Colère en Bretagne

Page 21 sur 22 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Copas le Dim 9 Mar - 23:48

Les lascars :



Des ouvrières, des chômeurs, des travailleuses de la santé, 4 retraités, deux travailleurs indépendants. Tonalité globale, jeunes et prolétaires.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 0:09

Copas a écrit:
Achille a écrit:

Alors comme ça le NPA a Carhaix s'allie au "parti des lapins de garenne" (tu te rappelles tu n'avais que ça à la bouche"... ça doit faire mal pas une  couleuvre mais un constrictor à avaler...

Ce que tu fais semblant de ne pas comprendre c'est qu'il y a une grande différence entre toi, militant youtube et insulteur en chef et des militants luttes de classes au NPA, à la CGT, au PG...etc. qui comprennent parfaitement la question de l'unité des organisations ouvrières et également la question de leur indépendance. Je suis certain que Mathieu Guillemot aurait été très à l'aise pour critiquer les onze revendications des "bonnets rouges" sur la question des luttes contre les licenciements, sur l'indépendance vis à vis du patronat local et des groupes nationalistes sans recourir à l'insulte et à la calomnie comme tu le fais vis à vis de TOUT tes contradicteurs (Duhring, Mikha, Achille...etc.).

Ce sont bien des gens du FdG qui ont rejoint cette liste et c'est une bonne chose, pas l'inverse. Libres à eux d'avaler le lapin avec le chapeau, les portes sont ouvertes.
Après tous les crachats que tu as envoyé contre les bonnets rouges je constate que tu approuves de se ranger derrière un de ses animateurs alors que tu continues d'essayer de réviser l'histoire en Bretagne...

Mais approuves-tu vraiment ce ralliement ?
Tu nous raconteras tout ça, hein... les ronds de jambe et tout, et tout, et tout.... derrière Mathieu...

Le militant youtube vient de découvrir la liste de Carhaix il y a moins d'une heure, tout occupé jusqu'a présent  à dénoncer les "lapins de garenne du FdG". Hors cette liste unitaire regroupe des sans partis, des NPA, des FdG , des alternatifs...

Notre diviseur et insulteur en chef développe sa conception de l'unité : rejoindre, se ranger derrière, se rallier... qui tourne le dos à 180° de la démarche unitaire locale :

« On veut fonctionner de manière collective. On aura 29 porte-parole », explique Matthieu Guillemot qui insiste sur le fait qu'il ne mène pas une liste NPA. « On est la vraie gauche. »
http://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/municipales-la-vraie-gauche-entre-en-lice-24-02-2014-10050005.php

ça change hein de ..."rejoindre, se ranger derrière, se rallier" ala Copas.

Et oui lorsque Copas alias youtube a pour tout programme la dénonciation, l'insulte, la vulgarité et la violence contre ses contradicteurs, le constrictor et le bonnet rouge ont du mal à passer. ...
Pas d'impatience la prochaine injure Copas va la balancer dans un instant !


Dernière édition par Achille le Lun 10 Mar - 0:28, édité 2 fois

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Copas le Lun 10 Mar - 0:14

Achille a écrit:
Copas a écrit:
Achille a écrit:

Alors comme ça le NPA a Carhaix s'allie au "parti des lapins de garenne" (tu te rappelles tu n'avais que ça à la bouche"... ça doit faire mal pas une  couleuvre mais un constrictor à avaler...

Ce que tu fais semblant de ne pas comprendre c'est qu'il y a une grande différence entre toi, militant youtube et insulteur en chef et des militants luttes de classes au NPA, à la CGT, au PG...etc. qui comprennent parfaitement la question de l'unité des organisations ouvrières et également la question de leur indépendance. Je suis certain que Mathieu Guillemot aurait été très à l'aise pour critiquer les onze revendications des "bonnets rouges" sur la question des luttes contre les licenciements, sur l'indépendance vis à vis du patronat local et des groupes nationalistes sans recourir à l'insulte et à la calomnie comme tu le fais vis à vis de TOUT tes contradicteurs (Duhring, Mikha, Achille...etc.).

Ce sont bien des gens du FdG qui ont rejoint cette liste et c'est une bonne chose, pas l'inverse. Libres à eux d'avaler le lapin avec le chapeau, les portes sont ouvertes.
Après tous les crachats que tu as envoyé contre les bonnets rouges je constate que tu approuves de se ranger derrière un de ses animateurs alors que tu continues d'essayer de réviser l'histoire en Bretagne...

Mais approuves-tu vraiment ce ralliement ?
Tu nous raconteras tout ça, hein... les ronds de jambe et tout, et tout, et tout.... derrière Mathieu...

Le militant youtube vient de découvrir la liste de Carhaix il y a moins du heure tout occupé jusqu'a présent  à dénoncer les "lapins de garenne du FdG". Hors cette liste unitaire regroupes des sans partis, des NPA, des FdG , des alternatifs...

Notre diviseur et insulteur en chef développe sa conception de l'unité : rejoindre, se ranger derrière, se rallier... qui tourne le dos à 180° de la démarche unitaire locale :

« On veut fonctionner de manière collective. On aura 29 porte-parole », explique Matthieu Guillemot qui insiste sur le fait qu'il ne mène pas une liste NPA. « On est la vraie gauche. »
http://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/municipales-la-vraie-gauche-entre-en-lice-24-02-2014-10050005.php

ça change hein de ..."rejoindre, se ranger derrière, se rallier" ala Copas.

Et oui lorsque Copas alias youtube a pour tout programme la dénonciation, l'insulte, la vulgarité et la violence contre ses contradicteurs, le constrictor et le bonnet rouge ont du mal à passer.

Quel charabias de malade...
Quel soucis...

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Lun 10 Mar - 4:53

A propos du NPA, rappelons le bilan qu'a fait Philippe Poutou
Il ne cache pas les difficultés, ni le rétropédalage des bureaucrates,
comme toujours, et FdG en tête.

Bonjour
Quelques remarques en plus du très bon compte-rendu des camarades de Quimper
- On s’est tous fait plus ou moins intoxiqués par le traitement médiatique de cette manif et par le positionnement agressif, insultant du FdG (notamment PG) et de la CGT. On a tous douté jusqu’au dernier moment si c’était une bonne chose d’y aller. La pression mise par les média et par le FdG étaient énormes pour nous, petit parti fragilisé et qui reprend à peine quelques forces et ses esprits. Il ne faudrait pas que nous nous esquintions sur ce sujet comme sur d’autres.
Mais on aura d’autres problèmes comme celui de la manif de Quimper (faut l’espérer) car les choix tactiques, politiques dans les luttes sociales vont se multiplier. On pourrait croire que nos problèmes se résoudront avec l’arrivée des lutte, quand les gens sortirons de la résignation. Et bien non, dès qu’il y a des mouvements de colères, ce sont d’autres problèmes qui apparaissent et on rentre dans le cœur de la bataille politique.
- C’est dit dans le compte-rendu mais encore une fois, la manif du 2 était à l’origine une manif pour l’emploi, en soutien aux salariés de Marine Harvest, pour la convergence des luttes des Doux, Gad … à l’appel d’un collectif de Carhaix lors d’un meeting le 18 octobre. C’est d’ailleurs le lundi 21 octobre que le CE prend la décision d’envoyer à Quimper un porte parole national.
C’est avec les évènements du 26 octobre (portique du Pont du Buis) que les choses se sont compliquées car les « anti-écotaxe » ont appelé à poursuivre leur mouvement le 2 à Quimper. Et dans les média, cette manif est devenue à tort celle de l’écotaxe.
- La question n’est pas tant « que fait le Npa dans cette galère ? » mais plutôt « pourquoi le FdG et la Cgt ont-ils déserté cette manif ». Car il s’agit bien d’une volte face, d’une désertion qui a sérieusement compliqué les choses. Le Npa était à sa place dans cette manif mais du coup un peu isolé dans le concert médiatique avec les soutiens exprimés de forces politiques de droites, de syndicats de petits patrons (transports, agriculteurs, ...).
Ce n’est pas le Npa qui manifestait avec les patrons et compagnie, c’était au contraire les patrons, la droite qui tentait une opération de dévoiement spectaculaire de la colère existante.
- Cette manif n’est pas une manif classique, syndicales avec les militants habituels, avec les formes habituelles. Ce n’était pas le « peuple de gauche » dans la rue, c’était le peuple tout court. Des gens en colère, victimes de la crise, de milieux sociaux divers (paysans, ouvriers, petits exploitants, milieu rural …). Même du côté des ouvriers c’était très divers, pas habituel, une conscience de classe très variée, des boites en lutte très peu syndicalisées pour certaines, très peu Cgt pour l’essentiel … On avait un prolétariat tel qu’il est en vrai et pas idéal du tout. Quand la colère s’exprime ce n’est pas forcément très « joli », très « propre » en tout cas comme on pourrait l’espérer. Elle se fait avec ce qui a dans les têtes. Mais dans la rue ce jour là, c’était notre camp social en très grande majorité. Le Medef, l’UMP n’étaient là que discrètement, sans banderole, sans insigne (sauf les élus mais ça arrive régulièrement).
- C’était une manif pas classique du tout aussi parce que le ciment n’était pas seulement la contestation sociale, la colère contre la crise. Il y a le sentiment régionaliste, le sentiment que le peuple breton doit se défendre et se protéger contre les agissements des élites et du pouvoir parisien. Un fort sentiment de solidarité face au danger extérieur. Et c’est évidemment sur ce terrain particulier que le patronat comme la droite peuvent agir, manipuler. Comme on dit la politique a horreur du vide et c’est très logiquement que patrons, droite, extrême droite essaient de prendre la tête d’une « fronde » pour la contrôler, pour éviter qu’elle ne se tourne contre eux, pour la détourner vers des adversaires plus vagues mais réels comme les « élites » ou les « bureaucrates de Bruxelles ».
- Il ne fallait pas laisser le mouvement régionaliste et cette colère populaire entre les seules mains de la droite ou des patrons qui encore une fois n’organisent pas mais tente de récupérer. Il fallait absolument garder le cap en bataillant pour qu’existe un pôle de « gauche », un pole social, ouvrier, anti-licenciement, progressiste. C’est pour cela que le Npa avait sa place dans la manif. Les camarades de Carhaix et de Quimper ont bataillé pour qu’il y ait un cortège de « gauche », un cortège qui défende l’interdiction des licenciements. Cela a été fait dans une manifestation pas du tout hostile à ces idées au contraire. Car il ne faut pas se faire avoir par les média qui ne comprennent pas forcément tout ce qui se passe. Nous avons été très bien accueillis, on nous a remercié d’être là, des militants Cgt, FdG étaient contents de nous voir et faisaient part de leur écœurement du positionnement Cgt.
Même parasitée par les choses dites plus haut, c’était vraiment une manif populaire, une manif de gens d’en bas qui souffrent de la crise, que ce soit les ouvriers ou les petits exploitants agricoles. Et cette souffrance, cette colère ou révolte peut partir dans plusieurs directions. Rien n’est gagné que cela évolue dans le sens qu’on souhaite. Ça suppose qu’il y ait des militants, des forces de « gauche » qui soient là pour défendre la perspective socialiste, anticapitaliste. Cela suppose qu’on se confronte aux préjugés, aux autres forces sociales ou politiques qui veulent contrôler.
Si le FdG et la Cgt n’avaient pas déserté, ne s’était pas « dégonflés », si Mélenchon et les représentants d’une certaine gauche n’étaient pas aussi méprisants du bas peuple qui se met en colère, n’étaient pas aussi hostiles au sentiment régionaliste, c’est sûr, la manif aurait eu une gueule plus claire, on aurait été plus costaud pour représenter ce pole clairement anti-medef, anti-droite, anti-austérité, un pole d’opposition de gauche au gouvernement. En tout cas, dans la manif, les militants « bretons » du Npa ont essayé de construire ce pole et c’était plutôt réussi.
PHILIPPE POUTOU
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Lun 10 Mar - 5:10

Quant au camarade du NPA Matthieu Guillemot, tête de la liste "La vraie gauche à Carhaix",
voici ce qu'il déclarait lui-aussi dans l'Anticapitaliste du 14 novembre
La manif de Quimper a été un vrai succès populaire...La participation du NPA, avec la présence de Philippe Poutou, a contribué à centrer les débats sur les thématiques de l’emploi. Les représentants de la FDSEA, du Medef et quelques représentants de l’UMP, se sont engouffrés dans la brèche ouverte par la lutte contre l’écotaxe, en développant un discours réactionnaire et productiviste. Le NPA a fait le choix de ne pas laisser le terrain à ses ennemis de classe et donc de s’adresser aux salariés, au monde ouvrier, au moment où certains préféraient s’en éloigner.
Je pense que toutes les forces de la gauche de la gauche doivent faire face à l’ennemi de classe, et cela toujours au côté des salariés, pour ne pas laisser le cri de colère se transformer en vote de haine.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Marco Pagot le Lun 10 Mar - 10:23

Si je nettoie les posts de roseau de ces insultes, copier-coller permanents et attaques personnelles; c'est pas pour qu'Achille en fasse de même  Rolling Eyes 

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 10:29

Marco Pagot a écrit:Si je nettoie les posts de roseau de ces insultes, copier-coller permanents et attaques personnelles; c'est pas pour qu'Achille en fasse de même  Rolling Eyes 

Copas n'est pas en reste :

Copas a écrit:
Achille est toujours dans ses saloperies ...
les conneries racontées par ... l'odeur de lisier...
Les collabos au sein du FdG ...
notre lambertoïde de service...
malades...

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Lun 10 Mar - 11:00

Roseau a écrit:A propos du NPA, rappelons le bilan qu'a fait Philippe Poutou
Il ne cache pas les difficultés, ni le rétropédalage des bureaucrates,
comme toujours, et FdG en tête.

Bonjour
Ce n’est pas le Npa qui manifestait avec les patrons et compagnie, c’était au contraire les patrons, la droite qui tentait une opération de dévoiement spectaculaire de la colère existante.
- Il ne fallait pas laisser le mouvement régionaliste et cette colère populaire entre les seules mains de la droite ou des patrons qui encore une fois n’organisent pas mais tente de récupérer.
PHILIPPE POUTOU
Une naïveté raffraichissante !
Droite et patrons qui n'organisent pas mais tente de récupérer ?? Ah bon et la tribune, et la sono, la logistique en gros, ce ne sont pas ces patrons qui ont organisé et payé ? Et qui en récolte les dividendes aujourd'hui en particulier sur la suppression temporaire de l'éco-taxe ? Qui avance les 11 mesures à prendre pour la Bretagne : des bonnets rouges patronaux camouflés en bonnets rouges ouvriers ? La droite et cie a bien organisé en partie ces mouvements en Bretagne tout du moins sa fin de cortège sa tribune, voire même certains patrons ont incité leurs travailleurs a s'y rendre http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/16/ces-patrons-a-l-origine-des-bonnets-rouges_3514915_823448.html

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Marco Pagot le Lun 10 Mar - 11:06

Achille a écrit:
Marco Pagot a écrit:Si je nettoie les posts de roseau de ces insultes, copier-coller permanents et attaques personnelles; c'est pas pour qu'Achille en fasse de même  Rolling Eyes 

Copas n'est pas en reste :

Copas a écrit:
Achille est toujours dans ses saloperies ...
les conneries racontées par ... l'odeur de lisier...
Les collabos au sein du FdG ...
notre lambertoïde de service...
malades...

Non. Je te rappelle que tu es sous surveillance pour ton trollisme intensif et tes attaques personnelles permanentes. Tu n'apportes rien de politique. Aucune analyse, aucune information. Et ce, sur tous les sujets...

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 12:39

Marco Pagot a écrit:
Achille a écrit:
Marco Pagot a écrit:Si je nettoie les posts de roseau de ces insultes, copier-coller permanents et attaques personnelles; c'est pas pour qu'Achille en fasse de même  Rolling Eyes 

Copas n'est pas en reste :

Copas a écrit:
Achille est toujours dans ses saloperies ...
les conneries racontées par ... l'odeur de lisier...
Les collabos au sein du FdG ...
notre lambertoïde de service...
malades...

Non. Je te rappelle que tu es sous surveillance pour ton trollisme intensif et tes attaques personnelles permanentes. Tu n'apportes rien de politique. Aucune analyse, aucune information. Et ce, sur tous les sujets...

C'est ton ressenti. Le mien c'est que toi aussi cela t'arrive d'insulter (tu veux des citations ?).

La vérité c'est que tout ce qui est en désaccord avec le NPA est systématiquement attaqué il suffit de lire les réponses apportées à Duhring, Mikkha, cerise...  ou Achille pour s'en convaincre.

Comme tous les autres j'apporte mes informations, je participe aux débats (FdG, PG, Prostitution/Travail du sexe, Islamophobie...etc.) alors il faudrait juste que vous arrêtiez  de considérer les désaccords avec le NPA comme du trollisme ou des prétextes à injures.

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 13:22

pour Matthieu Guillemot, « la liste garde la même éthique ». Il parle d’une « gauche claire soutenue par le Front de gauche, les Alternatifs et le NPA ». Avec pour ambitions de dire son opposition à « la politique de droite menée par le gouvernement ». Et localement de faire partie de l’opposition. « Nous n’avons pas la prétention de vouloir renverser la mairie. On veut être présent le plus nombreux possible au conseil municipal. En votant pour notre liste, les Carhaisiennes et Carhaisiens auront la garantie d’avoir des élus jeunes, motivés, dynamiques et engagés. Avec eux, fini les séances soporifiques du conseil municipal transformé en simple chambre d’enregistrement », termine l’équipe.
http://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/municipales-jean-pierre-jeudy-apporte-un-soutien-politique-04-03-2014-10062543.php


Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Lun 10 Mar - 13:28

J'ai bossé pas mal de temps à Carhaix, je connais bien les personnes dites "FDG", qui ont été virées en 87 du PCF et ont défendu une ligne plus proche du terrain. En particulier, en faisant liste commune avec Troadec et les militants UDB (soc-dém autonomistes) en son temps. Ils se découvrent FDG, tant mieux pour eux... Jean-Pierre Jeudy a toujours été là en soutien à la langue bretonne et aux écoles en breton, par exemple. Pas grand chose à voir avec un Mélenchon ou une F.Morvan...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Lun 10 Mar - 13:30

A propos de la jacobine fanatique et lambertoide Françoise Morvan,
JLM l'a rejointe dans sa croisade contre la langue bretonne.
Il annoncait à propos d’une tribune dans le Monde de Françoise Morvan.
« Je décide de la reprendre à mon compte »
Faut lire ça pour le croire :
http://www.jean-luc-melenchon.fr/2007/09/23/il-ya-breton-et-breton/comment-page-3/
Mais JLM n’est pas en reste. Extrait de son « billet » de mille :
« Ainsi, en pleine campagne référendaire, le Conseil Régional de Bretagne, à l’instigation des « autonomistes » qui y siègent, avec l’approbation enthousiaste des socialistes qui pensaient avoir trouvé un argument de campagne contre le non, vota une résolution pour me flétrir parce que j’avais demandé au ministre de l’intérieur quelle était la légalité d’une de ses délibérations antérieures qui l’avait conduit à reconnaître la « pseudo langue bretonne » comme langue d’usage à l’égal du français. J’écris « pseudo langue bretonne » car ce qui est nommé de cette façon n’est aucune des cinq langues parlées historiquement mais une « langue unifiée » dont le vocabulaire et la grammaire furent fixés à la demande de l’occupant nazi en 1941 …»
Après, JLM s'étonnera de s'être fait huer récemment à St Malo...
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 13:41

Plutôt qu'extraire une phrase du contexte pour lui faire dire autre chose voici le texte complet paru en 2007 qui décrit en effet la complexité du "régionalisme" et des liens tissés parfois avec l'ennemi de classe :

23sept 07
Il y a breton et breton.
Exporter ce billet au format pdf Envoyer ce billet à un ami Imprimer ce billet

Du temps où j’étais ministre de l’enseignement professionnel je m’étais opposé publiquement à Jack Lang à propos du financement public des écoles Diwan. A l’époque le journal « Libération » m’avait donné la parole et réalisé une interview qui me permit d’expliquer mes raisons. Ce texte me valut un très abondant courrier extrêmement hostile et insultant, parfois aussi très menaçant, qui montrait clairement l’origine de ses auteurs et leur appartenance aux milieux de l’extrême droite « identitaire ». Naturellement je ne veux pas dire que tous les amis de cette cause très discutable soient liés à l’extrême droite, loin de là. J’ai pu constater à mes dépens qu’un certain suivisme irréfléchi atteint aussi les miens. Ainsi, en pleine campagne référendaire, le Conseil Régional de Bretagne, à l’instigation des « autonomistes » qui y siègent, avec l’approbation enthousiaste des socialistes qui pensaient avoir trouvé un argument de campagne contre le non, vota une résolution pour me flétrir parce que j’avais demandé au ministre de l’intérieur quelle était la légalité d’une de ses délibérations antérieures qui l’avait conduit à reconnaître la « pseudo langue bretonne » comme langue d’usage à l’égal du français. J’écris « pseudo langue bretonne » car ce qui est nommé de cette façon n’est aucune des cinq langues parlées historiquement mais une « langue unifiée » dont le vocabulaire et la grammaire furent fixés à la demande de l’occupant nazi en 1941 par une plume ensuite condamnée à mort par contumace pour sa collaboration avec les tortionnaires de la Gestapo. Je maintiens ma protestation absolue contre la manière honteuse qu’ont les éléments les plus sournois des identitaires ethnicistes de Bretagne d’inclure les bretons d’une manière générale dans leur idéologie et de faire comme s’ils les représentaient tous. Tout au contraire, historiquement les bretons jouent un rôle progressiste et libérateur considérable dans l’histoire de France. C’est le « club des bretons » qui dynamise la grande révolution dans ses heures critiques, ce sont les villes « bleues » de Bretagne qui mettent en échec la chouannerie, traître à la patrie déclarée en danger, quand elle préparait l’invasion anglaise qui aurait pris à revers notre jeune république. Ce sont enfin tous les hommes de l’île de Sein qui s’auto mobilisent et partent rejoindre le combat contre l’occupant nazi à Londres en 1940. Sans oublier le rôle admirable de la classe ouvrière des arsenaux contre les positions de l’armée allemande, ni le martyr lucide des villes bretonnes bombardées à mort par ceux là même qu’elles acclamèrent comme des libérateurs. Par conséquent, cette façon d’embrigader tous les bretons sous une bannière qu’ils n’ont pas demandée (et que je récuse avec eux) m’écoeure autant que celle des islamistes lorsqu’ils prétendent représenter l’islam, l’islam tous les arabes et ainsi de suite. Si je m’émeus, au risque de l’habituelle incompréhension qui accueille ceux que les discours sur les racines identitaires révulsent, c’est donc bien parce que je n’aime pas cette sorte d’annexion de la Bretagne par les méthodes sournoises de l’affichage culturel et folklorique qui permet aux pires aventuriers d’avancer masqués. Car à la suite de nombre des penseurs socialistes je crois qu’il n’y a pas de nationalisme spontané. Il y a des nationalistes qui font campagne. Ils ont une stratégie, des moyens et ils cherchent les circonstances qui leurs sont favorables pour qu’elles s’épanouissent. Exactement comme le fait n’importe quelle force politique. C’est pourquoi je suis spécialement vigilant, après avoir constaté les désastres du Liban ou de l’ex Yougoslavie, en tenant compte de la pression qui s’exerce partout en faveur de la pulvérisation ethnique des Nations, contre tout ce qui de près ou de loin ouvre le chemin de cette sorte de courant politique. La démonstration sur les champs Elysée des groupes folkloriques bretons, si bienveillants et bons républicains que soient ceux qui y ont participé, mérite un message d’alerte à la manipulation. La seule présence parmi les organisateurs d’un manipulateur assumé comme monsieur Le Lay le justifierait à soi seul. Ne s’est-il pas vanté publiquement de faire une télé pour préparer les cerveaux aux messages de la publicité? La retransmission en direct par TF1 doit donner à réfléchir dans le même sens. J’ai lu à ce sujet un « Rebond » dans « Libération » de vendredi 21 septembre sous la plume de l’essayiste Françoise Morvan. Je décide de la reprendre à mon compte. Au moins vous lirez quelque chose une fois dans la semaine qui ne concerne pas Sarkozy. Mais seulement ses copains.

BREIZH TOUCH AU GRISBI

par Françoise Morvan
Essayiste

Auteure du « Monde comme si, nationalisme et dérive identitaire en Bretagne », paru chez Babel/Actes Sud en 2005

« Depuis quelques semaines, les Bretons se sont découverts nantis d’un avantage en nature et, pour certains, en espèces, dénommé Breizh Touch.

La Breizh Touch, présentée par la presse sur le mode exalté, a d’abord laissé ceux qui l’évoquaient légèrement perplexes : fallait-il dire braisetouche, breill’z'touch’, braÿztoutch, brézteutch, breÿc’htaoutch, brèysstatch, brèzteuch ? Breizh, autrement dit Bretagne en breton surunifié, désormais devenu officiel. En effet, en 1941, sur ordre du dignitaire nazi en charge des affaires bretonnes, l’orthographe du breton, déjà unifiée à l’exception de celle du dialecte vannetais, a été surunifiée, le mot Breizh étant le symbole même de cette surunification, le «zh» signifiant que l’on prononce Breih en vannetais et Breiz ailleurs.

Pour les bretonnants de naissance, le mot Breizh, accolé au mot touch, du verbe touchañ, conduire les bestiaux, était énigmatique, mais au diable les hésitations : une fois compris que le mot Bretagne, sous la forme Breizh, uni à un vocable anglo-américain, se change en label commercialisable, tout devient clair.

Et, pour ceux qui peineraient encore à comprendre, en tout petits caractères, au bas d’une affiche montrant une tour Eiffel saucissonnée de manière à ressembler à un phare breton (le célèbre phare du label «produit en Bretagne»), se trouve la traduction : Breizh Touch = esprit Bretagne.

La Breizh Touch, brassant bagadou, cyber-fest-noz (au pluriel: cyberioù-festoù-noz), Breizh-en-Seine avec en prime océan-high-tech, expo-Breizh-numérique et Breizh-parade retransmise dimanche prochain par TF1 en direct des Champs-Elysées, va donc déferler : trois mille sonneurs sonnants défilant en bagadou comme les formations paramilitaires dont ils sont issus – «une panzerdivision, la musique en plus», pour reprendre les termes de Jean-Pierre Pichard, le président du Festival interceltique de Lorient (Ouest-France, 7 août 2007).

C’est lui qui a eu l’idée de cette manifestation paroxystique de la celte attitude unissant Bretons, Irlandais, Gallois et autres frères de race, tels que Galiciens et Acadiens du Nouveau-Brunswick (dont il est convenu de ne pas demander ce qu’ils ont de celte).

La Breizh Touch est le complément de la celte attitude : le Breton qui ne l’a pas est un faux Breton, celui qui n’en veut pas est un mauvais Breton, et celui qui n’apprécie pas la Breizh Touch est un jacobin. Le jacobin est l’ennemi du Breton : il est français. Le Français n’a pas la Breizh Touch ; il a une identité faible, quoi qu’en dise Sarkozy, et n’a donc pas lieu d’en être fier. Le Breton, lui, a une identité forte ; il le prouve par la Breizh Touch qui la promeut ; voilà pourquoi il est fier d’être ?breton.

Le Breton qui n’est pas fier d’être breton n’est pas un bon Breton, et le Breton qui dit que cette bretonnerie labellisée le dégoûte est antibreton.

L’antibreton, fort susceptible d’être aussi jacobin, vous expliquera que cette opération de business identitaire appuyée par les médias soutenus par des industriels est une opération politique.

L’antibreton évoquera en termes malséants le label «produit en Bretagne» dont le phare sur fond bleu et jaune orne désormais pâtés, andouilles, livres et CD. Il dénoncera l’indispensable «yoghourtisation de la culture». L’expression est de Reynald Secher, auteur d’une Histoire de la Bretagne en bande dessinée dénoncée en son temps dans les colonnes de Libération. «Il faut yoghourtiser la culture bretonne», aurait-il affirmé, d’après le Huchoer, journal indépendantiste breton.

Bien que cela n’intéresse personne, l’antibreton ne manquera pas de rappeler que «produit en Bretagne» est une association émanant de l’Institut de Locarn.

L’association «produit en Bretagne» a été déclarée en préfecture le 9 février 1995 avec pour siège l’Institut de Locarn (cultures et stratégies internationales).

Le 14 mai 1993 avait été déclarée une première association Coudenhove-Kalergi-Aristide-Briand établissant les liens de l’Institut de Locarn avec l’Union paneuropéenne fondée par le comte de Coudenhove-Kalergi.

Les principes de la pan-Europe sont simples : christianisme, anticommunisme, reconnaissance du droit des groupes ethniques à l’autodétermination.

Rien d’étonnant donc si l’archiduc Otto de Habsbourg, son président d’honneur, connu pour ses liens avec l’Opus Dei, est venu en personne inaugurer l’Institut de Locarn.


« Produit en Bretagne » est une association complémentaire, au service d’un projet politique : faire de la Bretagne un dragon celtique dans une Europe des ethnies enfin délivrée de l’esprit des Lumières.

L’antibreton s’acharnera à démontrer que l’Institut de Locarn, rassemblant un club de patrons bretons pleins d’ardeur à servir leur région, nourrit un projet réactionnaire visant à en finir avec l’héritage de la Révolution française : privatisation, libéralisation, démantèlement des lois sociales, recours à l’identitaire pour inscrire la Bretagne dans une Europe des régions unissant les nations celtes en voie d’obtenir leur indépendance. Oui, pourquoi le nier, le pays de Galles, l’Irlande et l’Ecosse doivent servir de référence au modèle breton.

Il faudra bien que le Français à l’identité faible accorde son autonomie au Breton, dont l’identité forte sera révélée sur les Champs-Elysées avec la force d’une panzerdivision par le biniou et, comme le dit Pichard, la musique en plus.

Le vrai Breton est fier que Patrick Le Lay, un des fondateurs de l’Institut de Locarn, et Patrick Poivre d’Arvor s’associent aux patrons bretons pour célébrer son identité et la lui révéler : Le Lay, qui proclame haut et fort qu’il n’est pas français mais breton, nationaliste breton, a déjà fondé TV Breizh avec François Pinault, Rupert Murdoch et Silvio Berlusconi ; quoi de plus naturel qu’il soit associé à son ami Pinault pour célébrer la Breizh Touch ?

L’antibreton, qui se proclame le plus souvent de gauche, ira jusqu’à s’étonner que ce soient des élus socialistes, le président du conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, qui ait pris l’initiative de cette dérive identitaire brassant tous les vieux thèmes de Breiz Atao à l’ombre du drapeau breton. Rappelons que Breiz Atao est le nom d’un groupe autonomiste breton rendu célèbre par sa collaboration avec les nazis. L’un de ses fondateurs, Maurice, dit Morvan, Marchal, a dessiné en 1923 le drapeau breton à bandes noires et blanches, appelé gwenn-ha-du («blanc et noir»).

L’antibreton dénoncera le communautarisme de la droite du PS, son allégeance au patronat ultralibéral. Il rappellera que Jean-Yves Le Drian, président socialiste du conseil régional, est allé en juin 2006 présenter son programme à l’Institut de Locarn, jurant de faire de la Bretagne une nouvelle Irlande avec l’appui des autonomistes qu’il a fait entrer au conseil régional. Et il relèvera, bien sûr, le coût de la Breizh Touch : 2,5 millions d’euros dont 1,5 million sorti tout droit de la poche des Bretons, qui se prononcent majoritairement, quand on les consulte, contre la décentralisation, sans même parler de l’autonomie, à laquelle ils vont avoir droit, bien qu’ils soient moins de 3 % à la demander.

L’antibreton acharné ira jusqu’à parcourir le site Internet de la Breizh Touch et railler les propos tenus par les grands auteurs invités pour la célébrer.

Il vous citera en ricanant les déclarations d’Irène Frain sur la Breton pride, celles d’Alan Stivell expliquant qu’il a découvert son identité à l’âge de 9 ans, quand son père a inventé la harpe celtique (laquelle allait devenir, comme le drapeau et le bagad, mis au point peu avant, le symbole millénaire de l’identité bretonne) et celles d’Erik Orsenna assurant que, partout dans le monde, il trouve une bouteille de Coca-Cola et un Breton, et qu’il aime mieux le Breton.

L’antibreton, qui ne comprend pas que l’important pour le Breton c’est de faire la fête, dénonce la cocacolisation du Breton après la yogourthisation de la culture, et voit dans la Breizh Touch une bécassinade à relents ethnistes. Une bécassinade ! Quand tant de personnes qui font la preuve de leur compétence dans le domaine qui est le leur participent à cette vaste opération? C’est le comble.

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Lun 10 Mar - 13:50

C'est pas parce que ce genre de galimatias est délayé qu'il en devient réel et intéressant. ...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Lun 10 Mar - 13:55

Effectivement, j'avais limité à une phrase
pour ne pas dévider le "galimatia" dénoncé par Yannalan.
Mais ceux qui ont l'estomac accroché peuvent contaster
que JLM se commet avec ce qu'il y a de plus fanatique et comique dans le jacobinisme.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Lun 10 Mar - 14:26

Il y a pourtant des éléments éclairant sur la politique et les alliances de certaines associations bretonnes qui n'ont rien à voir avec les combats progressistes je cite le texte que vous trouvez inintéressant :

...des identitaires ethnicistes de Bretagne d’inclure les bretons d’une manière générale dans leur idéologie et de faire comme s’ils les représentaient tous. Tout au contraire, historiquement les bretons jouent un rôle progressiste et libérateur considérable dans l’histoire de France. C’est le « club des bretons » qui dynamise la grande révolution dans ses heures critiques, ce sont les villes « bleues » de Bretagne qui mettent en échec la chouannerie, traître à la patrie déclarée en danger, quand elle préparait l’invasion anglaise qui aurait pris à revers notre jeune république. Ce sont enfin tous les hommes de l’île de Sein qui s’auto mobilisent et partent rejoindre le combat contre l’occupant nazi à Londres en 1940. Sans oublier le rôle admirable de la classe ouvrière des arsenaux contre les positions de l’armée allemande, ...

Pour certains le jacobinisme serait une insulte alors que ce club a joué un rôle révolutionnaire dans la révolution française qui, faut il le rappeler, à dégagé la classe parasitaire de privilégiés par le sang où régnaient le bon vouloir du souverain et des féodaux, pour y substituer la démocratie basée sur la représentativité du peuple et la souveraineté populaire. Le précurseur du Club des Jacobins était le club Breton (et oui...) et on peut que le jacobinisme n'aurait peut être pas vu le jour sans cette filiation.

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Lun 10 Mar - 14:36

Vu le système électoral à l'époque, ces gens-là représentaient une fraction de la bourgeoisie aisée. Napoléon était un de leurs amis, c'est ç qui doit attirer Mélenchon. Ceci dit, ce n'est pas d'eux qu'on parle, on n'est plus en 89...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Lun 10 Mar - 15:05

Achille fait bien de le rappeler  Smile 
Le centralisme du jacobinisme est l'expression dans la révolution française
de la nécessité pour la bourgeoisie de disposer d'un marché unifié.
Et le jacobinisme a été le fer de lance de la révolution bourgeoise.
Ceux qui continuent à défendre ce centralisme,
jusqu'à dénoncer les langues régionales, comme JLM,
sont l'héritage de la république bourgeoise.
Ses 30 ans au service direct de la bourgeoisie comme militant ou élu PS,
sa défense de l'impérialisme français,
son goût pour la Marseillaise,
son opposition aux efforts vers un tous ensemble,
ou son programme Frein de Gauche d'aménagement du capital
sont parfaitement en phase avec la défense de cette république bourgeoise.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Mar 11 Mar - 0:02

yannalan a écrit:Vu le système électoral à l'époque, ces gens-là représentaient une fraction de la bourgeoisie aisée. Napoléon était un de leurs amis, c'est ç qui doit attirer Mélenchon.

Devant la qualité d'un tel argument ... le souverain, les lettres de cachet, les féodaux, l'obscurantisme religieux, la terreur des duchés ...etc. c'est tout cela a été battu par la révolution "jacobine" alors tu peux faire la moue...

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Mar 11 Mar - 0:59

Le jacobinisme des politiciens bourgeois, JLM ou autres,
dépasse largement leur affirmation de la république bourgeoise contre les régions.
C'est le nationalisme le plus beauf et chauvin, faisant le jeu de l'extrême droite.
Un exemple caractéristique: JLM le 9 Juin dernier:
"On est quand même contents d'avoir des gosses. Dans quinze ans, nous allons être plus nombreux que les Allemands. Les Allemands, c'est un modèle pour ceux qui ne s'intéressent pas à la vie. Mais, pour ceux qui s'intéressent à la vie, personne n'a envie d'être allemand. Ils sont plus pauvres que la moyenne, ils meurent plus tôt que les autres, ils n'ont pas de gosses, et leurs immigrés foutent le camp parce qu'ils ne veulent plus vivre avec eux, c'est dire"
Et sur le même nationalisme débile, on pourrait en citer des tonnes....
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Mar 11 Mar - 9:48

Achille a écrit:
yannalan a écrit:Vu le système électoral à l'époque, ces gens-là représentaient une fraction de la bourgeoisie aisée. Napoléon était un de leurs amis, c'est ç qui doit attirer Mélenchon.

Devant la qualité d'un tel argument ... le souverain, les lettres de cachet, les féodaux, l'obscurantisme religieux, la terreur des duchés ...etc. c'est tout cela a été battu par la révolution "jacobine" alors tu peux faire la moue...

Ben voyons... Devant une telle ignorance de l'histoire, comment discuter ?L'Histoire Sainte, ce n'est pas de l'Histoire...


yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Achille le Mar 11 Mar - 14:43

yannalan a écrit:
Achille a écrit:
yannalan a écrit:Vu le système électoral à l'époque, ces gens-là représentaient une fraction de la bourgeoisie aisée. Napoléon était un de leurs amis, c'est ç qui doit attirer Mélenchon.

Devant la qualité d'un tel argument ... le souverain, les lettres de cachet, les féodaux, l'obscurantisme religieux, la terreur des duchés ...etc. c'est tout cela a été battu par la révolution "jacobine" alors tu peux faire la moue...

Ben voyons... Devant une telle ignorance de l'histoire, comment discuter ?L'Histoire Sainte, ce n'est pas de l'Histoire...

Il se trouve que l'histoire de la révolution française m'intéresse et intéresse tous les révolutionnaires Marx en tête. Je serais donc très curieux d'en débattre avec toi car si je connais très bien cette période j'ai conscience que je peux encore améliorer mes connaissances et je suis certain que tu vas m'apporter des éclaircissements en particulier sur les points que j'ai cité juste au dessus.

Achille

Messages : 2739
Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Copas le Mar 11 Mar - 21:25

Achille a écrit:
yannalan a écrit:
Achille a écrit:
yannalan a écrit:Vu le système électoral à l'époque, ces gens-là représentaient une fraction de la bourgeoisie aisée. Napoléon était un de leurs amis, c'est ç qui doit attirer Mélenchon.

Devant la qualité d'un tel argument ... le souverain, les lettres de cachet, les féodaux, l'obscurantisme religieux, la terreur des duchés ...etc. c'est tout cela a été battu par la révolution "jacobine" alors tu peux faire la moue...

Ben voyons... Devant une telle ignorance de l'histoire, comment discuter ?L'Histoire Sainte, ce n'est pas de l'Histoire...

Il se trouve que l'histoire de la révolution française m'intéresse et intéresse tous les révolutionnaires Marx en tête. Je serais donc très curieux d'en débattre avec toi car si je connais très bien cette période j'ai conscience que je peux encore améliorer mes connaissances et je suis certain que tu vas m'apporter des éclaircissements en particulier sur les points que j'ai cité juste au dessus.

Tout cela n'a pas grand chose à voire avec la violence exprimée contre les bretons et leur culture actuelle, les propos agressifs contre les désirs de ne pas être dirigés par un appareil d'état bourgeois méprisant envers les populations locales.
Il y a belle lurette que Paris ce n'est plus la commune de Paris et les provinces la réaction versaillaise.


avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Invité le Dim 30 Mar - 10:24

Bonjour a tous

Aux Membres 'ou sympathisants) du NPA

Avant propos



Les régions sont une des solution a expérimenté sur des question de démocratie direct, et je sais que la tache est ingrate et rude, il y a tellement de force qui s'y oppose finalement, que en cas d'échec c'est pas moi qui vous "maudirait".  Laughing 

Donc en bref j'aimerait si c'est possible avoir des réponse précise.

1) Que devient le mouvement?

2) Que deviennent les ouvriers massivement licencié?

3) La démarche du NPA  Bretagne a t'elle donner des enseignement de démocratie direct?

Merci d'avance de vos réponse....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colère en Bretagne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 21 sur 22 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum