anipassion.com

Daniel Mermet Viré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Daniel Mermet Viré

Message  gérard menvussa le Ven 27 Juin - 16:36

sarkozy l'avait révé, Hollande l'a fait !
L'émission de Daniel Mermet "la bas si j'y suis" est supprimée de la grille de france inter à la rentrée. (in the inrocks)


Ils étaient prêts à tout : boycotter France Inter, monter sur Paris, manifester sauvagement. Mais rien n’y a fait. Ce matin, Laurence Bloch, la nouvelle patronne de la station, a confirmé le bruit qui courait. Là-bas si j’y suis, l’émission diffusée du lundi au jeudi à 15h sur France Inter, a vécu ses dernières heures de transmission en ce mois de juin 2014. La rumeur de sa déprogrammation des grilles de France Inter à la rentrée prochaine circulait depuis deux jours. Daniel Mermet, son créateur et présentateur charismatique depuis 1989, en avait fait part à ses auditeurs, les fameux “AMG” (“Auditeurs modestement géniaux”), à la fin de son émission mercredi dernier. Le 26 juin, les messages d’AMG furax et inquiets ont fusé sur la boîte vocale de l’émission.

Sur le site non officiel de l’émission, un message appelle à la mobilisation des auditeurs: “Chers AMG, nous avons besoin de tout votre soutien, faites circuler le plus possible, partout. N’oubliez pas que France Inter vous appartient !” Là-bas si j’y suis avait créé une identité forte avec eux, autour de l’émission, de son répondeur, et de ses “Café repaires” qui essaimaient des graines d’utopie et de résistance à la pensée néolibérale. Son parti-pris anti-libéral assumé en faisait une émission à part, le rendez-vous des “alter” de tous poils, qui leur manquera à coup sûr.

Daniel Mermet a fait part de son amertume à Libération : “On me propose encore des carottes, mais rien pour les cinq journalistes reporters de l’émission. Eux ils sont au tapis et moi à la rue”. Jeudi, à la fin de la dernière émission de la saison, il a glissé : “On en rigolera un jour, mais d’ici là, on ne lâche rien”. En fond sonore, une moto pétaradante s’éloignait, apparemment définitivement.

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La dernière selon France-Inter

Message  Roseau le Ven 27 Juin - 16:53



Et ici les archives. Faites votre choix!
http://www.franceinter.fr/archives-diffusions/434627/2014-06

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  gérard menvussa le Ven 27 Juin - 19:53

Daniel mermet était intervenu plusieurs fois pour l'extréme gauche, par exemple à l'université d'été du npa en 2011


Daniel Mermet: le journalisme militant 1 par E_varlin

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  Roseau le Dim 29 Juin - 16:36

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter,
a annoncé, vendredi, la fin de l'émission de Daniel Mermet
« Là-bas si j'y suis », à l'antenne depuis 1989.

Signez et faites signer cette pétition pour que Là bas si j'y suis ne disparaisse pas.
http://sauvonslabas.wesign.it/fr

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  gérard menvussa le Dim 29 Juin - 19:32

Enfin, bref, tout le monde se fout de daniel mermet. Et aprés, ils vont se plaindre que le "paysage idéologique" soit profondément dégradé... Misère du gauchisme...

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  tomaz le Dim 29 Juin - 21:05

non on s'en fout pas, ce qui serait aussi sympa, malgré la qualité de l'emission c'est de rappeler le comportement insupportable de mermet dans son role de chef : imbu de lui même, tyranique avec ses collaborateurs

je renvoie au nombreux articles parus dans la presse "gauchiste", tel article 11

cependant la disparition de la bas pour des raisons obscures est une grande perte....

tomaz

Messages : 303
Date d'inscription : 09/07/2010
Localisation : zonvier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sauvons Là-bas si j'y suis

Message  Roseau le Lun 30 Juin - 19:46


Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rassemblement de soutien le 5 Juillet

Message  Roseau le Mar 1 Juil - 17:11

Nous Auditeurs de FRance Inter en Colère appelons les auditeurs modestes et géniaux,
et tous les soutiens de Là bas si j'y suis
à se rassembler pour protester contre la suppression de l'émission.

Rendez- vous samedi 5 juillet à 14H00
devant la maison de la radio 116 avenue du Président Kennedy, 75016 PARIS

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  gérard menvussa le Mar 1 Juil - 17:28

tomaz :
le comportement insupportable de mermet dans son role de chef : imbu de lui même, tyranique avec ses collaborateurs
C'est sans doute vrai (mais il peut y avoir également des réglements de comptes) Mais j'ai vécu ça pendant la période ou je sévissais dans la radio associative. Et pourtant, tout le monde ou presque était bénévole... Ca n'empéchait pas les "petits chefs", les comportements insupportables, etc. Aprés, il y a autre chose, qu'explique Mermet (et qui existe dans tout un tas de structures "militantes") : ce n'est pas parce que c'est "bénévole", "militant" que les exigences "professionnelles" doivent être mise sous le boisseau.

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  Roseau le Mar 1 Juil - 23:31

Daniel Mermet : “Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile”
http://www.lesinrocks.com/2014/06/29/actualite/daniel-mermet-les-mediocres-retour-vallee-fertile-11512678/

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  gérard menvussa le Mer 2 Juil - 9:33

Le point de vue de François Ruffin (qu'on peut ne pas partager, comme c'est mon cas)

Là-bas : j’y suis, j’y reste !
Par François Ruffin, 1er/07/2014 , Fakir en ligne


Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Qu’on se mobilise, pas seulement pour « sauver Là-bas », pour défendre notre principal bastion, mais pour réclamer plus.

« Pour moi, le vrai déclic, c’est Là-bas si j’y suis. » C’est Kamel, camionneur - dont on retraçait le parcours intellectuel dans le Fakir d’automne - qui témoignait ainsi. Mais à combien d’autres cette émission a également servi de porte d’entrée dans la dissidence ? La semaine dernière encore, j’étais aux rencontres de Gérard Filoche, de la gauche du Parti socialiste, et un secrétaire de fédération, de la Nièvre je crois, me remerciait parce que : « j’étais un peu libéral, et Là-bas a complètement changé mon regard. » Jusqu’au Venezuela, j’en ai rencontré, des hommes pour qui Là-bas avait servi d’« université politique » mais l’heure n’est pas à accumuler ces témoignages pour tresser une jolie oraison funèbre.

On peut rappeler, vite fait, une paire d’évidences : alors que plein de trucs se prétendent d’« éducation populaire », Là-bas si j’y suis l’a plutôt réussi, durant un quart de siècle, auprès d’auditeurs par centaines de milliers. C’était le principal bastion, le plus massif, pour la diffusion d’une contre-pensée, de Attac à Lordon, en passant par Castoriadis, Halimi, Chomsky, dans une relative diversité – Mermet étant assez éclectique, voire mouvant, pour embrasser large.
Dans les reportages, on trouvait l’écho de luttes menées par des militants de la CGT, de Solidaires, de la CFDT (et oui, car il y a des lutteurs aussi, encore, à la CFDT), de FO, de la Confédération paysanne, et très souvent, le plus souvent peut-être, d’associations nationales ou locales, Survie, les Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui, etc. Des sympathisants du Front de gauche, des Verts, du NPA, mais aussi du Parti socialiste, se retrouvaient dans cette émission creuset, qui rassemblaient davantage que les chapelles partisanes.

Une fois énoncé tout cela, il faut mesurer, non pas ce que Mermet perd (on s’en fout ici), mais ce que nous perdons. C’est un trait d’union qui disparaît. Ce sont des consciences qui ne s’éveilleront pas à l’injustice, tant tout est fait pour les endormir. Ce sont des esprits qui seront quotidiennement laminés par le refrain « Il n’y a pas d’alternative ». Contre le poison de la résignation, c’est un antidote qui ne sera plus délivré.

Je voudrais m’adresser, ici, aux lecteurs de Fakir, aux auditeurs de Là-bas bien sûr, aux animateurs des repaires, mais aussi aux militants, aux dirigeants, des syndicats et des partis de gauche, croisés dans des meetings ou des manifs, aux Mélenchon, Laurent, Canfin, Joly, Le Paon, etc. – car liquider Là-bas est une décision politique, qui réclame une réponse politique. Car pour mener une bataille, nous avons besoin d’organisation, et donc aussi d’organisations :

1. La gauche va mal. Elle divisée, morcelée, aux abois. Je l’ai dit : nous avions avec Là-bas un trait d’union, une émission creuset. C’est l’occasion d’un combat commun ;

2. On l’a assez répété, citant Gramsci, qu’aucune victoire politique n’est possible sans, au préalable, une bataille des idées. Et sans, évidemment, des canaux pour diffuser ces idées : la question des médias n’est dès lors pas subalterne, mais prioritaire ;

3. Le service public de la radio, et de la télévision, est bien sûr l’affaire de tous, et non d’un potentat débarquant d’Europe 1, ou d’un gestionnaire n’ayant jamais monté une minute, jamais animé une heure d’émission, subitement nommé « directeur », et recevant les pleins pouvoirs pour faire valser les programmes à sa guise.

Dès lors, il convient que la mobilisation soit ambitieuse, ou qu’elle ne soit pas. Qu’elle vise, pas seulement à « sauver Là-bas », comme une espèce de totem, mais à réclamer plus : deux heures par jour, par exemple, et entre 17 h et 19 h. Et surtout : la présence d’auditeurs au Conseil d’administration.
Des premiers échanges se dérouleront ce jeudi 3 juillet au Cabaret Sauvage (Parc de la Villette - 59 boulevard Macdonald, à 18 h). D’autres suivront ce samedi 5 juillet à 19 h 30, à l’occasion des Rencontres déconnomiques d’Aix-en-Provence. Et nous nous appliquerons à sonder les cœurs, à peser les forces, pour rassembler large et défendre avec efficacité notre principal bastion.

Pour signer la pétition en ligne, http://sauvonslabas.wesign.it/fr

gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 59
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  Babel le Sam 5 Juil - 9:41

tomaz a écrit:non on s'en fout pas, ce qui serait aussi sympa, malgré la qualité de l'emission c'est de rappeler le comportement insupportable de mermet dans son role de chef : imbu de lui même, tyranique avec ses collaborateurs

je renvoie au nombreux articles parus dans la presse "gauchiste", tel article 11

cependant la disparition de la bas pour des raisons obscures est une grande perte....
Tu fais sans doute référence au papier d'Olivier Cyran, publié sur le site d'Article 11 le 23 juin 2013, qui met en lumière les pratiques détestables de ce personnage ?

Je le mets en ligne, afin que chacun puisse se faire une idée :
DANIEL MERMET OU LES DÉLICES DE « L’AUTOGESTION JOYEUSE »

Pour être franc, j'apprécie peu son émission. Au début, oui, puis de moins en moins : mettons ça sur le compte d'une sensibilité auditive mal embouchée.

Le temps d'antenne somme toute assez bref accordé à l'info réelle, au profit d'un emballage sonore aussi clinquant qu'envahissant, la voix de Mermet à l'antenne, ce ton à la limite du supportable, hâbleur avec des accents de roublardise, l'indicatif sur fond de moteur de grosse cylindrée, le rituel des messages de la boîte vocale...  : tout cet emballage finissait par me donner le sentiment que la substance de chaque cycle consacré à un sujet particulier était elle aussi gagnée par l'insignifiance. Nonobstant l'intérêt suscité par ses reportages et ses interviews (je garde en mémoire les quelques entretiens avec Bensa ou Castoriadis comme des moments de radio précieux.)

Quoiqu'il en soit, la suppression de son émission constituerait une perte, comme tu l'écris.  Et un acte politique révélateur des intentions des chiens de garde qui dirigent la radio publique. Ce que le communiqué de la rédaction d'Acrimed dit au mieux :


France Inter : suppression de « Là-bas si j’y suis » et autres sévices publics
par Acrimed, le 30 juin 2014

Les directions des radios publiques se suivent et se ressemblent. Ne consultant que leurs états d’âme, leurs amitiés et leurs inimitiés, elles composent et recomposent les programmes à leur goût. De Laure Adler sur France Culture (secondée par Laurence Bloch) à Philippe Val sur France inter (secondé par Laurence Bloch), on ne compte plus les invitations discrétionnaires et les suppressions abusives, décidées en tout arbitraire. Laurence Bloch, désormais cheffe de France Inter (probablement secondée par elle-même), est en train d’en administrer une nouvelle fois la preuve.

L’oukase est tombé de la bouche de la nouvelle directrice de France Inter dans une interview accordée vendredi 27 juin à un site spécialisé dans les médias : « Là-bas si j’y suis » serait supprimé en septembre. Et comme les nobles causes requièrent la plus grande habileté managériale, le verdict a été rendu après la dernière émission de la saison pour épargner à l’équipe de « Là-bas si j’y suis », la tentation d’en appeler, au micro, à la mobilisation des auditeurs !

Bilan : la direction de France Inter réengage Demorand (tout auréolé de ses exploits à Libération...) et dégage Mermet. Le premier serait« extraordinaire » et le second trop vieux.

Passons sur l’âge du capitaine : non seulement, il ne lui est pas opposable juridiquement puisqu’il est lui-même en CDD, mais surtout Daniel Mermet (dont les relations avec certains de ses collaborateurs ont fait l’objet de vives critiques [1]) avait prévu de passer progressivement la main aux (plus jeunes) reporters de l’équipe au cours de la saison prochaine. Cette décision était connue de la direction de France Inter qui, après avoir fait mine de la prendre en compte, l’a subitement ignorée !

Autre motif invoqué : l’audience quantitative de l’émission qui aurait « perdu 100 000 auditeurs en deux ans ». Cet argument comptable est avant tout un argument faussé puisque cette audience se maintient à des niveaux très élevés, avec près de 450 000 auditeurs chaque jour – alors même qu’elle était descendue aux alentours de 150 000 auditeurs après la décision de la direction d’imposer le déplacement de l’émission de 17h à 15h en 2006. Mais surtout cet argument omet l’essentiel : l’audience d’une émission – du moins sur le service public, on veut encore le croire – est essentiellement qualitative ; elle se mesure aux rapports que les auditeurs entretiennent avec ce qu’ils écoutent !

Laurence Bloch – on l’a dit – ne nous est pas inconnue. C’est en effet une virtuose. Réputée pour le rôle qu’elle a joué auprès de Laure Adler dans le processus de normalisation de France Culture en 1999 et au début des années 2000, elle l’est sans doute moins pour avoir incité Elisabeth Lévy (selon le témoignage de celle-ci) à priver Acrimed de tout accès à l’antenne de France Culture. Elle mérite également d’être saluée pour avoir, en 2004, tenté d’interdire la programmation dans un festival d’un documentaire radiophonique sur la Palestine. Plus récemment, Laurence Bloch s’est également distinguée pour avoir en 2010 congédié Florent Chatain (qui « après avoir enchaîné, "180 contrats de producteur" souhaitait "obtenir un CDI au sein du groupe Radio France" »), en affirmant sans sourciller : « "[il] n’a pas été viré [...], son contrat n’a simplement pas été renouvelé" ». (« Un journaliste présentateur de France Inter est congédié », Mediapart, le 27 août 2010. Article payant).

Les contrats précaires, quand ils n’incitent pas à la docilité, favorisent tous les abus de chefferie. Certes, des « collaborations »,« plutôt pour l’été », auraient été proposées à Daniel Mermet et la direction affirme que « tous ses collaborateurs auront une place dans l’univers et l’héritage de "Là-bas si j’y suis" », mais rien n’est acquis, et tous, dans l’équipe de l’émission, comme parmi les auditeurs, restent dans l’expectative, suspendus au fait du Prince.

Et c’est ce qui est en cause ici. La suppression de « Là-bas si j’y suis » n’est pas seulement un coup porté à la diversité des pratiques et des formats journalistiques, au pluralisme de l’information et à la qualité du service public. Cette décision est aussi le signe que ses dirigeants, singeant ceux du privé, se comportent en véritables propriétaires du service public radiophonique, du coup soumis à l’arbitraire de leur inspiration ou de leurs envies du moment…

Notes
[1] Nous ne retirons rien de ce que nous avons écrit à propos des relations de Daniel Mermet avec certains de ses collaborateurs dès 2003 (nous étions alors bien seuls...), puis en 2004 et enfin, en 2013 ("A notre avis", en fin d’article). Précision donnée à la suite de l’interpellation de plusieurs internautes.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel Mermet Viré

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum