La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  topaze le Mar 9 Oct - 23:37

A mon avis les différentes interventions que j’ai lu me persuade que la politique de LO n’avait pas pour objectif, lors de la lutte à la SNCF d’aller dans le sens de l’extension et du développement. Par exemple Auber 93 dit. Je cite :

‘….les militants de LO que j'ai pu rencontrer disaient qu'il fallait renforcer la gréve à la SNCF et l'étendre à d'autres secteurs. C'est le seul discours que j'ai entendu venant d'eux durant ces trois semaines’.

Là on propose deux actions et bien sur celle qui prime c’est avant tout celle de renforcer la grève dans le secteur. L’objectif c’est de toujours reculé l’extension de la lutte

De même Alexi tu dis :
'LO n'a effectivement pas laissé entrer dans les AG tous les gauchistes (bavards) qui s'y pressaient, tout en leur demandant de militer pour élargir la lutte dans leur... propre secteur.
Quant aux réunions de LO d'après conflit, LO invite qui elle veut; son but, légitime, était bien évidemment de se structurer politiquement au sein de la SNCF. Topaze est-il cheminot ?'

Alexi, tu montre bien comment LO a été à l’encontre de l’extension et du développement de la lutte en prônant le chacun dans son coin.
Il me semble qu’après une lutte importante, l’objectif c’est de tirer les leçons de la lutte pour pouvoir être plus fort demain. Ce n’était pas l’objectif de LO, mais c’était tout simplement de gagner des adhérents.
Quand j’ai voulu rentrer dans une de ces réunions, je n’ai pas pu, car effectivement je n’étais pas cheminot. Encore une fois chacun dans son coin

Contrairement a ce que tu dis Ottokar je pense qu’on peux, non pas juger, (les révolutionnaires ne sont pas des arbitres) mais tirer des leçons, pour les luttes présente, en revenant sur les expériences du passé. Et pour moi, une des leçons, c’est que la politique de LO n’a pas été dans le sens de l’extension de la lutte et de son développement comme le montre les interventions de Auber93, Alexi

Duk et Glin je me suis intéressé à la lutte a la SNECMA de 88. LO a eu la même politique qu’a la SNCF, mais avec un langage encore plus radical puisque la CGT était accusé de saboter la lutte. Mais l’extension prôné, n’était pas géographique (aux usines les plus proches) mais d’étendre la lutte a d’autres usines du groupes comme SNECMA Villeroche, Corbeil, Hispano. En allant dans se sens, c’était d’enfermer la lutte dans la branche, en l’occurrence le groupe SNECMA. Tu me posais la question sur le corporatisme. Voilà un exemple de corporatisme

Topaze. http://fr.internationalism.org/

topaze

Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  ottokar le Mer 10 Oct - 7:36

Bien sûr qu'on tire des leçons expériences du passé, ce n'est pas à des habitués des cercles Léon Trotsky de LO, des cours et exposés de LO, des formations de LO, qu'il faut le dire ! Ce qui est difficile c'est de juger de la justesse d'une tactique. Car l'extension, c'est bien, mais tout n'est pas généralisable en tout temps et en tout lieu.

Il est des fois où une étincelle met le feu à la plaine et de vieux camarades m'ont raconté comment au fur et à mesure qu'ils passaient avec le tract de LO "le drapeau rouge flotte sur Billancourt" après le 13 mai 68, les boîtes derrière eux s'arrêtaient. Moi, je me souviens des lycées au moment de la loi Devaquet, où c'était la même situation, où les jeunes n'attendaient qu'un signal, que quelqu'un passe, pour se mettre dans l'action. Et puis il y a des moments où pour entraîner, il faut d'abord être fort, chez soi, avoir des succès, afin de redonner confiance aux autres.

C'est cela qu'il est difficile de juger, 25 ou 30 ans après, et sans avoir été dans le secteur. Pour RI, leur religion est faite, LO est contre l'extension, LO flanc garde du capital, LO variante petite bourgeoise des traites stalino-social démocrates, etc. Et pour ceux qui font confiance à LO, LO est sage et, si elle cherche l'extension de toute ses forces, elle n'y arrive pas toujours.

Encore une fois, les faits trancheront bien un jour. Ce qui est rapporté montre déjà que sans LO, les luttes Snecma ou SNCF ne se seraient pas développées, même dans leur secteur. LO a-t-elle gâché des possibilités, un début de 68 ? J'ai vu LO le tenter, au moment de Devaquet dans les années 80 justement... sans succès. Mais personne ne le voit, puisque cela n'a pas marché !

ottokar

Messages : 196
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Auber 93 le Mer 10 Oct - 18:12

Je reviens deux secondes sur cette gréve pour préciser deux ou trois points . Le militant de RI a pu s'exprimer à au moins 2 reprises devant les cheminots, et personne ne l'a fait taire.

La première fois c'était à la Bourse du travail à Paris ou il est intervenu longuement pour nous apporter la solidarité des travailleurs de la Poste.

La deuxième fois , C'est la fameuse AG dont nous parle Topaze, c'était à la Mutualité, une réunion de la coordination inter catégories, La coordination souhaitait que cette réunion se tienne à huis clos. Et que seul les cheminots puissent entrer. Le militant de RI a réussi à se faufiler. Durant la réunion, il a demandé la parole. Il l'a eu, il est intervenu durant de longues minutes jusqu'à qu'une personne dans la salle crie " c'est pas un cheminot , c'est pas un cheminot"..Brouhaha et tollé général, le gars de RI s'est rassi et nous ne l'avons plus entendu.

C'est comme cela que ça c'est passé . c'est tout....

,

Auber 93

Messages : 24
Date d'inscription : 09/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  dug et klin le Mer 10 Oct - 19:17

Auber 93 a écrit: Je reviens deux secondes sur cette gréve pour préciser deux ou trois points . Le militant de RI a pu s'exprimer à au moins 2 reprises devant les cheminots, et personne ne l'a fait taire.


,

Pauvres cheminots! lol!
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Jeu 11 Oct - 9:20

Pour en revenir à la politique de LO à Citroën Aulnay.

Voici ce qu'écrit LO dans son dernier édito
Il faut bien sûr se saisir de toutes les occasions offertes par les confédérations syndicales. Malheureusement, la CGT a été la seule à prendre ses responsabilités en cette rentrée, en appelant à manifester le 9 octobre. Encore n'a-t-elle pas eu le courage de mettre en avant dans son appel les objectifs concernant directement les travailleurs ! Elle préfère revendiquer une « nouvelle politique industrielle ». Mais à qui ses propositions peuvent-elles être adressées, si ce n'est au patronat qui possède les grandes entreprises ?

LO dénonce donc à juste titre dans cet édito la propagande de la CGT axée (comme celle des autres syndicats d'ailleurs) sur le thème "une autre politique industrielle est possible".

Mais voici un extrait de l'intervention de JP Mercier, militant de LO et responsable de la CGT de PSA Aulnay au meeting de Montreuil de LO :
La direction explique que Peugeot est en surcapacité et que toutes les usines ne peuvent pas tourner. Peut-être ne peuvent-elles pas tourner à 100 % de leurs capacités, mais elles peuvent très bien tourner à 70, 80 %. Au lieu de faire tourner l'usine de Poissy à fond, jour et nuit, comme le fait PSA, il est tout à fait possible techniquement de répartir la production de C3 entre ce site et celui de

On peut d'ailleurs remarquer que le tract CGT-PSA d'appel à la manif du 9 se terminait par cette même revendication "Produire la C3 à Aulnay" Mais qu'est-ce donc que ce mot d'ordre sinon une proposition de politique industrielle ? Cela ne revient-il pas à dire exactement la même chose que la direction de la confédération "Messieurs les patrons, une autre politique rentable est possible" ?

Conserver la production de la C3 est peut-être l'espoir - bien vain - d'une partie des travailleurs de PSA Aulnay. Mais notre rôle n'est-il pas d'expliquer inlassablement que ce que nous voulons, c'est conserver notre emploi et notre paie, au patron de se débrouiller, nous n'avons pas de conseils à lui donner sur l'organisation de sa production. Et surtout combattre l'illusion qu'un site comme PSA Aulnay pourrait s'en tirer seul, à condition que le patron veuille bien lui laisser la production de la C3, dans le cadre d'un capitalisme en crise qui licencie de tous les côtés, dans tous les secteurs ; l'illusion qu'on pourrait s'en tirer sans sortir du localisme et du corporatisme en faisant converger les ripostes.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  ottokar le Jeu 11 Oct - 9:35

Il y a une différence entre de conseils de gestion à la sauce CGT ou PC années 70 et la revendication de ne pas être viré. Que le patron occupe les gars à ce qu'il veut. Et si c'est une boîte qui fait des voitures, ben on ne va pas reconvertir les chaînés de montage en fabrique de bouée canards... Et oui, cela semble "de bon sens" que de dire qu'il y a une usine, des gens prêts à bosser et qu'il n'y a pas de raison de faire turbiner les uns comme des malades à Poissy et laisser les autres à Pôle Emploi à Aulnay.
"Pour travailler tous, travaillons moins"... comme on scandait dans le temps, dans les cortèges LO comme LCR. bosser. pas plus et pas moins, sauf à décortiquer la moindre parole et voir le mal là où il n'est pas.

PS : je réponds, mais cela ne sert à rien. Depuis le temps que LO est accusé par les uns et les autres d’ambiguïtés, de prêter le flac à des politiques industrielles, de déviations syndicalistes, LO aurait dû tomber dedans, non ? Le PC ou le PS n'ont pas attendu 40 ans avant de franchir le Rubicon. Et LO ne l'a pas fait, je crois...

ottokar

Messages : 196
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Jeu 11 Oct - 10:00

Ottokar
Il y a une différence entre de conseils de gestion à la sauce CGT ou PC années 70 et la revendication de ne pas être viré. Que le patron occupe les gars à ce qu'il veut.
Ta réponse est très emberlificotée, Ottokar. Souligner la différence entre donner des conseils de gestion et revendiquer de ne pas être viré, au patron de ce débrouiller, c'est exactement ce que j'ai fait. Mais ce n'est pas la même chose que de revendiquer la production de tel ou tel modèle à tel endroit, tu devrais en convenir. Ca, que tu le veuilles ou non, c'est tout de même un conseil de gestion.
Et si c'est une boîte qui fait des voitures, ben on ne va pas reconvertir les chaînés de montage en fabrique de bouée canards...
Et pourquoi pas revendiquer l'expropriation de Peugeot, le maintien du salaire, et la reconversion pour produire - éventuellement - autre chose, plus utile socialement que ce qui est produit aujourd'hui ? Pourquoi s'acharner à expliquer qu'il n'y aurait pas de crise de l'industrie automobile alors qu'il y a de fait des capacités excédentaires par rapport au marché européen ? Pourquoi laisser entendre que ce serait seulement la mauvaise volonté et/ou la rapacité des patrons qui seraient les causes de la fermeture de sites ?

Sinon, "pour travailler tous, travaillons moins"/"partage du travail entre tous", nous sommes évidemment d'accord, mais ce n'est pas du tout la même chose que de revendiquer la production de la C3 à Aulnay...
Le PC ou le PS n'ont pas attendu 40 ans avant de franchir le Rubicon. Et LO ne l'a pas fait, je crois...
Je ne pense pas en effet que LO ait franchi Rubicon qui en ferait une organisation sociale-démocrate encadrant (à son petit niveau) la classe ouvrière pour aider la bourgeoisie à faire passer ses attaques, encore que les sociaux-démocrates, en certaines circonstances historiques que tu connais aussi bien que moi, ont été capables de réagir très vigoureusement à certaines attaques. Mais LO, avec les nouvelles responsabilités qui sont les siennes en jouant un rôle dirigeant dans certains syndicats dans une période de crise est à la croisée des chemins et va devoir faire ses preuves à un autre niveau. Une vision claire de la situation, un langage clair ne seront pas de trop et toutes ces ambiguités sont un peu inquiétantes, même si elles n'ont pas eu pour le moment, à ma connaissance, de conséquences pratiques significatives...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Vals le Jeu 11 Oct - 10:49

Souligner la différence entre donner des conseils de gestion et revendiquer de ne pas être viré, au patron de ce débrouiller, c'est exactement ce que j'ai fait. Mais ce n'est pas la même chose que de revendiquer la production de tel ou tel modèle à tel endroit, tu devrais en convenir. Ca, que tu le veuilles ou non, c'est tout de même un conseil de gestion.

Non, Vérié, il ne s'agit pas de "conseil de gestions" et évidemment ce qu'écrivent les camarades s'adresse aux travailleurs et pas au conseil d'administration...

Il s'agit de dire que malgré la crise un certain nombre de moyens existent pour préserver le site et les emplois.
Et il faut que cela prenne un sens concret et lisible pour les travailleurs (qui ne sont pas tous marxistes, cegetistes ou même simplement combattifs et mobilisés..
Bien sûr qu'on peut dire que ce n'est pas notre crise et que le patron doit se démerder et que ce qu'on veut c'est nos emplois, nos salaires...
Mais beaucoup et probablement la majorité des travailleurs ont besoin d'imaginer une faisabilité, une crédibilité aux perspectives de lutte...

Pour exemple : le 9 octobre, la CGT revendique la "réindustrialisation"....C'est évidemment une formule creuse, abstraite qui ne donne pas de perspective. Parler d'interdire les licenciements et de refuser les plans patronnaux en mettant bourgeois et gouvernement au pied du mur, c'est une perspective (suivie ou pas de mobilisations suffisantes, c'est une autre histoire).
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Jeu 11 Oct - 14:33


Vals
Il s'agit de dire que malgré la crise un certain nombre de moyens existent pour préserver le site et les emplois.
Et il faut que cela prenne un sens concret et lisible pour les travailleurs (qui ne sont pas tous marxistes, cegetistes ou même simplement combattifs et mobilisés..
Bien sûr qu'on peut dire que ce n'est pas notre crise et que le patron doit se démerder et que ce qu'on veut c'est nos emplois, nos salaires...
Mais beaucoup et probablement la majorité des travailleurs ont besoin d'imaginer une faisabilité, une crédibilité aux perspectives de lutte...

Je conviens bien volontiers que ce n'est pas facile de s'adresser à des travailleurs qui se partagent entre résignation, colère, espoir d'une solution, souhait de négocier tout de suite des indemnités etc. Si la revendication unanime ou majoritaire est de revendiquer la continuation de la production de la C3, le syndicat peut et doit sans doute la relayer. Mais il faut aussi et surtout expliquer sans relâche que la seule solution est une riposte générale, avec d'autres secteurs. Il est vraiment très peu probable qu'une lutte même d'une certaine ampleur dans plusieurs sites PSA aboutisse au maintien de la production de la C3 à Aulnay.
Ce n'est d'ailleurs pas une revendication favorisant l'unité, même à l'échelle de PSA, puisque ça ne concerne qu'un site. Les autres sites ne vont pas se bagarrer là-dessus et nous savons bien que, si chaque site, n'avance que ses propres revendications locales, dès que la patron lâchera quelque chose à un secteur, celui-ci reprendra et laissera tomber les autres. On voit ça tous les jours, par exemple à la SNCF.

La volonté d'être "crédible" peut donc être dangereuse. Si tu veux mon avis, mais il faudrait voir évidemment ce qu'en pensent les ouvriers concernés, ce n'est pas plus crédible de demander le maintien de la C3 à Aulnay que de proposer une lutte générale - à laquelle les travailleurs ne croient pas trop pour le moment. La seule chose qui est vraiment crédible, et le SIA joue là-dessus à fond, c'est de se battre pour des indemnités, car les luttes récentes ont montré que les patrons sont prêts à lâcher un peu de fric. (Ce n'est rien du tout pour eux à côté de ce que leur ferait perdre une lutte générale...) Ce n'est pas pour autant qu'on doit s'aligner sur cette revendication "crédible", même si on reste minoritaires.

Il est clair que, dans chaque entreprise en liquidation, chaque site qui ferme, la réaction première est de dire :"Nous avons des outils modernes, nous sommes compétents, nos produits sont performants etc", donc c'est une aberration qui ne peut s'expliquer que par l'incapacité et/ou la rapacité des patrons. On a vu ça chez Lejaby comme chez Doux, dans les raffineries etc, des secteurs complètement différents. Le raisonnement de ces travailleurs s'appuie sur le bon sens, ils ne comprennent pas les mécanismes du capitalisme en crise et en restructuration. C'est à ce niveau-là que nous pouvons être utiles, pas seulement en avançant des mots d'ordres de lutte et d'organisation plus "radicales"...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Vals le Jeu 11 Oct - 15:00

Mais il faut aussi et surtout expliquer sans relâche que la seule solution est une riposte générale, avec d'autres secteurs. Il est vraiment très peu probable qu'une lutte même d'une certaine ampleur dans plusieurs sites PSA aboutisse au maintien de la production de la C3 à Aulnay.

Crois tu sincèrement que nos camarades ne passent pas leur temps à le dire et le redire ?
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Jeu 11 Oct - 15:21

Crois tu sincèrement que nos camarades ne passent pas leur temps à le dire et le redire ?
Sans doute, mais ce qui apparait "officiellement", même dans le texte du meeting de LO de Montreuil, c'est tout de même cette revendication purement locale sur la C3.

Encore une fois, je comprends très bien qu'on doit partir de l'état d'esprit des travailleurs, de leur ressenti et pas seulement des belles théories que nous avons dans la tête, mais je persiste à penser que la volonté d'être "réaliste" est un piège. C'est aussi le résultat de la pression qui s'exerce sur les militants syndicalistes.

Nous n'avons pas nécessairement toujours de solutions "réalistes" à proposer, c'est à dire réalisables sans mettre en cause le fonctionnement du système, que ce soit pour l'emploi ou un domaine très différent comme la sécurité/délinquance. Le seul réalisme, dans une période où les marges de manoeuvre de la bourgeoisie diminuent (même si les fortunes de l'immense majorité des bourgeois ne sont même pas égratignées pour le moment), c'est l'organisation et la lutte sur des objectifs qui peuvent sembler utopiques car ils ne deviendront réalisables qu'à un niveau élevé de mobilisation.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Invité le Jeu 11 Oct - 17:13

Pour ceux qui passeraient par là et pourraient croire que Mercier à parlé au meeting de Montreuil de la C3 pendant une demi-heure, sans donner d'objectifs de luttes qui soient aussi des objectifs de classe (me semble pourtant, par exemple, que c'était un meeting pour l'interdiction des licenciements, de tous les licenciements...), on peut retrouver les différentes interventions du meeting ici : http://www.lutte-ouvriere.org/documents/multimedia/meetings/article/meeting-du-5-octobre-2012 (Mercier arrive en deuxième, après Nomertin et avant Arthaud).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Jeu 11 Oct - 17:46

Pour ceux qui passeraient par là et pourraient croire que Mercier à parlé au meeting de Montreuil de la C3 pendant une demi-heure
Mes remarques ne concernent pas que le meeting de Montreuil, mais aussi le tract de la CGT-PSA Aulnay appelant à la manif du 9 qui se terminait en effet sur la C3. J'ai mal entendu les interventions du salon de l'auto et je n'ai pas assisté au meeting de Montreuil, mais l'extrait publié par LO met bien en valeur ces revendications à vocation réalistes dans le cadre du système et purement locales.

Pour ne pas être soupçonné de sortir un paragraphe de son contexte, le voici en entier :
Extrait du meeting - Jean-Pierre Mercier : la parole d'un patron ne vaut strictement rien

Souvenez-vous, il y a maintenant quinze mois, lorsque la CGT de l'usine a publié le plan secret de Varin annonçant, dans les moindres détails, la fermeture de l'usine ; souvenez-vous des mines offusquées des patrons, la main sur le cœur, à la télévision, devant la presse, devant les députés et les ministres : « Nous, fermer Aulnay ? jamais ! Ce n'était qu'une hypothèse de travail, une hypothèse qui n'a pas été retenue, un scénario qui n'est pas à l'ordre du jour ! » [...]

S'il y a au moins une leçon à retenir de cet épisode -- et ce n'est pas ça qui nous étonnera -- c'est que la parole d'un patron, ça ne vaut strictement rien. Commencer à faire confiance à une promesse de patron, c'est déjà poser la tête sur le billot. [...]

Depuis l'annonce du plan de licenciements, la direction de l'entreprise répète qu'elle n'avait pas le choix, parce que les ventes de voitures baissent et que le marché de l'automobile rétrécit.

Les ventes baissent ? Mais par rapport à quoi ? Par rapport à des records absolus battus l'année dernière et l'année d'avant.

Il n'y aurait plus de « cash », comme ils disent ? Mais il y en a eu assez pour que Peugeot éponge en un an la quasi-totalité de ses dettes, rembourse le prêt de 3 milliards, et se paye, rien que pendant l'année 2011, pas moins de 44 entreprises qu'elle a rachetées. Et même comme ça, il en reste encore beaucoup dans les caisses de PSA, puisque Varin a avoué que l'entreprise était assise sur un matelas financier de 12 milliards d'euros. [...]

La direction explique que Peugeot est en surcapacité et que toutes les usines ne peuvent pas tourner. Peut-être ne peuvent-elles pas tourner à 100 % de leurs capacités, mais elles peuvent très bien tourner à 70, 80 %. Au lieu de faire tourner l'usine de Poissy à fond, jour et nuit, comme le fait PSA, il est tout à fait possible techniquement de répartir la production de C3 entre cette usine et celle d'Aulnay-sous-Bois.

Au lieu d'imposer des cadences folles, des pauses de plus en plus limitées, il est tout à fait possible de baisser le rythme de travail. C'est l'intérêt vital de tous les ouvriers, c'est l'intérêt des sous-traitants, c'est l'intérêt de la population d'Aulnay et des villes alentour.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  topaze le Dim 14 Oct - 0:57

Ottokar tu dis :

Il est des fois où une étincelle met le feu à la plaine et de vieux camarades m'ont raconté comment au fur et à mesure qu'ils passaient avec le tract de LO "le drapeau rouge flotte sur Billancourt" après le 13 mai 68, les boîtes derrière eux s'arrêtaient. Moi, je me souviens des lycées au moment de la loi Devaquet, où c'était la même situation, où les jeunes n'attendaient qu'un signal, que quelqu'un passe, pour se mettre dans l'action. Et puis il y a des moments où pour entraîner, il faut d'abord être fort, chez soi, avoir des succès, afin de redonner confiance aux autres’.

Dans les luttes, que ça soit à la SNCF, à la SNECMA il y a 25ans, ou aujourd’hui, ce qui est posé (et j’ai l’impression que dans les intervention de Verie2 est sous entendu cela. Mais je lui fais confiance, il dira si je me trompe ou pas ! ) C’est comment les révolutionnaires doivent intervenir, qu’est qu’ils doivent dire à leur classe, pour que la lutte aille dans le sens de la perpective révolutionnaire. Pour Ottokar, (si j’ai bien compris), il faut se mettre au niveau de conscience d’où en est la classe. A mon avis cette position ne correspond pas à la position marxiste. Dans le manifeste communiste il est dit. Je cite :

‘Les communistes sont donc l’élément le plus résolu et toujours mobilisateur des partis ouvriers de tous les pays. Du point de vue théorique, ils ont sur le reste de la masse prolétarienne l’avantage de concevoir les conditions, la marche et les résultats généraux du mouvement prolétarien’.

Les thèses d’avril en 17, concrétise ce que dit le manifeste je cite :

‘Notre tache tant que ce gouvernement se laisse influencer par la bourgeoisie, ne peut être que d’expliquer patiemment, systématiquement, opiniâtrement aux masses les erreurs de leur tactique, en partant essentiellement de leurs besoins pratiques’

Comme je comprends le manifeste et les thèses d’avril, l’intervention des révolutionnaires n’est pas d’aller dans le sens de suivre la classe comme le dit Ottokar mais d’intervenir en vue d’avancer des orientations politique clairs au mouvement et d’accélérer le processus d’homogénéisation de la conscience de classe. C’est dans se sens que RI était intervenu dans le mouvement à la SNCF en mettant en avant l’auto organisation et l’extension de la lutte Et c’est dans se sens qu’il intervient aujourd’hui. Et à mon avis dans ce que dit Ottokar et dans ce que fait LO aujourd’hui à PSA (comme le met en avant verie2) cela ne va pas du tout dans se sens là.

Topaze. Lecteur de revolution internationale. htpp://fr.internationalism.org/

topaze

Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  ottokar le Dim 14 Oct - 9:13

Je ne comprends pas que Topaze ne réclame pas l'armement du prolétariat et ne préconise pas la formation de soviets. Une adaptation lamentable au niveau de conscience supposé de la classe ? Mais "les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs objectifs, etc."

Ottokar (qui a passé le niveau de la maternelle depuis quelques années... )

ottokar

Messages : 196
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Dim 14 Oct - 10:44

Les résultats de l'analyse de SECAFI sur PSA, demandée par le Comité central d'entreprise, ont donc été rendu publics.
La CGT affirme que cette enquête "relativise les difficultés financières de PSA", alors que les autres syndicats prétendent au contraire, tout comme la presse patronale (Les Echos par exemple) qu'elle les confirme.

Le Rapport Secafi confirme la mauvaise situation financière de PSA, la CGT accuse la direction de manipulation
Patrick Garcia

Publié dans Economie / Politique > Finance
par Patrick Garcia Le 12 Octobre 2012 à 19h23

Le rapport du cabinet d'experts Secafi concernant la situation de PSA Peugeot Citroën a été remis hier aux membres du Comité central d'entreprise et, sans grande surprise, il confirme la très mauvaise santé du groupe. Tout le monde s'accorde à dire qu'il est urgent de faire quelque chose sauf la CGT qui voit les choses différemment.

Le cabinet d'experts Secafi que les syndicats ont choisi pour son indépendance explique que la situation financière de PSA est réellement fragile, voire grave. Si rien n'est fait d'urgence, le cabinet explique que « PSA va dans le mur » comme le confirme un syndicaliste CFTC. À la CFDT, on accepte le diagnostic et la restructuration financière qui doit être mise en place mais on reste opposé aux 8000 suppressions d'emplois.
Ce premier rapport explique qu'il existe effectivement des surcapacités de production mais ne se prononce pas encore sur la fermeture de l'usine d'Aulnay et la suppression de 1400 emplois à Rennes. La perte mensuelle de 200 millions d'euros de cash est confirmée et la récente dégradation par l'agence Moddy's risque fort d'aggraver la situation en rendant plus difficile la recherche de financement auprès des banques.

Par contre, la CGT, premier syndicat chez PSA, conteste la perte de 200 millions d'euros par mois et entretient une vision légèrement différente des autres syndicats. La CGT explique que « les conclusions de ce rapport sont moins alarmistes que les précédents « et que l'entreprise s''est mise dans le rouge artificiellement pas des transferts aux autres sociétés du groupe, notamment par le biais de surfacturations ». Selon le syndicat, « le rapport critique la politique de rachat d'actions et de dividende poursuivie jusqu'en août 2011 qui aurait coûté depuis 12 ans 6 milliards d'euros à l'entreprise, dans le seul intérêt des actionnaires et au détriment du développement économique de l'emploi. » Pour la CGT, PSA aurait volontairement provoqué les mauvais résultats financiers de la division automobile afin de justifier le financement d'usines hors du pays :
« Le rapport souligne que les résultats du 1er semestre 2012 - perte nette de 819 millions d'euros - sont faussés par un jeu de provisions "non courantes" très lourd. Ainsi le résultat net présenté est plombé par 612 millions de provisions exceptionnelles et par un niveau d'investissement record, principalement à l'international. La CGT y trouve confirmation que ce qui est en cause ce n’est pas le coût du travail en France mais plutôt le coût du capital et l’appétit de M. Varin pour une globalisation, sa marche forcée avec son cortège de délocalisation et la casse de l’emploi en Europe».

Les 3 derniers volets de ce rapport seront rendus les 6,12 et 15 novembre prochains.

Nous voilà donc bien avancés avec cette polémique sur les comptes et la gestion de PSA, d'autant que ça va traîner en longueur avec trois autres nouveaux volets du rapport...

Cette situation montre bien que ce n'est pas en contestant la crise, la non rentabilité du site, la gestion financière et en revendiquant une "autre politique industrielle" qu'on peut mener clairement la bagarre et surtout sortir du corporatisme et de l'isolement local. Sur ce terrain, les syndicats ouvertement "réalistes", qui prétendent seulement limiter les dégâts, ont la partie belle. C'est pourquoi je ne crois pas que le discours tenu par Mercier/CGT/LO soit le bon dans ces circonstances. Il me semble que l'accent doit être mis sur tout ce que les travailleurs des différentes boîtes qui licencient ont en commun, leur capacité de faire reculer les patrons par une riposte collective, et non sur ce que chaque situation a de particulier (compétences exceptionnelles des labos de recherche de Sanofi, bonnes ventes de la C3 chez PSA, prestige des sous-vêtements Lejaby, qualité des poulets Doux etc). Et certainement pas sur le fait que telle ou telle entreprise ou site serait rentable ou non, à telle ou telle condition.

Cela-dit, il va de soi que les discours, les mots, justes ou non, adaptés ou non à la situation, sont impuissants à engendrer la combativité ouvrière. Sans vouloir offenser Topaze, il n'y a que les groupes qui n'interviennent que sur le papier (et/ou sur le net) qui peuvent croire à ce pouvoir miraculeux de la phrase juste. Et, bien évidemment, moins on intervient concrètement sur le terrain, plus on se réfugié dans l'abstraction des formules. Mais, inversement, une organisation très investie dans l'action syndicale comme LO a tendance à ne considérer que la pratique immédiate et à sous-estimer l'importance d'une propagande claire.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Copas le Dim 14 Oct - 12:27

Cela-dit, il va de soi que les discours, les mots, justes ou non, adaptés ou non à la situation, sont impuissants à engendrer la combativité ouvrière. Sans vouloir offenser Topaze, il n'y a que les groupes qui n'interviennent que sur le papier (et/ou sur le net) qui peuvent croire à ce pouvoir miraculeux de la phrase juste. Et, bien évidemment, moins on intervient concrètement sur le terrain, plus on se réfugié dans l'abstraction des formules. Mais, inversement, une organisation très investie dans l'action syndicale comme LO a tendance à ne considérer que la pratique immédiate et à sous-estimer l'importance d'une propagande claire.

Voilà qui est clairement exprimé.

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Joe Hill le Lun 15 Oct - 17:25

http://vp-partisan.org/article844.html

Mobilisation générale dans le 93 contre une fermeture qui s’ajoute à celles qui depuis plus de 30 ans ont fait disparaître la plupart des grandes usines du département. Nous ne sommes pas seuls à en dénoncer les conséquences dramatiques sur le vie des familles ouvrières et employées, avec le chômage des jeunes, la misère, la santé sacrifiée. Bref la destruction des hommes, des femmes et des relations sociales qui leur permettaient de vivre et de faire face, alors que les bourgeois s’enrichissent sans pudeur. Ce constat est partagé par le Front de gauche qui, dans notre département, se mobilise pour dénoncer la fermeture de PSA Aulnay. Il veut mener « bataille avec toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à un sombre devenir pour notre département » (Hervé Bramy, secrétaire départemental du PCF).

Oui nous luttons contre les licenciements, les fermetures, et leurs conséquences avec « la gauche de la gauche ». Mais luttons-nous pour la même chose, pour la même alternative, pour les mêmes réponses aux drames qui frappent notre classe ? Comme en médecine, il n’y a pas de bon remède si le mal n’est pas bien identifié.

Quelle est la cause des licenciements ? Pour Bramy « la cupidité et l’égoïsme des actionnaires ». Pour le PCF, « le coût du capital » et l’économie « financiarisée », ou les « mauvais choix industriels » qui ne répondent pas aux besoins des clients. LO, dans son éditorial du 10 août, écrit que des « irresponsables dirigent l’économie ». Aucune de ces critiques ne met en cause le capitalisme, tout au plus sa « financiarisation ».

A Voie Prolétarienne, nous ne pensons pas que les actionnaires sont soucieux de l’humanité ou ne font pas d’erreurs. Mais en tant que marxistes nous disons que les licenciements n’ont pas pour cause la cupidité ou l’idiotie de dirigeants, mais qu’ils sont la conséquence d’un système social en crise. Celui-ci repose sur l’exploitation des ouvriers et sur la concurrence, aujourd’hui mondiale, qui impose à chaque capitaliste, indépendamment de « sa morale », de nous exploiter plus ou de périr.

Deux diagnostics, donc deux types de remèdes, et deux voies pour la lutte.

Si les licenciements sont dus à l’égoïsme, à des erreurs, ou au poids de la finance, il est logique de penser des solutions possibles dans le cadre du capitalisme. Le PCF propose par exemple de produire à Aulnay des voitures à bas coûts, écologiques ou hybrides, répondant aux besoins des clients. De quels clients, puisque la plupart des voitures neuves, même celles à bas coût comme les Loganes de Renault, ne sont pas achetées par des ouvriers ? Le Front de gauche propose une loi d’interdiction des « licenciements boursiers », ceux des entreprises faisant des profits confortables. Les autres, qui sont autant un drame pour les ouvriers, seraient acceptables ? LO et le NPA demandent l’interdiction de tous les licenciements. Mais les uns comme les autres se gardent bien de s’attaquer frontalement à la source de tous ces maux : le pouvoir économique (la propriété des moyens de production) et politique (l’Etat) de la classe capitaliste. Ils cherchent tous à le contrôler par la loi. Ils ne demandent même plus la nationalisation des monopoles capitalistes, mesure pourtant illusoire tant que l’Etat n’est pas ouvrier. Ils ne s’attaquent pas au capital, et donc le protègent en orientant la colère légitime dans des impasses politiques.

Les impérialistes ont les pouvoirs économique et politique. Ils peuvent organiser le chantage et la mise en concurrence des ouvriers, licencier ici, pour exploiter ailleurs, s’ils y ont intérêt. Aucune loi ne l’empêchera. La ré-industrialisation de la France capitaliste, dans un marché mondialisé, ne se fera qu’au prix d’une exploitation accrue des ouvriers. François Hollande à TF1 n’a pas dit autre chose, en poursuivant « une réforme » du marché du travail que Sarkozy n’a fait qu’entreprendre.

Avec le Front de gauche, nous disons que les licenciements ne sont pas une fatalité. Mais pour lui, il s’agit de confier le pouvoir aux experts réformistes. Pour nous, il faut que les ouvriers dirigent cette société en étant maîtres du pouvoir dans l’Etat et dans les entreprises. En exigeant zéro licenciements, nous construisons notre force collective, en dressant un barrage ouvrier contre les attaques de nos exploiteurs, mais surtout en construisant l’organisation et la voie qui nous permettront de ne plus être des marchandises, usées et jetées, selon les besoins du capital, mais des hommes et des femmes libres, collectivement maîtres de leur vie et de leur avenir.

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  topaze le Lun 15 Oct - 22:35

verié2 tu dis :
‘Sans vouloir offenser Topaze, il n'y a que les groupes qui n'interviennent que sur le papier (et/ou sur le net) qui peuvent croire à ce pouvoir miraculeux de la phrase juste. Et, bien évidemment, moins on intervient concrètement sur le terrain, plus on se réfugié dans l'abstraction des formules. Mais, inversement, une organisation très investie dans l'action syndicale comme LO a tendance à ne considérer que la pratique immédiate et à sous-estimer l'importance d'une propagande claire.’

Tu ne m’offense pas Verié2. Par contre, je pense que tu te trompes. RI n’intervient pas que sur le papier ou sur le net. Ceci dit, je pense que l’intervention par un journal, par des tracts ou par le net sont des outils importants pour toucher la classe ouvrière. Et c’est une intervention qui est très concrète, contrairement à ce que tu peux penser. Mais je pense que ce que tu veux dire, là véritable intervention, comme tu le dis : c’est celle sur le terrain quand on participe à la lutte.
Comme je l’ai montré dans différentes interventions sur ce sujet RI est intervenu sur le terrain lors du mouvement à la SNCF, dernièrement lors du mouvement contre la réforme des retraites et partout ou est présent le CCI quand il le peut , il intervient sur le terrain.

Cette intervention, ou propagande, Il me semble qu’elle se fait sur la base d’une analyse. Est-ce que les conditions objectives sont mur pour la révolution communiste ? Où est ce que le capitalisme peut il être réformé ? Moi je pense que les conditions sont mur pour la révolution. Après il me semble que l’autre question à ce posé, c’est, est ce que la classe ouvrière est battue historiquement comme ce fut le cas dans les années 30 ? Moi je ne le pense pas. A mon avis, en fonction des réponses qu’on donne à la situation historique, implique une forme d’intervention sur le terrain. Je pense que l’intervention, ou propagande de RI (qui est la section du CCI en France) est en adéquation avec l’analyse qu’il a de la situation historique.Aprés, on ne peut ne pas être d’accord avec les analyses, qui fera qu’on ne sera pas d’accord avec l’intervention, ou la propagande mené mais on ne peut pas séparé les deux. Il me semble que c’est Lénine qui disait ‘sans théorie pas de pratique et sans pratique pas de théorie’.

Topaze.Lecteur de Revolution internationale. http://fr.internationalism.org/







topaze

Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Mar 16 Oct - 10:55

Topaze
je pense que l’intervention par un journal, par des tracts ou par le net sont des outils importants pour toucher la classe ouvrière. Et c’est une intervention qui est très concrète, contrairement à ce que tu peux penser. Mais je pense que ce que tu veux dire, là véritable intervention, comme tu le dis : c’est celle sur le terrain quand on participe à la lutte.
Comme je l’ai montré dans différentes interventions sur ce sujet RI est intervenu sur le terrain lors du mouvement à la SNCF

Je connais RI depuis très, très longtemps. L'objectif de ce groupe n'est pas vraiment de chercher à s'implanter dans les entreprises, même si il peut avoir quelques militants et quelques contacts dans des boîtes. Or, quand on intervient de façon extérieure ou quasi extérieure, on se polarise toujours sur la phrase juste, sans trop se soucier de savoir ce que les travailleurs vont en retirer, ni même s'ils vont lire le tract jusqu'au bout. On se dit que, le jour où les travailleurs voudront s'y mettre, ils se rallieront à ces positions et que, pour le moment, ça n'a pas trop d'importance qu'elles ne les touchent pas. On n'est soumis à aucune pression, la classe ouvrière reste une abstraction. Quand on n'intervient pas dans les petits conflits quotidiens, on n'a pas de choix à faire, de tactique à déterminer, on peut se contenter de balancer de grandes analyses de principe.

On peut d'ailleurs travailler dans une boîte et être complètement ou presque complètement coupé de ses camarades. Surtout quand on refuse le travail syndical. Intervenir ou essayer d'intervenir épisodiquement dans des AG, qui sont rares, n'est pas suffisant pour nouer des liens.

Ayant moi-même milité dans un petit groupe, je ne méprise absolument pas RI pour sa taille, mais j'ai constaté que les rares fois où RI a essayé d'intervenir, ce groupe n'a pas échappé au pire opportunisme par méconnaissance du terrain. RI avait notamment idéalisé... des sections de la CFDT au moment de mouvements de sidérurgistes.

C'est un phénomène maintes fois constaté que les ultra rigoristes, quand ils se lancent dans l'action sur un terrain qu'ils ne connaissent pas, se transforment bien souvent en ultra opportunistes. Donc, il faudrait que RI fasse ses preuves, pas seulement sur le papier, mais en montrant que ses militants sont plus efficaces sur le terrain pour mener des luttes.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Vals le Mar 16 Oct - 12:10

verié2 a écrit:
Topaze
je pense que l’intervention par un journal, par des tracts ou par le net sont des outils importants pour toucher la classe ouvrière. Et c’est une intervention qui est très concrète, contrairement à ce que tu peux penser. Mais je pense que ce que tu veux dire, là véritable intervention, comme tu le dis : c’est celle sur le terrain quand on participe à la lutte.
Comme je l’ai montré dans différentes interventions sur ce sujet RI est intervenu sur le terrain lors du mouvement à la SNCF

Je connais RI depuis très, très longtemps. L'objectif de ce groupe n'est pas vraiment de chercher à s'implanter dans les entreprises, même si il peut avoir quelques militants et quelques contacts dans des boîtes. Or, quand on intervient de façon extérieure ou quasi extérieure, on se polarise toujours sur la phrase juste, sans trop se soucier de savoir ce que les travailleurs vont en retirer, ni même s'ils vont lire le tract jusqu'au bout. On se dit que, le jour où les travailleurs voudront s'y mettre, ils se rallieront à ces positions et que, pour le moment, ça n'a pas trop d'importance qu'elles ne les touchent pas. On n'est soumis à aucune pression, la classe ouvrière reste une abstraction. Quand on n'intervient pas dans les petits conflits quotidiens, on n'a pas de choix à faire, de tactique à déterminer, on peut se contenter de balancer de grandes analyses de principe.

On peut d'ailleurs travailler dans une boîte et être complètement ou presque complètement coupé de ses camarades. Surtout quand on refuse le travail syndical. Intervenir ou essayer d'intervenir épisodiquement dans des AG, qui sont rares, n'est pas suffisant pour nouer des liens.

Ayant moi-même milité dans un petit groupe, je ne méprise absolument pas RI pour sa taille, mais j'ai constaté que les rares fois où RI a essayé d'intervenir, ce groupe n'a pas échappé au pire opportunisme par méconnaissance du terrain. RI avait notamment idéalisé... des sections de la CFDT au moment de mouvements de sidérurgistes.

C'est un phénomène maintes fois constaté que les ultra rigoristes, quand ils se lancent dans l'action sur un terrain qu'ils ne connaissent pas, se transforment bien souvent en ultra opportunistes. Donc, il faudrait que RI fasse ses preuves, pas seulement sur le papier, mais en montrant que ses militants sont plus efficaces sur le terrain pour mener des luttes.

Bien que connaissant moins que toi ce groupe, je souscris à ce que tu dis.
Ce groupe n'est pas le seul, même s'il y en a beaucoup moins aujourd'hui a avoir ces caractéristiques : "on a le programme, on maintient les principes généraux et le prolétariat saura bien s'y rallier quand la situation le permettra". Cela peut concerner de petits groupes ultra-gauche, des groupes se référant à Trotsky ou à Lenine, mais qui ne se posent pas vraiment ou pas du tout la question de militer dans la classe ouvrière telle qu'elle est .
Désolé de dire aussi sans vouloir entamer une polémique, qu'ils sont d'autant plus virulents à l'égard des révolutionnaires et de l'extrême-gauche, qu'ils sont éloignés du quotidien de la lutte de classe...Ca leur permet de caractériser les groupes trotskistes actifs comme contre-révolutionnaires et dernière ligne de défense du capitalisme, en n'hésitant pas à mentir sur les faits et à les tordre dans tous les sens pour justifier leurs caractérisations calomnieuses.
Ce n'est donc pas leur petite taille qu'on peut leur reprocher mais leurs méthodes, leurs comportements, qui rendent impossible toute discussion sérieuse avec eux.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  vilenne le Mar 16 Oct - 13:47

Ca leur permet de caractériser les groupes trotskistes actifs comme contre-révolutionnaires
Comme les groupes trotskistes qui s'allient avec le PS et PC aux élections locales pour avoir des élus ? scratch

vilenne

Messages : 264
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Mar 16 Oct - 16:33

vilenne a écrit:
Ca leur permet de caractériser les groupes trotskistes actifs comme contre-révolutionnaires
Comme les groupes trotskistes qui s'allient avec le PS et PC aux élections locales pour avoir des élus ? scratch
Quel est le sens de ta remarque ? Considères-tu qu'une alliance électorale avec le PS et/ou le PC est la preuve du caractère contre-révolutionnaire d'un parti d'extrême-gauche ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  vilenne le Mar 16 Oct - 17:13

verié2 a écrit:
vilenne a écrit:
Ca leur permet de caractériser les groupes trotskistes actifs comme contre-révolutionnaires
Comme les groupes trotskistes qui s'allient avec le PS et PC aux élections locales pour avoir des élus ? scratch
Quel est le sens de ta remarque ? Considères-tu qu'une alliance électorale avec le PS et/ou le PC est la preuve du caractère contre-révolutionnaire d'un parti d'extrême-gauche ?
Qu'est-ce que contre-révolutionnaire ?

vilenne

Messages : 264
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  verié2 le Mar 16 Oct - 17:41

Vilenne
Qu'est-ce que contre-révolutionnaire ?

Vaste débat...
Dans le sens où l'entend Vals pour qualifier le point de vue de divers groupes ultra-gauches sur les trotskystes, cela signifie "partis bourgeois de gauche". RI-CCI (le courant dont se revendique Topaze) considère en effet que LO et la LCR/NPA sont des "fractions de gauche du capital", de même que les trotskystes en général dans la mesure où ils ont soutenu l'impérialisme russe pendant la seconde guerre mondiale.

En ce qui concerne plus particulièrement la politique de LO à PSA, il est logique que RI-CCI cherche à démontrer à partir de la moindre phrase, du moindre petit fait que LO fait le jeu du patronat, même si Topaze l'écrit en termes plus soft que RI en général. La démarche de RI consiste à partir de son point de vue général sur LO pour rechercher dans sa politique chez PSA des éléments permettant de le justifier. RI instruit à charge.

Pour aller plus avant sur ce terrain, il faudrait ouvrir un fil sur ce courant - peut-être y-en-a-t-il déjà un...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de LO/CGT à PSA Aulnay

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum