POI et Schivardi

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Mar 16 Déc - 2:48

Rythmes scolaires, 67 millions d’euros de baisse des dotations à la CUS, attaques sans précédents contre les services publics : comment bloquer le pacte de responsabilité du gouvernement Hollande/Valls et ses conséquences à Strasbourg ?

Quelle issue politique ? Venez en débattre MERCREDI 17 DÉCEMBRE À 19 H
28 novembre
Les conséquences du pacte de responsabilité pour la Communauté Urbaine de Strasbourg ont été annoncées :
— 67 millions d’euros pour les 3 prochaines années.

Au sommet de la CUS, c’est le consensus entre le PS, EELV et l’UMP pour frapper la population. (DNA du 6 novembre)
Robert Herrmann (président de la CUS) déclare : « La discussion a été sereine entre nous. »
Yves Bur (UMP) « Nous avons travaillé dans le souci de l’intérêt général ».
Marie Dominique Dreyssé (EELV) « C’est l’avenir que nous préparons pour ce 1er budget de l’Euro-métropole ».

(...)

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Ven 19 Déc - 2:09

COMPTE RENDU DE MANDAT ÉTABLI EN COMMUN PAR CHRISTINE FANTUZZI, YACINE HOUICHI, CHRISTEL KEISER, CHEIKH MAMADOU Conseil municipal du 20 novembre 2014

Le conseil municipal du 20 novembre s’est ouvert d’abord par une suspension de séance permettant de donner la parole à un syndicaliste, enseignant au collège Paul Eluard, mandaté par son assemblée générale et par les différentes écoles du Bas Montreuil (Dolto, Voltaire, Marceau…) mobilisées contre la décision prise par la ministre Najat Vallaud-Belkacem de sortir ce collège et ces écoles de l’enseignement prioritaire et de les priver des moyens nécessaires. “ Nous sommes très en colère ” a déclaré ce
responsable syndical, à juste titre…

En colère de toute évidence contre le gouvernement qui avait pris cette mesure, qualifiée de “coup de massue”, mais également contre le communiqué du maire de Montreuil qui, se félicitant de la nouvelle carte de l’éducation prioritaire, de fait, légitimait la décision de sortie du réseau d’éducation prioritaire de Paul Eluard. Nous avons bien évidemment apporté notre
soutien aux enseignants et aux parents qui, au moment où nous écrivons, sont toujours, avec leurs organisations, engagés dans l’action pour obtenir le rétablissement des moyens supprimés.

Dans son intervention liminaire, le maire a apporté un soutien aux enseignants et évoqué la mobilisation des communes contre les coupes des dotations budgétaires décidées par le gouvernement. En effet, nous le savons, ce sont 50 milliards d’euros de coupes (dont 11 milliards d’euros dans les budgets des collectivités locales) que représente le terrible pacte de responsabilité par lequel 41 milliards d’euros sont destinés à renflouer les patrons sous diverses formes d’aides de l’État, d’exonérations, etc.
S’agissant de Montreuil, Patrice Bessac a indiqué que les coupes imposées par le gouvernement représentent 12,5 millions d’euros entre 2015 et 2017, soit “l’équivalent du coût de la construction de la nouvelle école, ou de l’ensemble du budget de fonctionnement des centres de loisirs”. Il a fait connaître que la volonté du gouvernement est de contraindre les communes, soit à augmenter les impôts, soit à diminuer les services rendus à la population, soit même à combiner ces deux mesures.
Sur les rythmes scolaires, il a indiqué que le coût non compensé par les fonds d’amorçage de l’Etat était de deux millions d’euros, mais il s’est refusé à envisager l’arrêt de l’application de cette réforme, évoquant même la mise en place rapide d’un comité de pilotage pour élaborer le projet éducatif territorial. “La municipalité ne décidera pas de nouvelles augmentations d’impôts”, a-t-il pris comme engagement, car “nous sommes au taquet, nous n’irons pas plus loin”. Et la municipalité “ne fera pas de nouveaux emprunts pour compenser ce manque à gagner” car il faudrait rembourser aux banques non pas 12,5 mais 18 millions d’euros. “Nous refusons la remise en cause des services publics”, a-t-il aussi affirmé. “Nous ne serons pas le bras de l’austérité communale”.
Discours qu’on ne peut qu’approuver, mais nous avons relevé qu’ immédiatement après il a précisé :
“Nous avons demandé à tous les services, à chaque agent de la ville, de revoir le budget, de faire des
économies. Chaque euro dépensé doit être un euro socialement utile.” Parmi les pistes pour dégager de
nouveaux moyens, il a évoqué le fameux fonds de dotations sur lequel Christel Keiser est revenue dans
son intervention liminaire et indiqué que des contacts étaient pris avec la Caisse des dépôts et consignations pour pouvoir trouver des sources de financement pour l’investissement.

Condamner l’austérité tout en mettant en place des mesures relayant cette austérité : exercice difficile qui explique que Patrice Bessac a conclu son introduction en annonçant le report du débat d’orientation budgétaire au conseil municipal du 18 décembre, pour un vote du budget 2015 en février.

Dans le débat général qui a suivi, les différentes composantes de la majorité municipale, Front de gauche, PS, Verts, ont fait connaître un certain consensus, au moins apparent, sur la nécessité de préparer ce plan d’économies, ce qui a conduit Patrice Bessac a déclarer qu’il était “très fier que l’ensemble de la majorité fasse bloc sur cette politique”. Dans ce débat général, Christel Keiser a pris la parole pour faire la déclaration suivante :
“Monsieur le Maire, chers collègues, Bien évidemment, nous soutenons les revendications légitimes des enseignants qui nous ont été exposées ce soir. Aucun moyen ne doit être supprimé dans aucun établissement de Montreuil. Et nous apportons notre soutien total à l’action des parents et des enseignants. Vous avez écrit, Monsieur le Maire, que vous constatiez, à Montreuil, une dégradation des conditions de vie et que les difficultés touchaient désormais ceux qui jusqu’ici avaient été épargnés. Tout le monde fait le même constat, à Montreuil et dans tout le pays : une situation de plus en plus difficile pour les travailleurs, pour la population, dont le principal responsable est la politique mise en oeuvre par le gouvernement Hollande/Valls, politique exclusivement au service des capitalistes. Politique largement rejetée. En témoigne encore aujourd’hui la grève des enseignants dans le département, à l’appel de leurs organisations syndicales, aussi contre les nouveaux rythmes, l’absence de postes de remplaçants, pour le rétablissement des réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficultés et la défense de leur statut.

Depuis, le dernier conseil municipal, le budget 2015 a été voté par l’Assemblée nationale, avec l’abstention de 37 députés du Parti socialiste et le vote contre des députés du Front de gauche. Ce budget, en application du pacte de responsabilité, coupe 21 milliards d’euros de dépenses publiques pour financer les 40 milliards d’euros d’exonérations au bénéfice des patrons. Concrètement, cela signifie moins de services publics et des ponctions supplémentaires dans les poches des salariés, des jeunes, des chômeurs… : hausse du prix du gazole, augmentation de la redevance audiovisuelle, revalorisation des valeurs locatives pouvant amener des hausses d’impôts locaux, etc. Disons-le clairement, il s’agit d’un budget de guerre contre les travailleurs. Et d’un budget de guerre tout court car, quelques jours avant, il faut quand même le signaler, 600 millions d’euros supplémentaires ont été dégagés pour les fameuses Opex (opérations extérieures), c’est-à-dire les interventions militaires au Mali, en Syrie ou encore en Irak. Au-delà, nous savons que sont dans le collimateur le contrat à durée indéterminée, les conseils de prud’hommes ainsi que les seuils dans les entreprises, autant de mesures qui, si elles étaient adoptées, aggraveraient encore la précarité. Concernant les collectivités locales, c’est 3,7 milliards d’euros d’économies à réaliser dès 2015 pour parvenir à un total de 11 milliards en 2017. Pour Montreuil, cela signifie une baisse des dotations de 12,5 millions d’euros d’ici 2017. Face à cette politique, face à la baisse des dotations décidée par le gouvernement, les municipalités n’ont que deux possibilités : ou bien se faire le relais de cette politique qui étrangle financièrement les communes, ou bien la combattre et, dans ce cas, en appeler à la mobilisation de la population pour exiger du gouvernement qu’il rende aux communes les dotations qu’il a décidé de supprimer. Nous l’avons déjà dit, et je le répète ce soir, la municipalité sera jugée par la population en fonction des choix qu’elle aura réalisés. Et elle ne sera pas jugée sur ses discours mais sur ses actes concrets. Ces questions sont posées à toutes les collectivités territoriales et donc au département de Seine- Saint-Denis. Nous avons pris connaissance du communiqué de presse du groupe communiste, citoyen et Front de gauche du conseil général, signé par les 13 conseillers généraux, dont deux sont membres de ce conseil municipal. Ce communiqué, intitulé “La Seine-Saint-Denis plumée par l’austérité ! Rebiffons-nous !”, dénonce, fort justement, les orientations budgétaires pour 2015, présentées par le président du conseil général, Stéphane Troussel qui, acceptant de relayer la politique du gouvernement, entérine une baisse de la dotation au département de 22 millions d’euros. Les conseillers généraux du Front de gauche précisent (je cite) : “Ces orientations budgétaires pour l’année 2015 traduisent une gestion de l’austérité par la majorité socialiste.” Et ils indiquent qu’ils ne peuvent continuer de mendier quelques petites aides ici et de couper plus ou moins ailleurs, en précisant que pour eux, il ne s’agit pas de capituler. On ne peut que partager cette volonté. Et cette affirmation qui vaut au niveau départemental vaut également au plan de la municipalité, confrontée à la même politique d’austérité du gouvernement.

Je crains que certaines délibérations soumises à cette séance du conseil donnent des indications qui ne vont pas dans le bon sens. Nous serons amenés à y revenir au cours de cette séance mais la délibération qui, pour compenser la baisse des dotations de l’Etat, crée un fonds de dotations intitulé “Montreuil solidaire”, alimenté par des particuliers, des associations et des entreprises, pose sérieusement problème. Bien évidemment, boucler un budget dans les conditions indiquées précédemment relève d’une mission quasi impossible. Mais cette délibération, avec un intitulé qui peut sembler séduisant, vise en réalité à privatiser les subventions aux associations. Au moment où les dotations diminuent drastiquement, plutôt que de créer un tel fonds, il serait conforme aux intérêts des Montreuillois d’exiger du gouvernement qu’il rétablisse les dotations et que, pour ce faire, la population soit appelée à se mobiliser.

Dans le même sens, la délibération qui augmente jusqu’à 16 % les tarifs de location et des prestations liés à l’accueil du centre de vacances d’Allevard ne va pas dans le sens des intérêts de la population, car il s’agit là encore de faire peser sur les Montreuillois la politique d’austérité du gouvernement.

Quant à la déclaration de la majorité municipale à propos du vote du budget, elle est marquée d’une certaine ambigüité qui ne peut que susciter des inquiétudes. D’une part, elle remet en cause la politique gouvernementale de diminution des dotations, ce que nous partageons. Mais d’autre part, certaines formulations sont préoccupantes. Il est écrit : “Les élus poursuivront la chasse aux dépenses inutiles.” Qu’est-ce qu’une dépense inutile ? Je pose la question : les agents contractuels territoriaux seraient-ils une dépense inutile ? Et la déclaration ajoute : “En ayant le souci de ne pas augmenter les impôts locaux.” C’est bien d’avoir ce souci, c’est mieux de prendre l’engagement et surtout de le respecter.Mais, nous aurons certainement la réponse à ces questions, quand, le 18 décembre prochain, nous serons amenés à débattre des orientations budgétaires.

Pour notre part, nous resterons fidèles à nos engagements. Si vous décidez, Monsieur le Maire, d’organiser la résistance à la politique du gouvernement, c’est-à-dire à la politique d’asphyxie financière des collectivités locales et de la population, si vous décidez d’organiser la mobilisation de la population sur cette base, vous pourrez compter sur notre soutien. Dans le cas contraire, nous saurons prendre nos responsabilités. Je vous remercie.”

S’agissant de l’ordre du jour du conseil municipal proprement dit, il était, pour l’essentiel, constitué de décisions administratives sans véritable portée politique, hormis plusieurs questions qui, selon nous,
posaient problème.

Ainsi, la délibération n° 2, mettant en place un fonds de dotations visant à privatiser les subventions aux associations, a finalement été retirée de l’ordre du jour pour des raisons que nous ne connaissons pas. Sans doute, sera-t-elle remise à l’ordre du jour prochainement. Nous aurons donc l’occasion de revenir sur ce projet extrêmement dangereux du point de vue des associations, de leur financement, de la démocratie municipale et des prérogatives des élus.
Nous nous sommes évidemment abstenus sur la décision modificative du budget primitif dans la mesure où n’ayant pas voté ce budget, nous ne voyons pas comment nous pourrions nous prononcer sur sa modification.
Nous nous sommes abstenus sur la délibération concernant l’adhésion de la ville de Montreuil à la charte régionale de la biodiversité, charte qui comprenait assez curieusement la proposition de “limiter l’éclairage public la nuit dans les zones non passantes de Montreuil” (propos de Claire Compain, rapporteuse). A ce sujet Cheikh Mamadou a pris la parole pour déclarer : “Monsieur le Maire, chers collègues, La ville de Montreuil s’engage donc, avec cette délibération, au nom de l’adhésion à une charte de la biodiversité, à éteindre ou diminuer l’éclairage public entre 23 heures et 5 heures du matin. Pensez-vous sincèrement que cette mesure soit de nature à assurer la tranquillité des Montreuillois ? Bien évidemment, il ne s’agit certainement pas de rentrer dans une logique sécuritaire mais de permettre aux Montreuillois de pouvoir rentrer chez eux tard le soir et de partir tôt le matin. Je pense en particulier à tous ces salariés qui ont des horaires déréglementés. Pour ces raisons, nous nous abstiendrons sur cette délibération. Je vous remercie.”
Nous nous sommes abstenus sur l’adhésion à la compétence optionnelle “développement des énergies renouvelables ” du SIPPEREC conformément à la ligne de conduite que nous avons en général sur toutes les relations avec le SIPPEREC qui consiste à limiter la responsabilité du conseil municipal et à s’en remettre à des structures intercommunales que nous ne contrôlons pas. Signalons que sur la question de la géothermie, présentée par Gaylord Le Chequer comme “outil pour faire face à l’explosion de la précarité thermique, aux coupures d’électricité”, Claire Compain, de la majorité municipale (EELV), a précisé en substance “qu’il ne fallait pas en faire la solution miracle, puisque cela ne fonctionnera vraiment que sur les logements neufs”.
Nous avons voté en faveur de toute une série de décisions concernant des subventions versées au nouveau théâtre de Montreuil, au Café La Pêche, aux classes transplantées, à différentes associations, etc.
S’agissant de la délibération n° 7 approuvant la convention de partenariat entre la ville de Montreuil et l’association Initiative-emploi, nous avons voté pour, mais Christel Keiser a été amenée à préciser pour quelles raisons et dans quelles conditions : « Monsieur le Maire, chers collègues, Bien évidemment, nous sommes favorables à ce que des personnes inscrites dans des démarches d’insertion et qui sont dans l’impossibilité de trouver un mode d’accueil puissent bénéficier de places en crèches pour leurs enfants et nous voterons pour cette délibération. Ceci étant dit, la baisse des dotations de l’Etat compromet ce dispositif ainsi que la construction de nouvelles crèches qui permettrait de répondre aux besoins de la population évalués à 1 500 places. Il est donc indispensable, afin de répondre à ces besoins, que la municipalité exige de l’Etat qu’il rétablisse les dotations supprimées. Je vous remercie ».
A noter que nous nous sommes abstenus sur la délibération n° 15 qui modifiait une délibération du mois de juin sur laquelle nous nous étions déjà abstenus concernant les “cafés-culture”.
La délibération n°19 posait un problème évident d’augmentation des tarifs. A ce sujet, Christel Keiser devait prendre la parole pour déclarer : « Monsieur le Maire, chers collègues, il nous est donc proposé d’approuver les nouveaux tarifs pour les séjours dans le centre de vacances d’Allevard, avec des augmentations de tarifs qui peuvent aller jusqu’à 16 % ! On nous répondra probablement qu’un certain nombre de séjours sont subventionnés. Certes mais cela ne justifie en rien qu’on prenne à nouveau dans la poche des Montreuillois et des usagers du centre, qui sont déjà victimes des conséquences de la politique du gouvernement, sur lesquelles je suis largement revenue ce soir. Nous voterons donc contre cette délibération. Je vous remercie ». A noter la réponse du maire qui a prétendu que cette augmentation ne faisait que s’aligner sur l’indice INSEE des prix à la consommation, ce qui n’est notoirement pas le cas.
S’agissant de la délibération n° 20 sur les tarifs des salles municipales, nous avons voté pour mais après que Cheikh Mamadou ait fait remarquer le manque de salles de convivialité sur la ville.
Sur la délibération n° 23, nous avons confirmé notre opposition au transfert du droit de préemption et avons donc voté pour la suppression de la délégation du droit de préemption après que Yacine Houichi ait déclaré : « Monsieur le Maire, chers collègues, A plusieurs reprises, nous nous sommes prononcés dans cette assemblée contre le transfert du droit de préemption urbain renforcé car il s’agissait, selon nous, d’une logique dangereuse par laquelle la ville se démettait de ses prérogatives au profit de différents organismes, démettant ainsi les élus de Montreuil de leurs responsabilités. Aujourd’hui, on nous demande d’approuver la suppression de la délégation du droit de préemption urbain à l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France au motif que cette délégation présentait des risques. Nous ne pouvons que nous féliciter de cette décision. C’est pourquoi nous voterons pour. Je vous remercie ».
Nous nous sommes abstenus sur les délibérations concernant la conclusion de l’opération “Coeur de ville” car, pour notre part, nous n’avons aucune maîtrise sur ce dossier.
Nous nous sommes également abstenus sur la délibération n° 30 dans la mesure où d’une part, cette décision se situe dans le cadre du transfert à la communauté d’agglomération Est ensemble et où d’autre part, c’est un projet qui vise à construire plus de logements privés que de logements sociaux collectifs.
Nous avons bien évidemment voté pour la délibération n° 32 accordant des garanties d’emprunt pour les travaux de réhabilitation de la cité HLM « Mare à l’âne » mais après que Christine Fantuzzi ait déclaré : « Monsieur le Maire, chers collègues, On ne peut bien évidemment que se féliciter d’une délibération qui permet la réhabilitation du parc social public Mare à l’âne. Je souhaiterais profiter de cette délibération pour poser une question : vous nous aviez annoncé en début de mandature qu’en raison de graves difficultés financières de l’OPHM, un audit avait été demandé. Nous souhaiterions connaitre les résultats de cet audit ou au moins la date à laquelle les résultats seront connus. Je vous remercie. »
En fin de conseil municipal, Patrice Bessac a promis le résultat de l’audit financier sur l’OPH de Montreuil d’ici la fin de l’année.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Lun 22 Déc - 2:19

http://poimontreuil.com/2014/12/12/en-videos-interventions-de-c-keiser-conseil-municipal-du-20-11-2014

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Jeu 25 Déc - 1:33

Gérard Schivardi : « L'Aude va disparaître ! » 21/12

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Ven 26 Déc - 1:22

Hellemmes : le Parti ouvrier indépendant se dresse contre la politique du gouvernement 22/12

Le Parti ouvrier indépendant (POI) prépare son congrès de mai prochain et milite à travers un certain nombre de manifestations telles que celle de vendredi soir à l’espace des Acacias.

À l’entrée, le ton est donné avec la lettre ouverte adressée à Martine Aubry que toute l’assemblée a signé. En effet, au conseil municipal du 15 décembre, le maire de Lille a annoncé sa décision d’augmenter le taux de la taxe foncière en 2015 au motif, selon l’adjointe au budget, du désengagement de l’État. « Martine Aubry trouve que c’est une erreur absolue de cogner sur les collectivités locales. Mais cogner sur les travailleurs, est-ce acceptable ? », s’insurge Dominique Ferré, camarade du POI. « Parce que l’augmentation de la taxe foncière touchera tous les citoyens, ceux qui sont propriétaires comme les locataires sur lesquels elle sera répercutée. La situation est très compliquée aujourd’hui à Lille et en France et il faut en discuter avec nos adhérents, avec les autres syndicats et le public », a précisé Dominique Ferré.

« Les peuples ont le droit de décider »

Ingrid était très intéressée par cette rencontre. « Mon compagnon est engagé au POI et je suis curieuse d’entendre le débat. Savoir aussi comment les travailleurs belges ont pu bloquer tout le pays à travers une grève nationale. Moi aussi, j’en ai ras le bol du gouvernement actuel et j’aimerais que cela change. Les valeurs défendues par le POI sont les miennes et je ne les retrouve dans aucun parti politique. »
Les camarades du POI avaient invité Roberto, syndicaliste belge, à expliquer la situation de nos voisins frontaliers ainsi que Christelle Kaiser du bureau national du POI et conseillère municipale de Montreuil en Seine-Saint-Denis. Pour elle, « seule la mobilisation pourra faire reculer les diktats du gouvernement. La loi Macron, c’est la remise en cause de pans entiers de nos acquis ». Parmi le public, quelques camarades ont tenu à exprimer leur point de vue, tout comme Grégoire, ancien étudiant lillois parti travailler au Brésil. « Je milite là-bas pour le parti des travailleurs parce qu’en France comme au Brésil, les peuples ont le droit de décider. »

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Sam 27 Déc - 0:18

Selon « Loire-Atlantique à gauche », l’abstentionniste voilà l’ennemi ! Jean-Pierre Bréus, secrétaire départemental du POI

Alors que la politique de régression sociale de ce gouvernement subit un rejet croissant, s’exprimant notamment, scrutin après scrutin, par une abstention qui atteint des records, la future liste « Loire-Atlantique à gauche» aux élections départementales de mars ose affirmer que « ne pas voter, c’est voter FN » !

Comment peut-on proférer de telles paroles alors que les travailleurs de ce pays en chassant hier Sarkozy ont précisément voulu en finir avec une politique aujourd’hui appliquée par le gouvernement Hollande/Valls et que leur abstention d’aujourd’hui signifie qu’ils n’acceptent pas plus l’austérité de gauche que de droite !
Rappelons que toute la politique de ce gouvernement s’incarne dans son pacte de responsabilité élaboré avec le MEDEF. Ce pacte, ce sont 41 milliards d’euros donnés au patronat d’ici à 2017 en exonérations sociales et fiscales, accompagné d’un plan de rigueur sans précédent de 50 milliards touchant toute la population.

Dans ce cadre, les dotations globales versées aux collectivités locales baisseront de 11 milliards d’euros à l’horizon 2017, au rythme prévu de 3,7 milliards par an. Les conséquences sur ces collectivités vont être dramatiques :

-C’est ainsi qu’il est prévu dans le futur contrat de plan Etat- Région que le budget alloué à l’enseignement supérieur et à la recherche soit divisé par trois, passant de 127 millions d’euros à 44, 5 millions ! ceci dans une situation déjà tragique pour les universités contraintes de supprimer des enseignements entiers.
-C’est ainsi que toutes les communes du département, face à la baisse de la dotation, auront le « choix » entre augmenter les impôts ou diminuer les services à la population et s’en prendre aux services publics et à ses personnels, (comme le fait la Mairie de Nantes en s’en prenant aux acquis locaux des fonctionnaires territoriaux en matière de régime indemnitaire).

Pour ce gouvernement, il n’y a par contre pas d’argent lorsqu’il s’agit de sauver les emplois et les sites industriels de la SEITA, des ABRF (Châteaubriant), de Doux, de la SNCM…

C’est cette politique que les travailleurs rejettent par leurs abstentions !

Pour le Parti ouvrier indépendant, s’opposer à la montée du Front national ne peut se faire que dans le combat résolu contre la politique de ce gouvernement dont toutes les mesures, de trahison en trahison, conduisent précisément à la progression de ce parti (montée toute relative compte tenu des chiffres de l’abstention). C’est la raison pour laquelle le POI soutient les milliers de maires et d’élus qui se sont prononcés publiquement pour la défense des communes et des départements, pour le retrait de la réforme territoriale.

Pour le Parti ouvrier indépendant, seule l’unité des travailleurs et de leurs organisations contre le pacte de responsabilité, contre la loi Macron, sera en mesure de faire échec à la politique de Hollande/Valls et de leurs maîtres de l’Union européenne. C’est pour mener ce combat qu’il invite à la discussion, sans aucun préalable, dans la préparation de son congrès ouvert.
Jean-Pierre Bréus, secrétaire départemental du POI

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Sam 27 Déc - 20:19

Ce n’est pas à la population de payer !

1 – Lors du conseil municipal du 18 décembre, Patrice Bessac, maire de Montreuil, a annoncé les coupes imposées par le gouvernement :

- 2014 : 1,5 million d’euros de subventions en moins ;

- 2015 : 3,67 millions d’euros en moins, et 2,5 millions d’euros de charges supplémentaires générées par les rythmes scolaires = 6,17 millions d’euros qui s’ajoutent à 2014 donc : 7,67 millions d’euros en moins ;

- 2016 : 3,67 millions d’euros de coupes supplémentaires s’ajoutent à ce qui précède = 11,34 millions d’euros ;

- 2017 : 3,67 millions d’euros supplémentaires s’ajoutent à ce qui précède = 15,01 millions d’euros.

De 2014 à 2017, plus de 35 millions d’euros sont soustraits par l’Etat à la ville de Montreuil (7,67 millions pour 2015).

2 – Le maire a annoncé les mesures qu’il envisage dans ce contexte :

Pas d’augmentation des impôts locaux.

La masse salariale (salaires des agents de la ville) reste inchangée. Compte-tenu de l’augmentation automa-tique de 2,5 millions d’euros pour les déroulements de carrière, le maire veut avec “concertation avec les organisations syndicales”, travailler à “maîtriser l’évolution des dépenses de personnels”. Ce qui signifie qu’il y aura nécessairement des suppressions de postes.
Le maire a annoncé qu’il ne descendrait pas le niveau des dépenses d’investissement en-dessous de 30 millions.
Il a surtout annoncé la “révision des politiques publiques municipales”, c’est-à-dire une remise en cause généralisée des services publics rendus à la population.

Augmentation des tarifs, diminution des services rendus, suppressions d’emplois des personnels : c’est un budget d’austérité et de coupes budgétaires que prépare l’équipe Bessac-Dufriche-Le Chequer-Yonis, faisant peser sur la population les conséquences de la politique dictée par le gouvernement.

3 – Que s’est-il dit dans la discussion au conseil municipal ?

Elu Agora Montreuilloise, Cheikh Mamadou a évoqué le cas de ces agents qui ont travaillé “les uns 5 ans, d’autres 3 ans, voire 8 ans, enchaînant des contrats précaires ou à durée déterminée, certains avec des charges de famille et qui tous ont reçu, ces dernières semaines, leur notification de fin de contrat”.

Il a ajouté : “Et c’est une lourde responsabilité que prend la nouvelle équipe municipale de Montreuil que de procéder, certes discrètement, mais de manière suffisamment importante pour que cela se sache, à la non recon-duction de contrats d’agents municipaux qui sont, de fait, des suppressions d’emplois déguisées. C’est une lourde responsabilité que prend cette municipalité pourtant dirigée par des élus, dont vous êtes M. Bessac, qui affirment leur désaccord avec la politique d’austérité du gouvernement, mais qui acceptent de s’en faire le relais.”

Et de conclure “qu’il n’y a pas, d’un côté, la politique nationale que nous sommes nombreux à condamner, et d’un autre côté, ses conséquences locales. Nos débats gagneraient en clarté si chacun tenait le même discours côté cour et côté jardin. Que ceux qui appliquent l’austérité sur la ville de Montreuil aient le courage de dire qu’ils le font parce qu’ils se soumettent à la politique du gouvernement. Et que ceux qui condamnent et combattent la politique du gouvernement aient le courage de ne pas la relayer contre la population, contre les services publics et contre les agents de la ville de Montreuil”.

Elue du Parti ouvrier indépendant, Christel Keiser a déclaré : “L’alternative est simple : ou bien on proteste et on finit par accepter et, pour reprendre les termes du document sur les orientations budgétaires qui nous est soumis, on « prend acte » ; ou bien on refuse et on organise la résistance.”

Commentant les annonces du maire, elle a ajouté : “Les Montreuillois considéreront cela comme inacceptable. Inacceptable en effet car il s’agit, ni plus ni moins, de relayer, au plan de la commune, la politique d’austérité du gouvernement, que vous condamnez en paroles mais que vous vous apprêtez à appliquer dans les faits (…) L’acte concret et pratique, avec ses conséquences désastreuses pour la population, qui consisterait à imposer un budget amputé de 3,67 millions d’euros en 2015 transformerait la majorité municipale en courroie de transmission de la politique du gouvernement.” Or cette “politique du gouvernement conduit au désastre. On le voit encore avec le projet de loi Macron dont l’objectif est de liquider des pans entiers du Code du travail. Face à une telle politique, qui peut croire un seul instant que le dialogue policé avec ce gouvernement peut le faire reculer ? Personne ! On sait que seule la mobilisation de millions et de millions peut le faire reculer sur la question du pacte de respon-sabilité. Il en est de même concernant le budget des collectivités : seule la mobilisation en masse des élus, des per-sonnels et de la population est à même de le contraindre à reculer sur les coupes budgétaires”.

Une municipalité au service de la population devrait “refuser de relayer la politique du gouvernement et donc présenter un budget qui maintient les 3,67 millions d’euros que le gouvernement prétend voler à Montreuil, permettant de maintenir tous les services rendus à la population, tous les personnels et tous les investissements. On nous objectera que ces 3,67 millions d’euros, nous ne les avons pas. C’est précisément pour cette raison qu’une politique de résistance impliquerait que, dans le même mouvement, le conseil municipal en appelle à la mobilisation de toute la population, élus en tête, pour aller par milliers à Matignon exiger que soient rendus les 3,67 millions d’euros”.

A cela M. Lamarche, adjoint chargé des finances, a répondu : “Il n’est pas vrai que nous relayons la politique du gouvernement. Certes, il va falloir mobiliser la population contre les réformes, mais en attendant il va falloir gérer.” Point de vue confirmé par M. le maire : “Si nous votions un budget en déséquilibre, nous risquerions de passer sous la tutelle du préfet. Il faut faire des choix forts. Nous avons la responsabilité de gérer.”

4 – Quelle conclusion en tirer ?

Bessac est maire de Montreuil, mais il est aussi l’un des principaux dirigeants du Parti communiste français et du Front de gauche. S’il décidait de réintégrer dans le budget de Montreuil les sommes abusivement détournées par le gouvernement, il pourrait, dans le même temps s’adresser, lui et son parti, à toutes les communes frappées par les mêmes coupes et leur proposer d’aller ensemble, avec toute la population, en manifestation par centaines de milliers auprès du gouvernement exiger que soient rendus les 11 milliards volés aux collectivités territoriales en conséquence du pacte responsabilité. Sans aucun doute, une telle mobilisation ferait reculer le gouvernement.
Rien ne peut donc justifier que, renonçant à combattre cette politique, M. Bessac amène la municipalité de Montreuil à relayer les attaques du gouvernement.
Voilà pourquoi en toute responsabilité, comme nous l’avons annoncé au conseil municipal, nous rendons public le vœu que nous soumettrons au vote du conseil municipal dans sa séance du 5 février. Nous appelons les Montreuilloises et Montreuillois à mandater le conseil municipal pour qu’il adopte ce vœu.
Vœu :

Considérant la somme de 35 millions d’euros à la charge de la commune de Montreuil en plus de son budget régulier, dont 7,67 millions pour la seule année 2015 ;

Considérant que ces charges découlent des mesures injustes et illégitimes prises par le gouvernement Hollande-Valls en conséquence du pacte de responsabilité (50 milliards d’euros de coupes) et de la réforme des rythmes scolaires ;
Considérant que ce pacte de responsabilité et ses coupes sont la conséquence de l’alignement du gouvernement sur les exigences de l’Union européenne, des banques et des spéculateurs ;
Considérant que la population ne porte aucune responsabilité dans cette situation et que rien ne justifie qu’elle en paie les conséquences ;

Le conseil municipal de Montreuil, réuni le 5 février, respectueux de son mandat :

1- Affirme que ce n’est pas à la population, aux travailleurs, aux jeunes, aux chômeurs, aux retraités, aux mères de famille, déjà confrontés à une situation chaque jour plus difficile, de payer pour les coupes imposées par le pacte de responsabilité du gouvernement, l’Union européenne, les banques et les spéculateurs ;
2- Décide d’élaborer un budget qui réintègre les 7,67 millions d’euros détournés par le gouvernement ;
3- Décide d’organiser la mobilisation de tous les élus et de toute la population pour aller ensemble à Matignon exiger que soient rendus à la population de Montreuil les millions qui lui ont été pris ;
4- Appelle toutes les communes confrontées à la même situation à se rendre ensemble chez le Premier ministre exiger que soient rendus les 11 milliards volés aux collectivités territoriales et que soient rétablis les moyens de la libre administration des communes.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Dim 28 Déc - 22:33

Claude Jenet, notre camarade Stéphane Geslin, secrétaire départemental du POI.

Notre camarade Claude Jenet s'est éteint ce mercredi 3 décembre, à l'âge de 72 ans, nous laissant à la fois avec une profonde tristesse et une volonté de combattre renforcée. Nous avons une pensée solidaire avec Nicole, son épouse, qui l'a accompagné et soutenu dans tous ses combats, et pour ses deux filles. Claude fut un camarade empreint d'une détermination sans faille pour la cause des travailleurs, capable d'oeuvrer à l'enrichissement politique mutuel des militants, et porteur d'un réel sens de la fraternité.
Très jeune il fut convaincu de la nécessité de combattre pour un syndicalisme libre, indépendant et confédéré. Il fit le choix d'adhérer à la CGT-FO en 1960, dans le Limousin. Il devint secrétaire de l'Union départementale FO de Haute-Vienne en 1970, puis secrétaire de cette confédération syndicale de 1980 à 2000. Lors du congrès confédéral FO de Marseille en 2000, lorsqu'il annonça qu'il ne renouvelait pas son mandat au bureau confédéral, il déclara à la fin de son discours qu'il resterait toute sa vie ce qu'il a été, un militant. C'était un homme de parole.
Claude fut un militant syndicaliste authentique, clairement sur une ligne de lutte de classe. Venu sur le Vaucluse pour sa retraite avec sa femme Nicole, il continua le combat en s'occupant de l'Union des Retraités dans son organisation syndicale, mais aussi dans le domaine laïque et sur le terrain politique.
L'histoire du mouvement ouvrier retiendra que Claude Jenet apporta aussi sa pierre à l'édifice d'une organisation politique pour l'émancipation des travailleurs : le POI.
Dans le combat contre le Traité Constitutionnel Européen, en 2005, des militants ouvriers de différentes organisations se sont rapprochés, unis, pour faire voter NON au référendum. Le vote très nettement majoritaire contre la ratification du TCE fut un vote de classe, jeune et populaire, contre l'Union Européenne, contre l'Europe des capitalistes et du Vatican. C'est à ce moment que Claude noua des liens étroits avec les militants du Parti des Travailleurs et allait fonder avec eux le POI. Claude fit partie des initiateurs, au niveau national, du Parti Ouvrier Indépendant, un parti cherchant à rassembler des citoyens et militants ouvriers aux parcours différents, sur des objectifs communs : pour le Socialisme, la République et la démocratie.
Depuis la fondation de notre parti en 2008, Claude en était un des 4 secrétaires nationaux. Nous avions aussi la chance de le compter parmi les membres du Comité local de Vedène-Sorgues et du Comité Départemental de la Fédération de Vaucluse du POI. Les discussions entre militants étaient toujours fraternelles avec Claude. Il nous a énormément apporté, par son expérience, par sa finesse d'analyse, par son attachement à la libre discussion. Humaniste, l'esprit de fraternité était comme devenu quelque chose de naturel chez lui.
Claude savait écouter et questionner parce qu’il savait d’expérience que nul ne détient la vérité ni la ligne, se fortifiant ainsi de toutes les contributions. Ferme sur les principes et nourrissant un questionnement permanent, il était capable d’infléchir et modifier son point de vue. Libre de tout dogme, Claude fut tout entier dévoué à l’émancipation intellectuelle et sociale de l’humanité.
Ce camarade à l’indépendance de pensée remarquable, nous l’avons apprécié aussi pour sa gentillesse, son humour, son caractère espiègle. Dans les réunions ou les tribunes de meeting, il savait mettre à l’aise en distillant un humour ajusté bien à lui.
Claude avait saisi l'importance des questions de méthode pour aider la classe ouvrière à prendre son avenir en main. Convaincu que le capitalisme amène l'humanité à la perte, il avait pleinement saisi la nécessité de la libre discussion dans le mouvement ouvrier, permettant de confronter les différents points de vue, pour ensemble construire une voie, dégager une issue. Claude savait que la diversité des parcours des militants qui ont constitué le POI en fait sa richesse. Syndicalistes, anarcho-syndicalistes, trotskistes, socialistes ou communistes, quel que soit le parcours et l'étiquette, les militants ouvriers doivent pouvoir se doter d'un outil politique commun pour gagner la lutte de classe contre les capitalistes. Claude participa ainsi à la construction du POI, et nous lui devons beaucoup.
S'il est un axe politique sur lequel il fut particulièrement précieux par ses lumières, au niveau national comme départemental de notre parti, c'est sur la perspective de l'Assemblée Constituante Souveraine. Un parti est créé pour poser la question du pouvoir et se doit d'ouvrir des perspectives en se sens. Pour en finir avec les institutions anti-démocratiques de la Ve République et de l'Union Européenne, il faut que le peuple se dote d'une Assemblée capable d'élaborer une nouvelle Constitution en toute souveraineté, c'est à dire en rupture avec l'Union Européenne et toutes les institutions capitalistes comme le FMI.
Tu t'es battu jusqu'au bout de ton chemin, Claude. Nous suivrons tes conseils : être rebelle et ne pas baisser la tête.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Mar 30 Déc - 2:31


nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Lun 19 Jan - 1:23

Hausse des tarifs de stationnement POI44

Comme tous les ans, le 1er janvier voit son cortège de hausses qui vont venir abaisser un peu plus le pouvoir d’achat de l’immense majorité de la population, hausse du gaz, des taxes sur le gasoil, des transports, des timbres…

Comme si cela ne suffisait pas, les tarifs de stationnement dans Nantes vont augmenter, que ce soit sur voirie ou dans les parkings en attendant l’extension des zones de stationnement payant, tout cela en conséquence de la réduction de la dotation globale de l’Etat aux collectivités inscrite dans le pacte de responsabilité. Il apparaît donc clairement que contrairement à ses promesses électorales, la municipalité nantaise ne constitue pas un rempart contre l’austérité décidée nationalement, mais qu’au contraire par ses mesures, elle l’aggrave.

Le Parti Ouvrier Indépendant continue pour sa part à revendiquer la diminution des tarifs de parkings, la gratuité entre 12 heures et 14 heures, le maintien des zones gratuites et le retour aux conditions antérieures pour les résidents c'est à dire l'abandon des secteurs.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Sam 7 Fév - 1:59

Dès le lendemain des attentats barbares qui ont fait 17 victimes, nous avions relevé le discours d’union nationale qui déjà tentait de s’imposer. Il n’aura fallu que quelques jours pour que la  lutte de classes reprenne ses droits. 

Le 17 janvier, à Paris, malgré un climat de dramatisation et de méfiance généralisée entretenu par les médias, plus de 550 militants syndicalistes d’origines diverses ont assuré l’éclatant succès de la « conférence pour l’unité, la résistance, pour la défense des intérêts ouvriers, pour la démocratie ».
Dans la déclaration rédigée à l’issue de cette conférence, ces militants ont affirmé « que la lutte des classes ne s’interrompt pas… et que l’heure est à la construction du rapport de force ». 

Quelques jours après éclatait la grève des chauffeurs routiers en lutte contre leurs salaires de misère, on apprenait ensuite l’échec de la négociation sur le dialogue social qui visait à faire réussir ce que les grandes conférences sociales n’ont pas réussi à faire, c'est-à-dire transformer les organisations syndicales en relais de la politique gouvernementale et des directions européennes.

Le 26 janvier, les unions régionales Ile de France, CGT, FO, FSU, Solidaires, appelaient à manifester contre la loi Macron, porteuse de profonds reculs sociaux, machine à faciliter les licenciements, et dont la discussion commençait le jour même à l’Assemblée.

Le 29 janvier, ce sont les fédérations CGT et FO de l’énergie qui manifesteront pour dire non à la loi de transition énergétique, le même jour, les cheminots, à l’appel de la CGT, de FO et de SUD manifesteront  contre les conséquences de la réforme ferroviaire. 

Sur un autre plan, le 25 janvier, en votant massivement pour Syriza, le peuple grec a confié à ce parti le mandat d’en finir avec l’austérité qui a plongé des millions de travailleurs de ce pays dans la misère.

A ceux qui voulaient la faire taire dans une union nationale, la classe ouvrière et ses organisations ont répondu de la manière la plus éclatante, sur son terrain, celui de la lutte de classes, celui où s’affrontent des intérêts inconciliables !

Cette volonté d’en découdre ne peut que renforcer notre propre volonté de construire un véritable parti ouvrier indépendant, elle ne peut que conforter notre volonté politique de réussir un véritable congrès ouvert associant des militants de tous horizons et qui cherchent une issue à la barbarie capitaliste !

Jean-Pierre Bréus, secrétaire départemental du POI 44

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Jeu 12 Fév - 4:11

Gérard Schivardi : « C’est facile de relancer la France ! » Adrien Chevrier 22/01 (Interview réalisée en décembre 2014)

Personnage atypique de la campagne présidentielle de 2007, Gérard Schivardi pourrait être une nouvelle fois sur le devant de la scène en 2017.

Élu au niveau local depuis de nombreuses années, il est notamment le maire de la commune de Mailhac dans l’Aude depuis 2001, en plus de ses fonctions de secrétaire national du parti ouvrier indépendant qui compte plus de 8000 adhérents. L’homme, réputé pour son franc parler, veut interpeller la population au niveau national au sujet de la situation actuelle du pays qu’il juge inacceptable.

Est-ce qu’en 2017, vous serez candidat à la présidentielle?

Je pense que oui. Je vais demander à mon parti s’il est d’accord pour partir en campagne. Mais à titre personnel, je suis motivé et pas du tout inquiet pour les parrainages de maires.

Pourquoi cette candidature?

Si vous regardez le tableau qu’il y a derrière vous fait par une amie (cf le tableau présent sur la photo), vous pouvez voir ma profession de foi et vous constatez que je ne m’étais pas trompé en 2007 en disant que notre pays allait à la catastrophe avec un désert industriel, une réforme territoriale qui ne va pas dans l’intérêt des Français et des Françaises mais plutôt dans l’intérêt de quelques barons. Il faut repartir en campagne pour expliquer aux Français qu’il faut sortir de cette société anonyme à but lucratif qui s’appelle l’Union Européenne. Je l’avais dit en 2007, beaucoup ont repris ce discours depuis, en particulier Marine Le Pen (prononcé le pain) car si on regarde mes propositions en 2007, on s’aperçoit qu’elle est en train de récupérer beaucoup de mes idées. La République française est la plus grande avancée au niveau de la gestion du citoyen dans le monde ; elle était basée sur la commune, le département, et l’État. Il faut revenir à ce système de fonctionnement. D’abord, ça nous permettait d’économiser 220 milliards d’euros et ça permettrait au citoyen d’être très près des décisions prises par les élus. Nous nous orientons actuellement vers la disparition des communes et des départements au sein de métropoles, ce qui est une étape intermédiaire vers la mise en place de l’Europe des régions. Je suis républicain, je suis très attaché à la République et ça m’ennuierait avant que je quitte ce monde de voir disparaître la République.

La République est en danger?

Elle est en grand danger. Si on lit entre les lignes des textes qui nous sont pondus par nos gouvernements successifs de droite et de gauche, ils travaillent tous dans le même sens : l’Union européenne impose des économies, reste à prouver quelles économies nous faisons pour arriver à cette Europe où il n’y aurait plus d’État, plus de France, ni d’Espagne, ni d’Italie… On parlerait d’immenses régions fédérées autour d’un gouvernement central avec des élus qui arriveraient de je ne sais où et qui prendraient les décisions à la place du peuple.

Si nous n’étions plus en République, nous serions sous quel régime ?

Ça serait l’Union européenne, tout simplement, une sorte de conglomérat de régions sous les ordres d’un gouvernement central. Le général De Gaulle avait, dans un discours prononcé en 1952, dit ceci: « Vous savez qu’en mon sens on peut voir l’Europe et peut-être la faire de deux façons: l’intégration par le supranational ou la coopération des États et des Nations, c’est à la deuxième que j’adhère pour mon compte ». Aujourd’hui on part dans le supranational. Quand j’entends à la télévision des gens se prétendre héritiers du Gaullisme, ce sont des menteurs, tous, de Sarkozy à notre premier Ministre actuel, car s’ils l’étaient, ils auraient mis en place une structure qui permettrait aux États de travailler entre eux pour le bien du peuple et non pour les multinationales et les banques. Je l’avais dit en 2007, j’étais le dernier candidat Gaulliste à la présidentielle. Et en 2017, je serai le seul avec des idées de gauche, de la vraie gauche. Le gouvernement actuel est de droite, il a un petit avantage par rapport à ce qu’on appelle la droite traditionnelle, c’est qu’il peut mettre en place des lois sans que les syndicats ne réagissent, ce qui n’aurait pas été le cas si la droite était au pouvoir. Je me rappelle de cette anecdote: une rencontre en février 2012 avec des membres du comité de soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy. Je leur avais dit : « il est très étonnant que Monsieur Sarkozy ne veuille pas être président de la République ». L’un d’entre eux m’a répondu « comment? ». Je donne un exemple : L’allongement de l’âge de la retraite, Nicolas Sarkozy n’y est pour rien, or on a soulevé le peuple de France contre lui, mais c’est seulement le traité de Barcelone signé par Chirac et Jospin auprès de l’Union Européenne qui a allongé l’âge du départ à la retraite. Et je leur avais dit: « s’il dit ça à la télévision, il sera élu président ». Le monsieur me dit alors : « vous savez Monsieur Schivardi, nous n’avons pas intérêt à prendre le pouvoir, pour la bonne raison que l’UE nous impose des réformes en profondeur qui ne peuvent être acceptées par le peuple de France que si elles sont présentées par un gouvernement de gauche ». En disant ça, on comprend tout.

Le retour de Nicolas Sarkozy était-il calculé ?

Tout est calculé, rien n’est fait au hasard au niveau national. Et ce retour n’est pas intéressant pour le débat, d’ailleurs aucun politique ne l’est, ils sont tous soumis à l’UE. Résultat : il n’y aura pas de changement profond de la gouvernance de notre pays. J’entends parler de la VI République, c’est un leurre car elle pourra se mettre en place qu’en quittant l’Union Européenne, jamais à Bruxelles ils n’accepteront une VI République en France puisqu’ils veulent nous feindre la Ve, ils ne vont pas accepter la VI. C’est un leurre…

Êtes-vous totalement opposés à l’UE ?

Je suis un européen convaincu, mais pour l’Europe des peuples. Chaque État garde son autonomie financière, ses coutumes, sa langue mais se retrouve sur des projets porteurs pour l’avenir des peuples. Voilà ma position au niveau de l’Europe, j’appelle pas ça l’Union Européenne. L’UE, ce n’est pas l’Europe.

Marine Le Pen prône des idées proches des vôtres, mais n’est-ce pas piégeux pour vous et les autres politiques de dire la même chose que Marine Le Pen, n’est-ce pas mal vu ?

J’ai souvent demandé à participer à des débats à la télévision et je m’aperçois que depuis 2007 je suis censuré ce sont toujours les mêmes qui débattent. Les partis politiques traditionnels font tout pour que le FN arrive au pouvoir. Moi, j’aimerais l’avoir en face Marine Le Pen pour avoir une discussion et savoir comment elle a pu adopter mes idées alors que dans son parti il y a un passé et des personnes qui font peur. Elle se fait le « chantre » du combat contre la réforme territoriale ; moi je suis contre depuis 2001. Elle arrive maintenant car elle a ressenti le ras-le-bol des maires et elle arrive sur ce terrain là.

Pourquoi êtes-vous censuré ?

Je ne sais pas. Mon discours dérange et ne plaît pas à l’État.

Les journalistes seraient de connivence alors ?

Oui…. On me traite d’extrémiste, de trotskiste. Il y a certains sujets qu’on a plus le droit d’aborder en France. En France, il ne faut pas dire la vérité sinon on vous censure.

Comment cette censure est possible, votre image était plutôt populaire en 2007 ?

C’est vrai que quand je prends le train, je me fais souvent interpeller par des gens qui me disent « comment ce fait-il qu’on ne parle plus de vous, votre discours était pourtant clair et intéressant. On a pas osé voter pour vous au premier coup, on vous attendait en 2012″… Oui, mais en 2012 on venait de créer un mouvement, on était en plein travail et on n’a donc pas misé sur la présidentielle.

Est-ce qu’avec plus de liberté de parole, le FN pourrait chuter, puisque aujourd’hui, c’est le seul parti qui « ose » sortir des discours traditionnels ?

Oui, il disparaîtrait de la scène politique. Aujourd’hui, pourtant, Marine Le Pen pourrait être présidente. En toute modestie, si je n’arrive pas à être candidat contre elle, elle sera Présidente de la République, car moi je vais expliquer la situation calmement aux Français et démolir son programme. Si personne ne lui rappelle son idéologie partisane cachée derrière en sourire agréable, elle va passer.

Pour revenir à un niveau plus local, les communes ont été touchées par plusieurs réformes et notamment celle de l’intercommunalité, qu’en pensez-vous ?

Dans un Sivom (NDLR: un syndicat intercommunal à vocation multiple), une commune adhérait pour une compétence qu’elle ne pouvait pas assurer seule, comme le ramassage des ordures, par exemple, puisque toutes les communes ne peuvent pas avoir un camion poubelle. Tandis qu’avec l’intercommunalité, vous abandonnez les compétences les unes après les autres, c’est une différence fondamentale. Une fois que vous n’avez plus de compétences, vous n’avez plus rien à dire. À l’époque, je disais que l’intercommunalité était une première étape et j’affirmais qu’on allait nous dire qu’on était trop petit et que donc il fallait regrouper les intercommunalités à une échelle plus importante, la deuxième étape… Troisième étape: on allait créer des « grands », « Grand Narbonne », « Grand Carcassonne », « Grand Toulouse »… Et une fois ces pôles créés, ils allaient dire c’est toujours pas assez, place donc aux métropoles et à la fin des départements. C’est déjà une atteinte au fonctionnement de la République française, mais la métropole c’est pas assez grand, donc on passe à la fusion des régions… Vous allez voir que dans quelques années, ils vont nous dire encore que ce n’est pas assez grand et, par exemple, la région Midi Pyrénées-Languedoc Roussillon absorbera l’Aquitaine puis des régions du nord de l’Espagne. En 2008, j’en parlais déjà avec Georges Frêche (NDLR ancien président de la Région Languedoc-Roussilon et ancien maire de Montpellier) qui m’avait même montré la future carte des régions européennes sans pays… C’est pour ça que depuis des années on attaque le droit du travail, c’est pour ça que depuis des années on attaque les services publics, parce qu’il faut à un moment qu’on puisse être égalitaire entre le nord de l’Espagne et le sud de la France, pour pouvoir exercer un pouvoir sur l’ensemble des peuples. Voilà ce que c’est la réforme territoriale et l’intercommunalité. L’objectif, c’est d’arriver étape par étape sans soulever la population à ce résultat final.

Quel est l’impact déjà au quotidien de l’intercommunalité pour les citoyens ?

Prenons le cas de ma commune de Mailhac, intégrée au Grand Narbonne. Quels services à la population ont été proposés ? Aucun. Quelques remises pour aller au théâtre, ainsi qu’une ligne – plus ou moins bâtarde – de car. La commune de Mailhac a baissé ses impôts, la taxe d’habitation par exemple, et on se retrouve avec 600 euros de plus d’impôts dus à notre incorporation au Grand Narbonne et ce au détriment de la population. Le prix de l’eau augmente aussi. L’intercommunalité n’est donc pas faite pour arranger le quotidien des citoyens.

Justement si une intervention concernant l’eau est à effectuer, comment ça se passe aujourd’hui ?

On doit appeler Narbonne qui décide quand ils veulent et quand ils peuvent envoyer quelqu’un. Alors qu’avant, quand on s’en occupait nous-même, en 48 heures l’affaire était classée. Un cas typique cette année: au mois de juillet, il y a eu un tremblement de terre en profondeur qui n’a pas été ressenti et on s’est retrouvé sans eau. Le Grand Narbonne m’appelle et me signale qu’il n’y aura pas d’eau pendant quelques jours, « on s’en occupe, on met un système de récupération d’eau blablabla », me disent-il. Un baratin… Je voulais rire. On a la plus grande réserve d’eau de la région sous notre village ! Il suffisait de descendre la pompe de six mètres en provisoire pour alimenter la commune et de faire un forage pour trouver de l’eau à plus long terme. Le coût de ces opérations aurait été de 50 000 euros. Mais eux non, ils sont partis sur autre chose pour offrir un accès à l’eau beaucoup plus que suffisant et qui a coûté 400 000 euros.

En résumé, les personnes compétentes sur le terrain ne sont plus utilisées et des intermédiaires supplémentaires sont mis en place. N’est-ce pas illogique en pleine période d’économies à effectuer ?

Rien que sur ce cas typique, on aurait pu économiser 350 000 euros. Imaginez cela sur les près de 40 communes du Grand Narbonne… On dépense des millions d’euros au détriment du développement et de la création d’emplois sur des actions qui ne reviendraient à rien si elles étaient exercées par du personnel de terrain. L’intercommunalité n’est pas faite pour économiser, elle est faite pour dépenser de l’argent. J’ai appris que le Grand Narbonne était en pourparlers pour embaucher 4 personnes – moyenne des salaires 3800 euros net par mois ! C’est usant, plus j’avance dans ma carrière politique et plus je suis déçu. Je me pose des questions.

Un mot sur l’éducation, que pensez-vous des activités périscolaires ?

C’est une honte. Ça ne sert à rien et ça coûte cher. Ici, les enfants font de la zumba. Avec ça, on développe l’intelligence des enfants paraît-il ! Moi, je suis pour le retour des semaines de 27 heures d’école (il insiste bien sur le mot école). Les fondamentaux: lire, écrire et compter. je suis choqué depuis 2001 par le nombre de jeunes qui viennent me demander d’écrire à leur place pour tout et n’importe quoi : « Monsieur le Maire, vous pouvez me faire une lettre, Monsieur le Maire… » Quand je leur réponds qu’ils sont en première ou deuxième année de Fac quand même, ils me disent qu’ils n’ont pas l’habitude…

Est-ce qu’aujourd’hui vous croyez en certains hommes politiques ?

Non aucun.

Pourtant, vous avez été membre du Parti Socialiste non ?

Oui, je l’ai été jusqu’en 2003 puis je l’ai quitté car je n’était plus en accord avec.

Vous l’avez quitté en 2003, aujourd’hui quand vous voyez les députés frondeurs…

(Il me coupe) C’est du cinéma ça.

Ah bon, mais n’y-a-t-il pas une scission au PS aujourd’hui ?

Le PS, ça n’existe plus, aujourd’hui c’est un conglomérat de différentes mouvances regroupées sous l’étiquette PS. Ce qui se passe au sein du PS, c’est normal, il y a tellement de courants, c’est comme l’UMP, ça ne peut qu’exploser.

Qu’est-ce qui différencie le PS de l’UMP aujourd’hui ?

Rien, c’est pareil.

Là encore on retrouve le discours de Marine Le Pen avec l’UMPS, sur quelles idées voulez-vous vous différencier de Marine Le Pen? Sur quoi voulez-vous la combattre, sur le but à atteindre ?

Le but, c’est la vraie rupture de l’Union européenne. Or, elle n’en parle pas comme moi et elle ne tiendra pas ses promesses. La différence entre le monde politique et moi, c’est que moi, je vous garantis que si je suis élu président de la République, le lendemain on quitte l’UE et on revient au franc.

Est-ce que la France manque aujourd’hui d’hommes d’État capables de prendre des décisions fortes ?

Il n’y en a plus.

On parle pourtant à droite d’Alain Juppé qui a l’image de l’homme sage et réfléchi.

Concernant Alain Juppé, ma position est claire. Toute personne ayant été condamné ne devrait pas avoir le droit de se re-présenter. Il y en a pas mal aujourd’hui d’un côté comme de l’autre.

Pour revenir à ce que vous différencie de Marine Le Pen, concernant la politique d’immigration, quelle est votre position ?

Je suis petit-fils d’immigré… (il marque un temps d’arrêt). Là, c’est mon côté républicain qui va vous parler. Mon grand-père a été obligé de partir d’Italie à toute vitesse sinon il se faisait tuer car il était opposé à Mussollini. Et en arrivant ici, il s’est plié aux règles et aux traditions de notre pays. Donc, pour moi, tout immigré doit suivre les règles et les traditions de notre pays. C’est à dire la laïcité, pas de signes extérieurs religieux et parler le français. Je suis prêt à accueillir tout le monde mais si on ne peut pas ou si idéologiquement on ne veut pas, on s’en va. Je suis contre la reconnaissance d’enfants nés en France qui deviennent automatiquement Français. Ça ne me convient pas et pourtant, je ne suis pas d’extrême droite.

Justement, où vous situez-vous ?

En dehors de tout ça. A côté.

A côté où ? A droite ou à gauche ?

Plutôt à gauche. Et je ne m’en cache pas. Prenez les salaires. Moi je prône le 1 pour 6. On met un SMIC à 1500 euros et le salaire maximum doit être 9000 euros. Pas plus, même pour un PDG car sans les ouvriers, il n’y a pas de PDG.

Et les bénéfices alors, on en fait quoi ?

On l’utilise pour créer de l’emploi. Ça c’est une idée de gauche. Je reviens du Sri Lanka et je me suis dit : « ils sont bien plus en avance que nous malgré tout ce que l’on peut dire à leur sujet ». Trois siècles avant J.C., leurs rois étaient soumis à la décision du peuple et le peuple avait remarqué que quand il pleuvait l’eau allait à l’océan. Ils ont fait d’immenses bassins artificiels pour récupérer l’eau et ils n’ont donc jamais connu de sécheresse. Ils arrivent à faire deux cultures de riz par an et, en plus, ils produisent de la nourriture pour le pays tout entier. La plus belle chose que j’ai vu, c’est que dès que vous allez à l’école et jusqu’à la fin de vos études, tout est pris en charge par l’État. Jusqu’à 20 ans, les étudiants portent des uniformes payés par l’État. Ça me plaît ça.

Mais ça nécessite que l’Etat ait de l’argent non ?

Il n’y a pas de dette en France. C’est une invention du monde capitaliste. On doit juste de l’argent aux banques. 55 milliards d’euros d’intérêt, premier budget de la nation. On paye de l’intérêt sur de l’argent qui nous appartient, on est très fort. Lors d’un débat télévisé, j’avais dit que si j’étais élu Président, j’annulerais la dette.

Vraiment ?

On annule la dette et on remet en place de l’industrie, du développement avec le franc. Elle ne vous en parle pas Marine le Pen ! On ne revient pas juste au franc, mais on re-nationalise les moyens de production le temps de redresser le pays et une fois l’objectif atteint on privatise à nouveau ces moyens de productions. On dévaluerait notre monnaie de manière à être concurrentiel sur le marché de l’exportation et l’affaire est classée.

Dis comme cela ça paraît simple, pourquoi aujourd’hui ces pistes ne sont pas explorées ?

Parce que ça ne les intéresse pas. Si la France quitte l’UE et revient à sa monnaie nationale, ainsi que les autres pays, les Américains nous feront une guerre parce que ils seront les premiers touchés. L’euro augmenté par la Banque centrale européenne permet aux Etats-Unis d’exporter. Moi je mettrais un franc très bas pour baisser le coût de la vie et pour relancer les exportations. Cela créerait de l’emploi donc il n’y aurait plus de problèmes de caisse… On lance des grands projets. C’est facile de relancer le pays si on le veut.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Lun 16 Fév - 0:19

Haro sur l'austérité 15/02

Le leitmotiv du POI est limpide et sans concession : « Non aux politiques d'austérité, non au pacte de responsabilité du gouvernement ». Réuni hier matin à Landerneau, le comité finistérien profitera de la campagne des départementales pour diffuser le message.

La victoire du parti Syryza en Grèce, le 25 janvier, donne des ailes au Parti ouvrier indépendant : « C'est un vote contre la politique d'austérité mise en oeuvre en Grèce par la Troïka, Nouvelle démocratie (parti de droite grec, NDLR) et le Pasok (parti socialiste grec, NDLR) », se réjouit Didier Brémaud, membre du bureau national du POI. Pour autant, et contrairement à certaines personnalités politiques françaises, le Parti ouvrier indépendant ne s'attribue pas une part des lauriers de l'élection d'Alexis Tzipras à la tête du gouvernement hellène ni à la montée en puissance du parti espagnol « Podemos », porté par le même ras-le-bol contre les mesures sociales extrêmes censées éloigner la menace de faillite économique de leur État. « Le contexte grec ou espagnol est différent du contexte français. Mais nous avons l'austérité en commun », martèle Didier Brémaud.

Vraiment indépendant

La colère nationale grandissante peut-elle porter l'extrême gauche française au pouvoir ? Pour cela, une large entente de tous les partis de cette tendance politique semble indispensable. Et ce n'est pas gagné. Le Parti ouvrier indépendant ne porte son nom par simple coquetterie. Il tient à se démarquer. « Une alliance avec le Front de gauche ? Non, car il ne se prononce pas sur le pacte de responsabilité. Il n'est qu'un soutien critique du gouvernement et se présente ailleurs, à d'autres élections, avec le Parti socialiste », observe Didier Brémaud qui, en l'occurrence, pense au Parti communiste français.

Candidats aux départementales

Le POI n'est toutefois pas dogmatiquement fermé à toute collaboration. La preuve, il fera équipe avec le Parti de gauche aux départementales finistériennes, dans deux cantons brestois (Centre-Recouvrance et Kerichen - Saint-Marc). Françoise Sage et Roger Calvez, deux membres du POI-29, se sont déjà portés candidats au siège de conseiller général. Respectivement à Lannilis et à Recouvrance, en 2011. Leur score de 2 % ne les décourage pas : « Nous n'avons pas de visées électoralistes. Ce qui nous importe dans cette élection, c'est l'audience de sa campagne. Une tribune politique offerte », expliquent-ils.

49 adhérents

Politique-fiction : et s'ils étaient élus, que feraient-ils ? « Augmentation des salaires, interdiction de licenciement, abrogation des lois Macron, fin des suppressions de postes dans la fonction publique, renationalisation des secteurs clés économiques (banques) » ou localement, « retrait de Veolia de la fausse société publique locale Eau du Ponant. Nous remunicipaliserions l'eau ». Autant de mesures que le POI juge digne de la tradition ouvrière et en capacité de séduire l'électorat ouvrier de plus en plus tenté ces dernières années par le vote Front national. Une réalité qui étonne le membre du bureau national. Les 49 adhérents à jour de cotisation dans ses quatre comités finistériens (dont sept au comité landernéen) ont déjà les manches remontées.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Sam 28 Fév - 0:12

Candidature commune Agora Montreuilloise-POI pour les élections départementales

Agora Montreuilloise et les comités du POI de Montreuil décident de présenter en commun les candidatures de Cheikh Mamadou Sy et Christel Keiser à l’élection départementale dans le canton de Montreuil 2. Les remplaçants sont Véronique Vieillame et Patrice Faucheux.

L’objectif d’AGORA et du POI est le rassemblement des forces de défense de intérêts et des revendications de la population contre les mesures qui la frappent, en particulier contre la politique du gouvernement – et notamment son pacte de responsabilité – et ses conséquences au plan communal et départemental.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Dim 8 Mar - 1:42

Après les élections grecques, réorientation de l’Union européenne ou annulation de la dette ? Jean-Pierre Bréus secrétaire départemental du POI

Le 25 janvier, par son vote en faveur de Syriza, le peuple grec envoyait un mandat clair, en finir avec la politique d’austérité menée par les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, tous soumis aux diktats de l’UE.

Il est donc assez pitoyable de voir par exemple en France la gauche au pouvoir se féliciter de la victoire de Tsipras, alors que cette gauche applique en France une politique de même nature que celle qui a été massivement rejetée en Grèce, une politique incarnée par le pacte de responsabilité et la loi Macron.

Mais les félicitations passées, le gouvernement français et les gouvernements européens, fidèles relais de leurs maîtres de Bruxelles, s’empressent tous de prévenir que la Grèce devra tenir ses engagements. En fait d’« allégement », la « négociation » est conditionnée à la poursuite des réformes anti-ouvrières et antidémocratiques. Mais annuler la dette ? Il n’en est pas question.

Qui contrôle la dette grecque ? Pour 30 %, des banques privées qui en tirent de juteux intérêts. Pour 70 %, les Etats-Unis, le Japon, le FMI et les principaux pays européens. Comment les pays européens ont-ils financé ce rachat ? Très largement en empruntant eux-mêmes… aux banques (Depuis 1993, toute possibilité de faire appel à la Banque de France est définitivement interdite avec l’instauration de « l’indépendance » de la Banque de France, c’est l’article 104 du traité de Maastricht).

A partir de là, l’Etat se met totalement à la merci des marchés financiers et des banques qui exercent une pression constante sur lui.

Cette opération a gonflé encore un peu plus la dette des Etats, utilisée comme « argument » pour imposer austérité et contre-réformes, en France, le pacte de responsabilité et la loi Macron. Dans tous les cas, ce sont les banquiers et les spéculateurs qui gagnent. Dans tous les cas, ce sont les travailleurs et les peuples qui paient. La dette en France s’est constituée par un mécanisme comparable à la dette grecque. Elle a permis et permet de servir, sur fonds publics, de juteux intérêts aux marchés ainsi engraissés par les gouvernements successifs. Elle est tout aussi illégitime que la dette grecque. Parler de renégociation de la dette, d’autre manière de sauver l’euro, c’est reconnaître cette dette publique, c’est maintenir le lien de subordination aux banquiers, aux spéculateurs, au capital financier, qui étranglent l’économie mondiale, nourrissent la misère et la déchéance, et entraînent l’humanité vers la barbarie. C’est se soumettre à une politique qui exige la poursuite des contre-réformes.

Pour le POI, seule l’annulation de la dette est capable de traduire dans les faits le vote du peuple grec !

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Dim 8 Mar - 21:28

Le gouvernement dicte l’austérité, la municipalité de Montreuil l’applique !

17 FÉVRIER, À L’ASSEMBLÉE NATIONALE :
MANUEL VALLS A RECOURS À L’ARTICLE 49-TER POUR IMPOSER, PAR UN VÉRITABLE COUP DE FORCE, SA LOI MACRON. UNE LOI QUI DÉRÉGLEMENTE LES DROITS DES TRAVAILLEURS ET QUI, EN PARTICULIER, VISE À FACILITER LES LICENCIEMENTS DÉCIDÉS PAR LES PATRONS. UNE LOI DICTÉE PAR LES PLANS DE L’UNION EUROPÉENNE, COMME LE PACTE DE RESPON-SABILITÉ QUI AMPUTE LES DÉPENSES PUBLIQUES DE 50 MILLIARDS D’EUROS POUR OFFRIR 41 MILLIARDS D’EUROS AUX PATRONS.

LA VEILLE, 16 FÉVRIER :

PATRICE BESSAC A FAIT ADOPTER SON BUDGET PAR LE CONSEIL MUNICIPAL, EN EXPLIQUANT DANS LES DOCUMENTS PRÉPARATOIRES : “MALGRÉ LES DIFFICULTÉS (…) IMPOSÉES (…) PAR L’ETAT, CE PREMIER BUDGET (…) PARVIENT (…) À CONFIRMER LES ORIENTATIONS DE LA NOUVELLE MUNICIPALITÉ (…) EN MATIÈRE DE DÉFENSE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ET DE SATISFACTION DES BESOINS DES MONTREUILLOIS ET DE RÉPONSE À L’OBJECTIF DE MAINTIEN DE LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC LOCAL . »

Christel Keiser, conseillère municipale du Parti ouvrier indépendant, au nom du groupe Agora Montreuilloise-POI, a exprimé sa stupéfaction : “ Si l’on comprend bien, l’Etat vole à la ville 4,3 millions d’euros et on pourrait quand même satisfaire les besoins des Montreuillois. Une telle affirmation constitue un formidable encouragement au gouvernement à poursuivre la mise en œuvre de son pacte de responsabilité. D’autant plus que, comme le dit le document, il s’agit d’une diminution cumulée des moyens. Au total, entre 2014 et 2017, si on ajoute les dépenses supplémentaires pour mettre en œuvre la réforme des rythmes scolaires, on passe de 12,5 millions d’euros en moins à près de 35 millions d’euros en moins pour les finances de la ville. ”

Mandatée par 700 Montreuillois, elle a interpellé Patrice Bessac pour l’inviter à ne pas céder à l’exigence du gouvernement de couper dans les dépenses publiques : “ Vous pouvez, vous devez refuser de répercuter ces coupes, réintégrer dans le budget les 4,3 millions d’euros que l’Etat coupe dans le budget de la commune et appeler la population à aller ensemble, et avec les autres élus du département, exiger du gouvernement qu’il nous rende les millions qui nous ont été pris. ”

A cette proposition, Patrice Bessac a répondu : “ Certes, nous condamnons le pacte de responsabilité et l’austérité. Mais nous n’avons pas d’autre choix que d’appliquer. ”

Quelles sont les conséquences de ces coupes ?

La réduction des dépenses d’équipement empêchera la réalisation des travaux néces-saires dans les écoles. Ainsi, si la réfection de la cour de l’école maternelle Méliès sera effectuée cet été, les travaux d’urgence à l’école Guy-Moquet sont renvoyés sine die et rien n’est prévu cette année concernant la poursuite des travaux à l’école Nanteuil.
Les subventions aux associations sont diminuées d’un million d’euros (soit une baisse de près de 15 %).
10 % d’économie doivent être réalisées sur les dépenses de fonctionnement, au nom de la maitrise de la masse salariale. On comprend bien qu’il s’agit de supprimer des postes en commençant par ne pas renouveler les contrats des agents non titulaires, et le non rempla-cement des agents en cas de maladie ou de formation. Ce qui remet en cause les services rendus aux habitants.
Les impôts locaux des Montreuillois vont augmenter. Certes, la municipalité a décidé de ne pas augmenter les taux, mais la simple répercussion de la revalorisation des valeurs locatives par le gouvernement fait que, concrètement, 1,7 million supplémentaire sera prélevé dans les poches des Montreuillois, permettant de compenser partiellement les coupes imposées par le gouvernement.

Pire encore.

Le maire a annoncé que “ les difficultés seraient encore plus importantes l’année prochaine ” , car il y aura de nouvelles coupes, cumulées aux précédentes. Et pour répondre à cette situation, la clé magique serait la “ démocratie participative ” , c’est-à-dire l’association des habitants et des syndicats à la mise en œuvre des coupes budgétaires.

On va donc demander aux habitants des différents quartiers de choisir un projet contre un autre, on va demander aux représentants d’une association d’exiger davantage de subventions au détriment des autres, on va demander aux représentants du personnel et aux syndicats de choisir quels postes il faut supprimer. Tout cela, dans le cadre d’un budget d’austérité.

C’est la marche organisée à la division, un quartier contre un autre, un groupe d’intérêts contre un autre, pour appliquer le budget d’austérité imposé par l’Union européenne, par le gouvernement Hollande-Valls et par Patrice Bessac.

Le Parti ouvrier indépendant combat en toutes circonstances pour l’indépendance des organisations syndicales, contre toute forme d’intégration à l’Etat et à la municipalité.

Le Parti ouvrier indépendant combat en permanence pour aider à l’unité des travailleurs et des organisations, pour la mobilisation de millions et de millions pour bloquer la politique d’austérité du gouvernement.

Et pour ces raisons, le Parti ouvrier indépendant se félicite d’apprendre que trois organisations syndicales appellent à une journée interprofessionnelle de grève et de manifestations, le 9 avril.

A Montreuil, comme partout, il faut aider à rassembler les forces pour rejeter le pacte de responsabilité, le piège de la démocratie participative, celui de l’association des syndicats aux coupes budgétaires auxquels il convient d’opposer l’unité de la population et des organisations pour imposer le maintien des droits.

C’est-à-dire :

Aucune suppression de postes dans le personnel communal !
Réalisation immédiate de tous les travaux nécessaires dans les écoles !
Maintien des subventions aux associations !
Aucune augmentation des tarifs pour les services rendus à la population !
Retrait du pacte de responsabilité !

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Mar 10 Mar - 1:05

Vendredi 13 mars à 18 heures 30, au 24 la Menthe, aux Pins : réunion du comité de Vitrolles du POI

Discussions préparatoire au Ve congrès du P.O.I. des 8, 9 et 10 mai 2015.

Nous ouvrons notre congrès aux sympathisants de notre parti, ils sont invités à échanger avec nous leurs impressions et leurs propositions. Nos réunions leur sont cordialement ouvertes.

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  nico37 le Lun 16 Mar - 0:55

NON à la politique d'austérité du gouvernement Hollande/Valls soumis à l'Union Européenne ! (.pdf)

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Toussaint le Dim 22 Mar - 2:27

Que devient le POI et que deviennent les lambertistes? Car je ne suis pas sûr que Schivardi est lambertiste.

Ce n'est pas une mauvaise blague, j'ai l'impression d'un parti qui n'a plus de rapport avec le trotskysme, je me trompe? Pourtant visiblement il garde une force militante importante et une capacité convocatrice. C'est quoi au juste aujourd'hui?
avatar
Toussaint

Messages : 2238
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 15:47

Romano a écrit:Tu devrais regarder de plus près ! A chaque manif commune, son cortège est trois fois plus gros que ceux de LO et NPA réunis!

Donc on peut demander aux lambertos de venir récupérer leur dingue.
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 16:11

Romano a écrit:J'ai déjà dit 1000 fois que je ne suis pas au POI....ça ne m'empêche pas de rester fidèle à la vérité.

Tu t'es trompé, ici ce n'est pas une église.
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 16:20

Romano a écrit:Je sais bien que pour toi le mensonge est une seconde nature!
Je suis de taille à polémiquer avec une douzaine d'entre vous!

Il n'y a pas de forum au POI ?

Tu as tenté de polémiquer et tu as sombré dans le ridicule te faisant mettre une branlée, tes arguments sont retournés au cloaque qu'ils n'auraient jamais dû quitter.
C'est ensuite que voyant que tes arguments étaient nuls, ton raisonnement débile et indigent, que tu es passé aux injures.
Les débats ont déjà eu lieu et tu es passé aux injures.

Je répète que le POI est prié de venir récupérer son chien.
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 16:24

Romano a écrit:Tu dois être particulièrement sénile pour radoter ainsi et répéter 10 fois la même phrase!

La nouvelle tenue du POI :
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 17:19

Romano a écrit:Préoccupe toi plutôt des militants qui, par centaines, quittent ou ont quitté le NPA !

Le POI est responsable de ces provocations et doit venir récupérer son chien.
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Copas le Dim 22 Mar - 17:33

Romano a écrit:Je t'ai déjà dit 100 fois  que je ne suis pas au POI !! Sénile, impuissant, flic....et sourd!!

hum, le naturel revient au galop .

avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: POI et Schivardi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum