La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Marco Pagot le Mer 22 Jan - 11:54

Copas a écrit:
mykha a écrit:
Marco Pagot a écrit:
il ne représente rien dans la jeunesse

le jour où tu auras une orga politique de jeunesse qui a le même poids que jc et uec à l'heure actuelle, tu m'appelleras

J'allais le dire.
Même si c'est très disparate en fonction des localités et des secteurs, les JC ont encore de quoi faire pâlir de jalousie toute l'extrême-gauche.
Ce qu'ils font de ces jeunes et ce que ceux-ci deviennent est une autre histoire; mais ils existent et, à leur manière, militent et rayonnent.
Même très affaiblie et déboussolée, la nébuleuse PC garde des points d'appui humains qu'il serait stupide de sousestimer.
Et dans la perspective de mobilisations, ça pèsera sûrement encore un peu face au vide politique général.

Pour l'instant , c'est plus de la sur-estimation massive dans les restes du gauchisme que de la sous-estimation.
Cette discussion qui refuse de voir en face les faits et la réalité, avec des militants qui se tordent dans tous les sens pour chausser les lunettes du passé n'est pas très lucide.

Ce n'est pas parce que l'extrème gauche est extrêmement faible que le PC, tel qu'il est actuellement, peut se comparer à ce qu'il fut il y a ne serait-ce qu'une quarantaine d'années.
N'existant quasiment plus dans les entreprises, et là où il reste quelques forces très âgé, dans des secteurs étroits de la classe ouvrière.

On a beau donner des coups de pompe à vélo pour gonflé les JC mais ce n'est pas non plus grand chose par rapport à ce qui fut.

L'analyse lucide, rien que les chiffres reconnus par le PC permettent déjà de s'en donner une idée comme autre élément parmi d'autres, permet de se rendre compte que le PC n'est plus influent dans la classe, largement méconnu.
Ce n'est pas être méchant, ni faire croire que la gauche révolutionnaire serait musculeuse, que de reconnaitre les faits.
Le problème de reconnaitre cette réalité fait mal à deux catégories de militants, mais tant pis :

- l'essentiel des orgas de la gauche révolutionnaire qui ont pendant 70 ans construit une stratégie autour du PC, soit en l'affrontant, soit en en cherchant l'unité d'action ou les deux, avec la croyance de la possibilité d'un débordement (il n'y a plus grand chose à déborder). Dans les anciennes majorités du NPA , cette conception a été jusqu'à servir de marche-pied au FdG, et de bouteille d'O2 au PCF. Suicide.
- Et évidemment , les réformistes n'aiment pas et crient quand on parle de cette réalité, cette faiblesse du PC. Pas neuf.

La réalité n'est pas gironde dans la gauche politique française et c'est ça qu'il faut voir en face, alors que demeure un fond de résistances sociales et de colères très important. C'est à dire la matière première des communistes et des révolutionnaires.

L'écroulement du PC serait lié à un écroulement coordonné et marchant du même pied dans la classe ouvrière qu'il n'y aurait pas lieu de se poser des questions. Sauf que la classe continue de bouger, de grincer, de grogner, de gronder, (avec des forces réactionnaires embusquées pour essayer d'en profiter).

Personne n'est contre faire des "choses" avec le PC, et à chaque fois que possible, il faut le faire.
C'est vrai par ailleurs qu'il existe une nébuleuse proche du PC , mais très âgée et qui a désir de croire à nouveau dans une histoire qui se referait en farce (1936 mais pas 68).

Toujours est-il que la construction d'un parti révolutionnaire, actuellement, ne passe pratiquement par les relations avec ce qui reste du PC qui  n'a plus de gros bataillons dans la classe ouvrière, ne passe plus par des batailles pour "débusquer" à la vue des grandes masses le "méchant" PC et sa "méchante" direction. Les masses s'en tapent royalement.
Peut-être cela changera-t-il un jour, on en a vu d'autres, mais depuis une quinzaine d'années le PC ne pèse plus dans la classe ouvrière.
Reste à comprendre comment se construit un parti révolutionnaire dans une situation où il y a eu un coup de torchon dans les partis de la classe ouvrière, fussent-ils réformistes.

C'est à dire comment se construisent des partis, se reconstruisent des organisations de masse, là où il n'y a plus les premiers et où les deuxièmes sont très faibles, fragmentés et très bureaucratisés.

Sauf à construire des sectes, la construction d'un parti ne va pas sans une capacité à être insérés dans les mvts de masse et sans construire en même temps des formes d'organisation de résistance de masse de la classe ouvrière (au sens large).

L'un ne va pas sans l'autre dans la situation actuelle (car partis et syndicats sont amochés).

Est-ce possible ?

Probablement. D'autant plus que notre classe est devenue hégémonique numériquement, instruite et communicante.


Personnellement, je parle pas du PC mais des JC.

Chez moi dans les bouches du rhone:
Autour de 100 à 150 militantEs
5 unions de ville
Autour d'une dizaine de cellules de bases (par répartition géographique ou "professionnelles": lycéens/étudiants/JT)
Une intervention donc sur les lycées et les facs, mais aussi sur les CFA et les FJT
Et à chaque manif, un cortège séparé d'au moins une cinquantaine de personnes.
De fait, ils satellisent une bonne partie de la jeunesse radicalisée, révoltée.
C'est une force politique qu'on peut pas balayer comme ça, ou ignorer.

Et c'est pas forcément les enfants de militants ou de cadres politiques du PCF hein.
Et dans le même sens, si le PCF s'est reconstruit à Istres/Fos, c'est quand ils ont ouvert leurs portes aux JC à partir des années 2000 (bon après là bas, ça a pas très bien fini, avec les vieux cadres qui ont interdit l'accès au local du pcf, retapé par les jeunes; aux jeunes car trop gauchistes ou communistes)
Après ils ont leurs tares, autoproclamatoires, sectaires, formation politique très parcellaire, thoreziens...
Mais c'est aussi des jeunes qui veulent sincèrement se battre pour la révolution et le socialisme, qui sont parmi les premiers à mettre en avant l'auto-organisation dans les mouvements... C'est juste qu'on a jamais pu leur donner un bon cadre militant dans nos orgas de l'extrême-gauche, capable de leur donner et transmettre un bonne formation politique... Du coup, ils feront de la merde pseudo stalinienne...

Après ils sont persuadés qu'ils se feront vider des JC et du PCF très bientôt car d'après eux la direction va finir par liquider JC et PC dans le front de gauche, façon Izquierda Unida... Donc leur sectarisme épouvantable, c'est aussi une façon de maintenir l'unité du groupe pour pouvoir continuer en cas à militer ensemble une fois dehors.

Tiens quand je parlais de bon cadre militant. Après des longues discussions politiques avec certains d'entre eux, suite à la désignation de JLM comme candidat du FdG, il y en a qui m'ont dit qu'après tout, le npa ou du moins la campagne poutou, ça aurait pu être pas mal...
Je pouvais gagner 4 ou 5 militants JC parmi les plus actifs et les moins sectaires... Tout en faisant clairement douter un paquet d'autres... Il y avait une fenêtre énorme...

Sauf que...

La GA a commencé à foutre la merde suite à la conférence nationale et à pourrir l'ambiance du NPA. Du coup, ils sont jamais venus. Si tu quittes une "grosse" organisation, qui a su développer une ambiance "seconde famille", qui a des moyens (un grand local, des photocopieuses); pour une plus petite, tu as envie que ça se passe bien, qu'il y ait une bonne ambiance, et que ça fonctionne bien. C'est logique, on rompt pas avec son milieu comme ça.
Résultat ils sont restés aux JC et aujourd'hui, se sont complètement stalinisés/sectarisés, par rejet de la stratégie réformiste du front de gauche, et par l'absence d'un truc crédible et qui leur parle à l'extrême-gauche. Néanmoins, ceux qui sont quand même allés voter au 1er tour, ont voté Poutou ou Arthaud ("Eux au moins ils sont de ma classe" le discours typique)...

A un bon diagnostic, ils opposent des mauvaises réponses. Parce que nous on est des glands incapables d'être attractifs.

C'est en grande partie pour ça que j'en voudrais toujours à mort à la GA. En plus d'avoir agi comme des oufs et d'avoir voulu tuer le NPA...

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  mykha le Mer 22 Jan - 19:05

Ce n'est pas parce que l'extrème gauche est extrêmement faible que le PC, tel qu'il est actuellement, peut se comparer à ce qu'il fut il y a ne serait-ce qu'une quarantaine d'années.

Qui prétend des choses pareilles ?
Des aveugles ? Des sourds ? des martiens ?
Constater l'évidence (un recul monumental du PC sur tous les plans au cours des dernières décennies) n'empêche pas voir que dans la réalité (pas dans nos rêves ou nos fantaisies gauchisantes et euphoriques), son poids, direct et indirect reste infiniment supérieur à celui de toute l'extrême-gauche réunie .
avatar
mykha

Messages : 1079
Date d'inscription : 19/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Roseau le Mer 22 Jan - 19:59

mykha a écrit:son poids, direct et indirect reste infiniment supérieur à celui de toute l'extrême-gauche réunie .
Faux bien sûr.
Sur tous les critères de "poids":
- électoral, ce qui n'est pas le critère de poids pour les MR
- surtout dans les luttes, ce qui est là le plus important critère
- dans la constrution du parti révo
(en fait survie matérielle d'un appareil qui doit l'essentiel à la bourgeoisie,
et se comporte en parti contre-révo dès que celle-ci est en difficulté)
Tout le monde le voit tous les jours,
la direction de LO aussi, dogma, mais pas si aveugle,
mais elle avait placé ses militants sur listes municipales de politiciens PS et PC...
Circonstance aténuante... Smile 
.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  mykha le Jeu 23 Jan - 0:39

Roseau a écrit:
mykha a écrit:son poids, direct et indirect reste infiniment supérieur à celui de toute l'extrême-gauche réunie .
Faux bien sûr.
Sur tous les critères de "poids":
- électoral, ce qui n'est pas le critère de poids pour les MR
- surtout dans les luttes, ce qui est là le plus important critère
- dans la constrution du parti révo
(en fait survie matérielle d'un appareil qui doit l'essentiel à la bourgeoisie,
et se comporte en parti contre-révo dès que celle-ci est en difficulté)
Tout le monde le voit tous les jours,
la direction de LO aussi, dogma, mais pas si aveugle,
mais elle avait placé ses militants sur listes municipales de politiciens PS et PC...
Circonstance aténuante... Smile 
.

On pourrait encadrer et conserver ce morceau d'anthologie.
tellement beau et presque parfait qu'on a du mal à y croire.
Une fois plus, Roseau l'a dépassé (le mur...) pour produire un chef d'oeuvre d'analyse ( No ) et de con-descendance vis à vis de milliers de militants du PC et des JC occupant le terrain...
Grotesque, surtout quand on sait qu'un Roseau se réfère à une fraction de fraction de fraction du NPA qui peut largement, sur le terrain (pas avec des milliers de messages sur un forum) représenter environ un centième de l'influence des militants et sympathisants PC dans la classe ouvrière.
Surtout, ne jamais ressembler à ça.....après des années, décennies, voire siècles de verbiage gauchisant mais non ouvrier.

Tout le monde le voit tous les jours,
Ca, c'est sûr, TOUT LE MONDE VOIT TOUS LES JOURS cette minable fabulette que colportent les Roseau et...(eh oui, qui d'autre finalement  Cool )......
avatar
mykha

Messages : 1079
Date d'inscription : 19/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Roseau le Jeu 23 Jan - 1:10

1) Et sur le fond, RIEN ?
J'ai pourtant proposé trois critères qui confirment le peu de "poids" du PCF
2) Ne restent que attaques personnelles, par pure provoc, auxquelles je ne réponds jamais
3) Vals, déjà banni du forum pour attaques personnnelles et insultes,
et revenu planqué sous un faux nom, doit apprendre à respecter les autres, et lui-même.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  gérard menvussa le Jeu 23 Jan - 3:12

Marco Pagot a écrit:
il ne représente rien dans la jeunesse

le jour où tu auras une orga politique de jeunesse qui a le même poids que jc et uec à l'heure actuelle, tu m'appelleras

Tout d'abord je dois dire que j'ai lu les chiffres qu'il donnent eux même de leurs effectifs, et ils ne sont pas si impressionnants que ça !

Mais ce qui compte, c'est leur capacité a participer ou a encadrer un mouvement d'ensemble de la jeunesse : a priori il est nul ! Cite moi un mouvement de la jeunesse dans lequelle les jc aient pesé ! A la limite, le mjs est plus représentatif (et plus combattif))
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Copas le Jeu 23 Jan - 8:30

Et il faut relativiser, j'ai fait partie d'un cercle de JC de plus de 50 jeunes dans une ville de 20 000 habitants, on vendait un journal qu'on faisait nous-même dans les immeubles, lycée et CET, dans la rue ... mais c'était il y a plus de 40 ans...

Maintenant j'entends qu'il y a 150 JC dynamiques dans un département de plusieurs millions d'habitants, c'est bien, mais...beaucoup moins qu'avant. Et à tel point que c'est une donnée essentielle dans les rapports de force dans la lutte des classes. Effectivement le fait que cela fasse un bon noyau militant de quelques dizaines aboutit forcement à la dissidence , devenue stalinienne puisque l'extrème gauche a fait des conneries immenses là dessus. Notamment en abandonnant une stratégie indépendante des petits partis réformistes pendant plusieurs années, repeints "gauche radicale".

Le changement de nature se voit également dans la densité et le lien avec la classe populaire.  Il n'y a plus de lien populaire sauf dans une extrême minorité de cas.
Il y a également un autre aspect, c'est la perte de contrôle également de la sphère d'influence du PC qui devient incontrôlable par ce parti. Les jeunes adhérents, ils ne les contrôlent pas.
C'est aussi une donnée objective.
La sphère d'influence du PC à décrocher et ne suit plus n'importe quelle histoire à dormir debout. Je partage l'avis de Marco là dessus, le travail effectué vis à vis de sphères, groupes, etc, qui se détachaient du PC a été détruit, pour le NPA du moins, par la stratégie illisible de dragage des  directions du PC du PG et autres débris GA, FASE, etc, expulseurs de roms.

Tout un travail réel qui avait été fait a été pulvérisé et les espaces militants qui se sont détachés de la sphère du PC pour lesquels on a beaucoup transpiré ont été vaporisés par l'ancienne direction du NPA au profit de tête-à-têtes puérils avec les directions de petites à très petites bureaucraties.

Cette politique continue en grande partie comme si c'était une expression d'une tactique de front unique ouvrier (il manque front, il manque unique, il manque ouvrier).
C'est une erreur car il y a une différence fondamentale dans la question de construire un parti dans un environnement où les partis réformistes quadrillent , contrôlent étroitement la classe populaire et une situation où il n'y a plus que 2 petits partis réformistes, avec une proportion  énorme de permanentsayant des postes grâce à des positions dans les institutions de l'appareil d'état, très peu implanté dans la classe ouvrière, vieillissant et n'existant que dans des couches très étroites de la classe ouvrière.

Le refus de voir en face une réalité de la crise des partis réformistes et surtout les conséquences, leçons à tirer, stratégie à adapter, révolution dans les cervelles, sont une donnée qui s'exprime dans cette discussion là.
Cette discussion existe depuis le début de ce forum, et avant , car cette situation est parfaitement connue par la partie de ceux qui connaisse bien le PCF et se rendent compte de ce qu'il est devenu ces dernières dizaines d'années.

Il y a toutes sortes de contre-feux pour éviter de constater cette situation ET surtout ses conséquences :

- Il y a ceux qui nient : c'est pas vrai le PC c'est toujours un grand parti...
- Il y a ceux qui ne cessent de dire : oui mais l'extrème gauche est infiniment plus petite ...

Ces contre-feux n'ont qu'un sens , ne pas reconnaitre une réalité, et donc ne pas se poser de questions stratégiques et surtout ne pas se poser de questions sur les questions organisationnelles, ce qu'il y a à faire.

La critique du gauchisme, tant de LO que du NPA, et encore pire La Riposte, est en grande partie là : continuer de croire que de grandes masses sont dans le PC évite de se poser des questions utiles en matière de construction d'un parti révolutionnaire . Ce dernier ne se fera pas par des ruptures de larges pans de partis réformistes, car il n'y a pas de larges pans de la classe ouvrière dans ces partis.

L'activité du prolétariat demeure importante en France, elle se fait en dehors des petits partis réformistes, donc il y a de quoi construire un parti révolutionnaire.
Mais cela nécessite de résoudre la question que la gauche révolutionnaire n'a jamais résolue : on ne sait pas construire un parti.

"On" oscille entre la construction de petits groupes sectaires et la constructions de partis larges non délimités. Les deux conceptions sont des échecs.

"On" ne pense pas que puisse se construire un parti large mais délimité.  

On préfère se rabattre sur des lubies sur l'importance des groupes du FdG ou dans des politiques isolées ne cherchant pas à disputer réellement une place importante dans le prolétariat, avec des conséquences pratiques dans les batailles ouvrières, le comportement bigornot du parti et de la politique impulsée par le parti (peur de l'expansion de la lutte, etc).

Les espaces ouverts à peu de frais dans le mouvement ouvrier des boites qui licencient en Bretagne ont montré dans une situation qui n'a à aucun moment été imaginée, que des trouées importantes existent dans les orgas de résistance de la classe ouvrière (comme dans les partis ouvriers) et que des questions pratiques arrivent bien plus tôt d'une façon fondamentalement différente des scénarios envisagés préalablement.

Les bides successifs des mobilisations appelées par les directions syndicales (et celle du FdG), dans un contexte qui montre des disponibilités au combat . Avec toutes les inflexions qu'on peut apporter sur les illusions de ceux qui se mettent en mouvement, l'existence de courants réactionnaires qui essayent de s'immiscer dans les colères désertées par les réformistes et les bureaucrates.

Tirer les leçons de ce qui s'est passé en Bretagne , c'est éviter de se gargariser sur de petites machines électorales ayant une trouille bleue des mouvements populaires non contrôlés. Et faire vraiment l'effort de construire ce qui doit l'être, de mener des batailles quand on estime qu'une situation est mure, sans attendre que des petits réformistes s'y intéressent , ou pas.

Cela n'a strictement rien à voir avec refuser de bosser avec le PC sur des sujets variés en visant ce qui lui reste de militants, mais de s'occupper de l'essentiel et des vrais défis.

Maintenant, si l'activité constatée du prolétariat continue et que la gauche révolutionnaire continue les mêmes conneries peu lucides, la situation se passera d'elle, surgiront alors de nouveaux espaces réformistes, des inflexions staliniennes, ou voir fafs , ... La nature a horreur du vide en matière d’organisation humaine.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Marco Pagot le Jeu 23 Jan - 10:23

Oui j'ai conscience que c'est plus les JC aussi nombreuses qu'avant.
Il n'empêche qu'ils sont aujourd'hui la première organisation de jeunesse, et je pense qu'il faut avoir aussi un travail spécifique a faire avec eux. Pas en y foutant des taupes façon vous savez qui pour attiser les contradictions internes et gagner des militants au fur et à mesure (quoique  Laughing ), mais il faut quand même s'adresser à eux, les bouger.
Surtout depuis que le PCF a du mal à les contrôler... Il y avait notamment l'exemple de Poitiers où les JC manifestaient avec le NPA contre la mairie et aussi contre la politique des élus PCF de la majorité gauche plurielle locale.
On peut pas faire comme s'ils n'existaient pas, ou juste "ah ben on se retrouvera dans les luttes"...

Ce qui ne contredit pas la construction d'un parti large mais délimité, indépendant de la social-démocratie, de l'appareil d'état... et des réformistes...

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Roseau le Jeu 23 Jan - 13:36

Marco Pagot a écrit:Oui j'ai conscience que c'est plus les JC aussi nombreuses qu'avant.
Il n'empêche qu'ils sont aujourd'hui la première organisation de jeunesse, et je pense qu'il faut avoir aussi un travail spécifique a faire avec eux. Pas en y foutant des taupes façon vous savez qui pour attiser les contradictions internes et gagner des militants au fur et à mesure (quoique  Laughing ), mais il faut quand même s'adresser à eux, les bouger.
Surtout depuis que le PCF a du mal à les contrôler... Il y avait notamment l'exemple de Poitiers où les JC manifestaient avec le NPA contre la mairie et aussi contre la politique des élus PCF de la majorité gauche plurielle locale.
On peut pas faire comme s'ils n'existaient pas, ou juste "ah ben on se retrouvera dans les luttes"...

Ce qui ne contredit pas la construction d'un parti large mais délimité, indépendant de la social-démocratie, de l'appareil d'état... et des réformistes...

Tout à fait d'accord.
Tous les militants non seulement du PC, mais progressistes,
des partis, des assoc, des syndicats,
auront leur place dans un tel parti.
Quand les affrontements atteindront le niveau
qui démontre l'inanité des rêveries réformistes.

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 23 Jan - 19:13

Salut camarades,

Roseau a écrit:Voilà au moins un point acquis. Le groupe Riposte est si confus qu'il est dans le PCF
comme il serait dans un syndicat, sans comprendre l'importance de cette différence  Smile 
Un autre sujet: le groupe a-t-il des candidats sur listes municipales ?
Si oui, lesquelles ?

Roseau a une question qui répond à un souci récurrent chez lui, La Riposte irait à la soupe !

Pour les candidats membres de La Riposte sur des listes aux municipales, cela existe, mais ils ne seront pas nombreux. Ils le seront avec le PCF. A vrai dire, c'est pas vraiment l'objectif de la période, ni au programme, ni le souci pour nous, d'avoir des élus ! Quant à ceux qui seraient élus, cela serait étonnant qu'ils le soient d'ailleurs, ils auraient des traditions assez particulières.

Juste pour dire que comme marxiste, si nous avions à gérer une grande ville dans le cadre capitaliste, ce qui serait très problématique.

Mais le courant politique auquel nous appartenons à La Riposte a une l'expérience célèbre, celle de Liverpool, avec le vieux groupe Militant, qui avait gagné la ville.

Sans doute un fait rare, qui mériterait que l'on fasse un bilan de cette expérience passée...

Fraternellement,
GdM

PS : Que La Riposte ne sache pas faire la différence entre le PCF et la CGT, le parti et le syndicat, voilà qui est assez drôle ! Par contre, les camarades de La Riposte eux, défendent les mêmes idées et principes marxistes et révolutionnaires, où qu'ils se trouvent !
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Roseau le Jeu 23 Jan - 19:25

Erreur. Je n'ai pas parlé de soupe pour La Risposte, c'est réservé aux politiciens professionnels,
mais de soutien au PCF, une direction réformiste, et contre-révolutionnaire dès que cela devient sérieux.
Ce n'est pas mieux...
Ce qui serait intéressant concernant les municipales,
c'est de savoir sur quelles listes, dans quelles villes
La Riposte se commet avec les dits politiciens.

Quant à la confusion parti et syndicat,
je suis bien sûr d'accord, La Riposte ne peut la faire.
Et pourtant, c'est le seul argument de Toma, à tomber par terre:
pourquoi pas dans le PCF défenseur de l'ordre bourgeois,
si les MR sont dans la CGT qui ne vaut pas mieux?
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Gayraud de Mazars le Ven 24 Jan - 0:58

Salut camarades,

A titre militant, j'interviens peu souvent sur le forum, c'est pas un signe de faiblesse. Il faut dire que les tâches politiques, cela prend du temps dans le réel et le reste pour moi, cela reste des moments perdus ou presque, surtout dans le monde virtuel d'un forum, même marxiste.

Beaucoup d'éléments politiques pertinents ont été échangés sur ce fil. Des questions concernant le PCF, concernant les actions et activités pratiques et théoriques de La Riposte.

Je voulais simplement dire, quoi que l'on pense de La Riposte, l'important pour moi, comme pour mes camarades d'ailleurs, c'est pas dans les commentaires seuls, mais dans les idées du marxisme que nous avançons et proposons, comme d'autres, ces idées - là doivent être défendues et partout.

Elles doivent être répandues bien au delà de nos tendances politiques, c'est bien dans la classe ouvrière et dans la jeunesse que nous devons avancer et gagner bien des militants.

Que des militants de la classe se lèvent et soient de ce combat. Plus ils seront nombreux, mieux cela sera. On continue, chaque organisation fait du bouton de guêtre, à chercher les révolutionnaires à la bougie, s'il le faut. Le problème reste de trouver les cadres de la révolution socialiste qui vient ! De les former, pour organiser, et agiter !

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Copas le Ven 24 Jan - 8:31

Gayraud de Mazars a écrit:Salut camarades,

A titre militant, j'interviens peu souvent sur le forum, c'est pas un signe de faiblesse. Il faut dire que les tâches politiques, cela prend du temps dans le réel et le reste pour moi, cela reste des moments perdus ou presque, surtout dans le monde virtuel d'un forum, même marxiste.

Beaucoup d'éléments politiques pertinents ont été échangés sur ce fil. Des questions concernant le PCF, concernant les actions et activités pratiques et théoriques de La Riposte.

Je voulais simplement dire, quoi que l'on pense de La Riposte, l'important pour moi, comme pour mes camarades d'ailleurs, c'est pas dans les commentaires seuls, mais dans les idées du marxisme que nous avançons et proposons, comme d'autres, ces idées - là doivent être défendues et partout.

Elles doivent être répandues bien au delà de nos tendances politiques, c'est bien dans la classe ouvrière et dans la jeunesse que nous devons avancer et gagner bien des militants.

Que des militants de la classe se lèvent et soient de ce combat. Plus ils seront nombreux, mieux cela sera. On continue, chaque organisation fait du bouton de guêtre, à chercher les révolutionnaires à la bougie, s'il le faut. Le problème reste de trouver les cadres de la révolution socialiste qui vient ! De les former, pour organiser, et agiter !

Fraternellement,
GdM

Des idées et des mises en pratiques doivent être effectivement soutenues dans la classe ouvrière aux milieux de nos camarades de travail.
La bataille des idées ne peut s'abstraire d'une confrontation à la mise en mouvement, à la mise en pratique.

Les questions qui se posent aux révolutionnaires sont immenses, notamment à cause du naufrage du réformisme qui entraine en partie notre camp et rend difficile le combat des travailleurs.

Le travail ne saurait se contenter d'une intervention académique qui ne se confronte pas aux combats réels des travailleurs.
Ces mises en pratique, comme en Bretagne récemment, mettent aux prises les communistes à des questions et décisions inédites alors que là, précisément, les directions des confédérations et du FdG ont déserté lâchement le combat dans la classe, permettant ainsi à des courants réactionnaires de venir fureter dans le mouvement de masse.

Ces questions pratiques sont les baptêmes de feu des idées, faire partie du parti de Coblence est un naufrage, celui de l'indiscipline des bureaucraties attachées à la défense du gouvernement du grand capital, avec les petites mains dans les fourgons de queue des fuyards.

C'est dans les batailles du prolétariat moderne, qu'une classe apprend, qu'émergent des révolutionnaires. Dans toutes les batailles sociales il y a toujours des travailleurs qui pensent que pour aller au fond des problèmes il faut changer le monde, prendre le pouvoir, ils y pensent à voix basse ou forte, suivant les cas, au fond de leur tête .

Les idées révolutionnaires, le travail pour les répandre respire dans les batailles sociales, il est un ciment et un lien et ne peut se concevoir d'une façon abstraite.

Pour tout dire je préfère celui qui se bat à celui qui ne se bat pas. L'érudition marxiste n'a aucun sens sans cela.

Les défis rencontrés par les révolutionnaires sont immenses : reconstruire les organisations de résistance et de masse de notre classe, construire un parti révolutionnaire.

Nous n'avons ni les unes , ni l'autre. Mais une classe qui bouge encore, pas morte.

Elle peut dire cela après la désertion des bureaucraties pro-gouvernementales et des dirigeants du FdG, et pour contrer les furets réactionnaires dans le mouvement social comme l'appel à manif du 30 novembre du pôle ouvrier en Bretagne , constitué des ouvrières et ouvriers de Marine Harvest, Tily Sabco et Gad :



.../...
Aujourd’hui les usines ferment, ce n’est pas aux salariés de payer !

Tout cela a été rendu possible grâce aux décisions des États et de l’Union Européenne, grâce à la complicité de gouvernements successifs, de droite comme de gauche, qui ont détruit les acquis sociaux, les services publics, les garanties collectives des salariés au nom du libéralisme économique.

Nous affirmons qu’ il faut l’unité de tous les syndicats de salariés, petits artisans et commerçants, l’unité ouvrière la plus large contre les plans de licenciements dans le privé et contre les suppressions de postes dans le public.

Nous avons ras-le-bol de cette austérité et de l’injustice fiscale. La dernière en date : les hausses prévues de la TVA. Elles frapperont surtout les plus modestes et les plus démunis au même titre que l’écotaxe dont la mise en application impacterait le prix de vente des denrées transportées.

Les solutions existent pour combattre le libéralisme économique. Elles passent par l’interdiction des licenciements, la réquisition ouvrière des moyens de production et la nationalisation des entreprises bénéficiaires qui licencient.

Des travailleurs en lutte avec une poignée infime de révolutionnaires ont trouvé leur chemin malgré le grenouillage de forces réactionnaires, malgré la démission des directions bureaucratiques, malgré les invraisemblables injures du politicien Mélenchon.

C'est aussi cela qui teste les idées révolutionnaires, c'est aussi cela qui permet de tirer une série de conclusions sur les taches et les possibilités de l'époque.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Babel le Dim 26 Jan - 14:26

gérard menvussa a écrit:
Marco Pagot a écrit:
il ne représente rien dans la jeunesse

le jour où tu auras une orga politique de jeunesse qui a le même poids que jc et uec à l'heure actuelle, tu m'appelleras

Tout d'abord je dois dire que j'ai lu les chiffres qu'il donnent eux même de leurs effectifs, et ils ne sont pas si impressionnants que ça !
A propos de chiffres : le dernier congrès du MJCF avançait celui de 15.000 membres.

S'ils font leur calcul à la manière du grand frère (qui, sur 138.000 adhérents revendiqués, comptait 64.184 inscrits, dont 34.662 votants, lors de son 36e congrès), on peut penser ce chiffre légèrement surévalué, et estimer le nombre réel d'adhérents à environ 7 à 10.000. Ce qui n'est pas négligeable.

L'implantation géographique épouse grosso modo celle du PC, avec des zones de plus forte activité militante concentrées dans 4 secteurs : l'Idf (Seine Saint Denis + Hauts de Seine + Val de Marne), le Nord-Pas de Calais et la Somme, les pays de la Loire, enfin, les Bouches-du-Rhône (avec la région d'Aix en Provence, où l'UEC a l'air assez active) et l'Hérault.
Un docu remis à tout jeune désireux de s'inscrire à un de leurs stages parle d'une implantation dans 55 départements. Sans plus de précision.

Le plus intéressant serait d'observer de près les tensions et les lignes de fracture existant
- à l'intérieur, où le jeu des tendances reproduit de façon mimétique celui constaté au sein du PC, mais avec une instabilité plus grande des rapports de force et des risques de débordement à gauche moins... virtuels que dans icelui ;
- et vis-à-vis de l'appareil du PC, avec lequel les tiraillements semblent monnaie courante.

Ce petit tableau assez approximatif est le résultat des quelques recherches que je viens d'effectuer sur le web. Curieusement, le site de la Riposte, censé disposer d'éléments fiables pouvant dresser un état des lieux, ne fournit aucune donnée chiffrée.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Copas le Dim 26 Jan - 15:18

Babel a écrit:
gérard menvussa a écrit:
Marco Pagot a écrit:
il ne représente rien dans la jeunesse

le jour où tu auras une orga politique de jeunesse qui a le même poids que jc et uec à l'heure actuelle, tu m'appelleras

Tout d'abord je dois dire que j'ai lu les chiffres qu'il donnent eux même de leurs effectifs, et ils ne sont pas si impressionnants que ça !
A propos de chiffres : le dernier congrès du MJCF avançait celui de 15.000 membres.

S'ils font leur calcul à la manière du grand frère (qui, sur 138.000 adhérents revendiqués, comptait 64.184 inscrits, dont 34.662 votants, lors de son 36e congrès), on peut penser ce chiffre légèrement surévalué, et estimer le nombre réel d'adhérents à environ 7 à 10.000. Ce qui n'est pas négligeable.

L'implantation géographique épouse grosso modo celle du PC, avec des zones de plus forte activité militante concentrées dans 4 secteurs : l'Idf (Seine Saint Denis + Hauts de Seine + Val de Marne), le Nord-Pas de Calais et la Somme, les pays de la Loire, enfin, les Bouches-du-Rhône (avec la région d'Aix en Provence, où l'UEC a l'air assez active) et l'Hérault.
Un docu remis à tout jeune désireux de s'inscrire à un de leurs stages parle d'une implantation dans 55 départements. Sans plus de précision.

Le plus intéressant serait d'observer de près les tensions et les lignes de fracture existant
- à l'intérieur, où le jeu des tendances reproduit de façon mimétique celui constaté au sein du PC, mais avec une instabilité plus grande des rapports de force et des risques de débordement à gauche moins... virtuels que dans icelui ;
- et vis-à-vis de l'appareil du PC, avec lequel les tiraillements semblent monnaie courante.

Ce petit tableau assez approximatif est le résultat des quelques recherches que je viens d'effectuer sur le web. Curieusement, le site de la Riposte, censé disposer d'éléments fiables pouvant dresser un état des lieux, ne fournit aucune donnée chiffrée.

Sans compter que 7 à 10 000 adhérents au MJCF, ce n'est pas 7 à 10 000 militants, mais 2 ou 3000 militants, maxi, ce qui est une belle force en comparaison des groupes révolutionnaires mais lilliputien au regard de la jeunesse.
Ca signifie qu'il y a plusieurs groupes militants de plusieurs dizaines de jeunes dans les grandes villes, c'est bien, mais ni une référence, ni une force dans la jeunesse.

Et par ailleurs ils sont difficilement contrôlables par le PC, là où ils sont militants, et ne semblent pas se diriger vers la riposte, mais vers des ruptures néo-staliniennes de gauche (car ceux-ci les attendent à l'extérieur, eux...).

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Marco Pagot le Dim 26 Jan - 15:25

Babel a écrit:
gérard menvussa a écrit:
Marco Pagot a écrit:
il ne représente rien dans la jeunesse

le jour où tu auras une orga politique de jeunesse qui a le même poids que jc et uec à l'heure actuelle, tu m'appelleras

Tout d'abord je dois dire que j'ai lu les chiffres qu'il donnent eux même de leurs effectifs, et ils ne sont pas si impressionnants que ça !
A propos de chiffres : le dernier congrès du MJCF avançait celui de 15.000 membres.

S'ils font leur calcul à la manière du grand frère (qui, sur 138.000 adhérents revendiqués, comptait 64.184 inscrits, dont 34.662 votants, lors de son 36e congrès), on peut penser ce chiffre légèrement surévalué, et estimer le nombre réel d'adhérents à environ 7 à 10.000. Ce qui n'est pas négligeable.

L'implantation géographique épouse grosso modo celle du PC, avec des zones de plus forte activité militante concentrées dans 4 secteurs : l'Idf (Seine Saint Denis + Hauts de Seine + Val de Marne), le Nord-Pas de Calais et la Somme, les pays de la Loire, enfin, les Bouches-du-Rhône (avec la région d'Aix en Provence, où l'UEC a l'air assez active) et l'Hérault.
Un docu remis à tout jeune désireux de s'inscrire à un de leurs stages parle d'une implantation dans 55 départements. Sans plus de précision.

Le plus intéressant serait d'observer de près les tensions et les lignes de fracture existant
- à l'intérieur, où le jeu des tendances reproduit de façon mimétique celui constaté au sein du PC, mais avec une instabilité plus grande des rapports de force et des risques de débordement à gauche moins... virtuels que dans icelui ;
- et vis-à-vis de l'appareil du PC, avec lequel les tiraillements semblent monnaie courante.

Ce petit tableau assez approximatif est le résultat des quelques recherches que je viens d'effectuer sur le web. Curieusement, le site de la Riposte, censé disposer d'éléments fiables pouvant dresser un état des lieux, ne fournit aucune donnée chiffrée.

La loire et le rhône aussi, il me semble qu'à Lyon ils arrivent à louer un local quasiment tout seul (avec genre le pcf vénissieux comme caution).

D'ailleurs dans quelque cas ca fait des tensions entre jeunes "gauchistes et/ou staliniens bref anti ps et mélenchon" et appareil du pcf local...

http://lepcf.fr/Lyon-coup-de-force-du-PCF-contre
http://lepcf.fr/MJCF-69-de-nouveaux-temoignages-de
http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Communique-de-presse-scandaleux-le-MJCF-exclus-du-local-du-PCF-a-Istres_a3848.html
http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/%C2%A0Pas-un-pas-en-arriere%C2%A0-ou-la-conclusion-de-6-ans-de-luttes-communistes-a-Istres_a3859.html

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Gayraud de Mazars le Dim 26 Jan - 17:28

Salut camarades,

Evidemment, le MJCF, reste une force politique organisée nationalement non négligeable, de quelques milliers de militants, des centaines de cadres, pour une organisation de jeunesse qui se dit encore communiste, c'est pas mal ! Mais son audience est très variable selon les lieux. Cependant la direction du MJCF, d'une certaine manière est dans sa pratique, pire que celle du PCF, vis à vis de ses opposants !

Les camarades de La Riposte de Lyon, cela n'est pas si vieux, ont carrément été exclus du MJCF ! A Toulouse, c'était assez symptomatique d'une direction bien bureaucratique, pour virer ce qu'ils appellent "les trotskistes"...

Mais cela bouge aussi à la base de l'organisation, par une radicalisation croissante de pas mal de militants, en recherche de perspectives révolutionnaires.

Mais cela reste confus, l'attirance vers les idées héritées du stalinisme, peuvent faire beaucoup de dégâts. Le retour aux idées du marxisme, pourrait redonner de la vigueur au MJCF.

Bref, le futur congrès du MJCF en 2014 sera intéressant, pour constater les évolutions et les rapports de force. Avancer des propositions et perspectives réellement marxistes et révolutionnaires.

Cependant il est clair que pour nous, travailler dans la jeunesse, cela ne se résume pas à travailler que dans le MJCF ! D'ailleurs il est beaucoup plus difficile de travailler dans l'organisation de jeunesse, que dans le parti lui - même...

C'est pour cette raison aussi, que La Riposte, compte bien s'inspirer de l'expérience des camarades anglais de Socialist Appeal, qui ont gagné en peu de temps, des centaines de jeunes.

A lire l'article - Création d’une Fédération des Etudiants Marxistes en Grande-Bretagne

http://www.lariposte.com/Creation-d-une-Federation-des.html

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Prado le Dim 26 Jan - 20:10

Gayraud de Mazars a écrit:Salut camarades,
Les camarades de La Riposte de Lyon, cela n'est pas si vieux, ont carrément été exclus du MJCF ! A Toulouse, c'était assez symptomatique d'une direction bien bureaucratique, pour virer ce qu'ils appellent "les trotskistes"...
A Toulouse, ils ont été exclus ou ont seulement perdu la direction ?

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Gayraud de Mazars le Dim 26 Jan - 21:06

Salut Prado,

La Riposte a perdu la direction du MJCF de Haute Garonne (31), mais on a tiré leçon de cette expérience. Cela est lié surtout, aux conditions épouvantables imposées par la direction nationale, le climat répressif et bureaucratique local.

Il suffit par exemple de lire cet article, Réponse du MJC de Toulouse à la direction nationale du MJC, le 4 janvier 2006

http://www.lariposte.com/reponse-du-mjc-de-toulouse-a-la,462.html

Bon après, on a peut être fait des erreurs, mais franchement, les copains faisaient un super travail, à la direction du MJCF de Toulouse !

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Copas le Dim 26 Jan - 21:33

Gayraud de Mazars a écrit:Salut Prado,

La Riposte a perdu la direction du MJCF de Haute Garonne (31), mais on a tiré leçon de cette expérience. Cela est lié surtout, aux conditions épouvantables imposées par la direction nationale, le climat répressif et bureaucratique local.

Il suffit par exemple de lire cet article, Réponse du MJC de Toulouse à la direction nationale du MJC, le 4 janvier 2006

http://www.lariposte.com/reponse-du-mjc-de-toulouse-a-la,462.html

Bon après, on a peut être fait des erreurs, mais franchement, les copains faisaient un super travail, à la direction du  MJCF de Toulouse !

Fraternellement,
GdM

Chacun fait des erreurs.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - L’avenir révolutionnaire de la France

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum