NPA et législatives

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Prado le Dim 27 Mai - 22:08

Sparta a écrit:
Pour la ressemblance avec la police de Coca Cola, c'est un fait indéniable. Il y a juste un souci quand cette marque de fabrique est liée positivement à l'anticapitalisme par le biais d'une affiche. Là, il y a un gros problème de discernement politique.

Je crois que tu fais un contresens. Dans cette affiche, Coca Cola est liée négativement au capitalisme, et non positivement à l'anticapitalisme;

Si beaucoup de gens comprennent ainsi cette affiche, c'est sûr qu'il y a un problème !

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Toussaint le Dim 27 Mai - 22:15

les "baveux" sont de sortie : les lambertistes décomposés, façon kushing, les "pablistes" décomposés, façon toussaint.

Je ne reviens que brièvement sur ta manière de déformer le pseudo en y ajoutant "gay", ce qui n'apportait rien à une argumentation, mais se voulait à l'évidence une pique: sinon, pourquoi déformer le nom de celui que tu attaques? Pas homophobe? Nooon, comment peut-on? En plus, pris la main dans le pot à confiture, tu te défends, alors qu'une excuse simple aurait été à la fois correcte et honorable.

Mais traiter des forumeurs de baveux, de décomposés, etc... Cela, ce n'est pas non plus de l'insulte, nooon, comment peut-on? Et cela parce qu'ils n'aiment pas la police de l'affiche de ton parti, et qu'ils osent penser que les signes... signifient... fichtre!! Heureusement que tu n'es pas au pouvoir je me demande ce que tu ferais de tous ces baveux et ces décomposés!!!

Ceci dit, en effet tu te réfères toi-même à 100% à Gauche, et oui, tu as raison au moins sur ce point, déjà à l'époque, cela n'était rien d'autre que le début de l'abandon par touches homéopatiques de tout ce qui affichait la Ligue comme "révolutionnaire", l'officialisation de l'auberge espagnole: cela ne voulait strictement rien dire, sauf que l'on passait de "révolutionnaire" à "de gauche", "vraiment la gauche, pas comme La Gauche, eux ils se disent de gauche mais c'est nous qui sommes la vraie gauche", etc... Très clair... Et, pas vraiment accessoirement, super, cette façon de revenir à un mode de classification qui au fond renvoie au parlementarisme bourgeois. C'est la même logique qui parle de nos jours d'"anticapitalisme", ce qui rassemble joyeusement des gens dont les stratégies et les conceptions sont fort divergentes, du réformisme à la révolution.

Quant à mon "pablisme" décomposé, je serais ravi de voir en quoi il constitue une caractérisation politique autre que méprisante, et un argument dans le cadre de la discussion sur cette affiche. Je serais de plus ravi de savoir en quoi le pablisme (si pablisme il y a, ce dont je doute très fort) est un trait disqualifiant, chose évidemment sous-jacente et constitutrice de la qualification de "baveux". Et tu fais partie de celles et ceux qui parlent d'un "parti large". Tudieu! Avec ce genre de méthode de débat, je vois d'ici l'élargissement durable.

Je veux bien qu'il y ait un "parti communiste révolutionnaire internationaliste" prêt a éclore (et dont les potentialités seraient condamnées par l'attitude du npa) , mais je n'en vois nulle prémisse, ni en france, ni en europe, ni en asie, ni en Afrique, ni en Amérique Chez les martiens peut être ?

Pathétique. C'est exactement le genre de choses que l'on entend lors des grèves... "La situation n'est pas mûre pour une grève générale, cela ne se décrète pas", à quoi, en général la réponse que nous donnions était que cette grève en effet ne se décrétait pas, n'était pas "mûre", mais qu'elle était nécessaire et devait se construire, devenir l'orientation majoritaire du mouvement ouvrier. En effet, il n'y a pas ce genre de parti prêt à éclore. Maintenant cela ne démontre pas qu'il ne soit pas nécessaire d'y travailler. Car se contenter de dire qu'il n'existe pas et en tirer la conclusion qu'il n'y a rien à faire pour qu'il puisse se construire, c'est la solide garantie qu'il n'y aura pas non plus de révolution ouvrière. Ou alors on va repartir vers les débats que je croyais perso tranchés sur le spontanéisme et finalement la thèse menchevike. Ce qui n'est pas infamant, mais c'est le fond du débat, doit-on travailler à construire un parti révolutionnaire? ou est-ce une vessie de plus que quelques obstinés prenons pour une lanterne?


Dernière édition par Toussaint le Dim 27 Mai - 22:42, édité 8 fois
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Toussaint le Dim 27 Mai - 22:18

Sur le fond, cette affiche est de l'humour raté, c'est tout, je pense. Maintenant, on peut aussi penser que c'est d'une finesse géniale, pas moi, je la trouve ratée, point: qui diable va penser aux 1%? Une vérification serait amusante. Ensuite, de là à y voir une stratégie, je ne crois pas ou alors dans le subconscient des concepteurs. Ils ont voulu faire un détournement de police manière Occupy, ben c'est raté pour moi. Pas de quoi se faire insulter ou traiter avec un mépris dont on se demande bien d'où il tire un début de fondement.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Eugene Duhring le Dim 27 Mai - 22:55

Toussaint a écrit:
les "baveux" sont de sortie : les lambertistes décomposés, façon kushing, les "pablistes" décomposés, façon toussaint.

Je ne reviens que brièvement sur ta manière de déformer le pseudo en y ajoutant "gay", ce qui n'apportait rien à une argumentation, mais se voulait à l'évidence une pique: sinon, pourquoi déformer le nom de celui que tu attaques? Pas homophobe? Nooon, comment peut-on? En plus, pris la main dans le pot à confiture, tu te défends, alors qu'une excuse simple aurait été à la fois correcte et honorable.

Mais traiter des forumeurs de baveux, de décomposés, etc... Cela, ce n'est pas non plus de l'insulte, nooon, comment peut-on? Et cela parce qu'ils n'aiment pas la police de l'affiche de ton parti, et qu'ils osent penser que les signes... signifient... fichtre!! Heureusement que tu n'es pas au pouvoir je me demande ce que tu ferais de tous ces baveux et ces décomposés!!!

Ceci dit, en effet tu te réfères toi-même à 100% à Gauche, et oui, tu as raison au moins sur ce point, déjà à l'époque, cela n'était rien d'autre que le début de l'abandon par touches homéopatiques de tout ce qui affichait la Ligue comme "révolutionnaire", l'officialisation de l'auberge espagnole: cela ne voulait strictement rien dire, sauf que l'on passait de "révolutionnaire" à "de gauche", "vraiment la gauche, pas comme La Gauche, eux ils se disent de gauche mais c'est nous qui sommes la vraie gauche", etc... Très clair... Et, pas vraiment accessoirement, super, cette façon de revenir à un mode de classification qui au fond renvoie au parlementarisme bourgeois. C'est la même logique qui parle de nos jours d'"anticapitalisme", ce qui rassemble joyeusement des gens dont les stratégies et les conceptions sont fort divergentes, du réformisme à la révolution.

Quant à mon "pablisme" décomposé, je serais ravi de voir en quoi il constitue une caractérisation politique autre que méprisante, et un argument dans le cadre de la discussion sur cette affiche. Je serais de plus ravi de savoir en quoi le pablisme (si pablisme il y a, ce dont je doute très fort) est un trait disqualifiant, chose évidemment sous-jacente et constitutrice de la qualification de "baveux". Et tu fais partie de celles et ceux qui parlent d'un "parti large". Tudieu! Avec ce genre de méthode de débat, je vois d'ici l'élargissement durable.

Je veux bien qu'il y ait un "parti communiste révolutionnaire internationaliste" prêt a éclore (et dont les potentialités seraient condamnées par l'attitude du npa) , mais je n'en vois nulle prémisse, ni en france, ni en europe, ni en asie, ni en Afrique, ni en Amérique Chez les martiens peut être ?

Pathétique. C'est exactement le genre de choses que l'on entend lors des grèves... "La situation n'est pas mûre pour une grève générale, cela ne se décrète pas", à quoi, en général la réponse que nous donnions était que cette grève en effet ne se décrétait pas, n'était pas "mûre", mais qu'elle était nécessaire et devait se construire, devenir l'orientation majoritaire du mouvement ouvrier. En effet, il n'y a pas ce genre de parti prêt à éclore. Maintenant cela ne démontre pas qu'il ne soit pas nécessaire d'y travailler. Car en effet se contenter de dire qu'il n'existe pas et en tirer la conclusion qu'il n'y a rien à faire pour qu'il puisse se construire, c'est la solide garantie qu'il n'y aura pas non plus de révolution ouvrière. Ou alors on va repartir vers les débats que je croyais perso tranchés sur le spontanéisme et finalement la thèse menchevike. Ce qui n'est pas infamant, mais c'est le fond du débat, a-t-on de construire un parti révolutionnaire? ou est-ce une vessie de plus que des attardés prennent pour une lanterne?
Etant probablement estampillé par la caractérisation de Menvussa de lambertiste décomposé, je partage pleinement ton point de vue et les interventions minables de Menvussa sont à l'image des tentatives désespérées et tous azymut de la direction du NPA (celle qui serait à gauche en opposition à sa droite GA) de trouver des raccourcis pour se sortir du naufrage. Que certains aient retenus le Gay, pour ma part le Klein qui l'accompagne me semble tout aussi honteux. Mais comme dirait son ami Roseau : il n'y a que les coincé, les tristes pour ne pas goûter ce trait d'"humour". Bref, du Menvussa dans toute sa splendeur !
Concernant la grève générale qui ne se décrète pas, nous sommes d'accord là-dessus mais cela n'empêche pas de tenter d'en préparer les conditions. Hors lorsqu'unaniment des camarades répètent à longueur de temps que sur le mouvement des retraites, les confédérations syndicales n'ont rien freiné (ce qui en soi est d'une naïveté sans borne) ... parce qu'il n'y avait rien à freiner, on commet une erreur de taille : celle de présuposer le mouvement des masses avec ce que cela suppose de frein conscient et inconscient, collant à la roue des directions syndicales !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Dim 27 Mai - 22:55

gérard menvussa a écrit:C'est quoi ce gloubi glouba ? Déja tout ceux qui critiquent une affiche du npa ont le droit de le faire. Mais avoir le droit de le faire n'implique pas que cette critique est justifiée, ni pertinente Personnelement, je ne vois pas le rapport que tu fais toi entre "critique du npa" et le fait d'être (ou pas) gays. Sauf que un des roles du npa est de se battre contre l'oppression de genre (dont les préjugés anti gays sont une des composantes) Et il n'y a pas de lien de continuité entre la lcr et le npa (sauf que ceux qui ont dissout la lcr l'ont fait pour se fondre dans le npa) Par exemple le slogan "100% à gauche" ne serait pas adopté par le npa...

Tu ne sais pas ce que tu veux. Tu hésites entre le droit à la critique et la justification de cette même critique. Tu offres une fausse image de quelqu'un qui accepte la critique, car tu t'emprisonnes dans sa justification. Mais, tu te contortionne dans une langue occulte type "Mais avoir le droit de le faire n'implique pas que cette critique est justifiée..." Depuis quand, Gérard, une critique doit être "justifiée". Quel le rôle de cette balise pour un militant qui se veut démocratique, sachant que la justification est elle-même politique, donc, sujette à différence et contradiction ?

Le lien NPA et gay ? C'est plutôt à moi de te poser la question. C'est bien toi qui a fait le lien entre une critique de l'affiche du NPA, par le camarade Dug et Klin et cet emploi péjoratif du mot gay. Tu inverses les rôles. Comme toujours.

Je n'ai rien d'un "stalinien" (mais les insultes révèlent dans ce cas plus sur l'accusateur que sur l'accusé) Quand a donner un support théorique pour la correction politique au npa, je pense que le gros probléme du npa est un probléme de cohérence, mais ce n'est certainement pas en ajoutant encore plus de confusion qu'on va y remédier

Oh, tu sais, cette histoire d'insultes et ...., que c'est lassant. Un proverbe arabe dit : "il était le premier à frapper et le premier à se plaindre". Encore une fois, le gros problème du NPA s'est d'ouvrir sa théorie et sa nature. Ceux, comme toi, qui se référent à la cohérence, veulent maintenir l'aspect "populaire" du NPA. Là où ils peuvent dissoudre le reste de l'héritage révolutionnaire de la LCR.

Les discours opposés ici me semble en général assez incohérents et inconsistants... Le tien tout particulièrement. Je veux bien qu'il y ait un "parti communiste révolutionnaire internationaliste" prêt a éclore (et dont les potentialités seraient condamnées par l'attitude du npa) , mais je n'en vois nulle prémisse, ni en france, ni en europe, ni en asie, ni en Afrique, ni en Amérique Chez les martiens peut être ?

Sa majesté Gérard a jugé : "Les discours opposés ici me semble en général assez incohérents et inconsistants". Le mien tout particulièrement ? Gérard serais-tu mégalomane ? Avant de le vouloir, ce parti communiste révolutionnaire internationaliste, il faudrait commencer déjà par abandonner ta nébuleuse de parti populaire. Il faudrait commencer déjà par abandonner tes volontés de maintenir le NPA dans le carcan d'une nébuleuse politique où règne amalgame comme stratégie et faux-fuyants comme tactique.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Dim 27 Mai - 23:35

Je ne reviens que brièvement sur ta manière de déformer le pseudo en y ajoutant "gay", ce qui n'apportait rien à une argumentation, mais se voulait à l'évidence une pique
L'évidence n'existe que dans ton esprit. Et pour certains, je suis sur que ce n'est même pas le cas, mais uniquement le "plaisir" de monter une "polémique" bien vaine contre moi. Ce qui n'a aucune espèce d'importance... Dans la mesure ou je n'ai aucune espéce d'importance...

Oh, tu sais, cette histoire d'insultes et ...., que c'est lassant. Un proverbe arabe dit : "il était le premier à frapper et le premier à se plaindre".
Je pense effectivement qu'on ne peut guère se plaindre de recevoir des coups quand on se plait à en donner... Comme le disait Kateb Yacine dans "le poète comme boxeur"... Et personnellement, je pense que certains coups touchent plus que d'autres Même pas mal !
C'est bien toi qui a fait le lien entre une critique de l'affiche du NPA, par le camarade Dug et Klin et cet emploi péjoratif du mot gay.
Je suis intervenu un nombre considérable de fois, je met quiconque au défis de me citer une seule fois où j'aurais utilisé le mot "gay" de façon péjorative... On peut tourner les choses comme on veut, relire le passage tant est plus le sens "péjoratif" du mot gay ressort d'une interprétation totalement subjective... De VOTRE interprétation

Par contre j'ai traité Toussaint de "pabliste décomposé" Et Achille d'"AgentProvocateur" au service du capital (ou de je ne sais plus qui d'autre) Au moins, on sait où je trouve mon inspiration... Dans le petit "dictionnaire de l'injure politique" section "injure entre trotskystes"... Puisque le Trotskysme a au moins servi à ça : augmenter la palette des insultes...

Pour en revenir a plus sérieux l'intervention de Toussaint est plus


Pathétique. C'est exactement le genre de choses que l'on entend lors des grèves... "La situation n'est pas mûre pour une grève générale, cela ne se décrète pas", à quoi, en général la réponse que nous donnions était que cette grève en effet ne se décrétait pas, n'était pas "mûre", mais qu'elle était nécessaire et devait se construire, devenir l'orientation majoritaire du mouvement ouvrier. En effet, il n'y a pas ce genre de parti prêt à éclore. Maintenant cela ne démontre pas qu'il ne soit pas nécessaire d'y travailler. Car se contenter de dire qu'il n'existe pas et en tirer la conclusion qu'il n'y a rien à faire pour qu'il puisse se construire, c'est la solide garantie qu'il n'y aura pas non plus de révolution ouvrière. Ou alors on va repartir vers les débats que je croyais perso tranchés sur le spontanéisme et finalement la thèse menchevike. Ce qui n'est pas infamant, mais c'est le fond du débat, doit-on travailler à construire un parti révolutionnaire? ou est-ce une vessie de plus que quelques obstinés prenons pour une lanterne?

Je me souviens de quelqu'un qui parlait de la dialectique du possible et du nécessaire d'une façon tout aussi désabusée que moi. Tout d'abord, que cette création soit nécessaire est une évidence. Mais cela n'implique en aucun cas qu'elle soit possible dans la séquence historique ouverte, d'autant plus dans le cas présent... En tout cas, si quelqu'un a une idée de comment construire un "parti révolutionnaire", vraiment, qu'il le fasse vite savoir. Mais il me semble sans insulter personne, que pas plus Toussaint qu'un autre n'a idée de la façon de procéder... Ce qui encourage au moins à la modestie.

Un "parti révolutionnaire", c'est un parti qui sait comment agir, comment s'orienter, comment faire dans un tremblement de terre social, qui charrie classes sociales, violence, etc. Bref, quelque chose qui "secoue", et qui secoue vivement. Pas une seconde je n'ai pensé que le npa pouvait être cela, voir même une ouverture vers cela ! Et de même pour l'union communiste (mais d'une façon différente, les deux groupes étant "centriste" d'une façon très différente)

De façon internationale, cela fait 30 ans qu'on a pas connu de révolution (depuis les exploits sandinistes) Et la fin de cette dernière a été amer (les sandinistes se transformant in fine en crapules répugnantes) Cela ne peut pas ne pas jouer sur la façon et la conscience de former un parti révolutionnaire. De fait, il n'existe pas d'expérience appropriable dans le monde. Les révolutions arabes en cours soulévent autant de questions qu'elles n'apportent de réponses. Les différents mouvements (indignados en espagne et en catalogne, 99% aux usa) de révolte informelle sont un encouragement a agir, a lutter, mais ne permettent en rien de comprendre comment former des organisations révolutionnaires...

Je ne suis pas sur de connaitre ce temps de "révolution" Mais j'aimerais au moins connaitre une organisation capable non de "chevaucher le dos du tigre", mais au moins de résister. De "ne pas plier"... Et même là, ce n'est pas si évident que ça ! Evidemment, rien a trouver du coté du "front de gauche", bâti sur une "dynamique" uniquement électorale, adossée a un individu (douteux) et à un parti (au passé lourdement chargé) Ne croyant guère aux miracle, la "transcroissance" de ce machin me semble tout a fait douteuse... Mais bon, sans croyance aux miracles, l'avenir du npa est tout aussi noir. Pour quoi a la place ? Une "union communiste (trotskyste) figée dans les années 50, un front de gauche outil de seuls ambitions législative (et municipales)... J'ai du mal a voir l'avancée la dedans...



avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Copas le Dim 27 Mai - 23:52


gérard menvussa a écrit:Sous la question des "régles de communication ", je pense que Copas ne sait pas ce qu'il dit ! Depuis quand n'a t on pas le droit (et je dirait l'obligation POLITIQUE) d'utiliser une police de caractére "surprenante" pour retenir l'attention de l'auditoire ? Cher Copas, je crois que chaque année a l'université d'été on fait des ateliers "réalisation d'affiche". Je t'engage a y participer..

Bon ce n'est pas le sujet, mais c'est toi qui devrai faire un petit effort, la moitié des affiches que tu cites sont illisibles, sauf pour ceux qui les font.

Le problème n'est pas l'utilisation d'une police surprenante, mais le mélange indigeste, il y a anti et capitaliste de l'autre, parce que 2 polices sont utilisées. Les initiés sont contents, ceux qui passent devant, on peut s'interroger.

Il y a des règles de présentation qui existent depuis des siècles, ça ne signifie pas que l'originalité de la présentation ne peut exister mais qu'elle se coule dans des règles précises.
Depuis qu'existent des programmes avec des tas de polices de toutes les tailles, on a des trucs illisibles souvent. Il faut donc faire effort à minima de se poser la question de comment un msg est perçu.

Par ailleurs, bien, bon, l'efficacité des affiches, à voir...

Mais ce n'est pas grave.

Mais je continue de penser que la formule en haut à droite est curieuse.

ceci étant dit la bouille de notre camarade Poutoux est plus claire comme message : Anticapitaliste, ouvrier (même si ça fait chier certains), révolutionnaire, pour le pouvoir des travailleurs, militant d'une lutte importante de travailleurs qui a fait une unité telle qu'elle est globalement souhaitable (les deux derniers points ont été insuffisamment utilisés par le NPA).

Le reste...

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Lun 28 Mai - 1:12

gérard menvussa a écrit:
Je ne reviens que brièvement sur ta manière de déformer le pseudo en y ajoutant "gay", ce qui n'apportait rien à une argumentation, mais se voulait à l'évidence une pique
L'évidence n'existe que dans ton esprit. Et pour certains, je suis sur que ce n'est même pas le cas, mais uniquement le "plaisir" de monter une "polémique" bien vaine contre moi. Ce qui n'a aucune espèce d'importance... Dans la mesure ou je n'ai aucune espéce d'importance...

Oh, tu sais, cette histoire d'insultes et ...., que c'est lassant. Un proverbe arabe dit : "il était le premier à frapper et le premier à se plaindre".
Je pense effectivement qu'on ne peut guère se plaindre de recevoir des coups quand on se plait à en donner... Comme le disait Kateb Yacine dans "le poète comme boxeur"... Et personnellement, je pense que certains coups touchent plus que d'autres Même pas mal !
C'est bien toi qui a fait le lien entre une critique de l'affiche du NPA, par le camarade Dug et Klin et cet emploi péjoratif du mot gay.
Je suis intervenu un nombre considérable de fois, je met quiconque au défis de me citer une seule fois où j'aurais utilisé le mot "gay" de façon péjorative... On peut tourner les choses comme on veut, relire le passage tant est plus le sens "péjoratif" du mot gay ressort d'une interprétation totalement subjective... De VOTRE interprétation

Par contre j'ai traité Toussaint de "pabliste décomposé" Et Achille d'"AgentProvocateur" au service du capital (ou de je ne sais plus qui d'autre) Au moins, on sait où je trouve mon inspiration... Dans le petit "dictionnaire de l'injure politique" section "injure entre trotskystes"... Puisque le Trotskysme a au moins servi à ça : augmenter la palette des insultes...

Pour en revenir a plus sérieux l'intervention de Toussaint est plus


Pathétique. C'est exactement le genre de choses que l'on entend lors des grèves... "La situation n'est pas mûre pour une grève générale, cela ne se décrète pas", à quoi, en général la réponse que nous donnions était que cette grève en effet ne se décrétait pas, n'était pas "mûre", mais qu'elle était nécessaire et devait se construire, devenir l'orientation majoritaire du mouvement ouvrier. En effet, il n'y a pas ce genre de parti prêt à éclore. Maintenant cela ne démontre pas qu'il ne soit pas nécessaire d'y travailler. Car se contenter de dire qu'il n'existe pas et en tirer la conclusion qu'il n'y a rien à faire pour qu'il puisse se construire, c'est la solide garantie qu'il n'y aura pas non plus de révolution ouvrière. Ou alors on va repartir vers les débats que je croyais perso tranchés sur le spontanéisme et finalement la thèse menchevike. Ce qui n'est pas infamant, mais c'est le fond du débat, doit-on travailler à construire un parti révolutionnaire? ou est-ce une vessie de plus que quelques obstinés prenons pour une lanterne?

Je me souviens de quelqu'un qui parlait de la dialectique du possible et du nécessaire d'une façon tout aussi désabusée que moi. Tout d'abord, que cette création soit nécessaire est une évidence. Mais cela n'implique en aucun cas qu'elle soit possible dans la séquence historique ouverte, d'autant plus dans le cas présent... En tout cas, si quelqu'un a une idée de comment construire un "parti révolutionnaire", vraiment, qu'il le fasse vite savoir. Mais il me semble sans insulter personne, que pas plus Toussaint qu'un autre n'a idée de la façon de procéder... Ce qui encourage au moins à la modestie.

Un "parti révolutionnaire", c'est un parti qui sait comment agir, comment s'orienter, comment faire dans un tremblement de terre social, qui charrie classes sociales, violence, etc. Bref, quelque chose qui "secoue", et qui secoue vivement. Pas une seconde je n'ai pensé que le npa pouvait être cela, voir même une ouverture vers cela ! Et de même pour l'union communiste (mais d'une façon différente, les deux groupes étant "centriste" d'une façon très différente)

De façon internationale, cela fait 30 ans qu'on a pas connu de révolution (depuis les exploits sandinistes) Et la fin de cette dernière a été amer (les sandinistes se transformant in fine en crapules répugnantes) Cela ne peut pas ne pas jouer sur la façon et la conscience de former un parti révolutionnaire. De fait, il n'existe pas d'expérience appropriable dans le monde. Les révolutions arabes en cours soulévent autant de questions qu'elles n'apportent de réponses. Les différents mouvements (indignados en espagne et en catalogne, 99% aux usa) de révolte informelle sont un encouragement a agir, a lutter, mais ne permettent en rien de comprendre comment former des organisations révolutionnaires...

Je ne suis pas sur de connaitre ce temps de "révolution" Mais j'aimerais au moins connaitre une organisation capable non de "chevaucher le dos du tigre", mais au moins de résister. De "ne pas plier"... Et même là, ce n'est pas si évident que ça ! Evidemment, rien a trouver du coté du "front de gauche", bâti sur une "dynamique" uniquement électorale, adossée a un individu (douteux) et à un parti (au passé lourdement chargé) Ne croyant guère aux miracle, la "transcroissance" de ce machin me semble tout a fait douteuse... Mais bon, sans croyance aux miracles, l'avenir du npa est tout aussi noir. Pour quoi a la place ? Une "union communiste (trotskyste) figée dans les années 50, un front de gauche outil de seuls ambitions législative (et municipales)... J'ai du mal a voir l'avancée la dedans...

En plus sérieux, tu es sceptique à l'extrême. D'une part, tu veux du noir, mais, tu n'as que du blanc. Je m'explique. Tu veux d'un parti ouvrier révolutionnaire, ne serait-ce que celui qui "résiste",mais "ce n'est pas si évident que ça". Tu cherches quelqu'un qui sache en produire un, mais tu ne le trouves pas. Il y a bien des tentatives par-ci, par-là, "mais ne permettent en rien de comprendre comment former des organisations révolutionnaires". Tu sembles t'écrouler de fatalité. En conclusion, qu'est ce que tu proposes ? Qu'on abandonne ?

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Lun 28 Mai - 1:35

En plus sérieux, tu es sceptique à l'extrême
Sans doute !

Tu sembles t'écrouler de fatalité. En conclusion, qu'est ce que tu proposes ? Qu'on abandonne ?
Le fatalisme, non. Mais en partie, on ne peut que répondre a des éléments qu'on ne controle qu'en partie. A mon avis si on construisait déja des partis capable de résister (qui ne seraient pas forcément des "partis révolutionnaire" pur jus, capable de "poser la question du pouvoir") on serait déja en progrés. Parce que pour l'instant, on ne peut pas dire qu'on en soit là !


Bon ce n'est pas le sujet, mais c'est toi qui devrai faire un petit effort, la moitié des affiches que tu cites sont illisibles, sauf pour ceux qui les font.

Exact ! Et la moitié, tu es encore gentil ! Et la je ne parle que des affiche du npa ou de feue la lcr, mais les affiches de lo sont pas terrible non plus, idem pour celles du poi ou du front de gauche...

Concernant la grève générale qui ne se décrète pas, nous sommes d'accord là-dessus mais cela n'empêche pas de tenter d'en préparer les conditions.

Il y a une différence (de taille) entre une "gréve générale" et un "parti révolutionnaire", mais passons. En général une "gréve générale" est un instant plutot rare dans notre pays (combien de "gréve générale" durant les 30 dernières années ?) et plutot imprévisible. Je suis convaincu que si on avait misé sur la GG en janvier 68, on se serait fait une fortune chez les bookmakers... De telle sorte que j'aimerais bien qu'on me dise ce que cela veut dire "préparer la gréve générale" alors qu'on a aucune idée de la façon dont elle arrivera, et même si elle arrivera....
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Roseau le Lun 28 Mai - 4:51

gérard menvussa a écrit: Je suis convaincu que si on avait misé sur la GG en janvier 68, on se serait fait une fortune chez les bookmakers... De telle sorte que j'aimerais bien qu'on me dise ce que cela veut dire "préparer la gréve générale" alors qu'on a aucune idée de la façon dont elle arrivera, et même si elle arrivera....
Justement c'est faux.
En Janvier 68, à la JCR, au moins (les autres orgas je ne me souviens plus...),
que j'avais rejoins à l'automne 67,
on comptait bien sur une réaction massive de la classe contre les ordonances de De Gaulle contre la Sécu.
Et on faisait tout pour embraser la jeunesse,
y compris en s'en prenant violemment aux intérêts US,
en solidarité absolue et sans condition avec les combattants vietnamiens.
Et notre journal, "Avant-Garde Jeunesse", sorti à la fin de l'hiver, titrait justement,
"De la révolte à la révolution".
Les batailles très dures des travailleurs à Caen (Saviem)- et ailleurs je ne sais plus où-
nous semblaient annonciatrices aussi.
Preuve que les luttes, y compris la grève générale, ça se prépare,
on avait même mis dans le même canard les instructions pour faire un bon cocktail Molotov...
qui a sans doute été un des plus utiles...
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Lun 28 Mai - 8:14

gérard menvussa a écrit:
Il y a une différence (de taille) entre une "gréve générale" et un "parti révolutionnaire", mais passons. En général une "gréve générale" est un instant plutot rare dans notre pays (combien de "gréve générale" durant les 30 dernières années ?) et plutot imprévisible. Je suis convaincu que si on avait misé sur la GG en janvier 68, on se serait fait une fortune chez les bookmakers... De telle sorte que j'aimerais bien qu'on me dise ce que cela veut dire "préparer la gréve générale" alors qu'on a aucune idée de la façon dont elle arrivera, et même si elle arrivera....

Absolument, on ne peut comparer la grève au parti révolutionnaire. Comme disait Lénine : la grève est l'école de la guerre, mais pas la guerre. Ce sont deux éléments de nature différente : l'un comme moyen de lutte, l'autre comme instrument politique dans la lutte. Même si la grève générale est imprévisible (au sens humain), elle est d'une dialectique immense, car elle est liée au développement inégal et combiné de la conscience des travailleurs et des contradictions au sein du capitalisme. Le parti révolutionnaire est primordial dans une phase de vague de grèves répandues plus ou moins dans le pays. C'est à lui qu'incombe le rôle de transcroitre cette vague de grèves en véritable "grève générale". Et, c'est à lui aussi qu'incombe le rôle de trancroitre cette grève générale en véritable insurrection politique ouvrière. Pour cela, il faudra un parti qui battra politiquement les bureauraties ouvrières qui en bloquent le chemin. Si la grève générale survient sponténément (imprévisible), c'est que le parti révolutionnaire n'était pas là. Les travailleurs ont pris les commandes tous seuls (chose que je ne blâme pas). Le parti n'avait rien vu venir.

Lénine : "Les formes essentielles du mouvement de décembre, à Moscou ont été la grève pacifique et les manifestations. L'immense majorité des ouvriers n'a participé activement qu'à ces formes de lutte. Mais précisément le mouvement de décembre, à Moscou, a montré de façon éclatante que la grève générale, comme forme indépendante et principale de lutte, a fait son temps; que le mouvement déborde avec une force spontanée, irrésistible, ces cadres trop étroits, donnant naissance à la forme suprême de la lutte : l'insurrection."

En Guadeloupe, le LKP a lancé une "grève générale", le 10 mai 2012.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Lun 28 Mai - 8:40

Roseau a écrit:
gérard menvussa a écrit: Je suis convaincu que si on avait misé sur la GG en janvier 68, on se serait fait une fortune chez les bookmakers... De telle sorte que j'aimerais bien qu'on me dise ce que cela veut dire "préparer la gréve générale" alors qu'on a aucune idée de la façon dont elle arrivera, et même si elle arrivera....
Justement c'est faux.
En Janvier 68, à la JCR, au moins (les autres orgas je ne me souviens plus...),
que j'avais rejoins à l'automne 67,
on comptait bien sur une réaction massive de la classe contre les ordonances de De Gaulle contre la Sécu.
Et on faisait tout pour embraser la jeunesse,
y compris en s'en prenant violemment aux intérêts US,
en solidarité absolue et sans condition avec les combattants vietnamiens.
Et notre journal, "Avant-Garde Jeunesse", sorti à la fin de l'hiver, titrait justement,
"De la révolte à la révolution".
Les batailles très dures des travailleurs à Caen (Saviem)- et ailleurs je ne sais plus où-
nous semblaient annonciatrices aussi.
Preuve que les luttes, y compris la grève générale, ça se prépare,
on avait même mis dans le même canard les instructions pour faire un bon cocktail Molotov...
qui a sans doute été un des plus utiles...

Tous les dirigeants des jcr de l'époque ont expliqué* comment la greve générale les avait surpris (agréablement) C'est ce qui signe un événement "révolutionnaire" (puisque si mai 68 n'était pas "la" révolution, elle ouvrait une période de confrontation qui permettait de "poser la question du pouvoir" a nouveaux frais) ; c'est qu'il ne ressemble a rien de "connu" (et c'est pour cela que le "parti révolutionnaire" doit etre trés solide)

Pour la période de mai 68 analysé par le courant JCR et sa continuation . Bensaid D., Krivine A., Mai si! 1968-1988: rebelles et repentis Relire également les bouquins de Krivine et de Bensa....

Mis a part ça, la création de la jcr se fait dans un tout autre contexte national et international. Tout d'abord la révolution a cuba, les événements de la guerre d'algérie et la guerre du vietnam (ou la plus grande puissance impérialiste est tenue en échec) L'heure des brasiers en amérique latine. Bientot mai 68 en france, et le "mai rampant" en Italie... Plus une montée assez impérieuse du mouvement révolutionnaire en europe (en allemagne, italie, espagne, et bien entendu france)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Roseau le Lun 28 Mai - 14:07

gérard menvussa a écrit: et c'est pour cela que le "parti révolutionnaire" doit etre trés solide)
Surprise, c'est un ingrédient évident. Mais c'était aussi la perspective.

La mobilisation générale de la classe, c'est comme de gagner la coupe de France.
Pas écrit d'avance. Ca se prépare. C'est pas seulement la surprise, c'est pas le Loto.

L'important, c'est d'être d'accord sur la nécessité de ce "parti révolutionnaire" très solide.
Pas facile car il se construit dans un contexte (non révo) pour un autre contexte (révo).
Il y a plus de raisons de se révolter qu'en 68, ont dit Bensa comme Krivine.
Objectivement, c'est de plus en plus vrai, tous les jours, dans la crise en cours.
Reste à construire le sujet: le parti révolutionnaire.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Toussaint le Mar 29 Mai - 1:33

Bien sûr que la grève nous avait surpris...

On a beau affirmer qu'une chose est possible, qu'elle est la perspective nécessaire, et être surpris de la voir se concrétiser. Une part de la surprise vient à mon avis de notre large extériorité à la classe ouvrière de l'époque. Quant à savoir ce que "pensait" la JCR de cette époque, il y a surtout "Mai 68 une répétition générale".

Ensuite, évidemment que la grève générale et le parti révolutionnaire sont des choses différentes, à tous égards. Sauf sur un point, elles sont une perspective à construire et vers laquelle il faut tendre, qui plombent le travail politique d'une organisation se disant révolutionnaire. Au contraire des élections.

Alors, oui, il y a des situations dans lesquelles les élections sont utiles, mais elles sont en général l'occasion de développer le programme, éventuellement de présenter un front des révolutionnaires, mais elles sont strictement subordonnées à la construction d'un courant révolutionnaire indépendant des réformistes, et de tous les réformistes, pas seulement des pires des réformistes, pires au point de n'être même plus réformistes. Oui, il était juste de se présenter contre Duclos, qui faisait 20% et représentait un parti autrement plus implanté, voire hégémonique, dans la classe que le FDG qui n'est pas vraiment beaucoup plus à gauche que le parti d'Epinay.

La phrase de Trotsky sur le rapport entre la crise de l'humanité et la question du parti révolutionnaire a été vérifiée de multiples fois, et elle continue de se vérifier chaque jour. Si le NPA n'avait aucune utilité pour avancer vers un tel parti, alors, honnêtement, je ne vois pas l'ombre du début d'un soupçon de justification de sa création. Je ne veux pas dire qu'il faut le détruire, ou simplement tirer le rideau, ce serait suicidaire, mais franchement si ce n'est pas pour avancer vers une organisation révolutionnaire forte, je ne vois pas de différence qualitative avec la démarche de la GA-U et la perspective du FDG. Certes il ne s'y trouve pas la bureaucratie stalinienne, mais pas non plus les forces du PC. Certes, on n'a pas les écolos au FDG, mais bon, il finira par y en avoir, notamment en y entrant. Certes il ne se dt pas vraiment résolu à renverser le capitalisme, mais bon, le nombre peut pallier quelques inconvénients et donner un vivier plus poissonneux... La GA-U se trompe si on a en perspective la cnstruction d'un aprti révolutionnaire. Sinon, elle a raison.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Mar 29 Mai - 8:17

Roseau a écrit:
gérard menvussa a écrit: et c'est pour cela que le "parti révolutionnaire" doit etre trés solide)
Surprise, c'est un ingrédient évident. Mais c'était aussi la perspective.

La mobilisation générale de la classe, c'est comme de gagner la coupe de France.
Pas écrit d'avance. Ca se prépare. C'est pas seulement la surprise, c'est pas le Loto.

L'important, c'est d'être d'accord sur la nécessité de ce "parti révolutionnaire" très solide.
Pas facile car il se construit dans un contexte (non révo) pour un autre contexte (révo).
Il y a plus de raisons de se révolter qu'en 68, ont dit Bensa comme Krivine.
Objectivement, c'est de plus en plus vrai, tous les jours, dans la crise en cours.
Reste à construire le sujet: le parti révolutionnaire.

Camarade Roseau, tu as trouvé un certain SMIG politique avec Gérard sur la question du parti révo... enfin, sur le "très solide". Le problème est que, du côté de Gérard, il ne trouve rien, dans les envirants "éco-politiques" actuelles, qui augure de la construction de ce parti révolutionnaire. Tout est scepticisme chez lui. Mais foi, ce SMIG politique a, quand même, la qualité de lui convenir. Pour une fois.

... Sauf sur un point, elles sont une perspective à construire et vers laquelle il faut tendre, qui plombent le travail politique d'une organisation se disant révolutionnaire. Au contraire des élections.

Ca résume tout.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Mar 29 Mai - 9:57

Si le NPA n'avait aucune utilité pour avancer vers un tel parti, alors, honnêtement, je ne vois pas l'ombre du début d'un soupçon de justification de sa création. Je ne veux pas dire qu'il faut le détruire, ou simplement tirer le rideau, ce serait suicidaire, mais franchement si ce n'est pas pour avancer vers une organisation révolutionnaire forte, je ne vois pas de différence qualitative avec la démarche de la GA-U et la perspective du FDG.

Je n'ai jamais dit que "la perspective" était fausse. Ce qui est faux, c'est la perspective de construire "immédiatement" le parti révolutionnaire... Si le npa avait un sens, c'était de passer par un regroupement de tous ceux qui voulaient lutter CONTRE le capitalisme (et non pas pour "un capitalisme a visage humain", "un altercapitalisme", contre "les banques" (mais pour l'industrie") contre "le libéralisme" (mais pas un capitalisme "dirigiste") etc) Et c'était corrélé à la perspective d'affrontements avec la bourgeoisie, affrontements qui feraient passer un "sas" qualitatif"

Un peu comme il y a quelque temps, un des courants issus de CPS avançait "la situation est révolutionnaire" (ou "pré révolutionnaire", je ne sais plus) Je n'ai rien CONTRE le fait de constater une situation révolutionnaire, mais nous n'y étions pas... Or de même la météorologie politique n'est pas au beau fixe : on a plutot un temps pluvieux, traversé de quelques éclaircies et d'ondées ravageuses.

C'est dans ce cadre là qu'on doit juger de la stratégie a mener. Et avoir une pensée stratégique implique de savoir où on va (donc la perspective révolutionnaire, et le parti qui va avec) Mais ce n'est qu'un des éléments. On peut savoir où on va sans jamais avancer d'un pas dans cette direction. Est ce qu'on a avancé depuis 2008 ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Mar 29 Mai - 12:45

gérard menvussa a écrit:
Si le NPA n'avait aucune utilité pour avancer vers un tel parti, alors, honnêtement, je ne vois pas l'ombre du début d'un soupçon de justification de sa création. Je ne veux pas dire qu'il faut le détruire, ou simplement tirer le rideau, ce serait suicidaire, mais franchement si ce n'est pas pour avancer vers une organisation révolutionnaire forte, je ne vois pas de différence qualitative avec la démarche de la GA-U et la perspective du FDG.

Je n'ai jamais dit que "la perspective" était fausse. Ce qui est faux, c'est la perspective de construire "immédiatement" le parti révolutionnaire... Si le npa avait un sens, c'était de passer par un regroupement de tous ceux qui voulaient lutter CONTRE le capitalisme (et non pas pour "un capitalisme a visage humain", "un altercapitalisme", contre "les banques" (mais pour l'industrie") contre "le libéralisme" (mais pas un capitalisme "dirigiste") etc) Et c'était corrélé à la perspective d'affrontements avec la bourgeoisie, affrontements qui feraient passer un "sas" qualitatif"

Un peu comme il y a quelque temps, un des courants issus de CPS avançait "la situation est révolutionnaire" (ou "pré révolutionnaire", je ne sais plus) Je n'ai rien CONTRE le fait de constater une situation révolutionnaire, mais nous n'y étions pas... Or de même la météorologie politique n'est pas au beau fixe : on a plutot un temps pluvieux, traversé de quelques éclaircies et d'ondées ravageuses.

C'est dans ce cadre là qu'on doit juger de la stratégie a mener. Et avoir une pensée stratégique implique de savoir où on va (donc la perspective révolutionnaire, et le parti qui va avec) Mais ce n'est qu'un des éléments. On peut savoir où on va sans jamais avancer d'un pas dans cette direction. Est ce qu'on a avancé depuis 2008 ?

Pardonnes-moi Gérard de mêler toujours mon cheveu à ta soupe. La perspective de la construction d'un parti révolutionnaire est permanente. Elles est valable pour aujourd'hui, demain et même après demain et plus tard. Même si les conditions météo sont hostiles, la pespective est toujours de mise. Je crains que tu ne confondes la perspective de construire ce parti révolutionnaire et la capacité à le construire. La perspective n'est pas une question de temporalité (immédiatement ou après), mais de nécessité quotidienne. Que des camarades aient senti le pré-révolutionnaire ou le révolutionnaire dans la situation, comme tu dis, là n'est pas le problème. Le problème est dans l'abandon de cette perspective de construction du parti révolutionnaire ou sa remise à plus tard (jusqu'à de bonnes conditions météo).

Si le npa avait un sens, c'était de passer par un regroupement de tous ceux qui voulaient lutter CONTRE le capitalisme...

Là, encore, rebondit cette préface du parfait flou politique. Le NPA est passé à côté des choses révolutionnaires parce que, justement, il était le regroupement qui voulait lutter contre le capitalisme... mais pas le renverser. Le reste de ta description, à mon avis, est juste

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Mar 29 Mai - 14:07

Je crains que tu ne confondes la perspective de construire ce parti révolutionnaire et la capacité à le construire.
Parce que la perspective de construire un parti révolutionnaire et la capacité de le faire ne se confondent pas ? C'est une vision totalement idéaliste (donc petite bourgeoise) de la construction d'un tel outil que tu développesOr fort est de constater que le "trotskystme" (quelque soit le sens multiple qu'on donne a cette désignation) s'est totalement planté dans cette tâche (pourtant fondamentale) D'ou deux conséquences (excusives l'une de l'autre) : soit il faut abandonner notre "facon de faire", soit on doit abandonner la perspective même de fonder un parti révolutionnaire. Ma réponse est que la seconde réponse est inapropriée...

On arrivera JAMAIS a construire "un parti révolutionnaire", ni en proclamant l'urgence de sa création (ce qui est vrai, mais ne solutionne en rien la question de la méthodologie) ni en se racontant des histoires...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Mar 29 Mai - 15:26

gérard menvussa a écrit:
Je crains que tu ne confondes la perspective de construire ce parti révolutionnaire et la capacité à le construire.
Parce que la perspective de construire un parti révolutionnaire et la capacité de le faire ne se confondent pas ? C'est une vision totalement idéaliste (donc petite bourgeoise) de la construction d'un tel outil que tu développesOr fort est de constater que le "trotskystme" (quelque soit le sens multiple qu'on donne a cette désignation) s'est totalement planté dans cette tâche (pourtant fondamentale) D'ou deux conséquences (excusives l'une de l'autre) : soit il faut abandonner notre "facon de faire", soit on doit abandonner la perspective même de fonder un parti révolutionnaire. Ma réponse est que la seconde réponse est inapropriée...

On arrivera JAMAIS a construire "un parti révolutionnaire", ni en proclamant l'urgence de sa création (ce qui est vrai, mais ne solutionne en rien la question de la méthodologie) ni en se racontant des histoires...

Tout d'adord, on ne se raconte pas des histoires... nous essayons ensemble de faire l'Histoire même si notre façon de conjuguer nos efforts part un peu sur la divergence. Je t'avoue que je suis idéaliste révolutionnaire. Construire un parti révolutionnaire est un acte qui ne peut connaitre de repos ou attendre exclusivement des percées de luttes qui, bien sûr, constituent l'instant idéal pour le renforcement de ce parti. Mais, fondamentalement, ta conception est attentiste et circonstancielle. Si le "trotskysme" s'est totalement "planté", Gérard, c'est pour d'autres raisons, notamment, la déclinaison politique des partis dits "trotskystes" et l'hégémonie politique des bureaucraties ouvrières.

Sinon, les travailleurs n'ont jamais cessé de se battre et comment expliquer alors la non construction de ce parti ? Dans d'autres pays du monde, il y a eu des situations qui valident ta météo et, pourtant, aucun parti révolutionnaire (comme tu le définis) n'est construit. La Tunisie, l'Egypte, la Grèce sont assez visibles comme météo valable pour ça, et pourtant. Doit-on attendre les situations pré-révolutionnaires ou révolutionnaires pour commencer à construire ce parti ? Dans ce cas, Gérard, mettons-nous en veilleuse et atendons. Dans ce cas, il n' y a plus rien à reprocher au NPA et autres. Ce n'est pas la bonne conjoncture. Personne n'est responsable. C'est la faute de la météo.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Sparta le Jeu 31 Mai - 8:16

Pour revenir au sujet, le NPA ainsi que le FdG n'ont-ils pas implicitement appelé à voter Hollande en se cachant derrière le vote "contre Sarkosy". C'est à peu près ce que j'essaie de dire depuis le début, se cloîter dans les "Contre la droite", "Contre l'extrême droite", "Contre l'austérité de Hollande" sous-entend toujours la logique de la sanction de "ceci", sur le terrain des élections, sans proposer "cela", sur le terrain de la lutte des classes.

Je pense que le NPA doit beaucoup plus utiliser sa campagne, non pas pour être contre la droite ou l'extrême droite ou l'austérité de Hollande ou les licenciements ou autres, mais à lancer un appel à une véritable réorganisation indépendante de la classe ouvrière, à la grève générale, au contrôle ouvrier... Cette élection n'est pas une tribune pour valider des revendications ou les rappeler, mais une rampe de lancement d'une batterie d'appels à la lutte... à la lutte des classes.

avatar
Sparta

Messages : 229
Date d'inscription : 05/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Copas le Jeu 31 Mai - 13:17

Sparta a écrit:Pour revenir au sujet, le NPA ainsi que le FdG n'ont-ils pas implicitement appelé à voter Hollande en se cachant derrière le vote "contre Sarkosy". C'est à peu près ce que j'essaie de dire depuis le début, se cloîter dans les "Contre la droite", "Contre l'extrême droite", "Contre l'austérité de Hollande" sous-entend toujours la logique de la sanction de "ceci", sur le terrain des élections, sans proposer "cela", sur le terrain de la lutte des classes.

Je pense que le NPA doit beaucoup plus utiliser sa campagne, non pas pour être contre la droite ou l'extrême droite ou l'austérité de Hollande ou les licenciements ou autres, mais à lancer un appel à une véritable réorganisation indépendante de la classe ouvrière, à la grève générale, au contrôle ouvrier... Cette élection n'est pas une tribune pour valider des revendications ou les rappeler, mais une rampe de lancement d'une batterie d'appels à la lutte... à la lutte des classes.


Je suis OK avec cette orientation (que je défends depuis plusieurs années). La partie entourée.

Pour le reste, sur la question des consignes de vote, il faut distinguer ceux qui pensent que ce sont des questions tactiques (je suis OK) de ceux pour qui c'est le fil à plomb de la politique (cela va de tout ce qui est à droite du NPA jusqu'à ceux qui pensent que le bon front ouvrier c'est la bonne définition d'un gouvernement issu des institutions de l'appareil d'état bourgeois).

Donc OK avec un travail explicite sur les questions d'organisation (politique, de résistance, etc). Donc sur cette question c'est bien:

  • Appel à constituer des groupes de travailleurs révolutionnaires dans les entreprises, à rejoindre les réseaux de travailleurs du NPA (appel aux postiers, aux cheminots, aux travailleurs de l'automobile, aux travailleurs de la santé, etc. Penser à des directions de secteurs, avec organes centraux de propagande, gros sites nets, etc) qui vont faire vivre les deux points ci-dessous, qui utiliserons les creux du combat social pour préparer les autres vagues de lutte, se consolider et se donner chair

  • Appel à l'unité syndicale sur des bases de classe (trouver les mots là dessus) et sur des bases précises revendicatives. De toute façon appel à tous ceux qui veulent se battre afin de les encourager . Si il faut découper, on découpera.

  • Appel à la compréhension de la signification d’aller vers le pouvoir des travailleurs, via une démocratie sociale. Que cette démocratie est ce qui permet d'être le plus efficace, avec la souplesse nécessaire qui part de l'activité réelle des travailleurs avec l'organisation qu'ils se donnent à cette fin.


Le NPA doit être ressenti comme un des organisateurs de la résistance sociale et doit s'affirmer ainsi. L'auto-affirmation nécessaire ce n'est pas de l'arrogance politique surtout vis à vis d'autres courants qui se construisent par des relations politiciennes, des manœuvres et des chausse-trapes.

La différence fondamentale qui doit resurgir entre le NPA et les autres c'est là où d'autres forces parlent des travailleurs, voir de l'auto-organisation, du mouvement social, comme des chrétiens citant des versets de la bible, c'est à dire comme des ritournelles rituelles sans réalité applicable, pendant qu'ils rabattent tout vers un front électoral ni ni ni.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Roseau le Jeu 31 Mai - 22:24

Vendredi 1 Juin 2012
Réunion publique NPA législatives. Chateauroux
Avec les candidats NPA des comites de l'Indre et Alain KrivineA 19h salle Roger Dion, rue de la République.


Vendredi 1 Juin 2012
Meeting NPA législatives, Lons-le-Saunier
Avec Olivier Besancenot. RV à 20 heures au Carcom, Lons-Centre (Carrefour de la communication).
.
Samedi 2 Juin 2012
Conga no va, rassemblement, Paris
Le comité de soutien au peuple de Cajamarca (Pérou) organise un rassemblement contre le projet minier de Conga. RV à partir de 16 heures place du Trocadéro

Lundi 4 Juin 2012
Réunion publique NPA législatives. Strasbourg
A 20h, maison des Syndicats, 1, rue Sédillot.Avec Alain Krivine et les candidat-es du NPA 67 : Sophie Coudray, Aurélien Dumez et Valérie Acker.


Lundi 4 Juin 2012
Réunion publique NPA avec Philippe Poutou à Pau
Avec les candidats aux législatives dans le Béarn : Eric SCHATZ, Marianne LIGOU, Laurence ESPINOSA et Philippe POUTOU

Mardi 5 Juin 2012
Réunion publique NPA législatives avec Olivier Besancenot. Créteil
Salle Aimé Césaire, 48 avenue Magellan. Métro : Pte du Lac

Mardi 5 Juin 2012
Réunion publique NPA législatives. Angers
A 20h30, salle Thiers Boisnet (rue Thiers).

Mardi 5 Juin 2012
Meeting NPA législatives, Saint-Brieuc
Avec Philippe Poutou. RV à 20h30, Maison du Temps libre.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Clip campagne

Message  Roseau le Ven 1 Juin - 23:05

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  gérard menvussa le Ven 1 Juin - 23:46



Le NPA doit être ressenti comme un des organisateurs de la résistance sociale et doit s'affirmer ainsi. L'auto-affirmation nécessaire ce n'est pas de l'arrogance politique surtout vis à vis d'autres courants qui se construisent par des relations politiciennes, des manœuvres et des chausse-trapes.

Pour etre "ressenti comme un des organisateurs, encore faut il qu'il s’attèle a cette tâche, avec sérieux, persévéra ce, etc.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Copas le Sam 2 Juin - 2:12

gérard menvussa a écrit:

Le NPA doit être ressenti comme un des organisateurs de la résistance sociale et doit s'affirmer ainsi. L'auto-affirmation nécessaire ce n'est pas de l'arrogance politique surtout vis à vis d'autres courants qui se construisent par des relations politiciennes, des manœuvres et des chausse-trapes.

Pour etre "ressenti comme un des organisateurs, encore faut il qu'il s’attèle a cette tâche, avec sérieux, persévéra ce, etc.

C'est bien ce que je réclame, avec persévérance, depuis un moment.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NPA et législatives

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum