Lutte ouvrière

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Sam 22 Sep - 14:53

Échec de l'extrême gauche électorale : des contradictions internes trop profondes. atheus, le 22/09/2012

Nouveau Parti Anticapitaliste, Lutte Ouvrière (union communiste internationaliste) sont aujourd’hui les deux partis qui symbolisent l'extrême gauche française. Loin d'être identiques, ces deux partis ont des scores électoraux similaires (pour le NPA un peu plus 400 000 votes en 2012 pour Philippe Poutou, pour LO environ 200 000 votes pour Nathalie Arthaud). Ces deux partis ont pourtant historiquement fait de biens meilleurs scores. Selon Nathalie Arthaud, les raisons de l'échec de l'extrême gauche vient d'une "démoralisation des travailleurs", pour le candidat du NPA, c'est à cause du manque de combattivité de la classe ouvrière. Est-ce vraiment la réalité ? Certes la combattivité des opprimés n'a jamais été aussi faible, mais si cela est évident, les causes de cette démoralisation sont moins claires. Quant au programme de ces deux partis à la gauche de la gauche, il se pourrait qu'il soit lui aussi responsable de leur échec. J'ai donc pris le temps de lire les brochures de ces deux partis, voici le lien des PDF :

Pour le programme de Lutte Ouvrière : http://www.nathalie-arthaud.info/IMG/pdf/brochure.pdf
Pour celui du NPA : http://www.npa2009.org/sites/default/files/Programme%20POUTOU%202012.pdf

Vous n'êtes pas obligés de tout lire, bien que pour rédiger cet article, j'ai moi-même lu en entier les programmes de ces deux partis, pour élucider ce qui cloche. Au-delà des causes prétendues de ces échecs électoraux se cache effectivement des contradictions profondes dans le programme et l'attitude de ces deux partis. C'est l'objet de cet article.


Commençons tout d'abord par le programme du Nouveau Parti Anticapitaliste :


"Aux capitalistes de payer leurs crises !" et " Nos vies valent plus que leurs profits ! ", telles sont les deux phrases retenues pour symboliser la campagne et le programme du NPA, et à juste titre.

Ce programme se définit comme "un programme d'urgence" et un programme "anticapitaliste". Autrement dit, il s'agit pour le NPA de faire des propositions anticapitalistes en réaction à la crise, et à la crise seulement, l'idée est simple : faire payer les capitalistes pour financer un système social pour résoudre la crise capitaliste. C'est à ce sujet que sont consacrées les 26 premières pages, expliquant l'urgence sociale et écologique et proposant des mesures économiques, sociales et écologiques sur tous ces domaines, on pourra retenir quelques idées intéressantes :


  • La sortie du nucléaire en dix ans grâce au développement des énergies renouvelables.[/*]
  • La réquisition des groupes de l’énergie et leur contrôle par les salariés et les usagers.[/*]
  • Une transition énergétique basée sur une planification des besoins socialement utiles.[/*]
  • Des élus mandatés et révocables sans possibilité d'avoir plus de deux mandats.[/*]


Pour le reste, il s'agit de mesures socialistes : augmentation des salaires à 1700€, suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, annulation de la dette, etc... Le problème est que ces mesures sont des mesures uniquement "socialistes" et ne sont pas en soi un projet de société autre que celui de la société capitaliste. Bien sur, il n'est pas possible de dire à l'avance ce que sera la société socialiste du futur, mais là encore il aurait été possible de nous en dire un peu plus sur cette fameuse société, ce "socialisme du 21ème siècle", et pour cela, le NPA, a tout de même mis à la fin de sa brochure 2 malheureuses pages à ce sujet. Mais là encore, le NPA reste dans la critique du capitalisme, et à part quelques mots sur l'internationalisme, on ne saura rien de cette société dont ils nous font tant rêver.

Et là il y a déjà un problème. C'est sans doute le premier qui saute aux yeux, le NPA n'a pas de projet de société, son programme est un programme d'urgence mais si on analyse queqlue peu le contenu, on se rend compte qu'il ne sera jamais appliqué. Pourquoi ? Parce que ce programme ne sera jamais élu (le NPA n'a d'ailleurs pas pour vocation d'accéder au pouvoir), et que quand bien même les gens votaient massivement pour le NPA (peu probable), les capitalistes se défendraient et la seule solution pour appliquer ces mesures serait une révolution, et pas une élection. Donc là il y a un deuxième hic, c'est que s'il se produisait une révolution assez puissante pour renverser le capitalisme, pourquoi s'embarrasserait-on d'en demander tant aux capitalistes ? J'ai eu l'impression, en lisant le programme du NPA qu'il s'agissait d'une liste au père noël qu'il faudrait imposer aux patrons par des luttes. Mais si les luttes gagnaient, ce qu'il faudrait ça ne serait pas faire plier les patrons, mais les renverser purement et simplement, non ? Pourquoi donc tant leur en demander puisque nous voulons une société débarrassée des capitalistes et du capitalisme ?

Cela n'est pas un projet de société.

Là où le NPA dit : " Il faut prendre l'argent là où il est, annuler la dette et faire un monopole public bancaire. "
Nous disons : " Il faut supprimer l'argent, abolir la propriété privée et le capitalisme purement et simplement. "
Là où il dit : " Il faut faire payer les capitalistes. "
Nous disons : " Il faut renverser les capitalistes. "
Là où il dit : " Il faut augmenter les salaires. "
Nous disons " Il faut abolir le salariat. "
Là où il dit : " Nous allons sortir de la crise du capitalisme. "
Nous disons : " Nous allons sortir du capitalisme qui est une crise. "
Là où il dit : " Nous ne savons pas à quoi ressemblera la socialisme du 21ème siècle. "
Nous disons : " On a quelques idées pour commencer, il serait temps d'en parler plus sérieusement. "

En effet, les propositions du NPA ne pourraient être appliquées qu'en cas de révolution sociale, mais en cas de révolution sociale, pourquoi nous arrêterions nous là ? Pourquoi ne pas aller plus loin ? Pourquoi ne pas proposer un autre modèle de société ?

Le NPA se trompe donc sur toute la ligne : il participe à des élections bourgeoises en tant que candidature de témoignage mais refuse de rentrer dans le jeu, ce qui décrédibilise ses idées. Il veut s'affronter au capitalisme mais n'a pas de société alternative à proposer. Il veut appliquer quelques mesures dans le cadre du capitalisme mais ne fait pas de vraies proposition pour une autre société, il ne parle jamais de comment il veut y parvenir, il n'est jamais question de révolution, seulement de lutte sociale. Alors forcément, ceux qui seraient tentés par quelques idées du NPA mais qui, faute d'une volonté de ce parti de faire vaincre ces idées, se tournent vers Mélenchon, qui en plus, semble offrir une alternative institutionnelle semblable à l'intérieur du système et accessible par les moyens démocratiques, notamment avec son idée de 6ème république.

L'échec du NPA était donc inévitable, car il refuse de choisir entre lutte sociale révolutionnaire accompagnée d'un projet de société et une politique réformiste électoraliste à l'intérieure du système. C'est pourquoi il n'arrivera jamais à décoller électoralement et que sa seule solution est de rediscuter d'un projet de société, d'enlever cette bannière de l'anticapitalisme qui n'est pas un projet de société, et commencer sérieusement à réfléchir sur le socialisme du 21ème siècle plutôt que de n'y consacrer que 2 pages sur 30 dans leur programme. Et ils devraient aussi penser à changer le symbole de leur parti, parce qu'un mégaphone, moi ça ne me fait pas penser au socialisme du 21ème siècle.

Et maintenant, le programme de Lutte Ouvrière :

Le programme de Lutte Ouvrière commence avec ce slogan : "Nathalie Arthaud, une candidate communiste à l'élection présidentielle."

Alors là, on se dit "chouette", elle a autre chose que l'anticapitalisme à proposer, elle a une faucille et un marteau au lieu d'un mégaphone (c'est déjà moins pire), quelle est cette fameuse société communiste dont elle nous parle ? Eh bien là à ma grande surprise, ce projet de société est inexistant également à LO, à part une prise de contrôle des travailleurs sur la société et l'habituelle liste au père noël faite au patronat, ce programme dresse cependant une vision lucide de la société actuelle mais n'en tire aucune conclusion sur sa propre politique. On aurait pu penser que contrairement au NPA, LO avait un vrai projet de société, et bien non. Si elle se revendique être du communisme, Nathalie Arthaud ne nous montre nulle part une once de ce projet de société ; on saura seulement que ça n'est pas le stalinisme ni l'URSS, mais moi je n'aime pas jouer aux devinettes, et il aurait peut-être été judicieux de parler de cette société communiste un peu plus longuement dans son programme.

Le point positif que je trouve par rapport au NPA est l'idée d'un communisme révolutionnaire assumé, bien qu'il n'y ait aucune idée en rapport avec le communisme dans le programme de LO, on a tout de même une représentation de ce que serait la révolution, elle est explicitement évoquée, mais ce sera l'un des rares points positifs.

Le programme de Lutte ouvrière se décompose de cette façon : une définition on ne peut plus vague du communisme (on remarquera qu'avoir mis le "projet de société" au début était plus judicieux que de le mettre à la fin (en référence au NPA)). Puis une critique du capitalisme bien que moins précise, moins pertinente et moins exacte que celle du NPA. Ensuite, la liste au père des noël des choses qu'un gouvernement devrait imposer aux capitalistes, ce qui est contradictoire avec l'idée de renverser complètement le capitalisme. Et enfin, une analyse assez lucide de la situation électorale, mais les idées contradictoires que j'ai évoquées foisonnent. Cela dit, voilà comment LO résume le communisme :
" Le communisme, c’est permettre à la collectivité de maîtriser son activité économique afin que tous les êtres humains accèdent de façon
égale aux biens matériels et culturels que la société est capable de produire en ce 21e siècle. Cette perspective ne pourra se réaliser que si
la classe ouvrière, la classe de ceux qui n’ont que leur travail pour vivre, enlève le pouvoir à la bourgeoisie et à ses représentants pour l’exercer elle-même, collectivement et démocratiquement.
"

Voilà une définition bien vague du communisme révolutionnaire, quoiqu'elle a tout de même le mérite d'être écrite noir sur blanc plutôt que d'être tout simplement omise. Seulement, pas un mot du fonctionnement théorique de cette société, de la répartition des pouvoirs, du fonctionnement de l'économie.

Et en parallèle à ce projet "communiste", le programme de LO est le même que celui du NPA : un programme socialiste (augmentation des salaires, interdiction des licenciements, etc...). Aux mêmes problèmes, les mêmes conséquences, les gens intéressés par ces idées se tourneront vers Mélenchon qui lui veut appliquer ces mesures et a plus de chance de le faire un jour démocratiquement.

Je suis tout de même surpris, car dans les interview, lorsqu'un journaliste demande à Nathalie Arthaud la différence entre elle et Mélenchon ou entre elle et Poutou, elle répond du tac-o-tac qu'elle est communiste contrairement aux autres. Mais son programme n'a de communiste que le nom, j'ai pourtant bien cherché, à part une allusion à l'autogestion des travailleurs dans les entreprises (également reprise au NPA), une hypothétique remise en cause de la propriété privée et une gestion collective par les travailleurs de la société. Mais au-delà des mots, toutes ces idées restent très vagues et sont des incantations semblables à celles du NPA.

Un programme décevant donc, rempli de contradictions entre les réalités pourtant évoquées et la politique de LO avant-gardiste et confuse.

En conclusion, ces deux partis, par leurs contradictions internes ne peuvent et ne veulent pas être une alternative au capitalisme, ils le critiquent et parfois même très bien mais proposent en retour une société socialiste qui ne remet en cause le capitalisme que dans les mots. Les mesures proposées sont faibles et quand bien même, seule un révolution pourrait les faire appliquer, et en cas de révolution, pourquoi s'arrêter là ?

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Dim 23 Sep - 10:11

Que feraient les militants de Lutte Ouvrière s’ils défendaient une politique prolétarienne à PSA (Aulnay) ?

Ce sont des militants qui se revendiquent du communisme révolutionnaire qui dirigent la lutte à PSA Aulnay menacée de licenciements et de fermeture totale. C’est la lutte qui représente un point clef de l’ensemble des luttes de classe en France, du combat contre la vague de licenciements qui a été annoncée pour ce mois de septembre et qui concerne tous les secteurs d’activité du pays.

Cela ne signifie pas que les licenciements à PSA touchent seulement Aulnay. Loin de là, ils sont déjà partout présents et menacent tous les salariés du trust. Même ceux qui ne sont pas encore concernés peuvent l’être ensuite si ceux-ci passent comme une lettre à la poste. Tous les autres trusts ont les yeux fixés sur la réaction des travailleurs de PSA. Si le patron de PSA réussit, il sera suivi de bien d’autres à commencer par Renault.

Bien des trusts veulent licencier massivement mais ils ne veulent pas susciter une vague de lutte générale.

Les centrales nucléaires vont licencier massivement. Les trusts du Bâtiment vont licencier massivement. Les trusts de la pharmacie, de la téléphonie, du tourisme, de l’immobilier, de la métallurgie veulent licencier massivement. L’Etat lui-même va licencier massivement. Tous attendent le résultat des premiers combats des travailleurs contre cette première vague de licenciements massifs. L’enjeu est d’importance. Depuis bien longtemps, le prolétariat n’a pas subi en France une trop lourde défaite. Il importe donc de mesurer le rapport des forces. Seule la confrontation directe peut dire ce qui va être le résultat. Personne ne peut le dire d’avance sauf à vouloir démoraliser les travailleurs et les militants, les désarmer politiquement et socialement.

Les « dirigeants » de la classe ouvrière qui se cachent prétendument derrière les décisions démocratiques des travailleurs eux-mêmes en ne la sollicitant nullement sont de ce genre.

Ainsi, au milieu du mois de juillet, quand l’ampleur du plan de licenciements de PSA a été révélé, quand tous les travailleurs, quand l’opinion publique était sous le choc, quand le gouvernement de gauche se sentait obligé de jouer un indignement violent, alors ces syndicats ont décidé de reporter à plus tard la lutte, de placer devant leurs propres pas une barrière qui s’appelait « une expertise ». Désormais, il fallait attendre l’expertise demandée par les syndicats. Pourquoi ? Parce qu’une expertise allait éviter la lutte ? Parce qu’elle renforcer la lutte ? Parce qu’elle allait empêcher les licenciements ? Nullement !

Mais les syndicats ne peuvent nullement dire qu’ils ont été pris par surprise juste avant les vacances et ont été contraints d’attendre la rentrée pour réagir. C’est eux-mêmes qui ont annoncé un an avant l’attaque du patron et qui avaient donc largement le temps de s’y préparer, à commencer justement par la CGT d’Aulnay dirigée par les militants de Lutte Ouvrière qui sont justement ceux qui ont démasqué le plan du patron.

Quel a été le but de leur campagne quand ils ont appris que les emplois étaient menacés sur PSA ? Expliquer que tous les salariés de PSA étaient menacés, ceux de France comme ceux d’Espagne ? Pas du tout ! Ils ont fait campagne sur un seul point qu’ils ont répété un milliard de fois dans tous les média : PSA va fermer le site d’Aulnay. Toutes leurs actions ont consisté à promener la banderole « Non à la fermeture d’Aulnay » au point que, maintenant qu’il est clair qu’Aulnay est loin d’être le seul visé, ils continuent à manifester avec la même banderole, comme si la lutte devait être menée, site par site, boite par boite, entreprise par entreprise…

L’organisation Lutte Ouvrière dans tous ses discours politiques ne parle que de lutte d’ensemble et ses militants syndicalistes locaux, dans les luttes qu’ils dirigent doivent-ils avoir le langage opposé sous prétexte que la conscience n’y serait pas, que le rapport des forces n’y serait pas ? Poser la question, c’est y répondre.

On peut se dire : voilà, les militants d’extrême gauche qui dirigent la CGT d’Aulnay ne sont pas responsables de la politique de la CGT des autres sites et de la CGT centrale et ne peuvent pas étendre la lutte d’Aulnay à d’autres sites si la CGT des autres sites ne le veut pas et si les travailleurs des autres sites ne débordent pas les syndicats.

Ils pourraient en tout cas par leurs déclarations - et les média ont mille fois donné la parole aux dirigeants de Lo qui sont dirigeants de la CGT d’Aulnay -, donner le sens du combat qui est nécessaire et ils ont fait exactement le contraire. Ils ont dit aux ouvriers d’Aulnay : nous nous battons contre la fermeture d’Aulnay. Et pas : nous devons donner à notre combat un sens de classe, celui d’une lutte contre l’ensemble de la vague de licenciements en France. C’est le seul moyen d’obtenir le rapport de forces capable de faire reculer le patron en menaçant l’ensemble du patronat. Ou tous les travailleurs actuellement menacés de licenciement gagnent ensemble ou ils perdent ensemble.

Ils ont donc fait attendre la lutte à la rentrée des vacances, laissant le temps passer, leurs adversaires tenir la une des média, démoraliser les travailleurs, laisser les autres syndicats des autres sites tromper les travailleurs, laisser le gouvernement développer sa propagande sirupeuse et mensongère, pire que celle de la droite. Du genre : on est scandalisés, on va tout faire mais ... on n’y peut rien sauf museler les syndicats dans des négociations sans fin !

Et, maintenant que la rentrée est passée, alors qu’ils avaient prétendu à leur retour devenir le cauchemar du patron de PSA, ils se contentent de petites actions comme des occupations de péage d’autoroute en faisant passer les véhicules gratis comme si de telles « actions coup de poing » faisaient trembler patronat et gouvernement !

En même temps, les syndicats de Sevelnord acceptent des sacrifices et la flexibilité sous le chantage à l’emploi du patron et ils ne le dénoncent pas publiquement !

En même temps, le patron fait le chantage : accepter des licenciements à Madrid ou en France et ils ne le dénoncent pas !

En même temps, ils continuent à se donner comme perspective une négociation patronat/gouvernement/syndicats comme si c’était une telle négociation qui allait sauver les emplois.

Alors que le gouvernement de gauche a complètement viré de bord, prenant le contre-pied de ses propres déclarations selon lesquelles le plan de PSA était inadmissible et déclarant maintenant qu’il est inévitable.

Quelle raison de ce retournement sinon que les syndicats, par leur totale inaction, ont fait la démonstration que les travailleurs de PSA, pour le moment, ne sont nullement le cauchemar des patrons !

Que pourraient faire les travailleurs d’Aulnay, les travailleurs de PSA pour devenir véritablement le cauchemar des patrons et de l’Etat qui est au service des patrons ?

Tout d’abord, ils pourraient se proposer de prendre la tête de la lutte contre la vague de licenciements en France.

Ils pourraient décider que chacune de leurs actions « coup de poing » ira vers une entreprise menacée par les licenciements, par les fermetures. Ils pourraient y aller à plusieurs centaines, à un millier et plus. Ils pourraient y tenir une assemblée générale avec ces salariés menacés eux aussi dans leurs emplois. Puis ils pourraient proposer au vote à main levée de venir avec lors de leur prochaine action pour aller dans une autre entreprise où les emplois sont attaqués ou menacés.

Chaque action serait ainsi la construction d’une véritable armée ouvrière de lutte. Cela supposerait, d’abord, que les militants qui dirigent un tel combat n’aient pas de fil à la patte qui les attache aux directions des centrales syndicales et qu’ils militent ouvertement et publiquement pour l’organisation de comités de travailleurs indépendants des appareils (même s’il n’est nullement question d’en exclure les militants syndicalistes).

Bien sûr, certains pourraient faire remarquer que Mercier, dirigeant CGT a déclaré vouloir que les salariés décident eux-mêmes quels types d’action coups de poing ils devaient choisir. Mais ce n’est pas une AG des salariés qui a décidé qu’il n’y aurait pas grève à Aulnay avant les vacances, quand la révolte était au sommet. Non, c’est l’appareil CGT et cela signifie que c’est sa direction de Lutte ouvrière sans permettre aux salariés de le décider. Qu’est-ce que la démocratie ouvrière là-dedans ?

Que signifie dire que nous sommes prêts à tout, que nous n’avons pas encore fait brûler de pneus mais que nous ne nous interdisons rien ? Nous ne nous interdisons rien égale faire brûler de pneus ? Quelle belle radicalité que voilà !

Et pourquoi ne pas avoir enclenché la lutte quand toute la classe ouvrière était choquée par l’annonce de Varin ?

Mercier, toujours lui, a démocratiquement décidé que « c’est une course de fond » et que rien ne sert de partir en avance. Résultat : on pousse les salariés à attendre après les vacances pour déclencher la grève et on ne la déclenche pas après. Car on attend toujours quelque chose. On attend le rapport du gouvernement puis le rapport d’expertise. On attend ce que seront les propositions à chaque salarié du trust PSA. On attend ceux qui seront dans des charrettes de licenciement secs. On attend que les couperets tombent. Et qui nous a conseillé d’attendre ainsi : nos braves dirigeants syndicaux !

Soi-disant, Mercier pense qu’il faut que les licenciements attendent jusqu’en novembre. Et pour quoi faire ? Reculer pour mieux sauter ?

Soi-disant il faut prendre le temps de bien s’organiser ! Pour pointer à Pôle emploi ou pour faire faire des cauchemars au patron ?

Comment faire pour être le cauchemar des patrons ? Certainement pas en suivant les grands stratèges de l’extrême gauche devenue gauche syndicale en même temps que la gauche est passée à droite et la droite à l’extrême droite !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  alexi le Dim 23 Sep - 10:34

Le texte de M et R est de bien mauvaise foi. LO tient le même discours à Aulnay ou à Rennes où une manif de soutien a réunie 4500 personnes (historique ?) dont justement une délégation d'Aulnay.
Tout le secteur s'organise, notamment les Ford pour une montée sur Paris.
LO a impulsé une manif intersyndicale sur le 93 tout en menaçant le gouvernement d'aller voir les aéroportuaires (j'attend avec impatience).

M et R devrait plutôt nous dire ce qu'il fait dans les une ou deux boîtes de l'automobile où il est présent.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Mar 25 Sep - 15:55

ILS AMUSENT LA GALERIE PENDANT QUE LES COUPS PLEUVENT SUR LES TRAVAILLEURS


Alors que les licenciements se multiplient, que les hausses de prix poussent vers la pauvreté ceux qui sont privés d'emploi comme ceux qui ont un emploi mal payé ; alors que Hollande vient d'annoncer un plan d'austérité qui va imposer de nouveaux sacrifices aux classes populaires, le psychodrame qui secoue les milieux politiques n'a rien à voir avec les problèmes réels des travailleurs, il a pour objet la ratification du traité budgétaire européen.

Hollande avait promis dans sa campagne de renégocier ce traité qui a été élaboré et signé par Sarkozy et Merkel. Mais les promesses électorales n'engageant que ceux qui les croient, Hollande a repris le traité à son compte sans y changer une virgule. Et il est cocasse de voir aujourd'hui Ayrault, qui n'a eu de cesse de dénoncer la règle d'or, en expliquer tous les bienfaits aussi bien que le faisait Fillon.

La situation est d'autant plus comique que la droite apparaît dans cette affaire comme la meilleure alliée de Hollande puisque dans son écrasante majorité, elle s'apprête à voter en faveur du traité. Après tout, Hollande ne fait que mettre ses pas dans ceux de Sarkozy...

À gauche, au contraire, cette ratification divise jusqu'au Parti socialiste. Parmi les députés socialistes, il y en a qui sentent que ce reniement ne passera pas, et ils se préparent pour certains à s'abstenir, pour d'autres à voter contre.

Quant aux écologistes, ils se préparent à voter contre le traité et donc contre le gouvernement, ce qui va imposer à ses deux ministres - et qui tiennent à le rester - une gymnastique difficile.

Mélenchon dénonce le traité et il appelle, avec le Parti communiste à une manifestation pour réclamer un référendum sur la question. Mélenchon ne cache pas son ambition : il va répétant qu'il n'est pas dans l'opposition mais une "alternative" à Hollande-Ayrault. Autrement dit, si l'équipe du Parti socialiste se déconsidère, ce sera "ôte-toi de là que je m'y mette".

Dans toute cette affaire, où sont donc les intérêts des travailleurs ? Nulle part. Certainement pas du côté de la coalition UMP-PS, car ce traité, comme tous ceux qui ont jalonné l'histoire de la construction européenne, est fait pour plaire au grand capital.

Mais ils ne sont pas plus du côté de ceux qui réclament à grands cris un référendum. Ils nous expliquent que le traité consacre "l'austérité à perpétuité" et qu'il enfoncera l'économie dans la récession et les déficits. Mais cela fait déjà quatre ans que l'économie recule. Pour imposer l'austérité Sarkozy et maintenant Hollande n'ont pas eu besoin de ce traité, ou d'on ne sait quel bout de papier. Faire payer les travailleurs, imposer des sacrifices à la population est le b.a.-ba de leur politique. Qui feraient-ils payer sinon ? Les capitalistes ? Les actionnaires ? La bourgeoisie ? Mais c'est justement ce qu'ils ne veulent pas faire !

Quant au grand patronat, il mène sa propre politique sans se soucier le moins du monde de l'agitation politicienne : il n'y a que le profit et la concurrence qui comptent.

Si des centaines de travailleurs des usines Doux se retrouvent au chômage, ce n'est pas la faute de l'Union européenne, c'est de la responsabilité de la famille Doux, l'actionnaire principal. Et si des dizaines de milliers d'autres travailleurs sont menacés de licenciement, c'est parce que le grand patronat impose implacablement la loi du profit. Mettre en avant l'Europe ou Merkel comme les responsables de la situation, c'est une façon de tromper les travailleurs et de faire diversion.

Quand bien même la mobilisation permettrait d'obtenir un référendum et en admettant qu'à l'issue du référendum le traité serait rejeté, qu'est-ce que les travailleurs y gagneraient ? La garantie qu'ils n'auront plus à payer sous prétexte de rembourser la dette ? La garantie que les licenciements et les fermetures d'entreprises cessent ? La garantie que dans la crise, le droit des travailleurs à la vie passe avant tout le reste ? Non, rien de tout cela !

Pour obtenir ces garanties, il faudra se battre. Les licenciements, l'austérité imposée aux travailleurs ne sont pas une question de traité mais une question de rapport de forces. Et le rapport de forces ne se décide pas dans un référendum sur une question pipée.

Il se décide dans notre capacité collective d'affronter le grand patronat en chair et en os, dans notre capacité à lui imposer les objectifs qui répondent à nos deux problèmes vitaux en cette période de crise : préserver notre emploi en forçant le patronat à répartir le travail entre tous sans perte de salaire et préserver le pouvoir d'achat en imposant qu'il augmente au même rythme que toutes les augmentations des prix.


EDIDO LO DU 24 SEPTEMBRE 2012
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Mar 25 Sep - 16:22

M et R devrait plutôt nous dire ce qu'il fait dans les une ou deux boîtes de l'automobile où il est présent.
M et R, c'est quoi ? Nico, toujours cette habitude déplorable de ne pas citer l'origine des articles, pour le moins variés ! que tu mets en ligne...
__
Sinon, 100 % OK avec l'édito de LO !

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mar 25 Sep - 16:44

Nico fait un "lien cliquable" pour indiquer le source de ses articles (il suffit de "cliquer" sur le titre pour avoir la référence du site qui publie l'article cité) Là il s'agit de "matiére et révolution" un des sites "critiques de gauche" de l'organisation comme il en existe tant

Sinon, approuver cette absence de perspective politique ? Shocked
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Mar 25 Sep - 17:25

approuver cette absence de perspective politique ?
La seule perspective, c'est la lutte. Je n'en vois pas d'autre. Alors on peut reprocher à cet édito de ne pas évoquer la nécessité de la confluence des luttes contre les licenciements. Mais ce n'est pas l'axe général qui est d'opposer une manoeuvre de diversion à l'action des travailleurs.
__
Sinon, OK pour le lien que je n'avais pas remarqué. Mais ce serait quand même mieux de toujours mettre la référence d'un article.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Jonhy le Mar 25 Sep - 17:29

Oui la lutte d'ensemble de LO, la convergences des luttes...
La CGT PSA a accepté l'idée d'un meeting unitaire l'aprés midi, avec notamment les salariés d'Air France.

Ce qui est extrêmement regrettable ( mais de moins en moins une surprise) est qu'elle ignore l'action du matin, mené par les salariés de Ford.
On aurait pu voir deux boîtes de l'automobile symboliques pour leur luttes, avec deux porte paroles nationaux des deux plus grosses organisations d’extrême-gauche, ensemble au salon de l'auto pour la convergences des luttes contre les licenciement.

Mais non c'est apparemment trop dur pour LO, parce que que voulez vous "nos militants se côtoient déjà dans les luttes", et oui comme ça il n'y a pas besoin de réfléchir ensemble à ce qu'on pourrait faire dans l'automobile là où on est implantés, pas besoin de réponse politique ...

LO pas un parti, pas une internationale, pas prêts, pas maintenant...

Jonhy

Messages : 211
Date d'inscription : 17/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Mar 25 Sep - 17:51

Jonhy
Ce qui est extrêmement regrettable ( mais de moins en moins une surprise) est qu'elle ignore l'action du matin, mené par les salariés de Ford.
On aurait pu voir deux boîtes de l'automobile symboliques pour leur luttes, avec deux porte paroles nationaux des deux plus grosses organisations d’extrême-gauche, ensemble au salon de l'auto pour la convergences des luttes contre les licenciement.

Mais non c'est apparemment trop dur pour LO
Ca ne correspond pas exactement à ce que je sais. D'une part il devrait y avoir une délégation d'Aulnay à l'arrivée des salariés de Ford à la Gare Montparnasse. D'autre part, il semble que la CGT PSA Aulnay et la CGT Ford Bordeaux se renvoient la balle, sur le mode :"Venez donc à notre manif". Ce qui est en effet très regrettable...

Mais il ne faut pas tout mettre sur le dos de LO...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  panchoa le Mar 25 Sep - 19:14

verié2 a écrit:
Jonhy
Ce qui est extrêmement regrettable ( mais de moins en moins une surprise) est qu'elle ignore l'action du matin, mené par les salariés de Ford.
On aurait pu voir deux boîtes de l'automobile symboliques pour leur luttes, avec deux porte paroles nationaux des deux plus grosses organisations d’extrême-gauche, ensemble au salon de l'auto pour la convergences des luttes contre les licenciement.

Mais non c'est apparemment trop dur pour LO
Ca ne correspond pas exactement à ce que je sais. D'une part il devrait y avoir une délégation d'Aulnay à l'arrivée des salariés de Ford à la Gare Montparnasse. D'autre part, il semble que la CGT PSA Aulnay et la CGT Ford Bordeaux se renvoient la balle, sur le mode :"Venez donc à notre manif". Ce qui est en effet très regrettable...

Mais il ne faut pas tout mettre sur le dos de LO...

bon, concrétement la montée sur Paris des ford a été programé depuis 3 mois. aucune échéances étaient connu d'autre boites de l'automobile. on ne va pas reprocher aux syndicats de ford de s'organiser en prenant des délais raisonable, d'autant qu'ils y avait les congés d'été. une absence de convergence le 29 au salon de l'auto serait pour moi indiquatif de beaucoup de choses car: depuis des anéées le CGt ford fait des délégations systématiques aux boites en luttent (biensur dans les limites de leurs disponibilité, de leurs finance et de la compréhension des gars de la boite) il y a eu cet interview croisé de mercier et ah oui le train des ford a des contraintes d'heures pour le retour et de ....fatigue des personnes mobiliseés;
alors si pas convergence au salon le 29, autant partir à la péche aux moules. je pense que ce ne sera pas le cas,

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Jonhy le Mar 25 Sep - 23:15

Oui trois mois que c'est prévu, dit et répétée à LO. Cela dit si ce que tu dit est vrai vérié, qu'il y aura une délégation des PSA Aulney à la gare, tant mieux.

Pousser le bouchon un peu plus loin en participant et en se joignant à cette initiative prévu de trés longue date, en en faisant une échéance même de la lutte de PSA aurait été largement mieux et plus cohérent avec le "tous ensemble".
.
Et la faute que incombe plus à LO, plus que ça je veut dire, c'est le refus systématique de discuter entre nos deux organisations sur ce qu'on peut faire dans les boîtes où on est implantés, comment on peut se coordonner. L'erreur du salon de l'auto est l'exemple parfait de cette bêtise stratégique.

Jonhy

Messages : 211
Date d'inscription : 17/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  dug et klin le Mer 26 Sep - 9:49

Jonhy a écrit:

"Et la faute que incombe plus à LO, plus que ça je veut dire, c'est le refus systématique de discuter entre nos deux organisations sur ce qu'on peut faire dans les boîtes où on est implantés..."


Là mon cher Jonhy,tu racontes n'importe quoi,lors de la derniere fete de LO,des Cdes du NPA me disaient:"Pourquoi,alors que dans les boites et les syndicats,ou nos deux orgas se cotoient,il y a de bons rapports et des discussions,la direction de LO refuse de discuter nationalement".L'ironie de l'histoire,c'est que nous étions ensemble en train d'attendre.....le débat NPA/LO.Renseignements pris,ce débat publique a la fete de LO fait suite a une longue tradition de débat privilégiés entre la LCR/NPA et LO.

Or,il est regrettable que le NPA n'ait par rendu la pareille a LO,lors de son U.d'été,se contentant de l'inviter a venir patauger dans le maraicage G.de la G.sur un ordre du jour non discutable.Ce n'était pas une attittude unitaire,mais un acte plutot injurieux.Le NPA pouvait tres bien avoir son débat avec les Clémentines,les poires et les bananes affraid .Tout en proposant un débat entre les deux seules forces qui continuent a se réclamer de l'E.G.Révolutionnaire.

Force est de constater que LO continue a rechercher le débat,et a débattre avec les révolutionnaires,alors que le NPA,tout en se présentant comme tel ne débat qu'avec des réformistes(et pire si affinités).
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mer 26 Sep - 10:17

Il est quand même assez savoureux de voir la position hautement défensive de nos camarades de lutte ouvriére sur la question de l'unité ! Il est vrai qu'il y a un minimum de cohérence requis : on ne peut pas en même temps défendre un enferment sectaire ET paraitre comme "unitaire".
Or,il est regrettable que le NPA n'ait par rendu la pareille a LO,lors de son U.d'été,se contentant de l'inviter a venir patauger dans le maraicage G.de la G.sur un ordre du jour non discutable.
Lo discute de quoi elle veut discuter et avec qui lors de sa fête, le npa discute de ce qu'elle veut et choisi ses partenaires lors de son université d'été. Les sempiternelles discussions lo npa (remplaçant les non moins inutiles discussions LO feue la lcr) ne sont pour la plupart des militants de LO qu'un vague prétexte pour répondre à l'accusaqtion récurente de sectarisme. Quand au npa, son objectif est de préparer la contre offensive face à ce gouvernement "de gauche" qui prépare les pires attaques anti ouvriére. Nous ne croyons pas du tout que c'est avec nos petits bras musclés à nous, seule npa, que nous allons y arriver. C'est bien pourquoi la discussion est ouverte a toutes les forces de gauche qui ne participent pas directement au gouvernement social libéral... LO préfére rester dans son coin que de participer à la contre offensive C'est un choix politique...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Mer 26 Sep - 15:10

bon, concrétement la montée sur Paris des ford a été programé depuis 3 mois. aucune échéances étaient connu d'autre boites de l'automobile. on ne va pas reprocher aux syndicats de ford de s'organiser en prenant des délais raisonable, d'autant qu'ils y avait les congés d'été. une absence de convergence le 29 au salon de l'auto serait pour moi indiquatif de beaucoup de choses car: depuis des anéées le CGt ford fait des délégations systématiques aux boites en luttent (biensur dans les limites de leurs disponibilité, de leurs finance et de la compréhension des gars de la boite) il y a eu cet interview croisé de mercier et ah oui le train des ford a des contraintes d'heures pour le retour et de ....fatigue des personnes mobiliseés;
alors si pas convergence au salon le 29, autant partir à la péche aux moules. je pense que ce ne sera pas le cas, .
panchoa

Concretement les Ford viennent seul au salon le 29. Le 9 octobre existe un appel ou de nombreuses boites manifesteront. Alors pourquoi ne pas se caller sur l' appel ou nous serons le plus nombreux. Cela n' enleve rien aux Ford. la possibilité de prendre contact avec d' autres boites seont superieures le 9 octobre.

Mais bon les camarades de LO iront voir les copains de Ford cela devrait bien se passer. Mais serieuresement vos problemes de grosses couilles n' aident pas à la mise en place d' un mouvement.






ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Jonhy le Mer 26 Sep - 15:30

dug et klin a écrit:
Jonhy a écrit:

"Et la faute que incombe plus à LO, plus que ça je veut dire, c'est le refus systématique de discuter entre nos deux organisations sur ce qu'on peut faire dans les boîtes où on est implantés..."


Là mon cher Jonhy,tu racontes n'importe quoi,lors de la derniere fete de LO,des Cdes du NPA me disaient:"Pourquoi,alors que dans les boites et les syndicats,ou nos deux orgas se cotoient,il y a de bons rapports et des discussions,la direction de LO refuse de discuter nationalement".L'ironie de l'histoire,c'est que nous étions ensemble en train d'attendre.....le débat NPA/LO.Renseignements pris,ce débat publique a la fete de LO fait suite a une longue tradition de débat privilégiés entre la LCR/NPA et LO.

Or,il est regrettable que le NPA n'ait par rendu la pareille a LO,lors de son U.d'été,se contentant de l'inviter a venir patauger dans le maraicage G.de la G.sur un ordre du jour non discutable.Ce n'était pas une attittude unitaire,mais un acte plutot injurieux.Le NPA pouvait tres bien avoir son débat avec les Clémentines,les poires et les bananes affraid .Tout en proposant un débat entre les deux seules forces qui continuent a se réclamer de l'E.G.Révolutionnaire.

Force est de constater que LO continue a rechercher le débat,et a débattre avec les révolutionnaires,alors que le NPA,tout en se présentant comme tel ne débat qu'avec des réformistes(et pire si affinités).

Quelle histoire ridicule...

LO ne participe pas à l'Université d'été du NPA ni de la ligue et cela depuis de nombreuses années. Chaque année un prétexte différent , mais bref, comme le dit gérard pour défendre le sectarisme et paraître unitaire, on est pas à ça prés.

Non moi je parler plutôt d'autres choses que des débats publics où l'objectifs est de montrer qui est le plus communiste révolutionnaire des deux. Plutôt de commissions de travails nationales entre LO et NPA, chose qui a déjà eu lieu...avec l'habituelle réponse...

Sur le 9 octobre, je ne doute pas que si les camarades de Ford Blanquefort habitaient à Poissy ils y viendraient aussi.
Seulement faut être un peu réaliste et concret.

Ca fait plusieurs mois que le train partant de Bordeaux a été loué. C'est la troisième année que ça se fait ( ce n'est donc pas une nouveauté et tout le monde était au courant). Louer un train ça coûte trés cher.
Les camarades de PSA Aulnay, comme c'est indiqué, habite en île de France.

Il est évidemment bien plus simple pour les camarades d'Aulnay (et encore une fois je parle des camarades de LO) de se greffer à l'initiative de Ford plutôt que pour les Fords d'annuler un train avec frais déjà verser pour en relouer un deux semaines plus tard.
Il n'y a donc absolument pas de " se renvoyer la balle" ou de problème de "grosses couilles" qui tiennent.
Tout le monde voit bien dans cette affaire qui a voulu quoi.
En même temps avec la sélection des interventions lors du premier rassemblement pour PSA, on s'y attendait un peu.

PS: les ford ne viennent pas "seul", ni au niveau des orgas, ni au niveau des boîtes.

Jonhy

Messages : 211
Date d'inscription : 17/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Mer 26 Sep - 23:43

Après la fête de l'Huma, la fête lyonnaise de Lutte Ouvrière 19/09

Lutte Ouvrière organise sa fête annuelle lyonnaise les samedi 29 et dimanche 30 septembre à l'espace Mosaïque de Saint-Priest. "La fête de Lutte Ouvrière sera l’occasion de se retrouver, dans une ambiance fraternelle, entre ceux qui refusent de faire les frais de la crise et qui veulent se battre pour inverser le cours des choses" peut-on lire sur le tract de la manifestation.
Au programme : expositions, discussions politiques, débats sur le travail, la crise et l'actualité internationale, mais également concerts, buffets, exposés scientifiques et culturels, ainsi que des animations. Car cette fête "est aussi un moment de convivialité et de détente", insiste Cyril Duvinage, délégué régional de LO.
Nathalie Arthaud, porte-parole nationale du parti, sera présente dimanche 30 septembre à 16h au meeting du parti pour une allocution publique. Le coût de l'entrée sur le site (gratuit pendant le discours de Nathalie Arthaud) est de 8€ sur place, et de 6€ en prévente.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Jeu 27 Sep - 0:10

LO 28 9 2012

Le 9 octobre, manifester contre les suppressions d'emplois et l'austérité


Le 9 octobre les travailleurs sont appelés par la CGT à une journée de mobilisation « pour l'industrie, pour l'emploi, avec une Sécurité sociale professionnelle ». Si, dans un premier temps, seule la Fédération de la métallurgie était à l'origine de l'appel, aujourd'hui sept fédérations CGT de l'industrie, et au-delà, des transports à l'Éducation nationale, se sont également jointes à la journée du 9.

Face à la croissance du chômage et à l'austérité imposées par le patronat et le gouvernement, une riposte est attendue par bien des militants syndicaux et par bien des travailleurs.

Actuellement, il y a plus de trois millions de chômeurs, auxquels s'ajoutent presqu'autant de salariés en sous-emploi et surtout en sous-salaire. Et les menaces lancées par de grands groupes capitalistes, de PSA à la Banque de France, en passant par Alcatel-Lucent, ArcelorMittal, Sanofi, Pétroplus et tant d'autres conduiront à fabriquer encore plus de chômeurs, si un coup d'arrêt n'est pas mis à cette hémorragie.

Dans cette situation déjà dramatique et qui s'aggrave, la direction de la CGT donne comme objectif de « relancer l'industrie ». Mais qu'est-ce à dire ? Les patrons n'ont qu'un seul but, celui de préserver, si ce n'est d'augmenter leurs profits, quitte pour cela à jeter des travailleurs à la rue ou à fermer des usines. Leurs capitaux, ils les font circuler là où la rentabilité immédiate est la plus forte. Ainsi fonctionne ce système fou. Alors si « sauver l'industrie » veut dire donner plus d'aides et subventions au grand patronat, ce qui se fait depuis des décennies sans aucun impact sur l'emploi, ce n'est pas un mot d'ordre juste. Ce serait à l'État avec l'argent des contribuables de relancer de grands travaux pour construire des logements, des écoles, des hôpitaux, sans en passer par les promoteurs.

Alors il faut être clair. Cette mobilisation doit s'entendre comme l'occasion de mettre en avant les mesures d'urgence indispensables à la survie des travailleurs menacés, et par les plans de suppressions d'emplois et par l'attitude complice du gouvernement vis-à-vis du grand patronat, responsable de cette saignée.

Le 9 octobre, les travailleurs seront nombreux pour exiger l'arrêt des suppressions d'emplois, l'embauche des travailleurs précaires et des jeunes sans emploi, la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire. Il faut exiger que les salaires et les pensions soient revalorisés et indexés réellement sur le coût de la vie, dûment constaté par les travailleurs eux-mêmes. Il faut exiger que les services publics cessent de se dégrader et que soient embauchés des infirmières, des postiers, des enseignants etc. Il faut affirmer que tout cela est possible, non pas en voulant convaincre le patronat qu'une autre politique pourrait également lui être favorable, mais en disant que toutes les richesses accumulées par la classe capitaliste doivent en premier lieu servir à garantir l'emploi et les salaires.

Les travailleurs, les chômeurs, les retraités devront se montrer en force dans l'une ou l'autre des sept manifestations régionales organisées le 9 octobre, en exprimant clairement leurs exigences vitales. Cette démonstration doit être une réussite, et un premier pas vers les mobilisations plus amples qui seront indispensables à l'établissement d'un rapport de forces favorable au monde ouvrier.

Viviane LAFONT

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Roseau le Jeu 27 Sep - 3:19

Contre le TSCG, aucune bonne raison de ne pas manifester le 30 septembre
http://www.npa2009.org/content/contre-le-tscg-aucune-bonne-raison-de-ne-pas-manifester-le-30-septembre%E2%80%89
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  dug et klin le Jeu 27 Sep - 9:50

Roseau a écrit:Contre le TSCG, aucune bonne raison de ne pas manifester le 30 septembre
http://www.npa2009.org/content/contre-le-tscg-aucune-bonne-raison-de-ne-pas-manifester-le-30-septembre%E2%80%89

Qu'est-ce que la propagande du NPA a a foutre dans le fil LO.?.....A oui,j'avais pas saisi,Roseau plaque "son"30 septembre pour contrer le 09 octobre.....lamentable.....qui a dit"arretez de jouez a celui qui a les plus grosses couilles"?
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Jeu 27 Sep - 11:36

Vals a écrit:LO 28 9 2012

Le 9 octobre, manifester contre les suppressions d'emplois et l'austérité


Le 9 octobre les travailleurs sont appelés par la CGT à une journée de mobilisation « pour l'industrie, pour l'emploi, avec une Sécurité sociale professionnelle ». Si, dans un premier temps, seule la Fédération de la métallurgie était à l'origine de l'appel, aujourd'hui sept fédérations CGT de l'industrie, et au-delà, des transports à l'Éducation nationale, se sont également jointes à la journée du 9.

Face à la croissance du chômage et à l'austérité imposées par le patronat et le gouvernement, une riposte est attendue par bien des militants syndicaux et par bien des travailleurs.

Actuellement, il y a plus de trois millions de chômeurs, auxquels s'ajoutent presqu'autant de salariés en sous-emploi et surtout en sous-salaire. Et les menaces lancées par de grands groupes capitalistes, de PSA à la Banque de France, en passant par Alcatel-Lucent, ArcelorMittal, Sanofi, Pétroplus et tant d'autres conduiront à fabriquer encore plus de chômeurs, si un coup d'arrêt n'est pas mis à cette hémorragie.

Dans cette situation déjà dramatique et qui s'aggrave, la direction de la CGT donne comme objectif de « relancer l'industrie ». Mais qu'est-ce à dire ? Les patrons n'ont qu'un seul but, celui de préserver, si ce n'est d'augmenter leurs profits, quitte pour cela à jeter des travailleurs à la rue ou à fermer des usines. Leurs capitaux, ils les font circuler là où la rentabilité immédiate est la plus forte. Ainsi fonctionne ce système fou. Alors si « sauver l'industrie » veut dire donner plus d'aides et subventions au grand patronat, ce qui se fait depuis des décennies sans aucun impact sur l'emploi, ce n'est pas un mot d'ordre juste. Ce serait à l'État avec l'argent des contribuables de relancer de grands travaux pour construire des logements, des écoles, des hôpitaux, sans en passer par les promoteurs.

Alors il faut être clair. Cette mobilisation doit s'entendre comme l'occasion de mettre en avant les mesures d'urgence indispensables à la survie des travailleurs menacés, et par les plans de suppressions d'emplois et par l'attitude complice du gouvernement vis-à-vis du grand patronat, responsable de cette saignée.

Le 9 octobre, les travailleurs seront nombreux pour exiger l'arrêt des suppressions d'emplois, l'embauche des travailleurs précaires et des jeunes sans emploi, la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire. Il faut exiger que les salaires et les pensions soient revalorisés et indexés réellement sur le coût de la vie, dûment constaté par les travailleurs eux-mêmes. Il faut exiger que les services publics cessent de se dégrader et que soient embauchés des infirmières, des postiers, des enseignants etc. Il faut affirmer que tout cela est possible, non pas en voulant convaincre le patronat qu'une autre politique pourrait également lui être favorable, mais en disant que toutes les richesses accumulées par la classe capitaliste doivent en premier lieu servir à garantir l'emploi et les salaires.

Les travailleurs, les chômeurs, les retraités devront se montrer en force dans l'une ou l'autre des sept manifestations régionales organisées le 9 octobre, en exprimant clairement leurs exigences vitales. Cette démonstration doit être une réussite, et un premier pas vers les mobilisations plus amples qui seront indispensables à l'établissement d'un rapport de forces favorable au monde ouvrier.

Viviane LAFONT


Eh oui, nous sommes sur un fil intitulé Lutte Ouvrière.
C'est pourquoi je n'ai pas mis l'appel de LO à la mobilisation du 9 octobre sur le fil NPA.
Sur les raisons qui amènent les uns et les autres à des positions divergentes sur l'anti-TSCG, il y a eu de nombreux échanges d'arguments sur d'autres fils et il me semble qu'on a largement fait le tour et que personne ne convaincra plus personne.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  panchoa le Jeu 27 Sep - 13:03

ulm a écrit:
bon, concrétement la montée sur Paris des ford a été programé depuis 3 mois. aucune échéances étaient connu d'autre boites de l'automobile. on ne va pas reprocher aux syndicats de ford de s'organiser en prenant des délais raisonable, d'autant qu'ils y avait les congés d'été. une absence de convergence le 29 au salon de l'auto serait pour moi indiquatif de beaucoup de choses car: depuis des anéées le CGt ford fait des délégations systématiques aux boites en luttent (biensur dans les limites de leurs disponibilité, de leurs finance et de la compréhension des gars de la boite) il y a eu cet interview croisé de mercier et ah oui le train des ford a des contraintes d'heures pour le retour et de ....fatigue des personnes mobiliseés;
alors si pas convergence au salon le 29, autant partir à la péche aux moules. je pense que ce ne sera pas le cas, .
panchoa

Concretement les Ford viennent seul au salon le 29. Le 9 octobre existe un appel ou de nombreuses boites manifesteront. Alors pourquoi ne pas se caller sur l' appel ou nous serons le plus nombreux. Cela n' enleve rien aux Ford. la possibilité de prendre contact avec d' autres boites seont superieures le 9 octobre.

Mais bon les camarades de LO iront voir les copains de Ford cela devrait bien se passer. Mais serieuresement vos problemes de grosses couilles n' aident pas à la mise en place d' un mouvement.



concrétement les ford viennent de maniére unitaire avec d'autre syndicat de la boite et méme de la deuxiéme boite de ford qui est situé a coté. donc trés grande nouveauté // a la derniére montée au salon. ensuite ils viennnent avec d'autre boites en luttes pour l'emploi
ensuite je trouve encore et toujours invraisemblable de dire "Mais bon les camarades de LO iront voir les copains de Ford " encore une fois la plus totale incompréhension entre partie et syndicat. ne parlons pas des salariés eux méme. les ford ils viennet a 400 et c'est pas 400 militants du NPA. ils se foutent pas mal de savoir si des copains de LO voudront bien venir les voir. ils sont interressés par retrouver d'autre boites quelques soit le syndicat pour faire le maximunde bruit et de buzz au salon de l'auto.







panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  panchoa le Jeu 27 Sep - 18:30

Solidarité et convergence. Vu sur dernière feuille d’entreprise de la CGT Ford

Nous serons reçus à la gare par un comité d’accueil de cheminot syndicalistes qui nous offrirons le café.
Au rassemblement des salariés de Fralib, de Sodimedical, des syndicalistes venus d’endroits divers pour nous apporter leurs soutien.
Des représentants politiques nationaux viendront aussi : MG Buffet pour le PCF, O. Besancenot pour le NPA, JL Melenchon pour le PG, un représentant de EELV et peut être d’autre encore.

Et puis après notre action au mondial, nous sommes invités à participer au meeting des salariés de PSA, Sanofi, Air France…eux aussi en lutte pour les emplois, meeting qui aura lieu à Aulnay à 15 heure. Nous devrions pouvoir y aller avec un bus à quelques dizaines.

Nous sommes convaincus que la solidarité doit s’exprimer le plus possible. On ne doit pas manquer une occasion pour aider et s’entre-aider, encourager les luttes des autres car au bout du compte c’est bien la convergence de nos résistances qui pourra changer la donne

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  ulm le Jeu 27 Sep - 20:01

mais non tu seras à la peche panchoa arf!arf!
Treve de plaisanterie moi j' y serais et toi?

ulm

Messages : 385
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Critique de la politique de la LO/CGT à PSA.

Message  Maxence le Jeu 27 Sep - 21:31

Pour le grand public, la lutte des travailleurs est menée radicalement à Aulnay par la CGT qui affirme "nous allons être le cauchemar du patron !" et le leader de la CGT d’Aulnay, Mercier passe systématiquement dans tous les média. Il répète sans cesse un discours qui ne dit pas nous allons unir toutes les luttes mais seulement : "La famille Peugeot va fermer Aulnay" ! Mais les licenciements en France, ce n’est pas seulement Aulnay, pas seulement Peugeot et pas non plus dû à une seule mauvaise famille de la bourgeoisie mais à toute cette classe sociale !

La suite ici.Matière & révolution

Maxence

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Jeu 27 Sep - 22:06

Mais les licenciements en France, ce n’est pas seulement Aulnay, pas seulement Peugeot et pas non plus dû à une seule mauvaise famille de la bourgeoisie mais à toute cette classe sociale !


Bravo et merci...! sinon, on n'y aurait pas pensé !!!!!! cheers
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum