Algérie

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Sam 8 Jan - 6:13

topaze a écrit:Je ne pense pas qu'il y est des différences entre les syndicats en Algérie et ceux qu'on connait en France et plus généralement en Europe. A mon avis le message que l'on pourrait faire passer à la classe ouvriére en Algérie, en s'appuyant sur l'expérience qu'a vécu la classe ouvriére en France dans le mouvement social de cet automne , c'est surtout ne pas compter sur les syndicats, mais que la classe ne compte que sur elle même .
Et aussi rappeler à la classe ouvriére en Algérie qu'elle ne doit se laisser berner par la gauche en montrant comment en Europe cette même gauche fait passer les mesures d'austérité contre la classe ouvriére

Topaze. Lecteur de Révolution Internationale. http://fr.internationalism.org/

Le pst doit s'adresser aux syndicalistes. C'est la seule issue pour remettre ce mouvement de contestation à la classe ouvrière. Sinon, les jeunes ne pourront pas s'en sortir tous seuls avec le risque de voir les directions bourgeoises populistes ou les islamistes se mettre à la tête.
avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A propos des émeutes des jeunes

Message  verié2 le Sam 8 Jan - 18:06

Sparta
La classe ouvrière algérienne s'est toujours laissée devancée par cette jeunesse fougueuse qui pose de gros soucis à l'état bourgeois.

L'article du Monde (10/1) titré Les jeunes des banlieues à l'assaut de la capitale est très instructif. On constate que ces émeutes ont beaucoup de points communs avec celles de 2005 dans les banlieues françaises, avec leur lot de destructions "gratuites" de bâtiments publics, les voitures brûlées etc. Et surtout le fait que "ces jeunes n'ont rien à dire. Leur discours est vide", selon un enseignant algérien cité par Le Monde.

Et pourtant, comme celles de 2005, ces émeutes ont un caractère de classe, c'est une révolte généralisée de la jeunesse pauvre. Le problème, pour le mouvement ouvrier et révolutionnaire, n'est donc pas de rejeter ces "lumpens", mais de donner des perspectives et des objectifs à leur révolte. Car, comme tu le dis, Sparta, la jeunesse est le fer de lance de la lutte.

J'attend avec intérêt les commentaires de LO sur cette révolte (dont le dernier numéro ne parle pas, probablement parce qu'elles se sont produites au moment du bouclage). Car LO aura du mal à nous expliquer quelle différence fondamentale il y a entre ces émeutes et celles de 2005 en France.
__
A noter : l'absence de rôle des islamistes dans ces révoltes et le fait que les appels au calme des religieux n'ont pas été entendus...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  yannalan le Sam 8 Jan - 19:45

Sur les religieux, les appels aux calme ont été lancés dans les mosquées où le pouvoir a fait un nettoyage efficace et écrit les sermons à l'avance. Mais il semblerait que les islamistes durs essaient aussi de surfer (présence de Belhadj qui s'est fait arrêter à Bab etl Oued, slogans parfois "Dawla Islamiya" (état islamique)...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Aura le Dim 9 Jan - 17:21

Au fait il y a eu un mort vendredi soir dernier, tué par balle.
avatar
Aura

Messages : 260
Date d'inscription : 28/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Vals le Dim 9 Jan - 20:53

verié2 a écrit:
Sparta
La classe ouvrière algérienne s'est toujours laissée devancée par cette jeunesse fougueuse qui pose de gros soucis à l'état bourgeois.



J'attend avec intérêt les commentaires de LO sur cette révolte (dont le dernier numéro ne parle pas, probablement parce qu'elles se sont produites au moment du bouclage). Car LO aura du mal à nous expliquer quelle différence fondamentale il y a entre ces émeutes et celles de 2005 en France.
__
A noter : l'absence de rôle des islamistes dans ces révoltes et le fait que les appels au calme des religieux n'ont pas été entendus...

D'abord, Vérié, un rappel pour ton bien : y'a pas que LO dans la vie et il y a une vie après LO, tu en es la preuve vivante......

Ensuite, si tu ne vois pas dès maintenant de différences entre la situation algérienne, le contexte des émeutes et la forme et l'ampleur qu'elles prennent ....et les escarmouches de 2005 en France.......................................................il y a effectivement de fortes probabilités pour que LO ou qui que ce soit d'autres soit capable de te rendre la vue.

Sans attendre le prochain article, je peux t'annoncer un incroyable scoop : LO trouvera parfaitement légitimes les manifestations de la jeunesse algérienne et de cette partie du prolétariat qui y participe et les soutient . Toujours incroyable, il y a même des chances que LO souhaitent le développement de ce mouvement et l'entrée en scène de la classe ouvrière sur des bases de classe .....
Etonnant, non ?

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  verié2 le Lun 10 Jan - 8:54


Sparta
si tu ne vois pas dès maintenant de différences entre la situation algérienne, le contexte des émeutes et la forme et l'ampleur qu'elles prennent ....et les escarmouches de 2005 en France

Au delà de ces différences, évidentes pour tous, il y a beaucoup de points communs, répétons-le :
-La révolte d'une jeunesse pauvre sans avenir, sans travail etc.
-La situation sociale de cette jeunesse, que LO caractérise comme "lumpen" en France, mais n'oserait pas le faire en Algérie.
Pourquoi ? Quelles sont les différences exactes de situation de classe ?
-Le caractère inorganisé (pour le moment ?) et violent de ces révoltes.
-L'absence d'objectifs politiques ou/et sociaux et la violence aveugle : destructions de bâtiments publics utiles en Algérie comme en France, voitures brûlées etc.

L'ampleur est plus grande en Algérie, mais parler d'"escarmouche" en 2005 est ridicule ! S'il s'agissait d'escarmouches, la bourgeoisie et la classe politique n'auraient pas été aussi inquiètes.

Ces révoltes des jeunes éclatent dans de très, très nombreux pays. N'es-tu pas capable de constater ce phénomène ? Alors, certes, les formes et surtout l'intensité de ces révoltes varient d'un endroit à l'autre, il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un phénomène mondial, peut-être annonciateur d'affrontements sociaux de grande envergure.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  yannalan le Lun 10 Jan - 11:49

Il se passe les mêmes choses là-bas qu'en 2005 ici, d'ailleurs, protection des quartiers "plus vivables" et des bagnoles contre les émeutiers des quartiers vraiment pourris, etc...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Mar 11 Jan - 6:23

Appel des participants à la rencontre du samedi 08/01/11 tenue au siège du Pst algérien :

Solidarité avec la révolte populaire

Appel aux travailleurs et aux jeunes

Nous travailleurs, étudiants, chômeurs, syndicalistes militantes et militants associatifs et politiques réunis ce samedi 08 janvier 2011 au siège national du PST

1- Exprimons notre solidarité avec la révolte de la jeunesse

2- Dénonçons la politique libérale au service des multinationales et des monopoles privés d’importation et de production de la nouvelle bourgeoisie affairiste, une politique qui est responsable de la vie chère, du manque d’emplois et de logements et enfin de la dégradation des services publics essentiels.

3- Dénonçons le verrouillage de toute expression syndicale et politique, la répression des marches, des grèves, des réunions, verrouillage qui ne laisse à nos jeunes que le choix d’une révolte désespérée

4- Appelons à la mobilisation la plus large pour la défense des jeunes emprisonnés et appelons les défenseurs des droits de l’homme, les avocats à se solidariser concrètement

5- Appelons les syndicats, les associations, les comités de quartiers à s’exprimer en soutien au mouvement.

6- Appelons les travailleurs et les étudiants à s’organiser pour structurer le mouvement populaire.

7- Appelons toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans cet appel à nous rejoindre

8- Remercions le PST pour la mise à disposition du local.



Prochaine réunion mardi 11 à 15h au siège du PST, 27 boulevard Zirout Youcef.

Permanence quotidienne de 13h à 17h

Pour tout contact : revoltepopulaire@gmail.com

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Vals le Mer 12 Jan - 19:19

lundi 10 janvier 2011



Solidarité avec nos frères les travailleurs de Tunisie et d’Algérie en lutte !


Depuis plus de trois semaines, une vague de révoltes populaires secoue la Tunisie. Malgré une répression sanglante qui a fait vingt morts, le gouvernement ne parvient pas à la briser. Au départ, il y a le suicide par le feu d’un jeune chômeur vivant de vente ambulante pour protester contre la confiscation par la police de son étal qui lui permettait de faire vivre toute sa famille. Depuis, les manifestations se sont répandues dans plusieurs villes du pays, violemment réprimées partout. Elles sont le fait de la jeunesse populaire, chômeurs, travailleurs, ménagères, protestant contre le chômage, contre la pauvreté mais aussi contre la dictature de Ben Ali qui règne sur le pays depuis vingt-trois ans avec le soutien de toutes les grandes puissances. Sur ce terrain, les manifestants ont été rejoints par d’autres catégories, lycéens et avocats.

Bien sûr, parmi les causes de cette révolte, il y a des raisons politiques propres à la Tunisie : l’absence de libertés élémentaires, le flicage du pays au profit de la dictature, la corruption notoire des sphères dirigeantes et la mainmise de la famille du dictateur sur l’économie du pays.

Pendant que le régime se vante d’un taux de progression économique exceptionnel, seule la famille de Ben Ali, son entourage et son clan s’enrichissent, et la majorité de la population est maintenue dans la pauvreté.

Mais la colère dont ce mouvement de protestation témoigne en Tunisie n’est pas spécifique à ce pays. La semaine dernière, l’Algérie voisine a commencé à s’embraser. De véritables émeutes de la faim ont éclaté contre les hausses des prix des produits de première nécessité, alimentaires en premier lieu. Parties du quartier populaire d’Alger Bab-el-Oued, elles se sont étendues à d’autres grandes villes du pays. Dans un pays où le chômage est grave et où les salaires de ceux qui ont un emploi sont bas, ces hausses des prix de la nourriture, sont catastrophiques pour les classes pauvres.

Ceux qui se révoltent là-bas, en Tunisie, en Algérie, sont des travailleurs, des chômeurs, des classes pauvres, nos sœurs, nos frères, une partie de nous-mêmes. Et, pas seulement parce qu’une partie de la classe ouvrière ici, en France, est composée de travailleurs originaires de là-bas, de première ou deuxième génération, de ce Maghreb si longtemps colonisé par notre impérialisme, lequel continue toujours à tirer profit de l’exploitation des travailleurs de ces pays.

Mais les causes profondes de la révolte là-bas rejoignent ce qui nous amènera nous, les travailleurs d’ici, à réagir si nous voulons préserver nos conditions d’existence. La crise économique, la crise du capitalisme, qui pousse les classes laborieuses vers la pauvreté, enrichit en même temps une petite minorité. Que cette minorité accapare cette richesse par la malversation, la corruption, par l’appropriation des caisses de l’État, comme cela se fait en Tunisie ou en Algérie, et dans bien des pays pauvres, ou par l’exploitation légale ou par la spéculation, le résultat va dans le même sens. Le capitalisme en crise aggrave encore les inégalités. Ben Ali en Tunisie ou ses homologues en Algérie s’enrichissent d’une autre manière que les Arnault, Pinault, Bettencourt, Servier ou les Peugeot et Dassault. Ces derniers n’ont même pas besoin d’occuper des fonctions dans l’État pour détenir la puissance sociale. Mais les uns comme les autres s’enrichissent de l’exploitation des travailleurs. Ils sont complices, ils s’appuient les uns sur les autres et s’entraident.

Alors, notre solidarité de travailleurs va vers les révoltés de Tunisie et d’Algérie. Et bien au-delà de la simple solidarité, la classe ouvrière a, de part et d’autre de la Méditerranée, le même intérêt à se débarrasser d’un système économique où l’argent est roi et ceux qui le possèdent sont maîtres de la société. Mais où, cependant, ceux qui créent les richesses permettant à tant de parasites de prospérer, ceux qui font marcher toute l’économie, sont en permanence poussés vers la pauvreté. Et la police comme l’armée sont là pour faire taire ceux qui protestent.

La classe ouvrière qui est massivement présente des deux côtés de la Méditerranée représente une force internationale et ses intérêts fondamentaux sont les mêmes. Et lorsqu’elle en aura pris conscience, c’est unie qu’elle aura la force de mettre fin à l’organisation sociale actuelle basée sur l’exploitation et de créer une société fraternelle où il n’y aura plus de place pour les parasites du travail humain.

Arlette Laguiller




avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les révoltes des jeunes des deux côtés de la Méditerrannée

Message  verié2 le Mer 12 Jan - 20:03

Rien à dire de cet édito de LO, qui est très correct à mon avis.
Je soumets toutefois à Vals (et aux autres camarade de LO qui parcourent ce forum) ce passage d'un texte de Louisa Hanoune (en entier ici :http://algerie-focus.com/2011/01/08/louisa-hanoune-ouvrir-des-canaux-de-communication-et-de-dialogue-avec-les-jeunes/ )

Les jeunes ne sont pas sortis dans la rue à cause de la hausse des prix de l’huile et du sucre mais en raison de l’accumulation de leurs problèmes, dont le chômage et la crise de logement”, a dit la SG du PT, qualifiant les récentes hausses des prix de certains produits de première consommation de “provocations” et de “hausses criminelles”.

“Les séquelles du redressement structurel et de la tragédie nationale sont toujours présentes”, a-t-elle dit. “Les jeunes qui se sont soulevés sont nés durant les années du terrorisme. Ils sont imprégnés de violence et ont perdu leurs repères”, a-t-elle précisé, soulignant la nécessité pour l’Etat de les prendre en charge.

Mme Hanoune a en outre souligné la nécessité de saisir les messages adressés par les jeunes à travers leur soulèvement, estimant que cette frange “est la moins bien lotie dans la société et la plus inquiète pour son avenir”.

Ces jeunes ont trouvé dans ce soulèvement et ces actes de violence un véritable exutoire à leur colère et une manière d’exprimer leur appréhension de l’avenir”, a souligné Mme Hanoune.

L’Etat doit enregistrer ces protestations comme un S.O.S “car ces jeunes en détresse peuvent être manipulés par n’importe qui”, a-t-elle dit.

Le parallèle n'est-il pas frappant avec la révolte des jeunes de banlieue en France ? Alors, comment soutenir ces révoltes violentes - et désordonnées - d'un côté de la Méditerranée et les qualifier d'actes de délinquants et de lumpen de l'autre ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Roseau le Mer 12 Jan - 21:20

Sur le point conerné, Vérié a raison.

Mais sur l'essentiel cette "dirigeante" continue à servir l'oligarchie au pouvoir
L’Etat doit enregistrer ces protestations comme un S.O.S “car ces jeunes en détresse peuvent être manipulés par n’importe qui”, a-t-elle dit.
Donner des conseils à cet Etat bourgeois, au lieu d'appeler à l'abattre!
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Jeu 13 Jan - 5:55

Roseau a écrit:Sur le point conerné, Vérié a raison.

Mais sur l'essentiel cette "dirigeante" continue à servir l'oligarchie au pouvoir
L’Etat doit enregistrer ces protestations comme un S.O.S “car ces jeunes en détresse peuvent être manipulés par n’importe qui”, a-t-elle dit.
Donner des conseils à cet Etat bourgeois, au lieu d'appeler à l'abattre!

Mme Hanoune, en 2001-2003, lors des évènements de Kabylie, a tiré à bout portant sur le mouvement démocratique le traitant même de "mouvement zoulou" (dans son esprit, "zoulou" égale tout ce qui est péjoratif) et de mouvement manipulé... faisant ainsi dans l'allégeance au régime très contesté par ce même mouvement. Elle a aussi tiré à bout portant sur ce mouvement démocratique, lorsque ce dernier a exigé la dissolution de toutes les assemblées communales de la région kabyle pour cause d'indu-élus (des "élus" sortant en plein boycott unanime de toute la Kabylie, moins de 1% de votants). L'essentiel est que Mme Hanoune, autrefois extrêmement respectée pour ses positions courageuses sur la "paix" en Algérie (par où elle passait, les citoyens scandaient : "Hanoune, présidente !") est extrêmement détestée aujourd'hui. Elle est identifiée par tous comme un élément appartenant au cercle du pouvoir, tant ses positions avoisinent les thèses du pouvoir. Comme le reste des partis d'opposition, le Pt rapplique quand le pouvoir en sent le besoin pour condamner un mouvement ou tirer sur les opposants du président. Il n'y a aucune ressemblance avec Lo. Mais, vraiment, aucune.

Quelques déclarations de Mme Hanoune :

- «Les enjeux sont de taille et les solutions ne peuvent arriver que par le dialogue»
- «Le RND est un parti centriste. Ce n’est pas un parti d’extrême droite»
- «Le bilan d'Ouyahia est en partie positif» et, après : «Un gouvernement qui n’a ni programme, ni priorités, alors que le pays est face à une multitude d’urgences. Le peuple algérien a besoin d’être respecté»
- «Le PT est prêt pour une alliance avec le Rnd»
- «L’abcès de fixation kabyle arrange l’administration américaine»
- «...des solutions urgentes et non pas dans le but d’attiser le feu»
- «...les jeunes manifestants à recourir plutôt au dialogue.»
- «Il n’y a pas le feu à la maison et l’Algérie peut dépasser ce glissement aisément»
- «Celui qui dit que la réconciliation est un échec couvre les criminels et appelle à l’ingérence étrangère.»
...
avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  verié2 le Jeu 13 Jan - 9:03

Bien entendu, je suis entièrement d'accord avec les critiques précédentes. Je n'ai cité le texte de Hanoune que comme élément d'information sur ces révoltes et les réactions qu'elles suscitent.

Sparta
Il n'y a aucune ressemblance avec Lo. Mais, vraiment, aucune.

Je n'ai pas parlé de ressemblance entre LO et Hanoune, mais de ressemblance entre les révoltes des jeunes des deux côtés de la Méditerrannée. Mais, en l'occurrence, la différence entre l'attitude de Hanoune et celle de LO sur ce point précis - les révoltes, je ne dis pas sur le reste -, c'est qu'elle manifeste davantage de sympathie et de compréhension de leur nature. Elle a beau évoluer dans les allées du pouvoir, elle ne qualifie pas les émeutiers de délinquants et de lumpens, comme l'a fait LO à propos des émeutiers des cités en 2005 !

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Vals le Jeu 13 Jan - 18:28

Lutte Ouvrière n°2215 du 14 janvier 2011


Algérie - L'explosion de colère

Mercredi 5 janvier, c'est un véritable soulèvement populaire qui a éclaté dans le quartier de Bab-El-Oued à Alger. Provoquées par des rumeurs sur la démolition de bidonvilles ou sur de possibles descentes de la police visant à déloger les vendeurs à la sauvette, les manifestations se sont rapidement étendues au reste du pays et ont dénoncé l'augmentation brutale des prix des produits de première nécessité. Le bilan provisoire était de trois morts et 800 blessés, tandis que plus de 1 000 personnes ont été arrêtées.

Encore une fois, ce qui s'est exprimé est le désespoir et la colère d'une jeunesse écrasée par le chômage, la pauvreté et l'absence totale de perspectives. Des commerces ont été dévalisés, des édifices publics saccagés, des commissariats attaqués ; des barricades ont été dressées et des routes coupées. « Ils ont augmenté l'huile et le sucre, le peuple est décidé à en découdre », pouvait-on entendre. L'embrasement s'est rapidement propagé, touchant, après Alger, de nombreuses villes comme Oran, Tipaza, Bouira, Blida, Boumerdès, Sétif, Constantine, Skkida, Batna, Annaba.

Officiellement, le chômage toucherait en Algérie 10 % de la population active. En fait, il touche 60 % de la population active de moins de 30 ans. Le salaire national minimum garanti se chiffre à environ 15 000 dinars (150 euros), ce qui ne couvre que 26 % des besoins minimums des ménages. Mais alors que, ces dernières années, la pauvreté, la misère, la mendicité voire la clochardisation n'ont cessé de progresser, une minorité de privilégiés s'est scandaleusement enrichie. Les plus hauts cadres de l'État, qui disposent des revenus du pétrole et du gaz naturel, mènent grand train de vie. Les scandales de corruption font régulièrement la une des journaux, si bien que dans la population le sentiment d'injustice est particulièrement vif, d'autant plus vif que les responsables sont rarement inquiétés et que le gouvernement se vante par ailleurs de disposer de 150 milliards de dollars de réserves.

INFLATION, « COMMERCE INFORMEL » ET SPECULATION

L'augmentation des prix des produits courants a été importante et soudaine. Les cinq litres d'huile sont passés de près de 700 dinars à 900 dinars, les tomates de 50 à 120 dinars, idem pour les courgettes ou les navets qui se vendent à 140 dinars, un kilo de sucre est vendu 150 dinars... Jusqu'à présent les grossistes effectuaient la plupart de leurs opérations commerciales en liquide, ce qui leur permettait de ne pas laisser de traces et donc d'échapper au fisc. Mais pour compenser l'obligation qui leur sera faite, à partir du 31 mars 2011, de procéder au paiement par chèque pour tout montant supérieur à 500 000 dinars, ils ont augmenté par anticipation leurs marges bénéficiaires, ce qui a provoqué une forte hausse des prix. Ainsi, entre les magouilles des grossistes, la corruption, les spéculateurs nationaux qui stockent les marchandises pour faire monter les prix, la spéculation internationale sur les matières premières agricoles, la population algérienne est condamnée à payer toujours plus cher les produits de première nécessité.

Face à la révolte, le pouvoir a fait mine de reculer en gelant l'application du décret de mars et en annonçant une baisse des prix. S'il desserre ainsi l'étreinte qu'il disait vouloir imposer au « commerce informel » de gros, le gouvernement continue en revanche à faire la chasse aux petits « trabendistes », ces jeunes qui n'ont d'autre possibilité de survie que celle offerte par le petit commerce ambulant. Selon un témoignage, lundi 10 janvier à Bachdjerrah, dans la banlieue d'Alger, les policiers ont lynché un jeune vendeur dont le seul tort était de venir en aide à sa famille en vendant quelques articles dans la rue. Le commerce informel interdit, quel travail y a-t-il alors pour ne pas crever de faim ?

Face aux jeunes et aux travailleurs sans emploi, le pouvoir est resté quasiment muet, se contentant de vagues promesses de retour à la normale. Si aujourd'hui la situation semble s'être momentanément calmée, rien n'est évidemment réglé. Durant une semaine s'est exprimé un ras-le-bol généralisé, une révolte contre la mal-vie, contre la « Hogra » (l'injustice), et cette injustice découle de tout un système économique qui jette les masses populaires dans la pauvreté. Le pouvoir algérien en partage largement la responsabilité.

Maud NATHAN

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Ven 14 Jan - 3:28

verié2 a écrit:Bien entendu, je suis entièrement d'accord avec les critiques précédentes. Je n'ai cité le texte de Hanoune que comme élément d'information sur ces révoltes et les réactions qu'elles suscitent.

Sparta
Il n'y a aucune ressemblance avec Lo. Mais, vraiment, aucune.

Je n'ai pas parlé de ressemblance entre LO et Hanoune, mais de ressemblance entre les révoltes des jeunes des deux côtés de la Méditerrannée. Mais, en l'occurrence, la différence entre l'attitude de Hanoune et celle de LO sur ce point précis - les révoltes, je ne dis pas sur le reste -, c'est qu'elle manifeste davantage de sympathie et de compréhension de leur nature. Elle a beau évoluer dans les allées du pouvoir, elle ne qualifie pas les émeutiers de délinquants et de lumpens, comme l'a fait LO à propos des émeutiers des cités en 2005 !

Effectivement, lors des évènements de 2005 en France, Lo a eu une interprétation insuffisante du caractère politique qui s'y cachait. Il est vrai aussi que le mouvement révélait une forte ambiguïté tant il lui manquait un but politique. Cependant, Lo n'a pas uniquement fait dans la dénonciation des actes de casse, mais, elle a aussi accusé le gouvernement de responsable, par sa politique, du déclenchement de ces manifestations. Je pense que c'est cette casse et cette absence de programme qui ont convaincu Lo de dire que ces émeutes dans les quartiers pauvres étaient "stériles" et que "La violence aveugle n'est en rien un signe de radicalisation". Par, contre sa fraction "L'Etincelle" y voyait "un véritable embryon de révolte, même si elle (cette révolte) bouscule les grilles de lecture traditionnelle de la direction du parti". Il faut tout de même signaler que Lo a été contre l'état d'urgence décrété lors de ces évènements, tout comme la Lcr qui a, elle aussi, déploré que «se soit fait sans plate-forme unifiante, sans revendications et sans débouchés politiques». Ce qui est plus intéressant est, à mon avis, que les deux organisations d'extrême gauche, Lcr et Lo, ont essayé à "appréhender cette révolte des jeunes, et plus encore à lui donner des débouchés politiques".

Et, Lo, aujourd'hui ? Elle soutient les jeunes révoltés de Tunisie et d'Algérie dont les mouvements présentent les mêmes critères que le mouvement des banlieues françaises. Tant mieux. Je ne veux pas voir là un signe de contradiction, mais, un signe de changement. Voilà, à mon avis, ce qui est important d'apprécier.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  verié2 le Ven 14 Jan - 9:44

Sparta
1) Ce qui est plus intéressant est, à mon avis, que les deux organisations d'extrême gauche, Lcr et Lo, ont essayé à "appréhender cette révolte des jeunes, et plus encore à lui donner des débouchés politiques".

2) Et, Lo, aujourd'hui ? Elle soutient les jeunes révoltés de Tunisie et d'Algérie dont les mouvements présentent les mêmes critères que le mouvement des banlieues françaises. Tant mieux. Je ne veux pas voir là un signe de contradiction, mais, un signe de changement. Voilà, à mon avis, ce qui est important d'apprécier.

1) Non, LO n'a pas essayé de donner des objectifs politiques à la révolte des jeunes des cités de 2005. Certes, LO (et la LCR pas davantage) n'en avait pas les moyens militants, mais LO pouvait tenir un tout autre discours qui aille dans ce sens. On voit mal comment LO aurait pu essayer de donner des objectifs politiques à une révolte qu'elle a qualifiée comme des actes de délinquance. Certes LO, comme toute la gauche et une partie de la droite, a pointé les responsabilité de la société et du gouvernement dans la situation des cités, mais cela n'a rien à voir avec la compréhension du caractère prolétarien de la révolte d'une partie de la jeunesse la plus pauvre.

2) Je n'ai jamais douté une seconde que LO soutiendrait les révoltes des jeunes algériens et tunisiens. LO a toujours soutenu toutes les explosions de colère des populations déshéritées dans le monde, même quand elles étaient marquées par des actes de destruction aveugle, des pillages etc, comme par exemple celle du ghetto de Watts en 1992. Donc, il n'y a aucun changement dans l'attitude - correcte - de LO sur cette question. Le problème, c'est que l'attitude de LO a été sensiblement différente alors que ça se passait sur le sol français... Ca ne peut s'expliquer que par la pression de l'idéologie sécuritaire sur LO, la volonté de ne pas heurter la partie de la population choquée par ces violences, de ne pas apparaître si peu que ce soit comme complice des "casseurs" etc. (Toute la classe ouvrière était cependant loin de rejeter ces jeunes et certains travailleurs, j'ai pu le constater, comprenaient souvent mieux leur révolte que LO.)

Donc, pour que LO change, il faudrait qu'elle revienne, même sans le dire ouvertement, sur son appréciation de la révolte des banlieues de 2005. Cela-dit, je te sais gré de ton honnêteté.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Roseau le Ven 14 Jan - 14:32

Pour revenir doucement et légèrement au sujet du fil

Dans Informations ouvrière n°131 page 11, un festival social-patriote schivardien:

Extrait déclaration du PT d'Algérie :
"Rien ne saurait être supérieur aux intérêts de la nation."

Et plus sérieusement:

Algérie. La révolte des exclus
vendredi 14 janvier 2011
Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 85 (13/01/11)

Le 5 janvier des centaines de jeunes se sont révoltés. À l’origine de leur colère, les augmentations de prix, le démantèlement du secteur informel, mais aussi l’absence d’avenir dans un pays où la population est abandonnée alors que les capitalistes sont privilégiés.

Le mouvement émeutier semble allumer ses derniers feux mais, par son ampleur nationale et son impact, il peut constituer un tournant dans la situation.
À travers des centaines de quartiers urbains, des groupes de jeunes ont, depuis le 5 janvier, fermé les routes, brûlé des pneus, des voitures, mais aussi des banques privées ou publiques, des bureaux de poste, des écoles… Ils ont pillé des magasins et plus rarement des passants.
Cinq morts, 800 blessés. Ce n’est pas octobre 1988 ni le printemps 2001 et leurs tirs sur les révoltés, ni la Tunisie de 2011 d’ailleurs. La police, omniprésente sous le prétexte du terrorisme, a déserté l’espace urbain. Le ministre de l’Intérieur se flatte d’une capacité de retenue de ses troupes se contentant d’arrêter un millier de jeunes, plutôt au hasard.
En prévision de l’interdiction des gros paiements en espèces de mars 2011, les gros monopoles privés de l’agroalimentaire se sont résignés aux procédures légales. Leurs grossistes distributeurs ont refusé les enlèvements.
Pénurie, spéculation. Hausse immédiate des prix dès le 1er janvier. C’est ce qui déclenche la révolte. Mais le début de démantèlement des marchés informels avait déjà donné lieu à des affrontements. La distribution de milliers de logements sociaux, une goutte dans l’océan des besoins, était accompagnée de violences dans chacun des bidonvilles concernés, et semait le mécontentement alentour. Depuis plusieurs mois, ça bouillonne. Une agressivité nouvelle s’exprime à l’égard de Bouteflika et de son régime qui distribue les milliards de dollars aux affairistes nationaux dont l’ascension rapide heurte une tradition populiste égalitariste. Mais on fulmine aussi quand les Émiratis acquièrent au dinar symbolique un parc de 670 hectares dans les beaux quartiers d’Alger, ou quand on lit dans la presse que Pierre Falcon, marchand d’armes français, était chargé de redistribuer la commission de 20 % du marché de l’autoroute (11 milliards de dollars).
Mal-vivre des jeunes privés d’emploi, de logement de loisirs dans une société rigoriste…
Aucun slogan, aucun mot d’ordre, aucune structuration. Belhadj (FIS) et Layada (MIA) qui tentent le contact sont rejetés. On n’entend plus les rumeurs sur les complots de militaires du pouvoir, on parle de chômage, des gros producteurs privés, des grossistes, des importateurs et de la misère des salariés et des pauvres gens.
Cette situation est la conséquence de 20 ans de libéralisme : démantèlement des entreprises publiques qui assuraient la protection sociale et un plein emploi relatif. Essor du secteur privé parasitaire qui généralise la précarité et le travail au noir. Envahissement par l’informel. La qualification dans un système scolaire prolifique devient alors inutile.
La tradition émeutière depuis 30 ans gaspille la combativité sociale. Les destructions ont réussi à transformer une sympathie générale en une hostilité qui s’organise pour préserver sa cité ou sa rue.
L’émeute est le résultat d’une politique qui maintient l’état d’urgence, refuse les agréments aux syndicats, partis, associations, journaux, empêche les réunions, matraque les marches, les grèves et ne laisse d’issue que l’émeute.
L’envergure des événements de 2011 peut produire une ouverture mais le pouvoir peut être tenté par une fuite en avant autoritaire et se servir des reflexes d’auto­défense contre les pillards. Sur le plan économique, le gouvernement s’aplatit devant le lobby de l’agroalimentaire dispensé d’impôts et de taxes douanières jusqu’en août prochain. Il dit renoncer à libérer l’espace public des commerces informels. Des bagarres au couteau ont accompagné la reconquête des trottoirs évacués ces dernières semaines.
L’enjeu est aussi celui du maintien ou non du virage patriotique et de ses mesures protectionnistes. La bourgeoisie, les grands quotidiens font campagne pour obtenir un retour à la norme ultralibérale, revendiqué par la fraternité mondiale des pillards capitalistes.
Chawki Salhi, Alger, le 11 janvier

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  sylvestre le Mar 18 Jan - 18:01

http://actualutte.info/?p=619

Algerie, 80% des lycéens en grève pour de meilleures conditions d’étude

La colère s’étend en Algérie et touche maintenant les lycées qui sont pour la plupart d’entre eux paralysés depuis lundi matin.


Les lycéens se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions d’études, un taux de grève qui atteint 70 à 80% dans certains établissements, notamment dans la capitale Alger. Les lycéens entendent par le mouvement revendiquer de meilleures conditions d’études avec l’allègement du programme pour les terminales qui se disent «trop lésés par la surcharge des programmes et le rythme accéléré pour finir les cours dans les délais fixés par le ministère de l’Education nationale» selon Radio Kalima.

C’est mouvement qui s’est à nouveau organisé via les différents outils sociaux que sont facebook, twitter ou la diffusion de sms. Lundi, les lycéens d’Alger ont souhaité organiser une marche afin de pouvoir faire entendre leurs revendications, celle ci à été interdite par le régime de Boutaflika.

Face à ce mouvement, le gouvernement à ressorti l’argument de la manipulation en faisant porter la faute de cette grève à des parents démissionnaires. Réponse d’Indir Achour, chargé de communication du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) «A chaque fois qu’il y a un mouvement, on parle de manipulation. Les élèves ne sont manipulés que par les conditions sociales et pédagogiques. Si les élèves ne sont pas écoutés, cela risque de dégénérer».

Raphaël Rezvanpour

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Camarades, je vous fais appel

Message  Sparta le Mer 19 Jan - 6:16

Camarades, je vous présente mes sincères excuses d'avance. Vos critiques sont extrêmement importantes. Personne ne dira le contraire, si, toutefois, cette personne cherche réellement à valider les thèses avancées à partir de l'unique intérêt de la classe ouvrière et non de son parti. Pourtant, camarades, il y a un hic en cela. Pour vous en convaincre, je vous présente la chose comme suit : imaginez un peu qu'en plein novembre 2010 (luttes de classe intense en France), des camarades algériens, tunisiens et autres discutent de leurs divergences de partis de leurs pays respectifs, oubliant, malgré eux, de parler des évènements français. Qu'en penserez-vous ? Voilà, camarades. Nous avons besoin de vous, maintenant, plus que jamais. Vos analyses et vos conseils sont vraiment importants pour nous. Ne nous en privez pas svp. Merci.
avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Mer 19 Jan - 6:47

La récente lutte des jeunes contre le pouvoir bourgeois algérien s'est certes soldée par un arrêt, suite aux rétractations du pouvoir sur les prix de l'huile et du sucre, mais tout porte à croire que cet arrêt n'est que momentané. Déjà, bien avant la formidable prestation des travailleurs et de la jeunesse tunisienne, chassant le dictateur Ben Ali, les masses populaires algériennes ont toutes senti un goût d'inachevé dans la lutte de la jeunesse. Aujourd'hui, la rumeur, assez forte, circule en faveur d'une reprise imminente. L'exemple tunisien a revigoré l'espoir d'un triomphe sur la junte militaire qui a squatté le pouvoir algérien. Déjà, la rumeur d'une grève générale nationale est en train de circuler. Un des dirigeants de l'ugta vient d'être arrêté. Le sete de Béjaia appelle à la grève dans son département. Les lycéens occupent, chaque jour, la rue depuis dimanche. Le rcd engage un affront en maintenant sa marche à Alger contre la décision du ministre de l'intérieur d'interdire cette marche. Des citoyens s'immolent (4 à ce jour)... Tous ces éléments révèlent la cherche volontaire d'une étincèle pouvant déclencher le feu.

Mais, si la relance de la lutte se produit, quels instruments avons-nous pour prendre la situation en main ? Laisser la jeunesse seule face à la répression est hors de question. Laisser cette jeunesse prendre les rennes de la décision politique, hors de question aussi. Laisser les partis bourgeois comme le rcd ou les islamistes diriger la contestation, aussi, hors de question. Tout porte à croire, qu'à l'exemple tunisien, ça sera les syndicats, qui ont le plus combattu le pouvoir algérien à savoir, le cla, le cnapest, le snapap, les syndicats d'El Hadjar, Sonacob, l'éducation de Bejaia..., qui joueront un rôle politique déterminant. Les partis "révolutionnaires" ont été réduits à leur degré le plus insignifiant. Je ne pense pas qu'ils soient à la hauteur de peser fortement sur la situation. Mais, ne gageons rien quand même.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  verié2 le Mer 19 Jan - 10:23

Sparta a écrit: (...)Laisser la jeunesse seule face à la répression est hors de question
Laisser cette jeunesse prendre les rennes de la décision politique, hors de question aussi. (...)


Tu sais, Saparta, les jeunes ne nous attendent pas et ne nous demandent pas notre avis avant de se révolter.

Mais, ne gageons rien quand même.
Heureusement ! Car, avant que se forment un (ou des ?) partis révolutionnaires, il faudra passer par pas mal d'étapes. C'est dans la lutte que se forgent de vrais partis révolutionnaires. Ils ne sont jamais armés de pied en cap, prêts à l'action, après des années de calme ou de relatif calme social...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Mer 19 Jan - 13:53

verié2 a écrit:

Tu sais, Saparta, les jeunes ne nous attendent pas et ne nous demandent pas notre avis avant de se révolter.


Oui, tu as raison. Les jeunes ne nous attendent pas. Cependant, en dépit de cela, il est hors de question de les laisser décider politiquement à la place de la classe ouvrière. C'est pour cela que nous devons tout mettre en oeuvre pour que la classe ouvrière prenne le dessus sur tout afin de réussir sa révolution.
avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  sylvestre le Mer 19 Jan - 13:56

Sparta a écrit:
verié2 a écrit:

Tu sais, Saparta, les jeunes ne nous attendent pas et ne nous demandent pas notre avis avant de se révolter.


Oui, tu as raison. Les jeunes ne nous attendent pas. Cependant, en dépit de cela, il est hors de question de les laisser décider politiquement à la place de la classe ouvrière. C'est pour cela que nous devons tout mettre en oeuvre pour que la classe ouvrière prenne le dessus sur tout afin de réussir sa révolution.

Il n'y a pas de jeunes ouvriers ? Y'a-t-il une raison quelconque de penser que les jeunes qui se révoltent en Algérie sont des fils de bourgeois ?
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Sparta le Mer 19 Jan - 14:15

sylvestre a écrit:
Sparta a écrit:
verié2 a écrit:

Tu sais, Saparta, les jeunes ne nous attendent pas et ne nous demandent pas notre avis avant de se révolter.


Oui, tu as raison. Les jeunes ne nous attendent pas. Cependant, en dépit de cela, il est hors de question de les laisser décider politiquement à la place de la classe ouvrière. C'est pour cela que nous devons tout mettre en oeuvre pour que la classe ouvrière prenne le dessus sur tout afin de réussir sa révolution.

Il n'y a pas de jeunes ouvriers ? Y'a-t-il une raison quelconque de penser que les jeunes qui se révoltent en Algérie sont des fils de bourgeois ?

Justement, c'est parce ces jeunes, qui manifestent leur raz-le-bol en Algérie ou ailleurs, appartiennent à différentes classes sociales que ça pose problème de leur laisser la décision politique dans cet affrontement au capital. C'est à la classe ouvrière de les diriger et non l'inverse. A moins que l'on suppose une révolution par les jeunes pris comme tels. Là, il s'agit d'autres choses... d'autres concepts. Je demande à connaitre.


Dernière édition par Sparta le Mer 19 Jan - 16:27, édité 2 fois
avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  sylvestre le Mer 19 Jan - 15:59

Sparta a écrit:
Sylvestre a écrit:Il n'y a pas de jeunes ouvriers ? Y'a-t-il une raison quelconque de penser que les jeunes qui se révoltent en Algérie sont des fils de bourgeois ?

Justement, c'est parce ces jeunes, qui manifestent leur raz-le-bol en Algérie ou ailleurs, appartienne à différentes classes sociales que ça pose problème de leur laisser la décision politique dans cet affrontement au capital. C'est à la classe ouvrière de les diriger et non l'inverse. A moins que l'on suppose une révolution par les jeunes pris comme tels. Là, il s'agit d'autres choses... d'autres concepts. Je demande à connaitre.

Ce que je voulais pointer c'est qu'il n'est pas correct de poser "les jeunes" d'un côté et "la classe ouvrière" de l'autre. Rien ne montre que les jeunes qui se révoltent en Algérie soient d'une autre classe que la classe ouvrière (prolétariat, etc.). Il y a peut-être quelques enfants de petits commerçants, mais de toute évidence leurs revendications sont des revendications de classe : accès à l'éducation et à l'emploi.
Maintenant, comme pour tout secteur de la classe ouvrière, la force vient avec l'organisation et le développement d'une stratégie. De ce côté-là il semble que la classe ouvrière algérienne dans son ensemble ait encore du boulot, comme du reste la classe ouvrière française.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algérie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum