Grève de 1982 à Citroën

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Ven 5 Oct - 21:33

Babel a écrit:
Eugene Duhring a écrit:
Agger a écrit:
verié2 a écrit:Et pourtant, le sport, c'est aussi aliénant que la religion voire parfois davantage...
Celle-là est tout simplement formidable. Cool
C'est effectivement le genre d'arguments auxquels me confrontent Vérié2 depuis le début sur ce fil. Que dire de sérieux face à ça ? Je ne sais pas, je ne sais plus ...
"... Jésus-Marie-Joseph ! J'en perds mon latin."

Au lieu de te labourer les omoplates en poussant ton lamento, je t'invite à consulter le site de la revue Quel sport ?

Tu y verras que la critique marxiste du sport en tant que nouvel opium n'a rien de sidérant. Et que sa théorisation ne date pas d'hier.
Petite généalogie d’une tradition critique : http://quelsport.free-nux.org/?page_id=36
Adresse inaugurale : http://quelsport.free-nux.org/?page_id=2
Entretien avec J.M. Brohm : http://www.dossiersdunet.com/spip.php?article766

Fin de la parenthèse.
Quand il s'agit d'intellectualiser la répartition statistique des moucherons sur le parebrise d'une voiture en marche, Babel rapplique mais au quotidien sur le terrain vivant de la lutte des classes, Bable continue t'il à intellectualiser ?
Comparer la sport à la religion relève vraiment de la branlette intellectuelle. Et qu'en pensait Freud ? Sidérant !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Babel le Sam 6 Oct - 9:48

Eugene Duhring a écrit:
Quand il s'agit d'intellectualiser la répartition statistique des moucherons sur le parebrise d'une voiture en marche, Babel rapplique mais au quotidien sur le terrain vivant de la lutte des classes, Bable continue t'il à intellectualiser ?
Comparer la sport à la religion relève vraiment de la branlette intellectuelle. Et qu'en pensait Freud ? Sidérant !
Je te croyais disparu, mais non, tu es bien là, tel qu'en toi-même. Et c'est heureux, car tu m'aurais manqué. Very Happy

Branlette, si tu veux ; l'onanisme n'est pas une tare. Ou alors, elle est ici largement partagée --et, après tout, y a-t-il du mal à se faire du bien ?

Plus sérieusement, tu aurais tort de déconsidérer les investigations intellectuelles qui échappent au sens commun : ce sont souvent elles qui font progresser la pratique politique, en nous permettant de nous défaire (ne serait-ce que de façon fugace et partielle) de l'emprise de l'idéologie dominante. Or, s'il est un domaine où celle-ci se fait la plus prégnante, exerçant une véritable dictature sur les esprits, c'est bien dans celui du sport. Je ne reviens pas là-dessus, d'autres l'ont fait d'une façon bien plus pertinente, à partir d'une réflexion autrement plus fondée en arguments et en expérience pratique, que je ne saurais le faire (voir les liens proposés ci-dessus).

Cette façon sommaire et totalement factice d'opposer le praticien authentique de la lutte des classes, qui ne se mêle que de choses concrètes susceptibles de faire avancer la cause de sa classe, à l'intellectuel enfermé dans sa chambre et se livrant à ses activités suspectes, n'est rien d'autre qu'une posture fleurant bon son poujadisme.

Je ne suis pas plus intellectuel que toi. Ou, du moins, tu ne l'es pas moins que moi.
J'exerce comme toi une activité professionnelle, je mène comme toi une activité syndicale, et je fréquente un milieu qui sociologiquement n'est pas distinct du tien.

Et si nous avons mené, ou si nous menons encore, l'un et l'autre une activité militante au sein d'une organisation politique, c'est bien parce que nous cherchons à dépasser l'opposition instituée par la domination bourgeoise entre "travailleurs manuels" et "travailleurs intellectuels". Et c'est un acquis assez remarquable du mouvement ouvrier en général, et de notre courant en particulier, que d'avoir su former de très nombreux militants qui se sont imposés au cours de leur existence comme de véritables intellectuels organiques de leur classe. Inutile de t'en citer, tu en connais sans doute davantage que moi.

François Sabbado rappelait, lors d'une conférence consacrée à Daniel Bensaïd, combien avaient été importantes pour lui ces semaines de formation, au cours des années 70, qui voyaient cinquante à soixante jeunes militants étudier et débattre des questions centrales ayant trait à l'avenir du mouvement ouvrier, du point de vue de son passé et de sa réalité présente. Je suis fier d'y avoir pris part : ces heures passées à apprendre et à débattre ont été pour moi d'une importance décisive. Elles m'ont donné le sens de l'échange et de la controverse, dans le respect absolu de l'opinion d'autrui, à condition que celle-ci soit fondée et argumentée, et qu'elle ne dissimule pas sa paresse intellectuelle sous le manteau percé de la mauvaise foi.

Or, dans cette discussion, comme parfois dans d'autres, c'est cette attitude peu glorieuse dans laquelle tu te réfugies. Préférant, au risque de la controverse qui pourrait modifier sensiblement ton opinion initiale, le confort facile du déni et de l'invective, du refus de soumettre sa propre pensée à l'examen.

Et dans ces cas-là, permets-moi de te le dire, tu deviens injurieux, méprisant, n'hésitant pas à recourir aux coups bas, à seule fin de blesser. Braqué aveuglément sur tes positions, tu brandis ton crucifix et tes grigris pour excommunier les hérétiques. Dogmatique comme le membre d'une confrérie religieuse ou le militant d'un parti monolithique, par nature hostile à la confrontation ouverte qui est la base de la démocratie ouvrière.

En somme, tu adoptes alors nonens volens une conduite contraire à celle que tu prétends défendre, et à laquelle je crois tu aspires sincèrement.

Pardon d'avoir dévié ce fil de son objet.




Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  verié2 le Sam 6 Oct - 13:20


Duhring
Comparer la sport à la religion relève vraiment de la branlette intellectuelle
Pour t'éviter la lecture de textes d'intellectuels que tu juges fumeux et suspects, regarde donc, quand tu en auras l'occasion, A mort l'arbitre de JP Mocky. Laughing

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  dug et klin le Sam 6 Oct - 16:19

verié2 a écrit:

Duhring
Comparer la sport à la religion relève vraiment de la branlette intellectuelle
Pour t'éviter la lecture de textes d'intellectuels que tu juges fumeux et suspects, regarde donc, quand tu en auras l'occasion, A mort l'arbitre de JP Mocky. Laughing

Le film proposé par Verié"A mort l'arbitre" est éxcellent pour montrer jusqu'ou le fanatisme des supporters peut grimper,mais il date un peu,et la réalité depuis sa sortie a rattrappée la fiction,chez les suppos par ex:du PSG,genre"coq de Boulogne"et autres ooligans,il y a des allumés pret a tout.Je conseillerai,pour réfléchir a ce que le sport pourrait devenir dans notre société,de voir"Rollerball"(1975)film de Norman Jewison,ou de lire le livre(1973)de William Harrison.Rollerball décrit une société ou ce sport est devenu un "opium du peuple"gigantesque,tout les coups sont permis meme ceux qui tuent.Ce film a eu aux USA un impact positif,et a fait réfléchir,les regles du football ont été revues,il y avait a chaque saison plusieurs morts ou blessés graves,et c'est le cas de le dire,ils ont calmé le jeu.

avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Sam 6 Oct - 17:48

Babel a écrit:
Eugene Duhring a écrit:
Quand il s'agit d'intellectualiser la répartition statistique des moucherons sur le parebrise d'une voiture en marche, Babel rapplique mais au quotidien sur le terrain vivant de la lutte des classes, Bable continue t'il à intellectualiser ?
Comparer la sport à la religion relève vraiment de la branlette intellectuelle. Et qu'en pensait Freud ? Sidérant !
Je te croyais disparu, mais non, tu es bien là, tel qu'en toi-même. Et c'est heureux, car tu m'aurais manqué. Very Happy

Branlette, si tu veux ; l'onanisme n'est pas une tare. Ou alors, elle est ici largement partagée --et, après tout, y a-t-il du mal à se faire du bien ?

Je t'ai manqué ? J'en suis heureux ... Si je peux illuminer de ma prose les jours gris d'un Babel, je m'en félicite.
Revenons au sujet. Toutes les activités humaines peuvent être détournées au profit du capital ainsi d'un échiquier : 16 pièces de part et d'autre, 2 joueurs, une pendule, un silence pesant, des mouvements circonscrits à un déplacement du pouce et de l'index dans le prolongement du coude. Un jeu inoffensif en apparence et pourtant ... Il y a quelques décennies, ces échiquiers furent le lieu de batailles idéologiques entre par exemple l'occident impérialiste et l'URSS "communiste".
La vraie et seule différence entre toutes ces activités humaines et la religion, c'est que la religion porte en elle la division, le fanatisme et qu'historiquement elle s'est construite pour asservir. Il ne semble pas que cela soit le cas du sport par exemple.

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  verié2 le Sam 6 Oct - 17:57

La vraie et seule différence entre toutes ces activités humaines et la religion, c'est que la religion porte en elle la division, le fanatisme et qu'historiquement elle s'est construite pour asservir. Il ne semble pas que cela soit le cas du sport par exemple.
Et alors ? En quoi ça change le fait qu'un patron peut tout aussi bien utiliser le sport que la religion pour enrégimenter, aliéner ses ouvriers, développer le chauvinisme sportif comme antidote à la conscience de classe ? Au cours des récentes décennies, le sport a d'ailleurs été bien davantage utilisé à cette fin que la religion...

Et en quoi est-ce ridicule de considérer que des travailleurs ont tout aussi bien le droit de demander une salle de sport qu'une salle de prières ou une salle de vidéo si ça leur chante, pour les utiliser comme ils l'entendent pendant leurs temps de pause ?

Tu as beau ratiociner et multiplier les réflexions méprisantes voire insultantes, tu es incapable de nous expliquer pourquoi on devrait défendre les libertés démocratiques, dont la pratique religieuse fait partie, dans une cité ouvrière (1), en soutenant le droit de construire une mosquée par exemple, et pourquoi on devrait s'y opposer ou ne pas soutenir ce droit dans une usine ?
__
1) En se rendant au meeting PSA d'Aulnay, on passait devant l'immense chantier... d'une mosquée. Tu es contre ? Tu préfères que les gens prient dans des caves ou dans la rue ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Dim 7 Oct - 18:13

verié2 a écrit:
La vraie et seule différence entre toutes ces activités humaines et la religion, c'est que la religion porte en elle la division, le fanatisme et qu'historiquement elle s'est construite pour asservir. Il ne semble pas que cela soit le cas du sport par exemple.
Et alors ? En quoi ça change le fait qu'un patron peut tout aussi bien utiliser le sport que la religion pour enrégimenter, aliéner ses ouvriers, développer le chauvinisme sportif comme antidote à la conscience de classe ? Au cours des récentes décennies, le sport a d'ailleurs été bien davantage utilisé à cette fin que la religion...

Et en quoi est-ce ridicule de considérer que des travailleurs ont tout aussi bien le droit de demander une salle de sport qu'une salle de prières ou une salle de vidéo si ça leur chante, pour les utiliser comme ils l'entendent pendant leurs temps de pause ?

Tu as beau ratiociner et multiplier les réflexions méprisantes voire insultantes, tu es incapable de nous expliquer pourquoi on devrait défendre les libertés démocratiques, dont la pratique religieuse fait partie, dans une cité ouvrière (1), en soutenant le droit de construire une mosquée par exemple, et pourquoi on devrait s'y opposer ou ne pas soutenir ce droit dans une usine ?
__
1) En se rendant au meeting PSA d'Aulnay, on passait devant l'immense chantier... d'une mosquée. Tu es contre ? Tu préfères que les gens prient dans des caves ou dans la rue ?
Expliquer pourquoi ? Tu as trois pages de réflexion et d'analyses de ma part. Que tu ne les acceptes pas ne te donne pas le droit de dire que je n'argumente pas. De la même manière, je t'ai posé des questions restées sans réponse ou presque.
Le 1) est une saloperie de plus à ton actif. Dans ce fil, j'ai expliqué en long en large et en travers mon point de vue sur la question des lieux de prière en entreprise et à aucun moment je n'ai remis en question le droit pour chaque confession d'avoir un lieu de prière en dehors. Ah les amalgames comme tu peux les aimer Vérié2, c'est tellement commode pour discréditer à bon compte ses interlocuteurs.
En tout cas, tes parallèles entre lieux de prières dans l'entreprise et les activités sociales et culturelles proposées par les CEs n'ont aucun fondement surtout à notre époque. il y a un fossé entre les activités dans le cadre d'un CE et celles dans le cadre d'un Etat. Un fossé en terme de quantité et de qualité que ton aveuglement gauchiste ou opportuniste (je n'ai pas encore cerner ...) refuse d'admettre jusqu'à tirer la corde de l'absurdité à en voir la trame !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  verié2 le Dim 7 Oct - 18:25


Duhring
tes parallèles entre lieux de prières dans l'entreprise et les activités sociales et culturelles proposées par les CEs n'ont aucun fondement surtout à notre époque. il y a un fossé entre les activités dans le cadre d'un CE et celles dans le cadre d'un Etat.
Non, il n'y a pas de fossé. Le point commun, c'est la liberté pour les travailleurs de pratiquer leur religion ou d'autres activités, culturelles ou non, d'utiliser leur temps et leur fric comme ils l'entendent, le fric des impôts locaux comme celui des CE. (Le financement du CE, c'est du salaire différé.) S'ils veulent des lieux de prière dans un centre de vacances, par exemple parce qu'il n'y en a pas à proximité, ou plus exactement un local dédié à certaines heures, c'est leur droit.

Ce que tu dis à propos d'un CE pourrait tout aussi bien valoir pour une municipalité ouvrière. Je ne t'ai pas accusé de t'opposer à la construction d'une mosquée, mais j'ai pointé l'incohérence de ta position.

Tu es peut-être un syndicaliste sincère et combatif, Duhring, mais comme beaucoup de syndicalistes, tu prétends décider à la place des travailleurs de ce qui est bon pour eux.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Dim 7 Oct - 18:35

verié2 a écrit:

Duhring
tes parallèles entre lieux de prières dans l'entreprise et les activités sociales et culturelles proposées par les CEs n'ont aucun fondement surtout à notre époque. il y a un fossé entre les activités dans le cadre d'un CE et celles dans le cadre d'un Etat.
Non, il n'y a pas de fossé. Le point commun, c'est la liberté pour les travailleurs de pratiquer leur religion ou d'autres activités, culturelles ou non, d'utiliser leur temps et leur fric comme ils l'entendent, le fric des impôts locaux comme celui des CE. (Le financement du CE, c'est du salaire différé.) S'ils veulent des lieux de prière dans un centre de vacances, par exemple parce qu'il n'y en a pas à proximité, ou plus exactement un local dédié à certaines heures, c'est leur droit.

Ce que tu dis à propos d'un CE pourrait tout aussi bien valoir pour une municipalité ouvrière. Je ne t'ai pas accusé de t'opposer à la construction d'une mosquée, mais j'ai pointé l'incohérence de ta position.

Tu es peut-être un syndicaliste sincère et combatif, Duhring, mais comme beaucoup de syndicalistes, tu prétends décider à la place des travailleurs de ce qui est bon pour eux.
je ne prétends rien du tout, mais je choisis les combats que j'entends soutenir et mener : les salaires, la formation, les conditions de travail, etc. et pas les lieux de prière et si cela ne justifie pas du point de vue de la lutte dans l'entreprise mon mandat aux yeux de certains travailleurs, et bien que ces travailleurs cherchent quelqu'un d'autre ou remettent en cause ce mandat. Point à la ligne. C'est mon choix et c'est mon droit, et un Vérié2 tout militant qu'il fut ne peut m'enlever ce droit ! NOn mais sans déconner c'est quoi cette façon de mener un débat ?
Il n'y a aucune incohérence dans mon point de vue mais une dichotomie entre l'entreprise et l'espace public qui me semble salutaire et je m'en suis largement exprimé sur trois pages.
Et non le fric du CE ce n'est pas un droit ouvert à chacun. Le CE c'est avant tout une ligne programmatique par exemple celle de la CGT chez moi de privilégier les subventions aux bas salaires contrairement à la CGC qui souhaiterait comme toi d'une certaine manière redistribuer le fric en fonction de ses cotisations . Si le fric du CE était un droit pour chacun autant filer un chèque au prorata de la masse salariale à chacun : De gros chèques pour les ingénieurs et cadres et de petits chèques pour les autres. Plus tu avances d'arguments plus tu pointes une vision catégorielle à la limite même anti-ouvrière, je ne te ferai pas l'insulte de dire ta méconnaissance.

Au fait, j'attends de Sylvestre pourquoi je devrais avoir honte de mes positions ???

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  verié2 le Dim 7 Oct - 19:02


Duhring
si cela ne justifie pas du point de vue de la lutte dans l'entreprise mon mandat aux yeux de certains travailleurs, et bien que ces travailleurs cherchent quelqu'un d'autre ou remettent en cause ce mandat
Ce point de vue serait tout à fait juste pour des revendications divisant les travailleurs, par exemple sexistes (virer les femmes d'abord) ou xénophobes (priorité nationale). Mais il ne l'est pas pour une revendication qui ne divise pas et ne dérange personne - il y a juste un problème de moyens et d'organisation, comme pour toute autre activité.

Mais tu fais un blocage sur la religion, que tu opposes à toutes les autres activités socio-culturelles par une sorte de réflexe "anarcho-voltairien" étranger au marxisme, en proclamant que jamais tu ne soutiendras une telle revendication.
une dichotomie entre l'entreprise et l'espace public qui me semble salutaire
On ne voit vraiment pas ce que cette séparation a de salutaire. En règle générale, ce sont les droits des "citoyens", c'est à dire les libertés démocratiques qui s'arrêtent à la porte des entreprises, et pas pour laisser place à un droit supérieur propre aux ouvriers, mais à la loi patronale. Pourquoi donc les ouvriers ne bénéficieraient-ils pas dans l'entreprise des mêmes libertés dont ils disposent dans ce que tu appelles "l'espace public" ?
le fric du CE ce n'est pas un droit ouvert à chacun
Je n'ai jamais dit que le fric du CE est "un droit ouvert à chacun" (ce qui ne veut pas dire grand chose), mais que c'est du salaire différé et que les travailleurs sont en droit d'imposer leur contrôle sur son utilisation et non de laisser les décisions à l'arbitraire des élus syndicaux et gestionnaires du CE. (Les avantages que certains CE offrent aux salariés dont les revenus sont plus faibles, par exemple des tarifs plus bas pour les colos et centres de vacances, c'est une bonne chose naturellement. D'une façon générale, les "oeuvres sociales" profitent néanmoins le plus souvent davantage aux catégories privilégiées. Mais c'est une autre discussion...)

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Dim 7 Oct - 19:16

verié2 a écrit:

Duhring
si cela ne justifie pas du point de vue de la lutte dans l'entreprise mon mandat aux yeux de certains travailleurs, et bien que ces travailleurs cherchent quelqu'un d'autre ou remettent en cause ce mandat
Ce point de vue serait tout à fait juste pour des revendications divisant les travailleurs, par exemple sexistes (virer les femmes d'abord) ou xénophobes (priorité nationale). Mais il ne l'est pas pour une revendication qui ne divise pas et ne dérange personne - il y a juste un problème de moyens et d'organisation, comme pour toute autre activité.

Mais tu fais un blocage sur la religion, que tu opposes à toutes les autres activités socio-culturelles par une sorte de réflexe "anarcho-voltairien" étranger au marxisme, en proclamant que jamais tu ne soutiendras une telle revendication.
une dichotomie entre l'entreprise et l'espace public qui me semble salutaire
On ne voit vraiment pas ce que cette séparation a de salutaire. En règle générale, ce sont les droits des "citoyens", c'est à dire les libertés démocratiques qui s'arrêtent à la porte des entreprises, et pas pour laisser place à un droit supérieur propre aux ouvriers, mais à la loi patronale. Pourquoi donc les ouvriers ne bénéficieraient-ils pas dans l'entreprise des mêmes libertés dont ils disposent dans ce que tu appelles "l'espace public" ?
le fric du CE ce n'est pas un droit ouvert à chacun
Je n'ai jamais dit que le fric du CE est "un droit ouvert à chacun" (ce qui ne veut pas dire grand chose), mais que c'est du salaire différé et que les travailleurs sont en droit d'imposer leur contrôle sur son utilisation et non de laisser les décisions à l'arbitraire des élus syndicaux et gestionnaires du CE. (Les avantages que certains CE offrent aux salariés dont les revenus sont plus faibles, par exemple des tarifs plus bas pour les colos et centres de vacances, c'est une bonne chose naturellement. D'une façon générale, les "oeuvres sociales" profitent néanmoins le plus souvent davantage aux catégories privilégiées. Mais c'est une autre discussion...)
Il m'est d'avis que si des travailleurs cathos avaient avancé en ton temps la revendication d'un lieu de prière dans l'entreprise, disons qu'elle t'aurait fait toussé. Et je ne suis pas sur que tes belles paroles avancées jusqu'ici n'auraient pas eu la même valeur. Mais seul ton fort intérieur peut répondre ...
Anarcho-voltarien ? Tu ne recules devant aucun qualificatif saugrenu dis donc !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  gérard menvussa le Dim 7 Oct - 19:22

des travailleurs cathos avaient avancé en ton temps la revendication d'un lieu de prière dans l'entreprise
Sauf que ce n'aurait aucun sens ! Mais si des "travailleurs cathos" demandaient le respect de leur religion, je n'y vois aucun obstacle de notre part, sachant que nous sommes pour l'unions de tous les travailleurs quelques soient leur origine, leur religion, leur sexe, etc. Et il n'y a pas de probléme spécial avec des travailleurs d'une quelconque origine "religieuse". Je me souviens d'un temps ou les "révolutionnaire" autoproclamés refusaient de discuter avec la cfdt étant donnée l'origine religieuse de la centrale syndicale... bref on s'en fout des diviseurs !

avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  verié2 le Dim 7 Oct - 19:38

Duhring
Il m'est d'avis que si des travailleurs cathos avaient avancé en ton temps la revendication d'un lieu de prière dans l'entreprise, disons qu'elle t'aurait fait toussé. Et je ne suis pas sur que tes belles paroles avancées jusqu'ici n'auraient pas eu la même valeur. Mais seul ton fort intérieur peut répondre ...
Il est clair que je ne peux pas te dire aujourd'hui quelle aurait été ma réaction voici vingt ans sur une question qui ne s'est pas présentée. Au dix-neuvième siècle, certaines entreprises disposaient de chapelles, avec la bénédiction du patron, c'est le cas de le dire. Je ne crois pas que des organisations ouvrières aient demandé leur fermeture, mais c'est possible vu le rôle de l'Eglise catholique d'alors.

Sur le plan des principes, il n'y a aucune raison de faire de différence entre les religions. Mais il faut tout de même tenir compte du contexte et surtout de la volonté exprimée par les travailleurs ou une partie significative des travailleurs, c'est cela qui prime. Aujourd'hui, la classe ouvrière est majoritairement déchristianisée et c'est une excellente chose, donc ce genre de revendication ne se présente pas, ou très rarement - je n'en ai jamais entendu parler. Même les gens qui font baptiser leurs gosses et se marient à l'Eglise ne pratiquent plus de façon assidue.

Avec l'arrivée de populations issues de pays coloniaux où la religion reste très forte, le problème se pose différemment. Ce n'est pas par un refus de lieux de pratique de leur culte, y compris au sein des entreprises où ils sont très nombreux comme Citroën dans les années 80, qu'on fera reculer leurs croyances. Ce refus ne peut être ressenti que comme du mépris.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Lun 8 Oct - 20:43

verié2 a écrit:
Duhring
Il m'est d'avis que si des travailleurs cathos avaient avancé en ton temps la revendication d'un lieu de prière dans l'entreprise, disons qu'elle t'aurait fait toussé. Et je ne suis pas sur que tes belles paroles avancées jusqu'ici n'auraient pas eu la même valeur. Mais seul ton fort intérieur peut répondre ...

Avec l'arrivée de populations issues de pays coloniaux où la religion reste très forte, le problème se pose différemment. Ce n'est pas par un refus de lieux de pratique de leur culte, y compris au sein des entreprises où ils sont très nombreux comme Citroën dans les années 80, qu'on fera reculer leurs croyances. Ce refus ne peut être ressenti que comme du mépris.
Le fond du problème avec toi Vérié2, il me semble c'est à te lire une "timidité" à affronter par le verbe certaines situations. J'ai du mal à croire que des travailleurs puissent lire dans les interventions de militants ouvriers qu'ils cotoient au quotidien, du mépris lorsque ces interventions ne prennent pas en compte certaines revendications. Il me semble que tu projettes sur les autres tes propres craintes, ta propre incapacité à convaincre.
Mais Sylvestre ne m'a toujours pas dit en quoi "je devrais avoir honte" ?

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  sylvestre le Mar 9 Oct - 17:49

Eugene Duhring a écrit:
Mais Sylvestre ne m'a toujours pas dit en quoi "je devrais avoir honte" ?

En fait tu devrais avoir honte simplement si tu te prétends marxiste, alors que tu as en fait du socialisme une conception complètement élitiste et autoritaire, puisque tu sais à leur place quelles sont les revendications correctes que doivent avoir les ouvriers.
Mais il est vrai qu'avec un pseudo comme le tien, j'aurais dû soupçonner que tu ne revendiquais qu'hostilité envers l'idée que la libération des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux-mêmes.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Eugene Duhring le Mar 9 Oct - 20:36

sylvestre a écrit:
Eugene Duhring a écrit:
Mais Sylvestre ne m'a toujours pas dit en quoi "je devrais avoir honte" ?

En fait tu devrais avoir honte simplement si tu te prétends marxiste, alors que tu as en fait du socialisme une conception complètement élitiste et autoritaire, puisque tu sais à leur place quelles sont les revendications correctes que doivent avoir les ouvriers.
Mais il est vrai qu'avec un pseudo comme le tien, j'aurais dû soupçonner que tu ne revendiquais qu'hostilité envers l'idée que la libération des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux-mêmes.
Ha et ça doit me remplir de honte ? Ho ho ... élitiste et autoritaire ... bon sang, quand j'en parlerai à mes camarades, à mes collègues de boulot, y vont s'effondrer de rire. Si choisir ses combats c'est élitiste alors oui je suis élitiste mais bon faut revoir le vocabulaire pour lui donner un autre sens. Si choisir ses combats c'est être autoritaire, alors oui je suis autoritaire. Bou le méchant Eugène avec son pseudo et le gentil Sylvestre avec le sien. Franchement, si c'est pour me sortir ces conneries, fallait pas te sentir obliger ... gentil Sylvestre. Risible surtout ta conclusion !
PS : mon pseudo me rappelle à chaque instant qu'il ne faut pas toujours se prendre au sérieux et pour la petite histoire, l'Anti-Dühring est mon livre préféré. D'ailleurs, je te conseille de t'en inspirer pour tes interventions, elles manquent singulièrement de ... punch et de dérision !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grève de 1982 à Citroën

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum