Crise politique : le gouvernement implose !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Lun 25 Aoû - 13:08

 

La contestation de l'austérité au cœur de la crise politique
Dominique ALBERTINI 25 août 2014 à 12:22 (Mis à jour : 25 août 2014 à 12:32)

Manifestants contre le chômage et l'austérité à Marseille, le 12 avril 2014Manifestants contre le chômage et l'austérité à Marseille, le 12 avril 2014 (Photo Bertrand Langlois. AFP)
ANALYSE
Vivant depuis plusieurs années, le débat sur un changement de politique s'étend à mesure que se confirme le marasme français et européen. Et provoqué le remaniement.

Particulièrement vif depuis les défaites électorales de la majorité au printemps, le débat sur l’austérité vient de prendre une nouvelle ampleur en provoquant directement la démission du gouvernement. A la différence du dernier en date, le remaniement à venir vise en effet, selon les mots de l’Elysée, à mettre la nouvelle équipe «en cohérence avec les orientations» économiques de François Hollande — fortement contestée dimanche par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.




Dès juillet 2013, cependant, la ministre de l’Environnement Delphine Batho avait été débarquée pour avoir protesté contre la baisse des crédits de son ministère. «C’est un mauvais budget», avait-elle estimé, faisant le procès de la rigueur. En mars 2014, les ministres écologistes Cécile Duflot et Pascal Canfin refusaient, pour des raisons similaires, d’intégrer le nouveau gouvernement formé par Manuel Valls. A l’Assemblée, les défaites de la majorité aux municipales, puis aux européennes, ont poussé plusieurs dizaines de députés «frondeurs» à réclamer un changement de politique économique, et à menacer le gouvernement de lui retirer leur soutien.

D’autres partis de gauche, tels que le PCF et le PG, ainsi que des syndicats de salariés contestent aussi de longue date les politiques d’austérité. Le 12 avril 2014, entre 25000 et 100 000 personnes ont défilé à Paris en ce sens.

Le débat n’est pas né d’hier non plus dans les milieux économiques : de nombreux spécialistes — par exemple le collectif des «économistes atterrés» — pointent depuis longtemps les risques de l’austérité appliquée simultanément dans les pays de la zone euro. Aux Etats-Unis, le prix Nobel d’Economie Paul Krugman fustige régulièrement cette stratégie, notamment sur son blog. Là encore, pourtant, la contestation est allée s’amplifiant, à mesure que se précisait le risque d’une déflation dévastatrice pour le Vieux continent.

«L’Europe risque réellement d’être confrontée au phénomène qu’a connu le Japon : une lente érosion des prix s’accompagnant d’une croissance durablement faible, a dit Christopher Sims, lui aussi Nobel d’économie, dans une interview au Monde, le 23 août. Le problème est que la Banque centrale européenne […] se dit prête à mener, si nécessaire, une politique monétariste expansionniste. Mais il y a de tels doutes sur cette politique à l’intérieur des Etats membres qu’il n’est pas sûr qu’elle puisse tenir cet engagement». Un troisième prix Nobel, Peter Diamond, a pour sa part jugé que «les historiens enduiront de goudron et de plumes les membres de la BCE».

De même, dans un féroce éditorial publié mi-août, le New York Times s’en prenait aux «politiques erronées que les dirigeants européens s’obstinent à poursuivre, en dépit de toutes les preuves qu’il s’agit de mauvais remèdes». Une critique qui s’appuie sur de dernières statistiques particulièrement inquiétantes. La croissance française promet ainsi d’être atone en 2014, sur fond de chômage en hausse. Et la comparaison des taux de croissance américain et européen depuis 2008 est cruelle :

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Lun 25 Aoû - 16:29

Premières réactions :
Nouveau parti anticapitaliste: «En accentuant la crise de sa majorité et la crise politique, Hollande et Valls choisissent d’amplifier la fuite en avant du gouvernement vers la défense des intérêts du Medef. Aucune tête ne doit dépasser pour cet objectif. Le nouveau gouvernement nommé demain gardera donc bien le cap de la politique d’austérité menée et aggravée depuis plus de deux ans, politique qui détruit les conditions de vie de la majorité de la population et nourrit la progression du Front national.»
Lutte ouvriére n'a pas encore réagis publiquement (à ma connaissannce)
Le pg demande des législatives anticipées et la VI° république
Le chef de file des communistes français, Pierre Laurent, a jugé lundi que "la démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec" et prédit un "nouvel échec" de l'exécutif.
"La démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec. La politique mise en oeuvre depuis cinq mois n'obtient aucun résultat", écrit Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent dans un communiqué.
"L'autoritarisme et la fuite en avant sont donc la seule ligne de conduite de l'exécutif. L'échec sera une nouvelle fois au rendez-vous",

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Pedrolito le Lun 25 Aoû - 20:33

"La démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec. La politique mise en oeuvre depuis cinq mois n'obtient aucun résultat", écrit Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent dans un communiqué.
"L'autoritarisme et la fuite en avant sont donc la seule ligne de conduite de l'exécutif. L'échec sera une nouvelle fois au rendez-vous",

Quel hypocrite cet opportuniste de Pierre Laurent ! Comme si avant les Municipales, c'était mieux !

Sinon, j'ai l'impression que Montebourg joue un coup politique : après être allé à la mangeoire, il reprend son style flamboyant pour éviter de sombrer avec le reste de l'exécutif PS. Même s'il s'est dit surpris, je suis persuadé qu'il avait envisagé ce cas de figure. Ça lui permet de sortir par le haut comme on dit.

Ça va lui permettre de ré-occuper l'espace politique laissé vacant par le tribun du peuple à "la gauche de la gauche". Avec son parlé pseudo-radical, il sèmera des illusions comme Mélenchon.

En tout cas, entre "frondeurs" et décomposition du PG, grosse tambouille politico-politicienne en perspective du côté des marchands d'illusions.


Dernière édition par Pedrolito le Mar 26 Aoû - 0:03, édité 1 fois

Pedrolito

Messages : 211
Date d'inscription : 30/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Dinky le Lun 25 Aoû - 21:43

Valls I, Valls II : une même politique au service des patrons !



Le gouvernement Valls a démissionné suite aux critiques de deux de ses ministres et Valls est chargé de constituer un nouveau gouvernement qui mènera la même politique que le précédent. Valls proclame qu’il ne changera pas de politique, tout comme Hollande qui dit vouloir aller « plus vite et plus loin » !

Ce n’est pas de l’aveuglement ou de l’inconscience. Hollande et Valls veulent poursuivre cette politique car c’est celle exigée par le patronat. Ils lui obéissent et veulent même aller au-devant.

Gattaz, le dirigeant du Medef, va tenir son université d’été avec Valls comme invité. Il s’est dit satisfait du « pacte de responsabilité » de Hollande et de ses dizaines de milliards d’euros d’aides au patronat, mais il le trouve insuffisant. D’après lui aussi, « il faut aller plus loin ».

Le prétexte est toujours le même, il s’agirait de favoriser la croissance car ce serait le seul moyen de créer des emplois. C’est sous ce prétexte que ce gouvernement comme les précédents verse des milliards au patronat. Pour cela il a taillé dans les dépenses de l’État utiles à la population, revu la législation du travail, facilité les licenciements, augmenté l’âge de la retraite.

Mais voilà, les patrons empochent les aides mais n’investissent pas, ne créent pas d’emplois et même licencient. Et Gattaz a le culot de dire que c’est parce qu’on n’a pas encore assez réduit les droits des travailleurs, pas encore fait tomber tout ce qui limite un peu l’exploitation. Et de prétendre que l’existence du Smic, de protections contre les licenciements, de « seuils sociaux » à partir desquels les patrons doivent organiser des élections de délégués du personnel et un Comité d’entreprise, seraient des contraintes insupportables.

Évidemment, cette fameuse croissance n’est jamais au rendez-vous, car ce ne sont pas le chômage, les bas salaires et la misère croissante qui vont relancer l’économie. Mais cela n’empêche pas la richesse des actionnaires et spéculateurs de tout acabit d’augmenter et de s’étaler de façon scandaleuse. Pas étonnant que le patronat en redemande ! Et Hollande s’apprête à le satisfaire.

Les politiciens de droite, de l’UMP au FN, le critiquent avec d’autant plus de mauvaise foi qu’eux-mêmes ne connaissent pas d’autre politique que celle que mène Hollande et qui d’ailleurs est dans la continuité de celle de Sarkozy.

Face à l’impopularité de Hollande, Montebourg a pris la tête des frondeurs, en dénonçant la politique qu’il a lui-même menée. De même l’ex-ministre écologiste Cécile Duflot, Mélenchon ou le Parti Communiste font semblant d’être surpris et déçus. En réalité, tous se positionnent pour préparer les prochaines échéances électorales. Mais quelle est leur « politique de rechange » ?

D’après Montebourg il faudrait forcer l’Allemagne à changer de politique, de façon que l’État en France puisse se permettre plus de déficit. À ce qu’on sait, ce n’est pas Angela Merkel qui a forcé Hollande à verser des dizaines de milliards aux patrons français ! Hollande n’a fait qu’obéir au patronat, et là-dessus Montebourg s’est exécuté.

Alors pendant que tous ces gens-là défendent les intérêts des patrons, il faut que les travailleurs défendent les leurs, et ils sont opposés. Le problème pour les travailleurs n’est pas le taux de croissance de l’économie, ni de trouver le remède miracle pour que les patrons français fassent de meilleures affaires que les patrons allemands.

Il faut imposer que les richesses produites servent d’abord à la satisfaction des besoins essentiels des couches populaires. Il faut assurer un salaire et un revenu décents aux travailleurs, aux chômeurs et aux retraités, financer les hôpitaux, les écoles, les logements, les transports, les services utiles à la vie de tous. Pour cela, les ressources existent largement, malgré la crise et avec ou sans croissance. Il faut prendre sur les profits qui aujourd’hui disparaissent dans la spéculation.

Cela, seuls les travailleurs pourront l’imposer. C’est possible, car ils ont le nombre, la force, et ce sont eux qui produisent toutes les richesses. Et c’est indispensable pour mettre un coup d’arrêt à une politique qui enfonce toute la société dans une crise catastrophique.

Edito de Lutte Ouvrière 25 Août

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Mar 26 Aoû - 9:40

entre "frondeurs" et décomposition du PG, grosse tambouille politico-politicienne en perspective du côté des marchands d'illusions.
Peut être, mais ce qui me semble autrement important, c'est la situation de crise politique et nos réponses a la question.
Sinon, on laisse le champ libre aux "marchants d'illlusion", et on se contente de "vitupérer l'époque"

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Roseau le Mar 26 Aoû - 10:51


Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Mar 26 Aoû - 21:07

Silencei radio des prétendus "révolutionnaires". Mais quoi d'étonnant ?

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Dinky le Mer 27 Aoû - 0:56

gérard menvussa a écrit:Silencei radio des prétendus "révolutionnaires". Mais quoi d'étonnant ?

Rien....et c'est bien triste..... Sad

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Mer 27 Aoû - 1:03

Heureusement, le front de gauche a quelque chose a proposer, lui ! On se positionnera contre ((tout en signant des accords avec lui, lo et le npa étant coutumier du fait)

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Dinky le Mer 27 Aoû - 1:13

gérard menvussa a écrit:Heureusement, le front de gauche a quelque chose a proposer, lui ! On se positionnera contre ((tout en signant des accords avec lui, lo et le npa étant coutumier du fait)

Arghhh...! et il enfonce cruellement le clou....! Sad

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Communiqué NPA

Message  Roseau le Mer 27 Aoû - 14:04

Le "nouveau" gouvernement : la finance aux manettes
Manuel Valls a formé un 2ème gouvernement qui pour l'essentiel est dans la continuité du 1er, pour appliquer de façon encore plus claire et cohérente la feuille de route de Hollande faite de pacte de responsabilité, de compétitivité et dont le principal résultat est une hausse de 30% des dividendes des actionnaires du CAC 40. Immédiatement Pierre Gattaz a marqué sa satisfaction. L'aspect le plus significatif a été la nomination au ministère de l’économie et de l'industrie d'Emmanuel Macron, inspecteur des finances, ex-banquier d'affaires de la banque Rothschild et inspirateur du pacte de responsabilité.
Et pour le reste presque rien de bouge. C'est un gouvernement de combat qui va poursuivre et amplifier la politique d'austérité, de casse sociale, d'affrontement avec celles et ceux qui la rejettent et la combattent. Même des députés PS ont exprimé des réticences : avec un banquier aux manettes, la réalité de la politique de Hollande paraît toujours plus au grand jour. Cela la rend encore plus difficile à assumer devant l’électorat populaire. Mais cette politique ne sera pas mise en échec uniquement dans des débats parlementaires, ni par un replâtrage sous une forme quelconque d'une stratégie d’union de la gauche ou par un inconsistant projet de 6ème République. Le risque est grand que seule l'extrême droite tire bénéfice de cette mascarade.
C’est pourquoi plus que jamais, s’impose la nécessite de construire une opposition sociale et politique et la mobilisation contre cette politique de régression sociale. C'est pourquoi le NPA propose à toutes celles et ceux qui refusent cette politique, de construire sans attendre cette mobilisation autour de l’échéance que représente le vote du prochain budget d’austérité.

Port Leucate, le 27 août 2014

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Roseau le Mer 27 Aoû - 14:21

Gattaz est aux anges...un camarade banquier arrive à Bercy !
http://npaherault.blogspot.fr/2014/08/remaniement-gouvernemental-communique.html#more

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

un article "discutable"..

Message  A.C33 le Jeu 28 Aoû - 0:10

Y-A-T-IL UN AVENIR AVEC LE PS?

http://2ccr.unblog.fr/2014/08/26/y-a-t-il-un-avenir-avec-le-ps/
REF
Posté par 2ccr le 26 août 2014

Les partis politiques sont mortels, les cas sont nombreux dans l’histoire. Toutefois le PS a connu, en un peu plus d’un siècle d’existence, de nombreuses crises dont il s’est toujours sorti. Aujourd’hui, le PS doit sans doute se refonder comme il l’a fait en 1969-1971. Les « deux corps » du PS sont en effet touchés. Son « corps immatériel », doctrinal, est entièrement à reconstruire. Le PS ne produit plus d’idées, de projet de société ou même d’orientations politiques fortes, identifiables, depuis un long moment. La nouveauté, c’est que désormais son « corps matériel », ses élus, ses militants, ses réseaux, ses affidés… est gravement touché. La perte de 30.000 élus aux municipales et de 25.000 militants depuis 2012 est un signe du délitement de l’ensemble organisationnel et réticulaire que représentait le PS.
Lorsque Manuel Valls parle aux socialistes,  il choisit, pour une fois, de s’inquiéter de « la gauche ». C’est une manière de ne pas évoquer la mort annoncée du PS. Il est vrai que le PS entraîne aujourd’hui toute la gauche dans son naufrage. La crise de la social-démocratie, c’est plus un renoncement idéologique qu’un échec politique – un peu partout en Europe : Blair et Schröder avant Valls. François Hollande « assume », dit-on, d’être social-démocrate. Mais le pacte de responsabilité n’a rien à voir avec la social-démocratie : au lieu d’arbitrer entre capital et travail, le président négocie avec le patronat en oubliant les syndicats ! Serait-il social-libéral ? En réalité, il n’est ni social ni libéral : il met l’Etat au service des banques et des marchés. Il est donc néolibéral. Mais beaucoup sont dans le déni. Regardez : en Europe, Hollande et Renzi ont soutenu Juncker ; et il est des éditorialistes qui ont salué un « virage à gauche salutaire » !
Outre les classes populaires que le PS a « perdues » depuis longtemps, l’ensemble de son socle électoral s’est dilué depuis deux ans (partielles, municipales, européennes). Les choix économiques et « sociétaux » divisent profondément l’électorat de François Hollande de 2012. Ainsi, le vote PS à telle ou telle élection pour un électeur de gauche est devenu en soi un problème. Pour beaucoup d’électeurs des catégories moyennes et supérieures, les augmentations d’impôt jouent un rôle dissuasif comme on l’a vu dans les enquêtes faites à l’occasion des municipales. Pour les agents publics la baisse des dépenses publiques est vécue comme une menace sur leur activité même – sans parler des mesures sectorielles qui passent mal, comme les rythmes scolaires auprès des enseignants. S’est ajoutée à cela la démobilisation de certains électorats insatisfaits sur des questions plus spécifiques comme le mariage pour tous ou le genre.
L’électorat que perd le Parti socialiste, c’est d’abord l’électorat de gauche. Pourquoi voter pour un parti qui n’est plus de gauche ? On a voulu nous faire croire que le PS perdait le peuple pour garder les « bobos ». Qu’il sacrifiait les classes populaires aux minorités, et qu’il s’occupait du mariage plutôt que du chômage. Mais ce gouvernement ne fait rien pour les banlieues ; ni contre les discriminations. Quant aux droits des minorités sexuelles, c’est fini ! Bref, on ne pourra plus dire que c’est à cause des questions « sociétales » qu’on ne s’occupe pas de la « question sociale »…
D’autre part, le FN a fini par imposer son langage identitaire, non seulement à l’UMP, mais aussi au PS (qu’il s’agisse des immigrés, des musulmans ou des Roms). L’hégémonie économique, c’est le front UMP-PS ; mais l’hégémonie culturelle, c’est le front FN -UMP-PS. Dans ces conditions, pas facile de faire entendre autre chose. Le principal espoir, c’est « l’hypothèse Syriza » : l’effondrement complet du Pasok (le Parti socialiste grec,) a enfin ouvert un espace à gauche, et donc une alternative. Du coup, en Grèce, on s’abstient moins, on vote moins pour l’extrême droite, et on vote plus pour la gauche de gauche. Aujourd’hui, en France « l’hypothèque PS » obstrue le paysage de la gauche.
L’hégémonie idéologique de la droite décomplexée repose sur une gauche complexée. Nos gouvernants se croient réalistes ; en fait, ils croient seulement que la réalité est de droite. Pour compenser, ils prétendent se rapprocher du peuple en s’en prenant aux Roms, par exemple. C’est parier sur l’idée que le peuple serait de droite. Il faut inverser la logique : revendiquer une idéologie de gauche. C’est ainsi qu’on pourra enfin espérer rencontrer un électorat de gauche.

A.C33

Messages : 84
Date d'inscription : 18/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  A.C33 le Jeu 28 Aoû - 0:37

 Maréponse sur Bella Ciao qui a mis ce papier en ligne


Je partage davantage certains commentaires que quelques idées de cetarticle
Analyser les évolutions du courant dit"social démocrate " en dehors de réelle étude de la CRISE GLOBALE, systémique duK, conduit, selon moi et dit sansoffenser, à râbacher des thèmes très proches de ceque bargouinent des"courants" de gauche de gauche, y compris au sein du Parti Socialiste 
Le Camarade Ettelin ne m’en voudra pas, pour étayer mon explication de le reprendre sur un point 
IL écrit :
Le Gouvernement ne veut rien changer à sa politique et aucune contestation n’est permise d’où ce clash !
En fait, avec "Clows blancs" VALLS- and C°, en duo amical ou soudain faux-frères d’"Augustes" Montebourg-Hamon, un gournemenet sans LUTTE de classe de haut niveau, sansOrgas révolutionnaires(COMMUNISTES donc) ne PEUT rien changer.
Il ne PEUT que poursuivre et aggraver la politique que le CAPITAL dicte avec la férocité qu’IMPOSE la CRISE de son système
C’est dire que toutes les réactions (d’EEELV au FDG et certains socs "frondeurs)qui parlent de"nécessaire rassemblement de Gôôche" pour changer le CAP(?), mais qui ne s’adresse pas aux TRAVAILLEURS, à la Jeunesse, aux "galèriens " pour que les MASSES s’invitent au ballet rose
, cen’est que proclamation politicarde, qui ne prend pas en compte les nouveaux et meurtriers défis que nous lance le K... 
Dès lors, cet article est miné par cette absence d’analyse marxiste(même si disantcela, je passe pour un "prétentieux" qui se prendrait pour un petit Marx de clavier)
L’auteure écrit
Toutefois le PS a connu, en un peu plus d’un siècle d’existence, de nombreuses crises dont il s’est toujours sorti. Aujourd’hui, le PS doit sans doute se refonder comme il l’a fait en 1969-1971. Les « deux corps » du PS sont en effet touchés. Son « corps immatériel », doctrinal, est entièrement à reconstruire. Le PS ne produit plus d’idées, de projet de société
NON selon moi
Les Partis sociaux démocrates n’ont pu mériter cette appelation que lorsque, pris entre LUTTES et NECESSITE, pour accumuler et sur accumuer le K, générer du TAUX deprofit des plus juteux 
...................................le SYSTEME a généré de la"Réforme" en terme d’avancée humaine..
Cette période est TERMINEE
Il n’ya plus aucun espace pour de possibles PROGRES et le K entend inscrire dans le marbre un nouveau"Code derapports deClasses" 
En gros c’est le cahier revendicatif du MEDEF qu’il faudrait "amender" à la marge
Le réalisme conduirait à ceque la classe ouvrière considère comme une victoire, un nouvel acquis, lefaitque la proposition de travailler jusuqu’à 65 ans ...ne s’applique pas aux égoutiers de paris et aux petits rats de l’Opéra (exemple absurde pour détendre et caricaturer)
Dès lors , la seule question POLITIQUE, selon moi, est de savoir quel attelage permet au CAPITAL..d’éloigner encore la prise de conscience que la SURVIE del’Humanité, passe par l’ABOLITION de ce sytème à bout de parcours. !
selon moi, "ils" imaginent :
 Une force genre"parti démocrate" àl’anglo saxonne :
(grosse modo, essentiel du PS actuel et autres "bouts de"centrisme" dit "chrétien démocrate", avec des clones de HUE rejoignant des "courants" de contestation " ..duverbe, en attendant l’arrivée des décombres d’un FDG qui neprofite en RIEN -ni en audience ni en militantisme - de ladégradation de nos conditions de vie et de la "gueule de bois" du"peuple degauche, "trahi"(? ??)
 Un genre deParti"conservateur" qu’un JUPPE (dont les"bottes" de95 sont "oubliées")..aura nettoyé des "boulets" d’un sarkosysme trop miné par un trop récent"vécu" d’affairisme glouton 
(et qui verrait des satellites àla Bayrou lui apporter ce côté patelin et rassurant...)
Pour peu qu’on instille un brin de proprtionnelle dans le dispositif électoral, la seule question serait alors "Comment faire passer les nouvelles pilules d’ARSENIC Capitaliste,
En en s’ppuyant sur le"bon sens " dit"populaire :
"après tout, il ya du bon dans tous les camps, essayons une forme de grandes coalition comme en Allmagne"
Bien entendu, avec un mouvement social ainsi en coma prolongé, "on" peut se payer un FN -repoussoir à 25 pourcent, et une "force"(? !?!) de "gôche degôche" quipèsera dans les 10 voire 15pour cent, toute référence communiste -je ne parle pas duP."c"..- extirpée du neurone collectif des seuls créateurs derichesses- 
C’est parce que je crois au risque decette" sortie de crise politique" que je suis de ceux qui ne tomberont pas, comme l’Huma par exemple, dans une anlyse qui voit un couple Hollande-Valls ,droitiser" sa politique !
C’est un simple numéro pour redonnerun peu de crédibilité à Hollande , au moins en terme de "mec sérieux qui veut de la cohérence sans couacs" !
Gage au MEDEF et à l’UE !
..mais aussi et surtout un clin d’oeil auxpatrons Banquiers et autres parasites-possédants" qui rédigent le"cahier de route" des Partis chargés de "gerer" ..
"Lâchezun peu de mou sur les"déficits" à combler, svp..là j’ai besoin de TOUT ce qui empêche l’IRRUPTION de LUTTE d’AUTODEFENSE populaireà NOTRE Austérité "
LE Capital espère une réaction du genre
"Attendezun peu, bande detraitres, qu’on vous fassepayer ça...en 2017"
Nous, parce que révolutionnaires, nous savons que, sans que ces plans ne soient contrés par la mobilisation déterminée ET des efforts pour que nous nous dotions d’une FORCE politique révolutionnaire à lahauteur de cette Guerre desCLASSES, en 2017..avant ou après,nous offrons au K un répit, une capacité à rebondir, à nous préparer une PURGE d’ACQUIS comme en Grêce, voire pire..
La question n’est donc pas de savoir s’il ya un AVENIR avec (ou sans le PS) , sous quelles forme de décomposition-recomposition" des partis actuels,
......... la question est de débattre avec les travailleurs pour leur porter une OPINION :"Il n’y a aucun AVENIR de possible bonheur sans la Lutte des Classes, la création TRES VITE etpartout (entreprises, quartiers) de Comités d’AUTODEFENSE POPULAIRE, autogérés, et un travail patient de construction d’un Parti DU communisme"
Pouren finir avec ce qu’avec d’autres nous déclarions en 2007 dans un Appell parti dela Gironde :(Pour des ASSISES du Communisme"
"Il faut se rendre à l’évidence : les forces qui se réclament du communisme apparaissent éclatées, désillusionnées, découragées, traumatisées…Certains se prononcent même pour leur disparition"
C’esthélas d’actualité brulante.
Ce qui rend , selon moi interessante la contribution desRV13 que j’ai mis en ligne
Parce qu’elle est en phase avec cette citation de GUEVARA
Sans organisation les idées perdent de leur efficacité après le premier moment d’élan ; elles tombent peu à peu dans la routine, dans le conformisme, et finissent par n’être plus qu’un souvenir »
Le lecteur peut juger soit ce commentaire "HORS SUJET" soit l’article commenté comme sans rapport avec les enjeux declasse..
Cordialement
A.C

A.C33

Messages : 84
Date d'inscription : 18/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Jeu 28 Aoû - 1:26

La difficulté de la réponse à cette situation est que nous devons avoir une réponse "pratique" a une situation compliquée. Or l’extrême gauche a eu une vieille tradition de réponse très "principielle" (et inutile) à la situation Mais si la création du NPA à un sens (ce que je persiste à penser, malgré des milliards d'avis contraires) c'est en répondant "en pratique" a l'exigence de mobilisation.

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  gérard menvussa le Ven 29 Aoû - 18:26


gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Copas le Sam 30 Aoû - 7:55

La crise gouvernementale exprime une crise plus large et les coups d'accélérateur anti-sociaux du régime.
Ceux qui sont laissés sur le bas-côté vont probablement essayer de se recycler.

Là dessus le NPA doit continuer de bombarder ce gouvernement et proposer comme alternative politique l'unification et l'extension des résistance de classe.

Que l'ensemble des partis et courants se mettent au service de la contre-offensive sociale (et pas l'inverse).

Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Gaston Lefranc le Sam 30 Aoû - 11:35

L’appel des "frondeurs" à La Rochelle
http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=9585

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  panchoa le Sam 30 Aoû - 16:08

PCF et NPA appellent les parlementaires de gauche à refuser la confiance
AFP 28 AOÛT 2014 À 08:46 (MIS À JOUR : 28 AOÛT 2014 À 09:06)

Le Parti communiste français (PCF) et le Nouveau Parti Capitaliste (NPA) ont appelé jeudi les parlementaires de gauche à refuser la confiance au gouvernement de Manuel Valls, au lendemain de la «déclaration d’amour au Medef» du Premier ministre.
«J’appellerai tous les parlementaires sincèrement attachés à des valeurs de gauche à ne pas accorder leur confiance au gouvernement Valls», a déclaré Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sur RFI.

«Je ne vois pas comment les députés frondeurs (socialistes, NDLR) pourraient voter la confiance à un gouvernement qui leur tourne ostensiblement le dos et qui même multiplie les provocations à leur égard», a dit le sénateur.

Le discours, ovationné, de Manuel Valls mercredi lors de l’université d’été du Medef, «n’est pas une déclaration d’amour à l’entreprise, (...) c’est une déclaration d’amour au Medef et à ses exigences de casse généralisée du droit du travail. C’est un discours qui tourne le dos à tout ce que sont depuis des décennies les combats de la gauche», a réagi le responsable du PCF.

«Le Premier ministre avait dit il y a quelques mois +la gauche peut mourir+, on sait maintenant qui tient l’arme du crime. C’est le Premier ministre lui-même qui essaie de la tuer», a martelé M. Laurent.

Sur France 2, Olivier Besancenot, représentant du Nouveau parti anticapitaliste, s’est également adressé aux parlementaires de gauche : «on fait une proposition concrète : une bataille va s’organiser sur le budget. Je crois que la seule vraie fronde sociale et politique qu’il faut organiser en cette rentrée, c’est pour faire tomber le budget de l’austérité, faire tomber le pacte de responsabilité, ces 40 milliards d’euros supplémentaires qui vont être donnés aux mêmes.»

e gouvernement a un vrai bilan, il porte un chiffre : un demi million de chômeurs en plus depuis que François Hollande est là», a dénoncé M. Besancenot, qui adresse son appel «à ceux et celles qui le 12 avril avaient organisé la première manifestation de gauche contre le gouvernement Valls», désormais «libéral» et «chimiquement pur».

M. Laurent, quant à lui, se rendra à l’université d’été du PS à La Rochelle. «Je crois que l’immense majorité des militants socialistes ne se reconnaissent plus du tout dans cette politique qui se fait d’ailleurs, je le note, sans congrès du Parti socialiste. Aucun militant socialiste n’a validé ce tournant libéral, ce coup de force organisé par Manuel Valls avec le changement de gouvernement et le discours d’hier», a-t-il développé.

«Toutes les forces vives de gauche du pays doivent se rassembler pour construire une autre politique, une autre majorité et ne pas accepter cette dérive générale de la politique gouvernementale», a insisté le sénateur de Paris.

AFP

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise politique : le gouvernement implose !

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum