Lutte ouvrière

Page 1 sur 13 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lutte ouvrière

Message  Dinky le Mar 28 Oct - 11:50

PDG de Total : un commis de la bourgeoisie encensé par ses semblables

Avec la présence de Hollande et de Valls, les obsèques de Margerie ont pris l’allure d’un hommage national. Les élus de gauche comme de droite y ont participé en nombre aux côtés du gratin de la bourgeoisie française, de la présidente du FMI, Christine Lagarde, et de l’Émir du Qatar.
Pourquoi tant d’honneurs ? Total symbolise à lui seul tous les méfaits du capitalisme. Malgré ses profits colossaux et les 5 milliards de dividendes annuels versés aux actionnaires, Total a fermé des raffineries, supprimé des emplois et ajouté des chômeurs aux millions qui existent déjà en France.
Malgré ses 10 milliards de profits, Margerie a fait en sorte que Total ne paie pas un centime d’impôt sur les sociétés pour 2013, comme pour 2012. Et si le groupe parvient encore à présenter des comptes en déficit l’année prochaine, le fisc a prévu de lui faire un chèque de 80 millions au titre du crédit d’impôt compétitivité et du crédit recherche.

Aux yeux d’un bourgeois, cela en fait assurément un « grand homme ». Mais sûrement pas pour le commun des mortels !
Pour Valls et Hollande, Margerie était non seulement un « grand homme », mais il était l’un des leurs. Un « ami », ont dit les « socialistes » Valls et Macron. Ce petit monde forme une même communauté de valeurs, d’idées et de relations. Quand les uns servent le grand capital comme ministre ou chef d’État, les autres le servent à la tête des grandes entreprises.
Quand ils ne sont pas issus des mêmes familles, du même milieu social et des mêmes écoles, les hommes politiques ou les hauts-fonctionnaires ont mille occasions de côtoyer, de collaborer et d’apprécier les dirigeants des multinationales.
Le groupe Total lui-même est le rejeton partagé de ces deux types de serviteurs car, comme Macron l’a rappelé, « Total, c’est le mariage de la vision d’un homme, de son courage… et de l’État, parce qu’il ne faut jamais oublier qu’à l’origine, Total, c’est Elf et l’engagement de l’État français ». Comme s’il avait de quoi en être fier !
Elf, l’entreprise d’État dont est issu Total, est le symbole de la « Françafrique ». Elf a fait fortune en pillant le pétrole du Gabon, en corrompant les dictateurs en place et en télécommandant à l’occasion des guerres civiles.

Aujourd’hui, Total utilise les mêmes méthodes pour continuer à extorquer l’or noir du Congo, du Nigeria ou de l’Angola. En Birmanie, Total a coopéré avec la junte dictatoriale jusqu’en 2011, ce qui lui permis de construire un gazoduc en utilisant le travail forcé organisé par les militaires.
En France, la population a payé son tribut avec la marée noire de l’Érika en 1999 et l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, une filiale de Total, qui fit 32 morts en 2001.
Les dirigeants passés et présents de l’État français taisent ces crimes parce qu’ils les assument, tout comme Margerie les assumait. Comme lui, ils mettent les victimes de Total au compte « pertes et profits ».

Le PDG de Total avait la puissance d’un chef d’État. Intégrant plus de 700 sociétés dans 130 pays, cette multinationale du pétrole et du gaz œuvre aussi dans la chimie, le charbon et l’électricité. Total détient des participations dans le groupe pharmaceutique Sanofi Aventis, il se développe désormais dans le solaire, la biomasse et le nucléaire.
De par son chiffre d’affaires proche de 180 milliards, Total génère plus de richesses que nombre de pays. S’il était un État, il serait placé au 50ème rang des plus puissants de la planète.
Le PDG de Total connaissait Poutine et les monarques du Moyen-Orient mieux que Hollande. Les circonstances de son accident nous apprennent au passage qu’il revenait d’une négociation avec Poutine, faisant fi des sanctions que l’Europe et les États-Unis imposent à la Russie. Si Hollande ou Obama occupent la scène de la diplomatie politique, les grands PDG pratiquent leur propre diplomatie, celle du pétrole et du dollar.

Total est un État dans l’État. Un de ces mastodontes qui, comme Mittal, le roi de l’acier, ou LVMH, le roi du luxe, monopolisent des secteurs entiers, disposent de vassaux partout et peuvent tout se payer, y compris des responsables politiques auxquels ils dictent leurs conditions pour mettre le monde entier en coupe réglée.
Mais, comme ceux de l’Ancien Régime, ces rois des temps modernes peuvent être détrônés.
Il faut que la population impose son propre contrôle sur la marche de cette économie dominée par cette poignée de capitalistes et conçue pour leur apporter des profits. La dictature des capitalistes sur la société nous coûte trop cher. Elle a assez duré.

Editorial de LUTTE OUVRIERE 27 octobre 2014

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Mar 28 Oct - 23:10

Fête LO Fourmies (Nord) samedi 8 novembre 2014 à 17h00 Espace Nelson Mandela Place Maria Blondeau de 17h à minuit
repas 10 euros (5 € en dessous de 14 ans) à réserver au 06 16 89 23 99
à 19h allocution d’Eric Pecqueur ouvrier de l’automobile, porte-parole régional de Lutte Ouvrière

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Ven 31 Oct - 18:26

Contre l’interdiction de la manifestation du 2 novembre place Stalingrad à Paris

Lutte Ouvrière s’élève contre la décision du gouvernement d’interdire la manifestation prévue pour le dimanche 2 novembre à Paris, à l’appel de divers partis et organisations, dont le NPA et le Parti de gauche, pour protester contre la répression qui, à Sivens, a conduit à la mort de Rémi Fraisse.
Elle exprime sa solidarité avec les victimes de ces violences policières.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 3 Nov - 19:31




Deux ans et demi de bons services rendus au patronat

Cela fait deux ans et demi que Hollande est au pouvoir. Deux ans et demi pendant lesquels le grand patronat a continué de faire payer la crise aux travailleurs à coups de fermetures d’usines, de restructurations et de licenciements. Au nom de la compétitivité, les jours de congés ont été rognés, le travail a été intensifié, les salaires ont été bloqués ou baissés. Et deux ans et demi pendant lesquels le gouvernement a justifié, secondé et aggravé l’offensive patronale.
Réforme des retraites, augmentation des impôts, loi sur la flexibilité, coupes dans les services publics, le gouvernement a accumulé les réformes anti-ouvrières et multiplié les cadeaux au patronat.
Le budget 2015 est le résumé de cette politique pro patronale. Pour atteindre les 50 milliards de coupes budgétaires, combien de lits et de services seront encore fermés dans les hôpitaux ? Combien d’écoles ne pourront être restaurées, combien de prestations sociales amputées ? Et tout cela pourquoi ? Pour que le gouvernement fasse 41 milliards de cadeaux au patronat.
Car il s’agit bien de cadeaux. Le Crédit d’impôt compétitivité emploi est en place depuis janvier 2013. Il n’a eu aucun effet, ni sur les emplois, ni sur l’investissement. Aujourd’hui, le gouvernement fait mine de hausser le ton : « Maintenant, il faut que le patronat tienne ses promesses », dit-il. Quel cinéma ! Si le gouvernement n’a mis aucune condition et aucune obligation sur l’utilisation de ces 41 milliards d’aides, c’est qu’il veut les laisser à la libre disposition du patronat.
Comme les enfants gâtés, les représentants patronaux en demandent toujours plus. Après avoir obtenu du gouvernement le report de la mise en place du « compte pénibilité » pour les retraites, le patronat demande sa suppression pure et simple : « trop compliqué », dit-il ! Alors que 80 % des contrats de travail signés sont déjà des CDD, le patronat demande la suppression du CDI ! Pourquoi se priverait-il quand ses désirs sont des ordres pour le gouvernement ?
Pendant ces deux ans et demi, le gouvernement n’a pas seulement épousé la politique du patronat, il en a épousé les discours et les mots. Il est désormais de bon ton dans la gauche gouvernementale de dénoncer le « carcan » du code du travail, le « verrou » des 35 heures ou encore le « tabou » des allocations chômage.
Valls comme le patronat veulent faire passer les travailleurs qui défendent leurs droits pour des passéistes. À les entendre, la modernité, ce serait de banaliser le travail du dimanche, de supprimer des droits syndicaux, de revenir sur le CDI et de travailler jusqu’à 67 ou 70 ans, autrement dit… de revenir au 19ème siècle !
La modernité qu’ils nous construisent, on ne la connaît que trop ! C’est celle que l’on a vue chez Gad, des ouvriers mis en rangs d’oignons et appelés par ordre alphabétique pour savoir qui, parmi eux, aura encore le droit de travailler et qui sera licencié. C’est 6 millions de chômeurs, 3,3 millions de personnes sans mutuelle, des retraités ou des smicards forcés de compter chaque euro. Et à l’opposé, ce sont des actionnaires choyés aussi bien qu’avant la crise, un nombre de milliardaires en hausse et des grandes fortunes qui n’ont jamais été aussi élevées.
C’est encore au nom de la modernité que Valls veut jeter aux orties la référence au socialisme, car « le socialisme, ça a été une merveilleuse idée, une splendide utopie… mais c’est daté. Ça ne signifie plus rien », estime-t-il.

Eh bien, les idées socialistes continueront d’exister longtemps après que Valls et Hollande, ces prétendus socialistes qui ne sont que les paillassons de la bourgeoisie seront tombés dans l’oubli !
Car ni l’un ni l’autre, ni même les candidats à leur succession, qu’ils soient à gauche, à droite ou à l’extrême droite, ne contestent le capitalisme et les véritables lieux de pouvoir et de décision que constituent les grands groupes capitalistes.
Les tares du capitalisme, l’accumulation de richesses à un pôle, la spéculation effrénée, le chômage de masse et les ravages sur la planète, ne peuvent être combattues sans remettre en cause leurs racines, la dictature de la classe capitaliste.
Cette conviction, qui était à la base des idées socialistes et communistes, est plus que jamais valable. Le socialisme n’a jamais été une utopie au sens d’un rêve inaccessible. Cela a été un combat politique porté par une classe sociale consciente qu’elle pouvait libérer la société de l’exploitation et l’entraîner vers un avenir meilleur.
Pour les travailleurs, conscients que le capitalisme est en train de pourrir sur pied, ce combat est d’une actualité brûlante, et il se mènera contre le parti dit « socialiste ».



LUTTE OUVRIERE Editorial du 3 novembre

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Jeu 6 Nov - 18:32

« La vie politique ? Un théâtre de marionnettes » Cyrill Bignault 06/11

Nathalie Arthaud est l'une des porte-parole de Lutte ouvrière et a été candidate à la Présidentielle 2012 (0,56% au 1er tour). Elle sera à Longvic (espace Jean-Bouhey), ce dimanche, pour la fête de LO Bourgogne.

Quels messages allez-vous délivrer devant les militants ce dimanche ?

« On parle beaucoup du mi-mandat d’Hollande. Cela fait deux ans et demi que le patronat fait payer la crise aux travailleurs à coup de licenciements, de restructurations, de fermetures d’usines. C’est aussi l’intensification du travail, l’exploitation, le blocage de salaires quand ce n’est pas leur baisse. Et que fait ce gouvernement dit socialiste ? Il justifie les attaques patronales. On peut même dire qu’il les seconde et les aggrave. Il y a eu cette réforme des retraites, cette loi sur la flexibilité pour donner au patronat l’occasion de faire son chantage à la compétitivité. Il y a eu aussi les augmentations d’impôts qui ont frappé les plus modestes, les retraités, qui sont aujourd’hui en difficulté pour boucler leur fin de mois. On a un gouvernement qui est un serviteur zélé, qui va même au-devant des désirs patronaux. Tout cela pour faire reculer la condition ouvrière. »

Les résultats aux élections se suivent et se ressemblent pour LO. Comment se fait-il que votre mouvement ne surfe pas sur la crise ?

« Car nous sommes à contre-courant. A l’unisson, la gauche, la droite, les experts économiques, les commentateurs politiques, tapent sur le même clou en expliquant qu’il n’y a plus d’argent, que l’on est obligé de faire tous des efforts, que le problème est le code du travail, les jours fériés, les congés des salariés, le CDI, les 35 heures… Quand on entend du matin au soir une telle propagande, notre petite voix a bien du mal à se faire entendre. Les travailleurs se rendent bien compte pourtant que l’on préserve les profits d’une minorité sur leur dos. C’est vrai dans toutes les usines. Les dividendes pour les actionnaires continuent à être assurés. Mais de là à se sentir légitime, d’avoir le droit de ne pas reculer, il y a une différence. Mais on continuera à lutter. »

Selon des enquêtes, beaucoup d’ouvriers se tournent vers le FN. N’est-ce pas un signe d’échec de votre mouvement ?

« Ce n’est pas comparable. Le Front national surfe justement sur cette résignation. La perspective du FN n’est pas de s’attaquer au grand capital, au patronat, aux grands groupes qui sont entrain de piller l’économie et de la bloquer. C’est de s’attaquer à plus faible, aux plus pauvres, à des travailleurs car ils sont étrangers. C’est sa politique et celle-ci, oui, elle peut marcher dans une période de démoralisation et de résignation. Quand on ne se sent pas les forces de se battre pour aller chercher l’argent où il est, c’est bien plus facile d’inventer des boucs émissaires. Dans toutes les crises, on a vu que ça marchait de surfer sur des préjugés, sur la démoralisation. »

LO participe à tous les scrutins. Présenterez-vous des candidats aux départementales, notamment en Côte-d’Or ?

« On n’en a pas encore discuté car c’est encore un peu tôt pour nous... »

N’est-ce pas 2017 l’objectif pour LO ?

« Non, l’objectif, c’est demain. Notre combat est aussi de défendre l’idée auprès des travailleurs que la politique ne se résume pas à ce spectacle politicien qui est un éternel recommencement. Regardez : Sarkozy revient ! Cela tourne à boucle et à vide tous les jours autour des mêmes, des mêmes polémiques politiciennes. On nous réduit la politique à ça. On vote pour les uns et les autres, et cela ne change rien. Non, la politique, c’est notre salaire, notre emploi. On peut se battre depuis le bas. On peut faire pression, contester, faire valoir nos droits, à condition de nous mobiliser, de montrer notre force, notre colère. On voit des catégories et des professions qui, à juste titre, défendent leur beefsteak. Les travailleurs doivent le faire aussi et ensemble. Car ils forment une véritable force sociale et légitime : ce sont eux qui font tourner toute la société, eux qui la portent ».

Peut-on imaginer un jour l’extrême-gauche unie ?

« Tout le monde résume la politique à des combinaisons, des rassemblements de parti et d’organisations. Ce n’est pas notre cas. Et on ne voit pas en quoi rajouter un énième regroupement à gauche de la gauche marcherait. De plus, que ce soit un Mélenchon ou un Benoît Hamon, une fois au pouvoir, il sera confronté à des puissances comme Mittal, Général Electric, Peugeot, qui feront sa politique et demanderont au gouvernement d’assurer le service après-vente. Cela sera exactement la même chose. La solution passe par un rapport de force, le combat des travailleurs. Tout ce qui a été gagné par eux l’a toujours été par des luttes, des combats collectifs, alors que le patronat disait que ce n’était pas possible au regard du contexte ».

Excluez-vous de vous présenter en 2017 ?

« J’aimerais que les choses changent avant. On se bat pour ça. Mais si rien ne devait se produire et que l’on se retrouve dans la situation d’être confronté à une échéance électorale, Lutte ouvrière serait présente. Et si les camarades me demandaient d’être la candidate et le porte-parole, j’assumerai cette responsabilité. Même si la vie politique se résume à cela, un théâtre de marionnettes, c’est important de faire entendre la voix des travailleurs. »

Donnez-nous des nouvelles d’Arlette Laguiller qui a fait six Présidentielles ?

« Elle va très bien. Je la vois presque tous les jours. Elle est à la direction de l’organisation de LO et continue de militer. Elle ne rate pas beaucoup de manifestations. Elle est toujours très active et on travaille beaucoup ensemble. Arlette reste quelque part porte-parole du fait de sa popularité. Elle continue à répondre à des sollicitations médiatiques. Elle sera sous peu sur France 2 ».

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Mar 11 Nov - 0:48

Jouyet-Fillon, Hollande-Sarkozy : bonnet blanc et blanc bonnet

Nouvelle tuile pour Hollande : Jouyet, son bras droit et grand ami, qui était censé mettre de l’ordre à l’Elysée, vient d’être pris en flagrant délit de mensonge. Finalement, il confirme que, oui, Fillon lui a bien demandé d’interférer pour que la justice accélère la procédure des affaires contre Sarkozy.
Saura-t-on le fin mot de l’histoire ? Fillon a-t-il voulu enfoncer Sarkozy ou est-ce Jouyet qui a voulu piéger Fillon ? Quelqu’un est-t-il effectivement intervenu pour accélérer le traitement judiciaire de certaines affaires contre Sarkozy ? Tout est possible. Mais il n’est pas nécessaire de connaître la vérité pour être écœuré par ces boules puantes.
La politique se résume de plus en plus en un panier de crabes où il est impossible de distinguer les crabes de gauche et les crabes de droite, les amis de ses ennemis.
Il n’y a pas à être surpris par le déjeuner intime entre Jouyet, actuel secrétaire général de l’Elysée, et Fillon, ennemi revendiqué de la politique de Hollande. Ces deux messieurs se connaissent bien, ils se sont fréquentés de près puisque Jouyet fut ministre de Fillon sous Sarkozy.
Tous ces politiciens forment un petit monde qui, au-delà des étiquettes politiques, se côtoie en permanence, se partage les responsabilités, connaît tout des rouages et des hommes qui font fonctionner l’appareil d’Etat et l’influencent au quotidien.
Ce ne sont ni les valeurs ni les idées politiques qui séparent ces hommes dits de « droite » de ceux dits de « gauche », c’est leur carrière et la concurrence à laquelle ils se livrent lors de chaque élection pour occuper les premières places et se répartir le pouvoir. Alors oui, que ce soit Sarkozy ou Hollande, pour les travailleurs, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.
Sarkozy a fait passer l’âge de départ à la retraite à 62 ans ? Hollande s’est chargé d’augmenter la durée de cotisation ! Sarkozy a commencé à défaire les 35 heures en autorisant la multiplication des heures supplémentaires ? Hollande s’est chargé de légaliser la flexibilité !
Augmentation de la TVA, non-remplacement des fonctionnaires, cadeaux au patronat, fermetures des services hospitaliers, coupes dans les prestations sociales, gel des pensions, la gauche n’a fait que prendre le relais de la droite. Même face aux chômeurs, de plus en plus nombreux, le gouvernement Hollande copie celui de Sarkozy en prônant le contrôle des chômeurs !
Tour à tour au pouvoir, droite et gauche mènent une politique anti ouvrière.
Dans cet éternel recommencement politicien, l’extrême droite se présente comme vierge de toute affaire et de toute responsabilité et se pose en dernier recours. Mais le fait même que Marine Le Pen se dise prête à devenir Premier ministre de Hollande en cas de dissolution de l’Assemblée montre qu’elle ne cherche qu’à s’intégrer au pouvoir existant. La vieille famille bourgeoise et politicienne que représente la famille Le Pen ne déparera d’ailleurs pas dans le décor !
Le Pen dénonce l’UMPS, mais elle rêve de mettre en place un système UMPS-FN. Elle rêve comme les autres d’occuper le devant de la scène sans rien changer à cet ordre capitaliste où une seule famille bourgeoise à la tête d’une entreprise peut disposer de la vie de centaines de milliers de travailleurs. Sans rien changer à ce système où l’argent et l’exploitation règnent en maître car, évidemment, Madame Le Pen défend la propriété capitaliste, les inégalités et les injustices qui vont avec.
Tous ceux qui prétendent aider les travailleurs mais sans vouloir faire payer la bourgeoisie, sans s’en prendre aux profits, sont des menteurs, les Le Pen comme Hollande et Sarkozy.
Le Pen le dit elle-même, si elle arrive au pouvoir, une de ses priorités sera de s’en prendre aux étrangers, c’est-à-dire à des pauvres, à des travailleurs qui ont le malheur d’être nés dans un pays où ils n’arrivaient pas à vivre de leur travail. Rien que cela - désigner à la vindicte une fraction des travailleurs - montre que Le Pen ne prépare rien d’autre qu’une politique anti-ouvrière, et la pire qui soit.
Les politiciens de droite, de gauche et d’extrême droite sont à mettre dans le même sac, ils postulent tous à servir le patronat. Leurs combats et leurs manœuvres sont étrangers aux intérêts des travailleurs, et il serait vain de chercher un sauveur parmi eux.
Si les travailleurs laissent la vie politique dans les mains de ces gens là, la condition ouvrière reculera. Mais si les travailleurs relèvent la tête, contestent, s’organisent pour défendre leurs intérêts, ils peuvent inverser le cours de la vie politique.

Editorial LO du 10 novembre.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Mar 11 Nov - 23:53

Fête LO Sarthe samedi 15 novembre 2014 de 17 h à 1 h du matin salle Pierre Guédou, rue du Pont (quartier du Miroir) Le Mans :

Au programme :

conférence-débat sur « le réchauffement climatique et l’avenir de la planète » (17h30),
débat politique « Face au danger de l’extrême droite, opposer la lutte des classes » (18h45),
allocution d’Yves CHEERE à 20h30, spectacle de swing manouche à 22h30.

Entrée simple : 5 euros
Entrée avec repas (paella) : 14 euros

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Mer 12 Nov - 13:06

Fête LO Oise samedi 15 novembre 2014 à 18h00 à la salle des fêtes de Margny-lès Compiègne (rue de la République)
Pour participer au banquet prière de réserver au 06 82 86 36 47

Programme de la fête
Exposition commentée sur les fraternisations en 1914
Des jeux pour les petits... et les grands.
Spectacle
Banquet autour d’un couscous
... suivi d’un bal

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Jeu 13 Nov - 2:24

15 novembre : manifester pour une nouvelle union de la gauche ?

Des manifestations contre l'austérité sont organisées le 15 novembre dans tout le pays, à l'initiative du collectif Alternative à l'austérité qui comprend de nombreuses organisations syndicales et politiques de gauche.

Lutte Ouvrière est solidaire des militants et des travailleurs du rang qui en profitent pour dénoncer la politique du gouvernement. Ce gouvernement, qui fait reculer la condition ouvrière des années en arrière, mérite en effet d'être rejeté.

Mais nous ne partageons pas les visées politiques des organisateurs de cette manifestation. Le collectif qui appelle à manifester regroupe « diverses personnalités et organisations syndicales, politiques, associatives et citoyennes ». Il se présente « ouvert à toutes celles et ceux qui ne se résignent pas et veulent construire une alternative sociale, écologique et politique ».
Mais à quoi cette alternative politique doit-elle viser ? Si le collectif ne le dit pas, les partis qui le composent l'affirment haut et fort. Il faut, disent Pierre Laurent du PC ou Jean-Luc Mélenchon du Parti de gauche, regrouper les contestataires de la politique du gouvernement. Pour le PC, cela inclut les écologistes et les frondeurs du PS.

Il s'agirait donc de reconstruire une « alternative » avec ceux qui, il y a six mois encore, étaient au gouvernement et qui ont voté toutes les mesures antiouvrières du gouvernement, et aussi avec ceux qui continuent de les voter aujourd'hui !
« D'autres choix sont possibles... Il faut créer les conditions d'une véritable reconquête industrielle », affirme aussi l'appel. Mais à qui s'adresse cette demande ? Au gouvernement ? Aux politiciens de gauche qui postulent à la gestion de ce système ? À la bourgeoisie, qui domine toute l'économie en vertu de la propriété privée ?

Ceux qui militent dans la classe ouvrière n'ont pas besoin de politiciens experts en conseils à la bourgeoisie, fussent-ils de gauche.
Les travailleurs ont avant tout besoin de défendre leurs intérêts de classe. Ils ont besoin de militants qui les aident à redonner à leurs camarades de travail la conscience qu'ils représentent une force capable d'agir par elle-même et d'imposer ses intérêts.
Manifester, s'opposer à la politique antiouvrière du gouvernement est une chose, préparer une opération politique qui véhicule l'espoir d'une énième union de la gauche et l'assurance de nouvelles désillusions pour les travailleurs en est une autre, et beaucoup moins bonne. C'est une alternative de classe qu'il faut préparer.
Lila Vermer

LO

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Jeu 13 Nov - 17:03

« Groupe d’Etude Ouvrière » à Argenteuil
Prochaine réunion le jeudi 20 novembre 2014 A 20 heures 15
Un exposé de 30 à 40 mn suivi d’une heure de débat Espace Nelson Mandéla, 82 bd Gl Leclerc
« Karl Marx, un théoricien du communisme, un combattant »
-un covoiturage est organisé pour le retour-

Cette réunion est ouverte à tous. Elle portera bien sûr sur les origines du mouvement communiste, et sur le rôle de Karl Marx. Celui-ci comme penseur révolutionnaire et comme militant de la construction d’organisations communistes eut un rôle fondateur déterminant il y a moins de deux siècles.
Mais cette réunion peut être aussi l’occasion d’échanges fraternels avec d’autres militants, du PCF en particulier, aujourd’hui désorientés non seulement par les difficultés de la situation mais par la politique de leurs dirigeants.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Sam 15 Nov - 18:37

Un vote ouvrier pour dire le rejet de toutes les politiques au service des riches !

Lutte ouvrière sera présente à l’élection législative partielle dans la quatrième circonscription du Doubs. Deux ans et demi après l’élection de Hollande, les travailleurs doivent sanctionner par un vote ouvrier la politique des gouvernements qui se sont succédés mais qui ont tous été au service de la bourgeoisie et du grand patronat.

Le député sortant, Moscovici, ancien ministre des finances, grand ami de la famille Peugeot, en est le vivant symbole. Du patronat au gouvernement en passant par l’Union européenne, bien qu’il se dise de gauche, il est avant tout un homme du patronat au service de cette finance qu’Hollande sert si bien après l’avoir dénoncée dans sa campagne électorale. Quant au remplaçant de Moscovici, le candidat du Parti socialiste, depuis juin 2012, il a approuvé au parlement toutes les mesures anti-ouvrières des gouvernements successifs. Dans cette élection partielle, les travailleurs doivent voter pour une candidature ouvrière. Ils doivent faire entendre les exigences du camp des travailleurs face à tous ceux, de la gauche à la droite, en passant par l’extrême droite qui sont candidats à servir les possédants. Un succès de la droite montrerait le regret de la politique anti-ouvrière de Sarkozy et, pire encore, un succès de l’extrême droite renforcerait le camp des pires ennemis des travailleurs, le parti des Le Pen, des politiciens encore plus réactionnaires que ceux de l’UMP.

Le seul désaveu de Hollande et de Moscovici qui peut être clairement dans le camp des travailleurs, c’est le vote pour Lutte ouvrière.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Lun 17 Nov - 0:24

15 novembre : manifester pour une nouvelle union de la gauche ?
Il est vrai qu'il est bien plus révolutionnaire de rester à la maison et d'attendre le miracle qui fera que "la classe ouvriére prendra conscience de sa force" (comment, on en sait rien, mais on peut toujours attendre)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 17 Nov - 17:12

SURENCHÈRE

Durant la crise, les riches continuent de s’enrichir. À preuve, les ventes d’objets d’arts ou de collection battent tous les records. Ainsi, un chapeau de Napoléon a été vendu plus de 1,8 millions d’euros. À Genève en quelques jours, il s’est vendu pour 203 millions d’euros en horlogerie et joaillerie de luxe, l’équivalent du prix de deux Airbus. À New York, une sculpture moderne s’est vendue 100 millions de dollars.
Pour les riches cette débauche d’achats n’est pas désintéressée : ce sont des placements qu’ils espèrent rentables. Ce sont les mêmes qui s’attaquent ut aux droits des travailleurs, qui licencient, et qu’en entend pleurer misère, tendant leur sébile au gouvernement.

Brève LO

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 17 Nov - 19:27

C’est le mouvement ouvrier, et non la gauche, qu’il faut faire revivre

Le caractère anti-ouvrier du gouvernement Hollande n’est plus à démontrer, avec ses cadeaux au patronat et ses attaques contre les travailleurs. Travail, logement, santé, transport, éducation : la vie devient plus dure.
Et il n’y aura pas de consolation, pas même celle de voir les impôts baisser en 2015 car la suppression annoncée de l’impôt sur le revenu pour les ménages de la première tranche ne compensera pas les hausses de taxes et de cotisations programmées. En fin de compte, l’État prendra encore trois milliards supplémentaires dans les poches des classes populaires, et c’est sans compter les hausses attendues des impôts locaux.
Non seulement le gouvernement ne fera rien pour atténuer les conséquences des licenciements, de la précarité et des bas salaires, mais il en rajoute toujours et encore.

La société paye cette politique par un recul matériel mais aussi moral et politique. L’appauvrissement de la société, la pression à la compétition, le fait d’avoir à se battre pour tout, pour trouver un emploi, obtenir une aide ou tout simplement faire valoir ses droits, poussent au chacun-pour-soi, à l’individualisme et à l’intolérance.
C’est aussi le terreau sur lequel les idées du Front national prospèrent. Car en fin de compte, en opposant des pauvres à d’autres pauvres, des travailleurs à d’autres travailleurs du simple fait qu’ils n’ont pas la même origine ou la même religion, le FN ne fait que pousser cette logique plus loin. Cette dégradation morale et politique est grave car elle affaiblit le camp des travailleurs.

La direction du Parti communiste propose de reconstruire une « alternative de gauche » avec les écologistes et les socialistes « frondeurs ». Avec Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent a passé le week-end à supplier ces députés de ne pas s’abstenir mais de voter contre le budget, tout en sachant pertinemment qu’ils ne le feront pas.
C’est une tromperie sur la marchandise. Les travailleurs n’ont pas plus à attendre de cette gauche frondeuse qu’ils n’ont à attendre de Hollande. Faut-il rappeler que, parmi ces députés frondeurs, certains étaient encore ministres il y a quelques mois et qu’avant de s’abstenir, ils ont tout voté des mesures anti-ouvrières de Hollande ?

Les dirigeants du Parti communiste veulent à tout prix se raccrocher au PS, ou à des bouts du PS, dans la perspective des prochaines échéances électorales. Ce genre de combine commence par des illusions et se termine en trahisons. En proposant cela, les dirigeants du PCF ne méritent pas la confiance des travailleurs, à commencer par celle de leurs propres militants.
Dans le passé, avec la même politique, les dirigeants du PC ont permis que leur parti serve de marchepied à un politicien bourgeois comme Mitterrand. Ils l’ont refait avec Jospin puis Hollande. Et il faudrait encore une fois que les militants redonnent du crédit à des gens, les Aubry, Hamon ou Montebourg, dont on peut être sûrs qu’ils ne sont pas dans le camp des travailleurs ! La vie a montré tout ce que cette politique avait de suicidaire pour les travailleurs, à commencer par les militants dévoués à la cause ouvrière.

L’avenir des exploités ne dépend pas de nouvelles combinaisons politiciennes. L’avenir des travailleurs dépend d’eux-mêmes et des combats qu’ils mèneront. L’avenir dépend de leur conscience et de la confiance dans leurs propres forces.
Il faut que les travailleurs se convainquent de la légitimité qu’ils ont à se battre pour leurs intérêts et pour leurs droits y compris et surtout dans cette période de crise. Le matraquage de la bourgeoisie, de ses médias et de ses politiciens cherche à culpabiliser les chômeurs pour le chômage, les fonctionnaires pour le délabrement des services publics et les travailleurs pour le marasme de l’économie.
Mais la crise de l’économie et de la société, c’est l’échec de la gestion des banquiers et de ce grand patronat qui dispose d’un pouvoir absolu sur toute la société. C’est le résultat de l’avidité d’une bourgeoisie prête à mettre en péril toute l’économie pour gagner toujours plus.
Les travailleurs ne décident de rien dans cette économie, ils sont les seuls à qui l’on ne demande jamais leur avis, ni pour savoir ce qu’il faut produire, ni comment et où. Ce n’est pas à eux de payer le prix de la crise.

Il faut que les travailleurs refusent d’être des pions dans ce Monopoly capitaliste et qu’ils reprennent confiance en eux. Ils portent toute la société sur leurs épaules et ils pourraient la diriger infiniment mieux que les capitalistes ne le font.

Editorial LO du 17 novembre.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  alexi le Lun 17 Nov - 21:04

Je suis un peu perdu, jusqu'à présent LO refusait d'utiliser le terme de "révolution" à propos des évènements ayant abouti à la chute de Ben Ali en Tunisie; il y avait même eu un débat organisé sur ce point lors de la fête à Presles (2013 ?).
Mais voilà que j'entend Arlette Laguiller reprendre à son compte cette terminologie dans son interview d'hier sur France 2. Rolling Eyes

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Lun 17 Nov - 22:05

alexi a écrit:Je suis un peu perdu, jusqu'à présent LO refusait d'utiliser le terme de "révolution" à propos des évènements ayant abouti à la chute de Ben Ali en Tunisie; il y avait même eu un débat organisé sur ce point lors de la fête à Presles (2013 ?).
Mais voilà que j'entend Arlette Laguiller reprendre à son compte cette terminologie dans son interview d'hier sur France 2. Rolling Eyes

Tu as raison de citer cette émission qui permet à Arlette de raconter son parcours de militante communiste et ses engagements. Ca vaut le coup de voir et faire passer.
Pour la question du mot "révolution" (utilisé pour les révoltes dans les pays arabes), il ne s'agit évidemment pas d'une caractérisation précise comme pour une analyse ou un débat, mais du rappel que les masses peuvent se révolter, entrer en lutte, se mobiliser à des moments pas forcement prévisibles et que bien sûr les révolutionnaires misent sur ces mobilisations populaires, présentes et à venir. Qu'elles aboutissent ou non à des révolutions au sens marxiste du terme, c'est une autre histoire.

http://www.lutte-ouvriere.org/documents/multimedia/interventions-tv-et-radio/article/arlette-laguiller-est-l-invitee-de

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Jeu 20 Nov - 1:42

Fête de Lutte Ouvrière en Bourgogne : " Il ne faut pas que les travailleurs désespèrent " 10/11

Les militants et sympathisants de Lutte Ouvrière se sont retrouvés dimanche 9 novembre 2014, à l’Espace municipal Jean Bouhey, à Longvic. Nathalie Arthaud, porte-parole nationale du mouvement, participait à ce rassemblement festif.

La 38e édition de la fête de Lutte Ouvrière a été fidèle à la tradition. Au programme : un banquet des animations, des expositions. Il y avait aussi une librairie et une braderie. La situation des travailleurs et des précaires était au centre de toutes les conversations.

Le budget 2015 est-il le résumé d'une " politique pro patronale " ?

Depuis deux ans et demi que François Hollande est au pouvoir, " on a vu le patronat faire payer durement la crise aux travailleurs " , estime Nathalie Arthaud. Pour la porte-parole de Lutte Ouvrière, " le gouvernement a justifié, secondé et aggravé l’offensive patronale. Réforme des retraites, augmentation des impôts, loi sur la flexibilité, coupes dans les services publics, le gouvernement a accumulé les réformes anti-ouvrières et multiplié les cadeaux au patronat. "

La représentante de Lutte Ouvrière voit dans le budget 2015 " le résumé de cette politique pro patronale " . " Pour atteindre les 50 milliards de coupes budgétaires, combien de lits et de services seront encore fermés dans les hôpitaux ? Combien d’écoles ne pourront être restaurées, combien de prestations sociales amputées ? Et tout cela pourquoi ? Pour que le gouvernement fasse 41 milliards de cadeaux au patronat " .

Le capitalisme va-t-il " pourrir sur pied " ?

Mais, " le capitalisme est en train de pourrir sur pied " et ce combat se mènera contre le parti dit "socialiste", prévient Nathalie Arthaud.

" On a eu notre lot de licenciements et de fermetures d’entreprises : Parker, TRW… " , rappelle Claire Rocher, porte-parole de Lutte Ouvrière en Bourgogne. " Mais, il ne faut pas que les travailleurs désespèrent de la situation. A Sanofi, par exemple, il y a des mouvements déterminés et des salariés qui commencent à relever la tête " , conclut-elle.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Dinky le Jeu 27 Nov - 3:51

Vocations djihadistes : le reflet d'une société dans l'impasse

Le groupe État islamique a une nouvelle fois mis en scène ses exécutions en filmant la mort d'un jeune otage américain et celle de soldats syriens. Et le fait de découvrir que, parmi les bourreaux, figuraient de jeunes Occidentaux, a rappelé combien ce qui se déroule à des milliers de kilomètres nous concerne directement.

Un des jeunes bourreaux est français. Âgé de 22 ans, il est originaire de Normandie. Des reportages ont montré ses voisins et des membres de sa famille abasourdis d'apprendre qu'il était complice d'une telle horreur, une voisine évoquant même à son propos un « gamin super ».
Comme le montre cet exemple, ces jeunes allant rejoindre des groupes djihadistes peuvent très bien n'avoir aucun lien familial avec le Proche-Orient ou même le Maghreb.

Sous prétexte de lutter contre la menace terroriste, le gouvernement français a mis en place un arsenal législatif féroce à leur encontre. Un jeune Français de 28 ans, d'origine sud-coréenne, a été arrêté à son retour de Syrie où il s'était engagé auprès de milices islamistes. Bien qu'il ait nié avoir participé au moindre combat, ce que le tribunal n'a pas cherché à contester, il a été condamné à sept années de prison ferme, uniquement au nom de ses « intentions terroristes ».
Le gouvernement français en retour se sert de la peur du terrorisme pour cultiver son image de fermeté auprès de l'opinion publique. Mais il est évident qu'un tel verdict n'aura aucune influence sur les apprentis djihadistes et n'en fera pas renoncer un seul.
L'attraction que peuvent exercer les idées parmi les plus réactionnaires auprès d'une partie de la jeunesse est le signe de sa désorientation profonde. C'est en partie le fruit de la crise et du manque de perspectives qui en découle pour de nombreux jeunes. La société capitaliste qui se décompose n'a aucun idéal à offrir si ce n'est le chômage et la misère pour les uns, l'individualisme et le mirage de la réussite mesurée à l'aune de son compte en banque pour les autres. Les intégrismes, toutes religions confondues, ou le nationalisme exacerbé, spéculent sur le désespoir que cette situation engendre, en cherchant à dresser des pans de la population contre les autres. Tout cela alimente les idées réactionnaires de toute sorte.

La survie du système capitaliste bouche l'avenir pour toute la société, alors que les formidables moyens de production et les capacités scientifiques déployés à l'échelle de la planète pourraient ouvrir un âge d'or à toute l'humanité. Se battre pour un avenir communiste, dans lequel les valeurs ne seront pas l'argent, le pouvoir de dominer et d'exploiter, est bien la seule perspective qui mérite l'attention de la jeunesse.

Pierre Royan

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Toussaint le Jeu 27 Nov - 5:45

Very Happy Very Happy

Et parmi les choses qui jouent il y a le rejet de ces jeunes en révolte par les sectes racistes et méprisantes à leur égard du genre LO, avec leur discours sécuritaire sur le lumpen, leur racisme isla^mophobe, leur absence de solidarité avec les peuples arabes et africains, avec le peuple palestinien, leur arrogance de profs porteurs des "valeurs" de leurs Lumières face aux obscurantisés, aux sauvages qui ne comprennnent que la force.

Si encore ces groupuscules de bouffons étaient capables de proposer quoi que ce soit depuis leur création, mais même pas, leur arrogance s'explique en grande partie par leur incapacité politique à exister réellement.

Ces pauvres bouffons ne comprennent même pas que c'est aussi la marque de leur inutilité. A rire ou pleurer...
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Jeu 27 Nov - 9:17

Dinky a écrit:
Vocations djihadistes : le reflet d'une société dans l'impasse

Le groupe État islamique a une nouvelle fois mis en scène ses exécutions en filmant la mort d'un jeune otage américain et celle de soldats syriens. Et le fait de découvrir que, parmi les bourreaux, figuraient de jeunes Occidentaux, a rappelé combien ce qui se déroule à des milliers de kilomètres nous concerne directement.

Un des jeunes bourreaux est français. Âgé de 22 ans, il est originaire de Normandie. Des reportages ont montré ses voisins et des membres de sa famille abasourdis d'apprendre qu'il était complice d'une telle horreur, une voisine évoquant même à son propos un « gamin super ».
Comme le montre cet exemple, ces jeunes allant rejoindre des groupes djihadistes peuvent très bien n'avoir aucun lien familial avec le Proche-Orient ou même le Maghreb.

Sous prétexte de lutter contre la menace terroriste, le gouvernement français a mis en place un arsenal législatif féroce à leur encontre. Un jeune Français de 28 ans, d'origine sud-coréenne, a été arrêté à son retour de Syrie où il s'était engagé auprès de milices islamistes. Bien qu'il ait nié avoir participé au moindre combat, ce que le tribunal n'a pas cherché à contester, il a été condamné à sept années de prison ferme, uniquement au nom de ses « intentions terroristes ».
Le gouvernement français en retour se sert de la peur du terrorisme pour cultiver son image de fermeté auprès de l'opinion publique. Mais il est évident qu'un tel verdict n'aura aucune influence sur les apprentis djihadistes et n'en fera pas renoncer un seul.
L'attraction que peuvent exercer les idées parmi les plus réactionnaires auprès d'une partie de la jeunesse est le signe de sa désorientation profonde. C'est en partie le fruit de la crise et du manque de perspectives qui en découle pour de nombreux jeunes. La société capitaliste qui se décompose n'a aucun idéal à offrir si ce n'est le chômage et la misère pour les uns, l'individualisme et le mirage de la réussite mesurée à l'aune de son compte en banque pour les autres. Les intégrismes, toutes religions confondues, ou le nationalisme exacerbé, spéculent sur le désespoir que cette situation engendre, en cherchant à dresser des pans de la population contre les autres. Tout cela alimente les idées réactionnaires de toute sorte.


La survie du système capitaliste bouche l'avenir pour toute la société, alors que les formidables moyens de production et les capacités scientifiques déployés à l'échelle de la planète pourraient ouvrir un âge d'or à toute l'humanité. Se battre pour un avenir communiste, dans lequel les valeurs ne seront pas l'argent, le pouvoir de dominer et d'exploiter, est bien la seule perspective qui mérite l'attention de la jeunesse.

Pierre Royan

Surtout le fruit de la décomposition du mouvement ouvrier et ses charges d'espérance en un autre monde moins pourri.

Il est emblématique que les seuls qui ont fait une poussée en matière internationaliste soient certains courants de l’islamisme politique.
Il y a là des éléments à compléter dans la compréhension de ce qui se passe et non se contenter de commenter des infos.
La compréhension à minima que le monde a raccourci existe en pointillés, mais ne prend pas assez en compte la nécessité d'une analyse de classe des sociétés (dont la France fait partie) qui font partie de l'espace méditerranéen et proche oriental qui ont bousculé l'ordre des choses ces dernières années. ... et donc penser une stratégie à hauteur.

Des milliers de jeunes en France trouvent plus séduisants l'EIL que les baraques nationales du gauchisme, cela impose des éléments puissants de critique et d'auto-critique. Les jeunes révoltés ne se dirigent pas vers ceux qui leur ont craché dessus.... Surprise ?
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Jeu 27 Nov - 15:24

copas a écrit:Des milliers de jeunes en France trouvent plus séduisants l'EIL que les baraques nationales du gauchisme
Euuuuuuuh, y compris les baraques que tu éssayais de leur refourguer ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Jeu 27 Nov - 21:05

gérard menvussa a écrit:
copas a écrit:Des milliers de jeunes en France trouvent plus séduisants l'EIL que les baraques nationales du gauchisme
Euuuuuuuh, y compris les baraques que tu éssayais de leur refourguer ?

Remarque très futée...
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Ven 28 Nov - 0:01

Je ne crois pas que tu sois en mesure de me donner des leçons. Cela te permet au moins de ne pas répondre...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 13 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum