Je ne suis PAS Charlie

Page 2 sur 26 Précédent  1, 2, 3 ... 14 ... 26  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Lun 12 Jan - 17:18

Il manque tout de même un élément important dans l'analyse de Saïd Bouamama, c'est le rôle de la crise économique dans la marginalisation et la désespérance des jeunes qui se lancent dans le djihadisme.
__
Je ne comprends pas pourquoi tu as déplacé ce texte, qui convenait mieux au fil sur l'attentat...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Lun 12 Jan - 17:45

[img][/img]

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Roseau le Lun 12 Jan - 18:14

Excellent dessin, qui dit l'essentiel!
Une des choses les plus écoeurante de la marche OTANDE,
c'est effet les applaudissements pour les bandes armées du capital,
reprises en boucle par ses media...

Par ailleurs, j'aime bien ces deux là




Dernière édition par Roseau le Lun 12 Jan - 18:50, édité 2 fois
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Lun 12 Jan - 18:30

Déclaration du journal guadeloupéen Rebelle
POURQUOI NOUS NE DÉFILERONS PAS DERRIÈRE LE PRÉFET DIMANCHE !
L’attentat ignoble dont a été victime le journal Charlie Hebdo nous a particulièrement touchés. Ce journal dénonçait, en vrac et avec humour, les militaires, les notables, les religieux, bref tout ce qui représente l’ordre établi.
C’est écœurant de voir tous les représentants de la loi et de l’ordre, tous les notables, nous appeler à se ranger derrière eux dimanche pour honorer les journalistes assassinés. Quelle hypocrisie !
En Guadeloupe, sans vouloir nous vanter, ce qui ressemble le plus à Charlie Hebdo, c’est le journal Rebelle ! Depuis son lancement en septembre 2008, nous avons subi 6 procédures de sanctions administratives, 7 convocations dans un commissariat ou une gendarmerie, 6 arrestations, 13 plaintes déposées par l’administration de l’Éducation nationale.
Nous avons écrit à tous les ministres, les élus, les préfets et les recteurs pour dénoncer le harcèlement subi par Rebelle ! Leur réponse ? Un silence gêné, ou encore plus de harcèlement.
Deux étudiants, Sony et Raphaël, ont été condamnés à de la prison avec sursis parce qu’ils « osent » animer Rebelle ! Ils doivent retourner au tribunal le 3 mars, à Basse-Terre, pour leur procès en appel.
Alors demain, justement parce que Nous Sommes Charlie, nous ne marcherons pas derrière ces gens-là.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  MO2014 le Lun 12 Jan - 18:34

verié2 a écrit: comprends pas pourquoi tu as déplacé ce texte, qui convenait mieux au fil sur l'attentat...
ce texte http://forummarxiste.forum-actif.net/t3703p15-je-ne-suis-pas-charlie#99225
a une conclusion sur le sens et le rôle du slogan "Je suis Charlie" qui lui donnait sa place ici même. :

...

Être Charlie ? Qui peut être Charlie ? Qui veut être Charlie ?
Le slogan « nous sommes tous Charlie » est enfin la dernière instrumentalisation en déploiement ces jours-ci. Si l’attentat contre Charlie Hebdo est condamnable, il est hors de question cependant d’oublier le rôle qu’a joué cet hebdomadaire dans la constitution du climat islamophobe d’aujourd’hui.
Il est également hors de question d’oublier les odes à Bush que ses pages accueillaient alors que celui-ci impulsait cette fameuse « guerre contre le terrorisme » en Afghanistan puis en Irak. Ces prises de positions écrites ou dessinées ne sont pas des détails ou de simples amusements sans conséquences : elles sont à l’origine de multiples agressions de femmes voilées et de nombreux actes contre des lieux de cultes musulmans.
Surtout, ce journal a fortement contribué à cliver les classes populaires au moment où elles avaient besoin plus que jamais d’unité et de solidarité. Nous ne sommes PAS PLUS Charlie hier qu’aujourd’hui.
Les temps qui s’annoncent vont être difficiles et coûteux.
Pour stopper l’escalade, nous devons mettre fin à la violence des dominants : nous devons nous battre pour stopper les guerres impérialistes en cours et abroger les lois racistes.
Pour stopper l’escalade, nous devons développer tous les cadres et événements de solidarité destinés à empêcher la déferlante des propos ou actes racistes et notamment islamophobes.
Pour stopper l’escalade, nous devons construire tous les espaces de solidarité économique et sociale possibles dans nos quartiers populaires, en toute autonomie vis-à-vis de tous ceux qui prônent l’union nationale comme perspective.
Plus que jamais, nous avons besoin de nous organiser, de serrer les rangs, de refuser la logique « divisant ceux qui devraient être unis et unissant ceux qui devraient être divisés ».
Plus que jamais, nous devons désigner l’ennemi pour nous construire ensemble : l’ennemi c’est tout ce qui nous divise."

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Lun 12 Jan - 18:38

une conclusion sur le sens et le rôle du slogan "Je suis Charlie"
OK, mais la plus grande partie est consacrée à une analyse intéressante, mais qui, comme je l'ai déjà écrit, oublie la crise économique.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  topaze le Lun 12 Jan - 19:12

Si le sujet 'je ne suis pas Charlie' est pour dire a qui profite le crime, je pense que l'article publié par le CCI sur son site à plus sa place ici:

http://fr.internationalism.org/revolution-internationale/201501/9166/attentats-sanglants-a-paris-terrorisme-manifestation-putrefact

Topaze

topaze

Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Lun 12 Jan - 19:22

CCI
Et le pire n'est pas encore là. Le pire, c'est que l'acte extrême des frères Kouachi, d'Amedy Coulibaly et de leurs éventuels complices n'est que la pointe émergée d'un iceberg, de toute une mouvance qui prospère de plus en plus dans les banlieues pauvres, une mouvance qui s'est exprimée lorsqu'un certain nombre de jeunes ont exprimé l'idée que "Charlie Hebdo l'avait bien cherché en insultant le prophète", et que l'assassinat des dessinateurs était quelque chose de "normal".
Toute une mouvance ? Entre la pratique religieuse, l'islam rigoriste, l'intégrisme et le terrorisme, il y a plus que des nuances. Quant aux jeunes qui réagissent ainsi, il faut tout de même distinguer entre provocation, réaction exaspérée et véritable approbation du massacre. Avec ce discours, on risque vite de voir ouvrir des Guantanamo à la française pour parquer une partie des jeunes - qui l'est d'ailleurs déjà pour une part en prison depuis longtemps...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  yannalan le Lun 12 Jan - 19:54

Même le CCI s'y met.... C'est pire qu'en 14...
Franchement, ces histoires de refus de minute de silence sont merdiques, si tu n'as pas envie de la faire, tu ne la fais pas et basta.Comme disait un voisin qui n' a rien d'arabe ou de musulman "on est contre les meurtres, de eux ou d'autres, mais on va pas les embrasser non plus, faut pas pousser"
Tu as allé faire la bise aux CRS aussi ?

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  MO2014 le Lun 12 Jan - 21:27

verié2 a écrit:
une conclusion sur le sens et le rôle du slogan "Je suis Charlie"
OK, mais la plus grande partie est consacrée à une analyse intéressante...

oh Bouamama serait flatté de lire une chose pareille ...

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Prado le Lun 12 Jan - 23:33

Saïd Bouamama a écrit: Sans pouvoir être exhaustifs, rappelons quelques éléments de ces derniers jours. Du côté des discours, nous avons eu Marine Le Pen exigeant un débat national contre le « fondamentalisme islamique », le bloc identitaire déclarant la nécessité de « remettre en cause l’immigration massive et l’islamisation » pour lutter contre le « djihadisme », le journaliste Yvan Rioufol du Figaro sommant Rokhaya Diallo de se désolidariser sur RTL, Jeannette Bougrab accusant « ceux qui ont traité Charlie Hebdo d’islamophobe » d’être les coupables de l’attentat, sans compter toutes les déclarations parlant « de guerre déclarée ».
Oui, mais on a également assisté à des réactions inverses. Ainsi, l'économiste (et banquier) Olivier Pastré a proposé aussitôt la régularisation de tous les sans-papiers.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Dinky le Mar 13 Jan - 0:10

MO2014 a écrit:
verié2 a écrit:
une conclusion sur le sens et le rôle du slogan "Je suis Charlie"
OK, mais la plus grande partie est consacrée à une analyse intéressante...

oh Bouamama serait flatté de lire une chose pareille ...

Pourquoi pas?
Mais pour le mouvement ouvrier, il est essentiel de ne pas se laisser confondre avec des bouses comme le PIR, même si heureusement il n'a aucun poids dans la situation.
Et même si ceux qui refusent l'Union Sacrée" n'ont également aucun poids, ils doivent montrer qu'ils n'ont rien à voir avec le PIR et ses idiots utiles afin de se préparer pour l'avenir.
L'islamisme et ses complices, c'est un poison dangereux à combattre sans concession; ce qui veut dire, aune alliance avec ceux qui tolèrent ou cautionnent la pourriture communautariste.
Demain, réunion de mon UL, qui s’annonce conflictuelle; Pas question d'être assimilés aux ordures islamistes ou aux partisans d'une union patriotique.
Et les haines racistes de Boutelja et de sa clique pourront servir de support comme les roucoulements patriotiques de Melenchon.
Tout ça se vaut et doit être combattu sans concession pour construire l'unité ouvrière.

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  MO2014 le Mar 13 Jan - 0:57

Dinky a écrit:
MO2014 a écrit:
verié2 a écrit:
une conclusion sur le sens et le rôle du slogan "Je suis Charlie"
OK, mais la plus grande partie est consacrée à une analyse intéressante...

oh Bouamama serait flatté de lire une chose pareille ...

Pourquoi pas?
Mais pour le mouvement ouvrier, il est essentiel de ne pas se laisser confondre avec des bouses comme le PIR, même si heureusement il n'a aucun poids dans la situation.
Et même si ceux qui refusent l'Union Sacrée" n'ont également aucun poids, ils doivent montrer qu'ils n'ont rien à voir avec le PIR et ses idiots utiles afin de se préparer pour l'avenir.
L'islamisme et ses complices, c'est un poison dangereux à combattre sans concession; ce qui veut dire, aune alliance avec ceux qui tolèrent ou cautionnent la pourriture communautariste.
Demain, réunion de mon UL, qui s’annonce conflictuelle; Pas question d'être assimilés aux ordures islamistes ou aux partisans d'une union patriotique.
Et les haines racistes de Boutelja et de sa clique pourront servir de support comme les roucoulements patriotiques de Melenchon.
Tout ça se vaut et doit être combattu sans concession pour construire l'unité ouvrière.

Le style est poussif malgré les efforts sur les images... Avec de tels propos racistes et islamophobes et c'est ton credo, ce n'est pas l'unité ouvrière que tu construis, mais c'est l'unité pour la suprématie blanche dans une sainte alliance avec l'extrême droite.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Dinky le Mar 13 Jan - 1:13

ce n'est pas l'unité ouvrière que tu construis, l'unité pour la suprématie blanche

C'est ça que j'aime parce que c'est clair.
Qu'y a t-il de plus imbécile et réactionnaire que cette notion de "suprématie blanche" à l'heure ou l'impérialisme, lui, (et ce n'est pas du fantasme de pseudos intellos ratés) renforce sa suprématie sur le monde entier et sur des centaines de millions d'exploités ?
Je crois (et j'espère) que tous les salopards qui voudraient, en activant les peurs, les préjugés racistes et les haines, nous diviser en fonction de nos "couleurs" ou de nos origines, seront balayés par une remontée des luttes et de la conscience du prolétariat.
Au boulot..!

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  MO2014 le Mar 13 Jan - 1:53

Dinky a écrit:
ce n'est pas l'unité ouvrière que tu construis, l'unité pour la suprématie blanche

C'est ça que j'aime parce que c'est clair.

non parce que tu as tronqué la phrase qui est
ce n'est pas l'unité ouvrière que tu construis, l'unité pour la suprématie blanche dans une sainte alliance avec l'extrême droite car c'est bien ce que ta secte raciste à montré à de nombreuses reprises : la roi raciste sur le voile,  l'affaire Baby Loup, le refus de considérer et d'utiliser "l'islamophobie" comme une forme actuelle du racisme...etc.
Tes formules coupées des réalités du travail démontrent la signification réactionnaire de ta négation des "couleurs" et des discriminations les plus terribles qui frappent les immigrés dans les usines et les quartiers populaires. Les immigrés tu les acceptes dans ta secte d'extrême gauche que s'ils acceptent de renoncer à ce qu'ils sont. Tes positions ont encore un faible succès chez les profs tordant la laïcité jusqu'au racisme mais dans les quartiers populaires, elles ne rencontreront, au plus, que le succès marginal du FN. Même pas, car dans cette situation l'original est toujours préféré à la copie.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Toussaint le Mar 13 Jan - 5:08

Mais pour le mouvement ouvrier, il est essentiel de ne pas se laisser confondre avec des bouses comme le PIR, même si heureusement il n'a aucun poids dans la situation.

Heureusement, LO a un poids... Very Happy Toujours le comique troupier, le Vals...

ce n'est pas l'unité ouvrière que tu construis, l'unité pour la suprématie blanche dans une sainte alliance avec l'extrême droite car c'est bien ce que ta secte raciste à montré à de nombreuses reprises : la roi raciste sur le voile, l'affaire Baby Loup, le refus de considérer et d'utiliser "l'islamophobie" comme une forme actuelle du racisme...etc.
Tes formules coupées des réalités du travail démontrent la signification réactionnaire de ta négation des "couleurs" et des discriminations les plus terribles qui frappent les immigrés dans les usines et les quartiers populaires. Les immigrés tu les acceptes dans ta secte d'extrême gauche que s'ils acceptent de renoncer à ce qu'ils sont. Tes positions ont encore un faible succès chez les profs tordant la laïcité jusqu'au racisme mais dans les quartiers populaires, elles ne rencontreront, au plus, que le succès marginal du FN. Même pas, car dans cette situation l'original est toujours préféré à la copie.

cheers Pas mieux...

nous diviser en fonction de nos "couleurs" ou de nos origines

La bonne blague, comme si votre système n'avait pas consolidé sa domination en racialisant et en opprimant de façon différente en fonction de la couleur, la culture et la religion, comme tu le fais à longueur de temps. Les gens qui mangent hallal ne passent pas leur temps à vomir ceux qui ne le font pas. Toi, il suffisait de te lire lorsque ton chef de meute Sarkozy avait sonné la charge sur le hallal. Tu t'étais aussitôt rangé dans ses troupes, comme ta secte de racistes l'avait fait en 2003 pour chasser les musulmanes de votre école.

La division n'est pas du fait de ceux qui sont racialisés et discriminés, ceux que tes amis de Charlie appellent les nègres ou les cons, selon les moments, évidemment pour les éduquer, merci bwana, je ris comme Banania. C'est précisément pour rechercher l'unité que les discriminés doivent s'unir en force autonome afin de ne plus avoir à passer sous vos fourches caudines comme eux et leurs parents l'ont fait si longtemps, comme dit Saïd, on a fait l'expérience de l'invisibilité, de l'effacement et du reniement de ce qui fait que nous sommes qui nous sommes...
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Roseau le Mar 13 Jan - 12:40

MO2014 a écrit:L’ATTENTAT CONTRE CHARLIE HEBDO : L’OCCULTATION POLITIQUE ET MEDIATIQUE DES CAUSES, DES CONSEQUENCES ET DES ENJEUX
Publié le 11 janvier 2015 par bouamamas

Saïd Bouamama.

« Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »
Bertolt Brecht

L’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo marquera notre histoire contemporaine. Il reste à savoir dans quel sens et avec quelles conséquences. Dans le contexte actuel de « guerre contre le terrorisme » (guerre extérieure) et de racisme et d’islamophobie d’Etat, les artisans de cet acte ont, consciemment ou non [1] accéléré un processus de stigmatisation et d’isolement de la composante musulmane, réelle ou supposée, des classes populaires.
Les conséquences politiques de l’attentat sont déjà désastreuses pour les classes populaires et cela va se renforcer si aucune alternative politique à la fameuse « Union Nationale » n’est proposée.
En effet, la manière dont les médias français et une écrasante majorité de la classe politique réagissent est criminelle. Ce sont ces réactions qui sont dangereuses pour l’avenir et qui portent en elles de nombreux « dégâts collatéraux » et de futurs 7 et 9 janviers toujours plus meurtriers. Comprendre et analyser pour agir est la seule posture qui peut permettre aujourd’hui d’éviter les instrumentalisations et dévoiements d’une émotion, d’une colère et d’une révolte légitime.

téléchargement

L’occultation totale des causes

Ne pas prendre en compte les causalités profondes et immédiates, isoler les conséquences du contexte qui les fait émerger et ne pas inscrire un événement aussi violent dans la généalogie des facteurs qui l’ont rendu possible condamne, au mieux, à la tétanie, au pire, à une logique de guerre civile. Aujourd’hui, personne dans les médias n’aborde les causes réelles ou potentielles. Pourquoi est-il possible qu’un tel attentat se produise à Paris aujourd’hui ?

Comme le souligne Sophie Wahnich, il existe « un usage fasciste des émotions politiques de la foule » dont le seul antidote est le « nouage possible des émotions et de la raison » [2]. Ce que nous vivons aujourd’hui est ce cantonnement des discours médiatiques et politiques dominants à la seule émotion, en occultant totalement l’analyse réelle et concrète. Toute tentative d’analyse réelle de la situation, telle qu’elle est, ou toute analyse tentant de proposer une autre explication que celle fournie par les médias et la classe politique, devient une apologie de l’attentat.

Regard sur le ventre fécond de la bête immonde

Regardons donc du côté des causes et d’abord de celles qui relèvent désormais de la longue durée et de la dimension internationale. La France est une des puissances les plus en guerre sur la planète. De l’Irak à la Syrie, en passant par la Libye et l’Afghanistan pour le pétrole, du Mali à la Centrafrique, en passant par le Congo pour les minerais stratégiques, les soldats français contribuent à semer la mort et le désastre aux quatre coins de la planète.
La fin des équilibres mondiaux issus de la seconde guerre mondiale avec la disparition de l’URSS, couplée à une mondialisation capitaliste centrée sur la baisse des coûts pour maximiser les profits et à la nouvelle concurrence des pays émergents, font de la maîtrise des matières premières la cause principale des ingérences, interventions et guerres contemporaines. Voici comment le sociologue Thierry Brugvin résume la place des guerres dans le monde contemporain :

« La conclusion de la guerre froide a précipité la fin d’une régulation des conflits au niveau mondial. Entre 1990 et 2001 le nombre de conflits interétatiques a explosé : 57 conflits majeurs sur 45 territoires distincts. […] Officiellement, le départ pour la guerre contre une nation adverse est toujours légitimé par des mobiles vertueux : défense de la liberté, démocratie, justice… Dans les faits, les guerres permettent de contrôler économiquement un pays, mais aussi de faire en sorte que les entrepreneurs privés d’une nation puissent accaparer les matières premières (pétrole, uranium, minerais, etc.) ou les ressources humaines d’un pays. » [3]

index
Depuis les attentats du 11 septembre 2001, le discours de légitimation des guerres s’est construit essentiellement sur le « danger islamiste » contribuant au développement d’une islamophobie à grande échelle au sein des principales puissances occidentales, que les rapports officiels eux-mêmes sont contraints de constater. [4] Dans le même temps, ces guerres produisent une solide « haine de l’occident » dans les peuples victimes de ces agressions militaires. [5] Les guerres menées par l’occident sont une des principales matrices de la bête immonde.
Dans la volonté de contrôle des richesses pétro-gazières, le Proche et le Moyen-Orient sont un enjeu géostratégique central. Les stratégies des puissances occidentales en général et françaises en particulier, se déploient sur deux axes : le renforcement d’Israël comme base et pivot du contrôle de la région, et le soutien aux pétromonarchies réactionnaires du golfe.
Le soutien indéfectible à l’Etat d’Israël est ainsi une constante de la politique française ne connaissant pas d’alternance, de Sarkozy à Hollande. L’État sioniste peut assassiner en toute impunité sur une grande échelle. Quels que soient l’ampleur et les moyens des massacres, le gérant local des intérêts occidentaux n’est jamais véritablement et durablement inquiété. François Hollande déclare ainsi lors de son voyage officiel en Israël en 2013 : « je resterai toujours un ami d’Israël ». [6]
Et, là aussi, le discours médiatique et politique de légitimation d’un tel soutien se construit sur la base d’une présentation du Hamas palestinien mais également (à travers des imprécisions verbales récurrentes) de la résistance palestinienne dans son ensemble, de la population palestinienne dans son ensemble et de ses soutiens politiques internationaux, comme porteurs d’un danger « islamiste ». La logique « du deux poids, deux mesures » s’impose une nouvelle fois à partir d’une approche islamophobe portée par les plus hauts sommets de l’État et relayée par la grande majorité des médias et des acteurs politiques.
Tel est le second profil du ventre de la bête immonde.
Ces facteurs internationaux se conjuguent à des facteurs internes à la société française. Nous avons déjà souligné, plus haut, l’islamophobie d’État, propulsée par la loi sur le foulard en 2004 et entretenue depuis régulièrement (discours sur les révoltes des quartiers populaires en 2005, loi sur le niqab, « débat » sur l’identité nationale, circulaire Chatel et exclusion des mères voilées des sorties scolaires, harcèlement des lycéennes en jupes longues, interdiction des manifestations de soutien au peuple palestinien, etc.).
Il faut maintenant souligner que ce climat islamophobe n’a été confronté à aucune réponse par les forces politiques se réclamant des classes populaires. Plus grave, un consensus très large s’est fait jour à plusieurs reprises, au prétexte de défendre la « laïcité » ou de ne pas frayer avec « ceux qui défendent le Hamas ». De l’extrême-droite à une partie importante de l’extrême gauche, les mêmes arguments ont été avancés, les mêmes clivages ont été construits, les mêmes conséquences ont été produites.
Le résultat n’est rien d’autre que l’enracinement encore plus profond des islamalgames, l’approfondissement d’un clivage au sein des classes populaires, la fragilisation encore plus grande des digues antiracistes déjà fragilisées, et des violences concrètes ou symboliques exercées contre les musulmans et les musulmanes. Ce résultat peut se décrire, comme le propose Raphaël Liogier, comme la diffusion, dans une partie importante de la société, du « mythe de l’islamisation » débouchant sur la tendance à constituer une « obsession collective ». [7]

islamophobie5
La tendance à la production d’une « obsession collective » s’est de surcroît encore approfondie avec le traitement médiatique récent des cas Zemmour et Houellebecq.
Après lui avoir offert de multiples tribunes, Eric Zemmour est renvoyé d’I-télé pour avoir proposé la « déportation des musulmans français ». Dans le contexte d’obsession collective que nous avons évoquée, cela lui permet de se poser en victime. Quant à l’écrivain, il est défendu par de nombreux journalistes au prétexte de ne pas confondre fiction et réalité.
Dans les deux cas cependant, il reste un approfondissement de « l’obsession collective » d’une part, et le sentiment d’être insulté en permanence une nouvelle fois, d’autre part. Tel est le troisième profil du ventre de la bête immonde.
Ce facteur interne d’une islamophobie banalisée a des effets décuplés dans le contexte de fragilisation économique, sociale et politique générale des classes populaires aujourd’hui. La paupérisation et la précarisation massive sont devenues insoutenables dans les quartiers populaires. Il en découle des rapports sociaux marqués par une violence grandissante contre soi et contre les proches. A cela, se combinent le déclassement d’une part importante des classes moyennes, ainsi que la peur du déclassement pour ceux chez qui tout va encore bien mais qui ne sont pas « bien nés ». Ceux-là, se sentant en danger, disposent alors d’une cible consensuelle déjà toute désignée médiatiquement et politiquement comme légitime : le musulman ou la musulmane.
La fragilisation touche encore plus fortement la composante issue de l’immigration des classes populaires, qui est confrontée aux discriminations racistes systémiques (angle absolument mort des discours des organisations politiques se réclamant des classes populaires), celles-ci produisant des trajectoires de marginalisation (dans la formation, dans l’emploi, dans la recherche du logement, dans le rapport à la police et aux contrôles au faciès, etc.). [8]
L’approfondissement du clivage entre deux composantes des classes populaires dans une logique de « diviser ceux qui devraient être unis (les différentes composantes des classes populaires) et d’unir ceux qui devraient être divisés (les classes sociales aux intérêts divergents) » est le quatrième profil du ventre de la bête immonde.
De quoi accouche un tel ventre ?
Une telle matrice est à l’évidence propice à l’émergence de trajectoires nihilistes se traduisant par la tuerie à Charlie Hebdo. Extrêmement minoritaires, ces trajectoires sont une production de notre système social et des inégalités et discriminations massives qui le caractérisent.
Mais ce qu’ont révélé les réactions à l’attentat est tout autant important et, quantitativement, bien plus répandu que l’option nihiliste (pour le moment ?).
Sans pouvoir être exhaustifs, rappelons quelques éléments de ces derniers jours. Du côté des discours, nous avons eu Marine Le Pen exigeant un débat national contre le « fondamentalisme islamique », le bloc identitaire déclarant la nécessité de « remettre en cause l’immigration massive et l’islamisation » pour lutter contre le « djihadisme », le journaliste Yvan Rioufol du Figaro sommant Rokhaya Diallo de se désolidariser sur RTL, Jeannette Bougrab accusant « ceux qui ont traité Charlie Hebdo d’islamophobe » d’être les coupables de l’attentat, sans compter toutes les déclarations parlant « de guerre déclarée ».
A ces propos, se joignent des passages à l’acte de ces derniers jours : une Femen se filme en train de brûler et de piétiner le Coran, des coups de feu sont tirés contre la mosquée d’Albi, des tags racistes sont peints sur les mosquée de Bayonne et Poitiers, des grenades sont lancées contre une autre au Mans, des coups de feu sont tirés contre une salle de prière à Port la Nouvelle, une autre salle de prière est incendiée à Aix les Bains, une tête de sanglier et des viscères sont accrochés devant une salle de prière à Corte en Corse, un restaurant-snack-kebab est l’objet d’une explosion à Villefranche sur Saône, un automobiliste est la cible de coups de feu dans le Vaucluse, un lycéen d’origine maghrébine de 17 ans est molesté lors d’une minute de silence à Bourgoin-Jallieu en Isère, etc. Ces propos et actes montrent l’ampleur des dégâts d’ores et déjà causés par les dernières décennies de banalisation islamophobe. Ils font aussi partie de la bête immonde.
La bête immonde se trouve également dans l’absence criante d’indignation face aux victimes innombrables des guerres impérialistes de ces dernières décennies. Réagissant à propos du 11 septembre, la philosophe Judith Butler s’interroge sur l’indignation inégale. Elle souligne que l’indignation justifiée pour les victimes du 11 septembre s’accompagne d’une indifférence pour les victimes des guerres menées par les USA : « Comment se fait-il qu’on ne nous donne pas les noms des morts de cette guerre, y compris ceux que les USA ont tués, ceux dont on n’aura jamais une image, un nom, une histoire, jamais le moindre fragment de témoignage sur leur vie, quelque chose à voir, à toucher, à savoir ? ». [9]
Cette indignation inégale est à la base du processus de production d’un clivage bien réel au sein des classes populaires. Et c’est ce clivage qui est porteur de tous les dangers, notamment en période de construction de « l’union nationale », comme aujourd’hui.
L’union nationale qu’ils rêvent de construire, c’est « toutes et tous ensemble contre ceux qui ne sont pas des nôtres, contre celles et ceux qui ne montrent pas patte blanche ».

Une formidable instrumentalisation politique

Mais le scandale que nous vivons aujourd’hui ne s’arrête pas là. C’est avec un cynisme consommé que des instrumentalisations de la situation, et de la panique qu’elle suscite, se déploient à longueur de journée.

* Renforcement sécuritaire et atteintes aux libertés démocratiques

Certains, comme Dupont Aignan, réclament « plus de souplesse aux forces de l’ordre » alors qu’une nouvelle « loi antiterroriste » a déjà été votée l’automne dernier. Et, en écho, Thierry Mariani fait référence au Patriot Act états-unien (dont la conséquence a été de graves atteintes aux libertés individuelles sous prétexte de lutte contre le terrorisme) : « Les Etats-Unis ont su réagir après le 11 Septembre. On a dénoncé le Patriot Act, mais, depuis, ils n’ont pas eu d’attentat à part Boston ». [10]
Instrumentaliser la peur et l’émotion pour renforcer des lois et mesures liberticides, telle est la première manipulation qui est aujourd’hui testée pour mesurer le champ des possibles en matière de régression démocratique. D’ores et déjà, certaines revendications légitimes et urgentes sont rendues inaudibles par la surenchère sécuritaire qui tente de profiter de la situation : il sera par exemple beaucoup plus difficile de mener le combat contre le contrôle au faciès, et les humiliations quotidiennes qu’il produit continueront à s’exercer dans l’indifférence générale.

* L’unité nationale

La construction active et déterminée de l’unité nationale est la seconde instrumentalisation majeure en cours. Elle permet de mettre en sourdine l’ensemble des revendications qui entravent le processus de dérégulation généralisé. La ficelle a beau être grosse, elle est efficace dans un climat de peur généralisé, que l’ensemble des médias produisent quotidiennement.
Dans certaines villes, l’unité nationale est déjà étendue au Front National qui a participé aux rassemblements de soutien à Charlie Hebdo. Dati et Fillon s’indignent déjà de « l’exclusion » de Marine Le Pen de l’unité nationale. C’est cette « unité nationale » qui fait le plus de dégâts politiquement aussi, car elle détruit les rares repères positifs qui pouvaient exister auparavant en termes d’alliances possibles et d’identités politiques.
* L’injonction à se justifier
Une autre instrumentalisation se trouve dans l’injonction permanente des musulmans réels ou supposés à se justifier pour des actes qu’ils n’ont pas commis, et/ou à se démarquer des auteurs de l’attentat.
Cette mise en accusation permanente est humiliante. Il n’est venu à l’idée de personne d’exiger de tous les chrétiens réels ou supposés une condamnation lorsque le Norvégien Anders Behring Breivik a assassiné 77 personnes en juillet 2011 en se revendiquant de l’islamophobie et du nationalisme blanc.
Derrière cette injonction, se trouve la logique posant l’islam comme étant par essence incompatible avec la République. De cette logique découle l’idée de mettre les musulmans, réels ou supposés, sous surveillance non seulement des policiers, mais également des médias, des profs, des voisins, etc.

* Être Charlie ? Qui peut être Charlie ? Qui veut être Charlie ?

Le slogan « nous sommes tous Charlie » est enfin la dernière instrumentalisation en déploiement ces jours-ci. Si l’attentat contre Charlie Hebdo est condamnable, il est hors de question cependant d’oublier le rôle qu’a joué cet hebdomadaire dans la constitution du climat islamophobe d’aujourd’hui.
Il est également hors de question d’oublier les odes à Bush que ses pages accueillaient alors que celui-ci impulsait cette fameuse « guerre contre le terrorisme » en Afghanistan puis en Irak. Ces prises de positions écrites ou dessinées ne sont pas des détails ou de simples amusements sans conséquences : elles sont à l’origine de multiples agressions de femmes voilées et de nombreux actes contre des lieux de cultes musulmans.
Surtout, ce journal a fortement contribué à cliver les classes populaires au moment où elles avaient besoin plus que jamais d’unité et de solidarité. Nous ne sommes PAS PLUS Charlie hier qu’aujourd’hui.
Les temps qui s’annoncent vont être difficiles et coûteux.
Pour stopper l’escalade, nous devons mettre fin à la violence des dominants : nous devons nous battre pour stopper les guerres impérialistes en cours et abroger les lois racistes.
Pour stopper l’escalade, nous devons développer tous les cadres et événements de solidarité destinés à empêcher la déferlante des propos ou actes racistes et notamment islamophobes.
Pour stopper l’escalade, nous devons construire tous les espaces de solidarité économique et sociale possibles dans nos quartiers populaires, en toute autonomie vis-à-vis de tous ceux qui prônent l’union nationale comme perspective.
Plus que jamais, nous avons besoin de nous organiser, de serrer les rangs, de refuser la logique « divisant ceux qui devraient être unis et unissant ceux qui devraient être divisés ».
Plus que jamais, nous devons désigner l’ennemi pour nous construire ensemble : l’ennemi c’est tout ce qui nous divise.

[1] Il est d’une part trop tôt pour le dire et, d’autre part, le résultat est le même
[2] Sophie Wahnich, La révolution française, un évènement de la raison sensible 1787-1799, Hachette, Paris, 2012, p. 19.
[3] Thierry Brugvin, Le pouvoir illégal des élites, Max Milo, Paris, 2014.
[4] Djacoba Liva Tehindrazanarivelo, Le racisme à l’égard des migrants en Europe, éditions du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2009, p. 171.
[5] Jean Ziegler, La haine de l’Occident, Albin Michel, Paris, 2008.
[6] Le Monde, Hollande « ami d’Israël » reste ferme face à l’Iran, 17-11-2013.
[7] Raphaël Liogier, Le mythe de l’islamisation, essai sur une obsession collective, Le Seuil, Paris, 2012.
[8] Voir sur cet aspect mon dernièr article sur mon blog, Les dégâts invisibilisés des discriminations inégalité sociales et des discriminations racistes et sexistes, https://bouamamas.wordpress.com/
[9] Judith Butler, cité dans, Mathias Delori, Ces morts que nous n’allons pas pleurer, http://blogs.mediapart.fr/blog/mathiasdelori/080115/ces-morts-que-nous-n-allons-pas-pleurer., consulté le 9 janvier 2015 à 18 h.
[10] Le Parisien du 8-01-2015.

Je recommande la diffusion de ce texte, excellent,
où tout es dit, sauf que Vérié a raison:
lorsque l'on parle de "ventre fécond",
il faut rappeler que c'est à cause de la crise,
qui n'a fait que commencer en France,
que le racisme est un poison mortel.

PS.
Dinky a écrit:des bouses comme le PIR
Traiter de "merde" MO qui se revendique du PIR est une insulte.
On peut la juger utile car les insultes répétées indiquent une incapacité à argumenter.
Mais elles peuvent pourrir le forum si l'insulté accepte de jouer dans la fange.
Les insultes de Vals, déjà banni de ce forum pour ces pratiques,
et revenu planqué sous faux nom, n'ont rien à faire sur se forum.


Dernière édition par Roseau le Mar 13 Jan - 12:57, édité 2 fois
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Mar 13 Jan - 12:56

Je me répète, mais puisque Roseau a remis en ligne le texte de Saïd Bouamama, il faut souligner qu'il manque une dimension importante dans cette analyse : la crise économique et l'accentuation de la marginalisation d'une partie de la jeunesse.

Au cours de discussions récentes, on entend les arguments suivants :
-Des guerres, il y en a déjà eu sans que ça engendre le terrorisme.
-Des pauvres ? D'accord, j'en connais plein, mais ils ne tombent pas dans le djihadisme.

C'est l'aggravation et la conjugaison de ces deux éléments, auxquels il faut ajouter certainement la montée de l'islamophobie comme le développe longuement Saïd Bouamama, qui sont probablement à l'origine de cette forme de terrorisme. Les causes sont à la fois endogènes et exogènes, à la différence de celles des attentats à la bombe commis par des services iraniens, Libyens, Syriens ou des individus commandités par eux dont les causes étaient essentiellement exogènes. (Les attentats organisés par les Iraniens pour protester contre la rupture du contrat nucléaire passé à avec la France par exemple.)

Mais je suis d'accord avec Saïd Bouamama qu'il faut expliquer ces causes. Cela, les médias ne le peuvent pas sans remettre en question les guerres impérialistes...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Mar 13 Jan - 13:39

[img][/img]

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Charlie en pire

Message  Roseau le Mar 13 Jan - 14:58

La nouvelle une à gerber. Et à des millions d'exemplaires !



Charlie pardonne à qui à quoi ? Aux musulmans ? A l'Islam ?
L'islamophobie, inconsciente le plus souvent,
(comme celle de quelques-uns même sur un forum MR !)
héritée du passé colonial crapoteux franchouillard,
prend ici la forme de l'amalgame.
Serait-ce-trop que de demander de placer un cerveau derrière un crayon?
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Mar 13 Jan - 15:17

Cette Une est tout de même nettement plus soft que les précédentes. Il semble que les nouveaux patrons de Charlie et leurs sponsors aient voulu à la fois ne pas jeter de l'huile sur le feu et donner l'impression qu'ils ne reculaient pas. Résultat : cette couverture mi-figue mi-raisin est plutôt gentillette et pas très drôle. Mais je ne la trouve pas "à gerber". On peut supposer que Mahommet pardonne aux assassins qui prétendent avoir agi en son nom...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Prado le Mar 13 Jan - 15:29

verié2 a écrit:Cette Une est tout de même nettement plus soft que les précédentes. Il semble que les nouveaux patrons de Charlie et leurs sponsors aient voulu à la fois ne pas jeter de l'huile sur le feu et donner l'impression qu'ils ne reculaient pas. Résultat : cette couverture mi-figue mi-raisin est plutôt gentillette et pas très drôle. Mais je ne la trouve pas "à gerber". On peut supposer que Mahommet pardonne aux assassins qui prétendent avoir agi en son nom...
Ce dessin n'est vraiment pas d'une clarté limpide.
Roseau comprend que c'est Charlie qui pardonne.
Toi, tu comprends que "Mahommet pardonne aux assassins qui prétendent avoir agi en son nom".
Moi, je comprends que Mahomet pardonne à Charlie d'avoir publié des caricatures de lui. Je doute que ce soit l'intention de l'auteur, mais on peut donc comprendre le dessin ainsi : Mahomet veut bien pardonner mais seulement après avoir été "vengé".
Une autre interprétation ?

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Mar 13 Jan - 15:35

Ce dessin n'est vraiment pas d'une clarté limpide.
La signification de ce dessin me paraissait plus claire avant d'avoir lu ton post ! Shocked
Alors, s'il faut un manuel ou un dico pour comprendre... D'où le danger des caricatures ou textes ambigus sur des sujets aussi sensibles...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  yannalan le Mar 13 Jan - 15:45

Moi je vois plutôt la version Vérié. La Prado est plausible aussi.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  verié2 le Mar 13 Jan - 16:42

Communiqué de l'UJFP
Être ou ne pas être Charlie – là n’est pas la question
vendredi 9 janvier 2015
Dans le chaos provoqué par l’attentat monstrueux qui a coûté la vie à douze êtres humains, il n’est pas facile de se situer. Entre ceux qui expriment uniquement douleur et colère justifiées, ceux qui « craignent les amalgames » et ceux qui appellent à l’union nationale (et internationale) contre l’Islamisme radical sous la bannière du slogan « je suis Charlie ».

Bien sûr, le crime appelle douleur et colère, mais contre quoi exactement ?

Ce massacre ignoble est revendiqué par des individus qui se disent membres de Al Qaida. La nécessité absolue de combattre les mouvances obscurantistes de l’islamisme radical ne doit pas nous rendre amnésique. Ces courants qui s’imposent par la terreur affirment commettre leurs crimes au nom de l’Islam. Leur développement a été rendu possible par les interventions impérialistes, le démembrement des États et l’utilisation par l’Occident de ce courant contre les forces progressistes. En France, la situation sociale insupportable que vit la population issue de l’immigration post-coloniale, le racisme d’État, l’islamophobie, les discriminations, la stigmatisation ou les contrôles au faciès portent une responsabilité évidente dans l’essor de ce courant qui touche en réalité une frange marginale d’une jeunesse de toutes origines mais sans horizon.

Bien sûr le crime risque de provoquer des amalgames. Mais ces amalgames sont-ils nouveaux ? Charlie Hebdo, qui a longtemps représenté pour nous l’impertinence, l’insolence de mai soixante-huit, Wolinski, Cabu, l’écologie, RESF, ne s’est-t-il pas justement distingué dans l’art graphique et politique de l’amalgame depuis des années ? Et que les choses soient claires, personne ici ne dit qu’il n’avait pas la liberté de le faire et il a eu toute liberté de le faire des années durant.

Avoir la moindre complaisance ou compréhension pour des assassins de dessinateurs ou pour la mise à mort de gens en raison de leurs idées est insensé.

Mais Charlie Hebdo a mené une bataille politique. Et occulter et faire oublier dans quel contexte il publiait ses caricatures faisait partie de sa bataille politique.

Peut-on imaginer des caricatures émanant de journaux progressistes critiquant la religion juive pendant les années trente au moment de la montée de l’antisémitisme et de la persécution des juifs ? Et nous ne parlons pas ici de caricatures antisémites de l’époque mais de caricatures critiquant la religion juive.

Comment la critique des religions pourrait-elle faire abstraction du rapport dominant/dominé ? Critiquer les religions cela se fait aussi dans un contexte, dans un moment politique qui n’est aucunement neutre à l’égard des musulmans. Les actes de Charlie Hebdo, et les caricatures et les articles sont des actes et ont participé au développement de l’islamophobie en France. Développement du mépris et du racisme à l’encontre de tous les musulmans, des lois chargées de protéger « la laïcité à la française » contre eux, des mosquées attaquées, des agressions physiques contre des gens "d’apparence musulmane". Leur désignation comme boucs émissaires de la crise économique et sociale, qu’ils subissent aussi et souvent en première ligne, à l’aide des « amalgames » est en marche depuis des années.

Des ghettos et des discriminations, il n’en est pas question aujourd’hui, l’« union nationale » peut se faire avec le sang de tous ces morts, contre les musulmans, des mosquées brûlent déjà (encore), le terrain a été préparé de longue date.

Le "suicide français" est en marche annonçait le mois dernier un autre Charlot.

"L’Union Nationale" et "l’Union Sacrée" que l’émotion autour du massacre qui vient d’être commis essaie de nous imposer, manipulent les sentiments d’horreur et de révolte légitimes au service d’autres significations bien plus complexes et douteuses. La liberté d’expression n’est pas menacée en France, même la plus raciste. Nous ne sommes pas dans le camp de ceux qui soutiennent le racisme d’État ou les interventions impérialistes. Nous n’acceptons pas le "choc des civilisations" et la logique "terrorisme/antiterrorisme". Nous refusons d’avance toutes les nouvelles lois "sécuritaires" et toutes les nouvelles formes de discrimination ou d’injonction à l’égard des musulmans que cette union nationale ne peut manquer de produire. .

Alors aujourd’hui craindre l’amalgame nous semble plus qu’insuffisant. La France se dit un État de droit, les criminels doivent être arrêtés et jugés pour leurs crimes. Mais leur crime va bien au-delà, il vient en réalité de libérer la politique de l’amalgame, et du bouc émissaire. En ce sens les bourreaux comme les victimes de l’attentat étaient partie prenante de la guerre des civilisations. En ce sens, si les assassins nous font horreur, Charlie n’était pas et n’est pas pour autant notre ami et « nous ne sommes pas Charlie ». Si notre solidarité et notre profonde compassion vont à tous les journalistes, salariés, policiers, victimes innocentes de cette tragédie et à leurs familles, l’union qu’il faut construire aujourd’hui est celle d’une France qui accepte d’être enfin celle de tous ses citoyens, musulmans inclus. La bataille contre le terrorisme passera par la bataille pour l’égalité, la justice, la reconnaissance de la France d’aujourd’hui dans toute sa diversité source d’immense richesse. Pour qu’au bout de cette nuit, le jour se lève, nous devons être aujourd’hui des musulmans.

Bureau national de l’UJFP 9 janvier 2015

Nous apprenons à l’instant la prise d’otage d’un supermarché casher de la Porte de Vincennes, à Paris, qui semble liée à une attaque de plus grande envergure. Plus que jamais notre travail à l’UJFP sera de construire du « commun » autour des valeurs universelles que nous venons d’énoncer. Comme juifs, nous serons toujours du côté du dominé, du racisé, du discriminé, qu’il soit musulman, Rrom, juif...


verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis PAS Charlie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 26 Précédent  1, 2, 3 ... 14 ... 26  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum