La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 31 Oct - 17:41

Salut camarades,

Voici l'éditorial du journal La Riposte du numéro 69, pour novembre - décembre 2013, bonne lecture camarades !  Wink

« Changer de cap » ou de système ? - Edito du n°69
31-10-2013



http://www.lariposte.com/Changer-de-cap-ou-de-systeme-Edito.html

Ces derniers mois, les médias annoncent que la crise économique s’atténue et que le pire est derrière nous. Le discours du gouvernement va dans le même sens. Mais est-ce la vérité ?

On ne saurait exclure une très légère hausse du taux de croissance du PIB par rapport aux chiffres catastrophiques de 2012. Mais les statistiques de l’INSEE, de la Banque Mondiale et du FMI ne permettent pas de parler de « reprise ». La production et l’investissement industriel sont toujours en recul. Sur l’ensemble de l’année, la croissance du PIB sera sans doute nulle – ou en très faible hausse par rapport à 2012. Le ministre de l’Economie lui-même prévoit une croissance « entre – 0,1 % et + 0,1 % ».

La plupart des économistes disent que l’infléchissement de la courbe du chômage ne serait possible qu’avec un taux de croissance supérieur à 1,5 %. Même dans ce cas, l’immense majorité des emplois créés seraient des emplois précaires. Il est donc clair que les « signaux positifs » que le gouvernement s’efforce de nous envoyer ne servent qu’à embellir la réalité désastreuse du capitalisme et de sa propre politique. La seule croissance dont on est certain pour les années à venir, c’est celle du chômage, de la « grande misère », du nombre de fermetures d’entreprises et des difficultés matérielles que vivent les travailleurs sur tous les plans. Le reste n’est que propagande.

Les réformistes exhortent le gouvernement à « changer de cap ». Mais il ne le fera pas. Tout gouvernement qui accepte le capitalisme doit se plier à ses mécanismes, quelle que soit son étiquette politique. Si, actuellement, Hollande adoptait une politique de réforme sociale, il verrait se déchaîner contre lui « toutes les furies de l’intérêt privé », pour reprendre l’expression de Marx. Si les réformistes préfèrent ignorer cette réalité, Hollande, lui, doit en tenir compte. L’amélioration du sort des travailleurs ne peut se réaliser qu’en s’en prenant aux profits des capitalistes, c’est-à-dire à la force motrice de l’économie capitaliste. Par conséquent, sur la base du capitalisme, le résultat ne serait pas la « relance par la consommation », mais une nette accélération de l’effondrement économique.

Les réformistes s’indignent. Quoi ? On s’inclinerait donc devant la « logique capitaliste » ? C’est une posture magnifique. La seule difficulté, c’est que les capitalistes n’ont pas qu’une « logique » propre. Ils ont aussi la propriété et la maîtrise effective des banques, de l’industrie, du commerce et de pratiquement tous les rouages de l’économie. Ils ont le pouvoir de construire ou de détruire selon leurs intérêts du moment. Ils ont le pouvoir de tenir n’importe quel gouvernement par la gorge, de le mettre à genoux – surtout quand celui-ci, comme le gouvernement Hollande, se livre volontairement à leur emprise. Voilà le problème. L’opinion capitaliste est une opinion armée. Dénoncer la « logique » des capitalistes tout en se refusant de toucher à leur pouvoir économique, à la manière des réformistes, c’est se réduire à l’impuissance. La lutte pour l’emploi, pour la défense des intérêts des travailleurs, ne peut donner des résultats tangibles que si elle est liée, dans notre programme et dans la conscience des travailleurs, à l’expropriation des capitalistes de tous les secteurs clés de l’économie.

Aucune solution ne viendra des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat ou des « experts » stipendiés des médias. Ils n’ont pas la solution parce qu’ils font partie du problème. Elle ne peut venir que d’en bas, des profondeurs de la société. Dans les « masses », on trouve de tout, et notamment des salariés des collectivités territoriales, des enseignants, des étudiants, des jeunes, des retraités et des millions de chômeurs. En se mobilisant, ils peuvent gêner les gouvernements et inquiéter la classe capitaliste. Mais la véritable « force de frappe » du mouvement ouvrier, celle qui peut mettre en péril et renverser l’ordre établi, ce sont les travailleurs dans les industries vitales de l’économie capitaliste : EDF-GDF, les aéroports, les chemins de fer, les ports et les raffineries, les télécommunications, l’automobile, la construction, etc. La classe ouvrière est une classe extrêmement puissante. Sans elle, le capitalisme ne peut pas fonctionner. Le réformisme paralyse le mouvement ouvrier. Les idées et le programme du marxisme lui permettront de se libérer du joug capitaliste.
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Jeu 31 Oct - 21:27

Assez bizarrement "la riposte" n'a rien a dire sur le fait que le pcf s'arrange parfaitement avec l'équipe dirigeante du pcf qui cherche à sauver, autant que faire se peut, son appareil "municipal" indispensable a sa survie, même si il doit pour cela s'accorder avec le ps, qui est la cheville ouvrière des "accomodements raisonnables" avec le capitalisme. "La riposte" apparait surtout comme un groupe d'un oppportunisme assez fiérement assumé vis à vis de l'appareil du pcf...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Babel le Ven 1 Nov - 10:08

gérard menvussa a écrit:Assez bizarrement "la riposte" n'a rien a dire sur le fait que le pcf s'arrange parfaitement avec l'équipe dirigeante du pcf qui cherche à sauver, autant que faire se peut, son appareil "municipal" indispensable a sa survie, même si il doit pour cela s'accorder avec le ps, qui est la cheville ouvrière des "accomodements raisonnables" avec le capitalisme. "La riposte" apparait surtout comme un groupe d'un oppportunisme assez fiérement assumé vis à vis de l'appareil du pcf...
Le décalage entre le discours tenu par l'édito et la situation vécue par les militants du Parti est en effet frappant. S'en dégage une impression de déconnexion totale.

Les tractations diverses accompagnant les élections de 2014 voient le PC traverser une nouvelle phase convulsive. On attend logiquement que les rédacteurs de la Riposte  s'emploient à en analyser les causes, afin d'avancer des solutions et de tracer des perspectives, en termes d'orientation et de choix stratégiques.

Et pas du tout. Ceux-ci ne trouvent rien de mieux que de sortir cet édito, où la vitupération indignée contre la nocivité du réformisme n'a d'égale que l'éloge exalté de la vitalité d'un mouvement ouvrier - demeurée miraculeusement intacte, malgré des décennies d'offensive patronale.

Et de conclure à la gloire inaltérable des idées révolutionnaires de Marx !

D'un premier abord sympathique, quoique singulièrement hors-sujet, l'exercice de style semble surtout manifester une forme d'embarras, proche de l'évitement.

Au moment même où le parti se débat entre les impératifs d'auto-perpétuation de l'appareil central et les exigences imposées par une masse d'élus accrochée à la conservation de ses prébendes, tenir ce genre de discours très radical, et surtout très abstrait, relève de l'opération de diversion.

Avec, à la clé, un double avantage escompté : celui d'esquiver ses responsabilités politiques, tout en justifiant son existence, en tant que "noyau oppositionnel de gauche". Façon comme une autre de donner le sentiment de durer sans se compromettre.

Il n'est pas interdit de voir dans ce souci d'auto-préservation une manifestation supplémentaire de la sclérose qui affecte la totalité de l'organisme.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Gayraud de Mazars le Ven 1 Nov - 12:53

Salut camarades,

Le choix de la thématique d'un Editorial, sur un sujet précis, ne donne qu'une tonalité, le journal, parle de bien d'autres sujets...

Pour indication le sommaire du numéro 69...

Sommaire :

La casse des hôpitaux de Paris et la lutte de l’Hôtel-Dieu
« Changer de cap » ou de système ? - Editorial
Un extrait de notre brochure sur la santé - Cliniques et hôpitaux
10 000 suppressions de postes chez Alcatel-Lucent
GAD : rencontre avec les salariés en lutte
L’austérité s’aggrave chez Air France
Soutien à Francis Smaïl : la campagne continue !
Mythes et réalités du travail le dimanche
Loi Fioraso sur l’enseignement supérieur : rupture ou continuité ?
Municipales : les raisons du vote des communistes parisiens
Comment lutter contre le Front National ?
Face aux fascistes lyonnais, quelle politique du PCF ?
La bataille de Cable Street
Austérité, corruption et répression en Espagne
Grèce : que signifiait l’arrestation de dirigeants d’Aube Dorée ?
Etats-Unis : le « shutdown » illustre la gravité de la crise
La lutte exemplaire des travailleuses tunisiennes de Latelec-Fouchana
Qatar : 44 ouvriers meurent sur les chantiers de la Coupe du monde
Joseph Dietzgen, le tanneur philosophe
August Bebel (1840 - 1913)
Italie : le congrès du PRC et le texte alternatif de nos camarades
Courrier des lecteurs


Certains évoquent un certain opportunisme de La Riposte vis à vis de la direction du PCF... Si à un moment donné, si cela avait été le cas, nous n'aurions pas été écarté bureaucratiquement du Conseil National, du PCF, malgré plus de 10% des voix et plus de 3300 voix, lors du vote des communistes au dernier congrès.


Il est vrai qu'au sein du PCF la situation politique est assez tumultueuse, la position de Pierre Laurent un peu fragilisée, mais pas tant que cela sans doute, au sein du PCF, reste l'esprit de Parti, mais il est plus facile aujourd'hui d'avancer un peu plus, cependant, si sur la stratégie, le fond politique rien de doit être lâché pour des marxistes, la tactique doit être souple !


Lorsque nous évoquons dans notre journal,  Italie : le congrès du PRC et le texte alternatif de nos camarades, cela n'est pas que par esprit fraternel vis à vis des camarades de Falce Martello, nous avons la même démarche, même si la situation italienne est quelque peu différente... 


Dans nos articles, comme celui concernant, les Municipales à Paris, nous nous sommes clairement exprimés, nous le ferons encore, quant à la déconection avec la base ou les mouvements sociaux, même si nous ne sommes pas partout, nous relayons, là où nous sommes, les combats des travailleurs, il suffit pour s'en apercevoir de lire notre journal, qui sera mensuel en janvier 2014.


Fraternellement communiste,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Prado le Ven 1 Nov - 15:24

Babel a écrit:
Ceux-ci ne trouvent rien de mieux que de sortir cet édito, où la vitupération indignée contre la nocivité du réformisme n'a d'égale que l'éloge exalté de la vitalité d'un mouvement ouvrier - demeurée miraculeusement intacte, malgré des décennies d'offensive patronale.
Et de conclure à la gloire inaltérable des idées révolutionnaires de Marx !
C'est ce qui fait le charme de La Riposte !
La classe ouvrière est une classe extrêmement puissante. Sans elle, le capitalisme ne peut pas fonctionner. Le réformisme paralyse le mouvement ouvrier. Les idées et le programme du marxisme lui permettront de se libérer du joug capitaliste.
C'est pas beau ça ?
Mais je remarque que dans la dernière phrase il manque l'adverbe "inéluctablement". Alors, ce n'est sans doute pas Greg Oxley qui a écrit l'édito.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Gayraud de Mazars le Ven 1 Nov - 16:30

Salut Prado,

 "Mais je remarque que dans la dernière phrase il manque l'adverbe "inéluctablement". Alors, ce n'est sans doute pas Greg Oxley qui a écrit l'édito."

Sauf que, pourquoi le camarade Greg Oxley aurait - il écrit "inéluctablement" ?

Il n'y a rien d'inéluctable, demain comme le disait si bien Rosa Luxemburg, cela sera "Socialisme ou Barbarie"...

En tout cas "celui qui ne participe pas au combat, participe à la défaite"...

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Eugene Duhring le Ven 1 Nov - 20:41

Babel a écrit:
gérard menvussa a écrit:Assez bizarrement "la riposte" n'a rien a dire sur le fait que le pcf s'arrange parfaitement avec l'équipe dirigeante du pcf qui cherche à sauver, autant que faire se peut, son appareil "municipal" indispensable a sa survie, même si il doit pour cela s'accorder avec le ps, qui est la cheville ouvrière des "accomodements raisonnables" avec le capitalisme. "La riposte" apparait surtout comme un groupe d'un oppportunisme assez fiérement assumé vis à vis de l'appareil du pcf...
Le décalage entre le discours tenu par l'édito et la situation vécue par les militants du Parti est en effet frappant.

Les tractations diverses accompagnant les élections de 2014 voient le PC traverser une nouvelle phase convulsive. On attend logiquement que les rédacteurs de la Riposte s'emploient à en analyser les causes, afin d'avancer des solutions et de tracer des perspectives, en termes d'orientation et de choix stratégiques.

Et pas du tout. Ceux-ci ne trouvent rien de mieux que de sortir cet édito, où la vitupération indignée contre la nocivité du réformisme n'a d'égale que l'éloge exalté de la vitalité d'un mouvement ouvrier - demeurée miraculeusement intacte, malgré des décennies d'offensive patronale.

Et de conclure à la gloire inaltérable des idées révolutionnaires de Marx !

D'un premier abord sympathique, quoique singulièrement hors-sujet, l'exercice de style semble surtout manifester une forme d'embarras, proche de l'évitement.

Au moment même où le parti se débat entre les impératifs d'auto-perpétuation de l'appareil central et les exigences imposées par une masse d'élus accrochée à la conservation de ses prébendes, tenir ce genre de discours très radical, et surtout très abstrait, relève de l'opération de diversion.

Avec, à la clé, un double avantage escompté : celui d'esquiver ses responsabilités politiques, tout en justifiant son existence, en tant que "noyau oppositionnel de gauche". Façon comme une autre de donner le sentiment de durer sans se compromettre.

Il n'est pas interdit de voir dans ce souci d'auto-préservation une manifestation supplémentaire de la sclérose qui affecte la totalité de l'organisme.
... S'en dégage une impression ... semble surtout manifester ... donner le sentiment de durer ... Il n'est pas interdit de voir ... Je suppose que tu es largement capable de dépasser la paresse intellectuelle qui prévaut dans ton intervention en limitant ta réflexion à un édito pour répondre à cette interrogation : comment définirais-tu cette suite d'expressions allusives ? Je vais t'aider ...
Il n'est pas interdit de voir dans ton intervention une impression semblant manifester un certain penchant pour la médisance, une forme de malveillance tentant d'amener méthodiquement son lecteur vers la défiance de l'autre justifiée non pas par un argumentaire construit mais par la manipulation ; l'habileté ici importe peu.
Si l'ami Menvussa est passé maître dans cet art et qu'en conséquence je n'attends pas autre chose, de ta part ces méthodes ne te grandissent pas. Beurk !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Prado le Ven 1 Nov - 23:19

Gayraud de Mazars a écrit:Salut Prado,

 "Mais je remarque que dans la dernière phrase il manque l'adverbe "inéluctablement". Alors, ce n'est sans doute pas Greg Oxley qui a écrit l'édito."

Sauf que, pourquoi le camarade Greg Oxley aurait - il écrit "inéluctablement" ?

Parce que dans ses textes il y a toujours cet adverbe ou un équivalent quand il trace les perspectives à venir.
Mais c'était une plaisanterie, n'y attache pas d'importance : inutile d'éplucher tous ses textes !

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Babel le Sam 2 Nov - 10:04

Eugene Duhring a écrit:... S'en dégage une impression ... semble surtout manifester ... donner le sentiment de durer ... Il n'est pas interdit de voir ... Je suppose que tu es largement capable de dépasser la paresse intellectuelle qui prévaut dans ton intervention en limitant ta réflexion à un édito pour répondre à cette interrogation : comment définirais-tu cette suite d'expressions allusives ? Je vais t'aider ...
Il n'est pas interdit de voir dans ton intervention une impression semblant manifester un certain penchant pour la médisance, une forme de malveillance tentant d'amener méthodiquement son lecteur vers la défiance de l'autre justifiée non pas par un argumentaire construit mais par la manipulation ; l'habileté ici importe peu.
Si l'ami Menvussa est passé maître dans cet art et qu'en conséquence je n'attends pas autre chose, de ta part ces méthodes ne te grandissent pas. Beurk !
Si je comprends bien, la présence de quatre expressions de forme similaire constitue à tes yeux la preuve de mon intention coupable. Chapeau pour la perspicacité. Mais j'aurais préféré que ton relevé lexical s'accompagne d'une analyse sémantique, au lieu de s'y substituer. Car si leur forme rend ces expressions voisines, prennent-elles toutes le même sens ?

En cédant une fois de plus à la manie (agaçante, je te le concède) de la modalisation, je me suis contenté de souligner la subjectivité d'un point de vue, le mien, hors de toute intention allusive. C'est vrai pour les deux premières expressions : leur suppression ne modifie en rien le sens des phrases. Par contre, leur ton change, et devient plus tranchant. La 3e ("donner le sentiment de durer") concerne l'équipe de la Riposte, et non le rédacteur de la phrase. Quant à la dernière, contenue dans la conclusion,... eh bien, il n'est pas interdit d'y voir de l'ironie.

Quant au fond. Cette pratique de l'esquive, qui consiste à crier au loup en prenant des airs offusqués, chaque fois que ton groupe est mis sur la sellette, n'efface pas la seule question qui vaille le concernant : celle de son utilité.  A quoi sert La Riposte ?

Les errements actuels du Parti, qui accompagnent la préparation de la campagne des municipales de 2014, mettent une nouvelle fois en lumière l'absence totale de stratégie de son appareil dirigeant. Au point qu'on peut se demander si on doit encore parler à son sujet d'appareil dirigeant. Ça tire à hue et à dia.

Si je prends l'affaire parisienne : on voit comment les élus PC de la capitale ont réussi à imposer et à faire prévaloir leurs intérêts, en dépit de toute autre considération, concernant même le sort de leurs collègues élus des communes avoisinantes.

C'est ce que souligne Braouezec, dans la lettre qu'il leur a adressée, parue dans l'Huma la semaine passée ("Lettre à mes camarades et ami-e-s communistes de Paris"). Il leur explique en substance que leur décision de faire liste commune avec l'équipe sortante PS équivaut à donner son aval au projet gouvernemental d'absorber la totalité des communes de la petite couronne à l'intérieur du "Grand Paris". Ce qui signifie selon lui donner un blanc-seing à
l’offensive du Parti socialiste contre des municipalités communistes en Seine-Saint-Denis (c'est-à-dire celles de) La Courneuve, de Saint-Ouen, de Villetanneuse et de Saint-Denis (la plus grande municipalité à direction communiste en Europe !)
Je continue de citer, pour plus de clarté :
La métropole du Grand Paris serait constituée des départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, elle exclurait des millions de citoyens de ladite seconde couronne en créant une nouvelle frontière. (...) Elle créerait une structure technocratique et bureaucratique de près de 7 millions d’habitants en s’attaquant aux potentialités démocratiques du « bloc communal ». (...) La proposition gouvernementale s’attaquerait au pouvoir d’agir des communes et de leurs intercommunalités en imposant une vision « haussmannienne »
À l’heure où les logiques de la globalisation néolibérale se traduisent par des métropoles de plus en plus ségréguées, la majorité socialiste reste intransigeante dans sa volonté d’imposer une métropole intégrée mettant au pas les territoires.
Au final, Braouezec revient sur
l’ambition orchestrée par le président du groupe PS et le président de l’Assemblée nationale (...) d’affaiblir tous ceux, des deux côtés du périphérique, qui ne se résignent pas au fatalisme de l’ordre néolibéral sur leur territoire, qui agissent pour que celui-ci soit des lieux de non-résignation, d’innovation et de mobilisation pour le « droit à la ville » 
Pour le dire de façon laconique, on voit donc comment le Parti s'autodétruit.

Face à ce processus mortifère, votre responsabilité, en tant que groupe oppositionnel, n'est-elle pas de chercher à y mettre fin et à redresser la barre ? De rappeler une nouvelle fois en quoi vos choix d'orientation stratégique diffèrent et s'opposent à ceux d'une nomenklatura devenue aveugle et sourde ?  Bref, d'indiquer le chemin à des militants totalement déboussolés ?

Sinon, à quoi servez-vous ? De substitut à une école de formation ? De cercle d'étude des saintes écritures, s'épuisant à rabâcher des "principes" d'autant plus "intangibles" qu'ils prennent sous votre plume l'allure de sermons, tant leur déconnexion avec les tâches qu'impose la situation devient flagrante ?

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Eugene Duhring le Sam 2 Nov - 16:19

Babel a écrit:
Eugene Duhring a écrit:... S'en dégage une impression ... semble surtout manifester ... donner le sentiment de durer ... Il n'est pas interdit de voir ... Je suppose que tu es largement capable de dépasser la paresse intellectuelle qui prévaut dans ton intervention en limitant ta réflexion à un édito pour répondre à cette interrogation : comment définirais-tu cette suite d'expressions allusives ? Je vais t'aider ...
Il n'est pas interdit de voir dans ton intervention une impression semblant manifester un certain penchant pour la médisance, une forme de malveillance tentant d'amener méthodiquement son lecteur vers la défiance de l'autre justifiée non pas par un argumentaire construit mais par la manipulation ; l'habileté ici importe peu.
Si l'ami Menvussa est passé maître dans cet art et qu'en conséquence je n'attends pas autre chose, de ta part ces méthodes ne te grandissent pas. Beurk !
Si je comprends bien, la présence de quatre expressions de forme similaire constitue à tes yeux la preuve de mon intention coupable. Chapeau pour la perspicacité. Mais j'aurais préféré que ton relevé lexical s'accompagne d'une analyse sémantique, au lieu de s'y substituer. Car si leur forme rend ces expressions voisines, prennent-elles toutes le même sens ?

En cédant une fois de plus à la manie (agaçante, je te le concède) de la modalisation, je me suis contenté de souligner la subjectivité d'un point de vue, le mien, hors de toute intention allusive. C'est vrai pour les deux premières expressions : leur suppression ne modifie en rien le sens des phrases. Par contre, leur ton change, et devient plus tranchant. La 3e ("donner le sentiment de durer") concerne l'équipe de la Riposte, et non le rédacteur de la phrase. Quant à la dernière, contenue dans la conclusion,... eh bien, il n'est pas interdit d'y voir de l'ironie.

Quant au fond. Cette pratique de l'esquive, qui consiste à crier au loup en prenant des airs offusqués, chaque fois que ton groupe est mis sur la sellette, n'efface pas la seule question qui vaille le concernant : celle de son utilité.  A quoi sert La Riposte ?

Les errements actuels du Parti, qui accompagnent la préparation de la campagne des municipales de 2014, mettent une nouvelle fois en lumière l'absence totale de stratégie de son appareil dirigeant. Au point qu'on peut se demander si on doit encore parler à son sujet d'appareil dirigeant. Ça tire à hue et à dia.

Si je prends l'affaire parisienne : on voit comment les élus PC de la capitale ont réussi à imposer et à faire prévaloir leurs intérêts, en dépit de toute autre considération, concernant même le sort de leurs collègues élus des communes avoisinantes.

C'est ce que souligne Braouezec, dans la lettre qu'il leur a adressée, parue dans l'Huma la semaine passée ("Lettre à mes camarades et ami-e-s communistes de Paris"). Il leur explique en substance que leur décision de faire liste commune avec l'équipe sortante PS équivaut à donner son aval au projet gouvernemental d'absorber la totalité des communes de la petite couronne à l'intérieur du "Grand Paris". Ce qui signifie selon lui donner un blanc-seing à
l’offensive du Parti socialiste contre des municipalités communistes en Seine-Saint-Denis (c'est-à-dire celles de) La Courneuve, de Saint-Ouen, de Villetanneuse et de Saint-Denis (la plus grande municipalité à direction communiste en Europe !)
Je continue de citer, pour plus de clarté :
La métropole du Grand Paris serait constituée des départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, elle exclurait des millions de citoyens de ladite seconde couronne en créant une nouvelle frontière. (...) Elle créerait une structure technocratique et bureaucratique de près de 7 millions d’habitants en s’attaquant aux potentialités démocratiques du « bloc communal ». (...) La proposition gouvernementale s’attaquerait au pouvoir d’agir des communes et de leurs intercommunalités en imposant une vision « haussmannienne »
À l’heure où les logiques de la globalisation néolibérale se traduisent par des métropoles de plus en plus ségréguées, la majorité socialiste reste intransigeante dans sa volonté d’imposer une métropole intégrée mettant au pas les territoires.
Au final, Braouezec revient sur
l’ambition orchestrée par le président du groupe PS et le président de l’Assemblée nationale (...) d’affaiblir tous ceux, des deux côtés du périphérique, qui ne se résignent pas au fatalisme de l’ordre néolibéral sur leur territoire, qui agissent pour que celui-ci soit des lieux de non-résignation, d’innovation et de mobilisation pour le « droit à la ville » 
Pour le dire de façon laconique, on voit donc comment le Parti s'autodétruit.

Face à ce processus mortifère, votre responsabilité, en tant que groupe oppositionnel, n'est-elle pas de chercher à y mettre fin et à redresser la barre ? De rappeler une nouvelle fois en quoi vos choix d'orientation stratégique diffèrent et s'opposent à ceux d'une nomenklatura devenue aveugle et sourde ?  Bref, d'indiquer le chemin à des militants totalement déboussolés ?

Sinon, à quoi servez-vous ? De substitut à une école de formation ? De cercle d'étude des saintes écritures, s'épuisant à rabâcher des "principes" d'autant plus "intangibles" qu'ils prennent sous votre plume l'allure de sermons, tant leur déconnexion avec les tâches qu'impose la situation devient flagrante ?
Je vais prendre le temps de répondre à ton intervention. La question des municipales, la question de la stratégie de sa direction nationale qui contrairement à ce que tu dis est cohérente, celle de la stratégie adoptée par La Riposte dans le PCF et au delà la stratégie de fractions organisées dans un parti - d'ailleurs le NPA avec ses différentes fractions ou courants organisés (Etincelle, Claire, ...) servira largement à étayer mon propos.
Tu imagines bien que cet argumentaire ne peut se coucher d'un trait sur le forum, il me faudra donc un peu de temps.
Il se trouve que j'ai été relativement récemment l'acteur d'un conflit collectif dont le bilan permettra aussi d'alimenter notre débat car la lutte des classes emprunte autant au politique qu'au syndical, s'appuie autant sur les collectivités territoriales et les élus nationaux que sur les structures syndicales UL, UD, fédérations, etc. Cette lutte victorieuse contre un patron du CAC40 - une débandade patronale qui s'est achevée par l'éviction du PDG, a mis au jour des liens entre ces deux "pieds" de la lutte des classes que l'on pensait légitimement disparus. Mon propos empruntera aussi largement à cet épisode.
Alors à bientôt ...

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Gayraud de Mazars le Sam 2 Nov - 16:46

Salut camarades,

Effectivement comme le précise Eugène Duhring : "La question des municipales, la question de la stratégie de sa direction nationale qui contrairement à ce que tu dis est cohérente, celle de la stratégie adoptée par La Riposte dans le PCF et au delà la stratégie de fractions organisées dans un parti..."

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Babel le Sam 2 Nov - 22:42

Gayraud de Mazars a écrit:Salut camarades,

Effectivement comme le précise Eugène Duhring : "La question des municipales, la question de la stratégie de sa direction nationale qui contrairement à ce que tu dis est cohérente, celle de la stratégie adoptée par La Riposte dans le PCF et au delà la stratégie de fractions organisées dans un parti..."

Fraternellement,
GdM
Effectivement, quoi ?
Autant la réponse de Duhring est claire et compréhensible, autant la tienne se perd en obscurités, à force de cultiver le non-dit.
Effectivement, le ciel, la lune... et ma cousine Gertrude... ?

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Sam 2 Nov - 23:02

Tu trouve que la réponse de During est claire et compréhensible toi ? Justement, il la remet aux callendes grecques

"Tu imagines bien que cet argumentaire ne peut se coucher d'un trait sur le forum, il me faudra donc un peu de temps."

Il faut effectivement beaucoup de temps pour tenter d'expliquer le cour particulièrement tortueux et velléitaire du groupe "la riposte", qui combine avec un charme qui lui est propre un opportunisme sans frontiére et un sectarisme sans rivage.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Gayraud de Mazars le Dim 3 Nov - 1:04

Salut Gérard Menvussa,

"Il faut effectivement beaucoup de temps pour tenter d'expliquer le cour particulièrement tortueux et velléitaire du groupe "la riposte", qui combine avec un charme qui lui est propre un opportunisme sans frontière et un sectarisme sans rivage."

Tu t'essayes à la poésie ou tu fais de la politique en jugeant La Riposte ainsi ?   

Autant on pourrait discerner certains talents poétiques, autant c'est pas en étant péremptoire que tu vas convaincre quiconque !

Je ne suis pas certain que cet éditorial du journal de La Riposte, soit si obscur que cela, ni même que notre stratégie et notre tactique seraient étrangères, à ce que pourrait comprendre un ou une communiste...

Cependant, notre site peut évidemment mieux qu'un forum, donner la mesure de se que nous défendons...

http://www.lariposte.com/

Bien fraternellement communiste,
Gayraud de Mazars
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Dim 3 Nov - 1:24

cet éditorial du journal de La Riposte, soit si obscur que cela, ni même que notre stratégie et notre tactique seraient étrangères, à ce que pourrait comprendre un ou une communiste...
Je ne dis pas le contraire. Je dis que votre ligne est tortueuse et vélléitaire. A preuve, le fait qu'il y a quelques mois encore, vous ne proniez que le "soutien critique" a ce gouvernement aux ordre du capital et de la bourgeoisie... Et qu'elle n'a pas d'objectif stratégique (ou alors c'est assez incompréhensible pour qu'a deux vous ne pouviez en donner une explication un tant soi peu convainquante)
Quand a "être compris par un communiste", je ne sais pas ce que tu sous entend par cette affirmation. En tout cas, je ne vois dans votre ligne rien qui ne permette de répondre aux interrogation d'un militant du pcf qui voit la merde dans laquelle patauge son organisation, et qui cherche un chemin pour en sortir...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Babel le Dim 3 Nov - 9:41

gérard menvussa a écrit:Tu trouve que la réponse de During est claire et compréhensible toi ? Justement, il la remet aux callendes grecques

"Tu imagines bien que cet argumentaire ne peut se coucher d'un trait sur le forum, il me faudra donc un peu de temps."
J'ai la faiblesse de croire en la bonne foi de cet argument.
Et si les grecques sont célèbres pour leur absence, d'autres calendes le sont pour leur régularité.
gérard menvussa a écrit: Je dis que votre ligne est tortueuse et vélléitaire. A preuve, le fait qu'il y a quelques mois encore, vous ne proniez que le "soutien critique" a ce gouvernement aux ordre du capital et de la bourgeoisie... Et qu'elle n'a pas d'objectif stratégique (ou alors c'est assez incompréhensible pour qu'a deux vous ne pouviez en donner une explication un tant soi peu convainquante)
Quand a "être compris par un communiste", je ne sais pas ce que tu sous entend par cette affirmation. En tout cas, je ne vois dans votre ligne rien qui ne permette de répondre aux interrogation d'un militant du pcf qui voit la merde dans laquelle patauge son organisation, et qui cherche un chemin pour en sortir...
Voilà, exprimé en peu de mots, ce que je pense également.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Mar 5 Nov - 14:47

J'ai la faiblesse de croire en la bonne foi de cet argument.
Il en prend du temps, durhing, pour défendre la ligne tortueuse de l'organisation qu'il s'est choisi. Donc soit il va nous sortir un truc aux petits oignons avec lequel on aura plaisir à débattre (même si on est pas d'accord), sauf son organisation est vraiment dans la merde. Mais bon, il peut aussi essayer de botter en touche et de passer à un autre sujet...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Jeu 14 Nov - 21:15

Notre camarade durhingg serait il devenu sourd et muet ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Eugene Duhring le Ven 15 Nov - 0:44

gérard menvussa a écrit:Notre camarade durhingg serait il devenu sourd et muet ?
Non non, malgré que le net permette précisément un échange même avec un sourd et muet, pour taper au clavier il suffit d'avoir au moins un doigt, un oeil.
Quant à avoir une discussion avec toi sur le sujet ? Inutile, vain ... peut-être pas sourd ni muet mais assurément une mauvaise foi à l'épreuve de tout. Le syndrome du vieux militant qui, pour s'épargner un regard lucide sur son passé navrant, préfère la fuite dans la mauvaise foi. Pour ma part, et comparé à toi, je suis encore vert de ce point de vue. Je n'ai aucun scrupule à faire marche arrière, à revenir sur mes pas pour emprunter une autre voie.
La discussion que je souhaite mener c'est avec Babel et certainement pas toi, et j'estime qu'il vaut plus que les interventions que je te réserve sur un coin de table. Donc je vais prendre le temps de mitonner un bon argumentaire, lentement mais sûrement.

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Ven 15 Nov - 1:02

Prend tout ton temps surtout ! Very Happy 

Aprés, ce n'est pas un dialogue "avec moi" : je n'ai aucune sorte d'importance. Ce qui l'est un peu plus, c'est les gens qui viennent lire ici et sont susceptible d'être intéressé par ton orga : c'est à eux qu'il faut que tu t'adresses.

Quand a moi, je ne suis pas si vieux que ça, mon bilan n'est pas si lamentable que ça mais par contre je suis d'une mauvaise foi infinie ! Surtout comparé à ces champions de la bonne foi que tu t'es choisi successivement et qui sont connu pour ça !

Cela dit, j'attend tes arguments avec impatience. Mais je pense que tu bottes en touche !

Cordialement
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Babel le Sam 16 Nov - 10:54

Eugene Duhring a écrit:
La discussion que je souhaite mener c'est avec Babel et certainement pas toi, et j'estime qu'il vaut plus que les interventions que je te réserve sur un coin de table. Donc je vais prendre le temps de mitonner un bon argumentaire, lentement mais sûrement.
Je te remercie. Mais le traitement de faveur dont tu me gratifies ne doit pas évacuer, conviens-en, les engagements pris. Même si ceux-ci, tels que tu les formules plus haut, tiennent à mon sens de la gageure : proposer une étude comparée du "travail fractionnel" à l'intérieur du PC et du NPA (?!), assortie d'une analyse de la ligne aléatoire de la direction du Parti, le tout assaisonné de tranches de vécu syndical fraîchement découpées... Quel programme : un vrai sujet de thèse !
 
Sans doute t'es-tu un peu vite avancé. Cela nous arrive : on s'emballe, on voudrait tout dire, tout expliquer, à l'aune de son propre itinéraire, pour finalement déclarer forfait devant l'ampleur de la tâche. Difficile de pédaler tout en se regardant faire, si tu me permets cette métaphore cycliste. Et ce n'est pas l'inaction qui semble te ronger.

Ceci étant, l'ostracisme manifesté à l'encontre d'un camarade dont la franchise (certes, parfois abrupte ou railleuse) n'est pas la moindre des qualités (et il milite, lui, au moins !*) m'a toujours paru suspect. Depuis le temps qu'on se pratique, par toile interposée, on devrait pourtant s'être fait une idée plus approfondie et plus nuancée de ceux à qui on a affaire. Mais il est inimitiés comme du reste : la part d'irrationnel y demeure inexpliquée.

Peut-être devrait-il, comme moi, apporter un soin maniaque à sa prose, pour bénéficier véritablement du respect qui lui est dû ?

(* je parle pour moi.)


Dernière édition par Babel le Dim 17 Nov - 9:42, édité 1 fois (Raison : Orthographe : règle d'accord élémentaire.)

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  gérard menvussa le Sam 16 Nov - 11:50

Sur le fait que je plaise ou non, je dois dire que je m'en moque complétement. J'apprécie assez during (même si ce n'est pas réciproque) et je trouve qu'il pose souvent des questions judicieuses (même si je ne suis pas convaincu par ses réponses, mais c'est la dure loie des échanges sur ce forum) Par contre là, il reste totalement bloqué sur comment expliquer la stratégie (qui peut s'apparenter selon moi à une absence de stratégie) du groupe dont il fait partie, vis a vis du pcf dont le choix trés clair est de privilégier absolument la sauvegarde de l'appareil a toute autre considération. Les lecteurs de ce forum ne lui demandent pas un pensum, encore moins une thése mais au contraire quelque chose de trés simple, qui ne devrait pas demander des mois d'écriture et de réflexion.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte - Edito n°69 (novembre - décembre 2013)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum