4 septembre 1870 : une date à célébrer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

4 septembre 1870 : une date à célébrer ?

Message  sylvestre le Sam 7 Aoû - 15:19

Les questions historiques viennent parfois s'inviter dans le débat de façon surprenante. Ainsi à l'occasion de la manifestation appelée le 4 septembre pour répliquer à l'accentuation du discours xénophobe du gouvernement, la question de signer l'appel collectif se pose pour certaines organisations du fait de la mention du "140ème anniversaire de la république". Droits Devant par exemple explique "Droits devant!! se mobilisera le 4 septembre mais ne signera pas l'appel "Liberté, Egalité, Fraternité", signé par nombre de personnalités, parce que faisant référence à la naissance de la 3ème république de 1870, qui, entre autres turpitudes, massacra la Commune de Paris, condamna Dreyfus et amplifia l'Etat colonial (Indochine, Afrique noire, Maghreb, Madagascar). De plus, cet appel occulte la Première République de septembre 1792, qui fut proclamée suite à la révolution populaire et démocratique du 10 août 1792 et qui engendra la Déclaration de l'Homme et du Citoyen de juin 1793, porteuse d'une "véritable" égalité des droits."


Si on laisse de côté un instant la comparaison avec la première république (qui, si on y pense est aussi responsable de toutes sortes de choses problématiques - c'est par exemple la première république qui rétablit l'esclavage.... en 1802 après l'avoir aboli en 1794), on peut se poser la question de l'analyse de la révolution de septembre 1870. Perso je ne suis pas très convaincu par l'idée d'une différence qualitative avec la proclamation des 1ère, 2ème et 4ème républiques, à savoir des révolutions populaires qui ont eu pour résultat la mise en place d'un système parlementaire, autrement dit démocratique bourgeois. A ce titre, il me semble que les marxistes, suivant Marx et la première internationale, peuvent saluer la révolution du 4 septembre 1870, tout en mesurant ses insuffisances insignes.

Comme elle, nous saluons l'avènement de la république en France; mais ce n'est pas sans éprouver des appréhensions qui, nous l'espérons, se révéleront sans fondement. Cette république n'a pas renversé le trône, mais simplement pris sa place laissée vacante. Elle a été proclamée non comme une conquête sociale, mais comme une mesure de défense nationale. Elle est dans les mains d'un Gouvernement provisoire composé en partie d'orléanistes notoires, en partie de républicains bourgeois, sur quelques-uns desquels l'Insurrection de juin 1848 a laissé son stigmate indélébile. La division du travail entre les membres de ce gouvernement ne présage rien de bon. Les orléanistes se sont saisis des positions fortes : de l'armée et de la police, alors qu'aux républicains déclarés sont échus les ministères où l'on parle. Quelques-uns de leurs premiers actes montrent assez clairement qu'ils ont hérité de l'empire non seulement les ruines, mais aussi la peur de la classe ouvrière. Si, au nom de la république, on promet maintenant, avec des paroles excessives, des choses impossibles, n'est-ce pas par hasard pour qu'on finisse par réclamer un gouvernement « possible» ? Aux yeux de certains bourgeois, qui en ont assumé la charge, la république ne devrait-elle pas par hasard servir de transition à une restauration orléaniste ?

La classe ouvrière française se trouve donc placée dans des circonstances extrêmement difficiles. Toute tentative de renverser le nouveau gouvernement, quand l'ennemi frappe presque aux portes de Paris, serait une folie désespérée [5]. Les ouvriers français doivent remplir leur devoir de citoyens; mais en même temps, ils ne doivent pas se laisser entraîner par les souvenirs nationaux de 1792 [6], comme les paysans français se sont laissé duper par les souvenirs nationaux du premier Empire [7]. Ils n'ont pas à recommencer le passé, mais à édifier l'avenir. Que calmement et résolument ils profitent de la liberté républicaine pour procéder méthodiquement à leur propre organisation de classe. Cela les dotera d'une vigueur nouvelle, de forces herculéennes pour la régénération de la France et pour notre tâche commune, l'émancipation du travail. De leur énergie et de leur sagesse dépend le sort de la république.

( Seconde adresse du Conseil Général sur la guerre franco-allemande, 9 septembre, http://www.marxists.org/francais/ait/1870/09/km18700909.htm )
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4 septembre 1870 : une date à célébrer ?

Message  yannalan le Sam 7 Aoû - 21:20

A l'époqie et dans l'ambiance, peut-être. Là on est en 2010 et on a les bilans.On n'en est plus là.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4 septembre 1870 : une date à célébrer ?

Message  sylvestre le Sam 7 Aoû - 22:41

yannalan a écrit:A l'époqie et dans l'ambiance, peut-être. Là on est en 2010 et on a les bilans.On n'en est plus là.

Mmmm. Mais ne pourrait on pas dire ça de 1917 ? Au moins de février 1917 ? Pour poursuivre mon raisonnement : est-ce qu'on ne peut pas considérer septembre 1870 dans son contenu populaire comme la préfiguration de la Commune de Paris ?

En 1965 Henri Lefèvre consacre un livre au 26 mars 1871, La proclamation de la Commune40. L’événement 4 Septembre y est lu à la lumière de Marx, de Lissagaray et des blanquistes qui y ont participé, comme un conflit entre bourgeois modérés et peuple ouvrier : « le 4 Septembre 1870, cette grande journée historique, se dévoile à nos yeux dans sa singularité. Elle porte le double signe de la spontanéité et de la manœuvre, de l’improvisation fébrile et de l’habileté mûrie, de l’ambiguïté et de la décision qui engage la suite des événements, de l’ampleur dramatique et de l’escroquerie pure et simple. Les masses qui font l’histoire politique sont frustrées du fruit de leurs actes par les spécialistes de la politique. »41

( http://temporalites.revues.org/index283.html )

De toutes façons pour ce qui est de la manif du 4 septembre 2010, de toute évidence la référence à 1870 est venu après coup, ce n'est pas une manif faite à la base pour célébrer la troisième république, ni la république en général. Du coup ça me semble pas franchement crucial de se démarquer de l'appel sur cette base non plus.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4 septembre 1870 : une date à célébrer ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum