PSG : Apoula Edel, « esclave qui échappe à l'esclavagiste »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PSG : Apoula Edel, « esclave qui échappe à l'esclavagiste »

Message  gérard menvussa le Sam 25 Sep - 18:19

Excellent article, dans rue 89


Par Blandine Grosjean | Rue89 | 25/09/2010 | 11H05

Le gardien de but du PSG Apoula Edel, accusé d'avoir menti sur son âge et son identité (Charles Platiau/Reuters)

Haman Mana est un de mes amis, un Camerounais qui a fondé et dirigé plusieurs journaux de qualité dans son pays, grand amateur de foot africain et français.

Cette semaine, en France, l'étau mediatico-judiciaire s'est resserré autour de son compatriote, le gardien de but du PSG Apoula Edel, qui est accusé de ne pas s'appeller Apoula Edel et de ne pas avoir 24 mais 29 ans.

Petit rappel dans le mensuel So Foot d'une affaire qui a éclaté à la fin 2009

« En décembre, l'AS Saint-Etienne dépose une réserve contre le PSG concernant l'âge réel du gardien remplaçant de Greg Coupet, Apoula Edel. Il aurait 27 ans et non 23, et s'appellerait même Ambroise.

Belle affaire… C'est Nicolas Philibert, son entraîneur à Yaoundé au début du siècle, qui aurait balancé l'info au club stéphanois pour se venger du joueur qui ne lui aurait jamais remboursé certaines dettes. »

J'aurais dû éviter de parler de « petit truc rigolo »

J'envoie un mail à Haman. « Tu nous écrirais pas un petit truc rigolo sur Apoula ? » Je le connais bien, nous avons déja eu des échanges « virils et musclés » sur les rapports entre la France et ses ex-colonies, notamment les relations entre Noir(e)s et Blanc(he)s.

J'aurais mieux fait d'éviter l'expression « petit truc rigolo ». Réponse de Haman :

« Pour moi, Edel Apoula, c'est un travailleur immigré comme tous les autres, qui se débrouille comme il peut, pour passer entre les mailles des filets de l'immigration, et qui est victime d'un négrier des temps modernes , qui lui pourrit la vie.

Les questions essentielles, c'est : ce garçon est-il un bon gardien de but ? S'il faut parler d'honnêteté et de probité, et de tout ce que l'on veut évoquer sur le registre le la bonne morale, il faut peut-être remonter à tout ce qui a fondé les relations entre la France et ses colonies, et ses colonisés, et tout le reste.

Là, on peut s'interroger sur les méthodes d'Elf, qui exploite le pétrole au Cameroun depuis 1957, et on ne l'a su qu'en 1982, etc.

PS : tu peux considérer ceci comme étant mon “petit truc rigolo” sur cette question, et le publier. »

« Chaque enfant africain qui tape dans un ballon nourrit cet espoir-là »

Aïe. Je lui réponds : « Es-tu sûr qu'il a changé son âge et son nom ? »

« Bien sûr, Blandine, tous les footballeurs africains changent leur âge (vous ne pouvez pas l'écrire, les associations de lutte contre le racisme vous tueront)…

Si un journal de France s'y intéresse, il est bon qu'il vienne en Afrique et enquête sur la question du trafic des footballeurs africains vers l'Europe.

Sais-tu que Samuel Eto'o [avant-centre camerounais de l'Inter Milan, ndlr], la grande star d'aujourd'hui, est entré clandestinement en Europe ? Chaque enfant africain qui tape dans un ballon nourrit cet espoir-là…

Et c'est un problème plus complexe que celui de ce gardien du PSG… »

Tout ça ne me fait ni un petit truc rigolo, ni un article. « Tu veux pas nous faire une chronique ? », comme celle qu'il publie dans ses journaux. Il l'a envoyée, la voici :

« Lynchez le nègre marron !

Le monde a vraiment changé : il y a deux cents ans, lorsque des bateaux accostaient dans le golfe de Guinée pour embarquer de jeunes Noirs afin d'aller effectuer des travaux durs au-delà des mers, il fallait utiliser la force, les chaînes et les fers, pour les contraindre à quitter l'Afrique.

Aujourd'hui, si vous faites amarrer un bateau au port de Douala et si vous demandez à avoir de jeunes Noirs pour aller effectuer ces mêmes travaux difficiles, ceux dont les Blancs ne veulent pas en Occident, ce sera l'émeute : vous aurez tellement de candidats au départ qu'il vous faudra sélectionner, comme on le faisait il y a deux cents ans : par la musculature, la dentition et d'autres atours…

Résumons-nous : autrefois, ils quittaient l'Afrique en pleurant, mais aujourd'hui ils la quittent en chantant.

L'affaire d'Edel Apoula (ou Beyamena, appelez-le comme vous voulez) est une histoire qui date. C'est l'histoire de l'esclave qui a été choisi, embarqué, nourri aux frais d'un esclavagiste, qui comptait faire sur sa bête de substantiels bénéfices après la vente.

Mais voilà que par on ne sait quel tour de passe-passe, sa marchandise lui échappe, sans qu'il n'ait pu rentrer dans ses frais, ni effectuer la plus-value escomptée. C'est pourquoi il ne parle que d'entretien, de nourriture, bref de toutes ces menues choses qu'il a dépensées pour que son Edel soit présentable le jour du grand marché. Et voilà que son Edel lui a échappé.

Tout le monde le sait, les “ nègres marrons ”, ceux qui s'échappaient du contrôle de leurs maîtres, étaient promis à un sort funeste : le lynchage, ou le fouet, jusqu'à ce que suinte par le sang, toute envie de fausser compagnie au maître… Par ce qu'il fallait enlever de la tête de tous les autres, l'idée de quitter le joug de l'esclavage.

On évoquera sûrement les grands principes de probité et de morale, puis bien d'autres encore, lorsqu'il sera question de parler ou de “ juger ” cette affaire.

Mais ce sont les mêmes principes qu'il faudrait appliquer à tous les rapports entre l'Afrique et la France. Comme cela, on ouvrirait beaucoup d'autres dossiers, que l'on jugerait selon ces principes-là. Tenez, par exemple : comment Elf a-t-il pu exploiter du pétrole au Cameroun entre 1957 et 1980 sans que personne n'en sache quoi que ce soit ? »
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum