'islamophobie est une invention des "musulmans" avec une de ses maitres à penser Saint Caroline. Nier à ce point ce que chacun peut constater ne sera jamais compensé par les oscillations dont tu rêves. L'islamophobie est bien le fil à plomb de cette organisation depuis 10 ans.


Dernière édition par MO2014 le Mar 27 Jan - 12:41, édité 2 fois

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 13 Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum