Terres rares

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Terres rares

Message  Roseau le Lun 28 Juil - 18:15

Quelques données trouvées sur http://la-chronique-agora.com/

Pourrons-nous nous passer des terres rares ?
Cécile Chevré

Quelques chiffres pour se replonger dans le monde impitoyable des terres rares. En 2006, la demande mondiale pour ces 18 métaux indispensables à nombre de nos technologies contemporaines -- de nos écrans de smartphones, aux LED en passant par les panneaux photovoltaïques -- atteignait les 107 000 tonnes. En 2012, elle s'affichait à 120 000 tonnes. Et selon nombre de spécialistes, cette demande devrait exploser à 240 000 tonnes d'ici 2020.

Seulement voilà, 95% de la production mondiale de terres rares sont dans les mains de la Chine qui, comme je vous l'expliquais vendredi dernier, a décidé en 2010-2011 de limiter fortement ses quotas d'exportations, créant une situation de pénurie qui s'est évidemment répercutée sur les cours. On a ainsi pu assister à des envolées spectaculaires -- de 2 000%, 3 000% voire 4 000% -- de certains petits métaux qui jusque-là ne faisaient pas vraiment parler d'eux.

95% de la production mondiale de terres rares sont dans les mains de la Chine qui a décidé en 2010-2011 de limiter fortement ses quotas d'exportations, créant une situation de pénurie

Un véritable choc pour les pays et les entreprises consommatrices de terres rares. Face à une telle situation, ceux-ci ne sont évidemment pas restés sans réaction, et ont lancé une contre-attaque sur plusieurs fronts.

La réouverture de mines
Premier d'entre eux, la réouverture de mines en dehors du territoire chinois. Dès 2010, le plus grand gisement américain de terres, Montain Pass en Californie, est rouvert. Un gisement extrêmement stratégique puisque la Chine a tenté en 2005 de le racheter via son entreprise d'Etat CNOOC. Rachat qui a été bloqué par la Maison Blanche, qui avait enfin pris conscience du caractère stratégique de ces terres rares.

En 2013, le gouvernement groenlandais a en effet pris la décision extrêmement controversée d'autoriser la prospection et l'exploitation non seulement des terres rares mais aussi de l'uranium

La réouverture de Montain Pass a nécessité d'importants investissements (1,5 milliard de dollars très exactement) pour rendre l'exploitation des terres rares plus rentables mais surtout limiter au maximum les risques de pollution environnementale.

L'exemple américain a été suivi par d'autres dont l'Australie (en particulier avec le gisement de Mount Weld, au sud-ouest de l'Australie, et exploité par la société Lynas Corp.) ou encore, tout récemment, le Groenland.

En 2013, le gouvernement groenlandais a en effet pris la décision extrêmement controversée d'autoriser la prospection et l'exploitation non seulement des terres rares mais aussi de l'uranium sur son territoire. Une décision qui n'a pas fait que des heureux du côté des défenseurs de l'environnement mais qui a été motivée par des raisons budgétaires : le Groenland cherche en effet manifestement à prendre son autonomie financière par rapport au Danemark et l'autorisation de l'exploitation des richesses de son sous-sol devrait contribuer à cet objectif.

Nombre de minières ont aussitôt fait connaître leur intérêt pour ce sous-sol, qui recélerait les deuxièmes réserves de terres rares au monde, et les cinquièmes en uranium... Areva, groupes australiens et chinois, c'est aujourd'hui la course au Groenland.

Attaque en règle contre les quotas chinois
Autre axe de défense des pays importateurs de terres rares, le terrain des règles régissant le commerce international. Dès 2012, les Etats-Unis, l'Europe et le Japon (qui importe à lui seul plus de la moitié des terres rares chinoises destinées à l'exportation) ont porté plainte contre la politique de quotas imposée par la Chine sur ses exportations auprès de l'OMC.

Dès 2012, les Etats-Unis, l'Europe et le Japon ont porté plainte contre la politique de quotas imposée par la Chine sur ses exportations auprès de l'OMC

En mars dernier, cette dernière donnait raison aux plaignants estimant "non-justifiés" les quotas chinois. Une décision que n'avait pas attendu Pékin pour assouplir légèrement ses quotas au cours des derniers mois...

Se passer des terres rares ?
Enfin dernier axe développé par les pays et les entreprises importateurs : la substitution. Si vous n'avez plus accès à un produit, vous essayez soit de vous en passer. Logique, n'est-ce pas ?

Rares sont les matériaux qui peuvent concurrencer les qualités des terres rares

C'est exactement ce qu'ont fait nombre de sociétés : trouver des substituts à ces fameuses mais trop coûteuses terres rares. Une excellente idée mais qui s'est avérée un peu plus compliquée cela à mettre en pratique. En effet, rares sont les matériaux qui peuvent concurrencer les qualités des terres rares. Cependant, la recherche en matière de substitution avance progressivement, et tout particulièrement en matière d'aimants reposant sur l'utilisation de néodyme. Plusieurs constructeurs d'éoliennes proposent aujourd'hui des éoliennes sans aimant et des constructeurs automobiles se sont quant à eux lancés dans la fabrication de moteurs utilisant moins d'aimants.

Le pays le plus avancé en matière de substitution, c'est bien sûr le Japon, gros consommateur de terres rares et donc particulièrement sensible à la politique de quotas chinoise. Ajoutez à cela les tensions grandissantes entre les deux pays au sujet des îles Senkaku / Diaoyu et vous comprenez pourquoi l'Archipel a décidé de lourdement investir dans la substitution.

Le Japon a ainsi lancé un important programme de recherche destiné à limiter l'utilisation de terres rares par son industrie. Un programme qui a déjà plusieurs succès à son actif comme la réduction 30 % de dysprosium utilisée dans les aimants et 80 % d'europium et de terbium dans les lampes fluorescentes.

Autre exemple, la réduction par Honda de 22% de métaux rares dans ses voitures et en particulier dans ses pots catalyseurs. Cerise sur le gâteau, ce nouveau pot coûte environ 40% moins cher que le précédent.

Sous l'effet conjugué de ces différentes stratégies, le cours des terres rares s'est effondré depuis 2012

Cependant, il faut bien le reconnaître, la substitution ne sera pas possible -- ou bien très difficile -- pour de nombreuses applications qui font appel aux qualités de luminescence des terres rares.

Des terres bien déprimées
Sous l'effet conjugué de ces différentes stratégies, le cours des terres rares s'est effondré depuis 2012.

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum