Lutte ouvrière

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Dim 26 Aoû - 21:49

Eugene Duhring a écrit:Un paragraphe qui m'avait échappé quand cet article est sorti :
Trois ans après sa fondation, où en est le NPA ?
Au sortir des deux élections de ce printemps 2012, les scores du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et de Lutte Ouvrière ont été sensiblement les mêmes – c’est-à-dire plus que modestes. En ce qui nous concerne, cela ne nous a nullement surpris, car nous étions convaincus que, dans cette période de recul et de profonde démoralisation, les révolutionnaires ne pouvaient pas espérer rallier sur leurs candidatures un nombre important de voix.
Est-ce à dire que le ralliement électoral sur les candidatures de LO jusqu'en 2004 résultait d'une période non de recul mais d'avancée et non de démoralisation mais de motivation de la classe ouvrière ? Les résultats électoraux nous renseigneraient ils sur l'etat d'esprit des masses ?

Les résultats électoraux sont effectivement un élément d'information parmi d'autres sur l'état d'esprit des masses, c'est évident, même si il faut les croiser avec d'autres données .
Parler de "ralliement électoral sur les candidatures de LO jusqu'en 2004 " est simplement une sottise.
Que pendant une dizaine d'années, LO aient eu des scores un peu meilleurs que précedemment ne signifiait pas grand chose, LO l'a dit après l'avoir vérifié sur le terrain en 95 (5% pour Arlette) et la suite lui a largement donné raison contre ceux qui disaient que ce résultat permettait de concevoir autrement l'action militante et la question du parti.
Et puis, oui, depuis quelques années, la situation de la classe ouvrière et son moral se sont encore détériorés...
La démoralisation est profonde, marquée entre autre par la défaite sans vrai combat (manifs mais peu de grèves réelles) sur la question des retraites.
Alors, tout cela était évident pour qui milite sérieusement dans la classe ouvrière. Aucun étonnement donc pour les militants de LO quant à ses propres résultats et à ceux du NPA accompagnés par une décomposition militante et politique prévisible pour ce dernier.
Mais sans doute Eugène n'a-t-il pas encore ôté ses lunettes roses et pense-t-il qu'il aurait seulement fallu que ou tout le monde (!) s'unisse dans un joyeux bordel rassemblé pour que tout change....
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Lun 27 Aoû - 9:56

Vals
Que pendant une dizaine d'années, LO aient eu des scores un peu meilleurs que précedemment ne signifiait pas grand chose, LO l'a dit après l'avoir vérifié sur le terrain en 95 (5% pour Arlette) et la suite lui a largement donné raison contre ceux qui disaient que ce résultat permettait de concevoir autrement l'action militante et la question du parti.
LO a essayé de ratisser un peu, plus large autour d'elle, c'est tout. Ca n'est pas une vérification suffisante à mon avis. On ne peut pas non plus affirmer que l'unité avec la LCR/NPA, des campagnes communes etc auraient tout résolu. Mais il aurait tout de même fallu essayer pour le savoir...
Vals
La démoralisation est profonde, marquée entre autre par la défaite sans vrai combat (manifs mais peu de grèves réelles) sur la question des retraites.
Ca me semble excessif, justement parce qu'il n'y a pas eu de "vrai combat". Or il n'y a pas de profonde défaite (genre les mineurs contre Thatcher) sans vrai combat...

C'est vrai qu'un certain pessimisme (1) domine parmi un certain nombre de travailleurs et de militants syndicalistes, mais ça pourrait changer très vite... car nous n'avons pas été battus.
__
1) Ce pessimisme peut d'ailleurs contribuer à expliquer qu'ils se soient "repliés" sur le FdG et Mélenchon qui leur semblait plus crédible en l'absence de lutte et aussi face à l'incapacité de l'extrême gauche, non seulement de s'unir au moins sur un programme de lutte face à la crise, mais de proposer des perspectives claires.

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Lun 27 Aoû - 11:12

C'est vrai qu'un certain pessimisme (1) domine parmi un certain nombre de travailleurs et de militants syndicalistes, mais ça pourrait changer très vite... car nous n'avons pas été battus.
__
1) Ce pessimisme peut d'ailleurs contribuer à expliquer qu'ils se soient "repliés" sur le FdG et Mélenchon qui leur semblait plus crédible en l'absence de lutte ..........

D'accord sur cette partie de ton message et je n'ai d'ailleurs pas dit le contraire.
Décrire avec sérieux la situation et le moral du monde du travail hier ou aujourd'hui n'indique en rien ce qu'il sera demain et bien sûr nous devons miser sur une reprise de combattivité des travailleurs.....mais en ne nous leurrant pas sur l'état réel du mouvement ouvrier, syndical et politique, qui est au plus bas.

Quant à tes illusions sur le plus qu'amènerait le mariage de la carpe et du lapin (LO/NPA) , elles ont déjà fait l'objet de multiples commentaires : inenvisageable plus encore aujourd'hui qu'hier....(d'autant que le poids et l'influence des deux groupes réunis, ça reste peanuts dans la classe ouvrière)
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Eugene Duhring le Lun 27 Aoû - 21:35

verié2 a écrit:
1) Ce pessimisme peut d'ailleurs contribuer à expliquer qu'ils se soient "repliés" sur le FdG et Mélenchon qui leur semblait plus crédible en l'absence de lutte et aussi face à l'incapacité de l'extrême gauche, non seulement de s'unir au moins sur un programme de lutte face à la crise, mais de proposer des perspectives claires.
Curieuse façon de voir les choses. Evaluer le besoin de recherche d'un point d'appui organisationnel d'une fraction des travailleurs comme du pessimisme et pour cela se "replier" sur le FDG, s'apparente plus à un élan qu'à un repli. Cela conforte Vals dans la stratégie isolationniste de LO mais toi ... Cela démontre aussi à contrario le manque de confiance des travailleurs vis à vis des organisations à l'extrême-gauche - LO par exemple. Tu parles d'absence de perspectives claires de ce côté et je partage pleinement ce point de vue.
Entre une organisation centriste et qui se pose clairement comme candidate au pouvoir et une organisation soi-disante communiste qui ne cesse de se retrancher derrière l'état d'esprit des masses, les travailleurs feront toujours le choix de la première.

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Lun 27 Aoû - 23:11

Lutte ouvrière à la rencontre des Rochelais

Des militants de ce parti font escale, dans le cadre de leur tournée estivale.

Des militants de Lutte ouvrière débarquent aujourd'hui dans le centre-ville de La Rochelle. Ils font étape pour la journée, afin d'interpeller le chaland dans la rue. Objectif de cette opération politique : évoquer la situation du monde du travail.

Une structure sera dressée sur le pavé du cours des Dames, face à la Grosse Horloge. Elle abrite une librairie militante, constituée de publications issues du parti et ouverte au public de 10 h 30 à 12 h 30 et de 16 heures à 18 heures. Si quelques-uns tiennent le stand pour accueillir et renseigner les Rochelais, d'autres déambulent, tracts en main, aux alentours du marché. « Nous venons pour défendre des idées face à la crise. Il est indispensable de trouver des solutions pour que les travailleurs ne soient pas les victimes principales », précise Antoine Colin, porte-parole départemental de l'organisation communiste.

La ville constitue une étape sur leur traditionnel parcours itinérant : tout l'été, ils ont sillonné la France, s'arrêtant dans des dizaines de lieux. Aujourd'hui en Charente-Maritime, ils seront demain dans les Deux-Sèvres, à Niort.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Ven 31 Aoû - 16:30

Jean-Jacques Edmond

Jean-Jacques Edmond, Soble pour ses camarades de Lutte Ouvrière, est mort à 61 ans, après sept ans de maladies, des maladies qui lui avaient laissé des rémissions assez durables pour qu'il puisse profiter de la vie pendant de longs moments, avant cette dernière année où il fut cloué chez lui.
Pour lui, la vie c'était avant tout la vie militante. Il a tenu jusqu'au bout à ce que les réunions aient lieu chez lui pour pouvoir y participer, et continuer à militer, ne serait-ce qu'à travers les militants plus jeunes qui l'entouraient. Et il appréciait les visites de tous les camarades, pas seulement parce que c'était le signe que l'on tenait à lui, mais parce qu'ils lui apportaient des nouvelles de la vie militante.
Toute sa jeunesse, Jean-Jacques l'a passée à Saint-Ouen, une banlieue communiste. Influencé par ses grands-parents et grands-oncles ouvriers, dont certains étaient communistes et d'autres marqués par la guerre de 1914-1 918, et révolté par les sales guerres d'Algérie et du Vietnam, c'est tout naturellement qu'il se tourna, à 14 ans, à la suite de son frère, vers les Jeunesses communistes. Seulement on était en 1965, l'année où le Parti communiste appela à voter Mitterrand, et parce qu'il exprimait son désaccord avec le fait que le PC appelait à voter pour cet homme, que leur grand-père leur décrivait comme un politicien ayant été décoré de la francisque par Pétain, un ministre qui avait participé à bien des gouvernements de droite, qui avait fait guillotiner un ouvrier communiste algérien, Jean-Jacques se trouva écarté des Jeunesses communistes avant même d'y avoir formellement adhéré. C'est alors qu'il se tourna, pour comprendre, vers les idées trotskystes et Voix Ouvrière, l'organisation qui allait donner naissance à Lutte Ouvrière après Mai 68.
C'est dire que, toute sa vie consciente, Soble la passa à Lutte Ouvrière, militant dans la région parisienne, et partout où il eut l'occasion de donner des coups de main à des camarades, en province, dans les îles de la Caraïbe, vivant de petits boulots, et souvent de ses maigres économies, pour avoir plus de temps pour militer. Tout au long de ses quarante-six ans de vie militante, il s'est fait non seulement des camarades, mais des amis fidèles qui l'entourèrent jusqu'à sa mort.
Dévoué à sa classe, la classe ouvrière, à son organisation, à ses camarades, à ses amis, méprisant toute forme de vanité, gouailleur, volontaire, ayant comme on dit du « caractère », avec ce que cela implique de courage et parfois d'emportements, voilà le Jean-Jacques, le Soble, dont nous nous souviendrons. Il était un militant, un ami, sur lequel on s'appuie, même sans quelquefois en avoir conscience.
Et nous sommes solidaires, dans le chagrin, de sa compagne, qui l'accompagna jusqu'au bout en sachant lui organiser, en cette dernière année difficile, beaucoup de moments heureux, avec sa famille et ses proches.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Mer 5 Sep - 11:36

Stand de Lutte Ouvrière à la fête de l'Humanité


Vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 septembre, Lutte Ouvrière aura un stand à la Fête de L'Humanité. Le stand sera situé avenue Pablo-Picasso, comme l'année passée, juste à côté du point de rencontre numéro 13.

Dans le stand Lutte Ouvrière, vous trouverez :

- des débats : vendredi à 19 h, samedi à 16 h et à 20 h, et dimanche à 14 h,

- un espace librairie avec des ouvrages sur le mouvement ouvrier et les publications de Lutte Ouvrière.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mer 5 Sep - 19:38

Entre une organisation centriste et qui se pose clairement comme candidate au pouvoir et une organisation soi-disante communiste qui ne cesse de se retrancher derrière l'état d'esprit des masses, les travailleurs feront toujours le choix de la première.
Au plan du "front de gauche", je ne vois vraiment pas ce qui te permet de la qualifier de "centriste" : centriste, chez les marxistes, est une qualification relativement précise, et désigne une organisation hésitant entre réforme et révolution, bourgeoisie et prolétariat. Sauf que le front de gauche n'a rien de "centriste", car ils n'hésitent pas du tout entre réforme et révolution et ça fait longtemps qu'ils ont choisi !
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Gayraud de Mazars le Mer 5 Sep - 19:59

Salut Vals

Vals a écrit:Stand de Lutte Ouvrière à la fête de l'Humanité


Vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 septembre, Lutte Ouvrière aura un stand à la Fête de L'Humanité. Le stand sera situé avenue Pablo-Picasso, comme l'année passée, juste à côté du point de rencontre numéro 13.

Dans le stand Lutte Ouvrière, vous trouverez :

- des débats : vendredi à 19 h, samedi à 16 h et à 20 h, et dimanche à 14 h,

- un espace librairie avec des ouvrages sur le mouvement ouvrier et les publications de Lutte Ouvrière.

J'irai y faire un tour au stand de Lutte Ouvrière, en plus je cherche quelques bouquins que vous devez avoir... Je jetterai aussi un coup d'oeil à celui du NPA. Pour La Riposte c'est normalement rue Salvador Allende...

Camarade Vals, je ne pense pas que tu y seras sur la fête ? A moins que d'autres y fassent une sortie à la fameuse et populaire Fête de l'Humanité...

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  verié2 le Jeu 6 Sep - 10:06


Lutte Ouvrière 7 septembre 2012
Le Front de gauche et le traité européen : une diversion

Le Front de gauche de Mélenchon et le Parti communiste français, qui en est la principale force militante, font de la campagne pour un référendum sur le traité budgétaire européen l'axe principal de leur rentrée politique. Ils ont d'ores et déjà programmé une manifestation sur ce sujet pour le 30 septembre. Dans nombre de réunions de rentrée des organisations de la CGT, cette manifestation est discutée, en concurrence ou non avec celle de la confédération prévue le 9 octobre sur l'emploi.

Le traité européen, signé par Sarkozy et Merkel au début de l'année et proposé désormais à la ratification des Parlements des différents pays, contient en effet l'obligation de mener des politiques d'austérité. Mais ce n'est qu'une confirmation, à l'échelle européenne, de ce qui est en route depuis longtemps. Les différents gouvernements n'ont pas attendu la signature de ce nouveau document pour s'en prendre violemment aux populations, de l'Irlande à la Grèce et du Portugal à la France.

L'austérité « promise » par le futur traité budgétaire européen existe déjà et a conduit les travailleurs grecs à la misère, a réduit les travailleurs espagnols, portugais, italiens à la portion congrue, s'est traduite par des coupes dans les budgets sociaux et les services publics de tous les pays du continent. Cette austérité, cette politique continûment appliquée par tous les gouvernements dans tous les pays, ne dépend pas des papiers que signent ou ne signent pas les politiciens européens, pas plus que des votes des électeurs des différents pays.

Rappelons qu'en 2005 le traité constitutionnel européen, réputé « graver l'austérité dans le marbre » fut rejeté par les électeurs en France lors d'un référendum et dans d'autres pays. L'austérité n'en a pas moins continué. Elle s'est même amplifiée suite à la crise financière de 2008.

Alors plutôt que d'aller demander un hypothétique référendum dont le résultat tout aussi hypothétique serait bien incapable de faire reculer le gouvernement et le patronat, l'urgent est d'agir aujourd'hui pour organiser la riposte ouvrière.

En cette rentrée, l'attaque patronale prend la forme d'une vague de licenciements dans les grandes entreprises. Le gouvernement Ayrault, comme on pouvait s'y attendre et malgré les déclarations de campagne de certains de ses membres, laisse les mains entièrement libres au grand patronat et continue d'appliquer la politique d'austérité déjà engagée sous Sarkozy. C'est à cela qu'il faut répondre et c'est sur ce terrain que tous les militants attachés à la défense des travailleurs devraient se mobiliser face à ce gouvernement dit de gauche, comme auparavant face à un gouvernement de droite.

Dans ce contexte, cette campagne pour un référendum n'est pas seulement inutile, c'est une diversion. De la part d'un Mélenchon ce n'est pas un hasard : engager la bataille contre des moulins à vent est une manière de jouer les grands combattants sans menacer personne.

Paul GALOIS
Je partage entièrement le point de vue exprimé ici par LO.

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  panchoa le Jeu 6 Sep - 10:55

verié2 a écrit:

Lutte Ouvrière 7 septembre 2012
Le Front de gauche et le traité européen : une diversion

Le Front de gauche de Mélenchon et le Parti communiste français, qui en est la principale force militante, font de la campagne pour un référendum sur le traité budgétaire européen l'axe principal de leur rentrée politique. Ils ont d'ores et déjà programmé une manifestation sur ce sujet pour le 30 septembre. Dans nombre de réunions de rentrée des organisations de la CGT, cette manifestation est discutée, en concurrence ou non avec celle de la confédération prévue le 9 octobre sur l'emploi.

Le traité européen, signé par Sarkozy et Merkel au début de l'année et proposé désormais à la ratification des Parlements des différents pays, contient en effet l'obligation de mener des politiques d'austérité. Mais ce n'est qu'une confirmation, à l'échelle européenne, de ce qui est en route depuis longtemps. Les différents gouvernements n'ont pas attendu la signature de ce nouveau document pour s'en prendre violemment aux populations, de l'Irlande à la Grèce et du Portugal à la France.

L'austérité « promise » par le futur traité budgétaire européen existe déjà et a conduit les travailleurs grecs à la misère, a réduit les travailleurs espagnols, portugais, italiens à la portion congrue, s'est traduite par des coupes dans les budgets sociaux et les services publics de tous les pays du continent. Cette austérité, cette politique continûment appliquée par tous les gouvernements dans tous les pays, ne dépend pas des papiers que signent ou ne signent pas les politiciens européens, pas plus que des votes des électeurs des différents pays.

Rappelons qu'en 2005 le traité constitutionnel européen, réputé « graver l'austérité dans le marbre » fut rejeté par les électeurs en France lors d'un référendum et dans d'autres pays. L'austérité n'en a pas moins continué. Elle s'est même amplifiée suite à la crise financière de 2008.

Alors plutôt que d'aller demander un hypothétique référendum dont le résultat tout aussi hypothétique serait bien incapable de faire reculer le gouvernement et le patronat, l'urgent est d'agir aujourd'hui pour organiser la riposte ouvrière.

En cette rentrée, l'attaque patronale prend la forme d'une vague de licenciements dans les grandes entreprises. Le gouvernement Ayrault, comme on pouvait s'y attendre et malgré les déclarations de campagne de certains de ses membres, laisse les mains entièrement libres au grand patronat et continue d'appliquer la politique d'austérité déjà engagée sous Sarkozy. C'est à cela qu'il faut répondre et c'est sur ce terrain que tous les militants attachés à la défense des travailleurs devraient se mobiliser face à ce gouvernement dit de gauche, comme auparavant face à un gouvernement de droite.

Dans ce contexte, cette campagne pour un référendum n'est pas seulement inutile, c'est une diversion. De la part d'un Mélenchon ce n'est pas un hasard : engager la bataille contre des moulins à vent est une manière de jouer les grands combattants sans menacer personne.

Paul GALOIS
Je partage entièrement le point de vue exprimé ici par LO.

et bien moi aussi

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Jeu 6 Sep - 11:00

Gayraud de Mazars a écrit:Salut Vals

Vals a écrit:Stand de Lutte Ouvrière à la fête de l'Humanité


Vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 septembre, Lutte Ouvrière aura un stand à la Fête de L'Humanité. Le stand sera situé avenue Pablo-Picasso, comme l'année passée, juste à côté du point de rencontre numéro 13.

Dans le stand Lutte Ouvrière, vous trouverez :

- des débats : vendredi à 19 h, samedi à 16 h et à 20 h, et dimanche à 14 h,

- un espace librairie avec des ouvrages sur le mouvement ouvrier et les publications de Lutte Ouvrière.

J'ai toujours beaucoup apprécié la Fête de l'Huma et j'essaierai de m'y rendre cette année, au moins pour une journée.
Nous nous y croiserons peut-être....
Bonne Fête en tout cas....

J'irai y faire un tour au stand de Lutte Ouvrière, en plus je cherche quelques bouquins que vous devez avoir... Je jetterai aussi un coup d'oeil à celui du NPA. Pour La Riposte c'est normalement rue Salvador Allende...

Camarade Vals, je ne pense pas que tu y seras sur la fête ? A moins que d'autres y fassent une sortie à la fameuse et populaire Fête de l'Humanité...

Fraternellement,
GdM
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Vals le Jeu 6 Sep - 11:02

panchoa a écrit:
verié2 a écrit:

Lutte Ouvrière 7 septembre 2012
Le Front de gauche et le traité européen : une diversion

Le Front de gauche de Mélenchon et le Parti communiste français, qui en est la principale force militante, font de la campagne pour un référendum sur le traité budgétaire européen l'axe principal de leur rentrée politique. Ils ont d'ores et déjà programmé une manifestation sur ce sujet pour le 30 septembre. Dans nombre de réunions de rentrée des organisations de la CGT, cette manifestation est discutée, en concurrence ou non avec celle de la confédération prévue le 9 octobre sur l'emploi.

Le traité européen, signé par Sarkozy et Merkel au début de l'année et proposé désormais à la ratification des Parlements des différents pays, contient en effet l'obligation de mener des politiques d'austérité. Mais ce n'est qu'une confirmation, à l'échelle européenne, de ce qui est en route depuis longtemps. Les différents gouvernements n'ont pas attendu la signature de ce nouveau document pour s'en prendre violemment aux populations, de l'Irlande à la Grèce et du Portugal à la France.

L'austérité « promise » par le futur traité budgétaire européen existe déjà et a conduit les travailleurs grecs à la misère, a réduit les travailleurs espagnols, portugais, italiens à la portion congrue, s'est traduite par des coupes dans les budgets sociaux et les services publics de tous les pays du continent. Cette austérité, cette politique continûment appliquée par tous les gouvernements dans tous les pays, ne dépend pas des papiers que signent ou ne signent pas les politiciens européens, pas plus que des votes des électeurs des différents pays.

Rappelons qu'en 2005 le traité constitutionnel européen, réputé « graver l'austérité dans le marbre » fut rejeté par les électeurs en France lors d'un référendum et dans d'autres pays. L'austérité n'en a pas moins continué. Elle s'est même amplifiée suite à la crise financière de 2008.

Alors plutôt que d'aller demander un hypothétique référendum dont le résultat tout aussi hypothétique serait bien incapable de faire reculer le gouvernement et le patronat, l'urgent est d'agir aujourd'hui pour organiser la riposte ouvrière.

En cette rentrée, l'attaque patronale prend la forme d'une vague de licenciements dans les grandes entreprises. Le gouvernement Ayrault, comme on pouvait s'y attendre et malgré les déclarations de campagne de certains de ses membres, laisse les mains entièrement libres au grand patronat et continue d'appliquer la politique d'austérité déjà engagée sous Sarkozy. C'est à cela qu'il faut répondre et c'est sur ce terrain que tous les militants attachés à la défense des travailleurs devraient se mobiliser face à ce gouvernement dit de gauche, comme auparavant face à un gouvernement de droite.

Dans ce contexte, cette campagne pour un référendum n'est pas seulement inutile, c'est une diversion. De la part d'un Mélenchon ce n'est pas un hasard : engager la bataille contre des moulins à vent est une manière de jouer les grands combattants sans menacer personne.

Paul GALOIS
Je partage entièrement le point de vue exprimé ici par LO.

et bien moi aussi

Je n'étonnerai personne en disant que cet article reflète parfaitement mon point de vue...Au passage, ça rassureara peut-être Eugène qui croyait voir dans mes interventions un décalage avec les positions de LO....
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 6 Sep - 21:38

Salut camarade Vals,

suite à :

"J'ai toujours beaucoup apprécié la Fête de l'Huma et j'essaierai de m'y rendre cette année, au moins pour une journée.
Nous nous y croiserons peut-être....
Bonne Fête en tout cas...."

Si tu te décides à y aller je te donnerai mon numéro de portable pour qu'on boive un coup ensemble !

Bien fraternellement,
GdM

avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Ven 7 Sep - 21:53

Les militants de Lutte Ouvrière au contact des citoyens.

Les Militants de Lutte Ouvrière étaient, récemment, présents au centre-ville pour discuter avec les passants de la vague de licenciements annoncés par le patronat.
« Dans la rue, Colmar hier, Mulhouse aujourd’hui et Haguenau demain, pour dire aux salariés que l’on peut changer l’ordre des choses et interdire les licenciements en partageant le travail entre tous », a déclamé Aimé Sense, militant de Lutte ouvrière. Le parti d’extrême-gauche estime que « les travailleurs doivent préparer la riposte aux attaques du patronat et à la hausse des prix des produits de première nécessité qui rognent les revenus des familles ».
Un militant enfonce le clou : « Le gouvernement ne veut pas s’en prendre aux profits des grands groupes capitalistes, seul un mouvement social du monde du travail pourra s’opposer aux licenciements. » L’inquiétude des militants de Lutte ouvrière était apparente, car « aucun travailleur ne peut être assuré de garder son emploi », pensent-ils. « Nous sommes ceux qui produisent les richesses, c’est une force que nous pourrons utiliser pour interdire les licenciements », avance Aimé Sense. « Nous revendiquons un salaire minimum de 1 700€pour vivre correctement et un droit de regard sur la situation financière d’une entreprise qui annonce un plan de licenciement », précise Ferry Geraud, militant de Lutte ouvrière.
Les militants estiment que « seules la mobilisation des travailleurs et la reconstruction du parti communiste » feraient avancer les revendications sociales.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Lun 10 Sep - 20:20

POUR QUI ROULE LUTTE OUVRIÈRE ?

J’ai failli intituler cette note « Pourquoi tant de haine ? » Moi, je croyais que LO, c’était nos copains. Hors Front de Gauche, certes, mais plutôt du même bord que nous. Les divergences tactiques avec ces camarades ne devant pas masquer les convergences de fond, notamment sur ce que doit être une société débarrassée du capitalisme. Osons les grands mots, une société « sans État et sans classes ». Je me souviens d’une époque, dans mes jeunes années, où je trouvais Arlette vachement plus classe que Robert le barbichu. Au point de donner ma voix aux dits camarades, à l’occasion. Parce que reconnaissons-le, il a fallu le TCE pour réveiller le PCF de sa torpeur, et quelques années encore pour voir émerger le Front de Gauche tel que je m’y reconnais aujourd’hui.

Alors, camarades, pourquoi tant de haine à notre égard, et à l’égard de l’ancien porte-parole de notre programme politique, le camarade Jean-Luc ? Que vous ne parveniez pas à faire la différence entre les propos de celui-ci et ceux d’autres camarades du Front de Gauche, ça ne m’étonne pas. La morale de moines-soldats qui vous caractérise vous honore à bien des égards, mais elle n’est pas la nôtre. Nous, nous questionnons ouvertement la ligne, régulièrement, publiquement même, et je vous raconte même pas les coups de piolets idéologiques quand on est entre nous. On aime ça, ça nous paraît important de dépasser la scolastique de la sainte trinité Marx-Lénine-Trotsky. Nous voyons la politique comme une institution séculaire, pas régulière. Je ne dis pas que nos méthodes n’ont pas de faiblesses, mais je crois qu’elles ont le mérite de la cohérence. Pour qui voudrait faire vivre une démocratie de conseils, il faut prendre la mesure des risques que cela comporte. Notre projet d’éducation populaire vise ainsi à impliquer les classes laborieuses dans le processus politique. Refuser la dialectique, ou ne pas pratiquer cette éducation populaire, c’est ouvrir la voie à un nouveau maoïsme.

Mais je m’égare, cher lecteur et camarade, pardonne-moi. Lutte Obscure, donc, concentre actuellement ses feux sur nous, parce qu’il est probablement vérifiable que nous faisons plus de tort au prolétariat que le capitalisme lui-même dont nous sommes, cela va sans dire, les complices. Camarade Laurence (Parisot), toi qui lis régulièrement ce que j’écris (tu me l’as dit lors de notre dernière soirée Front de Gauche et Spéculation sur le blé, ce soir-là, au bar du Crillon, tu portais cette belle robe rouge de madone révolutionnaire), toi qui sais reconnaître les tiens, tu sais bien que nos intérêts sont ceux du Capital. Dernière cible en date, notre positionnement en faveur d’un référendum sur le TSCG. Ton argument, ce combat détournerait nos forces des vrais problèmes, puisque ce traité ne changerait rien à la casse de toutes façons programmée du monde du travail en Europe. Ce qui est très con, c’est que cet argument, je l’ai déjà présenté dans une note où je flinguais moi-même le dit traité. Il t’a sans doute échappé que pour moi comme pour mes camarades, l’analyse purement économique de la question était largement partagée.

Camarade, tu prétends que ce traité ne changera rien à la donne, qu’il soit signé ou pas. Dans le fond, je suis d’accord. En pratique, cependant, il n’est pas de combat secondaire. Ce que tu ne sembles pas comprendre, c’est que réclamer un référendum, c’est d’abord réclamer une tribune, une occasion de se faire entendre. Camarade, tu subis comme moi les médias bourgeois à longueur d’année, tu sais aussi que si le choix du référendum était adopté, ceux-ci ne nous feraient pas plus de cadeaux qu’en 2005. Tu sais enfin que même en cas de victoire du non, il n’y aurait pas de changement de trajectoire à espérer du gouvernement, pas de fameux plan B. Mais tu sembles négliger une chose essentielle. En 2005, c’est le Non qui l’avait emporté. Nos idées, nos valeurs avaient progressé. C’était balbutiant, mais porteur des germes de l’espoir, parce que ce prolétariat, que tu prétends vainement représenter depuis si longtemps, s’était lui-même saisi de la question, et avait refusé le choix des éditocrates. Le référendum de 2005 est à mon sens l’acte historique fondateur du renouveau de la gauche. Conjugué à la décrépitude ségoléniste du parti soi-disant socialiste, le champ était mûr pour l’émergence du Front de Gauche en 2008. Alors, fort de cette analyse, je me pose la question. Pourquoi tant d’acharnement contre notre volonté de référendum. Te rends-tu compte, camarade, qu’à nous tirer dans les pattes, tu fais la joie du gouvernement ? Au bout d’un moment, j’en viens à craindre qu’effectivement, tu en sois parfaitement conscient, et que cette propagande que tu mènes a pour but d’empêcher que nous prenions de l’ampleur. Mais sur ce point je te rassure, piquer des électeurs à LO ne nous permettra jamais de prendre une quelconque ampleur.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Rougevert le Lun 10 Sep - 20:41

L'origine et l'auteur de ce texte devraient être plus explicitement indiqués:
http://rocknrouge.wordpress.com/2012/09/06/pour-qui-roule-lutte-ouvriere/

Personnellement, je trouve ce texte franchement paranoïaque: je ne crois pas que le FdG soit "l'ennemi principal"...même d'une orga à laquelle je n'appartiens pas.
Quant au titre, il nous ramène aux pires heures du stalinisme.
avatar
Rougevert

Messages : 2069
Date d'inscription : 06/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Lun 10 Sep - 21:22

Rougevert a écrit:L'origine et l'auteur de ce texte devraient être plus explicitement indiqués:
http://rocknrouge.wordpress.com/2012/09/06/pour-qui-roule-lutte-ouvriere/

Personnellement, je trouve ce texte franchement paranoïaque: je ne crois pas que le FdG soit "l'ennemi principal"...même d'une orga à laquelle je n'appartiens pas.
Quant au titre, il nous ramène aux pires heures du stalinisme.
Bien d'accord, il faut lire les commentaires pour y voir plus clair, d'ailleurs y a une bonne réponse d'un camarade de LO qui n'a pu t'échapper...

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  nico37 le Mar 11 Sep - 21:32

Hollande dans les pas de Sarkozy Nathalie ARTHAUD, Lutte Ouvrière

Appelé à s’expliquer sur sa politique, Hollande s’est longuement exprimé. Eh bien, le patronat a de quoi être comblé.
Le patronat voulait une « réforme du marché du travail » pour faciliter les licenciements et améliorer la compétitivité, il l’aura ! Le patronat voulait baisser le coût du travail, Hollande s’y colle avec une réforme du financement de la protection sociale. Elle consistera à augmenter la CSG et faire ainsi payer à tous les travailleurs une partie des cotisations patronales. Exit « la TVA sociale » de Sarkozy voici la « CSG sociale » de Hollande !
Tout l’art de Hollande consiste à faire passer sa politique favorable au patronat pour une politique de gauche. L’exercice de style frise le ridicule quand il est question des procédures de licenciements. Le gouvernement souhaite en effet rendre les procédures de licenciements plus sûres pour les salariés mais aussi plus sûres pour les entreprises ! Si l’entreprise est sûre de pouvoir licencier, il n’y a qu’une chose de sûre pour le salarié : il sera dehors. Et concrètement que propose Hollande contre les licenciements chez PSA ? Que les syndicats et la direction de PSA s’entendent et négocient ! Comme s’ils pouvaient tomber d’accord !

La politique de Hollande est une mystification.

Il dit vouloir combattre le chômage mais il ne veut pas combattre les licencieurs, il ne veut pas s’opposer aux fermetures d’entreprises et aux licenciements.
Il parle de justice sociale mais il programme un plan d’austérité drastique avec 10 milliards de dépenses publiques en moins, cela signifiera des services publics dégradés et des emplois supprimés. Quant aux 10 milliards d’impôts supplémentaires payés par les ménages, c’est illusoire de croire que cela ne pèsera pas sur le pouvoir d’achat des classes populaires.
Hollande veut ménager la chèvre et le chou, les travailleurs et le patronat mais il ne peut pas y avoir de politique « gagnante gagnante ». Il n’y a pas de politique qui concilie et les intérêts du patronat et les intérêts des travailleurs. Dans cette crise il faut que quelqu’un paye. Si on n’est pas prêt à faire payer à la bourgeoisie et les plus fortunés, c’est sur les classes populaires que cela retombera.
Pour sauver les emplois, pour arrêter l’hémorragie du chômage il faut prendre sur les profits de la bourgeoisie. Pour relever les salaires, il faut prendre sur les fortunes accumulées par les actionnaires. Pour construire les logements nécessaires, sortir les hôpitaux de la misère, donner les moyens à l’éducation nationale, aux transports de fonctionner il faut mettre un terme au racket des banquiers !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mar 11 Sep - 22:48


Personnellement, je trouve ce texte franchement paranoïaque: je ne crois pas que le FdG soit "l'ennemi principal"...même d'une orga à laquelle je n'appartiens pas.
C'est grosso modo ce que le front de gauche disait de nous, jusqu'a la semaine dernière...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Rougevert le Mer 12 Sep - 0:12

Oui, alors c'est bien de la paranoïa....
avatar
Rougevert

Messages : 2069
Date d'inscription : 06/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Nestor.Makno le Mer 12 Sep - 10:36

gérard menvussa a écrit:

Personnellement, je trouve ce texte franchement paranoïaque: je ne crois pas que le FdG soit "l'ennemi principal"...même d'une orga à laquelle je n'appartiens pas.
C'est grosso modo ce que le front de gauche disait de nous, jusqu'a la semaine dernière...

Désolé si je débarque, j'ai pas suivi, mais il disait ça de qui ?
avatar
Nestor.Makno

Messages : 4
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mer 12 Sep - 12:26

Certains camarades du front de gauche n'arrétaient pas de critiquer notre propention a critiquer avant tout la politique suivie par leur organisation. Et disaient que nous faisions ainsi le jeu de la droite (quand les plus parano n'estimaient pas que nous soyons payés par la droite)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  dug et klin le Mer 12 Sep - 13:16

gérard menvussa a écrit:Certains camarades du front de gauche n'arrétaient pas de critiquer notre propention a critiquer avant tout la politique suivie par leur organisation. Et disaient que nous faisions ainsi le jeu de la droite (quand les plus parano n'estimaient pas que nous soyons payés par la droite)

Hé non,Gérard les pires dans ceux qui vous attaquent ne sont pas ceux qui vous accusent d'etre payé par la droite,mais ceux qui disent que vous le faite gratuitement et de bon coeur.
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  gérard menvussa le Mer 12 Sep - 13:19

Depuis une semaine, ils ne disent plus rien... Ou ils essayent de taper sur LO, mais ça les intéresse moins....
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte ouvrière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum