Afrique

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Areva en Afrique

Message  Roseau le Jeu 29 Mai - 21:30

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Copas le Jeu 29 Mai - 22:15


Au Niger il y a eut des manifestations de masse contre la sur-exploitation d'Areva qui pille le pays sous la protection de l'armée de l’impérialisme français et ses avions militaires.

http://www.afrik.com/niger-nouvelle-manifestation-contre-areva
http://www.jeuneafrique.com/actu/20140206T143332Z20140206T143305Z/

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Dim 8 Juin - 5:20

Pour ceux qui connaissent peu, un tour réjouissant des spasmes de la Françafrique
et du basculement des rapports interimpéraliastes,
ce qui ne règle encore RIEN en Afrique...

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ISLAMISTES, ENNEMIS DES TRAVAILLEURS

Message  Dinky le Dim 29 Juin - 9:33

AU NIGERIA COMME AILLEURS, LES MOUVEMENTS ISLAMISTES SONT DES ENNEMIS DES TRAVAILLEURS


Le gouvernement nigérian semble complètement impuissant devant la montée des mouvements intégristes musulmans. Ceux-ci tuent, volent, pillent et incendient en toute impunité, plus particulièrement dans les Etats du Nord. Dans un communiqué audiovisuel, à la manière des groupes d’Al Qaïda, un chef local du groupe Boko Haram a expliqué qu’il allait vendre ces jeunes filles pour les marier de force et que lui-même en prendrait deux.

Ces gens-là sont des barbares et des assassins.
Selon leurs concepts moyenâgeux, les filles n’ont pas le droit à l’éducation parce que ce serait « haram » (un péché en islam). Tous ceux qui ne respectent pas leurs règles de conduite subissent leurs violences. Ils ont déjà assassiné des milliers de personnes, brûlé des villages entiers tout simplement parce que les habitants n’étaient pas des musulmans. Des églises ont aussi été incendiées. Ils s’en prennent aussi aux enseignants qu’ils n’hésitent pas à tuer parce qu’en acceptant d’éduquer les jeunes filles, ils commettraient un péché vis-à-vis du coran. Ainsi 173 enseignants auraient été assassinés dans les Etats de Borno et de Yobé depuis le début de la violence des islamistes.

De nombreux autres pays africains sont confrontés à la montée des mouvements islamistes. On les a vus à l’œuvre au Nord du Mali, à Tombouctou et à Gao notamment. Lorsqu’ils ont pris le pouvoir dans ces villes, ils se sont surtout distingués dans la terreur envers les habitants en mettant en avant la Charia (loi islamique) : obligation pour les femmes de porter le voile, interdiction pour elles de sortir non accompagnées de leur mari ou d’un membre de la famille, interdiction pour tous de regarder la télévision, de fumer une cigarette, de jouer au ballon, de sortir le soir, etc. Pour un oui ou pour un non, ils ont lapidé des femmes accusées d’adultère, coupé des mains aux petites gens accusées de larcin, fouetté des gens accusés de n’importe quoi.

Le pouvoir qu’ils ont exercé durant quelques mois dans le nord du Mali a laissé des traces indélébiles de leur barbarie. Sur le continent Africain, ils sont déjà présents en Algérie, Libye, Mauritanie, Niger, Cameroun, Kenya, Tanzanie, entre autres. Peut-être que demain, ils séviront au Sénégal, en Gambie, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso ou en Guinée. Ce sont les mêmes ou leurs semblables qui sévissent, en Afghanistan, au Pakistan, en Indonésie et ailleurs.

Dans une situation internationale marquée par la crise économique qui fait basculer de plus en plus de personnes dans la misère, les mouvements de ce genre ont encore plus de facilité pour se renforcer en profitant de la détresse sociale.
Leur montée dans les pays pauvres, là où la population musulmane est importante, est à comparer à celle des mouvements d’extrême droite dans les pays d’Europe. Ce sont des ennemis des travailleurs et plus généralement de tous ceux qui aspirent à un progrès social et humain.

Les dirigeants des pays occidentaux comme Hollande ou Obama qui font semblant de se mobiliser pour soi-disant mettre fin aux activités terroristes des mouvements islamistes en Afrique et ailleurs, sont doublement hypocrites. C’est leur politique consistant à appauvrir encore plus les travailleurs et les couches populaires, pour engraisser toujours plus les grands capitalistes et les banquiers, qui réduisent des millions de personnes à la misère. Cela favorise les mouvements réactionnaires les plus extrémistes. Et, en soutenant nos dictateurs locaux, ils ne font que maintenir les populations africaines dans la misère et dans l’oppression.
Face aux mouvements islamistes qui veulent imposer leurs pratiques barbares, les travailleurs et l’ensemble des populations pauvres d’Afrique ne peuvent compter que sur leur mobilisation et leurs luttes pour défendre leurs intérêts d’exploités et d’opprimés.


http://www.uatci.org/spip.php?article721

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  mykha le Dim 27 Juil - 23:50

Même si tout le monde s'en fout ici, voici quelques nouvelles des islamistes et de leurs exploits en Afrique:

http://www.uatci.org/spip.php?article734


CONNIVENCE ENTRE LE GOUVERNEMENT LES ISLAMISTES ET LES ESCLAVAGISTES
MAURITANIE

Le chef d’une organisation islamiste mauritanienne baptisée Ahbab Errassoul (Les amis du prophète) a lancé récemment une "fatwa" contre une militante des droits de l’homme (Aminetou Mint el-Moctar) parce qu’elle a osé défendre publiquement dans un article de presse, un homme (Cheikh Ould Mkheitir) actuellement détenu injustement en prison par les autorités mauritaniennes. Son crime est d’avoir dénoncé l’esclavage dont sont victimes encore environ 150 000 personnes dans ce pays. L’esclavage y est officiellement aboli depuis 1981 mais il se pratique toujours en toute impunité. Les dirigeants qui se sont succédé à la tête de ce pays ont toujours fermé les yeux sur ces pratiques car eux-mêmes et leurs familles de riches possédants les pratiquent. Ceux qui sont punis en revanche, ce sont surtout les militants anti esclavagistes et les associations qui les soutiennent. Le pouvoir de l’actuel président Ould Abdel Aziz ne fait pas exception à la règle.

L’autre crime de Cheikh Ould Mkheitir est d’avoir osé critiquer des "écrits saints" des "érudits" locaux de l’islam dans lesquels la pratique de l’esclavage est explicitement tolérée. Cela lui a valu de la part des imams et des associations qu’ils dirigent (et qui ont pignon sur rue) des appels à la peine de mort pour "apostasie" et "propos sataniques". Cela a valu aussi à la militante des droits de l’homme, Aminetou, des menaces de mort proférées par la fatwa. Il est écrit dans cette fatwa que cette femme est "une infidèle" et que "quiconque la tue ou lui arrache les deux yeux sera rétribué chez Allah".

Les autorités du pays ne semblent pas du tout préoccupées par ces menaces de mort. Elles ont plutôt tendance à encourager les associations musulmanes de sortir dans les rues pour crier leur haine contre ceux qui ont le courage de dénoncer publiquement les injustices couvertes par l’islam en Mauritanie.

Voila comment le pouvoir du dictateur Mohamed Ould Abdel Aziz, les mouvements islamistes et les partisans du maintien de l’esclavage font cause commune en Mauritanie sans que cela ne froisse les dirigeants des grandes puissances qui n’ont à la bouche que des mots hypocrites sur la "démocratie" et "les droits de l’homme"

avatar
mykha

Messages : 1079
Date d'inscription : 19/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Lun 28 Juil - 1:50

Le Parlement européen ne doit pas ratifier l’accord « de partenariat » entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest
Appel aux organisations de la société civile et aux élus, en Europe et en Afrique
initié par Jacques Berthelot, Jean Gadrey, Susan George et Majdouline Sbaï

par Action Militante - APE
http://www.afriquesenlutte.org/communiques-luttes-et-debats/communiques-autres/article/appel-aux-organisations-de-la


avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ACCAPAREMENT DES TERRES EN AFRIQUE

Message  Roseau le Ven 8 Aoû - 2:12

NOUVELLES FORMES DE COLONISATION OU « BUSINESS AS USUAL »
par Serigne Sarr
http://www.thinkingafrica.org/V2/wp-content/uploads/2014/07/Accaparement-des-terres.pdf
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Mar 19 Aoû - 10:43


Le pillage des ressources du continent constituent une nouvelle vague de colonisation.
Nnimmo Bassey
http://www.afriquesenlutte.org/videos/article/le-pillage-des-ressources-du-4428
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Jeu 21 Aoû - 8:39

Epidémies – Ebola : une faillite morale du capitalisme

BATOU Jean
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article32817
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Sam 11 Oct - 16:05

La Chine en Afrique : déplacement du centre de gravité de l’industrie manufacturière mondiale

Non content d’y sourcer des matières premières,
les entreprises chinoises commencent à délocaliser en Afrique des activités de production
alors que les coûts salariaux deviennent "prohibitifs" en Chine pour les industries de base.
http://journal-neo.org/2014/09/23/china-in-africa-a-shift-in-the-global-manufacturing-center/
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Copas le Sam 11 Oct - 23:13

Saïd Bouamama : « Figures de la révolution africaine »
Les résistances n'ont jamais cessées
Les dominés prennent les résistances qu'ils peuvent prendre
il n'y a pas de revendication qu'on puisse mépriser

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  MO2014 le Dim 12 Oct - 10:48

Copas a écrit:
Saïd Bouamama : « Figures de la révolution africaine »
Les résistances n'ont jamais cessées
Les dominés prennent les résistances qu'ils peuvent prendre
il n'y a pas de revendication qu'on puisse mépriser


merci pour cette excellente conférence.

31:00 Si le mouvement des femmes n'avait pas considéré à un moment donne qu'elles soient autonomes pour imposer un certain nombre de thèmes, de revendications, et bien on n'en serait pas là aujourd'hui même s'il y a encore beaucoup de combat à mener, qui montre que l'autonomie est encore nécessaire. Le même chose pour les populations issues de l'immigration : seule l'organisation des premiers concernés, réussira à poser, à contraindre, à poser certaines questions.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Copas le Dim 19 Oct - 12:41

$27.50, Le salaire mensuel moyen d'une employée dans une usine britannique en Éthiopie
La main-d’œuvre bon marché attire les firmes étrangères en Éthiopie
http://www.equaltimes.org/la-main-d-oeuvre-bon-marche-attire?lang=fr#.VEOTbhZKgXh

Il y a deux choses que Girma Getachew, 25 ans, n’aime pas à propos de son travail dans une tannerie de cuir chinoise, située aux abords de la ville de Sululta. La première, c’est son salaire qu’il considère insuffisant ; et la deuxième, c’est l’odeur nauséabonde qui y règne. « Travailler là n’est pas une partie de plaisir », dit-il. « L’odeur est insupportable et l’air malsain ».
L'usine Addis Pittards emploie quelque 700 travailleurs dans la fabrication d'articles de cuir. Bien que cette entreprise rémunère un peu mieux que la moyenne, une employée confie que son salaire de base est d'à peine 27,50 USD par mois.

L’usine Addis Pittards emploie quelque 700 travailleurs dans la fabrication d’articles de cuir. Bien que cette entreprise rémunère un peu mieux que la moyenne, une employée confie que son salaire de base est d’à peine 27,50 USD par mois.
(Jacey Fortin)
Ça fait trois ans que Girma travaille au service sécurité environnementale dans l’usine China-Africa Overseas Leather Products.

Il travaille six jours semaine pour un salaire de 25 birrs éthiopiens (1,25 USD) par jour.
« Le prix du cuir ne cesse de fluctuer ; c’est la raison pour laquelle nous n’arrivons pas à gagner plus d’argent  », dit il, avant d’ajouter que l’entreprise leur accorde des possibilités de promotion, offre des indemnités pour les jours de maladie et, le cas échéant, prend en charge les frais médicaux de ses employés.

Les entreprises étrangères sont importantes pour l’Éthiopie ; les responsables espèrent transformer la Corne de l’Afrique en une plaque tournante pour le secteur manufacturier.
Dans un pays de plus de 90 millions d’habitants, où plus de 80% de la population travaille dans l’agriculture, le gouvernement reconnaît que la seule voie possible vers une croissance pérenne est que les Éthiopiens passent à des emplois à productivité plus élevée, à même d’attirer les investisseurs étrangers et d’apporter une valeur ajoutée à ce qui est aujourd’hui un marché d’exportation de matières premières.

Mais protéger les droits des travailleurs est difficile lorsqu’on se trouve face à des entreprises étrangères bien décidées à tirer le meilleur parti d’une main-d’œuvre à bas coût, affirme Berhanu Deriba Birru, secrétaire général de la Confederation of Ethiopian Trade Unions, une organisation qui chapeaute 819 syndicats qui représentent près d’un demi-million de travailleurs.

« Les entreprises étrangères nous donnent beaucoup de fil à retordre », dit-il.
La suite .../...
http://www.equaltimes.org/la-main-d-oeuvre-bon-marche-attire?lang=fr#.VDz06GeSxvk
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Copas le Dim 19 Oct - 12:46

La domination sur une partie de l'Afrique, ce n'est pas seulement l'exploitation sur le sol africain, ni le pillage des ressources minières et agricoles, c'est aussi l'exploitation éhontée subie par le travailleurs africains exilés, en proie à des vendeurs de semi-esclaves à l'étranger ...

Droits des travailleurs dans les pays du Golfe : le gouvernement kenyan réagit

Le 29 septembre, en réaction au nombre très préoccupant de Kenyans subissant de mauvais traitements à l’étranger, le gouvernement du Kenya a retiré la licence de 930 agences de placement qui recrutaient des Kenyans pour travailler au Moyen-Orient.

Kazungu Kambi, le ministre du Travail, a par ailleurs annoncé une interdiction temporaire de recruter des travailleurs pour cette région.

À partir de maintenant, toutes les agences de placement privées seront soumises à des contrôles rigoureux avant d’obtenir de nouvelles licences.

« [Cela] permettra au gouvernement de mettre en place des structures appropriées pour assurer la gestion efficace de la migration de la main-d’œuvre et la protection de nos travailleurs migrants » explique Kambi aux journalistes.

La suite .../...    
http://www.equaltimes.org/droits-des-travailleurs-dans-les#.VEOTahZKgXg
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Copas le Sam 8 Nov - 20:51



"Le futur urbain de l'Afrique doit passer par les villes intermédiaires" sur Jeune Afrique

Jeune Afrique : Quelles sont les pays et les villes du continent où la croissance urbaine est la plus forte ?

Firdaous Oussidhoum : Il y a quinze jours, le Nigeria a été déclaré comme le pays africain ayant la plus forte croissance économique. Il est donc logique que l'urbanisation y soit plus élevée. On peut également citer le Kenya avec sa capitale Nairobi, l'Angola avec Luanda ou encore le Ghana. C'est une question de moyens mais aussi de stabilité politique.

De quoi s'accompagne ce phénomène ?


Chaque ville s'est développée au gré des arrivées successives et de façon souvent informelle, sans hiérarchie. La ville africaine a une nouvelle logique urbaine, différente de celle des villes des pays développés. La cohésion sociale y est d'ailleurs plus forte, les gens s'organisent. En parallèle, avec une économie de plus en plus rapide, cette expansion urbaine se fait à toute vitesse. Cela est dommage car on ne construit pas la durabilité de l'Afrique.
*

La suite .../...

La question de l'urbanisation est un marqueur important d'une nouvelle répartition des classes sociales en Afrique, avec le recul continu de la paysannerie, la poussée du prolétariat urbain, l’émergence de concentrations ouvrières.

Ainsi le Nigéria, 180 millions d'habitants, 1ere puissance (économique) d'Afrique (le double de l'économie égyptienne), taux d'urbanisation de 48%, connait une croissance rapide dans un univers d'énorme corruption et de grenouillage des groupes pétroliers internationaux dans un pays qui a de grandes réserves de pétrole :
ENI, Shell, Total, Cnooc, ExxonMobil, Sinopec (CPCC), Chevron, etc... les grands groupes pétroliers impérialistes oscillent entre ententes et concurrences , nappées dans un univers de grande corruption et de personnels politiques profondément mités...

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Dinky le Sam 15 Nov - 21:22

http://www.uatci.org/spip.php?article794

De nos camarades de l'UATCI:

UN BON PREMIER MINISTRE C’EST D’ABORD FAIT POUR SERVIR LA SOUPE AUX GRANDS CAPITALISTES !

CÔTE D’IVOIRE

Le Premier ministre Kablan Duncan, accompagné de quelques ministres et collaborateurs, a effectué un voyage de quelques jours aux États-Unis, pour participer à l’assemblée annuelle de la Banque mondiale et du Fmi. Ils en ont profité pour se remplir les poches sous forme de frais de mission.

Lui et sa petite délégation ont, paraît-il, pompé 400 millions de francs en per diem. Manque de chance pour eux, l’affaire s’est ébruitée. Ça fait tout de même bien mauvais genre d’être pris la main dans le sac comme un vulgaire « brouteur ». Au point que son mentor Ouattara s’est même vu obligé de lui remonter les bretelles publiquement. D’autant plus qu’il n’est pas impossible qu’une partie du séjour aurait été même pris en charge par « le pays hôte ». Les journaux qui en ont fait leurs choux gras se sont focalisés sur une « assistante » de ministre qui aurait empoché chaque jour une somme de 1,5 millions de francs Cfa, pour ne rien dire sur ce qu’ont coûté individuellement à l’État de Côte d’Ivoire tous ces ministres en ballade et parait-il, tous logés dans des suites présidentielles. Soit dit en passant, ce sont ces mêmes ministres qui font ensuite des discours aux travailleurs pour leur dire que les caisses de l’État sont vides et qu’il faut se serrer la ceinture !

C’est à l’occasion de ce voyage que Kablan Duncan s’est vu décerner le titre de « meilleur ministre de la Finance », de l’Afrique Subsaharienne par un magazine américain, « Emerging Market ».

C’est ainsi que les capitalistes américains jugent et remercient leurs serviteurs dans les pays où ils font des affaires. Kablan Duncan fait partie de ceux-là. Il leur a déjà maintes fois démontré sa servilité tout au long de sa longue carrière dans les rouages de l’appareil d’État ivoirien.

D’ailleurs lors de son séjour américain, on apprend que des contrats juteux avec la Côte d’Ivoire sont en cours de signatures pour le grand profit du pétrolier Exxonmobil qui a été servi royalement à n’en pas douter. Des discussions sont aussi engagées avec d’autres pétroliers américains que sont Anadarko et Halliburton. Quand on invite autant de capitalistes, et non les moindre, à venir se remplir les poches, ça vaut bien une petite décoration. Non ?


Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Ven 21 Nov - 13:37

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Ven 26 Déc - 3:34

Quel boom des classes moyennes en Afrique ? (partie 1)

par Jean Nanga
http://cadtm.org/Quel-boom-des-classes-moyennes-en
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Roseau le Sam 3 Jan - 1:12

Quel boom des classes moyennes en Afrique ? (partie 2)

par Jean Nanga
http://cadtm.org/Quel-boom-des-classes-moyennes-en,11076
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Dinky le Sam 10 Jan - 20:38


Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Toussaint le Lun 29 Juin - 1:19


Les nouvelles générations africaines. Espoirs et vigilances

Publié le 27 juin 2015 par bouamamas


Saïd Bouamama

La jeunesse africaine est de nouveau confrontée à la découverte de sa « mission », pour reprendre l’expression de Frantz Fanon. De manière significative en Egypte, en Tunisie ou au Burkina Faso, les vastes mobilisations de la jeunesse ont été accompagnées d’une redécouverte des grandes figures des indépendances (Nasser, Sankara, N’Krumah, etc.).

generation africaine

« Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir » , Frantz Fanon

Des manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste en Algérie aux grandes grèves des mineurs en Afrique du Sud, en passant par le formidable mouvement de révolte qui mit fin au règne de l’assassin de Sankara au Burkina et par les révolutions égyptienne et tunisienne, etc., il existe un point commun que les médias dominants se gardent bien de souligner : la présence massive de jeunes. De nouvelles générations militantes émergent, réagissant, d’une part, aux conditions d’existence scandaleuses imposées par la mondialisation capitaliste et, d’autre part, à l’action des gérants locaux de cette mondialisation que sont la plupart des gouvernements en place. Cette nouvelle attitude militante de la jeunesse a une base concrète : les mutations sociologique et démographique du continent et la paupérisation massive des jeunes. C’est pourquoi les puissances impérialistes, par le biais des ONG, sont particulièrement actives pour détourner cette jeunesse de la mission qu’elle s’est donnée : la lutte pour la seconde indépendance.

Une Afrique jeune

L’Afrique a la population la plus jeune du monde. Le continent compte 200 millions de jeunes de 15 à 24 ans et ce chiffre devrait doubler à l’horizon 2045. Les moins de 15 ans forment 40 % de la population alors que les plus de soixante ans ne comptent que pour 5,5 %. Les deux tiers de la population ont moins de 30 ans et plus de 50 % ont une moyenne d’âge de 21 ans (1). De cette structure démographique découle une conséquence sur le marché du travail : « Si cette tendance se poursuit, la main-d’œuvre du continent sera d’un milliard de personnes en 2040. Ce sera la plus nombreuse au monde, dépassant celle de la Chine et de l’Inde (2). »

Cette jeunesse est également caractérisée par un chômage massif. Ainsi près de 60 % des chômeurs africains sont des jeunes et, dans la plupart des pays du continent, le taux de chômage des moins de 25 ans est deux fois plus important que celui des adultes (3). Il est par exemple de 23, 4 % en Afrique du Nord en 2009 soit 3, 8 fois plus important que celui des adultes. En Afrique du Sud, il est de 48 % soit 2,5 fois plus élevé que celui des adultes. Pour la grande majorité de ces jeunes, il ne reste que le secteur informel pour tenter de survivre. La pauvreté massive est en conséquence une autre caractéristique de la jeunesse africaine. En moyenne, 72 % des jeunes Africains vivent avec moins de deux dollars par jour et ce taux dépasse les 80 % dans des pays comme le Nigéria, l’Ouganda ou la Zambie (4).

Soulignons enfin que la jeunesse africaine est également de plus en plus instruite. N’en déplaise aux nostalgiques de la colonisation, l’accès à la scolarité est un des résultats des indépendances. Malgré la dégradation des conditions et de la qualité de l’enseignement, les gouvernements, mêmes les plus réactionnaires, hésitent, par peur des révoltes sociales, à remettre en cause l’accès à l’enseignement. Ils sont ainsi aujourd’hui 42 % des 20-24 ans à avoir reçu un enseignement secondaire. Une jeunesse de plus en plus importante mais également fortement touchée par le chômage, l’emploi informel et la pauvreté. Une jeunesse également plus instruite. C’est cette base matérielle qui explique le renouveau militant dans la jeunesse africaine.

Un nouvel âge politique

Le changement dans la place de la jeunesse n’est pas que quantitatif. Un processus qualitatif porteur de conscientisation est également à l’œuvre. On peut ainsi, selon nous, évoquer l’existence de « trois âges » de la jeunesse africaine. Chacun de ces âges a forgé son rapport au monde et son expérience politique dans un contexte particulier. Le premier âge est celui de la jeunesse des décennies 60 et 70 que nous pouvons qualifier de « jeunesse des indépendances ». Cette génération émerge dans un contexte de lutte des peuples africains pour l’émancipation nationale et sociale. Sur le plan de l’expérience, elle a connu la colonisation ou l’héritage immédiat de celle-ci. Sur le plan matériel, du fait des indépendances, elle connaît globalement (bien sûr de manière hétérogène d’un pays à l’autre) une amélioration de ses conditions d’existence (accès à la scolarité, à la santé, etc.). Sur le plan idéologique, elle se caractérise par l’anti-impérialisme et la volonté de « servir le peuple ». Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde optimiste, d’engagements progressistes et d’une conscience anti-impérialiste et panafricaine.

Le second âge est celui des décennies 80 et 90 que nous pouvons qualifier de « jeunesse de la mondialisation et des plans d’ajustement structurel ». Cette génération émerge dans un contexte mondial marqué par la fin de l’URSS et par la victoire de la mondialisation capitaliste. Sur le plan de l’expérience, elle a connu la disparition successive des expériences progressistes africaines du fait des « coups d’Etat », des assassinats de leaders révolutionnaires, des contraintes du nouveau rapport de forces mondial. Sur le plan matériel, elle connaît les plans d’ajustements structurels et la paupérisation massive qu’ils produisent. Sur le plan idéologique, elle se caractérise par la croyance en l’économie de marché et à l’idéologie des « droits de l’homme ». Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde fait de mimétisme de l’Occident, de débrouille individuelle, d’individualisme et d’une tendance au renoncement à la lutte politique collective.

Le troisième âge est l’âge actuel que nous pouvons qualifier de « jeunesse de la seconde indépendance ». Cette génération émerge dans un contexte mondial marqué par la multiplication des agressions impérialistes pour le pillage des richesses naturelles et par la faillite des choix libéraux mais aussi par le développement des puissances émergentes. Sur le plan matériel, elle connaît une « descente aux enfers » les cantonnant dans une « logique de survie ». Sur le plan idéologique, cette jeunesse renoue avec la mobilisation politique tout en n’ayant pas encore trouvé de canal d’expression de sa révolte. Elle expérimente en conséquence de nouvelles formes d’organisation et de contestation. Un tel contexte est producteur d’un rapport au monde fait de mobilisations collectives mais sporadiques, de radicalisations anti-impérialistes mais encore peu formalisées, de révoltes sociales ne parvenant pas encore à se transformer en révolution.

La jeunesse africaine est de nouveau confrontée à la découverte de sa « mission » pour reprendre l’expression de Frantz Fanon. De manière significative en Egypte, en Tunisie ou au Burkina Faso, les vastes mobilisations de la jeunesse ont été accompagnées d’une redécouverte des grandes figures des indépendances (Nasser, Sankara, N’Krumah, etc.). Même dans les pays qui n’ont pas connu ce type de mouvement, on assiste à une redécouverte de ces figures dans les chansons de Raps, sur les maillots, etc. Cette recherche d’un ancrage dans les luttes passées souligne la sortie d’une période de « haine de soi » et de fascination de l’Occident. Elle reflète également le développement d’une conscience, certes encore embryonnaire, de la nécessité de reprendre le combat des anciens. C’est pourquoi, il nous semble que l’expression la plus pertinente est celle de « seconde indépendance ». Cette expression est en effet apparue et a été théorisée dans la décennie 60 pour souligner la nécessité de parachever l’indépendance politique par une réelle indépendance économique.

Une jeunesse reprenant le chemin des luttes collectives, tendant à rompre avec la fascination de l’Occident et essayant de renouer avec les périodes antérieures du combat émancipateur, telles sont les deux caractéristiques dominantes de la jeunesse africaine.

Le rôle de détournement des consciences des ONG

Les grandes puissances sont lucides sur ces mutations de la jeunesse africaine. Elles sont conscientes des dangers que font peser ces changements pour leurs intérêts. Elles développent une politique ambitieuse de détournement des consciences par le biais d’ONG multiples et touchant tous les champs de la vie sociale. Le phénomène n’est pas nouveau mais connaît aujourd’hui une nouvelle impulsion en lien avec les nouvelles luttes de la jeunesse.

Dans la décennie 60 les USA et les puissances européennes ont déjà initié de vastes programmes « d’aide » portés par des ONG. Le panafricain Kwame N’Krumah a dès 1965 alerté sur le rôle néocolonial des ONG du Nord (5). Echanges universitaires, formations de syndicalistes, formation des leaders, etc., c’est tous azimuts que se sont développées des ONG visant à détourner la jeunesse de la conscience anti-impérialiste. Il en est de même aujourd’hui. Donnons quelques informations sur les caractéristiques de ces ONG :

D’une manière générale, les associations du tiers-monde ont peu voix au chapitre quand il s’agit de décider de l’orientation des programmes d’aide financés par le Nord. « Seules 251 des 1 550 ONG associées au département d’information des Nations unies sont basées dans des pays en développement. Des études montrent également que, sur cinquante associations occidentales spécialisées dans le plaidoyer, seulement deux avaient effectivement consulté leurs partenaires du Sud avant d’engager une action en leurs noms. Les ONG du Nord affirment que les associations du tiers-monde ne sont pas assez solides pour se passer de leur encadrement (6). »

S’appuyant sur la précarité économique de la jeunesse, ces ONG offrent des places de survie aux leaders potentiels des luttes et les mettent ainsi sous leur dépendance. Les programmes d’échanges et de formations sont de plus de véritables mécanismes de formatage idéologique. A l’analyse politique et économique, ces formations substituent l’approche méthodologique et technicienne, la revendication politique est remplacée par la compassion humanitaire, l’organisation des premiers concernés est abandonnée au profit d’une dépendance vis-à-vis de l’aide. Il s’agit ni plus ni moins que de dépolitiser une jeunesse qui a d’abord besoin d’un outil politique pour organiser sa « mission générationnelle » comme le dit Fanon.

Mais les ONG ont également une fonction plus immédiate : celle de justifier les interventions militaires occidentales. C’est en s’appuyant sur des rapports « objectifs » d’ONG que se déploient des opérations de déstabilisation de gouvernements ayant commis le crime de s’éloigner de la ligne dictée par Washington ou par l’Europe comme, par exemple, de passer un contrat commercial avec une puissance émergente. Les mêmes rapports préparent également les opinions publiques à accepter l’arrivée de troupes étrangères comme solution aux crises. Le nouveau développement de l’action des ONG en Afrique n’est pas le fait d’une poussée de conscience humanitaire en Occident. Il reflète les nouvelles potentialités révolutionnaires de la jeunesse du continent et vise à les neutraliser et à les instrumentaliser. Comme dans la décennie 60, la jeunesse africaine est de nouveau confrontée aux tâches de formations politiques des militants et d’organisations des damnés de la terre.
Notes :
(1) http://www.africaneconomicoutlook.o… consulté le 27 avril à 10.40h

(2) Banque Africaine de Développement, OCDE, PNUD, Perspectives économiques en Afrique, 2012, p.108.

(3) http://www.africaneconomicoutlook.o…

(4) Ibid.

(5) Kwane Nkrumah, Le néocolonialisme, dernier stade de l’impérialisme, Présence Africaine, Paris, 1973, chapitre « Les mécanismes du colonialisme », p.245.

(6) Marc-Antoine Perouse de Montclos, La face cachée des ONG, Politique international la revue, no.116, http://www.politiqueinternationale…..
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Toussaint le Ven 24 Juil - 18:00


Conférence sur le financement du développement : un accord placé sous le signe du renoncement

24 juillet 2015 par CCFD-Terre Solidaire



Les Etats membres des Nations unies réunis à Addis-Abeba pour la troisième conférence sur le financement du développement (13 - 16 juillet) viennent de se mettre d’accord sur la déclaration finale, après plusieurs mois de longues et âpres négociations.

Le CCFD-Terre Solidaire, comme les autres organisations de la société civile présentes, dénonce un texte manquant cruellement d’ambition face aux enjeux. Selon lui, le résultat de cette conférence se résume en deux points : maintien des privilèges des pays développés dans la gouvernance économique mondiale et carte blanche donnée au secteur privé pour financer le développement.

« L’accord est extrêmement décevant », commente Lucie Watrinet, chargée de plaidoyer Financement du développement au CCFD-Terre Solidaire. « C’est pour nous un véritable échec. Il ne répond ni à l’enjeu de financer les objectifs du développement durable, ni à celui de donner une voix aux pays en développement dans la gouvernance économique mondiale ».

Le point d’achoppement qui a cristallisé toutes les tensions depuis le début de la conférence, concernait la création d’un organisme intergouvernemental au sein de l’ONU sur les questions fiscales : il visait à permettre à tous les pays du monde d’avoir voix au chapitre sur ces enjeux, traités actuellement au sein de ce club de pays riches qu’est l’OCDE. Mais les pays en développement ont fini par céder sous la pression des pays développés. « Par leur intransigeance sur le partage de leurs prérogatives, les pays développés, au premier rang desquels le Royaume Uni, les Etats Unis et la France, ont envoyé un signal extrêmement négatif. Cette position peut être interprétée comme un rejet du multilatéralisme », s’inquiète Lucie Watrinet.


« La position de la France est incompréhensible et dangereuse : comment peut-on avoir pour objectif un accord onusien sur le climat à Paris tout en dénigrant les Nations unies et en assumant que certains sujets ne doivent être traités qu’entre pays riches ? » s’interroge-t-elle.

Enfin, l’autre point noir de la déclaration d’Addis concerne le tapis rouge déroulé au secteur privé pour financer le développement. Cet appel à la contribution des entreprises n’est accompagné d’aucun encadrement suffisant et contraignant pour s’assurer qu’elles respectent les droits humains et l’environnement et contribuent réellement au développement.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Toussaint le Ven 24 Juil - 18:19


Afrique : la saison des millionnaires a commencé

Par : Afrique Asie
Publié le : 26/06/15


Selon le rapport 2015 sur la richesse africaine présenté par le New World Wealth Africa, le nombre d’Africains millionnaires aurait progressé de 145 % ces quatorze dernières années, contre 73 % au niveau mondial. C’est en Afrique du Sud que se concentre le plus grand nombre de riches du continent, et où 160 000 personnes possédaient, 660 millions de dollars en 2014.

La progression du nombre des riches en Afrique du Sud (+7 % par an depuis 2007) est le « résultat des politiques économiques qui, au cours des derniers vingt années, ont donné une forte impulsion à l’augmentation du nombre des riches », a déclaré la Sud-Africaine Lesego Monareng, du Old Mutual Private Wealth Management. Dans ce pays, la volonté de faciliter l empowerment économique de personnes auparavant fragiles a été une énorme contribution à la création des richesses. Faire naître un marché intermédiaire qui alimente l’économie a permis à beaucoup de monde de tirer profit des nouvelles opportunités. » Les fortes inégalités ne se sont pas pour autant réduites.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Toussaint le Ven 24 Juil - 18:58

Sur Afrik com, un point de vue bourgeois sur la "classe moyenne"  en RDC. Mais assez intéressant sur le pseudo développement et boom actuel (avant baisse des prix de certaines matières premières) de "l'Afrique".

L’aberration de la classe moyenne en RDC

dimanche 7 juin 2015 / par Notre partenaire LibreAfrique

 

Il est assez étonnant d’entendre le discours de certaines autorités au sujet de la classe moyenne en RDC. En effet, plusieurs responsables affirment qu’il n’existe pas de classe moyenne en RDC, sans appuyer leur affirmation avec une étude sérieuse. Dès lors, on peut se poser la question sur la crédibilité et le bien fondé de telles affirmations

Avec un co-auteur A. Mbala, nous avons exploité les données de « l’enquête 1-2-3 » de 2013 pour estimer la taille de la classe moyenne en RDC. En traitant plusieurs données, nous sommes arrivés à la conclusion selon laquelle il existe effectivement une classe moyenne en RDC, mais elle reste très chétive car inférieure à 10% de l’échantillon considéré. Ceci n’est pas loin des estimations de la BAD qui la situe autour de 12,4% de la population totale. Mais comment peut-on avoir une classe moyenne aussi étriquée ?


La RDC n’offre pas encore un environnement assez favorable à la création d’entreprises

Premièrement, une classe moyenne aussi faible reflète en réalité la taille de l’économie, mais surtout le niveau du développement économique du pays. Si on ne considère que le revenu national par habitant, un des indicateurs classiques du développement économique, on s’aperçoit vite qu’entre 1960, année de l’indépendance, et 2015, ce revenu par habitant s’est fortement contracté : il a été divisé par 3 presque, en passant de 727,9 (dollars constant de 2005) à 260,5. La faiblesse de la classe moyenne en RDC est le reflet du faible progrès du niveau de vie des Congolais.

Une autre explication de la faiblesse de cette classe est la rareté des opportunités que l’économie offre. Il est vrai que la croissance économique a repris, laissant penser qu’elle s’accompagnera davantage d’opportunités d’emplois et de revenus. Toutefois, l’économie doit offrir à tout le monde la possibilité d’en profiter en ayant l’opportunité de s’insérer dans le marché du travail ou de créer sa propre entreprise. À ce titre, la RDC n’offre pas encore un environnement assez favorable à la création d’entreprises. En effet, selon le classement de Doing Business, elle est classée 184ème sur 189 pays et 172ème sur 189 pour la création des emplois. Or, il existe une relation étroite entre la classe moyenne et la dynamique entrepreneuriale.

La protection sociale en RDC est déficitaire

Ma recherche avec Mukutubu Balibwanabo a pu montrer que le coefficient d’Okun (mesurant le contenu en emplois de la croissance) était très faible en RDC. Plus littéralement, la croissance en RDC demeure stérile. En effet, elle crée moins d’emplois par rapport à la croissance du chômage ou à la population active (se situant à 26 684 621, selon les données de la Banque mondiale). Il y a donc stérilité de la croissance en emplois. Dans le dernier rapport de 2013 de la Banque centrale du Congo (BCC), on trouve qu’il y a eu une création nette d’emplois de l’ordre de 158 000 postes, pour un taux de chômage officiel de plus de 45%, lequel taux reste contesté car sous-estimant la réalité, comme le pensent plusieurs spécialistes.

La fiscalité et le dysfonctionnement des politiques de protection sociale (santé, retraite, subventions, etc.) sont parmi les éléments explicatifs. En effet, en dépit des changements importants dans le secteur fiscal, celui-ci demeure encore une préoccupation pour la consommation. Le taux d’imposition sur le revenu individuel est de 30%, et le taux d’impôt sur le revenu des sociétés est de 40%, exerçant une pression fiscale sur les ménages et les entreprises limitant leur potentiel de consommation et d’investissement. La protection sociale en RDC est déficitaire. Selon les données de la BCC, le nombre de travailleurs affiliés à la sécurité sociale s’établit à 356 300 personnes.

En même temps, les travailleurs non affiliés sont recensés à 19 205 personnes en 2013. Sur le total de travailleurs du secteur privé, il existe à peine 1,8 % qui est sous la couverture de l’Institut National de Sécurité Sociale (INSS). Cette faiblesse est confirmée par l’indice de la protection sociale de la Fondation Mo Ibrahim, la RDC a une note de 40,3 sur 100, se positionnant ainsi à la 42ème place sur l’échiquier africain (52 pays classés). La faiblesse de la protection sociale crée une fragilité sociale empêchant l’émergence d’une classe moyenne car cette dernière peut basculer facilement dans la pauvreté suite au moindre choc.

Lancer en urgence les réformes structurelles nécessaires

Ces différents facteurs bloquent l’expansion de la consommation, et par ricochet l’élargissement du marché intérieur, ce qui bloque le cercle vertueux liant la consommation à la classe moyenne. Cette dynamique pourrait nourrir la croissance d’autant plus que l’éventail de la demande domestique grandissant pourra contribuer au passage de l’économie rentière (dépendance envers les ressources tirées des exportations de biens primaires) à une économie productive tirée par la consommation interne, susceptible d’impulser la diversification. Les faits sont parlants : en dépit du fait que la consommation semble reprendre, une reprise attestée notamment par l’agrandissement du secteur des services (nombres de banques, d’hôtels, etc.), elle reste faible, puisque elle est à peine proche de 10%, inférieure à son niveau de 2005.

En somme, en dépit de l’importance de la classe moyenne pour le développement d’un pays, celle-ci reste assez faible en RDC. Certes, les responsables sont conscients de son importance, mais ils doivent lancer en urgence les réformes structurelles nécessaires pour diversifier l’économie et avoir une croissance plus inclusive et riche en emplois.


Oasis Kodila-Tedika, analyste pour Libre Afrique
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afrique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum