Lutte ouvrière

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Rougevert le Dim 11 Nov - 21:19

Même réaction pour le PS que pour le PCF ?
Ou bien est-ce la jeunesse des militants qui est le critère?
avatar
Rougevert

Messages : 2069
Date d'inscription : 06/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Dim 11 Nov - 21:22

[quote]Toma95
Les discours manquent de colère, comment tu veux ne pas être démoralisé quand on vous écoute ? Agitez un peu, et faites pas semblant.
Et une étincelle sur la poudre, ça suffit ? La poudre on l'a, t'es au courant de la situation hein ... Reste plus que l'étincelle ... Et pour ça , ben faut la favoriser.
.
[quote]

Je pensais répondre à quelqu'un de bonne foi qui se posait des questions....Tu ne te poses pas des questions, tu avances ton petit couplet bien rôdé, fait de dénigrements, d'amalgames et de citations délibéremment sorties de leur contexte...
C'est ton droit de procéder ainsi, c'est le mien de t'inviter à aller voir d'autres organisations plus conformes à ce qui te plait .
pour ma part, je n'ai plus rien à te dire sur la question.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Dim 11 Nov - 21:24

verié2 a écrit:
Rougevert
Je maintiens donc que défendre SELECTIVEMENT de jeuines militants du PCF et rester indifférent à l'agression de jeunes militants socialistes est une faute.
C'est tourner le dos à la construction de l'unité des travailleurs, du FUO.
Quelles que soient nos divergences d'analyse sur la nature du PS, il me semble que personne ne resterait indifférent à une agression contre des JS. (Pas plus LO que les autres organisations...)
Evident a priori...
Personne, à part rougevert n'a d'ailleurs dit le contraire...
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Dim 11 Nov - 22:11

La classe ouvrière n’est pas préparée pour le moment à l’intensification de la guerre que mènera la bourgeoisie.
Les partis qui prétendent représenter ses intérêts - ils le prétendent d’ailleurs de moins en moins - l’ont trahie depuis longtemps. Ce n’est pas mieux pour les centrales syndicales. Et l’aggravation de la crise elle-même, la montée brutale du chômage à laquelle il faut s’attendre, ne poussent pas, dans un premier temps, à la combativité. Mais les coups reçus font aussi mûrir la combativité et la conscience. L’une comme l’autre peuvent changer brutalement.

Que l’on se souvienne que, si la dépression des années trente a dans un premier temps surpris et désorienté les classes laborieuses, elle a par la suite conduit à des luttes de grande envergure
La réaction de la classe ouvrière ne vint pas immédiatement. Les licenciements, l’accroissement brutal du chômage, les fermetures d’usines, les attaques de toutes sortes, dans un premier temps, surprirent et découragèrent les travailleurs.

Il fallut plusieurs années pour que la contre-offensive des travailleurs vienne. Mais elle vint, elle fut massive. Au milieu des années trente, elle ébranla des pays aussi divers que les États-Unis, l’Espagne ou la France. Des vagues de grèves eurent lieu également dans d’autres pays.

Pour l’Allemagne, la réaction vint trop tard. Par l’intermédiaire du régime hitlérien, la bourgeoisie parvint à briser la classe ouvrière de ce pays. Mais l’arrivée au pouvoir du nazisme, en faisant toucher du doigt la menace fasciste, contribua de manière décisive à la montée ouvrière en France ou en Espagne.

C’est en s’appuyant sur l’expérience de ces années de luttes ouvrières massives que Trotsky rédigea le Programme de transition destiné aux organisations de la Quatrième Internationale, en train de se constituer.

Au moment où le programme était publié, en 1938, la vague ouvrière était déjà en reflux, vaincue, détournée sur de fausses voies ou trahie. Alors que la Deuxième Guerre mondiale était déjà en marche, Trotsky le rédigea cependant, dans l’espoir que la guerre allait conduire, comme la guerre précédente, à des révoltes ouvrières.

Le programme était un outil pour une organisation révolutionnaire décidée à s’adresser à une classe ouvrière qui était déjà en lutte en lui proposant une série d’objectifs susceptibles de l’amener à contester concrètement la mainmise de la bourgeoisie sur les entreprises et sur les banques. Un programme visant à transformer des situations pré-révolutionnaires en situations révolutionnaires.

L’histoire de la crise actuelle n’est pas encore écrite et personne ne peut prédire comment, où et quand se produiront les explosions ouvrières face à l’offensive inéluctablement aggravée de la bourgeoisie. Personne ne peut même avoir la certitude qu’il se produira des luttes suffisamment amples, profondes et durables pour ébranler les bourgeoisies et leurs États.

Mais la raison d’être d’une organisation révolutionnaire est de se préparer à ces périodes-là, les seules où la lutte de classe peut bouleverser l’histoire. C’est pour une telle période que le Programme de transition a été écrit. C’est dans une telle situation, si elle se produit, qu’il gagnera sa signification.

L’évolution de la crise ramène au centre de l’actualité les objectifs partiels du Programme de transition : l’échelle mobile des salaires pour préserver le pouvoir d’achat, et la répartition du travail entre tous sans diminution des salaires pour se protéger contre le chômage qui monte.

Mais le passé a montré comment la bourgeoisie ou ses serviteurs politiques de gauche savent détourner ces deux revendications en les transformant, d’objectifs révolutionnaires d’un prolétariat agissant, en recettes de cuisine, pour le démobiliser. L’Italie a connu pendant longtemps un système d’indexation des salaires sur les prix. D’une certaine manière, la France aussi avec le smic. Quant à la répartition du travail entre tous, l’idée en a été pervertie pour devenir un argument pour le Parti Socialiste au moment des lois Aubry où la baisse de l’horaire de travail était censée créer de nouveaux emplois.

Aussi, ces revendications essentielles du Programme de transition ne gardent leur signification révolutionnaire que si elles sont liées à l’objectif du contrôle des travailleurs et de la population sur les banques et sur les entreprises. Le secret bancaire comme, plus généralement, le secret des affaires sont absolument indispensables aux capitalistes pour perpétrer leur pillage des biens de la société. La levée de ces secrets fait partie des objectifs prioritaires car elle constitue le premier pas vers le contrôle ouvrier de l’industrie.

Les objectifs sont aussi liés aux moyens, à la démocratie ouvrière dans les luttes, à la création de comités de grève ou de comités d’usine susceptibles de devenir des états-majors reconnus par tous les travailleurs, y compris les plus exploités qui se tiennent en temps normal à l’écart des syndicats comme de la politique.

La crise bancaire attire l’attention de l’opinion publique ouvrière non seulement sur la nécessité du contrôle mais aussi sur la question de qui contrôle. Le constat est évident que le contrôle des banques entre elles comme le contrôle par l’État ne sont des contrôles que du point de vue de la classe possédante et conduisent à la catastrophe. Il faut arracher le contrôle des banques aux grands financiers. Il faut non seulement nationaliser toutes les banques, et les nationaliser sans rachat, mais aussi les unifier et soumettre la banque d’État unique au contrôle des travailleurs et de la population afin qu’elle fonctionne dans l’intérêt de la société.

Ces objectifs non seulement n’ont rien de recettes magiques, mais ils ne trouveront véritablement leur signification que lorsque les masses exploitées s’en empareront. Il n’est, bien sûr, pas au pouvoir d’une petite organisation de susciter la réaction des masses ouvrières. Mais c’est dans les périodes où la classe ouvrière agit, et agit vraiment, que les petits groupes révolutionnaires peuvent grandir et, s’ils sont à la hauteur, jouer un rôle dans les événements.

Ce qui s’est passé dans les années trente montre que ce n’est pas la classe ouvrière qui a été défaillante face aux nécessités de l’époque. Si les révoltes ouvrières, des États-Unis à l’Espagne, en passant par la France, n’ont pas réussi à empêcher la bourgeoisie de faire prévaloir ses solutions contre la crise - le New Deal aux États-Unis, le fascisme en Allemagne et l’étatisme en France et finalement, la guerre mondiale -, c’est en raison de la politique menée par les organisations auxquelles la classe ouvrière faisait alors confiance.

Malgré son coût pour la société, l’organisation économique capitaliste ne disparaîtra pas toute seule. Elle ne disparaîtra que si une force sociale est capable de la faire disparaître.

Nous gardons la conviction que le prolétariat demeure la seule classe qui est porteuse de cette transformation sociale. L’actualité de la crise et le formidable gâchis de travail humain qu’elle révèle, en soulignent la nécessité. Nous ne savons pas plus aujourd’hui qu’il y a vingt ou cinquante ans par quelle voie, par quel cheminement, à travers quelles expériences collectives, le prolétariat accèdera à la conscience de son rôle historique en se donnant pour objectif le renversement révolutionnaire du règne de la bourgeoisie, la suppression de la propriété privée des moyens de production et la réorganisation de la production en fonction des besoins sous le contrôle démocratique de la collectivité.

Ce que nous savons, c’est que cette prise de conscience nécessite un parti ouvrier révolutionnaire. « La signification du programme, c’est le sens du Parti », disait Trotsky. Le parti ouvrier révolutionnaire a pour tâche de défendre et de propager ces objectifs révolutionnaires en toutes circonstances. Il doit surtout être capable par sa cohésion, par sa compréhension commune des événements, lorsque le prolétariat se mobilise de le conduire à leur réalisation.

Contribuer à cela dans la mesure de nos forces est notre raison d’être fondamentale.

.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Rougevert le Dim 11 Nov - 22:42

Vals a écrit:
verié2 a écrit:
Rougevert
Je maintiens donc que défendre SELECTIVEMENT de jeuines militants du PCF et rester indifférent à l'agression de jeunes militants socialistes est une faute.
C'est tourner le dos à la construction de l'unité des travailleurs, du FUO.
Quelles que soient nos divergences d'analyse sur la nature du PS, il me semble que personne ne resterait indifférent à une agression contre des JS. (Pas plus LO que les autres organisations...)
Evident a priori...
Personne, à part rougevert n'a d'ailleurs dit le contraire...
Il y a eu une réaction de LO pour les jeunes communistes, pas pour les jeunes socialistes de Marseille.

Pourquoi?

Vals a écrit:

Pour mémoire, on est ici sur un fil consacré à LO et sa politique.....

Cela dit, je suis globalement d'accord avec ce qu'écrit Vérié....
et on ne se comporte pas de la même façon avec la base PC qu'avec les groupies du PS...
Je ne me verrais pas perdre une minute dans une "Fête de la rose", alors que j'estime que les révolutionnaires ne doivent pas, quand ils le peuvent, se priver des liens qu'on peut tisser à la Fête de l'huma ou à des fêtes locales du Pc, surtout quand on y est invité.
De la même façon, les discussions dans le syndicat sont toujours plus utiles avec des militants PC qu'avec les socialos plus ou moins affirmés.

C'est aussi une différence qu'on fait entre la base CGT et celle des autres syndicats. et c'est pourquoi, sauf exceptions, que les marxistes doivent militer à la CGT ....
Quant aux JC, il ne s'agit pas d'idealiser quoi que ce soit.....mais les jeunes qui y rentrent ou s'en sentent proches ne sont pas les mêmes que ceux qui vont essayer de se faire un nom ou une carrière, même minuscules au PS.
Et pour en rencontrer régulièrement (à Saint-etienne en particulier, où ils existent vraiment), j'en connais beaucoup qui se sentent communistes, parlent de classe ouvrière et d'abattre le capitalisme....Ca ne veut pas dire qu'ils SONT communistes mais qu'en tout cas le mot ne leur donnent pas envie de vomir comme aux petits bourges du PS.
avatar
Rougevert

Messages : 2069
Date d'inscription : 06/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Dim 11 Nov - 23:08

Compétitivité : les vœux du patronat sont exaucés, les engagements vis-à-vis des travailleurs sont piétinés 06/11 Nathalie Arthaud

C’est Noël en novem­bre pour le patro­nat ! Le gou­ver­ne­ment lui offre 20 mil­liards d’euros, soit une baisse de moitié de l’impôt sur les socié­tés.

C’est un cadeau sans contre­par­tie. Le gou­ver­ne­ment pré­tend que ces mil­liards doi­vent « inci­ter » le patro­nat à inves­tir, mais depuis des années, les gran­des entre­pri­ses, celles qui expor­tent et qui n’ont que le mot « com­pé­ti­ti­vité » à la bouche, dépen­sent plus en divi­den­des qu’elles n’inves­tis­sent !

Pour finan­cer son cadeau au patro­nat, le gou­ver­ne­ment pié­tine sans ver­go­gne son enga­ge­ment de ne pas aug­men­ter la TVA. Mais si cette TVA était injuste sous Sarkozy, elle le reste avec Hollande !

Les tra­vailleurs vont payer à double titre : par l’aug­men­ta­tion de la TVA et par la réduc­tion des dépen­ses publi­ques qui va encore dégra­der les hôpi­taux, l’Éducation, les trans­ports et priver les col­lec­ti­vi­tés de res­sour­ces indis­pen­sa­bles pour la popu­la­tion.

Il n’aura pas fallu long­temps pour que le gou­ver­ne­ment socia­liste montre à quel point il est prêt à s’apla­tir face au patro­nat et capa­ble des pires atta­ques contre les tra­vailleurs.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Dim 11 Nov - 23:20

Rougevert a écrit:Même réaction pour le PS que pour le PCF ?
Ou bien est-ce la jeunesse des militants qui est le critère?
Même traitement pour ceux qui sont traitres aux prolos et ceux qui sont traitres aux prolos ?
Question dure à trancher !
avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Lun 12 Nov - 10:07

Lutte Ouvrière
ces revendications essentielles du Programme de transition ne gardent leur signification révolutionnaire que si elles sont liées à l’objectif du contrôle des travailleurs et de la population sur les banques et sur les entreprises. Le secret bancaire comme, plus généralement, le secret des affaires sont absolument indispensables aux capitalistes pour perpétrer leur pillage des biens de la société. La levée de ces secrets fait partie des objectifs prioritaires car elle constitue le premier pas vers le contrôle ouvrier de l’industrie.

Les objectifs sont aussi liés aux moyens, à la démocratie ouvrière dans les luttes, à la création de comités de grève ou de comités d’usine susceptibles de devenir des états-majors reconnus par tous les travailleurs
Les revendications et mots d'ordre dits "de transition" ont en effet été utilisés à tort et à travers depuis des décennies par les trotskystes, y compris par LO d'ailleurs, comme autant de recettes, dans un contexte tout à fait différent de celui que connut Trotsky quand il rédigea son Programme de Transition. Ce texte de LO est donc très juste dans son esprit. A ceci près, que Trotsky ne présentait pas ce programme avec comme perspective des comités de grève, mais... un gouvernement ouvrier, l'armement du prolétariat et l'expropriation des capitalistes. Suffit de le relire... en entier.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Lun 12 Nov - 10:24

serieux toma95, tu insultes des militants qui ont fait ça


Grève de classe à PSA Citroën Aulnay !
[actualisation 4 Avril 2007]





Depuis le 28 février, 400 à 500 ouvriers sont en grève à l'usine PSA d'Aulnay, bloquant significativement les deux chaînes de montage et touchant le capital à son coeur : la production.
Les journaux de grève du 29 mars, du 2 avril, du 3 avril, du 4 avril...

Les revendications des grévistes sont nettes et claires et méritent d'être largement popularisées :
■300 euros pour tous
■1525 euros nets minimum pour tout le monde [revendication qui fait débat...]

■La retraite à 55 ans
■La baisse des cadences
■L'embauche des intérimaires
La grève est organisée démocratiquement avec une Assemblée générale quotidienne et un comité de grève qui publie d'ailleurs tous les jours un "journal de la grève" (dont nous reproduisons ici un exemplaire qui comporte un vieux poème de Jacques Prévert de 1933, déjà autour d'une grève... de Citroën !).
Malgré la durée, les grévistes sont toujours aussi déterminés et multiplient les initiatives, manifestation devant le siège de PSA, au tribunal de Bobigny pour demander la condamnation de la direction qui fait appel à des intérimaires pour briser la grève, et tout dernièrement dans les rues de Paris Samedi 24 mars pour une manifestation de solidarité.
A cette manifestation étaient présents des centaines de grévistes, mais aussi de très nombreuses délégations d'autres usines de PSA, ou de l'automobile. Des militants venus nombreux du 93, mais aussi de beaucoup plus loin comme ces camarades de la métallurgie Nord Pas de Calais venus porter le fruit d'une collecte à Valenciennes.

Car l'argent est le nerf de la guerre. Des collectes sont organisées partout (voir l'appel), et les grévistes se déplacent à la demande aux portes des entreprises. Les structures syndicales sont sollicitées et aujourd'hui ce sont près de 94 000 euros qui ont été collectés pour permettre de tenir. Partout autour de nous, popularisons la grève à Citroën et organisons des collectes de soutien !
Le 2 avril avait lieu la première distribution d'argent aux grévistes, 200 euros pour trois semaines de grève, signe de la solidarité considérable rencontrée par la grève dans le département, et bien plus largement dans la classe ouvrière.

Lors de la manifestation du 24 mars, les militants de Voie Prolétarienne ont diffusé un tract de soutien à cette grève exemplaire. Un tract non pas pour encourager les grévistes à la lutte (ils n'ont pas besoin de nous !), non pas pour leur donner des leçons sur ce qu'il faut faire ou pas (la grève est organisée de manière suffisamment démocratique pour qu'il y ait peu à redire), mais un tract pour révéler la vraie parole de la lutte, montrer toutes les aspirations ouvrières qui surgissent de ce conflit, aspirations à un monde meilleur et nouveau, au socialisme. Et par ricochet pour montrer en quoi les diverses candidatures aux élections présidentielles (et pourtant, c'est l'actualité !) sont bien loin de répondre à ces aspirations !

J' ai pris un article de VP (maos) pour eviter des critiques sectaires. Tu estime sans doute que faire des comités de lutte dirigés par des grevistes cela ne sert à rien?

Contrairement à ce que tu tentes de faire croire Tomas95, la lutte à Aulnay n' as pas commencé en 2012

"Un tsunami social." Voilà comment la CGT a présenté une note confidentielle de la direction de PSA Peugeot Citroën qu'elle a dévoilée, jeudi 9 juin, et dont Le Monde avait déjà publié les détails plus tôt dans la journée. Ce "plan secret de M. Varin [président du directoire de PSA] sur l'avenir des sites automobiles en France et en Europe" révélé par la CGT prévoit notamment la fermeture de deux sites employant 6 400 personnes, ceux d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) courant 2014 et de Sevelnord (Nord) en 2015.

L'objectif du document, élaboré le 23 août par la direction des programmes et la direction industrielle, était d'améliorer la rentabilité et la compétitivité des sites du groupe à l'horizon 2020, en abaissant en particulier les prix de revient à la fabrication des petits véhicules, ceux du segment B, et en réduisant de 200 000 véhicules la production de l'entreprise en Europe de l'Ouest. "Ces axes de progrès" ont été présentés au comité de direction générale de PSA, le 8 septembre, et au comité stratégique du conseil de surveillance, le 28 septembre.

DOCUMENT DATÉ OU D'ACTUALITÉ ?

La direction de PSA n'a pas tardé à réagir. Selon un communiqué publié sur son site Internet, le groupe affirme que la fermeture du site d'Aulnay n'est "pas un sujet d'actualité" et que la note diffusée par la CGT est un "document préparatoire datant d'il y a près d'un an", ne constituant "en aucun cas un relevé de décisions". "Anticiper sur ces sujets dans le contexte de crise qui était celui de l'industrie automobile à l'été 2010 était, et reste, du devoir de la direction générale", fait encore valoir PSA, en affirmant que les questions de compétitivité faisaient "l'objet d'échanges réguliers" avec les partenaires sociaux.

"Faux", rétorque la centrale syndicale, qui assure n'avoir jamais été tenue au courant de tels projets. "La note d'août fait référence à des décisions prises lors du comité de direction générale de janvier 2010, qui proposait déjà la fermeture du site d'Aulnay et le transfert de l'activité à Poissy. Ce qui prouve bien qu'il ne s'agit en rien d'un document de travail mais bien de la mise en œuvre de décisions actées, soutient Bruno Lemerle, représentant au Comité central d'entreprise (CCE) et au comité de groupe européen. Certains des éléments de ce plan ont par ailleurs déjà été appliqués."

RÉDUCTION DE LA PRODUCTION À AULNAY

Le site d'Aulnay-sous-Bois, qui fabrique aujourd'hui la nouvelle Citroën C3, a ainsi vu sa production diminuer depuis plusieurs années. En 2004, 418 000 véhicules sortaient de l'usine, "soit le plus gros site de production français pour des effectifs qui n'étaient pas les plus importants, avec 6 500 salariés", raconte avec un brin de fierté Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT-PSA et délégué CGT-Aulnay. Depuis, une des deux lignes d'assemblage a fermé et l'équipe de nuit s'est arrêtée. Résultat : la production a chuté à 195 500 voitures, passant à la cinquième place des usines françaises. Surtout, le site n'emploie plus que 3 600 personnes.

A l'inverse, l'usine voisine de Poissy, dans les Yvelines, a vu sa production augmenter. Une équipe de nuit a été mise en place cette année, la cadence des chaînes est passée de 45 à 52 véhicules par heure, avec un objectif de 55, et le site est actuellement à l'origine d'un tiers de la production de C3. Pour la CGT, les faits confirment donc clairement que le groupe applique la stratégie évoquée dans la note confidentielle. "A Aulnay, les salariés sont révoltés mais pas vraiment étonnés de la nouvelle, confie Jean-Pierre Mercier. Ce n'est que la confirmation, noir sur blanc, de ce que tous, ici, sentent depuis des années : que l'on cherche à nous enlever notre emploi."

Pourquoi fermer l'usine d'Aulnay plutôt que celle de Poissy ? "Pour des raisons financières, répond Bruno Lemerle, le site de Seine-Saint-Denis ayant sans doute plus de valeur." "Au-delà du gain de frais fixes de 68 millions d'euros par an, la cession du terrain, estimé à 300 millions d'euros, permet un retour sur investissement de l'opération inférieur à dix ans", indique en effet la note.

CALENDRIER ÉLECTORAL

Pour préparer le "non-renouvellement" de ce site, le document livre un calendrier très précis. Jusqu'à la mi-2012, il est ainsi prévu de "préparer et sécuriser les fournisseurs", c'est-à-dire, traduit la CGT, "de leur donner suffisamment de travail afin qu'ils constituent des stocks et puissent résister à des mouvements sociaux". Fin 2012, le groupe envisagerait d'annoncer la "création d'un pôle majeur unique région parisienne", soit, pour le syndicat, "une opération de communication censée faire passer la pilule", à savoir un plan social prévu pour 2013 et l'arrêt du site "courant 2014".

Quant à l'annonce de la fermeture du site, elle est envisagée au second semestre 2012, "dans le calendrier électoral français", soit après les élections présidentielles. Si le PSA affirme qu'il ne s'agit que d'une coïncidence de calendrier, pour la CGT, le groupe ne veut surtout pas se retrouver en porte-à-faux avec un gouvernement qui lui a prêté 3 milliards d'euros — aujourd'hui remboursés — en échange de la préservation des emplois dans l'Hexagone. PSA cherche par ailleurs à cultiver son image d'une entreprise qui produit davantage de véhicules en France que son concurrent Renault, dont la production de modèles phares est depuis longtemps délocalisée dans les pays à bas coût.



PAYS À BAS COÛT

PSA pourrait pourtant suivre la même stratégie. Selon la note confidentielle, une partie de la production d'Aulnay-sous-Bois serait délocalisée dans un pays "low cost". Le pays en question n'est pas cité mais la note précise : "Le choix du pays low cost (Turquie, Maroc ou Europe de l'Est) est fait selon la grille de critères PSA renseignée par un cabinet de conseil indépendant, avec des données prospectives macroéconomiques sur ces pays."

En parallèle, le site de Sevelnord, qui compte 2 800 salariés et fabrique chaque année près de 100 000 monospaces et utilitaires, est aussi menacé. PSA aurait commencé à préparer le terrain en annonçant à la mi-mai la fin de la coopération sur ce site avec l'Italien Fiat pour 2017. Deux options ont été examinées par la direction, selon le document confidentiel : fermer le site avec la reprise de l'activité par l'usine de Vigo, en Espagne, ou par une nouvelle unité dans un pays low cost, et maintenir la production avec le soutien financier de l'Etat. "Nous avons différentes pistes, je pense qu'il est beaucoup trop tôt pour en parler", a déclaré le directeur industriel du constructeur français, Denis Martin, lors d'un point presse organisé jeudi après la diffusion de la note interne.

INTERVENTION DE L'ÉTAT

"Le groupe se désengage progressivement de notre site. Dans le Nord, 10 000 familles sont menacées", déplore Ludovic Bouvier, délégué syndical CGT-Sevelnord. A Aulnay-sous-Bois, la situation est encore pire. Le groupe est le troisième plus gros employeur de Seine-Saint-Denis, un département particulièrement touché par le chômage. "Chaque emploi industriel induit trois à quatre emplois supplémentaires, rappelle Hervé Ossant, délégué du syndicat dans le département. En voulant augmenter ses marges, alors qu'il a réalisé des ventes record et un chiffre d'affaires en progression de 17 % en 2010, le groupe met en péril la filière automobile déjà sévèrement touchée par la crise et un département fragile. L'Etat doit intervenir."

Jeudi, le ministre de l'industrie, Eric Besson, a affirmé qu'il s'entretiendrait avec le président du directoire de PSA, Philippe Varin, pour évoquer le sujet. La direction a par ailleurs déclaré qu'elle allait convoquer un CCE exceptionnel "dans les prochains jours pour une mise au point". Du côté de la CGT, on attend des explications et une renonciation au projet. "On a distribué des tracts aux salariés du site cet après-midi. En fonction de la réaction de la direction, on envisagera des actions. Mais ce qui est certain, c'est que la bataille démarre", assure Jean-Pierre Mercier



Depuis plus d' un ans les militants CGT d'aulnay ont mobilise afin de preparer la lutte. Les salariés pour l'instant ont le moral dans les chaussettes mais rien ne dit qu' une reaction ne viennent donner le coup de fouet dont nous avons besoin.
Je te signale que la tentative de la fraction et de SUD de durcir le mouvement a completement foiré tout simplement parce que les salariés n' ont pas suivi. je ne t'ai pas entendu les insulter parce qu' ils n'ont pas reussi à mobiliser.

La clé est dans la capacité à ces travailleurs de se faire confiance pour gagner. N'oublie pas que ces militants et ces travailleurs ont ete capable de faire des comités de greve ce que ni toi ni tes amis politiques ne sont capables de faire. Aujourd'hui au lieu de les insulter tu ferais mieux de garder le contact avec eux et de comprendre ce qu' ils ont en tete.

ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  dug et klin le Lun 12 Nov - 10:57

toma95 a écrit:
Rougevert a écrit:Même réaction pour le PS que pour le PCF ?
Ou bien est-ce la jeunesse des militants qui est le critère?
Même traitement pour ceux qui sont traitres aux prolos et ceux qui sont traitres aux prolos ?
Question dure à trancher !

@ Toma 95:

Apres avoir lu l'essentiel de ton oeuvre,je te dirai que:

1)Visiblement tu ne connais pas ou tres mal les membres du PS.

2)Apparament,il en va de meme pour les militants du PCF.

3)Tu parles beaucoup des"prolos",mais j'ai l'impression que tu n'en cotoies pas,tu me rapelles ces "Maos-spontex" des années 70 qui distribuaient des tracts rédigés en argo,remplie d'injures aux patrons,car disaient ils"c'est comme cela que les prolos s'expriment.Je suis persuadé que tu n'es pas un ouvrier,et cela me rassure,car sinon tu lui ferais honte a ma classe.

PS:Stp,arrete de dire"nous",ici chacun parle en son nom uniquement et tu n'as pas a t'autoproclamer porte-paroles de tout ou partie des membres du forum.
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Lun 12 Nov - 14:52

Ce texte de LO est donc très juste dans son esprit. A ceci près, que Trotsky ne présentait pas ce programme avec comme perspective des comités de grève, mais... un gouvernement ouvrier, l'armement du prolétariat et l'expropriation des capitalistes. Suffit de le relire... en entier.
verié

Tu as ou tu as eu l'accosion de defendre une autre politique dans l' etincelle et dans le NPA. Quel est ton bilan?

Aujourd'hui LO ou le NPA ne sont pas dans la possibilité d' imposer un gouvernement ouvrier à moins de ne pas avoir le meme constat de la situation. Je pense que revendiquer cela aujourd'hui pourrait preter à sourire. On a deja du mal à mobiliser pour defendre les salaires et les CDI.

ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 15:00

Vals a écrit: Je pensais répondre à quelqu'un de bonne foi qui se posait des questions...
Et c'est le cas, maintenant, si ma façon de parler t'as blessé ou insulté, j'en suis désolé, c'était clairement pas le but, et j'm'excuse sincèrement de t'avoir offensé. Crois moi ,crois moi pas, ça pèse pas lourd d'façon, c'est pas une grosse perte, ni pour toi, ni pour moi, le monde ne s'aarrètera pas de tourner, et encore moins le système qui se réjouis qu'on se bouffe la gueule entre nous les prolos. Jpense d'ailleurs que j'en ai bcp plus perdu que toi, car j'suis convaincu que tu aurai pu m'aider à avancer dans ma compréhension du système.

Vals a écrit: Tu ne te poses pas des questions, tu avances ton petit couplet bien rôdé, fait de dénigrements, d'amalgames et de citations délibéremment sorties de leur contexte...

Mon couplet bien rodé, nan ,pas du tout il est pas rodé et en pleine et perpétuelle construction, j'essaye de trouver la cohérence dans tout ça c'est tout. j'arrète pas de dire que je respecte les mecs sincères de LO qui militent. Maintenant quand j'trouve que y a des trucs louches qui clochent, j' préfère en parler plutôt que de garder ça pour moi. J'demande qu'on me prouve que j'ai tord, juste ça.

Vals a écrit: pour ma part, je n'ai plus rien à te dire sur la question.

Tant pis pour moi, bon vent, j'te souhaite sincèrement le meilleur tu sais, car on fait partie de la même classe et on est en colère contre le même système et j'ai tout intérêt à ce que ton combat soit positif pour la classe ouvrière.

C'est con qu'on arrive pas à parler, après c'est certainement de mon erreur d'avoir dénigré, amalgamé et cité hors contexte. Maintenant quand tu dis que je suis rodé, tu te plantes car moi on m'a pas appris à bien parler, ni mes parents, ni l''école, ni une quelconque organisation, alors j'apprends sur le tas et j'fais des erreurs et je gâche la discussion positive qu'on aurait pu avoir tous les deux. Tu as raison quand tu dis que je fais de la merde en dénigrant tout ça, merci de me l'avoir dit. C'est sur que ça aide pas à discuter quand je dénigre, et que c'est pas constructif, m'enfin y a des trucs que je pige pas à LO et tu me rendras jamais coupable de ça.

Respectueusement.
avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 15:06

ulm a écrit:serieux toma95, tu insultes des militants qui ont fait ça

Non, j'insulte personne, j'dis toujours que je respecte SÉRIEUSEMENT les militants sincères de LO. Et si j'le fais, c'est pas volontaire et je m'en excuse.
avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Lun 12 Nov - 15:32

Thomas95,
En fait on ne peux pas appuyer sur un bouton et mener la lutte comme on le voudrait. C' est malheureux mais pour l' instant les salariés d'Aulnay font un autre calcul.

Cela va te surprendre mais je reste solidaire de mes camarades de travail meme quand ils font des erreurs à mon sens. C' est ce que font les camarades d'Aulnay. Tous continuent à militer afin de creer un mouvement. Esperons que nous y arriverons

Tout va dependre de la determination et de la volonté des travailleurs de se bagarer. LO ou pas.

Aujourdhui le NPA crie à hue et à dia qu' il faut la convergence des luttes et nous sommes d'accord la-dessus. Le probleme majeur est que nous n' arrivons pas à mobiliser la dessus ni les uns ni les autres. Pour l'instant. Il ne faut surtout rien lacher et avoir des mots d'ordre accessible à nos copains.

Il n' est pas question de se decourager et d' accompagner la demoralisation (les ouvriers, c'est des cons) (les syndicalistes, c'est des pourris) on est toujours le pourri de quelqu' un.

ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 16:07

ulm a écrit: J' ai pris un article de VP (maos) pour eviter des critiques sectaires. Tu estime sans doute que faire des comités de lutte dirigés par des grevistes cela ne sert à rien ?

C'est surtout toi qui estime ce que j'estime.

ulm a écrit: Contrairement à ce que tu tentes de faire croire Tomas95, la lutte à Aulnay n' as pas commencé en 2012
J'tente rien de faire croire, j'en ai rien à foutre de croire, moi j'veux qu'on me prouve raisonnablement que j'ai tord, qu'on m'explique pourquoi j'ai le sentiment de trouver LO contradictoire. Dis moi que mon discours est rodé ou je sais pas quelle rhétorique, ça prend pas avec moi. J'parle pas moi, j'ai pas appris à faire, à entourlouper les gens, j'ai trop été entourloupé par ceux qui abusent de leur rhétorique pour te vendre l'invendable. J'essaye de comprendre, est ce un crime si infâme ? Certes je m'exprime mal, mais tu ne me rendras jamais coupable de chercher la cohérence de LO.

ulm a écrit:Je te signale que la tentative de la fraction et de SUD de durcir le mouvement a completement foiré tout simplement parce que les salariés n' ont pas suivi. je ne t'ai pas entendu les insulter parce qu' ils n'ont pas reussi à mobiliser.


J'ai ni insulté SUD, ni LO, mais juste les bourgeois, la clique au gouvernement et tout ceux qui nous baisent la gueule, nous les prolos. Et ça tu peux m'en accuser, j'plaide coupable, mais t'imagines pas comment. Parce que je respecterai jamais mes exploiteurs et ceux qui nous tuent, et quand j'les entends ces salopards, se moquer de Nathalie Arthaud, la mépriser dans leur interview, lui poser des questions irrespectueuses, lui couper la parole, et lui rire au nez, j'ai qu'une envie c'est de leur rentrer dedans, et j'comprends pas pourquoi elle le fait pas, elle est vraiment trop forte. J'discute pas poliment avec ceux qui me respectent pas, ni avec ceux qui tuent mes frères, soient ils sont corrects, soient ils en prennent plein la gueule, mais j'me laisse pas faire, devant personne. J'parle pas avec ceux qui sont violents envers ma classe, qui tuent ma famille, nan j'négocie pas avec eux. Si j'dois leur serrer la main, c'est pour leur casser et leur laisser les stigmates de ma colère, qu'ils les montrent à tous leurs potes bourges et qu'ils en aient peur, qu'ils nous craignent, nous les prolos qui ont la dalle et le monde à changer, car on a rien à y perdre et tout à y gagner. j'parle pas poliment à un bourgeois ni à un journaleux qu se fout de ma gueule, j'lui cracherai à la gueule car j'accepterai jamais d'les laisser tuer nos frères ! Et le jours ou je pourrai, j'les éclaterai avec tous les miens, les prolos qui débordent.

ulm a écrit: tes amis politiques
Mes amis politiques, mais j'en ai pas, mes seuls amis. C'est les prolos car j'en suis vitalement, j'm'en vante pas, j'm'en persuade pas et j'm'en tamponne si t'y crois pas, les bourgeois veulent que j'en ai honte ou que je bosse pour leur compte, mais ça marche pas. C'est pour les prolos que je me bats dignement, et que je fais de cadeaux à personne, ni à moi même, ni à ceux qui se disent représentants de la classe ouvrière, et SANS CONCESSION avec les bourgeois. J'me dis pas représentant de la classe ouvrière, j'ai pas besoin de le dire, j'ai rien à prouver, j'suis qu'un putain de fils d'ouvrier t'entends, c'est ma souffrance et la colère de ma souffrance c'est la clé de mon salut, j'accepterai jamais d'être un prolo. Alors si j'insulte LO et que ainsi je me coupe d'eux, ben ça me fait bien chier.

ulm a écrit: tes amis politiques
J'fais pas de politique moi, j'vis la lutte de classe au quotidien et c'est pas rose, j'en ai ras le cul et j'veux vitalement que ça change, car c'est de ma peau dont on cause, t'entends, pas des scores de LO ou du nombre de mecs qu'on arrivera à rameuter au meeting ou à la manif, mais bien de ma putain de gueule de prolo et de celles de ceux que j'aime et qu'j'assume plus de voir souffrir. J'cherche pas à améliorer ma cote de popularité, ma notoriété auprès des miens, c'est en les défendant dignement et sur des bases solides et saines que ça viendra, et j'y crois profondément, c'est mon unique moteur. Jamais je serai patient, on a pas le temps, y a mes frères qui crèvent tous les jours de ma patience. J'cherche pas à faire grossir ma chapelle au dépend de celle d'a coté, c'est pas la concurrence des orgas d'eg, j'en ai pas de chapelle, sauf celle d'appartenir à la classe ouvrière.

ulm a écrit: Aujourd'hui au lieu de les insulter
J'insulte pas, j'dis très mal ce que je pense c'est tout. Mais tu sais, tant mieux, j'suis violent dans mes propos, j'le revendique, LO devrait en faire autant vis à vis des patrons au lieu de qualifier calmement le système de fou. Mais nan le système n'est pas fou, sa logique est fondamentalement violente, mais c'est tout à fait volontaire, les bourgeois ne perdent pas du tout le contrôle (ça les dédouane de dire ça), nan c'est la logique même de leur système et il s'auto-détruit . Il est bien rodé lui, et s’accommode bien de la présence de LO, d'ailleurs il l'invite assez souvent je trouve dans ses journaux qu nous insultent eux, tous els jours de 20h à 20h30. La présence de LO ne dérange que peu, et j'trouve ça louche que le système invite et discute avec son ennemi, et je n'insinue rien d'insultant pour LO, j'me pose juste la question pourquoi ? LO devrait être une violente menace pour les bourgeois et elle ne l'est pas (c'est pas une insulte j'espère). Et ne te cache pas derrière le moral de la classe ouvrière. Car, quand LO est au journal, je pense que c'est elle (ou plutôt ses idées et la façon dont elle les défend) qui n'a pas le moral. Mais je la respecte profondément, et j'trouve qu'elle fait un boulot remarquable, mais j'critique c'est tout, suis je coupable de critiquer, est ce une insulte ?

ulm a écrit: Aujourd'hui au lieu de les insulter tu ferais mieux de garder le contact avec eux et de comprendre ce qu' ils ont en tete.
Critique moi, j'attends que ça pour grandir, me renforcer, apprendre, devenir l'arme la plus efficace, violente, dangereuse et menaçante contre mes exploiteurs. C'est juste pour ça que je te provoque depuis le début. Ca veut pas dire que je t'insulte ou que je te respecte pas.

avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Lun 12 Nov - 16:52

ulm a écrit:
Aujourd'hui au lieu de les insulter
J'insulte pas, j'dis très mal ce que je pense c'est tout. Mais tu sais, tant mieux, j'suis violent dans mes propos, j'le revendique, LO devrait en faire autant vis à vis des patrons au lieu de qualifier calmement le système de fou. Mais nan le système n'est pas fou, sa logique est fondamentalement violente, mais c'est tout à fait volontaire, les bourgeois ne perdent pas du tout le contrôle (ça les dédouane de dire ça), nan c'est la logique même de leur système et il s'auto-détruit . Il est bien rodé lui, et s’accommode bien de la présence de LO, d'ailleurs il l'invite assez souvent je trouve dans ses journaux qu nous insultent eux, tous els jours de 20h à 20h30. La présence de LO ne dérange que peu, et j'trouve ça louche que le système invite et discute avec son ennemi, et je n'insinue rien d'insultant pour LO, j'me pose juste la question pourquoi ? LO devrait être une violente menace pour les bourgeois et elle ne l'est pas (c'est pas une insulte j'espère). Et ne te cache pas derrière le moral de la classe ouvrière. Car, quand LO est au journal, je pense que c'est elle (ou plutôt ses idées et la façon dont elle les défend) qui n'a pas le moral. Mais je la respecte profondément, et j'trouve qu'elle fait un boulot remarquable, mais j'critique c'est tout, suis je coupable de critiquer, est ce une insulte ?

ulm a écrit:
Aujourd'hui au lieu de les insulter tu ferais mieux de garder le contact avec eux et de comprendre ce qu' ils ont en tete.
Critique moi, j'attends que ça pour grandir, me renforcer, apprendre, devenir l'arme la plus efficace, violente, dangereuse et menaçante contre mes exploiteurs. C'est juste pour ça que je te provoque depuis le début. Ca veut pas dire que je t'insulte ou que je te respecte pas.

Tu sais la bourgeoisie aime tellement LO qu'elle la traite regulierement de secte et de moine soldat relayés par ailleurs par l'ensemble de l'extreme gauche.
Rien que ça, ce n' est pas tres credible. A titre de comparaison, tu doit trouver que Poutou et besencenot sont les pires fripouilles que tu n' as jamais vu. Ce qui serait faux.

Un point positif, si tu trouve que Nathalie passe souvent à la tele, on ne doit pas avoir la meme tele. Si Nathalie se presente aux elections c'est justement pour la faire passer dans les medias. Le reste du temps nous sommes inaudibles. Laughing

Si tu revendiques le droit de critiquer j'espere que tu permet que moi aussi je puisses avoir un avis different du tien.

Sinon pour le couplet prolo, j'ignore si tu es un type sincere mais si tu en ai un le seul moyen de ne pas finir carboniser par sa colere est de transformer sa colere en conscience. Seule une organisation peut le faire. Tu as tout un panel à ta disposition, prends celle qui te conviens.

ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 17:02

dug et klin a écrit:1)Visiblement tu ne connais pas ou tres mal les membres du PS.
2)Apparament,il en va de meme pour les militants du PCF.
Ca c'est bien vrai !


dug et klin a écrit: Je suis persuadé que tu n'es pas un ouvrier,et cela me rassure,car sinon tu lui ferais honte a ma classe.
En effet, si ça te rassure, alors j'suis un bourgeois, ça me fait plaisir, c'est cadeau. Mince alors, mais dis moi pourquoi je ferais honte aux prolos ? J'suis curieux de savoir.

dug et klin a écrit:3)Tu parles beaucoup des"prolos"
Et en quoi ça te gène ?

dug et klin a écrit:mais j'ai l'impression
Si c'est qu'une impression, ça me va. J'suis pour la liberté d'expression et de pensée. Par contre les mecs qui causent sans démontrer, et se basent sur des croyances intimes et personnelles ça me fait bien rire et j'les prends pas au sérieux. Maintenant, justifie toi et arrête de supputer.

dug et klin a écrit:tu n'en cotoies pas
Ben tu sais, moi j'vois pas d’insulte là dedans, ça me vexe pas, j'suis indifférent, j'constate juste que tu te trompes. J'cotoies pas, j'vis avec, j'en suis le produit. J't'envoie mon pédigrée et ma carte de travailleur, et mes comptes pour voir si j'ai pas des actions ? Faut que je me justifie auprès de celui qui a des impressions et croit c'est ça ? On va jouer à qui de toi ou de moi est le plus prolo des 2 ? T'as pas que ça à faire j'imagine.

Et puis si tu crois, ben j'y peux rien, c'est ton problème, pas le mien. Et j'sais pas discuter raisonnablement avec quelqu'un qui croit.

dug et klin a écrit: "Maos-spontex" des années 70 qui distribuaient des tracts rédigés en argo,remplie d'injures aux patrons,car disaient ils"c'est comme cela que les prolos s'expriment.

Encore un club dans la nomenclature féconde des organisations se réclamant de la classe ouvrière ? j'les connaissais pas, merci, j'pourrai dire à un mec que c'est un mao spontex des annéss 70, ça risque de le vexer tu penses ?

dug et klin a écrit:rédigés en argo

Ca me parle déjà plus que les expressions philosophiques et les mots de 20 lettres. Désolé de pas être aussi fin et lettré que toi. Mais tu sais, les prolos, on va rarement à l'école, on nous fait détester ça très jeune car ça coute au système et ça l'emmerde qu'on soit trop critique à son égard. Moi j'aime bien l'argo, et le créyol aussi, et j'pense dans une certaine mesure que "c'est comme cela que les prolos s'expriment".
Suis je coupable de comprendre et de parler le "langage de la rue" et d'avoir du mal à parler et piger celui des bourgeois, le langage policé qu'on apprend bien sagement à l'école pour révérer la propriété des bourges ?

dug et klin a écrit:injures aux patrons
Là aussi, j'trouve ça pas mal, même si j'sais bien que ça fait pas avancer des masses l'affaire. En tout cas, ça me soulage de déverser ma colère en mot contre mes exploiteurs.
Suis je coupable d'avoir la colère face à mes exploiteurs et de refuser de la taire ?

dug et klin a écrit: arrete de dire"nous",
Pourquoi ? Tu ne m'interdiras pas de parler de ma classe.

dug et klin a écrit: chacun parle en son nom uniquement
J'vois pas le rapport. J'suis encore au courant que tu parles en ton nom. Tu diras aux mecs qui écrivent dans les journaux et ceux qui parlent au micro de parler aussi en leur nom uniquement. Tu lui diras de se battre uniquement en son nom, ou uniquement en celui des PSA Aulnay !
Je suis libre et si t'es pas dac, c'est la même.

dug et klin a écrit: tu n'as pas a t'autoproclamer porte-paroles de tout ou partie des membres du forum.
J'y suis pas encore.

A+, j'ai trouvé tes remarques stériles et inintéressantes, c'est pas du mépris mais franchement tu me déçois. J'y ai répondu pour te prouver que je te respecte. Je recommencerai pas deux fois, j'ai autre chose à faire.



avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 17:41

ulm a écrit: En fait on ne peux pas appuyer sur un bouton et mener la lutte comme on le voudrait. C' est malheureux mais pour l' instant les salariés d'Aulnay font un autre calcul.

Je sais bien ,mais j'ai l'impression que les orgas ne mettent pas le paquet. Notamment ceux qui revendiquent les mouvements du bout des lèvres tout en s'auto-boycottant. C'est mon avis perso. Le pire est que quand l'échec des mouvements sera consommé, les mêmes iront faire porter la responsabilité de l'échec de ces manifestations aux travailleurs.

ulm a écrit: je reste solidaire de mes camarades de travail même quand ils font des erreurs à mon sens
Toutes les erreurs ? J'pense que non.

Un prolo doit rester solidaire de M. DUPONT si il ne fait pas son exercice. Si M. DUPONT tape son camarade Thomas, ou lui dit qu'il n'est qu'un sale métèque à la peau mate, là c'est moins sur !


ulm a écrit:Tout va dependre de la determination et de la volonté des travailleurs de se bagarer. LO ou pas.
Non j'refuse cette dépendance, LO en tant qu'organisation sérieuse à sa part de responsabilité et doit clairement se remettre en question. Et quand j'dis ça j'la respecte et ne l'insulte pas. Et je cherche pas à réduire la situation à la recherche du bon coupable. Le coupable on le connais c'est le système bourgeois, mais on va pas aller loin si on dit ça. Quand un gamin ne travaille pas à l'école, tu te dis qu'il a pas le moral et que personne n'y peux rien ? Ou que c'est le système ou le moment ? Ou bien tu te dis que c'est surement plus de la responsabilité du manque de motivation donné par les parents et du prof et de l'institution ?
La comparaison n'est pas totalement juste mais donne du sens. Car les orgas ne sont ni des bergers, ni des éducateurs, autant que les prolos des moutons ou des enfants. Et c'est justement pour cela qu'ils s'en sortiront et briseront leurs chaines !!! pourtant le système lui, t'inquiètes il les éduque bien et les dirige bien les prolos, à grand coup de télé, d'école et autres bourgeoiseries. Et alors quoi, ça marche dans un sens et pas dans l'autre. Les bourgeois y arrivent bien eux à nous motiver à travailler pour eux. Et nous on arriverait pas à nous motiver, nous même, à travailler pour nous même, c'est absurde. J'dis pas que c'est facile et que ça vient en claquant des doigts. J'dis pas que la situation est favorable. Car on hérite des merdes du passé, et de la période du capitalisme qui a apportée "des petites choses" pour nous les gens du peuple, et aussi du fait qu'les bourgeois nous vante leur système bourgeois comme étant basé sur la liberté et la démocratie. Mais dès 1789 y avait les enragés et babeuf pour dénoncer cette supercherie, dès 1789 t'entends !

La liberté n’est qu’un vain fantôme quand une classe d’hommes peut affamer l’autre impunément.

L’égalité n’est qu’un vain fantôme quand le riche, par le monopole, exerce le droit de vie et de mort sur son semblable.

Eh quoi ! Les propriétés des fripons seraient-elles quelque chose de plus sacré que la vie de l’homme ?

ulm a écrit:Tout va dependre de la determination et de la volonté des travailleurs de se bagarer. LO ou pas.
A quoi ça sert de faire de la propagande à ce moment là, et de grossir les rangs des prolos si ça dépend de leur moral ?
avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 17:53

ulm a écrit: on est toujours le pourri de quelqu' un.
Oui et non, ce qui est sur, c'est qu'il faudrait que tous, les bourgeois nous considèrent comme leurs pourris. Et c'est clairement pas le cas. Parce que ça manque de cohérence, et les prolos sont certes abusés et "abrutis", aliénés par les bourgeois, ils n'en sont pas moins, pas plus lucides quant à ceux qui se revendiquent de les défendre.

J'aime pas dire ils en parlant des prolos, j'ai l'impression de pas être sincère. tu dis il toi quand tu parles de toi dugeglin ?

Et comme on dit, avec des scies, on coupe du bois, parole de prolo, bien que dugeglin n'y croit pas !

Fait chier putain de merde, ça aussi c'est du parole de prolo, et tout de suite ça va mieux. Dugeglin !
avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  toma95 le Lun 12 Nov - 18:47

ulm a écrit:
Tu sais la bourgeoisie aime tellement LO qu'elle la traite regulierement de secte et de moine soldat relayés par ailleurs par l'ensemble de l'extreme gauche.

Et tu le crois sincère la bourgeoisie ? même quand elle traite le gouvernement ? Et quand le GVT traite la bourgeoisie, tu le crois sincère ?
Quelle mascarade organisée que LO dénonce ?
je te trouve parfois bien crédule, surtout quand ça t'arrange.

Wahou c'est super violent, LO une secte, ça a autant de poids que quand tu dis que je suis un non côtoyant de prolos, quand tu dis que le système est fou. Et rien que ça ça vous mine ? C'est que les reins ne sont pas solides c'est tout. Et ça, c'est pas de l'insulte, ni un manque de respect, juste de la déception.

Moi j'en suis des prolos, et la misère m'endurcit, de jours en jours, mon oppression est ma force et plus j'suis opprimé plus j'ai la hargne, plus le temps passe et moins j'reste patient. C'est pas un marathon quand y en a qui crèvent, c'est bel et bien un sprint. Endurcis par le froid, la fatigue, les larmes et les blessures, la rage de le voir se tuer au turbin pour pas grand chose et se sacrifier pour la famille. Alors il m'a dit, te laisse jamais faire mon fils, par respect pour lui j'resterai fidèle à la seul façon qu'on a de sortir de la merde. C'est ma philosophie de prolo, pas celle qu'on lit dans les bouquins bourgeois, celle dont on est le produit, celle qui te fait tenir quand t'es sur le chantier et que t'en crèves, celle que tu comprends pas quand tu l'as dit avec les mots du bourgeois, celle que seul un prolo comprend, avec son argot à lui.

Tu sais dugeglin, quand tu me traites, comme tu dis, de ne pas "côtoyer les prolos", ça me fait rien, juste que je te trouve faible d'en arriver là, c'est certainement que tu es à court d'argument. Ne parle pas Dugeglin quand tu n'es pas capable de prouver ce que tu dis, et n'essaye pas d'entourlouper.

Si LO était une menace, tu penses que la bourgeoisie se limiterait à se genre de propos ? Nan, car ils sont bien moins cons que nous, ils l'ont bien compris, et c'est aussi pour ça que certains des nôtres veulent changer de coté, pour être du coté des winners, et j'les comprends grave !
ulm a écrit: Rien que ça, ce n' est pas tres credible. A titre de comparaison, tu doit trouver que Poutou et besencenot sont les pires fripouilles que tu n' as jamais vu. Ce qui serait faux.

Pas très crédible ? Ton argument lui, est certainement fallacieux ! Mais c'est pas possible, vous êtes à coté de la plaque les mecs ou quoi ? Ou alors je suis aussi fou qu'est, à l'avis de LO le bourgeois. Mais moi j'pense que le bourgeois, à défaut d'être bon, respectable et mon égal, c'est bel et bien un putain d'enculé, un putain de fourbe, un putain de mec intelligent. Et qu'ils sont plus intelligents que nous car ils sont moins nombreux et pourtant ils nous dominent.

Mais j'm'en tape de vos querelles de chapelle, ça parle pas aux prolos ça, et c'est pour ça qu'ils ne vous écoute pas, vous croyez persuader les prolos que vous êtes les meilleurs des militants ? Ca sert à rien de parler, on a juste à juger ce que vous faites !

ulm a écrit:
Un point positif, si tu trouve que Nathalie passe souvent à la tele, on ne doit pas avoir la meme tele. Si Nathalie se presente aux elections c'est justement pour la faire passer dans les medias. Le reste du temps nous sommes inaudibles. Laughing

J'y vais tous les jours sur le site de LO, sur la droite, y a tjs des reportages télé ou bien des articles de presse locales ...
Moi quand j'suis sur le ring, j'laisse pas un seul chance à mon adversaire, sauf quand je sais que c'est une fiotte ! les bourgeois vous laisse tranquille, même si ils se moquent de vous en vous invitant pour vous faire dire ce qu'ils veulent entendre et vous discréditer encore plus car vous manquez de cohérence.

ulm a écrit: Si tu revendiques le droit de critiquer j'espere que tu permet que moi aussi je puisses avoir un avis different du tien.
Oui et je laisse aussi les bourgeois d'avoir le leur ! ils pensent ce qu'ils veulent, par contre on doit pas les laisser faire ce qu'ils veulent, surtout quand c'est sur notre dos. [/quote]

ulm a écrit: Sinon pour le couplet prolo, j'ignore si tu es un type sincere mais si tu en ai un le seul moyen de ne pas finir carboniser par sa colere est de transformer sa colere en conscience. Seule une organisation peut le faire. Tu as tout un panel à ta disposition, prends celle qui te conviens.

J'te la laisse ta SEULE façon. Tu préfère finir carbonisé par ta misère ? Vas dire ça à ceux qui souffrent ... Tu lui diras à l'antilope que se fait courser par le lion, à la femme qui se fait violer, à celui qui se fait étrangler, au boxeur qui se fait malmener. Je souffre et je me laisse pas faire c'est tout. Tu ne m’affaibliras pas, ni tu ne transformeras ma colère en patience, car ce jours là j'en serait mort de cette patience.

La peur n'enlève pas le danger.
La lutte des classes, les bourgeois nous le mènent avec violence, le sais tu ? Vas parler poliment avec eux, vas négocier, ils aiment ça ... j'danse pas devant le bourgeois, j'lui parle pas, j'lui saute à la gorge directe et j'lache rien t'entends ! Moi si j'vais négocier avec eux, c'est pour leur casser la tête comme ils me la cassent !

Le communisme c'est le massette et la faux, le NPA c'est l'hygiaphone.


avatar
toma95

Messages : 203
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Rougevert le Lun 12 Nov - 19:29

Moi,je "côtoie" et discute avec des militants et des électeurs du PCF comme du PS.
Et entre un(e) militant(e) du PCF qui suit touts les zigs-zags de son parti, capable de tout justifier (comme il y en a sur ce forum, se réclamant seulement du FdG) et un(e) militant(e) du PS capable d'en faire tout autant pour défendre une ligne...droite, je ne vois AUCUNE raison objective (c'est à dire politique) d'être plus complaisant avec l'un(e) plutôt qu'avec l'autre.
Je sais aussi ce qu'est un(e) "bobo" et un(e) bourgeois(e) (même petit(e) ) et je n'en vois pas moins au PCF qu'au PS.
Ce sont des le plus souvent des collègues de travail...moins bien payé(e)s et moins instruit(e)s que Nathalie Arthaud.

Je note d'ailleurs que personne n'a pu expliquer quand et comment le PS est devenu un parti bourgeois.
Et surtout pourquoi il ne se fait pas virer des manifs ouvrières organisées par les syndicats.


Dernière édition par Rougevert le Lun 12 Nov - 19:35, édité 1 fois
avatar
Rougevert

Messages : 2069
Date d'inscription : 06/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Lun 12 Nov - 19:34

Je note d'ailleurs que personne n'a pu expliquer quand et comment le PS est devenu un parti bourgeois.
Il faudrait ouvrir un fil sur ce sujet, qui s'éloigne de plus en plus de LO...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  dug et klin le Lun 12 Nov - 19:46

toma95 a écrit:

..."Moi j'en suis des prolos,"....."MENTEUR".

..."Tu sais dugeglin, quand tu me traites, comme tu dis, de ne pas "côtoyer les prolos", ça me fait rien, juste que je te trouve faible d'en arriver là, c'est certainement que tu es à court d'argument. Ne parle pas Dugeglin quand tu n'es pas capable de prouver ce que tu dis, et n'essaye pas d'entourlouper.

OK,je me tais,pas la peine d'en rajouter,tu te liquide toi meme.

..."Mais moi j'pense que le bourgeois, à défaut d'être bon, respectable et mon égal, c'est bel et bien un putain d'enculé, un putain de fourbe, un putain de mec intelligent. Et qu'ils sont plus intelligents que nous car ils sont moins nombreux et pourtant ils nous dominent.

La,tu m'a scié,je suis convaincu,c'est toi qui dirigera la révolution,car tu as vraiement une analyse concrete de la situation concrete.

..."Moi quand j'suis sur le ring, j'laisse pas un seul chance à mon adversaire, sauf quand je sais que c'est une fiotte !"§...

C4EST QUOI UNE "FIOTTE"?

..." j'danse pas devant le bourgeois, j'lui parle pas, j'lui saute à la gorge directe et j'lache rien t'entends ! Moi si j'vais négocier avec eux, c'est pour leur casser la tête comme ils me la cassent !"...

Allez,vas y,annonce,tu en as égorgé combien des bourgeois,tu leur a casser combien de tetes?...Arrete tes éffets oratoires,tu n'es qu'un trou du cul fort en gueule mais qui ne touche pas un calot,en 42 ans d'activité,j'en ai jamais vu des comme toi de prolos.

avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  LeSonEstUnPeuCrade le Lun 12 Nov - 19:57

Bonjour je viens d'arriver sur le forum.

Et quelque chose me surprend (ou pas en fait), j'ai l'impression que vous faites le concours du meilleur militant. Encore une fois il semblerait que l’extrême gauche soit trop occupée à s'entredéchirer à se traiter de "social-traitre" plutôt que de faire front commun dans les luttes (ah si ouf ça à l'air d'être le cas sur le terrain).
C'est peut-être pour ça qu'on (les cons) qualifie la plupart de ces mouvements de "secte". Prôner une forme d'absolu n'est-elle pas la méthode de toute les sectes (ou religion c'est pareil)? Ainsi que qualifier les autres d'hérétiques...
avatar
LeSonEstUnPeuCrade

Messages : 3
Date d'inscription : 12/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Copas le Lun 12 Nov - 20:16

ulm a écrit:Thomas95,
En fait on ne peux pas appuyer sur un bouton et mener la lutte comme on le voudrait. C' est malheureux mais pour l' instant les salariés d'Aulnay font un autre calcul.

Cela va te surprendre mais je reste solidaire de mes camarades de travail meme quand ils font des erreurs à mon sens. C' est ce que font les camarades d'Aulnay. Tous continuent à militer afin de creer un mouvement. Esperons que nous y arriverons

Tout va dependre de la determination et de la volonté des travailleurs de se bagarer. LO ou pas.

Aujourdhui le NPA crie à hue et à dia qu' il faut la convergence des luttes et nous sommes d'accord la-dessus. Le problème majeur est que nous n' arrivons pas à mobiliser la dessus ni les uns ni les autres. Pour l'instant. Il ne faut surtout rien lacher et avoir des mots d'ordre accessible à nos copains.

Il n' est pas question de se decourager et d' accompagner la demoralisation (les ouvriers, c'est des cons) (les syndicalistes, c'est des pourris) on est toujours le pourri de quelqu' un.

C'est relativement conforme aux questions que les révolutionnaires se posent et il est à remarquer que , comme courants politiques, ce débat traverse essentiellement LO et le NPA;

Comment aider au mieux à la mobilisation de nos camarades de travail, de progresser avec eux, chacun se creuse la tête actuellement pour comprendre et travailler mieux, plus fort, autrement, etc.

Dans cette bataille la question de l'enthousiasme joue, il faut savoir aller donner les coups de boutoir quand cela est nécessaire pour susciter l'espérance et donc le mouvement et la prise de confiance en soi.

Que Toma ne perde pas sa niaque elle est précieuse et indispensable.

Si il est un prolétaire, on embauche, le pouvoir des travailleurs est au bout.


Dernière édition par Copas le Lun 12 Nov - 20:30, édité 1 fois
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum