anipassion.com

Elections Européennes 2014

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  le petit scarabée le Lun 26 Mai - 21:31

Les chiffres sont quand même là sur la France métropolitaine :
2009 : NPA 840 713 voix soit 4,98%
2014 NPA 75 304 voix soit 0,4%
Même sans être électoraliste, le contexte n'explique pas tout visiblement

le petit scarabée

Messages : 190
Date d'inscription : 18/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Prado le Lun 26 Mai - 21:49

verié2 a écrit:
Quant au discours du NPA, il est souvent confus, en demandant une "bonne politique de gauche", un "vrai gouvernement de gauche" - ça ne passe plus non plus, car c'est toute la gauche qui est déconsidérée.

Il y a 2 problèmes distincts :
1) pourquoi le vote de l'extrême-gauche et notamment du NPA est plus bas qu'il y a quelques années. Vaste question, à laquelle je ne répondrai pas.

2) pourquoi le vote NPA a-t-il connu une telle chute depuis les élections municipales, où le score était honorable, même quand le NPA se présentait seul.
Ainsi il est passé en 2 mois :
- de 3,5% à 0,7% à Mérignac
- de 5,6% à 1% à Pessac
- de 2,9% à 0,6% à Agen
- de 2% à 0,7% à Montpellier
- de 1,9% à 1% à Rouen
- de 1,1% à 0,4% à Lille.

J'ai souligné ailleurs que l'absence de profession de foi dans les enveloppes officielles a dû jouer un rôle décisif. Aucun autre parti ayant quelque importance n'a vu son score évoluer ainsi depuis les municipales ; et, comme par hasard, parmi ces partis le NPA est le seul à ne pas avoir fait de profession de foi.
Mais il est vrai aussi que le discours du NPA a été confus dans cette campagne, du moins dans le matériel que les électeurs ont pu lire ou entendre. Mais pas confus au sens où tu le dis :

* que ce soit sur l'affiche ou dans les clips, il n'y a aucune proposition, aucun élément de programme à part "pour une Europe des travailleurs et des peuples" qui relève du domaine de la stratosphère. Dans les clips il n'y a que de la dénonciation.

* que ce soit sur l'affiche ou dans les clips, il n'est jamais dit à quoi cela pourrait bien servir de voter pour la liste NPA. Au contraire, dans les clips, les porte-parole du NPA apparaissent comme des gros nuls incapables : Olivier joue au metteur en scène  tandis que Philippe et Christine balbutient un texte et sont coupés par des spectateurs anonymes qui leur expliquent ce qu'ils devraient plutôt dire. La conclusion que le téléspectateur, s'il a compris quelque chose au film, peut en tirer, c'est : "Prenons nos affaires en mains" (comme le dit l'affiche), mais sans nous occuper du NPA, confus et incapable, et allons plutôt voir ailleurs ou abstenons-nous.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Copas le Mar 27 Mai - 8:27

Bien,

D'abord le choix de se présenter (et le cout) à ces élections se discutait... Maintenant que c'est passé, il serait juste d'en parler.

Ensuite le charabia et les conneries continuelles sur l'alliance avec le FdG ont contribué au résultat connu : confusion et absence de discours compréhensible largement.

Rien de neuf sur les façons de se suicider...
Effectivement il n'est pas normal que l'extrème gauche se retrouve à de tels scores ... Surtout qu'en l’occurrence on ne peut pas dire que le FdG en a profité. Le score de cet attelage bureaucratique et réformiste n'est pas fameux.

Le manque de volonté de construire quelque chose de nouveau, indépendant des claques réformistes et bureaucratiques, le manque de volonté pour ne pas se situer sans le sens des endroits d'Europe où le mouvement de masse à relevé la tête et comment, le peu de respect sur la compréhension de la faiblesse des fachos dans les pays où les masses ont riposté (sans gagner beaucoup, mais...), etc ...

Quand on ne situe pas sa bataille dans une stratégie de construction d'un nouveau mouvement ouvrier (avec ses organisations

Ou si peu, pour aboutir à des charabias incompréhensible sauf le camarade qu'on a passé en vidéo de Gaël Diaferia, mais une orientation tardive contrastant avec les acrobaties de la direction, sans compter qu'elle ne se situe pas dans le sens des problèmes concrets et réels du mouvement social ; se doter de nouvelles formes d'organisation de résistance de masse, basées sur les résistances existant encore et nombreuses en France.

Ainsi, plutôt que de jeter du fric en l'air, personne ne saura que la dernière assemblée des hôpitaux a réuni 57 CH dont des CHU, rien n'est fait intelligemment pour assurer la promo de cela. Je l'avais signalé sur la première AG qui a réuni 43 établissements, ça continue...

Pourtant il s'agit là de la bonne orientation et de tentatives à hauteur pour riposter à la bourgeoisie et son gouvernement. Rien, pas un mot nulle part, aucune info là dessus nulle part.... C'est plus que de la discrétion .

Une ligne politique s'exprime dans ce type d'initiative cherchant à unir et réorganiser, coordonner le mouvement réel de résistance sociale, clé de la contre-offensive contre la bourgeoisie.
Il y aurait du y avoir des centaines d'établissement , nous n'en avons eu qu'une grosse cinquantaine (c'est déjà pas mal et ce sont des CH et CHU représentant quelques dizaines de milliers de travailleurs)...

Le prochain raout promet des arrivées plus massives avec des cars... mais....

Cette ligne silencieuse, n'apparait pas comme le centre du travail du parti sauf avec des déclarations abstraites ... Il ne s'agit pas de faire porter un tampon NPA sur ces batailles, bien au contraire mais de mettre les moyens de l'organisation au service de ce type d'extension de la bataille , d'une forme de bataille, seule apte à faire reculer la bourgeoisie et son gouvernement, renvoyer dans un coin les fachos.

En Espagne, le score de Podemos, de la gauche basque, de IU, qui donne dans 17-20% réunis, s'expliquent beaucoup par les coups de boutoirs du 25M, les marées blanches des hôpitaux de Madrid, les indignés, un mouvement social ne s'étant pas laissé coincé par des directions de confs collabos, etc...

On voit donc la clé politique et où elle est. Tourner le dos à ça, chercher à trouver le juste son du cri qui tue programmatique en matière d'Europe et pas les questions du mouvement de masse, les questions d'organisation de la résistance, c'est ce qui a coincé la gauche révolutionnaire en France, l'a rendu inaudible.

Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  stef le Mar 27 Mai - 8:46

Prado a écrit:
verié2 a écrit:
Quant au discours du NPA, il est souvent confus, en demandant une "bonne politique de gauche", un "vrai gouvernement de gauche" - ça ne passe plus non plus, car c'est toute la gauche qui est déconsidérée.

Il y a 2 problèmes distincts :
1) pourquoi le vote de l'extrême-gauche et notamment du NPA est plus bas qu'il y a quelques années. Vaste question, à laquelle je ne répondrai pas.

2) pourquoi le vote NPA a-t-il connu une telle chute depuis les élections municipales, où le score était honorable, même quand le NPA se présentait seul.
Ainsi il est passé en 2 mois :
- de 3,5% à 0,7% à Mérignac
- de 5,6% à 1% à Pessac
- de 2,9% à 0,6% à Agen
- de 2% à 0,7% à Montpellier
- de 1,9% à 1% à Rouen
- de 1,1% à 0,4% à Lille.

J'ai souligné ailleurs que l'absence de profession de foi dans les enveloppes officielles a dû jouer un rôle décisif. Aucun autre parti ayant quelque importance n'a vu son score évoluer ainsi depuis les municipales ; et, comme par hasard, parmi ces partis le NPA est le seul à ne pas avoir fait de profession de foi.
Mais il est vrai aussi que le discours du NPA a été confus dans cette campagne, du moins dans le matériel que les électeurs ont pu lire ou entendre. Mais pas confus au sens où tu le dis :

* que ce soit sur l'affiche ou dans les clips, il n'y a aucune proposition, aucun élément de programme à part "pour une Europe des travailleurs et des peuples" qui relève du domaine de la stratosphère. Dans les clips il n'y a que de la dénonciation.

* que ce soit sur l'affiche ou dans les clips, il n'est jamais dit à quoi cela pourrait bien servir de voter pour la liste NPA. Au contraire, dans les clips, les porte-parole du NPA apparaissent comme des gros nuls incapables : Olivier joue au metteur en scène  tandis que Philippe et Christine balbutient un texte et sont coupés par des spectateurs anonymes qui leur expliquent ce qu'ils devraient plutôt dire. La conclusion que le téléspectateur, s'il a compris quelque chose au film, peut en tirer, c'est : "Prenons nos affaires en mains" (comme le dit l'affiche), mais sans nous occuper du NPA, confus et incapable, et allons plutôt voir ailleurs ou abstenons-nous.

D'accord avec ça. Pour ma part, je dois une autocritique à mes camarades pour n'avoir pas vu où menait le coup des professions de foi (je suis mort de rage/honte depuis dimanche). J'ajoute que j'étais plutôt pour ne participer au vote que là où nous en avions les moyens réellement et que j'aurais du le dire.

Sur le contenu de la campagne. Il existe un document "profil de campagne" voté au CPN - déjà imparfait (puisque la question économique - contre l'Euro et la BCE était affadis au possible alors que c'est un élément de différenciation d'avec le FdG important).
Mais enfin, il combinait l'agitation anti-UE et la propagande pour l'Europe des travailleurs. Il aurait du donner lieu à une déclinaison concrète (pas à ces tracts illisibles) : contre Frontex, contre le 4° paquet ferroviaire à la SNCF (dimension quasi-absente de la politique du NPA), etc. Sans doute aurait-il fallu ajouter : pour une loi interdisant les licenciements dans toute l'Europe, la question environnementale, etc.

Tout le problème est que ce n'est pas ce qui a été fait. Le pire étant cette affiche absurde qui ne reflète en rien l'orientation votée - elle ne parle même pas de l'Europe ! Précisons d'ailleurs que les animateurs du 75 et du 94 ont tenté de "corriger" cette affiche désastreuse (puisque collée partout et seule disponible) en éditant une affiche "Contre l'UE des banquiers, our l'Europe des travailleurs", ce qui leur a valu un flot de critiques.

stef

Messages : 184
Date d'inscription : 25/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Prado le Mar 27 Mai - 9:37

le petit scarabée a écrit:Les chiffres sont quand même là sur la France métropolitaine :
2009 : NPA 840 713 voix soit 4,98%
2014 NPA 75 304 voix soit 0,4%
Même sans être électoraliste, le contexte n'explique pas tout visiblement

Sans être électoraliste, ton résultat de 2014 doit être légèrement corrigé. Le "0,4%" est calculé en faisant comme si le NPA avait obtenu 0 voix dans les 3 circonscriptions où il n'a pas présenté de liste.
Sur les 5 circonscriptions où il s'est présenté, le résultat est 0,54%.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  ottokar le Mar 27 Mai - 13:39

On peut aussi affiner et regarder les bureaux où il n'y a pas eu d'affiches de collées....

0,4 ou 0,54 c'est quand même pas beaucoup et ça m'a un peu surpris, comme tout le monde ici.

ottokar

Messages : 186
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Griffuelhes le Mar 27 Mai - 14:15

le petit scarabée a écrit:Les chiffres sont quand même là sur la France métropolitaine :
2009 : NPA 840 713 voix soit 4,98%
2014 NPA 75 304 voix soit 0,4%
Même sans être électoraliste, le contexte n'explique pas tout visiblement

Bonjour,

au-delà des scores de tel ou tel parti à telle ou telle élection, qui peuvent avoir un caractère conjoncturel, la gamelle de la gauche de la gauche était prévisible vu la climat politique qu'il y avait depuis quelques mois.

On voit d'ailleurs qu'elle touche aussi bien le FG, LO, le NPA, qui ont des stratégies tout-à-fait différentes. La stratégie de chaque parti n'a donc que peu d'effet dans un contexte aussi défavorable.

Mariage pour tous, Bonnets rouges, Boycotts de l'Ecole au nom de la théorie du Genre, affaire Dieudonné, montée des salafistes ; tout, depuis quelques mois, montrait que les réacs avaient le vent en poupe et rien, vraiment rien, ne laissait prévoir autre chose qu'une piquette pour la GDLG.

Et dans les discussion individuelles, il est clair que les classes populaires ont l'esprit complètement obscurci par des tas de préjugés, de la xénophobie. Quand on voit, dans certaines cités de la France périphérique, le poids par exemple du racisme, la montée de la pratique religieuse en particulier dans les milieux immigrés, cela ne peut que faire le jeu de l'extrême-droite.

On a d'ailleurs assisté depuis quelques mois à un début de convergence entre l'extrême droite "de souche" et les divers courants intégristes dans les milieux immigrés, lesquels vont devenir un nouveau terrain de conquête pour le FN.

A noter que la Belgique est épargnée par le phénomène, le PTB ayant fait des scores correct et envoyé deux députés au Parlement.

Griffuelhes

Griffuelhes

Messages : 8
Date d'inscription : 03/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  sylvestre le Mar 27 Mai - 14:17


sylvestre

Messages : 4488
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  alexi le Mar 27 Mai - 19:41

Rappelons que le vote est obligatoire en Belgique et au Luxembourg et peut être ailleurs, ce qui explique leur taux de participation.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Roseau le Mer 28 Mai - 1:13

Elections européennes en France : sur le RBM, l’implosion de l’UMP et la « gauche »

UDRY Charles-André

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article32023

Roseau

Messages : 17759
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Copas le Mer 28 Mai - 7:53

Une série de faits et de chiffres sur l'élection.
Effectivement , un scrutin sans surprise.

Un taux de participation des moins de 35 ans de 27% et de moins de 30% dans la majorité populaire relativisent malgré tout le discours sur l'implantation populaire du FN (malgré ce que dit Liegeard sur cet aspect particulier là). Le FN suivant ces estimations aurait fait 30% de 27% des moins de 35 ans, soit dans les 8% ... Et quand on remet l'aspect classe de l'abstention, soit doit faire dans les 3 ou 4% des travailleurs de moins de 35 ans...

Donc tout cela à prendre avec des pincettes.

De même j'avais indiqué avant l'élection que les travailleurs s'abstiendraient massivement. C'est ce qu'ils ont fait très majoritairement à 70%, le vote ouvrier du FN là dedans concernant dans les 10% de la classe, ce qui est déjà beaucoup mais très loin de ce qui se dit par ailleurs dans les médias...
Le danger vient bien plus que le FN est une aile marchante politique face à la désespérance et l'échec du camp de la classe populaire à bloquer les agressions subies. Les réponses ne sont pas dans des arcanes électorales en soi, celles-ci n'en sont que conséquences d'un rapport de force né ailleurs, sur le terrain social.
Il n'est pas anodin que dans un pays où c'est la bataille sociale qui est au premier plan pour le camp de l’émancipation (et non le projet de passer d'abord par des élections comme en Grèce), l'Espagne, les forces d'extrème droite aient bien du mal à percer électoralement.

A méditer... (entre autres)

Européennes – Ni séisme, ni surprise : les résultats d’une politique
Par Guillaume Liégard| 26 mai 2014

Le résultat des élections européennes s’annonçait désastreux en France, ce fut bien pire. Triomphe du FN et effondrement de la gauche gouvernementale sont les deux enseignements majeurs de ce scrutin. Dont il ne faut pas s’étonner tant ces résultats sont inscrits dans les coordonnées de la situation française depuis 2002.
Les élections européennes de 2014 ont été marquées par une forte abstention, estimée à 57,5 %. Ce désenchantement vis à vis de l’Europe n’a rien de nouveau : 57,2% en 2004 et même 59,5% en 2009, il s’agit désormais d’une donnée structurelle de presque tous les scrutins.

Selon un sondage Ipsos, l’abstention apparaît très différenciée en fonction des revenus et des classes d’âge. Ainsi 70% des personnes vivant dans un foyer dont les revenus sont inférieurs à 20 000 euros ne se sont pas rendus aux urnes alors qu’ils sont « seulement » 50% dans les foyers de plus de 50 000 euros. De même, « la participation au scrutin n’a concerné qu’un quart des moins de 35 ans (27%) alors qu’elle a réuni 60% des personnes âgées de 60 ans et plus ».

La suite de cette analyse porte sur les résultats en France métropolitaine (hors Dom-Tom et Français de l’étranger).

Triomphe du FN


Avec 25,18%, le Front national de Marine Le Pen enregistre un succès historique. C’est quatre fois plus qu’en 2009, quand l’extrême droite, pour partie essorée par Nicolas Sarkozy, n’avait obtenu que 6,47%. Jamais le FN n’avait dépassé les 12% dans un scrutin européen. Avec 24 députés (+21), ce parti représente désormais un tiers de la représentation française au parlement européen.

Ce score est certes dans la fourchette haute des différentes estimations mais ne saurait en aucun cas représenter une surprise. Le résultat de Marine Le Pen, lors de la présidentielle de 2012 (17,9%), et la poussée de son parti lors des récentes municipales traduisent un enracinement profond du FN dans la société française. Les savantes analyses, notamment au sein de la gauche radicale, qui depuis des années ont tenté de minorer cette progression font fausse route. Il est de même absurde de nier l’évolution du discours du Front national. Marine Le Pen n’incarne pas tout à fait la même chose que son père et affronter Florian Philippot suppose une autre argumentation que celle utilisée contre Bruno Gollnisch.

Signe du problème auquel la gauche est confrontée, le FN obtient ses meilleurs scores parmi les jeunes et au sein des couches populaires, selon le sondage Ipsos. Ainsi, 30% des 18/35 ans et 27% des 35/59 ans ayant participé aux élections ont voté FN. De même, le parti de Marine Le Pen obtient les suffrages de 43% des ouvriers, 38% des employés et 37% des chômeurs s’étant rendus aux urnes . Certes ces catégories sont surtout marquées par une très forte abstention (69% parmi les chômeurs) mais le problème reste entier. Le FN réussi à mobiliser son électorat quand l’électorat de gauche reste à la maison.

Une droite parlementaire en difficulté

Dans l’opposition depuis le 6 Mai 2012, la droite parlementaire devrait bénéficier des difficultés sociales et économiques du gouvernement. Il n’en est rien. En 2009, deux ans après l’élection de Nicolas Sarkozy, l’UMP alors unifiée avait obtenu 27,84% des suffrages et le Modem 8,44% – soit un total de 36,28%. Cinq ans plus tard, l’UMP obtient 20,7% et l’alliance UDI-Modem 9,92% – soit un résultat global de 30,62% en recul de 5,66% par rapport à 2009.

Les déclarations, dimanche soir, de François Fillon, ne sont pas seulement le fruit d’une compétition acharnée à droite dans l’optique de 2017, elles traduisent aussi une profonde inquiétude : « L’UMP (...) est atteinte dans sa crédibilité et doit s’interroger sur les raisons de son échec. Elle n’a pas été en mesure de rassembler et son honneur est mis en cause ». Et l’ancien premier ministre d’ajouter : « À l’avenir, l’opposition devra y regarder à deux fois avant d’aller aux élections en ordre dispersé ». Face à la montée du FN, le spectre d’un 21 avril 2002 (l’absence au second tour de la présidentielle) hante la droite comme la gauche.

Un parti socialiste laminé, des Verts affaiblis

Auteur d’un déjà peu glorieux 16,40% en 2009, le Parti socialiste n’obtient que 13,90% et perd deux élus. Après la débâcle des élections municipales, c’est à nouveau un rude revers pour le parti du président de la République. 58% des électeurs de François Hollande en 2012, contre 48% pour ceux de Nicolas Sarkozy, ne se sont pas rendus aux urnes. Certes, il ne s’agit que d’élections européennes, mais la légitimité du PS, qui gouverne désormais seul depuis le départ des ministres écologistes, apparaît bien faible. Peut-on conduire la politique d’un pays avec moins de 14% ? La question mérite d’être posée.

Le gouvernement n’a pas ces interrogations et entend bien poursuivre sa politique suicidaire. Si Manuel Valls concède que « le moment que nous vivons est un moment très grave », c’est pour mieux appliquer son pacte d’irresponsabilité. Dimanche, le téléspectateur un peu médusé a pu entendre Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement, dire qu’il est au travail et que des défaites électorales, il en a connu d’autres. On ne peut mieux résumer l’incapacité à comprendre les enjeux politiques et la gravité de la situation française.

En 2009, une partie significative de l’électorat socialiste s’était reporté sur les listes EELV emmenée par Daniel Cohn-Bendit qui avaient réalisé 16,28%. Avec 8,95%, les écologistes perdent 8 de leurs 14 députés. La chute est sévère. D’une élection à l’autre, la totalisation du PS et de EELV passe de 32,69% à 22,84%.

Front de gauche à la peine, extrême gauche disparue

Avec 6,44%, le Front de gauche stagne (6,18% en 2009) et perd même un élu, quand à l’extrême gauche, elle s’est volatilisée électoralement. Il y a cinq ans, le NPA avait obtenu 4,98% des suffrages, il n’atteint pas les 0,5% à cette élection.

La situation est donc difficile pour le Front de gauche. Il n’a su capter ni l’électorat de gauche déçu par la politique gouvernementale, ni celui plus radical de l’extrême gauche. C’est un sévère coup de semonce qui appelle un bilan sans concessions sur l’orientation et les pratiques de cette organisation si elle veut retrouver un second souffle.

Seules des élites vivant en vase clos peuvent être surpris par le scrutin des européennes. Tout simplement, les Français n’en peuvent plus. Ils l’expriment d’abord en refusant d’aller voter, convaincus que leur vote ne changera rien. Qui leur en fera grief ? Ce quinquennat Hollande est l’alternance-qui-ne-change-rien de trop. À mener les mêmes politiques que la droite, le PS insulte sa propre base sociale qui, massivement, se détourne de lui. Pire, face à l’austérité à perpétuité qui nous promet de mourir guéris, menée tant par les socialistes que l’UMP, une fraction croissante de l’électorat se tourne vers l’extrême droite.

Faire vivre et grandir un projet alternatif est plus que jamais décisif pour ouvrir une voie vers un nouveau projet d’émancipation. Les organisations à la gauche du PS seront-elles à la hauteur ? Il faut le souhaiter.

Un petit mot sur l’électorat de gauche déçu par la politique gouvernementale et celui plus radical de l’extrême gauche.
Oui le FdG effectivement n'a pas capté ces électorats, c'est un fait. Il recule même par rapport à ces deux dernières années.

C'est qu'en fait, tant les travailleurs déçus par le PS que ceux qui avaient déjà fait rupture bien avant (le dit électorat d'ext gauche qui a oscillé sur une quinzaine d’années entre 5 et 12% en France) ne sont pas sur le chemin du FdG et nous l'avions signalé depuis longtemps, le FdG n'est pas dans la classe ouvrière au sens concret sauf de façon périphérique .
Pas nouveau de ce point de vue. Son orientation ne permet pas de résoudre les problèmes des travailleurs en n'intégrant pas le combat social comme le centre de l'affrontement et des enjeux contre le pouvoir (ça ne signifie pas que tout se passe dans le domaine purement revendicatif, loin de là, mais...).
Le NPA a continué peu ou prou une orientation tournée sur des logiques d'alliances avec le FdG en ne se positionnant pas (plus par rapport au moment de sa création) par rapport à une conquête des couches populaires réelles, ni de mettre son énergie à résoudre les problèmes de la bataille sociale et la réorganisation de la classe populaire. Il a continué, au niveau de sa direction et ses grands orientations, de se situer dans un périmètre de plus en plus exigu, jusqu'à disparaitre à grands frais là...

Pendant ce temps les hôpitaux, 57 à leur dernière assemblée dont des CHU (c'est à dire des dizaines de milliers de travailleurs concernés... chhhhuuuutttttt) , tenaient à nouveau une AG à Paris dans un silence effroyable et terrible...

Une honte et un scandale ! Retour à plus haut sur l'importance des questions organisationnelles de la résistance sociale en Europe pour les endroits où les élections ont été moins navrantes.

Une des tentatives de réorganiser, centraliser les combats des travailleurs, dans un secteur décisif de la classe ouvrières, ignoré et passé sous silence. Désolant!!! Pendant qu'on se tortillait le nombril sur des questions accéssoires et inaudibles, ou hyper abstraites, des positions ne permettant pas de distinguer de différences avec le FdG...

L'expérience est un peigne pour les chauves.



Dernière édition par Copas le Mer 28 Mai - 8:13, édité 1 fois

Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  scaevola le Mer 28 Mai - 8:12

Griffuelhes a écrit:
On voit d'ailleurs qu'elle touche aussi bien le FG, LO, le NPA, qui ont des stratégies tout-à-fait différentes. La stratégie de chaque parti n'a donc que peu d'effet dans un contexte aussi défavorable.

Mariage pour tous, Bonnets rouges, Boycotts de l'Ecole au nom de la théorie du Genre, affaire Dieudonné, montée des salafistes ; tout, depuis quelques mois, montrait que les réacs avaient le vent en poupe et rien, vraiment rien, ne laissait prévoir autre chose qu'une piquette pour la GDLG.

Et dans les discussion individuelles, il est clair que les classes populaires ont l'esprit complètement obscurci par des tas de préjugés, de la xénophobie. Quand on voit, dans certaines cités de la France périphérique, le poids par exemple du racisme, la montée de la pratique religieuse en particulier dans les milieux immigrés, cela ne peut que faire le jeu de l'extrême-droite.


Ou alors on a une stratégie qui va dans le mur.... Tout simplement...

La GDLG s'éloigne depuis trop longtemps de son combat historique pour des sujets trans-classistes.
Comme tout ce qui concerne les LGBT récemment (Pierre Bergé n'est pas de notre coté).

Tout le monde veut être plus pur que pur mais il faut prendre en compte aussi la réalité concrète.
A l'heure où l'on vit une mondialisation effrénée L'internationalisme abstrait ne fonctionne plus auprès des classes populaires en général. Et ces nouveaux sujets sociétaux (PMA, Mariage pour tous etc.), j'ai l'impression qu'ils nous coupent des milieux populaires issus de l'immigration qui ont parfois une vision plus traditionaliste sans être forcément des intégristes.

Le FG a pris un coup dur mais il me semble qu'ils commencent à comprendre ces évolutions.
Mélenchon parlait par exemple de l'immigration de façon plus concrète récemment dans les médias et en essayant de sortir par le haut contrairement au FN.

scaevola

Messages : 6
Date d'inscription : 21/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Pedrolito le Mer 28 Mai - 11:20

Donc, si on résume, en considérant le glissement général de la société vers la droite et l'extrême-droite, pour toucher les milieux populaires, il faut tenir un discours réactionnaire et parler d'immigration, c'est ça ? En fait, on adapte le discours pour flatter les bas instincts ? Belle stratégie.

Pedrolito

Messages : 211
Date d'inscription : 30/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Byrrh le Mer 28 Mai - 11:22

scaevola a écrit:Ou alors on a une stratégie qui va dans le mur.... Tout simplement...

La GDLG s'éloigne depuis trop longtemps de son combat historique pour des sujets trans-classistes.
Comme tout ce qui concerne les LGBT récemment (Pierre Bergé n'est pas de notre coté).

Tout le monde veut être plus pur que pur mais il faut prendre en compte aussi la réalité concrète.
A l'heure où l'on vit une mondialisation effrénée L'internationalisme abstrait ne fonctionne plus auprès des classes populaires en général. Et ces nouveaux sujets sociétaux (PMA, Mariage pour tous etc.), j'ai l'impression qu'ils nous coupent des milieux populaires issus de l'immigration qui ont parfois une vision plus traditionaliste sans être forcément des intégristes.

Le FG a pris un coup dur mais il me semble qu'ils commencent à comprendre ces évolutions.
Mélenchon parlait par exemple de l'immigration de façon plus concrète récemment dans les médias et en essayant de sortir par le haut contrairement au FN.
Je suis assez sidéré par cette intervention. L'extrême gauche serait à côté de la plaque, parce qu'elle ne brosse pas dans le sens du poil les préjugés réactionnaires de l'époque...

Quant au postulat "homosexuels=Pierre Bergé", ça rappelle de bien fâcheux souvenirs du temps du stalinisme triomphant...

Byrrh

Messages : 981
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Pedrolito le Mer 28 Mai - 11:26

Byrrh a écrit:
scaevola a écrit:Ou alors on a une stratégie qui va dans le mur.... Tout simplement...

La GDLG s'éloigne depuis trop longtemps de son combat historique pour des sujets trans-classistes.
Comme tout ce qui concerne les LGBT récemment (Pierre Bergé n'est pas de notre coté).

Tout le monde veut être plus pur que pur mais il faut prendre en compte aussi la réalité concrète.
A l'heure où l'on vit une mondialisation effrénée L'internationalisme abstrait ne fonctionne plus auprès des classes populaires en général. Et ces nouveaux sujets sociétaux (PMA, Mariage pour tous etc.), j'ai l'impression qu'ils nous coupent des milieux populaires issus de l'immigration qui ont parfois une vision plus traditionaliste sans être forcément des intégristes.

Le FG a pris un coup dur mais il me semble qu'ils commencent à comprendre ces évolutions.
Mélenchon parlait par exemple de l'immigration de façon plus concrète récemment dans les médias et en essayant de sortir par le haut contrairement au FN.
Je suis assez sidéré par cette intervention. L'extrême gauche serait à côté de la plaque, parce qu'elle ne brosse pas dans le sens du poil les préjugés réactionnaires de l'époque...

Quant au postulat "homosexuels=Pierre Bergé", ça rappelle de bien fâcheux souvenirs du temps du stalinisme triomphant...

C'est à peu près ce que je pense. Mais tu l'as mieux exprimé que moi ! Wink

Pedrolito

Messages : 211
Date d'inscription : 30/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Estirio Dogante le Mer 28 Mai - 12:00

Et moi je vois que Sceveola dit mal autre chose.

En fait, ce qu'il réclame c'est le facteur subjectif, volontaire, intelligent de la politique prolétarienne.

Il ne s'agit pas d'aller à droite mais de commencer par considérer que sans un minimum des forces il n'y a pas de politique possible. Sauf si, ce qui est le cas un peu partout, certains croient que faire de la politique peut se faire en dehors de la politique des partis nationaux. Triste consolation pour des impuissants et des abrutis.

Une classe déterminante pour la société, la classe ouvrière (les travailleurs pour parler plus large) qui n'aurait pas une expression politique nationale en concurrence avec les autres classes de la société, donc les autres partis nationaux...la vaste blague!

Hic Rhodes, hic salta!

Si on est incapables de faire un score acceptable malgré "l'époque", les "conditions", la "dérive à droite" et que est-ce que j'en sais, et on cherche des prétextes pour se cacher sa propre nullité, alors on est morts et le dernier qui sort qui tire la chasse, ça pue!

Mais, pourquoi l'écrire? Tous sont bouchés, personne entend et finalement ils sont bien contents ainsi. Cela dure depuis l’éternité pour les troskardistes et les autres n'arrivent pas à éclore.

Il faut autre chose et chacun s'en rends compte et cherche sans trouver. Voilà où l'on en est.

Avant je disais, sans unité point de salut, mais aujourd'hui...unir quoi? Il n'y a plus personne! Ce que je craignais est fait et l'avenir sera à la mesure de leur trahison et de leur aveuglement. Et j'ai bien perdu mon temps aussi...comme d'habitude.

Tout est faux et je crois qu'il y a peu à attendre. Ne croyant pas aux miracles, je ne vois qu'un triste avenir pour tous.

Le Marx disait que la société dépassait ses contradictions ou elle s'effondrait. Eh ben, je crois que l'on se dirige vers la deuxième sortie.

"Tout dépends des masses" mais je crois qu'elles sans un parti communiste (denrée introuvable sauf à des doses homéopathiques) on n'est passablement dans la merde. Voila pourquoi Sceavola écrit. (mal) Remarque je ne fais pas mieux.


Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Byrrh le Mer 28 Mai - 12:45

"Il n'y a plus personne", dit Estirio Dogante de façon mélodramatique. C'est dégueulasse, pour toutes celles et tous ceux qui, bien qu'ils soient une poignée, se donnent bien du mal au fil des ans pour militer et défendre leurs idées en direction des travailleurs, alors que ce sont les idées d'en face qui ont le vent en poupe.

Tu cherches quoi ? A les dégoûter, à les démoraliser, comme tu l'es toi-même ?

A quoi ça sert, ce que tu écris ? Tu penses qu'en scandant sur tous les tons "il n'y a plus d'espoir", tu arranges en quoi que ce soit la situation des révolutionnaires ?

Arrête un peu ton cinéma. Et viens plutôt à la fête de Presles, ça te fera du bien. Tu pourras constater par toi-même que bien que minoritaires, les communistes ne sont pas tout à fait morts.

---------------------------

Et puis franchement, tu n'as fait que lire en diagonale le message de Scaevola, sinon tu serais aussi sidéré que moi.

Byrrh

Messages : 981
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  yannalan le Mer 28 Mai - 16:04

alexi a écrit:Rappelons que le vote est obligatoire en Belgique et au Luxembourg et peut être ailleurs, ce qui explique leur taux de participation.
En plus en Belgique, c'était couplé avec les élections fédérales et régionales.

yannalan

Messages : 2065
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Estirio Dogante le Mer 28 Mai - 16:46

Byrrh a écrit:"Il n'y a plus personne", dit Estirio Dogante de façon mélodramatique. C'est dégueulasse, pour toutes celles et tous ceux qui, bien qu'ils soient une poignée, se donnent bien du mal au fil des ans pour militer et défendre leurs idées en direction des travailleurs, alors que ce sont les idées d'en face qui ont le vent en poupe.

Tu cherches quoi ? A les dégoûter, à les démoraliser, comme tu l'es toi-même ?

A quoi ça sert, ce que tu écris ? Tu penses qu'en scandant sur tous les tons "il n'y a plus d'espoir", tu arranges en quoi que ce soit la situation des révolutionnaires ?

Arrête un peu ton cinéma. Et viens plutôt à la fête de Presles, ça te fera du bien. Tu pourras constater par toi-même que bien que minoritaires, les communistes ne sont pas tout à fait morts.

---------------------------

Et puis franchement, tu n'as fait que lire en diagonale le message de Scaevola, sinon tu serais aussi sidéré que moi.

T'as raison, je ne suis qu'un sot, mais je suis tellement fatigué des défaites.
Mille excuses pour cette poussée de déprime momentanée.
Hélas, je ne fais que retourner dans ma tête la même chose et je ne vois, je ne trouve aucune solution.
Et pourtant, sachant que "tout dépends des masses" je devrais avoir plus d'optimisme.

Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Byrrh le Mer 28 Mai - 17:02

Estirio Dogante a écrit:T'as raison, je ne suis qu'un sot, mais je suis tellement fatigué des défaites.
Mille excuses pour cette poussée de déprime momentanée.
Hélas, je ne fais que retourner dans ma tête la même chose et je ne vois, je ne trouve aucune solution.
Et pourtant, sachant que "tout dépends des masses" je devrais avoir plus d'optimisme.
Je n'ai pas dit que tu étais un sot ! Je ne me le permettrais pas : je n'ai que du respect pour les vieux militants qui ont gardé les idées de leur jeunesse.

Mais il faut que tu saches qu'il y a des camarades qui, sans perdre leur temps sur un forum, ont une activité régulière, toute l'année, en direction de la classe ouvrière. Parfois dans des coins où ils sont très peu, et où les résultats de leurs efforts sont maigres voire invisibles (va faire un tour en Lorraine, en Alsace ou en Franche-Comté !). Et pourtant ils continuent, ils n'ont pas envie d'arrêter : ils savent que quand ça bougera, leur acharnement à essayer de faire passer leurs idées pourra être quelque chose de décisif. Toi aussi, tu connais des gens comme ça. Tant qu'ils existeront, tout ne sera pas perdu.

Il ne faut pas se laisser submerger par l'abattement, suite à des élections dont le résultat était on ne peut plus prévisible. Bien sûr que l'époque est nulle, mais est-ce "minuit dans le siècle" ? La situation était-elle plus marrante il y a dix ou quinze ans ? Il faut tenir bon. Et il faut aussi que tous ceux qui veulent défendre les idées révolutionnaires auprès des travailleurs sachent se reconnaître, se respecter et avoir des relations saines entre eux, même si l'unification n'est pas à l'ordre du jour.

Byrrh

Messages : 981
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Eleanor le Mer 28 Mai - 17:20

Sortir des ruines politiciennes nationales, construire une alternative internationaliste

Suite au résultat des élections européennes, le journal Le Monde daté du 27 mai titre : « Le triomphe du Front national dévaste le paysage politique français ». En réalité, c’est le contraire : le paysage politique dévasté permet le triomphe du FN.

Ces élections sont d’abord marquées par une très forte abstention : 57 %, ce qui est la moyenne européenne. L’abstention massive est encore plus nette chez les jeunes et dans les classes populaires. Mais il ne faut pas sous-estimer pour autant l’importance de la victoire du FN, qui arrive nettement en tête avec près d’un quart des suffrages exprimés. De plus, le deuxième tour des municipales en mars a montré que le FN a des réserves de voix chez certains abstentionnistes.

On explique généralement ce résultat par le rejet de l’Union européenne, l’effet délétère de la crise, de l’austérité, du chômage de masse qui dure. C’est en grande partie vrai mais cela ne suffit pas à expliquer le poids de l’extrême droite en France : dans des pays bien plus durement touchés par la crise, au Portugal, en Espagne et en Grèce, il y a au contraire de bons résultats de la « gauche de la gauche ». L’extrême droite, elle, est surtout très forte au Royaume-Uni, au Danemark, en Autriche et en France, c’est-à-dire dans des pays moins touchés par cette crise. Dans d’autres pays, comme en Italie et en Allemagne, les partis au pouvoir sont confortés : la situation est donc très variable.

En France, les faits majeurs sont l’abstention, l’effondrement du PS et de ses alliés potentiels, et surtout le vote FN. Moins de 6 % des électeurs inscrits se sont déplacés pour voter pour le parti au pouvoir, ce qui montre l’ampleur du désaveu – désaveu bien légitime puisque, depuis deux ans, le PS mène une politique économique identique à celle de la droite.

Le vote FN est plus qu’un vote sanction du pouvoir en place : il vient du désespoir, de la désillusion à l’égard de tous les « grands » partis, du repli sur soi qui affecte la société. Il n’y a quasiment pas eu de campagne électorale : c’est aussi une conséquence de la dépolitisation. A part l’extrême droite, toutes les listes subissent une défaite. Certaines petites villes mettent pour la première fois le FN en tête. Le vote FN est aussi important dans des zones résidentielles péri-urbaines où il y a peu de lien social et quasiment pas d’activité politique : les « liens » avec l’extérieur sont souvent la télé et le travail où le climat est tendu. Il y a une peur, un sentiment de déclassement, le tout dans une situation de fort individualisme. Par ailleurs le racisme progresse dans la société, ce qui est encouragé de fait par les déclarations d’hommes et de femmes politiques de droite comme de gauche, dont l’actuel Premier ministre Manuel Valls. Mais le résultat du FN, ce n’est pas que le nationalisme et la xénophobie, c’est la conséquence de la ruine du système politique dit représentatif actuel. On est bien dans « l’impasse » dont nous parlions au moment de la nomination de Manuel Valls au poste de Premier ministre. Nous devons partir du constat de ces ruines pour reconstruire tout autrement, sur d’autres bases, pour d’autres buts.

Il faut sortir du cercle vicieux : repli → aggravation de la situation → hausse du vote FN → etc. Le paradoxe est évidemment que le FN aggraverait dramatiquement et à tous les niveaux les problèmes qui le font monter. Le danger est bien réel. Tout manque de clarté, toute concession au nationalisme participent du repli, et donc contribuent à nous maintenir dans l’impasse.

Quelle est la situation à gauche du PS ? Le Front de gauche fait un résultat très faible vu le contexte. Les propos de certains de ses porte-parole, à commencer par Mélenchon, tournaient le dos à l’internationalisme. Incapable de s’opposer au PS sur des bases véritablement progressistes et internationalistes, de combattre le repli nationaliste – qu’il a pu au contraire favoriser avec son argumentaire souverainiste prétendument « de gauche » –, le FdG montre que le PCF en ruines allié au tribun égocentrique Mélenchon ne peut pas produire un nouvel espoir.
Le NPA subit pleinement le fait d’avoir fait des économies en n’envoyant pas sa profession de foi – ce qui était manifestement suicidaire électoralement – et en faisant l’impasse sur certaines circonscriptions. Lutte ouvrière maintient un résultat faible et assez constant désormais. L’extrême gauche n’apparaît pas comme proposant une solution crédible et concrète, elle paie sa division, ainsi que son incapacité à sortir de l’impasse léniniste, mélange d’électoralisme sans but lisible et d’incapacité à accompagner les mouvements réels sans vouloir les manipuler, s’empêchant d’adopter une orientation marxiste révolutionnaire capable de tirer toutes les leçons de l’histoire du terrible XXe siècle.

Plus fondamentalement, la rareté des luttes et surtout la quasi-absence de luttes victorieuses depuis des années, pèse très lourdement. Commençons donc par nous unir sur la base de revendications communes, contre l’austérité que nous subissons au niveau européen et mondial, contre les inégalités qui s’accroissent, contre la précarité, pour la solidarité entre tous les exploité-e-s, pour que nous puissions tous vivre dignement et librement. La lutte auto-organisée venant de la base, créant une nouvelle démocratie sociale internationaliste, peut inverser la tendance.

La société humaine est internationale. Seule une union mondiale des travailleurs, des chômeurs, des jeunes et de tous ceux qui sont dominés dans ce système capitaliste d’exploitation et d’aliénation, peut créer une issue à la situation présente. Les solutions à la crise économique comme à la crise écologique ne pourront être ni capitalistes, ni nationales : elles nécessitent une lutte mondiale de la classe sociale majoritaire, contre toutes les oppressions.
Cela commence par la construction de mobilisations contre les reculs, par la création de comités unitaires locaux contre l’austérité qui peuvent être des lieux de débat et de décision pour en finir avec la régression sociale. De nouvelles luttes victorieuses ne pourront pas être dirigées par des partis et des syndicats, mais démocratiquement par tous ceux qui y prennent part. La lutte politique, ce n’est pas juste une affaire de partis et d’élections, c’est tous les jours, dans la vie réelle, contre les licenciements, le prix des loyers, etc. Prenons nos affaires en mains, luttons par nous-mêmes, sortons de l’impasse !

Critique Sociale, 28 mai 2014.

http://www.critique-sociale.info/910/sortir-des-ruines-politiciennes-nationales-construire-une-alternative-internationaliste/

Eleanor

Messages : 79
Date d'inscription : 18/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.critique-sociale.info/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Copas le Mer 28 Mai - 20:48

Bien, on est dedans et on se bat !!!

Si j'étais à l'extérieur, je pourrai me permettre, ce n'est pas la cas. Il y a des endroits où nous nous battons dans des conditions bien plus difficiles qu'en France. L'autre fois je ricanais en voyant que la justice avait annulé des licenciements de délégués syndicaux. Une justice avec quelques formes !!! Nous on nous licencié12 délégués par des autorités zélées (d'un autre pays), sans la moindre protection...

Bien bon, donc on fait face et on reconstruit.

Comme nous l'ont montré élections et abstention, le FN est très très minoritaire dans la classe ouvrière en France. Plus loin encore il n'organise pas la classe ouvrière et même pas la petite-bourgeoisie. Cela ne durera pas éternellement en période de crise si les militants se regardent le nombril ou cherchent des boucs émissaires.

Pourtant il peut se pavaner parce qu'il n'y a plus de parti dans les entreprises et les couches populaires, parce que les organisations de masse de résistance (les syndicats) sont très affaiblies, dirigées par des couches sociales anti-ouvrières et proches du PS (les bureaucraties) , fragmentés en 6 à 8 boutiques.

Pourtant existe un grand nombre de résistances sociales dispersées, isolées, qui n’émergent pas sur l'arène centrale. La matière de base de la résistance existe.
Le potentiel existe.
Les verrous du passé à gauche se sont effondrés, il n'y a plus aucun parti qui a des groupes dans les entreprises sauf à titre squelettique par LO et le NPA, voir certains micro-groupes du PC ou issus du PC. Dans les couches populaires, plus largement, chômeurs, précaires, etc, le vide politique organisé est extrème .
Ce vide et cet effondrement politique sont fruits des batailles non menées, des trahisons, des illusions politiques et syndicales, de l'action de nomenklaturas qui n'ont jamais été autant coupées des travailleurs et jamais autant bureaucratisées et liées maintenant à des courants réactionnaires (en fait une partie est liée au PS, même dans la CGT, lequel a viré très à droite sans poésie).

Rien n'est mécanique dans le recul des travailleurs et les défaites sociales (ce sont ces défaites et les combats non menés qui sont au centre de la poussée facho).
Il y a une contradiction existante où sous le coup de torchon existe des possibilités de rebond du mouvement de notre classe. Le recul n'est pas homogène et ne correspond pas mécaniquement au recul des organisations de masse et de résistance de la classe ouvrière telles qu'elles sont.
L'écroulement signifie aussi d'immenses friches et espaces vides, des boulevards, peut-être avec toutes les désespérances et en partant de bien plus bas, mais malgré tout des friches et espaces vides dans lesquels reconstruire est encore possible, tant que le FN demeure incapable de structurer des fractions des classes populaires (la petite bourgeoisie est devenue trop petite).

Podemos !

Le torrent des mobilisations sociales malgré le larbinage du PSOE et des directions des confs a permis, pour l'instant, de bloquer la poussée électorale facho (même si ils ont augmenté significativement leurs scores, ils demeurent très petits par rapport à Aube dorée, le FN, etc...).
La vigueur des mobilisations d'un prolétariat jeune, instruit, précaire dans le cadre des mvts indignés a nourri des batailles sociales âpres dans de nombreux secteurs de la classe ouvrière, jusqu'aux énormes mobilisations dans la santé puis la déferlante du 22M et les marées sur madrid.
Podemos est né de ce mvt populaire et ressort à 5 ou 6% en quelques mois. La coalition de l'ex-PC est en poussée et la gauche basque a fait des étincelles. C'est l'effet du mvt social. Des stratégies qui pousseraient à se tourner fondamentalement vers l'enkystage institutionnel et instrumenter le mvt de masse feraient bondir en avant les fachos, détruiraient le mvt social et, in fine, détruiraient les illusions de gros scores électoraux.

La leçon pour la France est de travailler à la réorganisation et la construction d'organisations nouvelles unitaires du mvt ouvrier (et l'extension des luttes évidemment),contrôlées par les travailleurs.




Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  scaevola le Jeu 29 Mai - 8:29

Byrrh a écrit:
Quant au postulat "homosexuels=Pierre Bergé", ça rappelle de bien fâcheux souvenirs du temps du stalinisme triomphant...

N'exagérons rien... C'était juste pour dire que c'est un sujet trans-classiste...
Je constate donc que ça peut créer des divisions inutiles au sein des masses. On ne va pas gagner des militants dans les quartiers en plaidant aujourd'hui pour la PMA.

Il faut quand même réaliser que Aymeric Chauprade(FN) a gagné dans de nombreuses cités en Seine Saint Denis !!! Il est temps de se réveiller, personne ne va voter ou presque à part l'électorat FN. Si la GDLG n'arrive même plus à mobiliser contre le FN dans ces quartiers, c'est qu'il y a aussi un problème de notre coté. Il faut avoir une vision intersubjective de la réalité des choses. Au lieu de crier à tout bout de champ "réaction" du haut de sa tour d'ivoire.

Et il s'agit juste à mon sens de revenir au coeur de la mission historique du combat révolutionnaire, c'est-à-dire la lutte des classes.

scaevola

Messages : 6
Date d'inscription : 21/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Copas le Jeu 29 Mai - 9:09

scaevola a écrit:
Byrrh a écrit:
Quant au postulat "homosexuels=Pierre Bergé", ça rappelle de bien fâcheux souvenirs du temps du stalinisme triomphant...

N'exagérons rien... C'était juste pour dire que c'est un sujet trans-classiste...
Je constate donc que ça peut créer des divisions inutiles au sein des masses. On ne va pas gagner des militants dans les quartiers en plaidant aujourd'hui pour la PMA.

Il faut quand même réaliser que Aymeric Chauprade(FN) a gagné dans de nombreuses cités en Seine Saint Denis !!! Il est temps de se réveiller, personne ne va voter ou presque à part l'électorat FN. Si la GDLG n'arrive même plus à mobiliser contre le FN dans ces quartiers, c'est qu'il y a aussi un problème de notre coté. Il faut avoir une vision intersubjective de la réalité des choses. Au lieu de crier à tout bout de champ "réaction" du haut de sa tour d'ivoire.

Et il s'agit juste à mon sens de revenir au coeur de la mission historique du combat révolutionnaire, c'est-à-dire la lutte des classes.

La question de la PMA touche aussi notre classe..
Pour ce qui est de la lutte de classe, du côté de notre classe, celle-ci existe avec ou sans nous. Elle est peut-être moins importante qu'avant mais toujours importante, multiple...

Par contre la gauche révolutionnaire dont une partie est dans cette classe résistante ne dispose pas d'une stratégie et d'un parti travaillant à reconstruire les organisations de la résistance des travailleurs dans les vides et friches laissés par les désastres des politiques réformistes, ne travaille pas de toutes ses forces à l'extension de cette résistance, seul sésame pour bloquer les agressions de la bourgeoisie et son gouvernement, et, in fine, contrer la poussée facho.

La gauche révolutionnaire ne cherche pas à pousser, à hauteur des enjeux, les batailles réelles de notre classe.

- Les tentatives des postiers en lutte d'étendre et unifier leurs combats,
- Les tentatives des intermittents précaires de secouer les choses, de s'unir et se coordonner, étendre la bataille,
- Les tentatives des inter-syndicales dans la santé dans un secteur central de notre classe comme celui des hôpitaux pour construire une forme d'inter-syndicale nationale sous contrôle des équipes de base, qui remue des établissements rassemblant CHU et CH (des dizaines de milliers de travailleurs en jeu)...

Ces tentatives reçoivent l'aide d'une partie de la gauche révolutionnaire, mais qu'une partie et de façon subalterne aux pitreries électoralistes, aux danses du ventre autour du FdG.
Cette tactique de reconstruction à nourrir de ce qu'on a pu voir de mouvements de masse de résistance en Italie et en Espagne, n'est pas appuyée sérieusement pendant qu'on discoure de façon abstraite sur les questions européennes (et par ailleurs en faisant un découpage hallucinant sur les mvts de masse qui secouent toutes les rives de la Méditerranée... sans en comprendre l'importance et les significations profondes).
De plus le débat stratégique est toujours au point mort, ou plutôt la question de l'état et des institutions reste dans un angle mort contribuant à jouer comme si il ne fallait pas trancher entre le mouvement social, son organisation, et l'entrée dans les tactiques institutionnelles.

Bref, les batailles sociales multiples existent, des tentatives d'unification organisationnelle de ces résistance existent ici ou là, nous n'avons pas de parti coulant dans un cadre stratégique ces batailles pour les porter plus loin, les étendre, les augmenter, les organiser plus centralement, etc.

Et pourtant, la gauche révolutionnaire a des militants dans ces batailles qui sont de très grande qualité, qui tentent de pousser dans le bon sens , mais sans avoir le parti nécessaire, et sans une stratégie à hauteur.

Voir l’excellent site du secteur santé du NPA qui parle des tentatives de centralisation de la résistance. :

http://sante-secu-social.npa2009.org/spip.php?article4736
http://sante-secu-social.npa2009.org/spip.php?article4740

Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections Européennes 2014

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum