Front de Gauche

Page 2 sur 31 Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les venimeuses illusions réformistes

Message  Roseau le Mar 14 Jan - 23:44

Les vénimeuses illusions réformistes
de : La Louve
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article139252#forum510741

Le Front de Gauche dit que le "capitalisme est dans l’impasse". C’est presque vrai. Il oublie que, faute de luttes concrètes coordonnées et étendues des exploités, cette impasse n’est jamais que temporaire et il oublie qu’en propageant des idées comme le "revenu de base", ou en faisant miroiter qu’une loi seule suffira a mettre un terme au gavage des propriétaires d’immeubles (comme il y a quelques années, prétendant qu’un referendum - qui n’existait pas - sauverait les retraites), lui, cherche avant tout a tirer le capitalisme de cette impasse. Réforme ou révolution. Socialisme ou barbarie. C’étaient les deux seules alternatives que connaissait Rosa Luxemburg. A juste titre. Et c’est parce qu’elle les posait ainsi qu’elle fut assassinée. Il faudrait arrêter de faire perdre du temps a la prise de conscience prolétarienne. Ensuite, les faits seront ce qu’ils sont. Mais arrêter de propager des mauvaises analyses, des mauvaises solutions, serait déjà un grand pas en avant

J’aimerais que l’on milite pour l’abrogation de toutes les lois et dispositions scélérates qui criminalisent celles et ceux qui défendent leur emploi, leur toit, leur subsistance. Je ne veux pas que l’État devienne encore davantage mon "dealer", alors qu’il est déjà mon maquereau.

La plus venimeuse des illusions réformistes, notamment chez les "républicains", a fortiori en période de crise, est sans nul doute de prétendre que la Loi peut protéger le pauvre, le faible, l’exploité.

La seule chose que la Loi fasse parfaitement bien, c’est de réprimer. Et pourquoi ? Parce que l’État (cette cristallisation des multiples rapports sociaux qui fondent et alimentent le capitalisme) dispose du pouvoir de punir, parce qu’il dispose d’appareils puissants développant son pouvoir de contraindre, notamment, la police, l’armée.

Quand, par extraordinaire, la Loi offre un court répit aux exploités, c’est parce qu’il existe à la base, dans les masses, un rapport de forces à mettre en face des appareils d’État, à mettre en face de la police, de l’armée. La représentation parlementaire, alors, n’est pas la source de la Loi, c’est en réalité le pouvoir populaire en actes qui contraint cette représentation parlementaire à proposer des textes qui donneront une apparence de légalité aux revendications défendues becs et ongles à la base. Sans conscience politique du prolétariat de sa propre force, sans volonté politique de faire respecter cette source de pouvoir, la Loi est toujours du côté des puissants et de ceux qui oppriment et qui spolient.

C’est la raison pour laquelle il faut toujours se battre contre l’État, et plus exactement, contre l’idée de l’État ; se battre contre l’idée qu’il ne serait qu’un gant dans lequel il suffirait de placer une main différente pour qu’il change de nature. La question de la "sécurité", cette sécurité par laquelle on nous fait avaler chaque jour un peu plus d’idéologie répressive, un peu plus de droit de punir, et même, soyons fous, de nécessité de punir, est dans cette perspective une question absolument fondamentale. Un concept à déconstruire chaque jour, et une lutte à mener contre soi-même.

Détacher le plus possible le prolétariat de l’idée qu’il n’est rien sans État, montrer chaque jour comme ce Léviathan ne sera jamais notre allié, arracher systématiquement les voiles idéologiques dont on recouvre, à droite comme à gauche, toute espérance d’un autre monde, est une tâche urgente pour chaque révolutionnaire, pour chaque militant conscient de la démocratie prolétarienne. Vivre en société sans État (et sans la ribambelle d’illusions qui va avec), c’est la grande utopie à (re)construire, à réfléchir. L’envisager seulement est aujourd’hui impossible.

Si nous voulons pouvoir vivre, vivre comme des Hommes, la première des choses à faire est de lutter contre la propriété privée, et contre l’amour fétichiste que la société capitaliste instille de cette propriété privée au creux des consciences prolétariennes.

Que pèse la petite propriété pavillonnaire à crédit face à la solide propriété des bailleurs institutionnels, des multi propriétaires, qui vivent sans travailler des loyers qu’ils nous extorquent ? Que pèse la propriété à crédit de sa petite auto face à la propriété des moyens de production des exploitants des usines qui fabriquent ces autos ? Que pèse notre désir de paix et d’amour face à la volonté farouche du propriétaire, le propriétaire de l’usine qui possède notre temps, le propriétaire de la banque qui possède notre argent, le propriétaire des exploitations agricoles et des supermarchés qui contrôlent nos moyens de subsistance, le propriétaire des usines d’armement qui nous fait basculer dans la guerre, le propriétaire de la prison où nous pouvons toutes et tous finir un jour ?

Que pèse l’amour de la vie face à la propriété privée et au pouvoir de punir ?

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Prado le Mer 15 Jan - 1:06

Roseau a écrit:A Clermont, Cyril Cineux (PCF) et Gérard Bohner (Gauche Unitaire)
ont envoyé un communiqué à la presse pour demander que
« la liste conduite par Alain Laffont ne soit pas estampillée Front de gauche
alors que deux des organisations fondatrices de celui-ci n’y participent pas. »
Quelques heures plus tard, Alain Laffont (GA) et Patricia Guilhot (PG)
envoyaient un communiqué pour l’inauguration
« de la permanence de campagne du Front de gauche à Clermont-Ferrand. » -

L'équipe d'animation nationale d'ENSEMBLE a proposé que pour les élections municipales :
1) Les organisations membres du FdG peuvent faire référence au FdG dans leur matériel en indiquant qu’elles sont membres du FdG.
2) Il ne peut y avoir aucune référence au FdG, quelle qu’en soit la forme, sur un matériel commun avec le PS lorsque les forces du FdG sont divisées.
3) Aucune liste ne peut se réclamer du FdG sur un territoire donné sans l’accord de toutes les composantes du FdG sur ce territoire.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Roseau le Mer 15 Jan - 2:10

Savoureux et toujours la même rêverie
car les coureurs de gamelle municipale (PCF)
comme l'écurie du candidat à Premier Sinistre de Hollande (PG)
violent tous ces beaux principes...
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

halte au feux des zunitaires canal ++??

Message  panchoa le Mer 15 Jan - 15:59

Un Front de gauche à colmater libé
de : Alemaga Lilian
mercredi 15 janvier 2014 - 11h36

Ce coup-ci, Jean-Luc Mélenchon ne pourra pas dire que les journalistes exagèrent. Lui-même en fait le constat : « Le Front de gauche est en piteux état. » Sur son blog, le coprésident du Parti de gauche dénonce le « lâchage » aux municipales d’un PCF qualifié de« bagage accompagné » du PS. Des alliés qui « rédui[sent] le Front de gauche à une étiquette donnée au plus offrant » et rendent « illisible » leur stratégie.

Mélenchon est sans appel : « Avec de tels amis, nous n’avons plus besoin d’ennemis. Le Front de gauche est en lambeaux. »

Vendredi, lors d’une réunion au sommet entre le Parti de gauche (PG) et le PCF, l’ex-candidat à la présidentielle va pouvoir le dire au patron des communistes, Pierre Laurent, qu’il n’a pas croisé depuis la mi-septembre et une Fête de l’Humanité tendue. Mélenchon est fâché contre le secrétaire national du PCF depuis cet été et une interview de ce dernier à Libération.

A quatre mois des européennes, échéance majeure pour l’avenir du Front de gauche, il est urgent de « débloquer les choses », dit-on au PCF. « Non. Le Front de gauche n’est pas en lambeaux comme je l’ai lu. Il est au travail, a répondu Laurent, lundi lors de ses vœux. Le respect des uns et des autres doit prévaloir à la base comme au sommet. Pour ma part, je m’y suis toujours tenu. » En coulisses, il ajoute : « Arrêtons de noircir nous-mêmes le tableau. » Il y a pourtant de quoi. Anathèmes. Le choix - soutenu par Laurent - des communistes parisiens de repartir dès le premier tour avec les socialistes a catalysé les divergences entre camarades. Quand Mélenchon ne jure que par l’« autonomie » et reste obnubilé par la « râclée » qu’il souhaite aux socialistes cette année, la direction du PCF choisit, elle, des alliances à géométrie variable. S’il n’y a « plus rien à attendre » de Hollande, Laurent pense que le Front de gauche ne pourra convaincre les déçus du PS que par le « dialogue ». Et non par des anathèmes anti-PS…

Lundi soir, il a ainsi proposé un « pacte de solidarité » et des « états généraux de la justice fiscale » à « ceux qui [ont] déjà pris conscience du fiasco ou dont les doutes s’amplifient chaque jour ». Présents dans la salle : des écologistes, comme le sénateur Jean-Vincent Placé, des socialistes très à gauche comme Emmanuel Maurel et d’autres comme Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, venus maintenir des liens précieux avec le cousin communiste. Laurent, lui, veut « accélérer ». Partir en campagne européenne. « Il n’y a aucune raison de retarder », dit-il. Mais Mélenchon en a quelques-unes : à commencer par l’utilisation du logo Front de gauche aux municipales. Son « usurpation [...] dans les listes socialistes aggrave la confusion », estime l’eurodéputé. Au PG, on demande que le sigle ne soit pas utilisé lorsqu’un parti fait le choix d’être « derrière le PS ».

Hors de question pour le PCF. La semaine dernière, d’autres composantes ont repris une solution plus apaisante : pas de logo sans participation unitaire du Front de gauche. Impossible, répond Martine Billard (PG) : « Ça voudrait dire que dans certains endroits, le Front de gauche disparaît ! » Au PG, on attend aussi des « clarifications » communistes. « Le Front de gauche n’est pas quelque chose qui se rassemble en fonction des intérêts du PCF », défend Eric Coquerel. En jeu : les régionales, départementales et sénatoriales de 2015. Où les amis de Mélenchon veulent empêcher les communistes d’aller voir le PS. Ils comptent aussi rappeler qu’ils « cotisent beaucoup » au Front de gauche : « On ne peut pas avoir des équilibres avec 80-90% pour le PCF », rappelle Coquerel. Sur son blog, Mélenchon réclame aussi « le vote de tous les électeurs du Front de gauche qui le souhaitent » afin de « trancher entre des lignes d’action ».

Tentant ainsi de remettre à l’ordre du jour la question d’une transformation du Front en un vrai parti. « 95% des communistes sont des acharnés du refus du parti unique. On l’a trop payé par le passé », fait remarquer Francis Parny (PCF) pour qui ces propositions du PG sont « bloquantes ». Laurent se dit « prêt à discuter » après les élections. Une fois les « leçons » tirées. Pression. Depuis sa naissance en 2009, le Front de gauche a connu des tensions préélectorales pour mieux se réconcilier en campagne. Mais cette fois-ci, à chaque occasion de faire la paix, un des partenaires remet un coup de pression. Une manifestation anti-hausse de TVA le 1er décembre remet en mouvement les militants ? Deux semaines plus tard, le PG annonce qu’il « suspend » sa participation au Parti de la gauche européenne… car Laurent y est reconduit à la présidence. Une réunion au sommet est enfin calée ?

Christian Picquet, fondateur du Front de gauche et ex-figure de la LCR, annonce que son petit parti - Gauche unitaire - rejoint Hidalgo à Paris. De son côté, Mélenchon n’hésite pas à laisser penser qu’il est prêt à se passer des communistes. « On ne se renforce pas en purgeant, regrette Marie-Pierre Vieu côté PCF. Le PG pense que le score du Front de gauche à la présidentielle, c’est eux. Ils pensent pouvoir emporter le morceau mais c’est une erreur. » Elle concède une erreur communiste. Ne pas avoir « traité » Mélenchon : « On ne lui a pas donné de place après la présidentielle. »



panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  verié2 le Mer 15 Jan - 16:12

J'ai entendu Mélenchon sur France inter. Il se positionne assez habilement en leader de l'opposition de gauche au gouvernement. Il espère ainsi rebondir et peut-être mordre sur les troupes du PCF, vu qu'il en a lui-même très peu pour le moment. Par sa politique, le PCF continue à se suicider lentement en laissant la place à ce politicien démagogue. Mais la responsabilité de l'extrême-gauche n'est pas moindre, en refusant de s'unir sur un programme de lutte pour offrir une autre alternative aux déçus de Hollande qu'un personnage comme Mélenchon. Sans compter ceux qui, dégoûtés, se tournent vers l'extrême-droite.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Roseau le Mer 15 Jan - 17:01

verié2 a écrit: Mais la responsabilité de l'extrême-gauche n'est pas moindre, en refusant de s'unir sur un programme de lutte pour offrir une autre alternative aux déçus de Hollande qu'un personnage comme Mélenchon. Sans compter ceux qui, dégoûtés, se tournent vers l'extrême-droite.
En fait, l'EG se retrouve le plus souvent pour faire converger les luttes,
et fait face aux bureaucrates syndicaux et leurs alliés politiciens du FdG
qui multiplient les initiatives bidons car ils tremblent devant le risque d'un tous ensemble,
celui qu'ils avaient déjà combattu en automne 2010 quand nous défendions les retraites.

Mais Vérié a 100 % raison, l'EG doit créer un Front Anti-K
défendant en tant que tel un programme de lutte,
et affirmant en même temps la nécessité d'une révolution sociale.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Achille le Mer 15 Jan - 18:17

verié2 a écrit: la responsabilité de l'extrême-gauche n'est pas moindre, en refusant de s'unir sur un programme de lutte pour offrir une autre alternative aux déçus de ....

Alors ça c'est un scoop !
ça fait des dizaines d'années que cela dure: l'extrème gauche passe son temps à se taper les uns sur les autres, à se diviser, à scissionner, à fractionner...etc. La lecture de ce forum en fournit une excellente illustration. Alors l'unité de l'EG sur un programme de lutte... Dream on!

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  verié2 le Mer 15 Jan - 18:31

Achille a écrit:
verié2 a écrit: la responsabilité de l'extrême-gauche n'est pas moindre, en refusant de s'unir sur un programme de lutte pour offrir une autre alternative aux déçus de ....

Alors ça c'est un scoop !
ça fait des dizaines d'années que cela dure:  l'extrème gauche passe son temps à se taper les uns sur les autres, à se diviser, à scissionner, à fractionner...etc. La lecture de ce forum en fournit une excellente illustration. Alors l'unité de l'EG sur un programme de lutte... Dream on!
Les camarades argentins du PO et du PTS ont fini par s'unir, même si ce n'est pas parfait. Alors pourquoi pas nous ? Very Happy 

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Estirio Dogante le Mer 15 Jan - 19:34

Cela serait bien en effet et avec un programme qui tienne compte de ce qui indique Roseau
l'EG doit créer un Front Anti-K
défendant en tant que tel un programme de lutte,
et affirmant en même temps la nécessité d'une révolution sociale.

Mais c'est peine perdue, cela ne se fera pas.

Si par extraordinaire cela arrivait, comme en Argentine, cela ne peut durer qu'une élection. Après...comme lors d'autres aventures électorales, ce sera comme en Argentine où, le PTS a manifesté le 20 et le PO le 19 avec le PCR argentin.

Les uns, le PTS informe sur son site "des colonnes nourris" qui en ont participé...les autres, le PO, uni avec la CTA et le PCR revendiquent "plus de 10 mil personnes" mais ils comptent comme la CGT...

Pourquoi n'ont-ils pas manifesté ensemble? Des profondes divergences idéologiques et politiques sans doute aucune... Et ces Charlots incapables même de ne pas faire le ridicule devant les masses se prétendent meilleurs que les staliniens qui ont, après tout, menée un vaste mouvement de la classe ouvrière? "A l’abime!" je les entends crier de là, mais même de cela vous êtes incapables, la classe ouvrière vous entends, vous voit agir et hausse les épaules.

Mettez deux trotskystes ensemble, ils vous feront deux tendances. Avec des très bonnes raisons... Le trotskysme qui se pratique est synonyme de division.

L'unité se fera...un jour, mais par dessus les trotskystes, un des obstacles majeur de l'unité de la classe ouvrière. Pas d'accord? Regardez votre pratique constante.

Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

sur le blog melenchon

Message  panchoa le Mer 15 Jan - 19:42

Christian Piquet trompe tout le monde à Paris
Christian Piquet annonce son ralliement aux socialistes parisiens. Au lendemain de la conférence de presse du président, c’est un reniement très triste. Il a été préparé en secret, sans informer aucun des partenaires, à aucun moment depuis que la discussion est ouverte au sujet des municipales dans la coordination nationale du Front de Gauche. Seuls informés, les dirigeants Communistes ont également tenu secrète cette information. C’est un signal de dégradation des devoirs de loyauté à la tête du Front de Gauche. Survenant à dessein trois jours avant la rencontre PC/PG, l’évènement est un message. Pour cette mauvaise action, Christian Piquet a surtout trompé son propre groupe militant qui a voté à plusieurs reprises contre ce choix après de nombreuses heures de débats. Ces militants avaient décidé de participer à la liste de Danielle Simonnet. Ils y sont candidats, ils y militent. Christian Piquet n’apporte donc rien à la liste Hidalgo, ni audience ni militants, sinon le mauvais coup qu’il nous porte. Les militants de la Gauche Unitaire ont donc réagi très négativement contre cette décision solitaire, négative et destructrice. Mais le coup est porté. Ici, le profit personnel d’un individu se fait au prix de la confusion et de la tromperie. Dans ces conditions, l’utilisation du sigle Front de Gauche pour de telles tromperies conduit à l’illisibilité politique de ce sigle. Elle se fait au détriment de toutes les équipes locales qui s’en réclament au premier tour des élections municipales. Mais aussi au détriment de ceux qui voudraient porter les couleurs de l’autonomie politique, par rapport à l’Europe libérale et à ses soutiens de droite et social-démocrate, au plus haut de l’opposition de gauche aux élections européennes. Mais les utilisateurs de cette vente à la découpe doivent se souvenir que le résultat du Front de Gauche à l’élection présidentielle n’est pas transférable à la commande par quelques-uns sur ses concurrents.

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vallauris – Golfe Juan : la totale

Message  Roseau le Mer 15 Jan - 20:00

PC et PG s’étaient déjà rallié au PS :
http://www.nicematin.com/municipales-2014-hp/la-gauche-se-rassemble-autour-de-jean-lou-pece.1556615.html

Mais la totale, c’est le candidat PS avec dans ses bagages PC et PG,
qui se rallie à un EELV qui se proclame « ni gauche-ni droite… »

PS. C'est pas le sujet mais Dogante se trompe.
Les Anti-K, en dehors de LO, ne se réclament pas du trotskisme,
pas plus que ne le faisait Trotsky lui-même,
fort conscient de la dilapidation d'héritage que représentent les "ismes".
Le NPA, par exemple, se réclame du socialisme et de la révolution.
L'un et l'autre sont à nourrir par et dans l'action,
pas révélés dans des bulles papales.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Prado le Mer 15 Jan - 20:03

panchoa a écrit:Christian Piquet trompe tout le monde à Paris

Une précision : cet article provient du blog de Mélenchon.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  verié2 le Mer 15 Jan - 20:24

Prado a écrit:
panchoa a écrit:Christian Piquet trompe tout le monde à Paris

Une précision :  cet article provient du blog de Mélenchon.
Bon, c'est une fin de carrière pitoyable. Mais, à mon avis, le grand fossé a été franchi quand Piquet s'est retrouvé à une tribune tout souriant aux côtés de politiciens qui chantaient la Marseillaise. Mélenchon est plus proche de Hollande que de Besancenot et Arthaud...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  gérard menvussa le Mer 15 Jan - 20:33

Estirio Dogante a écrit:Cela serait bien en effet et avec un programme qui tienne compte de ce qui indique Roseau
l'EG doit créer un Front Anti-K
défendant en tant que tel un programme de lutte,
et affirmant en même temps la nécessité d'une révolution sociale.

Mais c'est peine perdue, cela ne se fera pas.

Si par extraordinaire cela arrivait, comme en Argentine, cela ne peut durer qu'une élection. Après...comme lors d'autres aventures électorales, ce sera comme en Argentine où, le PTS a manifesté le 20 et le PO le 19 avec le PCR argentin.

Les uns, le PTS informe sur son site "des colonnes nourris" qui en ont participé...les autres, le PO, uni avec la CTA et le PCR revendiquent "plus de 10 mil personnes" mais ils comptent comme la CGT...

Pourquoi n'ont-ils pas manifesté ensemble? Des profondes divergences idéologiques et politiques sans doute aucune... Et ces Charlots incapables même de ne pas faire le ridicule devant les masses se prétendent meilleurs que les staliniens qui ont, après tout, menée un vaste mouvement de la classe ouvrière? "A l’abime!" je les entends crier de là, mais même de cela vous êtes incapables, la classe ouvrière vous entends, vous voit agir et hausse les épaules.

Mettez deux trotskystes ensemble, ils vous feront deux tendances. Avec  des très bonnes raisons... Le trotskysme qui se pratique est synonyme de division.

L'unité se fera...un jour,  mais par dessus les trotskystes, un des obstacles majeur de l'unité de la classe ouvrière. Pas d'accord? Regardez votre pratique constante.

Je ne vois pas ou est le probléme : le npa n'est pas trotskyste (même s'il compte des gens qui s'en reveniquent) et c'est tant mieux.

Aprés, il ne me semble pas que "le trotsysme" soit le probléme. Mais clairement, ce n'est pas la solution...

Les difficultés objectives de la situation pésent largement plus que la "divisionite" propre aux trotskyste ou aux maoiste (qui sont tout autant scissionnistes, et en général largement plus sectaires) sans oublier nos camarades libertaires.

Mais notre camarade donneur de leçon est bien incapable de montrer une révolution gagnée avec ses méthodes dans les 30 derniéres années...

Si on se tourne vers le "trotskysme" ou le "maoisme", on se tourne vers des organisations qui ont toutes (pour des raisons possiblement différentes) échouées. Et un ensemble e considérations qui n'aident pas a résoudre les questions présentes du mouvement ouvrier. Qu'on trouve largement plus dans d'autres courants, certains d'ailleurs totalment étranger au marxisme....
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les FdG complices de l'impérialisme français

Message  Roseau le Mer 15 Jan - 20:53

Bon résumé dans cet extrait d'un long et passionnant article
sur "la sidération humitaire de la gauche"
http://www.contretemps.eu/interventions/afrique-red%C3%A9ploiement-imp%C3%A9rialisme-fran%C3%A7ais-sid%C3%A9ration-humanitaire-gauche

Il se trouve peu de voix au sein de la gauche française pour dénoncer son propre impérialisme, exiger le démantèlement de ses bases militaires et le départ sans délai de ses troupes d’Afrique. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire attentivement les communiqués relatifs à l’opération Sangaris. Dans ce concert de voix empruntées, seul le NPA appelle sans détour au retrait des troupes françaises d’Afrique, revendication à laquelle il faudrait au moins ajouter le démantèlement des bases militaires et la dénonciation des accords léonins passés avec les dictatures du pré carré françafricain.

Le secrétaire national du Parti de gauche, François Delapierre, n’y va pas par quatre chemins : d’une part, il ne conteste pas l’intervention militaire en RCA, « parce qu’elle s’inscrit pleinement dans le cadre du droit international », et que « la situation humanitaire désastreuse en Centrafrique plaide également pour une intervention » ; d’autre part, il défend l’abandon du modèle néolibéral, qui conduirait selon lui à redresser l’agriculture de ce pays, et la sortie du nucléaire, qui permettrait à la France de se passer des gisements d’uranium de ses ex-colonies (pourquoi ne pas conditionner aussi la restitution des gisements de pétrole contrôlés par Total à l’abandon du moteur à explosion ?). Un raisonnement spécieux, puisque les paysans de Centrafrique ne pratiquent guère plus qu’une agriculture de subsistance, sans rapport direct avec le marché mondial, et que l’exploitation de la mine de Bakouma a été actuellement suspendue. A quoi peuvent servir de telles circonvolutions, si ce n’est à valider une opération militaire néocoloniale sans avoir l’air d’y toucher. Quant au PCF, sa résolution du 10 décembre émet certes une série de critiques envers l’attitude de Paris, sans pour autant condamner explicitement l’envoi de troupes, ce que ses élus ne feront pas non plus au Parlement.

Au sein du Front de gauche, la Gauche anticapitaliste a défendu une position propagandiste plus articulée. Après avoir refusé l’intervention militaire en RCA et exigé « la fin du rapport de domination de la France sur ses anciennes colonies » – un objectif qui mériterait d’être décliné plus précisément – elle ajoute : « Pour faire face à la catastrophe humanitaire qui est en route, pour protéger la population des exactions et des massacres, il faut une force de paix et d'interposition internationale, sous mandat de l'ONU, de l'Union africaine, mais sans l'ancienne puissance coloniale ». Ce faisant, ne sous-estime-t-elle pas les limites de tout mandat de l’ONU, décidé de facto par son Conseil de sécurité44 ? Par ailleurs, un engagement conjoint de l’Union africaine permet-il d’éviter tout travers néocolonial ? Pas vraiment, dans la mesure où celle-ci reçoit les neuf dixièmes de son budget des grandes puissances et sous-traite les opérations qu’elle approuve aux dictateurs de la sous-région concernée, contre garantie d’un financement occidental…
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Faire naître l'opposition de gauche

Message  Achille le Mer 15 Jan - 23:59


Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Roseau le Jeu 16 Jan - 0:33

Même discours que sur BFMTV posté sur fil Parti de Gauche
Presque même réponse:
Les contorsions de Mélenchon sont à se tordre de rire...
Hollande aurait fait un tournant libéral...
qui serait lié à un raidissement face à ses affaires privées...
(JLM répète son intrusion scandaleuse dans la vie privée,
il avait déjà déclaré que lui savait se tenir! )

Ce ne serait pas plutôt le FdG qui se serait effondré
avec le ralliement au PS dès le premier tour des municipales
de deux de ses fondateurs sur trois (PC et GU) ?  Smile
...en attendant le ralliement au PS au deuxième tour de JLM
et d'une bonne part du PG (là où il refuse notamment de faire liste avec le NPA)...

C'est donc logique: pour mieux rallier la gamelle PS au deuxième tour,
JLM nous enfume sur un "tournant" de ce parti bourgeois.  
Non, Hollande n’est pas social-libéral.
Il n’a RIEN de social.
Mieux, comme le PS de Jospin, dont JLM était ministre,
il a le soutien du MEDEF,
car les illusions sur sa nature rendent plus difficile
la résistance aux politiques de régression sociale.  

Ajoutons que Mélenchon lui-même n’est même pas social-démocrate.
La social-démocratie traditionnelle visait le socialisme par la voie des urnes.
Certes, Mélenchon est la poursuite de la faillite social-démocrate
car il ne voit pas d’autre stratégie que la voie des urnes,
qui n'a jamais écarté aucune classe dominante,
et seulement conduit à la trahison ou au massacre.
Mais contrairement à la social-démocratie,
il ne vise pas le socialisme, écarté du programme du FdG,
mais il vise un poste de ministre.
Il s’est déjà proposé comme Premier Sinistre du Chaollande
ou ministre d’un gouvernement Montebourge.

Il est le chef d'un écurie qui a annoncé d'avance au capital:
'"les investisseurs n'ont rien à craindre de mon programme"
et "je ne suis pas révolutionnaire, je suis keynésien"
.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Estirio Dogante le Jeu 16 Jan - 0:38

Mélénchon se trouve dans une impasse, mais comme il est tactiquement correct (à partir de sa ligne social démocrate) il cherche la seule solution possible.

Un Front de Gauche élargi aux socialistes de gauche et aux écologistes. Ainsi qu'à tous ceux qui voudraient l'accepter comme leader.

Bien sur, personne est obligé de suivre sa tactique et un tel Front de Lutte contre les politiques de droite d'Hollande aurait dû être mis en place depuis fort longtemps (le problème ici est trouver les groupes et partis disposés à le faire) l'EG ayant fait faux bond à son habitude. Le NPA l'a appelé ce Front, mais a t-elle fait tout son possible pour qu'il soit une réalité? Je ne le pense pas. LO s'est opposé dès le début, même avant les débuts, le POI le proclame aussi, mais qui lui fait confiance?

Comment ne pas vous traiter de tous les noms?

Maintenant, il ne reste qu'à se poser la question si ne serait pas convenable (pour sauver quelques meubles) d'entrer dans cette "opposition de gauche" qui n'est que social démocrate et par dessus le marché encore plus social-impérialiste, afin de faire un travail là dedans si les masses s'y portent. Et cela risque d'arriver vu les conséquences terribles qui aura pour les masses le "pacte de responsabilité" qui saluent déjà tous les bourgeois.

Tout dépends de ça au fait, des masses. Si les masses y sont, il est impératif d'y aller. Pour changer le contenu de ce Front, pour l'impulser vers la gauche. Pour le casser, isoler Mélenchon et faire un Front Politique plus près du prolétariat. Les conditions peuvent s'y prêter.
Bien sur, cela les partis de l'EG ne le feront pas, ils jureront par tous leurs mânes qu'eux "ne se salissent pas, restent propres et purs, ne s'allient pas avec les Mélenchon, ni avec la social-démocratie etc." La Morale Transcendantale sera sauvé encore, mais nous on chutera encore plus dans la merde.








Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Roseau le Jeu 16 Jan - 0:58

La baudruche politicienne se dégonfle à toute vitesse.
Dogante se porte à son secours...  Smile 
Aussi pertinent que le "groupe" de Dogante, qui a réussi quoi? RIEN.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Achille le Jeu 16 Jan - 1:20

Roseau prends des tours. Il ne va pas tarder à nous dire qu'il a "déclenché" avec quelques potes mai 68  Laughing 
cela ne réussira pas à nous faire oublier qu'il a appelé à voter pour le candidat du capital Chirac en 2002 et Hollande dix ans après. Que son ex-camarades Piquet va aujourd'hui profiter des postes proposé par le PS... Twisted Evil 

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  verié2 le Jeu 16 Jan - 9:33

Achille
son ex-camarades Piquet va aujourd'hui profiter des postes proposé par le PS...
La distance n'est pas très grande entre les diverses fractions du Front de Gauche (hors PCF, et encore ça tend à se réduire avec la "notabilisation" des élus PCF) et le PS. Beaucoup moins grande qu'entre le NPA et LO, et le PdG. Un des clivages de classe, c'est tout de même le fossé entre nationalisme et internationalisme...

A partir du moment où l'on va à la soupe, ce qui semble désormais hélas très clair chez Piquet, autant aller chez le patron qui a la plus grosse marmite. Piquet doit seulement regretter amérement de ne pas l'avoir fait à la "grande époque" de Mitterrand comme les Dray, Moscovici etc. Il aurait une petite chance d'avoir un fauteuil de ministre au lieu d'un minuscule strapontin. Quand on se vend, mieux vaut le faire au moment où la côte des renégats est en position haute... What a Face

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Roseau le Jeu 16 Jan - 13:17

Achille a écrit:Roseau prends des tours. Il ne va pas tarder à nous dire qu'il a "déclenché" avec quelques potes mai 68  Laughing 
cela ne réussira pas à nous faire oublier qu'il a appelé à voter pour le candidat du capital Chirac en 2002 et Hollande dix ans après. Que son ex-camarades Piquet va aujourd'hui profiter des postes proposé par le PS... Twisted Evil 
Après qu'il ait eu l'information, ce n'est plus une erreur, mais un mensonge
http://forummarxiste.forum-actif.net/t2850p750-parti-de-gauche#81991
Par ailleurs, le fait de n'avoir aucun argument
pour défendre le PG qui se mettra sur liste PS au deuxième tour
n'excuse en rien de faire attaques personnelles.
Cela n'a rien à faire ici.
Achille, averti quantité de fois, doit apprendre à se tenir.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

aquelle mouche le pique et colegram

Message  panchoa le Jeu 16 Jan - 13:42

Melenchon-Picquet : l’arroseur arrose... vu bellaciao
de : Le moustique socratique
jeudi 16 janvier 2014 - 12h05



JPEG - 139 ko
Communique de Melenchon a la fin...

"Christian Piquet n’apporte donc rien à la liste Hidalgo, ni audience ni militants, sinon le mauvais coup qu’il nous porte"

aurait pu être exactement la même il y a 4 ans (4 ans, c’est ça ?) en remplaçant "liste Hidalgo" par "Front de Gauche" et en considérant le NPA comme étant le "nous"

Pourtant, à l’époque, Mélenchon et les autres n’hésitaient pas à dire qu’"une partie de la LCR nous a rejoints", même si celle ci ne représentait que pas grand chose (et qu’elle est devenue aujourd’hui "quasiment rien").

Faut dire à Mélenchon que Judas s’écrit "Picquet", avec un c.

Sinon, fallait nous demander, on l’aurait tuyauté sur le bonhomme....


Christian Piquet trompe tout le monde à Paris

Christian Piquet annonce son ralliement aux socialistes parisiens. Au lendemain de la conférence de presse du président, c’est un reniement très triste. Il a été préparé en secret, sans informer aucun des partenaires, à aucun moment depuis que la discussion est ouverte au sujet des municipales dans la coordination nationale du Front de Gauche.

Seuls informés, les dirigeants Communistes ont également tenu secrète cette information. C’est un signal de dégradation des devoirs de loyauté à la tête du Front de Gauche. Survenant à dessein trois jours avant la rencontre PC/PG, l’évènement est un message.

Pour cette mauvaise action, Christian Piquet a surtout trompé son propre groupe militant qui a voté à plusieurs reprises contre ce choix après de nombreuses heures de débats. Ces militants avaient décidé de participer à la liste de Danielle Simonnet.

Ils y sont candidats, ils y militent. Christian Piquet n’apporte donc rien à la liste Hidalgo, ni audience ni militants, sinon le mauvais coup qu’il nous porte. Les militants de la Gauche Unitaire ont donc réagi très négativement contre cette décision solitaire, négative et destructrice. Mais le coup est porté.

Ici, le profit personnel d’un individu se fait au prix de la confusion et de la tromperie. Dans ces conditions, l’utilisation du sigle Front de Gauche pour de telles tromperies conduit à l’illisibilité politique de ce sigle. Elle se fait au détriment de toutes les équipes locales qui s’en réclament au premier tour des élections municipales.

Mais aussi au détriment de ceux qui voudraient porter les couleurs de l’autonomie politique, par rapport à l’Europe libérale et à ses soutiens de droite et social-démocrate, au plus haut de l’opposition de gauche aux élections européennes.

Mais les utilisateurs de cette vente à la découpe doivent se souvenir que le résultat du Front de Gauche à l’élection présidentielle n’est pas transférable à la commande par quelques-uns sur ses concurrents.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/ar...

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 16 Jan - 19:26

Salut camarades,

Un article qui précise bien les difficultés actuelles du Front de Gauche, vers quelle politique il devrait tendre !

Front de Gauche : comment aller de l’avant ?
16-01-2014 par La Riposte



http://www.lariposte.com/Front-de-Gauche-comment-aller-de-l.html

Près de cinq ans après sa création, le Front de Gauche traverse une période de fortes turbulences. Dans un certain nombre de villes – et non des moindres –, le PCF et le Parti de gauche (PG) n’auront pas de listes communes au premier tour des élections municipales de mars 2014. Par ailleurs, mi-décembre, le PG a annoncé qu’il suspendait pendant quatre mois sa participation au Parti de la Gauche Européenne (PGE), qui regroupe plusieurs partis européens de la « gauche radicale » (dont le PCF) et qui vient de réélire à sa tête Pierre Laurent. Pourquoi cette auto-suspension ? Parce que Pierre Laurent a soutenu l’option d’une liste PS-PCF au premier tour des municipales à Paris, nous expliquent les dirigeants du PG. Dans L’Humanité Dimanche du 19 décembre, Cédric Clérin (PCF) réagissait ainsi : « Le Parti de gauche veut-il la peau du Front de Gauche ? On pourrait le croire, tant les actes de rupture envers son allié communiste se multiplient ». De son côté, le PG affirme que les dirigeants du PCF sont responsables de cette situation et mettent en péril le Front de Gauche.

Les militants et sympathisants du Front de Gauche ont parfois du mal à se repérer au milieu de ces tirs croisés de critiques publiques. Ce qui, ces derniers mois, a compliqué la compréhension de la situation interne au Front de Gauche, c’est l’enchevêtrement complexe de divergences politiques réelles et de positions qui relevaient, au PCF comme au PG, de logiques d’appareil, avec ce que cela comporte de manœuvres et de postures plus ou moins artificielles. Sur la question des municipales, par exemple, toutes sortes d’arguments politiques et de beaux principes ont été mobilisés (et pas seulement au PCF) pour justifier des choix tactiques essentiellement dictés, en réalité, par la volonté d’obtenir un maximum de positions éligibles – et ce qui vient avec : l’argent, le prestige, etc.

De même, en suspendant provisoirement son adhésion au PGE, la direction du PG a adopté une simple posture qui ne fait pas avancer notre combat d’un centimètre. Les travailleurs ne connaissent pas le PGE ou ne s’y intéressent pas le moins du monde. Cette initiative du PG ne leur apprend rien sur ses idées et son programme. Elle est à mille lieues de leurs problèmes et de leurs aspirations.

L’attitude à l’égard du gouvernement

Reste que tout ceci exprimait – même de façon confuse – des divergences politiques réelles entre les directions du PCF et du PG. Et la principale divergence portait sur l’attitude à adopter à l’égard du gouvernement. Nous écrivons « portait » et non « porte », car comme nous le verrons plus loin, la position de la direction du PCF sur cette question semble évoluer, ces dernières semaines.

Le PCF comme le PG critiquent la politique d’austérité du gouvernement, mais le PG l’a fait plus sévèrement que le PCF, en général. Cette différence de ton n’est déjà pas un détail, dans la mesure où la plupart des travailleurs, eux, ne mâchent pas leurs mots contre François Hollande et ses ministres. Le Front de Gauche doit être au diapason de cette colère. Mais jusqu’en décembre 2013, il y avait aussi une différence d’approche sensible dans la façon de concevoir le rôle et les objectifs politiques du Front de Gauche face au gouvernement.

Dès les toutes premières mesures du gouvernement Hollande, en 2012, la direction du PCF a demandé qu’il « change de cap » et « mène une véritable politique de gauche ». Cette formule est revenue sans cesse dans la propagande publique du parti. Elle n’était pas mauvaise en soi. Mais compte tenu de la politique du gouvernement, elle était complètement déconnectée de l’humeur réelle de la masse des travailleurs, qui ont rapidement compris que François Hollande les abandonnait, ne s’occupait que des riches et poursuivait, au fond, la politique de Nicolas Sarkozy. Ils ne croient plus – depuis longtemps – à un virage à gauche du gouvernement. De fait, sa trajectoire politique n’a pas viré vers la gauche, mais vers la droite. Les travailleurs ne se faisaient donc aucune illusion sur l’efficacité des « appels » que le PCF adressait au gouvernement. En cela, ils avaient bien raison.

Conscients de ce problème, les dirigeants du parti ont régulièrement expliqué qu’il s’agissait en réalité d’imposer au gouvernement ce « changement de cap » au moyen de mobilisations des travailleurs. Le Front de Gauche était alors présenté comme un instrument de la pression que le mouvement ouvrier doit exercer sur le gouvernement socialiste en vue d’infléchir sa politique vers la gauche. Mais même cette perspective était bien trop abstraite. Toute l’expérience des gouvernements de gauche en Europe, ces dernières années, montre que du fait de la profonde crise du capitalisme et de la complète dégénérescence pro-capitaliste des dirigeants « socialistes », des manifestations de masse et des grèves générales de 24 heures, même très suivies, ne permettent pas d’infléchir un tant soit peu la politique de gouvernements « de gauche ». Ce fait a été enregistré par de nombreux travailleurs français.

Les dirigeants du PS ne diffèrent en rien de leurs homologues grecs, espagnols et portugais, qui au pouvoir ont fermement maintenu le cap de la rigueur face à de puissantes mobilisations de jeunes et de travailleurs. Complètement soumis à l’économie de marché, Hollande et ses ministres sont déterminés à en boire le calice jusqu’à la lie, quitte à le payer lourdement sur le plan électoral. Un gouvernement qui accepte le système capitaliste doit en accepter les lois. Dans le contexte de crise actuel, cela signifie qu’il doit mener la politique d’austérité que lui dicte la classe dirigeante. Hollande, Ayrault et compagnie s’exécutent avec enthousiasme.

Le Front de Gauche doit donc se présenter aux travailleurs comme une alternative de gauche au gouvernement Hollande, c’est-à-dire comme une force politique qui veut disputer le pouvoir au PS – et non comme le simple relais d’une « pression » qui s’exercerait sur sa gauche. C’est la position, formellement correcte, des dirigeants du PG depuis pratiquement le début du mandat de François Hollande. Ceci étant dit, il faut noter l’inflexion de la position des dirigeants du PCF depuis les « vœux » que François Hollande a adressés « aux Français » (et surtout aux grands patrons), le 31 décembre dernier. Par exemple, lors des « vœux » de Pierre Laurent, le 13 janvier, il a renoncé à demander au gouvernement de « changer de cap », déclarant : « l’heure n’est plus à attendre [du gouvernement] ce qui ne viendra pas ». Il a également appelé à « tracer les grandes lignes d’une politique alternative de gauche ». D’autres formulations sont plus ambigües. Mais l’inflexion est notable – et bienvenue, à condition qu’elle soit consolidée.

La position du PG

Même si cela reste à confirmer, la position du PCF semble donc se rapprocher de celle du PG sur cette question. Reste que la position des dirigeants du PG est loin d’être satisfaisante. Ils reprochent (à juste titre) aux dirigeants du PCF de discréditer le Front de Gauche en multipliant les alliances au premier tour avec le PS aux municipales. Mais dans le même temps, les dirigeants du PG se tournent vers Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) et multiplient les alliances avec ce parti ! C’est une grave erreur. Les Verts sont au gouvernement. Leurs députés se sont abstenus lors du vote sur la dernière contre-réforme des retraites (entre autres lâchetés). L’alliance du Front de Gauche avec un parti gouvernemental ne peut que semer le doute et la confusion parmi les jeunes et les travailleurs écœurés par la politique pro-capitaliste du gouvernement. Cela vaut pour le PS comme pour EELV.

Certains militants du PG nous répondent, non sans embarras : « oui, mais les Verts ne sont qu’une petite force du gouvernement… ». Mais l’opportunisme ne se juge pas au poids et à la taille ! On ne peut pas être « un peu » opportuniste, de même qu’on ne peut pas être « un peu » enceinte.

Mélenchon a beau préciser, sur son blog, que le PG travaille à des alliances « avec les structures de base d’EELV », cela ne change rien. Suivant cette logique, le PCF pourrait répondre aux critiques du PG : « Eh bien, nous autres, nous faisons alliance avec des structures de base du PS » ! Par ailleurs, il n’est pas surprenant que des « structures de base » d’EELV concluent des alliances avec le Front de Gauche : ce parti saturé de carriéristes petits-bourgeois a toujours été prêt à s’allier avec n’importe qui, pourvu qu’il y ait des positions éligibles en jeu. Les Verts cultivent de longue date une image d’« indépendance » à l’égard du PS, auquel cependant ils finissent toujours par se soumettre – contre des postes. Pour construire une alternative de gauche à l’actuel gouvernement, le Front de Gauche ne doit pas chercher à s’accrocher à la branche vermoulue des Verts ; il doit résolument se tourner vers la masse des travailleurs, des jeunes et des chômeurs qui cherchent une issue à la crise du capitalisme.

Rompre avec le capitalisme !

En menant une politique pro-capitaliste, le PS se condamne au déclin. En Grèce, le PASOK s’est effondré au profit de Syriza. Le même processus peut s’engager, en France, au profit du Front de Gauche. Mais rien ne le garantit d’avance. La division et l’opportunisme des dirigeants du PCF et du PG, à l’occasion des élections municipales, ont pour effet de ralentir la croissance du Front de Gauche – aussi bien sur le plan électoral qu’en termes d’effectifs militants. L’enthousiasme soulevé par la campagne de Mélenchon, en 2012, illustrait la radicalisation d’une fraction de la jeunesse et du salariat. Si le Front de Gauche marque le pas, depuis, ce n’est pas parce que cette radicalisation a disparu ; c’est parce que les directions du PCF et du PG ne lui ont pas donné une expression adéquate.

La question des mots d’ordre et du programme du Front de Gauche est ici décisive. La « 6e République » et la « révolution fiscale » ne vont pas assez loin. Face à l’actuel désastre économique et social, ces mots d’ordre ne répondent pas clairement aux préoccupations les plus brûlantes des travailleurs, à commencer par la flambée du chômage et l’épidémie de plans sociaux. Le Front de Gauche doit passer à l’offensive et défendre un programme qui vise à briser le pouvoir économique des capitalistes. C’est le seul moyen d’en finir avec l’austérité, le chômage de masse et la régression sociale. Or ni le PG, ni le PCF, ni « Ensemble » (la troisième force du Front de gauche) ne défendent un tel programme. C’est la carence fondamentale du Front de Gauche. Si elles veulent donner une expression adéquate à l’exaspération des masses, les organisations du Front de Gauche doivent ouvrir la perspective d’une rupture révolutionnaire avec le système capitaliste et d’une transformation socialiste de la société, dans laquelle l’économie sera fermement sous le contrôle des travailleurs eux-mêmes.

Dans le Manifeste du Parti Communiste, Marx écrivait : « En somme, les communistes appuient en tous pays tout mouvement révolutionnaire contre l’ordre social et politique existant. Dans tous ces mouvements, ils mettent en avant la question de la propriété, à quelque degré d’évolution qu’elle ait pu arriver, comme la question fondamentale du mouvement. » Les occasions de « mettre en avant la question de la propriété » ne manquent pas, en France, chaque mois apportant son lot de fermetures d’entreprises et de plans sociaux. Le Front de Gauche devrait prendre la tête d’une vaste campagne visant à mobiliser les travailleurs autour du mot d’ordre d’expropriation – sans indemnité pour les grands actionnaires – des grands capitalistes qui ferment et licencient, dans le seul but de sauvegarder leurs marges de profits.

Jean-Luc Mélenchon écrivait récemment sur son blog : « Nous traçons un chemin sur le futur qui va à la racine des problèmes que rencontre le pays : la question de la répartition des richesses et du système fiscal qui l’organise ». Or les racines de nos problèmes plongent encore plus profondément que « la répartition des richesses » ; elles plongent dans la propriété capitaliste des moyens de produire ces richesses. Celle-ci détermine et limite nécessairement celle-là. C’est pour cela que Marx désignait la question de la propriété comme « la question fondamentale » de notre mouvement. Nous pourrons d’autant mieux partager les richesses équitablement, rationnellement, conformément au progrès social, que nous serons devenus maîtres, collectivement, des moyens de les produire. Telle est la grande idée socialiste que la crise actuelle remet à l’ordre du jour – et dont le mouvement ouvrier doit à nouveau se saisir.

Lorsque les militants de La Riposte défendent ces idées, dans les sections du PCF, ils suscitent parfois la perplexité de camarades, qui disent : « ce sont des idées trop radicales ; les gens ne les comprendront pas ». Mais les gens les comprendront d’autant moins que personne ne les leur explique ! S’il est exact que tous les travailleurs n’accepteront pas d’emblée le programme de la révolution socialiste, une section décisive de jeunes et de salariés finira par y adhérer sur la base de leur expérience collective, qui leur prouvera que c’est le seul programme susceptible d’apporter une solution définitive à leurs problèmes.

Jérôme Métellus (PCF Paris 18e)


Dernière édition par Gayraud de Mazars le Jeu 16 Jan - 20:13, édité 1 fois
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Front de Gauche

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 31 Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum