lejaby

Aller en bas

lejaby     Empty lejaby

Message  sylvestre le Mer 22 Sep - 12:45

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i5ixoIbkG7U3EV8Jqqeq_CDC38BA

A Lejaby en grève, on ne rentre pas à la maison "jusqu'à ce qu'ils lâchent"

De Daniel ABELOUS (AFP) – Il y a 1 jour

RILLIEUX-LA-PAPE (Rhône) — "On ne rentrera pas jusqu'à ce qu'ils lâchent !", lance lundi une gréviste de Lejaby qui s'apprête à passer une cinquième nuit devant le siège du fabricant de lingerie, près de Lyon, avec une centaine de collègues pour protester contre le plan social en cours.

"J'ai toutes mes annuités et j'aurais pu partir en pré-retraite. Mais nous avons toutes démarré ensemble et je ne pouvais pas laisser les filles comme ça", dit Renée Rubin, 59 ans dont 43 ans passés en atelier.

"On a toujours fait de la confection et j'aime ce travail. Pour l'instant, nous n'avons pas reçu notre lettre de licenciement. C'est une attente insupportable, mais aussi une raison de se battre jusqu'au bout", déclare Edmée Garcin, 56 ans, affectée au piquet de grève devant l'entrée de l'entreprise.

Comme elles, plus d'une centaine de salariées ont commencé depuis jeudi dernier une grève illimitée. Elles s'opposent à la fermeture mi-novembre de trois sites rhonalpins de Lejaby, dont son berceau de Bellegarde-sur-Valserine (Ain), soit 197 postes sur 653, pour une délocalisation à l'étranger.

Bloquées depuis vendredi, les négociations portent principalement sur l'indemnité de licenciement, pour laquelle les syndicats réclament 70.000 euros contre 10.000 proposés. Interrogée par l'AFP, la direction a annoncé lundi une rencontre avec les syndicats "dans les prochaines 48 heures".

Sur les plates-bandes du siège, à Rillieux-la-Pape (Rhône), plusieurs tentes de camping et un buffet fourni installé dans un préfabriqué témoignent d'une volonté de faire durer le mouvement. Un slip taille XXL couleur prune avec un "Lejaby" écrit en lettres blanches a été suspendu avec humour, sous une bannière CGT.

"Celles qui dorment dans les tentes sont celles qui font le siège depuis jeudi. Les autres viennent camper par intermittence en dormant dans les couloirs avec leur sac de couchage ou sur un lit de camp", raconte une autre gréviste.

En permanence, une trentaine de grévistes restent la nuit "pour marquer le coup". Plusieurs camions venus charger ou livrer les produits ont été bloqués lundi, a confirmé la direction.

"On essaye d'assurer un roulement et on s'organise comme on peut. Chacune apporte un peu de tout chaque jour, du café, des bouteilles d'eau. Des salariées du siège proposent même leurs salles de bain. On est très soudées", se dit Janine Caillot, déléguée CGT.

"Je m'arrange pour que mon fils de dix ans soit gardé quand je dors ici. Je l'appelle pour le rassurer et il me dit que j'ai raison", dit Mireille Grandclément, qui fait quotidiennement 110 km depuis l'Ain.

Alors qu'elle parle, des automobilistes s'arrêtent pour encourager les grévistes ou signifient leur soutien en klaxonnant. "Les gens nous donnent 5, 20 ou 25 euros pour qu'on tienne", ajoute Mme Caillot.

"Je les comprends car un jour ou l'autre, nous serons à notre tour touchées. Je culpabilise un peu de ne pas faire grève avec elles", déclare une salariée non gréviste.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum