Tunisie

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tunisie

Message  Vals le Mer 26 Sep - 21:49

En Tunisie, une femme violée est poursuivie pour "atteinte à la pudeur" Le Monde.fr avec AFP | 26.09.2012

Plusieurs ONG tunisiennes ont dénoncé, mercredi 26 septembre, les poursuites pour "atteinte à la pudeur" engagées contre une jeune femme violée par deux policiers, alors que le gouvernement dominé par les islamistes est régulièrement accusé de s'en prendre aux droits des femmes.
Alors que les...deux policiers ont été incarcérés pour viol, la jeune femme et son fiancé "ont été convoqués par un juge d'instruction mercredi 26 septembre pour une confrontation où elle est entendue en tant qu'accusée du délit d'atteinte à la pudeur et voies de fait", selon un communiqué signé notamment par l'Association tunisienne des femmes démocrates et la Ligue tunisienne des droits de l'homme.
Les signataires dénoncent une procédure qui "transforme la victime en accusée, qui vise à la terroriser et à l'obliger, elle et son fiancé, à renoncer à leurs droits". Les associations s'interrogent aussi "sur le sérieux de l'engagement du gouvernement à appliquer le plan national de lutte contre la violence faite aux femmes".
UNE "POSITION IMMORALE"
Le 3 septembre dernier la victime et son fiancé étaient dans leur voiture lorsqu'ils ont été abordés par trois policiers. Deux d'entre eux ont violé la jeune femme pendant que le troisième gardait son ami. L'affaire avait fait scandale, d'autant que le porte-parole du ministère de l'intérieur, Khaled Tarrouche, avait déclaré que le couple avait été retrouvé par les policiers dans une "position immorale", tout en précisant que cela ne justifiait pas le viol qui a suivi.

Les associations féministes tunisiennes dénoncent depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes d'Ennahda le comportement de la police à l'égard des femmes, qui seraient régulièrement harcelées pour leur tenue vestimentaire ou lors de sortie nocturnes sans un homme de leur famille. Les femmes tunisiennes bénéficient du statut le plus moderne du monde arabe depuis la promulgation du Code de statut personnel (CSP) le 13 août 1956 instaurant l'égalité des sexes dans plusieurs domaines.

Elles exagèrent, quand même....et après, elles s''étonnent .....
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  alexi le Sam 29 Sep - 14:03

Lutte Ouvrière
28 septembre 2012



La justice tunisienne bafoue le droit des femmes


En Tunisie, une femme, victime d’un viol perpétré par deux policiers, vient pourtant d’être convoquée cette semaine par un juge d’instruction et est menacée d’être poursuivie pour « atteinte à la pudeur ».

À l’époque où s’étaient déroulés les faits, au début du mois de septembre, le porte-parole du ministre de l’Intérieur, cherchant à diminuer la responsabilité des agresseurs, avait déclaré que les policiers avaient trouvé leur victime dans une voiture… dans une « position immorale » avec son fiancé. Et une procédure a donc été engagée, ​afin de dissuader cette femme, et toutes les autres, de se défendre.

Les islamistes, qu’on prétend modérés, au pouvoir en Tunisie, n’ont aucune pudeur pour s’appuyer sur un alibi rétrograde pour couvrir l’ignominie des policiers.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  alexi le Lun 1 Oct - 18:54

Echo de L'Etincelle du 01/10/12

La justice tunisienne protège les criminels

En Tunisie, une femme violée par des policiers est attaquée par la justice. Elle est accusée d'« atteinte à la pudeur » ! Elle aurait été trouvée par les violeurs dans une « position immorale » avec son fiancé. Les islamistes au pouvoir sont prêts à utiliser les procédés les plus ignobles pour tenter d'empêcher les femmes de se défendre. Mais les femmes s’organisent et n’entendent pas se laisser faire. La révolution se poursuivra avec elles.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  alexi le Mar 2 Oct - 21:45

AFP 02/10/2012

Tunisie: une femme violée devant un juge pour "atteinte à la pudeur"


Une femme violée par des policiers a été interrogée mardi par un juge d'instruction de Tunis qui doit décider de l'inculper ou non d'"atteinte à la pudeur", dans une affaire suscitant un tollé depuis une semaine.

A l'issue d'un interrogatoire de plus de deux heures par le juge d'instruction Mohamed Ben Meftah, des avocats de la victime du viol se voulaient "optimistes" quant à l'abandon des poursuites contre la jeune femme et son fiancé pour ce délit passible de six mois de prison.

"Ce serait déraisonnable de maintenir un telle accusation. J'ai confiance en l'équité de la justice", a indiqué Me Emna Zahrouni à l'AFP, sans plus de précisions en raison du secret de l'instruction.

"J'ai dit au juge qu'il avait une responsabilité historique. Le monde entier, les médias, les jeunes de Tunisie attendent sa décision qui sera décisive pour l'instauration de l'Etat de droit", a déclaré de son côté Me Monia Bousselmi.

Selon une source au tribunal, le juge doit décider dans les heures ou les jours à venir de "classer l'affaire ou la transférer devant le tribunal compétent".

La jeune femme de 27 ans, violée par des policiers début septembre dans la capitale, est repartie du tribunal de première instance de Tunis, le visage caché par un foulard et des lunettes de soleil, sans s'exprimer.

A son arrivée, elle avait déclaré à l'AFP, des sanglots dans la voix: "Le monde entier me soutient. Je demande votre soutien".

La victime du viol et son fiancé étaient interrogés dans le cadre d'une information judiciaire car selon l'accusation, le couple a été surpris par les policiers dans une "position immorale" lors de leur interpellation.

Deux agents ont alors conduit la jeune femme dans leur véhicule où ils l'ont violée pendant qu'un troisième tentait d'extorquer de l'argent au jeune homme.

La présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates, Ahlem Belhadj, qui représente aussi les intérêts de la victime, a indiqué que cette dernière était dans un état psychologique "très fragile", mais restait décidée à se battre.

"C'est une affaire qui fait honte à la Tunisie. Dans notre culture, même au niveau de la loi, on a tendance à rendre les victimes responsables de leur viol", a-t-elle ajouté.

Les policiers, incarcérés début septembre, risquent de lourdes sanctions, le viol avec violence étant théoriquement passible de la peine capitale en Tunisie où aucune exécution n'a cependant eu lieu depuis plus de vingt ans.

Plusieurs centaines de personnes ont par ailleurs manifesté mardi en soutien à la victime devant le tribunal, brandissant des pancartes proclamant "Révolution volée, femme voilée, petite fille violée" ou encore "Violée ou voilée, faut il choisir?".

Cette affaire a déclenché un tollé en Tunisie, des opposants, des ONG et des médias considérant que ce dossier illustre la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes qui dominent le gouvernement.

Le Premier ministre, Hamadi Jebali a lui dénoncé "avec force" le viol, dans un entretien au quotidien belge Le Soir et promis que les policiers "seront jugés sévèrement".

Il ne s'est par contre pas prononcé sur les déboires judicaires de la victime, relevant simplement qu'il y avait "peut-être, selon l'autorité judiciaire, un cas d'attentat à la pudeur".

Depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes d'Ennahda après la révolution de 2011, des ONG dénoncent le harcèlement de la police à l'égard des femmes.

Les Tunisiennes bénéficient du statut le plus moderne du monde arabe depuis la promulgation du Code de statut personnel en 1956 instaurant l'égalité des sexes dans certains domaines.

Ennahda avait déclenché un large mouvement de contestation en août en proposant d'inscrire dans la nouvelle Constitution la "complémentarité" des sexes et non l'égalité, un projet abandonné la semaine dernière.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yasmine et la révolution

Message  Roseau le Mar 16 Oct - 17:42

Magnifique court métrage à tout point de vue,
y compris une actrice splendide,
et le cortège NPA !
http://www.dailymotion.com/video/xq2p5r_yasmine-et-la-revolution-talents-adami-cannes-2011_creation
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Solidarité avec les habitants de Siliana

Message  Roseau le Mar 4 Déc - 16:19

Communiqué du NPA.

Pendant plus d’une semaine, la population de la ville tunisienne de Siliana s’est révoltée contre le chômage et la précarité. La réponse du gouvernement islamiste, sans surprise, a été la répression croissante de la mobilisation au fil des jours. En plus de l’usage intensif – habituel – de gaz lacrymogènes, son mépris l’a conduit jusqu’à repousser les manifestants avec des tirs de chevrotine pour gros gibier ! Ces actes criminels ont fait plus de 350 blessés, dont 19 gravement blessés aux yeux, aveuglés ou éborgnés.

Parallèlement la propagande du gouvernement n’a fait preuve d’aucune originalité non plus : Les manifestants ont été qualifiés de « bandes de RCDistes de l'ancien régime qui agitent la région »…. Et le Front Populaire de« paresseux et de communistes ».

Face à ce comportement sauvage des autorités, après plusieurs jours de grève totale dans la région, des manifestations quotidiennes de plus en plus massives, la population a imposé un premier recul au gouvernement. Le gouverneur de la région, dont la population demandait le départ, reste en place mais a été démis de ses fonctions. Si aujourd’hui la grève est suspendue, ce premier recul est loin d’avoir cependant répondu aux exigences qui continuent de s’exprimer.

Le NPA dénonce la barbarie avec laquelle le gouvernement tunisien traite les mobilisations des travailleurs tunisiens, comme il dénonce les déclarations du parti socialiste français qui « appelle toutes les parties à la retenue » !

Il tient à apporter son soutien le plus total aux travailleurs et chômeurs qui se battent en Tunisie pour leurs droits, contre le régime en place.

Montreuil, le 3 décembre
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  sylvestre le Mer 5 Déc - 15:12

http://www.assawra.info/spip.php?article1725


Tunisie : les appels à la grève générale se multiplient

mercredi 5 décembre 2012, par La Rédaction

Le principal syndicat de Tunisie se réunit mercredi pour décider de sa riposte après avoir été attaqué la veille par des militants pro-islamistes, et alors que les appels à la grève se multiplient, à quelques jours du deuxième anniversaire de la révolution.
Les antennes régionales de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) à Sidi Bouzid (centre-ouest), berceau de la révolution, et Gafsa (sud), zone minière volatile, n’ont pas attendu la décision de leur maison mère à Tunis pour décréter un débrayage de 24 heures dès jeudi.
Un appel à manifester a par ailleurs été lancé par des partisans du syndicat mercredi à 12H00 à Tunis (11H00 GMT) pour réclamer une grève générale nationale.
Les syndicalistes protestent contre l’attaque dont ils ont été victimes mardi par des militants islamistes présumés, qui en retour accusent l’UGTT d’avoir provoqué les heurts lundi dans le centre de Tunis.
Cette nouvelle crise a éclaté moins de trois jours après la fin d’une précédente flambée de violence, lorsque pendant près d’une semaine manifestants réclamant des meilleurs conditions de vie et policiers se sont affrontés à Siliana (120 km sud-ouest de Tunis) faisant 300 blessés.
Outre les manifestations sociales, les attaques imputées aux groupuscules salafistes se sont multipliées ces derniers mois en Tunisie, qui s’apprête à fêter le 17 décembre le deuxième anniversaire du début de la révolution.

(05 Décembre 2012 - Avec les agences de presse)
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mer 5 Déc - 20:57

La situation progressivement glisse.

Ennahdha a subi un revers à Siliana où une population qui était proche d'eux les a rejeté à la suite de la grève d'une semaine appelée par l'UGTT sur la ville. Misère, chômage, violence des flics benalistes, Ennahdha s'est vêtue de l'uniforme de Ben Ali.

L’agressivité de Ennahdha croit au fur et à mesure qu'il perd du terrain.

Au fur et à mesure que la gouvernement use sa base sociale, que des tensions croissent, le parti islamiste gouvernemental Ennahdha fait appelle aux flics benalistes et agresse physiquement des militants de gauche et le syndicat UGTT.

L'attaque contre le siège de l'UGTT à Tunis par la milice de Ennahdha






Sami Tahri : Une grève générale dans toute la Tunisie n'est pas à écarter


Une première marche de protestation a été organisée


A Tajerouine les bureaux d'Ennahdha ont été attaqués.


Pour une grève générale
L'UGTT s'est réunit aujourd'hui pour décider de sa riposte suite aux agressions de la milice dEnnahdha .
Les appels à la grève générale se sont multipliés hier et aujourd'hui.

L'UGTT de Sidi Bouzid (centre-ouest), berceau de la révolution, et Gafsa (sud), zone minière (Phosphates), Sfax et Kasserine. ont déjà appelé à un débrayage de 24 heures ce jeudi. Des agressions des milices gouvernementales avaient déjà eu lieu ces derniers jours contre le Front Populaire à Sidi Bouzid.

Un appel à manifester par une partie de l'UGTT pour réclamer une grève générale nationale.
La direction de l'UGTT s'orienterait vers des grèves régionales tournantes pour préparer une grève nationale dont une des revendications centrales serait la dissolution de "la ligue de protection de la révolution"


UGTT - Houcine Abassi : La porte des affrontements est à présent ouverte !

Intervenant ce mardi 4 décembre, sur les ondes de Shems Fm, Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT, s’est indigné de l’attaque perpétrée aujourd’hui contre les membres de l’UGTT : « On avait espéré une commémoration de la mort de Farhat Hached dans la joie, mais les ennemis de la démocratie, les ennemis de la révolution, les ennemis de la justice sociale en ont décidé autrement. Ce sont eux qui ont agressé l’UGTT aujourd’hui, pour tenter le deuxième assassinat de Farhat Hached ! Cela ne s’est jamais produit du temps de Bourguiba, ni du temps de Ben Ali, et voilà ce qui se passe aujourd’hui sous ce gouvernement élu et légitime ! »

« Ce sont des milices organisées et connues qui sévissent à présent. Ces milices se sont montrées sous leur vrai jour. S’ils pensent qu’ils peuvent mater l’UGTT, ils font une grave erreur », prévient-il. « L’UGTT va poursuivre sa lutte, pour la justice sociale, pour le développement, mais aussi sur le plan politique, que ça plaise ou pas !».
« La porte des affrontements est à présent ouverte, et c’est eux qui l’ont voulu ! Personne n’est capable de tuer Farhat Hached une seconde fois et personne n’est capable d’arrêter l’UGTT ! », conclut le secrétaire général de l’UGTT, sur un ton menaçant.


Dernière édition par Copas le Sam 8 Déc - 17:23, édité 1 fois
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mer 5 Déc - 21:46

Extension.

Jendouba et Siliana se joignent à la grève générale appelée dans 4 régions pour la journée du jeudi 6 décembre 2012.
Siliana, à la suite d'un accord prévoyant que le gouverneur d'Ennhada soit viré, avait appelé à la reprise du Travail.

Les agressions contre le siège de l'UGTT à Tunis et contre des militants syndicaux ont amené l'UGTT de Siliana a relancé la grève.

Pendant ce temps des batailles sociales continuent...

Les agents de l'INM (institut national de météorologie) vont entrer en grève de trois jours à partir du 11 Décembre 2012.13eme mois et statut au menu face à un gouvernement qui joue la montre et louvoie pour ne pas satisfaire les revendications sociales.

L'union tunisienne de l'agriculture et de la pêche, qui regroupe paysans et pêcheurs a appelé à des rassemblements de protestation devant les usines de transformation de tomates pour obtenir une augmentation du prix des fruits.

Tunisair Express annule tous ses vols pour jeudi à cause des appels à la grève.

2 hôpitaux en grève à Djerba, Les employés de l’hôpital Sadok Mokaddem de Djerba-Houmt Souk et de l'hôpital régional de Djerba-Midoun ont décidé d’entamer une grève pour revendiquer le renforcement de l’effectif et l'intégration des agents de sous-traitance, rapporte Shems FM.

6% de plus pour les salaires acceptés par le patronat dans un contexte d'inflation. Acceptation d'une prime de transport.


En Algérie, lors de la venue du 1er ministre tunisien dans ce pays :
«M. Jebali, vous n'êtes pas le bienvenu en Algérie» (journal ''Al-Fajr'')


«Jebali, vous n'êtes pas le bienvenu en Algérie, surtout ces jours-ci», écrit Hadda Hazem dans un long article paru, lundi 3 décembre, rappelant «les dérapages du gouvernement nahdhaoui qui tire des grenailles sur son peuple.»

Et pas seulement.

La journaliste est revenue longuement sur les pratiques de ce gouvernement et l'oppression qu'exerce le ministère de l'Intérieur sur une population désarmée. «Si vous êtes venu pour l'argent, ça ne vous suffit pas les aides que vous avez eues en véhicules de police qui a réprimé les habitants de Siliana, sortis pour revendiquer pacifiquement leurs droits au travail, à la liberté, la dignité et rappeler au gouvernement qu'il n'a pas tenu ses promesses», lit-on dans l'article, qui se termine sur une note sévère: «Le peuple algérien refuse toute aide à un parti islamiste qui cherche à se remplir les poches et à opprimer l'opposition et le peuple voisin. Mais nous disons que nous sommes prêts à aider le peuple tunisien et que nous sommes favorable à la constitution d'un Maghreb uni, mais pas avec un gouvernement conduit par Jebali, par Ghannouchi et par son gendre, l'orgueilleux Rafik Abdessalem ou plus précisément, l'ambassadeur de Qatar en Tunisie», fin de l'article.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mer 5 Déc - 21:54

Rassemblement à Paris pour dénoncer l'attaque contre l'Ugtt

«Aujourd'hui, 4 décembre 2012, vers 13 heures, plusieurs centaines de miliciens appartenant aux comités dit ''de protection de la révolution'' proche du pouvoir ont attaqué le siège centrale du syndicat Union générale tunisienne du travail (Ugtt), qui se trouve place Mohamed Ali à Tunis.

Ils ont blessé deux secrétaires généraux adjoints Hfaiedh Hfaiedh et Samir Cheffi, qui étaient présents dans le bureau du camarade Houcine Abassi, secrétaire général de l'Ugtt. Des dizaines autres cadres et membres de l'Ugtt ont aussi été blessés par les miliciens, qui étaient armés de couteaux, de pierres et des bombes lacrymogènes. Les syndicalistes ont pu repousser les miliciens.

Il s'agit d'une nouvelle attaque de ces milices fascistes et proches du parti au pouvoir. Ils ont déjà attaqué plusieurs locaux dans différentes villes du pays en toute tranquillité et sont responsable de centaines d'agressions contre des syndicalistes et des militants démocrates. Ils ont aussi lynché jusqu'à la mort un opposant à Tataouine dans le sud. Le gouvernement et les ministères de l'Intérieur et de la justice laissent ces hordes fascistes agir en complète impunité.

Cette nouvelle escalade dans la violence plonge encore plus la Tunisie dans l'insécurité et la violence.

Les Tunisiens vivant en France et leurs amis appellent à la mobilisation générale contre ces hordes fascistes et contre leurs complices où qu'ils soient et expriment leur entière solidarité avec l'Ugtt. Ils saluent le rôle important de l'Ugtt dans la défense des revendications des travailleurs ainsi que son attachement à la démocratie et aux valeurs de tolérance et de libertés. Nous saluons aussi l'initiative nationale prise par l'Ugtt pour sortir le pays du blocage institutionnel.

Devant les attaques de plus en plus violentes de ces milices, nous exigeons la dissolution immédiate des comités «de protection de la révolution», ainsi que le jugement de ces criminels qui veulent instaurer un régime fasciste.

Nous appelons à créer un large front démocratique pour la défense des libertés et des valeurs de tolérance et de démocratie.

Vive l'Ugtt et sa lutte pour la démocratie et les libertés

A bas les milices fascistes des comités «pour la protection de la révolution» et dissolution immédiate

Le gouvernement doit protéger les libertés et les syndicalistes non les milices».

Paris le 4 décembre 2012

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mer 5 Déc - 22:03

Sidi Bouzid
Plus de 250 personnes opérant dans le secteur agricole observent à partir d’aujourd’hui 4décembre une grève ouverte.

Le secrétaire général du syndicat des agriculteurs a indiqué que les accords qui ont été conclus avec le ministère de l’agriculture n’ont pas été mis en application ajoutant que les récoltes d’olives dans la région peuvent partir en fumée.


Sfax Report de tous les examens scolaires
Le secrétaire général du syndicat national de l’éducation à Sfax, Amer Monga, a déclaré aujourd’hui 5 décembre que la grève générale qui sera observée demain à Sfax inclura tous les secteurs.

Tous les examens qui étaient prévus pour le jeudi 6 décembre ont été reportés au 10 du mois courant et ce selon un accord entre le ministère de l’intérieur et l’administration régionale de l’éducation de Sfax.

C'est déjà parti en grève :
Société des chemins de fer de Sfax, Société régionale du transport, Société tunisienne d’acconage et de manutention (STAM) et Office de la marine marchande et des ports de Sfax.

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Roseau le Ven 7 Déc - 13:23

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  sylvestre le Ven 7 Déc - 15:44

Les transports, les écoles, les administrations ont commencé à être paralysés, jeudi 6 décembre, dans quatre régions de Tunisie, à Sfax, Gafsa, Kasserine et Sidi Bouzid, foyer de la révolution qui a renversé, il y a bientôt deux ans, le régime de Zine El-Abidine Ben Ali. Ces débrayages, organisés à l'appel de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), devraient culminer avec une grève nationale, le 13 décembre, annoncée par la puissante centrale syndicale en guerre ouverte, désormais, avec le gouvernement dominé par les islamistes du parti Ennahda.

Si elle se confirmait, cette grève générale serait une première depuis 1978. Même sous Ben Ali, l'UGTT, pourtant l'un des moteurs principaux du renversement de l'ancien régime, n'avait pas utilisé cette arme, se contentant d'un débrayage de deux heures le 14 janvier 2011, jour de la fuite précipitée de l'ex-dictateur. "Nous tenons le gouvernement pour responsable de la recrudescence des violences perpétrées à l'encontre de toutes les composantes de la société civile dont l'UGTT", a justifié la centrale en lançant son mot d'ordre mercredi.

http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2012/12/07/en-tunisie-l-ugtt-menace-le-pouvoir-d-une-greve-generale_1801621_1466522.html
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  verié2 le Ven 7 Déc - 15:48

Quelqu'un a-t-il une bonne connaissance de l'UGTT, de son appareil, de ses dirigeants ? Car l'UGTT bénéficiait tout de même d'une certaine tolérance sous Ben Ali. Ces dirigeants, cet appareil ont-ils changé depuis le départ de Ben Ali ? Sont-ils seulement soumis à une pression de la base ? Jouent-ils leurs propres cartes de bureaucrates ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  sylvestre le Ven 7 Déc - 16:58

verié2 a écrit:Quelqu'un a-t-il une bonne connaissance de l'UGTT, de son appareil, de ses dirigeants ? Car l'UGTT bénéficiait tout de même d'une certaine tolérance sous Ben Ali. Ces dirigeants, cet appareil ont-ils changé depuis le départ de Ben Ali ? Sont-ils seulement soumis à une pression de la base ? Jouent-ils leurs propres cartes de bureaucrates ?

Un article d'avril 2011 à ce sujet : http://www.npa2009.org/content/%C3%A0-propos-de-l%E2%80%99ugtt


À propos de l’UGTT
samedi 30 avril 2011
Publié dans : Revue Tout est à nous ! 20 (avril 2011)

Dès sa naissance en 1946, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) ne se limite pas à une action strictement revendicative, mais adopte une orientation nationaliste anticolonialiste. De son rôle majeur dans la lutte pour l’indépendance, elle conserve ensuite une capacité à mobiliser bien plus de salariés, d’étudiants, de militants associatifs, de citoyens que toute autre force. L’UGTT reste pour ces raisons un élément décisif dans les échéances politiques.

Alors que la base pousse vers l’autonomie face à l’État, la bureaucratie syndicale entend garder sa relation de partenariat avec le parti au pouvoir afin de préserver son appareil et ses privilèges. D’où une attitude équilibriste oscillant entre soumission et résistance au régime en place. D’où également certains traits proches de ceux de son allié/rival, le parti du Néo-Destour1 : hostilité à tout pluralisme syndical, structuration hypercentralisée, etc.

Depuis la fin des années 1960 et avec le développement rapide et massif de l’enseignement, une main-d’œuvre diplômée arrive en nombre sur le marché du travail. La syndicalisation rapide des fonctionnaires des services publics engendre une nouvelle génération syndicale plus politisée et plus ouverte aux idées de gauche et d’extrême gauche. La tendance vers l’indépendance vis-à-vis de l’État et du parti au pouvoir, la démocratie et la lutte de classe se développent surtout dans quelques fédérations du secteur public (enseignement, poste et télécommunications, transports, santé...), tremplin d’une opposition radicale connue sous le nom de « Gauche syndicale ». La grève générale de janvier 1978, réprimée dans le sang, a été la première confrontation ouverte et de masse entre l’UGTT et la police et l’armée.

L’UGTT a ensuite été périodiquement réprimée et partiellement démantelée. Mais à chaque fois la continuité a été assurée par une résistance clandestine encore plus radicale, et le pouvoir a dû reconnaître à nouveau la centrale syndicale et négocier avec elle.

Après le putsch de Ben Ali, en 1987, de nouvelles relations s’instaurent avec le pouvoir. Des moyens financiers considérables sont mobilisés pour corrompre des cadres syndicaux issus de la Gauche syndicale. Au nom de la priorité de la lutte contre le danger intégriste, certains se rallient à Ben Ali, facilitant l’instauration d’un régime policier qui finit par étouffer toute vie politique et sociale.

La nouvelle orientation officielle de l’UGTT est de passer de la culture revendicative décrétée « archaïque », à des relations entre « partenaires sociaux », menant des négociations « constructives ».

Une partie croissante de la base syndicale s’implique avec détermination dans le processus révolutionnaire initié en décembre 2010. Alors que le secrétaire général Abdessalem Jrad négocie un plan de sauvetage avec Ben Ali puis avec ses successeurs, des unions régionales et des fédérations entières se détachent de la position officielle d’équilibriste et de médiateur pour organiser et encadrer les mobilisations. De nombreux syndicalistes sont membres des structures populaires révolutionnaires, initiant les occupations, ainsi que les confrontations avec la police et les milices du régime.

Après la chute du dictateur, le 14 janvier, l’UGTT devient l’interlocuteur le plus crédible et le plus représentatif que doivent prendre en compte toutes les manœuvres de récupération menées par les restes du régime, l’armée, les USA et l’Union européenne.

C’est en grande partie sur l’attitude de l’UGTT que repose aujourd’hui la continuation ou pas de la révolution.

Dominant le « Conseil national de la protection de la révolution », la direction de l’UGTT a permis, jusqu’à maintenant, au gouvernement provisoire de se maintenir en place, au détriment d’une rupture révolutionnaire démocratique et sociale.

Relancer un processus révolutionnaire reposant sur l’auto-organisation des travailleurs, des jeunes, des femmes et de tous les citoyens, passe en partie par une confrontation avec l’appareil de l’UGTT. La révolution n’est pas finie, elle ne fait que commencer.

Mohamed Amami

Le Néo-Destour a été renommé, en 1964, Parti socialiste destourien, puis RCD avec Ben Ali.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Roseau le Ven 7 Déc - 17:15

J'ai pas d'expérience ou opinion perso,
mais pas mal de données sur le site du NPA, dont cet article:
http://www.npa2009.org/content/%C3%A0-propos-de-l%E2%80%99ugtt
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration Ligue de la Gauche Ouvrière

Message  Roseau le Ven 7 Déc - 17:33

A bas le gouvernement scélérat !
Pour la dissolution de ses milices !
Pour la grève générale !


Le 4 décembre, la milice islamiste d'Ennahdha a attaqué le siège national de l'UGTT. Dix syndicalistes ont été blessés. L'UGTT appelle à la grève générale pour le 13 décembre.

Après avoir commis des crimes contre les droits des citoyens et de la jeunesse combative à Siliana et dans d'autres villes et zones rurales, qui ont donné – et donnent toujours – leur vie et leur sang pendant la révolution, et après qu’Ennahda a dévoilé son projet répressif, la voilà qui pousse ses milices à agresser le siège de l'UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens) après avoir mobilisé ces mêmes milices pour attaquer la population et les militants.

Il ne fait aucun doute que ce gouvernement, qui a trompé la population au nom de la religion et volé une partie de ses voix, est devenu tellement isolé de sa base électorale qu’il choisit la fuite en avant. Ce gouvernement n’a plus de légitimité politique et l’heure de son départ a sonné, et ce,

► premièrement à cause de ses crimes contre la population et les travailleurs notamment dans les régions de l'intérieur,

► deuxièmement à cause de ses orientations économiques et sociales foncièrement opposées aux aspirations des masses populaires, les seules qui ont un intérêt à changer la situation pour un avenir meilleur, et

► troisièmement parce qu’il a failli et que ses quatre-vingt membres n’ont aucune compétence politique ou spécialisation.


► A bas le gouvernement scélérat qui agit contre les droits de la population, des travailleurs et des syndicats

► Pour la dissolution immédiate des associations des dites "ligues de protection de la révolution" et la condamnation de ses criminels et tous ceux qui les organisent et les financent

► Pour une grève générale et les manifestations pour chasser les nouveaux criminels qui nous asphyxient de la même façon avec laquelle nous avons chassé les criminels qui les ont précédés. ■

Tunis, le 4 décembre 2012
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Sam 8 Déc - 0:32

Sfax : 90% de grévistes

Le Temps,7 décembre 2012 :

La grève générale régionale observée hier, sur une décision de la commission administrative de l’UGTT régionale à Sfax, en riposte aux affrontements violents survenus récemment sur la place M’hammed Ali Hammi, à Tunis, a donné lieu à une véritable démonstration de force de la part de l’organisation syndicale.

La marche qui s’est ébranlée après un rassemblement devant le siège de l’UGTT régionale a réuni dans ses rangs plusieurs milliers de participants, situés entre 45 et 50 mille, estimation partagée par certains observateurs alors que d’autres évaluent leur nombre à un peu plus de trente mille. Difficile à trancher, mais ce qui est sûr, c’est que l’appel à la mobilisation n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, comme en témoignent les impressionnantes files de manifestants rangés sous la bannière de l’UGTT.

En sillonnant les principales artères de la ville au rythme de slogans hostiles au gouvernement, du genre : « Le peuple exige la chute du régime », les participants à la marche se sont arrêtés devant le siège du gouvernorat pour lancer des« dégage », à l’adresse du gouverneur.

Il est à noter qu’en dépit de son caractère monstre, la manifestation s’est déroulée dans un calme remarquable dont les responsables syndicaux s’attribuent le mérite pour avoir assuré l’encadrement requis à ces flots humains.

En l’absence de statistiques officielles concernant le taux d’adhésion à la grève d’hier, l’indice de ralliement massif à la marche pourrait nous servir de base pour supposer que ce taux est élevé. A ce propos, Youssef Aouadni, secrétaire général adjoint auprès de l’UGTT-régionale à Sfax situe le situe à 90% dans les secteurs concernés.

Pour ce qui est du secteur des taxis, de certaines entreprises et surtout des commerces, qui ont ouvert hier, notre interlocuteur précise ce qui suit : « Ce ne sont pas des secteurs concernés par la grève. Le qualificatif de grève générale ne doit pas nous induire en erreur car il ne concerne que les institutions adhérentes à l’UGTT comme les administrations du secteur public, les institutions éducatives et universitaires, et la plupart des entreprises économiques, où nous disposons d’une représentation de l’Union, ce qui n’est pas le cas pour d’autres comme celles relevant de l’UTICA. Par conséquent, il ne faut pas juger de la participation à la grève en tenant compte des commerces et des professions libérales. »

A rappeler que l’UGTT-régionale à Sfax avait tenu une commission administrative mercredi dernier au cours de laquelle, elle a appelé à une grève générale, le jeudi 06 décembre courant, et rendu public un communiqué stigmatisant : « Les actes d’agression verbale et physique perpétrés par des bandes de criminels rangés sous la bannière de ce qui est appelé les Ligues de Protection de la Révolution, à l’encontre de nombreux syndicalistes, portant atteinte au caractère sacré de la commémoration de l’assassinat du leader Farhat Hached »

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Sam 8 Déc - 20:59

La grève générale dans 4 régions

De 70 à 90% de grévistes, d'après l'UGTT.
Un succès indiscutable.

à Sfax



Rassemblement de l'URT de Gafsa le 6 décembre



à Sidi Bouzid




Tozeur
Le secrétaire général de l'Union régionale du travail (UGTT) à Tozeur, Haroun Bouagga, a indiqué ce vendredi 7 décembre que la grève générale dans l'ensemble de la région connait un taux de participation supérieur à 70% dans les collèges et lycées, et supérieur à 80% dans les écoles primaires.

Le taux de participation est de l'ordre de 76% en ce qui concerne le secteur agricole, d'après les première statistiques établies par l'Union régionale du travail.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Roseau le Mar 11 Déc - 16:52

Pour la défense de la révolution tunisienne, solidarité avec la grève générale du 13 décembre !

Déclaration de la IVe Internationale

Jeudi 13 décembre, pour la troisième fois de sa longue histoire, l'UGTT (Union générale tunisienne du travail) appelle à une journée de grève générale. En agissant ainsi, elle ne cherche pas seulement à protester contre l'attaque de son siège national par des milices islamistes, le 4 décembre, elle cherche également à défendre l'avenir même de la révolution.

Si le parti au pouvoir Ennadha lance ses milices à l'assaut des locaux syndicaux, c'est qu'il estime que l'UGTT est la colonne vertébrale de la résistance à sa tentative de soumettre l'ensemble de la société à son modèle réactionnaire et religieux.

Depuis des mois, Ennadha multiplie ses attaques contre les travailleurs, les femmes et les jeunes. Visiblement, le fait d'avoir dû partiellement reculer suite à la grève générale de Siliana, la semaine précédente, a poussé Ennadha à chercher désormais à terroriser les militants syndicaux.

Si Ennadha veut briser l'UGTT, c'est parce la centrale syndicale joue un rôle irremplaçable dans la résistance à la poursuite de la politique économique et sociale néo-libérale héritée de Ben Ali. Le pouvoir veut notamment continuer à pouvoir vendre les sociétés publiques à ses amis du Quatar.

Si Ennadha agit ainsi, c'est aussi parce que l'UGTT, qui a des liens anciens avec les organisations féministes, constitue un obstacle dans sa volonté de remettre en cause les droits étendus dont bénéficient les femmes depuis 1956.

La révolution tunisienne est aujourd'hui à la croisée des chemins. En attaquant le siège de l'organisation syndicale qui a été la matrice du mouvement pour l'indépendance, Ennadha veut instaurer une rupture. Elle veut écrire une nouvelle histoire basée sur des principes réactionnaire et religieux.

La longue tradition de luttes du peuple tunisien rend possible une contre-offensive victorieuse, comme le prouve l'ampleur des grèves régionales et des manifestations qui ont immédiatement suivi l'attaque du siège de l'UGTT le 4 décembre.

La IVe Internationale et ses sections expriment leur solidarité la plus large à la grève générale du jeudi 13 décembre et s’engagent à faire en sorte que s'exprime la solidarité la plus large à cette grève. ■
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  sylvestre le Mar 18 Déc - 9:48

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mar 18 Déc - 21:02

Le président de la Tunisie et des membres du gouvernement accueillis à Sidi Bouzid aux cris de "dégages dégages", malmenés et chahutés, quelques pierres volants bas.

La tension a été extrème lors de cette visite, tout étant prêt à exploser, à tourner à l'émeute.
Rien n'a changé en 2 ans et la base de Ennahada s'use très rapidement en même temps que ses dirigeants et les milices à sa botte deviennent de plus en plus agressives.




Des manifestants et habitants ont récupéré la tribune :



les protestations du front populaire
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mar 18 Déc - 21:09

Siliana,
Pourquoi ? pourquoi ont-ils tiré ?


Le divorce avec Ennahda s'est fait dans la misère maintenue et l'agression sauvage de la police il y a 10 jours provocant plus de 300 blessés. Le nombre de personnes qui risquent de perdre la vue est important, les tirs de grenaille de la police avaient cet objectif de blesser gravement une population ayant voté peu de temps avant pour le parti au pouvoir.

Le divorce est grand .

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Dim 13 Jan - 9:01


Le FMI de retour :
pour la Tunisie: Des prêts oui, mais en échange de réformes libérales

Les hyènes de retour...




Le Japon plus généreux avec la Tunisie que le Qatar

Le prêt du Qatar pour la Tunisie continue à faire polémique au sein des médias tunisiens. En bon prédateur financier, le Qatar a accordé un crédit à la Tunisie beaucoup plus cher que celui du Japon.

Ce constat a été effectué par Houcine Dimassi, ministre des Finances démissionnaire, au cours d’une émission diffusée mercredi 9 janvier sur la chaîne tunisienne Attounissyia tv. Le crédit de 500 millions de dollars du Qatar pour la Tunisie atteint 3.1% , alors que celui du Japon est seulement de 0.5%!!! En proposant des taux aussi bas, le Japon semble plus proche de l’éthique de la finance islamique, que la dictature du Qatar adepte de l’idéologie ultra-libérale et des investissements spéculatifs.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Copas le Mer 16 Jan - 1:12


L'usure

Dégages ! Dégages !

la population accueille ainsi gouvernement islamiste et le leader du parti gouvernemental islamiste Ennahada

Suite à l'incendie criminel qui a ravagé le mausolée de Sidi Bou Saïd, le leader d'Ennahdha Rached Ghannouchi ainsi que le ministre de l'Intérieur Ali Laârayedh se sont rendus dans deux délégations différentes sur les lieux afin de constater les dégâts.

Dès qu'ils ont été reconnus par les habitants de cette banlieue, des "Dégages" ont été lancés à leur encontre, en signe de protestation.
Usure du régime, corruption, milices parallèles, attentats contre des lieux de culte et attaques de sièges de l'UGTT, attaques de meetings d'autres organisations, tentatives d'assassinats, le gouvernement islamistes s'use à grande vitesse en même temps que de vieux chevaux de l'ancien régime remontent à la surface.
Dans plusieurs régions, les difficultés économiques du temps de Ben Ali se sont poursuivies, en même temps que le nouveau régime affectait une morgue provocatrice et usait de violence contre les interrogations, manifestations et grèves de la population.

Marzouki, président, accueilli à Sidi BouSaïd, Dégages ! Dégages ! :




Rached Ghannouchi, Le leader d'Ennahdha , accueilli à Sidi BouSaïd, Dégages ! Dégages ! :



Rafik Abdessalem, ministre des affaires étrangères, accueilli à Sidi BouSaïd, Dégages ! Dégages ! :


avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tunisie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum