Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Jeu 5 Sep - 15:51

http://www.vp-partisan.org/article1079.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne pour la manifestation du 10 septembre : "Le travail CASSE, la retraite AU RABAIS : C’est toute la société que nous devons changer !"

Une réforme après l’autre et avant la suivante…

Nouvelle attaque du gouvernement Hollande. Après les sans-papiers, après les milliards aux patrons, après l’ANI, la réforme de l’éducation nationale et les attaques contre la santé, après les interventions au Mali et en Syrie, c’est une nouvelle réforme des retraites : le gouvernement PS est dans la continuité de Sarkozy, les projets de la bourgeoisie ne changent pas avec la couleur du gouvernement.
La désillusion est forte pour celles et ceux qui pensaient que la revanche de 2010 se ferait dans les urnes… Ce n’est pas la revanche, au contraire c’est la suite !
Et dans sa manière de faire, le PS au pouvoir introduit l’idée que le capitalisme doit être réformé en permanence, le fatalisme, on n’y peut rien…

Le problème, ce n’est pas que le gouvernement est « sourd de l’oreille gauche », c’est qu’il agit de concert avec le patronat, industriel et financier, pour améliorer la santé du capitalisme français en difficulté dans la guerre économique mondialisée ! Et Moscovici se fait applaudir par le MEDEF et son nouveau patron Gattaz.

Les retraites, c’est une affaire DE CLASSE !

Ce sont les ouvriers, les prolétaires, les premiers touchés, les premiers concernés. Cassés par l’exploitation au boulot, ils sont jetés dès 55 ans (au chômage ou en invalidité) et meurent plus jeunes que tous les autres. Ca y est : l’espérance de vie en bonne santé a déjà baissé !
Alors on nous parle pénibilité… Mais on n’est plus sur le départ à 50 ans, on n’est plus sur la défense des régimes existants (égoutiers, lignards, cheminots…), on est sur l’individualisation. Et alors que la CGT s’y opposait farouchement depuis des années, Thierry Lepaon rentre dans le jeu du compte individuel épargne pénibilité dans son dernier courrier à Ayrault…

Face à une attaque de classe, réponse de classe !

Le capitalisme, c’est la guerre, économique et militaire. La guerre où ce sont les prolétaires et les peuples du monde qui paient la facture.
La guerre au Proche Orient, la guerre au Mali, la guerre dans les restructurations d’entreprises, dans l’automobile ou l’agro-alimentaire.
Le capitalisme est en crise, les bourgeois doivent vaincre ou périr, écraser leur concurrents requins. Alors, c’est toujours plus d’exploitation, de cadences et tant pis pour notre santé et notre vie sociale, des retraites au rabais, tant pis pour les anciens trop usés pour être encore utiles, toujours plus de précarité et tant pis pour les jeunes qui enchainent les petits boulots…

Aujourd’hui, les capitalistes jettent les anciens dès 55 ans, plus assez productifs… C’est la réalité des chiffres, pas les beaux discours.
C’est pour cela que nous revendiquons :
La retraite à 55 ans, 50 ans pour les travaux pénibles, sans aucune condition de trimestre !
La pension à 75% du dernier salaire, minimum de 1700 €, plafonné à 3500 € !

Les bourgeois, qui tiennent tous les rênes de la société, qui ont tous les pouvoirs, ils ne sont pas capables de nous donner du boulot ? Et bien tant pis, qu’ils nous permettent de vivre correctement sans travailler ! La crise ce n’est pas la nôtre, c’est la leur !

Comment sortir de cette spirale infernale ?

Le PS Hollande et l’UMP Sarkozy/Copé/Fillon chicanent sur des virgules, ils sont en fait d’accord.

En face, on a ceux qui nous proposent une « meilleure répartition des richesses », avec par exemple le projet emploi-salaires-retraites de la CGT et aussi du Front de Gauche. Ça part d’un bon sentiment, un peu évident, « il n’y a qu’à » prendre l’argent là où il est !
Mais pour eux, la concurrence et la guerre économique mondialisée, ça n’existe pas. La crise n’est qu’un « prétexte »… Mais enfin, dans quel monde vivent-ils ? Quelle est cette illusion insensée qu’il suffirait d’augmenter les salaires et d’embaucher pour régler la crise capitaliste et la concurrence mondiale ?

Mais pourquoi ne disent-ils pas un mot de la concurrence, des délocalisations, de la guerre féroce entre requins de tous bords, tout autour de la planète, comme en ce moment dans l’automobile ?
Pourquoi ne demandent-ils pas la baisse des cadences, la suppression du travail à la chaîne, du travail posté, du travail de nuit, des horaires insensés, de l’intérim et de tous les contrats précaires ? La solution de la crise du capitalisme, ce n’est pas un peu plus de salaires et de protection sociale, tout en restant continuant à suer sang et eau au profit de nos exploiteurs !

La solution de la crise du capitaliste, c’est en finir avec l’exploitation, la vie que nous subissons toutes et tous, au travail ou au chômage !

Travailler tous, travailler moins, travailler autrement !

Changer le travail, changer la retraite !

En finir avec l’exploitation, devenir maître de son destin, décider collectivement de ce qui est utile de produire et ce qui ne l’est pas, pouvoir effectuer en même temps un travail manuel et un travail intellectuel, décider des priorités de l’Etat pour le peuple (et pas pour le capital).
Changer le travail lui-même, bouleverser de fond en comble le système de production pour préserver la santé physique et mentale des travailleurs.
Permettre aux anciens de finir dignement leur vie en participant à l’activité sociale, avec une réduction progressive de leur participation, qui tienne compte de leurs capacités physiques et de santé.
Permettre aux jeunes de s’insérer immédiatement dans la collectivité, sans attendre 25 ou 26 ans à merder d’un petit boulot à l’autre…

C’est une révolution qu’il nous faut, qui suppose d’en finir avec les bourgeois, l’exploitation, le profit.
Nous voulons « un autre monde », revenir à l’idéal du communisme porté par les révolutionnaires de la Commune, des Révolutions russe et chinoise !

Le Socialisme, c’est n’est pas Hollande et sa clique ! Le Communisme, cela n’a rien à voir avec les petites réformes du PCF et du Front de Gauche !

C’est la Voie Prolétarienne qu’il nous faut reprendre !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 24 Sep - 23:08

http://www.vp-partisan.org/article1104.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne de Région Parisienne en soutien à la marche du Grand Paris des sans-papiers initiée par l'UNSP

Solidarité avec les marcheurs ! Vive la lutte des sans papiers pour l'égalité des droits !

Engagés dans le soutien actif au combat des sans-papiers, nous saluons la construction d’un mouvement des sans-papiers défendant le mot d’ordre de régularisation de tous les sans-papiers. Avec eux, nous affirmons que la seule façon de lutter, d’éviter les pièges de la division, c’est d’exiger LA REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS, ce qui veut dire, non seulement celle de ceux qui travaillent, de ceux qui sont en chômage, de leur famille, des malades, les étudiants, lycéens…. DE TOUS !

Aujourd’hui, le gouvernement Hollande a fait la preuve qu’il poursuit la même politique que Sarkozy : celle de la chasse aux sans-papiers et de la concurrence entre les travailleurs français et immigrés. En contestant le droit au regroupement familial, ce gouvernement va même plus loin dans la négation des droits humains, alors que nous revendiquons la libre circulation !

Aujourd’hui on sait encore mieux qu’hier que c’est dans la lutte et dans l’organisation collective que les exploités peuvent obtenir l’égalité. Il y a 30 ans, les jeunes issus de l’immigration et des banlieues ont marché pour revendiquer l’égalité des droits que le PS refuse aujourd’hui : leur objectif reste d’actualité !

Nous refusons cette société fondée sur la concurrence, l’individualisme, la guerre économique. Nous voulons un monde solidaire, juste, égalitaire, sans domination impérialiste, et sans exploitation, sans la misère qui pousse à l’exil. Un monde où les travailleurs associés seront maîtres de leur vie. Lutter pour la régularisation massive de tous les sans-papiers, c’est lutter pour le renforcement des travailleurs, en faisant reculer la division, face à nos ennemis.

Fermeture des centres de rétention : Vouloir vivre n’est pas un crime, expulser si !
Vivre en famille c’est un droit pour tous ! Regroupement familial sans conditions !
Régularisation sans condition de tous les sans-papiers ! Non aux régularisations cas par cas ! Les critères on n’en veut pas !
Français-immigrés, avec ou sans-papiers, hommes ou femmes :
LES BOURGEOIS SONT NOS ENNEMIS !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Estirio Dogante le Mer 25 Sep - 12:19

Un beaux tract qui diffère de tant d'autres au style journalistique, froid, démoralisé.

Ce n'est pas pour éviter de tomber dans le gauchisme que l'on doit perdre son âme de communiste.

Un tract ce n'est pas seulement un appel à la raison mais aussi aux cœurs solidaires et cette "raison" parle directement à la longue expérience accumulée des masses séculairement exploitées..

Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 8 Oct - 13:29

http://www.vp-partisan.org/article1113.html

Délcaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "Lampedusa, les larmes de crocodile des responsables criminels!"

L’horreur du naufrage et de la mort de centaines d’immigrants africains font la une des télévisions et des journaux. L’émotion est légitime, mais elle ne doit pas être manipulée par les responsables de cette politique Il n’y a aucune fatalité à cela. En dépit de l’émotion que disent partager tous les dirigeants européens qui font comme si ces noyés étaient les premiers, des dizaines de milliers sont déjà morts noyés en Méditerranée.

Nous, communistes et internationalistes de l’OCML Voie Prolétarienne, défendons le droit à la libre circulation des hommes et des femmes, parce qu’il ne doit pas exister de frontières entre les travailleurs, alors que les exploiteurs, leurs marchandises et les capitaux ne les connaissent pas.

Nous dénonçons les hommes politiques de la bourgeoisie qui font des étrangers un « problème » et une menace. Nous disons que ce qui nous menace tous les jours ce ne sont pas 17 000 Roms, soit disant inassimilables pour Valls, ou des immigrants fuyant les guerres atroces dans lesquelles sont impliqués « nos impérialismes », mais les politiques mises en œuvre contre nos droits, conditions de travail et de vie de travailleurs.

Nous tenons à rappeler que la France, pas plus qu’aucun autre pays d’Europe, n’est menacée par « l’invasion de la misère du monde », que les millions d’immigrants et les réfugiés dans le monde vont d’abord vers d’autres pays pauvres. Des millions de Libyens ont été accueillis en Tunisie pendant l’intervention impérialiste en Libye. De Millions de Syriens aujourd’hui sont accueillis en Jordanie, au Liban, comme les Irakiens l’avaient déjà été. La majorité des immigrants économiques maliens vont vers d’autres pays d’Afrique. Partout ils sont mieux accueillis que dans « la patrie des droits de l’Homme ».
Nous tenons à rappeler que si des hommes et des femmes quittent leur pays, c’est qu’ils y connaissent la misère ou la guerre. Ils tentent ailleurs de trouver un travail pour faire vivre leur famille, ou la sécurité, pas pour « bénéficier des services publics et la sécurité sociale ». N’oublions pas combien leurs pays sont pillés par les impérialistes européens et que les guerres, qui y sont provoquées ou encouragées, ne le sont pas pour le bien des peuples, mais en raison des intérêts économiques et stratégiques des rapaces capitalistes.

Alors, nos dirigeants, qui sont dit tellement attristés, vont-ils modifier leur politique ? Non pas le moins du monde. Ils vont renforcer Frontex, pour éviter que les migrants se noient en mer, en les bloquant aux rivages sud de la Méditerranée. Déjà le Maroc participe efficacement à cette politique, si bien qu’il n’est plus guère possible de passer par Gibraltar. La Libye de Kadhafi s’y était engagée… Nos dirigeants pourront alors avoir la conscience tranquille. Les migrants ne se noieront plus. Ils mourront de soif dans le Sahara.

Dans ce torrent des larmes hypocrites, nous saluons le courage et la dignité des pêcheurs de Lampedusa qui ont été entravés dans le sauvetage par les autorités italiennes et européennes.

Contre les discours xénophobes qui gangrènent les partis politiques dit démocratiques, nous réaffirmons :

Pas de Frontières entre les exploités
Liberté de circulation et d’installation
Solidarité dans la lutte contre les politiques de division
Solidarité contre les politiques capitalistes et impérialistes de misère sociale et de pillage des pays dominés
A bas le pillage et les guerres impérialistes


Le 8 Novembre 2013

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mer 16 Oct - 17:07

http://www.vp-partisan.org/article1120.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne d'Aubervilliers : "Aubervilliers, une lutte contre l’épuisement des enfants et le péri-scolaire au rabais"

Après 3 semaines de classe, avec les rythmes scolaires mis en place par la mairie PS à Aubervilliers, les enfants sont épuisés, les enseignants et personnels de service débordés. Les animateurs se sont mis en grève les premiers, rejoints par les parents. Puis, les enseignants ont fait grève la semaine suivante. A chaque fois, les parents sont présents, les assemblée générales dans la mairie se terminent par des promesses floues de la mairie, et la colère de ceux qui sont présents. Nous voulons l’arrêt de ces rythmes scolaires pas des promesses de lendemains meilleurs.

Cette réforme dite « loi sur la refondation de l’école » avait été adoptée à l’Assemblée Nationale le 5 juin, elle avait reçu le soutien des députés du Front de gauche, des Verts, après les « avancées » obtenues au Sénat. Dés le début, les 33 conseils d’école de la ville votaient contre ces rythmes scolaires et demandaient le report de son application. Rien n’y fait le maire décida de l’appliquer quand même : c’est ça la démocratie bourgeoise !

Derrière ce projet le PEDT.

Sous ce projet se cache le Projet Éducatif Du Territoire (PEDT), qui est la continuité de la décentralisation de l’Éducation Nationale déjà amorcé par le gouvernement Sarkozy. Le PEDT est rédigé par le territoire pour l’ensemble de la communauté éducative, ainsi, à terme les pédagogies et projets d’écoles devraient se caler sur ce PEDT, ce qui mettrait fin à la liberté pédagogique( Fin des projets alternatifs) Ce qui signifie qu’à plus ou moins long terme, les programmes de l’Education Nationale seront assujettis aux bon vouloir des mairies. Ça fait rêver avec une mairie FN ou bien réac ! ! ! On pourrait rajouter que ces inégalités entre régions face à l’enseignement, toucheront plus durement les enfants des quartiers prolos et des campagnes pauvres. Et ça, les parents le ressentent, comme il est écrit sur un panneau tenu par une maman : « Ma commune est pauvre, mon péri-scolaire aussi ! »

Travailler plus pour être plus épuisés

La mobilisation sur Aubervilliers est une claque à tous ceux qui disent que nous ne occupons pas de nos enfants. Que dans les citées les enfants traînent. C’est peut être aussi à cause des horaires de travail de merde que l’on donne aux parents, au travail du dimanche qui explose les familles ! Alors qu’ au travail on est épuisé, on veut maintenant nous faire croire que c’est normal que nos enfants soient épuisés à l’école. Nous ne l’acceptons pas. Il faut réduire le temps de travail, suprimer les horaires en miettes qui provoque la fatigue. Il faut se battre pour changer de société afin de changer l’école. Les 9 et 10 novembre nous organiserons un Forum qui traitera de ces sujets, nous vous y invitons.
Nous sommes solidaires des luttes à Aubervilliers pour l’abrogation de ces rythmes scolaires, continuons la lutte jusqu’à la victoire !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mer 16 Oct - 17:08

http://www.vp-partisan.org/article1118.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "Soutien aux luttes contre les rythmes scolaires!"

Alors que les parents des quartiers populaires sont systématiquement caricaturés comme démissionnaires, absents, irresponsables, ces mêmes parents, comme à Aubervilliers (93), montrent leur détermination face à une mairie qui pensait faire ce qu’elle voulait. Les parents sont soucieux du bien être de leurs enfants. Alors qu’eux même subissent des conditions de travail difficiles, des conditions de logement inacceptables pour certains, alors que parfois un écart se fait entre les exigences de l’école et leur perception de cette institution, les parents ont décidé de ne pas se laisser faire, de compter dans les décisions qui sont prises pour leurs enfants. Ce sont les parents les plus en difficulté qui sont les plus radicaux, qui sont moteurs dans ce mouvement, les petits bourgeois cherchant à ménager la chèvre et le chou en cherchant des solutions plus adaptés, en voulant faire des propositions.
Nous, l’organisation Voie Prolétarienne, sommes solidaires de cette lutte des parents, des enseignants et des animateurs. La mairie doit supprimer cette réforme avec le maintien des emplois des animateurs recrutés pour sa mise en place. Le gouvernement doit abroger cette reforme des rythmes scolaires.
Nous dénonçons le gouvernement PS qui continue la politique du gouvernement précédent sous couvert d’humanisme, en accentuant la décentralisation de l’éducation nationale et les inégalités territoriales face à l’enseignement. La bourgeoisie PS continue le travail de réforme des pouvoirs publics par des moyens détournés en faisant croire à une avancée pour les enfants. En mettant en place cette réforme, le gouvernement accentue les inégalités des régions face à l’enseignement, touchant plus durement les enfants des quartiers prolos et pauvres.
Le capitalisme, c’est la souffrance au travail des parents et la souffrance à l’école des enfants.
Le rythme des enfants correspond au rythme des parents. La seule façon de régler la question du temps de présence des enfants dans la collectivité est de supprimer la division sociale du travail (c’est-à-dire la division entre manuel et intellectuelle, dirigeant et dirigé) et de réduire le temps de travail des parents. L’école n’est pas isolée de la société, elle en est le reflet. Elle est et sera toujours un lieu de reproduction social qui classe et oriente les enfants en fonction des besoins du capital et de la division sociale du travail. Il faut donc changer de société si nous voulons changer le rythme de l’école.

Aubervilliers le 07 octobre 2013

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mer 16 Oct - 17:09

http://www.vp-partisan.org/article1122.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "17 octobre 1961 : ni oubli, ni pardon !"

Depuis 1981, nous manifestons chaque 17 octobre pour faire éclater la vérité, pour que ne soit pas oublié le 17 octobre 1961 : le plus grand massacre d’ouvriers à Paris depuis la Commune. Ce jour-là, le FLN manifeste pacifiquement pour la levée du couvre-feu imposé aux Algériens. Maurice Papon, alors préfet de Paris, ordonne une répression policière d’une grande violence qui fait des centaines de morts et de disparus.

Il a fallu attendre l’année dernière pour que l’Etat français avec Hollande reconnaisse publiquement les faits, sans assumer réellement aucune responsabilité.
Idem pour les morts de Charonne : Delanoë a inauguré en 2007 une place du « 8 février 1962 ». C’est donc cela le « changement » ? Après un Sarkozy chantre de « l’anti-repentance » et des « bienfaits de la colonisation, après les déclarations de Marine Le Pen sur la « culpabilité permanente » et les « criminels du FLN » ? On voudrait nous dire quoi ? Que « faute avouée doit être à moitié pardonnée » ? Allez au passage, une ou deux déclarations sur le massacre de Sétif et les essais nucléaires au Sahara des années 60 et puis basta ? Tenter une « pacification » de l’histoire et de la mémoire, pour préserver la signature des contrats du gaz et du pétrole et sauver les intérêts de l’impérialisme ?
En 1981 nous écrivions déjà : « le PS parle de « célébrer les morts » de la guerre d’Algérie, il cherche à faire l’unité de tous, colons et anticolonialistes. Il veut noyer tout le monde dans une unité nationale mensongère. » La seule unité qui compte pour nous, c’est l’unité de la classe ouvrière, certainement pas l’union avec nos exploiteurs derrière un drapeau.
Se souvenir du 17 octobre 1961, c’est s’informer et comprendre ce qui s’est passé à l’époque, pour que toute la vérité soit connue, pour rendre justice aux combats des noyés de 1961. Mais il ne s’agit pas seulement d’un « devoir de mémoire », le colonialisme et le racisme, ce n’est pas du passé.
En 2011, pour le 50ième anniversaire, nous écrivions : « les prolétaires ne meurent plus sur le pavé parisien ou noyés dans la Seine. Chassés de leur pays par l’ordre impérialiste, beaucoup meurent en mer, sans susciter plus d’indignation que les noyés du 17 octobre. »
Ce 17 octobre 2013, nous ne pouvons oublier les morts de Lampedusa, ni l’hypocrite indignation des vrais responsables. Ce 17 octobre nous sommes encore là, pour demander réparation de tous les crimes des impérialistes, et de la spoliation des peuples qui continue.
Il n’y aura ni justice, ni paix pour les prolétaires tant que l’impérialisme règnera. La mémoire du 17 octobre 1961, de ceux et celles qui ont lutté et péri, vit dans nos combats !

Pour l’unité de la classe ouvrière, multinationale et internationale
Non aux guerres impérialistes de la France
Non à la fermeture des frontières
Régularisation de tous les sans-papiers
Égalité de tous les droits politiques et sociaux
Solidarité des peuples dans la lutte contre l’impérialisme

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Ven 18 Oct - 16:29

http://www.vp-partisan.org/article1124.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne : "Expulsions : le PS prit en flagrant délit !"

Expulsés par la droite ou par la gauche, quelle différence ?

Depuis son retour aux affaires en mai 2012, le PS a poursuivi très vaillamment la politique menée par Sarkozy concernant l’immigration : refus de régularisation collective, quotas par profession pour des régularisations individuelles, objectifs chiffrés d’expulsions, etc. Hollande s’était engagé à ce qu’il n’y ait plus d’enfants en centre de rétention, c’est la seule mesure qui était censée nous faire croire que la politique a changé.
En 2012 (donc 6 mois de PS) 36.822 sans-papiers ont été expulsés, un chiffre supérieur à celui de la droite. Pour 2013 "Le chiffre des éloignements contraints devrait se maintenir en 2013 au niveau enregistré en 2012" revendique le Ministère de l’Intérieur. La disparition de l’aide au retour des Roms va s’accompagner d’une diminution mécanique des reconduites à la frontière, mais ces expulsions « pour le chiffre » étaient en fait factices, la plupart des expulsés revenant rapidement continuer leur vie en France.
L’affaire de Léonarda, collégienne kosovar arrêtée pendant une sortie scolaire et expulsée illico, a soulevé l’indignation et la colère. Les lycéens parisiens se mobilisent pour elle et pour Khatchik, un lycée arménien de 19 ans expulsé le 12 octobre.

La révolte des lycéens est salutaire !

Depuis 18 mois, les militants qui soutiennent les sans-papiers au quotidien et dans la lutte politique sont confrontés à la désertion du combat par toutes les organisations qui voudraient faire croire que quelque chose aurait changé avec le PS.
L’affaire Leonarda a le mérite de donner un visage aux milliers d’expulsés, de leur donner une histoire, un parcours brisé par l’expulsion. Mais cette histoire ne doit pas permettre aux militants du PS de verser leurs larmes de crocodile pour occulter la réalité massive des conditions de vie et de travail sans droits des sans-papiers en France, la peur de l’expulsion, le racisme et les violences contre les Roms, le durcissement continuel de l’accès au droit d’asile, etc. Dont est responsable, entièrement, le gouvernement PS et Verts.

Sanctuariser l’école ?

Certains réclament l’arrêt des opérations de police dans le cadre scolaire. C’est une évidence. Mais pourquoi en faire une revendication spécifique ? N’est-ce pas réclamer des expulsions « propres », c’est-à-dire discrètes ? La brutalité de Valls, c’est après avoir alimenté le racisme par ses propos sur les Roms, de justifier les expulsions par « le droit ». Mais qu’on sache, le PS est majoritaire à l’Assemblée nationale, il a donc le pouvoir de changer la loi s’il le souhaite. Le cynisme de Peillon, c’est d’accepter l’expulsion des enfants à condition qu’elle se produise en dehors du cadre scolaire. La complicité de Taubira, c’est son silence. Tout le gouvernement est mouillé par la politique menée par chacun de ses membres.
Il n’y a pas « plus d’humanité » à réclamer, il n’y a pas à mendier des petits arrangements avec l’ignominie de cette politique. Il faut la combattre globalement et frontalement, qu’elle soit menée par un gouvernement de gauche ou de droite.

Arrêt des expulsions ! Régularisation de tous les sans-papiers ! Liberté de circulation !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mer 6 Nov - 16:50

http://www.vp-partisan.org/article1136.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "La révolte des travailleurs bretons, c’est celle de nous tous !"

Frappés par les licenciements, aux abattoirs GAD et dans les autres entreprises agroalimentaires, aux usines PSA de Rennes, à celles d’Alcatel Lucent, les travailleurs bretons ont toutes les raisons de se révolter et de se dresser contre la politique du gouvernement actuel, en rien différente de celle de ses prédécesseurs. Ils ont toutes les raisons de le faire, comme les ouvriers de PSA Aulnay l’ont fait pendant des mois. Comme d’autres l’ont fait et le feront encore. La manifestation de Quimper a été massive, à dominante populaire, sinon ouvrière.

Ils ont raison de vouloir vivre en Bretagne, comme les sidérurgistes lorrains voulaient vivre en Lorraine de leur travail, comme les ouvriers d’Aulnay le voulaient dans le 93, et ceux de Fralib en Provence. Non par immobilisme, non pas par chauvinisme régional ou départemental, mais parce que les exploités ne veulent pas être des pions que le capital bouge et déplace en fonction de ses intérêts ou réduit au chômage pour les mêmes raisons. Ils ne veulent pas soumettre leur vie, leurs relations sociales, leurs intérêts d’hommes et de femmes, à la dictature économique du capital, à la logique infernale de la concurrence capitaliste. Car si l’éco-taxe a fait déborder un vase, il était plein de ce qui frappe tous les travailleurs : travail plus dur, chômage, précarité, santé et éducation plus incertaines, cadeaux faits aux entreprises et charges nouvelles sur les travailleurs. Ce qui avait rempli le vase, ce n’est pas une mesure fiscale frappant d’abord les entreprises, mais la logique de cette société d’exploitation.

Les travailleurs de Bretagne ont raison de se révolter, mais ils doivent diriger leur révolte selon leurs intérêts de classe et pas se mettre à la remorque des patrons petits ou plus gros qui les lâcheront lorsqu’ils auront obtenu ce qu’ils veulent. Si le MEDEF local appelait à manifester contre l’éco-taxe, ce n’est pas par souci de l’emploi ouvrier, mais parce que sans exploités (ouvriers), il n’y a pas de profit. C’est encore et surtout pour obtenir une baisse des « charges », comme le MEDEF national qui fait campagne contre les coûts salariaux trop élevés, les impôts et les taxes qui les « pénalisent » dans la concurrence. Ce même MEDEF a-t-il dénoncé l’augmentation du taux de TVA qui frappe d’abord les travailleurs qui consomment tout ce qu’ils gagnent ? A-t-il dénoncé l’augmentation régulière du taux de la CSG depuis sa création par Rocard, qui rapporte bien plus que l’impôt sur le revenu et celui sur les sociétés ? S’est-il dressé contre la non révision des seuils d’impositions qui fait qu’aujourd’hui des travailleurs pauvres paient des impôts ? Non et pour cause, les intérêts des patrons n’en sont pas touchés.

Les patrons et le MEDEF, l’UMP et le PS qui s’insurgent lorsque les Contis ont un coup de colère dans une sous-préfecture, lorsque les Goodyear bloquent le siège de leur société, ne trouvent rien à redire à ce qu’un patron envahisse avec « ses » ouvriers la sous-préfecture de Morlaix. Si les travailleurs ne savent pas toujours reconnaître où sont leurs intérêts et croient aux boniments de leurs exploiteurs, ces derniers savent très bien défendre leurs intérêts de classe. Et l’Etat bourgeois s’est toujours montré plus tolérant envers la violence des petits patrons ou des paysans, souvent bien plus forte que celle des travailleurs, qu’envers celle des ouvriers et des exploités. N’ont-ils pas refusé l’amnistie des syndicalistes condamnés pour avoir défendu avec force les intérêts de leur classe ? La grande bourgeoise sait toujours reconnaître ceux qui, parce que propriétaires, seront toujours en fin de compte de son côté, contre les ouvriers révolutionnaires.

Dans leur lutte, les ouvriers ne doivent pas craindre de se voir rejoindre par des paysans, des artisans, d’autres travailleurs non exploités. Mais ils doivent imposer le sens et la direction de leur combat, pas se rallier à celui des autres classes.
Incontestablement, la solidarité bretonne a été le ciment de la lutte et de la révolte. Et le souvenir des bonnets rouges de la fin du XVIIe siècle a été un signe de ralliement. Mais il y a une différence de taille entre cette révolte et celle d’aujourd’hui. Sous l’ancien régime, les classes dirigeantes, noblesse et clergé, n’étaient pas soumis à l’impôt et seul le peuple le supportait. La révolte contre la taxe de Louis XIV, forte en Bretagne, était une révolte populaire qui touchait toutes les régions. La révolte d’aujourd’hui contre l’éco-taxe n’est pas une révolte des exploités pour leurs propres intérêts.

MEDEF, UMP, et PS n’ont guère à craindre d’une révolte arborant le drapeau blanc et noir de la Bretagne, si celui-ci empêche de déployer celui des exploités, le drapeau rouge. Face aux attaques du capital contre tous les exploités de France et d’ailleurs, il n’y a pas des ouvriers bretons, des ouvriers picards, ou provençaux et du 93, pas plus qu’il n’y a des ouvriers de France et des ouvriers d’Europe ou du Monde. Il y a que des exploités, face à un même ennemi, porteurs des mêmes intérêts, même s’il est légitime que chacun puisse être attaché à vivre dans son pays, avec sa culture et sa langue. Mais ces attachements ne doivent pas porter à s’allier avec leurs exploiteurs locaux, ou nationaux, alors que c’est l’union de tous les prolétaires, contre nos ennemis communs, qui nous permettra de conquérir contre eux, le pouvoir politique et économique, condition pour vivre collectivement selon nos aspirations, sans exploitation.

Ouvriers, employés, paysans, travailleurs, le problème qui nous unit, ce n’est pas la lutte contre une taxe de plus, ce n’est pas la défense de l’économie de notre région, ou de notre pays. C’est le la lutte contre le capitalisme petit ou gros qui nous exploite et licencie !

Nous voulons travailler tous, moins, autrement. Nous voulons vivre !

Le 5 novembre 2013

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Ven 22 Nov - 1:09

http://www.vp-partisan.org/article1139.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "Solidarité avec les militants maoïstes marocains grévistes de la faim!"

Au Maroc pas une seule année, pas un seul jour ne se passe sans la révolte des prolétaires, des paysans, des « chômeurs diplômés », des étudiants contre l’exploitation et la misère.

Depuis le mercredi 13 novembre 2013, les prisonniers politiques maoïstes du groupe "Aziz Elbour" au Maroc ont déclaré une grève de la faim illimitée.

L’OCML Voie Prolétarienne apporte son soutien à ces militants ainsi qu’à tous les militants progressistes et révolutionnaires au Maroc qui se battent contre le régime réactionnaire de Mohammed VI, soutenu par l’impérialisme français.

En janvier 2011, un camarade maoïste marocain déclarait dans notre journal Partisan : « Je vais répéter une citation de Georges Habache : « La meilleure façon d’apporter votre soutien au peuple palestinien, c’est de lutter contre vos Etats réactionnaires ». Et moi, je dis ; la meilleure façon de soutenir les luttes du peuple marocain, c’est de mener la lutte contre l’Etat impérialiste français jusqu’à sa destruction totale. » C’est bien le sens de notre combat !

Contre l’impérialisme français et le régime réactionnaire marocain !
Liberté pour tous les prisonniers politiques révolutionnaires !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 26 Nov - 13:57

http://www.vp-partisan.org/article1141.html?var_mode=calcul

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne de Région Parisienne : "Nos enfants ne sont pas des pions qu’on déplace au gré des enjeux économiques des différents gouvernements!"

On décide pour nous du rythme scolaire de nos enfants alors que nos rythmes de travail sont décousus, fractionnés, précaires. On nous demande de travailler le dimanche et certains acceptent du fait de salaires trop faibles. On nous demande de travailler en heures postés, les 3X8, on nous épuise au travail pour augmenter le profit de quelques-uns. Et puis on nous licencie quand les profits ne sont pas assez élevés. Et pendant que nous subissons ces conditions de travail de merde, nos enfants tentent de s’instruire à l’école et y passent autant de temps que nous au travail, voir plus pour certains. Et là-dessus, on nous sermonne parce qu’on ne s’occupe pas assez de nos enfants, on ne les aide pas assez dans leur devoirs, on ne leur paie pas assez d’activités.

Le gouvernement dit de « gauche » décide de changer le rythme de nos enfants comme si ils se géraient seuls. Nos enfants se sont vus donner des après-midis entières d’activités, accumulant fatigues et stress. Tellement d’activités, tellement de fatigue, tellement de changement de rythme, qu’il ne reste presque plus d’espace pour apprendre à lire et à écrire. Ou peut-être bien qu’il ne reste plus que ça à faire ? Lire, Écrire, Compter. Plus le temps, moins d’énergie, moins de concentration pour faire des sciences, des arts, de l’histoire, de la littérature, etc

Plus besoin d’ascension sociale !

Maintenant 80% des lycéens ont leur bac. Alors plus besoin de préserver l’éducation nationale. Vive la décentralisation qui permettra en plus de faire de nouveaux bénéfices en ouvrant des écoles privées. Avec les rythmes scolaires de Peillon, la scolarité de nos enfants dépendra de la volonté de la mairie. Si vous votez « mal », vous aurez l’école que vous méritez. Ainsi plus tard, le bac du 93 n’aura plus la même valeur que celui du 78 ou d’autres départements aisés.

L’école est un appareil d’état

Elle répond aux besoins du capital et de sa bourgeoisie. Dans les années 50, la reconstruction d’après-guerre avait besoin de nouveaux cerveaux et l’école a débuté son travail de sélection chez les enfants de paysans et d’ouvriers. C’est ce qu’on a nommé l’ascension sociale. Les réformes de l’éducation nationale ont toujours été faites en fonction de ces besoins. Elle a certes permis à une certaine génération d’enfants de prolétaires d’accéder aux études. Mais aujourd’hui que le capital et la bourgeoisie en crise n’ont plus besoin de l’ascension sociale des classes populaires, ils retirent leurs billes.

La refondation sociale revient à : « ... remettre en cause les systèmes sociaux existant... mettre la France à égalité de ses concurrents... augmenter la compétitivité » comme le dit le MEDEF. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les nouveaux rythmes scolaires. C’est aussi une reprise de la réforme Sarkozy sur les pouvoirs publics que Hollande nous avait dit avoir annulé. En fait, le PS continue, comme d’ habitude, la politique du prédécesseur.

Les rythmes scolaires de l’enfant, c’est l’excuse choisit par le gouvernement pour démanteler un nouvel appareil d’état de service public. L’école n’est pas un sanctuaire qui fonctionne en dehors du monde. Selon la société que l’on veut, on fabrique l’école qui organisera cette société. Aujourd’hui, la société capitaliste sélectionne nos enfants, les formate pour le profit de certains et en rejette d’autres I

Continuons à lutter, si nous voulons une école d’émancipation et d’épanouissement pour nos enfants. Nous devons créer les conditions nécessaires pour une société dont l’objectif premier serait l’épanouissement et l’émancipation des enfants, des femmes et des hommes. Une des conditions qui nous parait importante : c’est travailler tous, moins et autrement.

Le 13/11/2013

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Dim 1 Déc - 16:48

http://www.vp-partisan.org/article1144.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : " Les bourgeoisies indiennes et européennes veulent faire taire la solidarité avec la révolution naxalite!"

Mercredi 27 novembre 2013, les autorités indiennes ont organisé une réunion afin de mettre l’Union Européenne au courant des « violences perpétrées par les maoïstes ». Elles ont également demandé aux pays de l’Union de s’assurer que la guérilla n’obtienne pas de soutien de la part d’organisations basées dans les pays membres.

Cette rencontre fait suite aux récents remerciements publiés par le CPI(maoïste) à l’égard de dizaines d’organisations en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en France, aux Pays-Bas, en Suède, en Italie, en Norvège, en Espagne, en Angleterre, au Brésil, au Canada et aux Philippines pour leur participation à une conférence organisée à Hambourg le 24 novembre 2012, conférence organisée en soutien à la guerre populaire en Inde.

Quoi de plus normal quand on sait qu’aujourd’hui les maoïstes indiens sont présents dans 20 états, essentiellement à l’Est du sous-continent, depuis la frontière népalaise jusqu’au sud, et qu’ils contrôlent de véritables zones libérées. Ils sont une véritable menace pour le pouvoir, aussi bien pour l’État et les classes dominantes indiennes que pour les intérêts capitalistes en Inde, y compris les projets de multinationales françaises et européennes

L’OCML-Voie Prolétarienne dénonce l’« Opération Green Hunt », opération contre révolutionnaire d’envergure, lancée par l’État Indien depuis octobre 2009. Elle vise à détruire le mouvement populaire indien qui le menace. Nous dénonçons aussi avec force les nombreux assassinats politiques qui ont lieu, en particulier celui de Kishenji et d’Azad, tous deux leaders du CPI(maoïste) assassinés en 2010 et 2011.

L’OCML-Voie Prolétarienne, organisation participante à la Conférence de Hambourg, réaffirme son soutien plein et entier à la révolution menée par le mouvement naxalite et en premier lieu le CPI(maoïste). Voir que des collaborations de plus en plus étroites entre les bourgeoisies européennes et indiennes sont en cours d’élaboration montrent aux yeux de tous le véritable enjeu : en Inde comme en Europe, c’est eux ou c’est nous ! Et le combat que mène le CPI(maoïste), et avec lui des centaines de milliers d’hommes et de femmes, est le combat de tous les exploités à travers la planète contre la bourgeoisie.

A bas l’opération Green Hunt !
Face à la répression, la solidarité est notre arme !
Vive la révolution en Inde !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Sam 7 Déc - 0:02

http://www.vp-partisan.org/article1161.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne à l'occasion de la manifestation pour les 30 ans de la Marche pour l'égalité et contre le racisme : "Notre antiracisme est de classe et révolutionnaire !"

Il y a 30 ans, 100 000 manifestants se retrouvaient à Paris pour dire non au racisme et pour l’égalité des droits. Cette marche a été lancée à l’initiative de jeunes d’un quartier de la région lyonnaise. Ils ont eu raison de se révolter contre l’impunité des crimes policiers dans les cités ouvrières. Ils ont eu raison de s’organiser dans un contexte de crise et d’austérité ayant plongé des milliers d’ouvriers et d’ouvrières dans la précarité.
Cette marche, c’est un héritage pour le mouvement ouvrier : c’est l’entrée sur la scène politique des enfants d’ouvriers immigrés qui se révoltent à la fois contre leurs conditions de vies mais aussi contre les conditions de travail et d’exploitation faites à leurs parents.

Ils avaient raison de se révolter à l’époque et aujourd’hui encore, on a les mêmes raisons de se révolter !

1983-2013 : toujours la police et la justice au service du capital !

30 ans après la Marche pour l’Egalité, la police et la justice bourgeoises continuent de sévir contre les jeunes des quartiers populaires avec leurs contrôles au faciès quotidiens et leurs brigades anti émeutes spécialisées dès qu’une révolte se dessine. Il est impossible d’ignorer que l’appareil d’Etat de la bourgeoisie est toujours sur le pied de guerre quand il s’agit de maintenir l’ordre dans les quartiers populaires ! Comme lors des révoltes légitimes de novembre 2005.
Le même appareil d’Etat allié à celui de l’Union européenne sévit chaque jour contre les nouvelles générations d’ immigrés qu’il commence par bloquer aux frontières au prix de milliers de morts comme à Lampedusa, avant de les poursuivre comme « clandestins » jusqu’à les jeter par dizaines de milliers dans les centres de rétention.

1983- 2013 : utiliser le racisme pour diviser le peuple !

Déjà en 1983, la désignation des immigrés comme « musulmans non intégrables » étaient affiché par le gouvernement « socialiste ». On se souvient encore de la grève d’OS immigrés chez Citroën à Poissy où les ministres socialistes Deferre et Mauroy avaient accusé les « ayatollahs » de fomenter la grève.
Déjà en 1983, ils opposaient les bons migrants, travailleurs et respectueux de la loi, contre les casseurs, les profiteurs et les non-intégrables. Déjà, ils disaient « on ne peut plus accueillir toute la misère du monde ».
Aujourd’hui, Valls et le gouvernement en général nous servent le même discours contre les musulmans, les Roms, les jeunes des quartiers.
Et lorsqu’une des « leurs », Christine Taubira est victime du racisme du FN, ils s’offusquent et nous servent l’antiracisme à la sauce PS. Mais disons-le même clairement. Il n’y a pas de commune mesure entre les insultes proférées par le FN contre la ministre, et les discriminations et humiliations quotidiennes infligées à des millions d’habitants de ce pays, sous prétexte qu’eux ou leurs ancêtres sont nés ailleurs. Disons-le aussi clairement : la ministre n’est que la victime collatérale de la politique d’Etat xénophobe que mène son gouvernement.

1983-2013 : la gauche au pouvoir ou l’illusion de la démocratie et de la République

La gauche au pouvoir a toujours essayé de récupérer et vider de sa radicalité les mouvements de masses pour éviter qu’ils ne prennent une ampleur inacceptable pour ces représentants de la bourgeoisie.

Ils n’ont pas hésité à acheter la paix sociale. Ils ont utilisé l’institutionnalisation des associations de quartiers avec le financement en subvention et le clientélisme, pour contrôler l’explosion sociale et donner l’illusion de l’intégration. Or aujourd’hui, en pleine restructuration de l’Etat capitaliste, quelles miettes restent-ils à donner ? Quel cadeau pour tous ces militants sincères, animateurs, militants de l’éducation populaire, à qui le PS avec des sous-statuts (payés 626€/mois pour CES) ! Aujourd’hui, avec la crise, ces emplois sont supprimés un à un, avec la souffrance pour ces travailleurs de perdre leur boulot et les moyens de faire des choses émancipatrices, solidaires, culturelles et d’ouverture dans les quartiers.
Ils ont bien essayé de continuer leur manœuvres de tromperie en vantant les soit disant bienfaits de la carte électorale. Ils ont trouvé quelques candidats de la « diversité » pour colorer des listes électorales et jouer à fond la carte du clientélisme. Mais les élections bourgeoises sont l’instrument de promotion d’une minuscule élite mais sûrement pas celui de la libération collective.
Aujourd’hui comme hier, ils n’hésitent pas à récupérer nos mouvements pour leur donner un contenu acceptable et les dévoyer de leurs objectifs. A l’époque de la Marche, pour éviter une radicalisation du mouvement, ils ont créé de toutes pièces « SOS racisme » et ont fait triomphé l’antiracisme moraliste et républicain. Ils ont utilisé la révolte légitime de la jeunesse pour proposer une issue réformiste et bien-pensante. Ils ont opposé les luttes des travailleurs immigrés de celles de leurs enfants en refusant de faire le lien entre cette marche et les combats des travailleurs immigrés dans les usines, dans les foyers Sonacotra, dans les combats anti-impérialistes.

1983-2013 : la voie prolétarienne au poste de commande des luttes de l’immigration et des quartiers !

Nous disons qu’il y a deux voies dans la lutte contre le racisme et pour l’égalité des droits. Celle de l’humanisme républicain porté par le PS et sa gauche qui veulent se donner une bonne conscience démocratique alors mêmes qu’ils expulsent les sans- papiers et pillent les pays d’Afrique et d’ailleurs ! Cet antiracisme ne leur pose pas de problème tant qu’il ne remet pas en cause leurs politiques et leur Etat. Nous ne sommes pas de ce camp. Ce sont nos ennemis, et nous le savons.

Nous faisons parti du camp révolutionnaire qui porte une voie prolétarienne dans cette lutte.
Mais, pour nous, l’autonomie ne veut pas seulement dire une autonomie entre personnes issues de l’immigration, mais une indépendance politique vis-à-vis de l’Etat, sa bourgeoisie et ses élections.
Pour nous, l’autonomie, c’est de ne pas dépendre des subventions ou du clientélisme pratiqué par les mairies du l’UMP au PCF dans le 93.
Pour nous l’autonomie n’a de sens que si elle va dans le sens du combat général pour l’émancipation des travailleuse et travailleurs. Car face à l’impérialisme qui sévit ici et dans les pays dominés, les prolétaires de toutes origines ont les mêmes intérêts.

La vie dans les quartiers populaires ne changera pas si leurs habitants continuent d’être exploités, puis jetés comme des citrons pressés par les patrons qu’ils ont engraissés. Elle ne changera pas si les portes du travail restent fermées aux jeunes, qu’ils soient avec ou sans diplômes. Elle ne changera pas si l’école ne change pas, si les loyers ne baissent pas… Elle ne changera pas si le profit et le fric des possédants restent au cœur du fonctionnement de la société.
Et pour que ça change, que ça change vraiment, il nous faudra construire notre outil politique de la libération. Celle d’une autre vie dans une nouvelle société, débarrassée du capitalisme et de l’Etat à son service.

Notre classe est multinationale, notre classe est internationale !
Liberté d’installation et de circulation, liberté d’immigration !
Régularisation de tous les sans papiers !
Egalité des droits : dont le droit de vote aux élections locales et nationales !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Sam 4 Jan - 19:52

http://www.vp-partisan.org/article1166.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne : "Avec le peuple kurde pour ses droits nationaux !"

En cette date anniversaire de l’assassinat des trois militantes kurdes, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez, l’OCML Voie Prolétarienne se joint à votre deuil et à votre combat pour réclamer la vérité sur les crimes commis.
Pour que les assassins soient retrouvés et sanctionnés !

Les droits du peuple kurde sont niés par les Etats turc, syrien, irakien et iranien et par les bourgeoisies impérialistes. Depuis un siècle tous les combats des Kurdes pour conquérir leurs droits ont été réprimés avec la plus grande violence par les bourgeoisies des quatre pays où ils sont présents. Le massacre de Dersim par la Turquie Kémaliste en 1937-38, l’écrasement de la république de Mahabad par le Shah d’Iran en 1946 et la campagne génocidaire menée par Saddam Hussein en 1988, se sont faits dans la plus grande indifférence des impérialistes et des gouvernements français.

Pour les impérialistes, et en particulier pour la France dont les entreprises investissent en Turquie, les droits nationaux du peuple kurde comptent peu face à leurs intérêts économiques. De plus, la bourgeoise turque est un appui stratégique dans leurs ambitions et leur volonté de contrôler de la région. Enfin, la Turquie appartient à l’OTAN et soutient l’Etat sioniste qui spolie le peuple palestinien.

L’Etat turc est aujourd’hui partie prenante de la guerre entre impérialistes en Syrie, dont les peuples paient le prix. L’Etat turque appuie l’Armée syrienne libre et les mercenaires d’Al Nusra au service des impérialistes occidentaux - contre le régime Baath soutenus par les impérialistes russe et chinois. En 2012 à Doha, la Turquie avait conditionné son appui au Conseil national syrien au renoncement par celui-ci à tout appui à la résistance kurde. En plus, aujourd’hui, les régions kurdes en lutte sont attaquées par les groupes jiadistes soutenus par le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Nous exprimons notre solidarité avec la lutte du peuple kurde ainsi qu’avec nos camarades kurdes exploités, comme nous, en France ou en Europe, dans les chantiers ou les usines. Tous nos camarades étrangers exploités en France font parti de la classe ouvrière. Battons-nous ensemble pour l’égalité de tous les droits (politiques et sociaux), pour la liberté de circulation et d’installation et pour la suppression de l’exploitation capitaliste.

Solidarité avec la lutte nationale du Peuple kurde !
Soutien inconditionnel à son droit à l’autodétermination !
NON aux interventions impérialistes dans la région !
Prolétaires de tous pays et peuples opprimés, unissons-nous contre le capitalisme et l’impérialisme !


Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 7 Jan - 11:54

http://www.vp-partisan.org/article1167.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "Liberté pour Joël ! Soutien aux révolutionnaires de Suède !"

Joël, un militant antifasciste de Suède, a été arrêté puis emprisonné suite à une manifestation antifasciste à Kärrtorp (banlieue de Stockholm) le 22 décembre 2013. Cette manifestation regroupant près de 20.000 personnes était en réponse à l’attaque d’une autre manifestation par des nervis fascistes qui avait été repoussé par des militants antifascistes parmi lesquels... Joël.

Son crime ? Avoir résisté aux fascistes et défendu une manifestation ! Une démonstration de plus que l’État bourgeois est notre ennemi, et nous n’avons jamais rien à attendre de lui. Ni qu’il interdise certains groupes fascistes, ici ou ailleurs, ni qu’il nous « protège » !

"Free Joel" a lancé un appel international en soutien à Joël.
L’OCML Voie Prolétarienne répond à cet appel et exige la libération immédiate de Joël et l’arrêt des poursuites contre les antifascistes.

Les agissements criminels des groupes néo-nazis et fascistes se multiplient partout en Europe. La riposte doit être internationale ! En ce sens, l’OCML Voie Prolétarienne apporte son soutien particulier à Oktoberrörelsen (Mouvement Octobre), organisation marxiste-léniniste fondée en 2012, qui se développe en Suède et se bat pour la révolution socialiste.

Pour combattre les fascistes il faut s’affronter au capitalisme. En construisant des collectifs de lutte dans les quartiers, dans les usines ! En construisant notre camp, le camp révolutionnaire !

En Suède comme France :combattre le fascisme, abattre le capitalisme !


Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Ven 10 Jan - 16:45

http://www.vp-partisan.org/article1171.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne : "On ne combat pas le système en applaudissant un antisémite ! On ne combat pas le fascisme en soutenant le PS !"

Alors que le sinistre militant d’extrême-droite Dieudonné sévit depuis des années dans son infâme racolage antisémite, Valls a soudain décidé, entre la dinde et les chiffres du chômage, d’en faire son ennemi personnel, lui donnant une stature de martyr auquel la médiocrité de son discours ne le destinait pas.

Qu’est-ce que la « quenelle » ?
Depuis quelques jours, les commentateurs très avisés débattent : la « quenelle » est elle un salut nazi, un bras d’honneur ou un geste de pénétration anale ?
A vrai dire, peu importe, sans doute un peu des trois, la dernière explication collant bien à l’homophobie de son auteur (aujourd’hui propriétaire du mot, déposé commercialement, parce qu’avant tout, la « quenelle » est un business), comme les deux premières collent à ses idées politiques et à sa vulgarité.
Aucun doute, Dieudonné est un militant d’extrême-droite, obsédé maladivement pas un fantasmé « complot juif », et sa « quenelle » loin d’être un geste d’insoumission, est une provocation anti-sémite. Ceux qui mettent cette évidence en question, qui tentent d’excuser ou de relativiser le contenu du geste, sont pour le moins complaisants, sinon complices.
Il n’y a pas de complaisance possible avec le racisme et l’antisémitisme.

A quoi sert Dieudonné ?
Dieudonné, issu de « la gauche », a basculé à l’extrême-droite depuis une dizaine d’années et sa rencontre avec Soral (le gourou auto-proclamé du fascisme nouveau style). Sous couvert de soutien à la Palestine et de militantisme anti-raciste au départ, ils ont développé un discours conspirationniste, antisémite, homophobe et sexiste.
Aujourd’hui sa popularité est réelle, aussi bien chez les forces de l’ordre, chez les vedettes du sport que chez les jeunes des quartiers populaires, qui rivalisent d’inventivité pour se prendre en photo en exécutant le geste dégoûtant devant tous les lieux qui peuvent représenter pour eux le judaïsme…
Dieudonné permet à l’extrême-droite de se développer dans des milieux jusqu’ici parfaitement imperméables à son influence. Si les fans de Dieudonné se contentent pour le moment de poser sur les réseaux sociaux ou de dépenser 40 € ou plus pour applaudir leur idole en meeting, il y a des risques qu’une partie de ces gens, très dépolitisés, deviendront capables à l’avenir de se mobiliser réellement, avec le Front national ou d’autres organisation fascistes. Et lorsqu’il s’agit de jeunes prolétaires des quartiers populaires, nous sommes doublement concernés :
en se développant dans la classe ouvrière, ils favorisent sa division, son éloignement de la lutte des classes, au profit de ses exploiteurs
ils seront nos adversaires sur le terrain, ces militants d’extrême-droite qui n’hésiteront pas à utiliser la menace et la force poour empêcher les militants révolutionnaires de s’exprimer.
Dieudonné est un racoleur de l’extrême-droite dans le prolétariat.

Pourquoi ne pas appuyer Valls dans sa volonté d’interdire Dieudonné ?
Si Valls interdit Dieudonné, ou un autre tribun, pourquoi n’interdirait-il pas les militants communistes de s’exprimer demain ? Toute atteinte aux libertés, même celles de nos ennemis, peut s’étendre à nous, ne l’oublions jamais.
Et Valls, le « républicain », que fait-il pour lutter contre le racisme ? Il expulse les sans-papiers, il stigmatise les Roms, il castagne les ouvriers. Le PS comme l’UMP alimentent depuis des années un racisme anti-immigrés, particulièrement anti-arabe et anti-musulman. Si le PS était un allié dans la lutte antifasciste et antiraciste, ça se verrait, depuis 30 ans ! Mais « le FN est la chance historique du Parti Socialiste » disait le premier ministre PS Bérégovoy, PS qui n’a eu de cesse d’agiter l’épouvantail FN pour remporter les élections. Le FN n’est que la face hideuse du capitalisme, dont le PS est la face présentable.
Donc pas question de la moindre alliance avec le PS dans la lutte anti-fasciste.

Comment combattre les idées pourries de Dieudonné, Le Pen et Soral ?
Le seul moyen de combattre le fascisme est de compter sur nos propres forces !
Faire vivre l’anti-impérialisme en refusant systématiquement l’antisémitisme, pire ennemi de la lutte du peuple palestinien, en refusant la vision complotiste et religieuse des conflits politiques !
Développer la lutte des classes, défendre les intérêts prolétaires, pied à pied, dans les quartiers, dans les usines, partout et avec détermination !
Continuer de lutter pour l’égalité des droits entre tous les travailleurs,pour le droit de vote à toutes les élections pour les étrangers, pour la liberté de circulation !

Le vrai héros anti-impérialiste, c’est Georges Ibrahim Abdallah, qui croupit en prison en France depuis 30 ans, pas un guignol qui remplit les Zénith !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Ven 17 Jan - 19:26

http://www.vp-partisan.org/article1174.html

4 pages de l'OCML Voie Prolétarienne : "Impérialisme français hors d'Afrique !"

Ce début janvier 2014 marque un an d’intervention au Mali, et depuis décembre 2013, une seconde intervention militaire est en cours en Centrafrique. Après la Côte d’Ivoire, la Libye, le Mali, les tentatives en Syrie, l’impérialisme français prétend « soigner » en Centrafrique les maux qu’il a lui-même provoqués. Mais cette succession d’interventions militaires en Afrique ne se fait pas à l’aveuglette. L’impérialisme français dévoile clairement ses intentions pour « regagner ses parts de marché » en Afrique. On voit bien que l’impérialisme ce n’est pas simplement des interventions militaires, mais une politique d’ensemble économique, politique, diplomatique et militaire. Dans un contexte géopolitique international où la concurrence inter-impérialiste est exacerbée et où rien n’est joué d’avance, l’agressivité militaire rappelle les prétentions de la France à rester parmi les puissances dominant le monde.

L’instabilité politique et la violence en Afrique sont le jeu des impérialistes !

L’impérialisme fait ses ravages en se présentant comme le sauveur ! Mais l’instabilité politique en Afrique est l’héritage du colonialisme qui a toujours joué une communauté ethnique contre une autre, et diviser pour régner. Cette instabilité été aggravée par les indépendances en 1960, par les coups d’état appuyés par la France lorsque le régime ne servait pas ses intérêts. Au Mali en 1967 contre Modibo Keïta jugé trop nationaliste, et de multiples fois au Tchad et en Centrafrique où la France n’a cessé d’intervenir en appui de divers coups d’état (Bokassa…).

La France justifie ses interventions par « l’épouvantail » des guerres dites ethniques et religieuses, qu’elle a contribué à créer. Elle nous sert « la démocratie » contre le terrorisme de bandes armées, lorsque les « dictateurs » ne sont pas assez dociles et favorables aux intérêts français. Depuis les luttes populaires anti-coloniales des années 60, les impérialistes, la France dans beaucoup de cas n’a eu de cesse que d’écraser les courants démocratiques et populaires en appuyant des coups d’état, pour maintenir l’accaparement des richesses (Uranium, or, diamants) et son profit et implanter les entreprises françaises.

Les régimes mis en place par le France à l’indépendance et ceux qu’elle a ensuite soutenus, n’ont jamais eu d’autre souci que de servir leur maître impérialiste pour garder le pouvoir pour eux-mêmes. Ceux qui ont lutté pour construire leur pays, en contrôlant leurs ressources et en les mettant au service d’un réel développement pour les peuples ont été soit tués (Thomas Sankara au Burkina), soit renversés (Modibo Keïta au Mali).

Sans développement l’unité des territoires a été fragilisée, exacerbant les tensions entre régions plus développées et celles plus pauvres, aggravant les contradictions au sein du peuple.
Hier comme aujourd’hui, les impérialistes profitent du développement des villes, en particulier côtières, contrôlent les ports africains comme Bolloré, s’assurant le libre accès aux richesses en sécurisant les principaux sites de matières premières laissant des pans entiers de territoire aux pillards et au banditisme organisé, qui rackettent et violentent les populations.

Contre le redéploiement de l’impérialisme français en Afrique ! Solidarité internationale !

Le récent rapport Védrine-Lianxou (décembre 2013) fait de l’Afrique la cible stratégique de l’impérialisme français. Le rapport note que l’Afrique c’est « plus de 5% de croissance par an » , que les classes moyennes africaines représentent déjà entre 300 et 500 millions d’individus et les quarante Africains les plus riches ont une fortune cumulée qui dépasse 70 milliards de dollars ». Des potentialités « impressionnantes » qui font se frotter les mains du gouvernement Hollande.

Dans les zones anciennement francophones, l’impérialisme français a perdu du terrain face à la Chine et compte bien les reprendre ! En Afrique subsaharienne, la France est le troisième investisseur et des grands groupes, tels Total, Alstom, Schneider, Sanofi ou Orange, sont de plus en plus présents.
Areva renégocie actuellement la « rente » sur Arlit au Niger en faisant des concessions aux bourgeoisies nationales sur le dos des mineurs ! "Nous respectons Areva comme partenaire stratégique mais nous voulons un partenariat équilibré", a déclaré le ministre nigérien des Mines, Omar Hamidou Tchiana.

Dans ce cadre, l’enjeu de la « sécurité » est très important. Quant aux moyens militaires de la France, la loi de programmation militaire votée en décembre prévoit l’envoi possible simultané de 15000 hommes sur un front voire l’envoi de 7000 à 8000 soldats sur trois fronts en même temps, la bourgeoisie française a conserve donc encore les moyens militaires de ses ambitions, alors qu’elle n’hésite pas à couper dans l’éducation et la santé. L’essentiel des troupes françaises à l’étranger sont déployées en Afrique, en particulier pour maintenir son hégémonie dans la zone sud-sahélienne dans le contexte de réduction du budget ces interventions sont aussi un compromis et une concession au complexe militaro-industriel.

Cette nouvelle orientation impérialiste se matérialise aussi par un renforcement de « l’immigration choisie » au profit d’une immigration économique mais de classe moyenne ! Former en France, les futurs cadres dirigeants et notamment la circulation des étudiants par de faibles droits d’inscription universitaire. Le rapport dit aussi : « Pour relancer l’influence de la France, l’ancien ministre recommande de relancer les relations de haut niveau de l’État français vers le continent africain, d’associer davantage encore la diaspora africaine de France à la définition et à la mise en œuvre de la politique économique africaine de la France tout en intensifiant le dialogue économique entre la France et l’Afrique. » Le consensus bourgeois matérialisé par le PS sur ce renouvellement du rapport impérialiste par rapport à l’Afrique peut aussi lui profiter électoralement alors même que sur le sujet l’UMP s’est encore récemment exprimée pour la restriction drastique des modalités du regroupement familial, et veut en faire un thème de campagne.

Contre l’intervention française en Centrafrique !

Le 5 décembre, la veille de l’ouverture du sommet « pour la paix et la sécurité sur le continent africain » François Hollande avait annoncé le lancement de l’opération« Sangaris » en Centrafrique. L’enjeu serait comme toujours "humanitaire". Laurent Fabius affirmait ensuite que « la République centrafricaine est au bord du génocide », comme il affirmait « Nous n’avons pas vocation à être le gendarme de l’Afrique, mais le Mali serait mort si nous n’étions pas intervenu. » La presse reprenait ce discours afin de préparer l’opinion publique. L’ONU a donné quitus à la France pour maintenir l’ordre et épauler la force africaine de la Misca.

En mars 2013, les milices séléka dirigées par Djotodia ont renversé le gouvernement de Bozizé qui lui-même avait fait un coup d’Etat en 2003. Avant Bozizé, Patassé était arrivé dans les fourgons de l’armée française comme auparavant Bokassa, l’ami de Giscard. A travers la succession brutale des équipes au pouvoir, la domination française continue sous d’autres noms : partenariat, accords de défense, aide au développement, conseil à l’organisation de l’Etat, formation des « élites ».
Depuis les débuts des interventions coloniales et impérialistes en Afrique, la République Centrafricaine occupe une position stratégique entre Tchad, Soudan et Congo.
Cela fait 50 ans que la France a des troupes dans ce pays. Comme l’écrit l’organisation Survie : " Les bases militaires de Bouar et de Bangui assurent une présence permanente de l’armée française, qui a fait de la RCA un de ses terrains de jeu de prédilection, écrasant toute tentative de rébellion et assurant à la France une gestion quasi directe du pouvoir politique." Pays maintenu sans perspectives économiques, où l’impérialisme français favorise des clans contre d’autres. La république centrafricaine n’est pourtant pas un désert aride ; le pays se prête à de nombreuses cultures, vivrières ou d’exportation, mais l’impérialisme, les privatisations exigés par l’OMC ou le FMI et dernièrement la crise de 2008 en ont fait un pays très pauvre et sans grande possibilité de développement indépendant.

Les impérialistes et Hollande voient la violence s’aggraver en Centrafrique depuis des mois. Mais en RCA, comme en Afghanistan l’impérialisme soutient les chefs de guerre, les mafias en tapant de temps en temps pour rappeler par la force qui est le plus fort, et à qui il faut faire allégeance.

Mais la situation est compliquée. Le régime tchadien qui est un « allié » de la France au Mali, a été le principal soutien des rebelles musulmans, en même temps qu’il participe à la force d’interposition. Hollande a déjà envoyé 1600 hommes, il demande des renforts à l’ONU alors qu’il existe déjà une force de 3600 hommes, la MISCA (Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique sous commandement africain) qui ne veut pas d’une nouvelle force onusienne. Des armes nombreuses circulent depuis les nombreux conflits dans les pays voisins. 400 000 personnes sont déplacées, 70 000 réfugiés dans les pays voisins.

Contre les impérialistes, c’est tout le continent africain qui doit se libérer !

Guerre, exploitation et misère, c’est ce à quoi les africains doivent mettre fin en chassant notre impérialisme et les autres. Guerre, exploitation et misère, c’est ce qui pousse les Africains à quitter leurs pays. L’impérialisme dit pleurer sur le sort des Africains en Afrique, mais il n’a aucun scrupule à les chasser, à fermer les frontières à les condamner à mourir en mer ou au Sahara.

Communistes de Voie Prolétarienne, nous dénonçons la politique tant économique que diplomatique et militaire du gouvernement français qui répand la guerre et la misère dans une partie croissante du continent africain.

Brisons le consensus pro-impérialiste qui va du Front de gauche à l’extrême droite !
Hollande peut compter sur un consensus national (momentané). Comme l’écrit le Parti de Gauche : "C’est légitime, le gouvernement n’interviendrait pas si nos intérêts nationaux n’étaient pas en jeu". Chauvinisme mêlé avec un soutien à l’impérialisme français voila pourquoi la résistance organisée a du mal à exister contre l’intervention !

Cela suffit ! Nous appelons tous les travailleurs en France à exprimer publiquement leur opposition à cette intervention plus fermement que jamais.

Troupes françaises hors d’Afrique !
Annulation de la dette, droit des peuples à exproprier les entreprises étrangères.
Pour mettre fin à la misère et à la guerre dans les pays dominés, la voie des prolétaires et des paysans pauvres, c’est celle de la révolution, contre l’impérialisme et la bourgeoisie qui le sert

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Dim 19 Jan - 14:19

http://www.vp-partisan.org/article1175.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne - Limoges : "Pas de raciste dans les quartiers, pas de quartier pour les racistes !"

Le spectacle de Dieudonné, prévu au Zénith de Limoges le 25 janvier, est, contrairement à ce que certains feignent de croire, un meeting politique. Dieudonné s’est construit une image d’ennemi du système pour faire fructifier son petit capital. A y regarder de plus près pourtant, c’est toujours vers les puissants et les dictateurs qu’il se tourne quand il s’agit de "défendre" les peuples.

Le régime syrien hier, le régime iranien aujourd’hui, le soit-disant humoriste choisit des amis qui lui rapportent et qui sont susceptibles, de l’aider à diffuser ses obsessions racistes, antisémites et négationnistes. Soral, Ayoub, Le Pen... Avec de telles fréquentations le "système" peut dormir tranquille puisque, partout et de tous temps, l’extrême-droite a toujours été le meilleur allié du capitalisme.

Depuis sa fondation, l’OCML-Voie Prolétarienne a fait de la lutte contre l’impérialisme, et particulièrement contre l’impérialisme français ou européen, un axe essentiel de sa politique. Pour nous, combattre le capitalisme c’est dénoncer sans relâche l’intervention des entreprises ou des militaires français à travers la planète, mais c’est également construire des solidarités réelles avec les peuples et leurs organisations de lutte.

L’antisémitisme, comme n’importe quel racisme, a toujours été utilisé pour dresser les populations les unes contres les autres, par les réactionnaires d’Europe en premier lieu, puis par les réactionnaires du monde arabe pour contrecarrer l’influence des organisations révolutionnaires. Celles et ceux qui se taisent aujourd’hui sur l’occupation coloniale de la Palestine, désertent ce combat que Dieudonné et ses amis insultent quotidiennement. Parce que le sionisme est une idéologie totalitaire et raciste, l’antisionisme véritable : celui du mouvement révolutionnaire palestinien, celui de la charte de l’OLP, ne peut être que progressiste, démocratique et internationaliste.

Combattre le racisme, c’est combattre l’impérialisme, comme nous l’avons fait en dénonçant l’intervention française au Mali, comme nous le faisons en exigeant la libération du combattant communiste de la cause palestinienne, Georges Ibrahim Abdallah, comme nous le faisons et nous le ferons en dénonçant la venue à Limoges de Dieudonné.

A bas le racisme, le colonialisme, le capitalisme et l’impérialisme !
Vive la solidarité internationale !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 28 Jan - 0:28

http://www.vp-partisan.org/article1190.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne Limoges : "Contre les idées réactionnaires, un combat révolutionnaire !"

Remise en cause du droit à l’avortement, retour de l’idée de la femme au foyer, mise en avant d’un soi-disant « traumatisme » de l’IVG… Dans toute l’Europe, les droits des femmes et l’égalité hommes / femmes sont mis à mal. La crise, avec son lot de chômage, de précarisation et d’inflation s’accompagne d’une montée des idées et des actes réactionnaires : de la manif pour tous aux agressions racistes, sexistes ou homophobes, de la mise en avant des idées d’extrême droite aux spectacles antisémites de Dieudonné…

Loin de se battre contre ces idées, le gouvernement les favorise par sa politique. Hollande n’a pas « viré de bord » comme on l’entend dans les médias ; il a toujours servi les mêmes intérêts, ceux de la bourgeoisie. Il a toujours défendu le même système : le capitalisme, avec son exploitation et son idéologie de division. Les idées réactionnaires ne naissent pas d’elles-mêmes, elles sont entretenues par ce système et sont nécessaires à sa survie. Le sexisme, l’homophobie et le racisme sont des armes de division du peuple et des armes redoutablement efficaces, qui frappent les femmes de plein fouet et en premier lieu les femmes prolétaires : emplois à temps partiel, travail de nuit, précarisation, inégalités dans l’entreprise et au foyer, victimes d’agressions sexistes et de harcèlement… Ce sont également celles qui en Espagne seront les premières victimes de l’interdiction de l’IVG (difficultés pour aller se faire avorter à l’étranger, manque d’argent pour pratiquer les IVG clandestines dans des conditions sanitaires garantissant leur survie…)

Une égalité formelle entre hommes et femmes ne résoudra jamais tous ces problèmes. Il ne peut y avoir d’émancipation de la femme sans mise à bas du système capitaliste. Plus largement, il ne peut y avoir de lutte contre les idées réactionnaires sans remise en cause du système qui les véhicule et s’en sert quotidiennement pour asseoir sa domination. C’est pourquoi il faut lutter pour un féminisme de classe, un féminisme révolutionnaire qui met au centre de son combat les préoccupations des femmes les plus opprimées, un féministe qui ne conçoit pas l’égalité à travers une parité sur les listes électorales ou dans les conseils d’administration des grandes entreprises, un féminisme qui prend la question du sexisme sous toutes ses facettes : dans les usines, dans les quartiers, dans les foyers…

La lutte contre les idées réactionnaires et pour une société égalitaire ne peut se faire que dans une perspective révolutionnaire. Ce n’est qu’en mettant fin à l’exploitation et aux divisions sexistes, racistes et homophobes que l’on pourra réellement obtenir une égalité entre chacun et chacune, dans un système qui n’aura plus pour base la recherche perpétuelle de profit, dans un système qui ne mettra plus les travailleurs en compétition pour mieux les exploiter et qui n’aura pas besoin de nourrir les divisions entre hommes/femmes, français/étrangers, hétérosexuels/LGBT pour asseoir sa domination. Ce système, à Voie Prolétarienne, nous lui donnons un nom : c’est le communisme.

Pas de révolution sans libération des femmes !
Pas de libération des femmes sans révolution !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 11 Fév - 16:20

http://www.vp-partisan.org/article1196.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne Saint-Ouen : "Taubira : libère Georges Abdallah !"

Lundi 10 février 2014 se tenait le meeting du Parti Socialiste pour les élections municipales à Saint-Ouen. L’invitée était la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

Des militants de l’OCML Voie Prolétarienne, du Comité Anti-Impérialiste et des individuEs ont interrompu l’arrivée de la ministre aux cris de "Liberté pour Georges Abdallah !".
L’objectif de cette action est clair. Signifier au gouvernement PS/EELV, à ses ministres, que malgré leur acharnement à vouloir garder enfermer Georges Abdallah, nous continuerons à exiger sa libération.

Ce que la bourgeoisie française reproche à Georges Abdallah c’est bien de ne pas renier ses engagements, ceux d’un militant communiste libanais implacable qui refuse de céder au chantage aux reniements !
Alors plus que jamais, amplifions la mobilisation et faisons partout grandir l’exigence de la libération de Georges Abdallah !

Stop à l’acharnement ! Liberté pour Georges Abdallah !

11 février 2014, OCML Voie Prolétarienne Saint-Ouen


Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Lun 17 Fév - 0:13

http://www.vp-partisan.org/article1197.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne Saint-Ouen : "Soutien au foyer CARA en lutte!"

Depuis début janvier, plusieurs résidents du foyer de jeunes travailleurs (CARA) de Saint-Ouen (93) sont menacés d’expulsion en vue de la fermeture prochaine du foyer. C’est donc, à terme, tous les résidents qui sont menacé d’expulsion, sans qu’il y ait pour l’instant aucune solution de relogement d’envisagée. Déjà deux résidents ont été mis à la porte et sont à la rue depuis trois semaines.
Face à cela, les résidents se sont organisés en collectif de lutte, sont intervenus lors du dernier conseil municipal et organisent la solidarité des audoniens à travers des tractages au marché, des rassemblements de soutien. Ils demandent : l’arrêt des expulsions, le relogement de tous, la réintégration immédiate des expulsés et des annonces claires sur l’avenir du foyer.
Nous dénonçons la responsabilité de la mairie dans ces expulsions scandaleuses, en tant que gestionnaire du foyer et décideuse de la politique urbaine. Le vrai visage de la gauche à Saint-Ouen, c’est celui d’une mairie qui expulse des centaines de Rroms, et qui préfère construire un éco-quartier avec des logements inaccessibles avec un budget ouvrier. Celui d’une mairie qui ferme un foyer de jeunes travailleurs alors que les loyers dans le parc privé sont hors de prix.
Oui beaucoup de résidents sont endettés, ont du mal à payer leur loyer. Oui la salubrité du foyer n’est pas terrible. Mais quand on connaît le chômage, la précarité, c’est logique que nous soyons endettés.

C’est la faute au capitalisme qui ne nous donne pas les moyens de vivre dignement !

Trop facile d’invoquer les conditions d’hygiènes. C’est bien parce que le bâtiment est laissé à l’abandon que les conditions de vie se dégradent. C’est délibéré si depuis quelques temps il n’y a plus d’assistante sociale et plus personne pour s’occuper du ménage. Quand on entend les élans humanistes des élus et du bailleur on croirait entendre ces patrons qui nous licencient en invoquant la crise, la vétusté d’un outil de production qu’ils ont laissé se dégrader exprès.
Malgré les promesses de la mairie, les expulsions courent toujours, elles ont seulement été reportées au 1er avril. Comme si on voulait désamorcer une lutte bien embarrassante en période électorale pour une mairie qui se targue d’avoir une politique du logement populaire. Pour l’instant rien de n’est prévu pour le relogement des résidents, tout au plus une commission qui se propose d’étudier individuellement la situation de chacun. Il n’y a aucune issue à attendre de la politique du cas par cas, qui fait tant de mal dans les luttes syndicales, dans la lutte des sans-papiers. C’est toujours la même tactique de division. Le cas par cas, c’est un logement pour ceux qui ont le plus de revenus, la situation la moins précaire, pour ceux qui ont des papiers. Et pour les autres, c’est la rue ou la galère.

Seule la lutte paie, comme le montre le report des expulsions obtenu par les résidents.

Et le foyer n’a jamais été aussi vivant ! Cette lutte est une opportunité de faire de ce lieu délaissé par le bailleur et les élus un véritable lieu de convivialité, d’organisation autonome ouvert sur le 93 et ses luttes. Le soutien extérieur à la lutte du foyer CARA est important, il doit s’affirmer, à l’image du soutien apporté par la CGT PSA Saint-Ouen au dernier conseil municipal, des nombreux messages de soutien adressés par les associations et organisations politiques et syndicales. Voie Prolétarienne participe et continuera à participer aux rassemblements et évènements organisés car cette lutte est profondément juste, c’est la lutte de jeunes prolétaires pour des conditions de logement dignes.

Soutien au foyer CARA en lutte !
Pas de fermeture jusqu’au relogement de tous !
Réintégration des expulsés !
Contre les licenciements et les expulsions, on a raison de se révolter !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Dim 23 Fév - 15:54

http://www.vp-partisan.org/article1200.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne Toulouse : "Le CRIF n'a pas sa place dans les manifestations antiracistes à Toulouse comme ailleurs!"

Dans la nuit du 15 au 16 février 2014, de nombreux tags anti-communistes, homophobes, sexistes et antisémites, accompagnés de symboles fascistes ont été retrouvé sur plusieurs lieux politiques et culturels de Toulouse (centre LGBT, local de la CNT31, local du Front de Gauche, Université Toulouse 1 etc.).
Le samedi 22 février 2014, 2000 personnes ont manifesté à l’initiative de l’association LGBT Arc-En-Ciel en réponse à ces dégradations et plus largement pour protester contre l’augmentation des agressions et provocations fascistes.
L’OCML Voie Prolétarienne a participé à cette manifestation dans le cortège appelé par le collectif Riposte Radicale qui a rassemblé près de 200 personnes. En effet, nous voulions protester contre les LGBTIphobies, le racisme et le fascisme tout en dénonçant la responsabilité du gouvernement PS/EELV et nous voulant pas se compromettre avec des forces réformistes telles que le Front de Gauche qui n’offre aucune alternative politique en rupture avec le capitalisme. Ce fut chose faite !

Au début du rassemblement, ne reculant devant aucune provocation, Jean-Luc Moudenc (responsable et tête de liste de l’UMP aux élections municipales) ainsi que Nicole Yardeni (présidente du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France Midi-Pyrénées) ont voulu se joindre aux manifestants.
Les manifestants, en particulier ceux du cortège radical, ont largement rappelé à Jean-Luc Moudenc et à la poignée de militants UMP ce qu’ils sont : des bourgeois racistes, sexistes et homophobes, participants actifs aux défilés réactionnaires de La Manif Pour Tous de l’année 2013.
Ensuite, à l’initiative de militantEs de l’OCML Voie Prolétarienne, il a été rappelé à Nicole Yardeni ce qu’elle représentait : une organisation raciste fidèle soutien à la politique coloniale d’Israël depuis 1947 aux cris de « Yardeni casse toi ! CRIF : racistes, sionistes ! Dégage ! ».
En effet, le CRIF n’a plus rien à voir avec l’organisation née en 1944. Avec le développement de la colonisation sioniste en Palestine occupée, le CRIF est devenu le porte parole officieux de la politique israélienne en France. Ce qui a fini par remettre en cause sa « représentativité » au sein de la communauté juive, contestée par exemple par l’Union Juive Française pour la Paix.
Profitant de la confusion liée à la venue du fasciste Dieudonné M’Bala M’Bala à Toulouse, le CRIF a utilisé des amalgames honteux, bien que coutumier, assimilant antisionisme et antisémitisme. Propos repris par Jean-Christophe Sellin responsable du Parti de Gauche 31 devant les cameras de France 3.
Nous dénonçons ces amalgames. L’antisionisme est par principe antiraciste et anticolonialiste. L’antisémitisme est un crime trop grave pour que la lutte contre celui-ci soit confiée à ces faussaires.

L’OCML Voie Prolétarienne Toulouse assume donc pleinement cette action antiraciste et anti-impérialiste et continuera son combat contre toutes formes de racisme.

Ni sionisme, ni antisémitisme ! Combattre le fascisme, abattre le capitalisme !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Jeu 27 Fév - 16:41

http://www.vp-partisan.org/article1202.html

Tract de l’OCML Voie Prolétarienne à l’occasion de la manifestation à Toulouse samedi 1er mars à 10h30 place Arnaud Bernard "Ensemble pour le progrès social".

Bientôt deux ans que François Hollande a été élu. Ils nous avaient tous promis le changement et depuis... ben c’est pire ! Chômage, licenciements, expulsion massive des sans papiers, déversements racistes et homophobes ici... Guerres au Mali, en Centrafrique, menaces sur la Syrie, à l’étranger.
Dans un tel contexte, l’évidence est de plus en plus flagrante. Hollande et la droite c’est du pareil au même. Et la solution doit être politique ! Mais par où commencer ?

Répartir les richesses ?

La société est injuste, et ça ne fait que s’aggraver, il faut que les choses changent. Bien sûr ! Mais il ne peut pas s’agir simplement de répartir différemment les richesses créées, avec des riches un peu moins riches, et des pauvres un peu moins pauvres.
Les richesses, elles viennent que de notre travail. Les “riches” ne font que les voler à leur profit. Pour en accumuler toujours plus, ils augmentent les cadences, durcissent nos conditions de travail et de vie, polluent et détruisent la planète. Voulons-nous vraiment partager les richesses qu’ils nous ont volées avec nos exploiteurs ? Croyons-nous vraiment que le capitalisme puisse faire autre chose que dépouiller les travailleurs ?

Se battre pour nos salaires, notre retraite, nos papiers est un combat de survie. Mais pour vraiment changer les choses, nous les exploités, nous devons faire la révolution pour conquérir la possibilité réelle de changer les règles du jeu, nous approprier réellement toutes les richesses de la société, pour le bien de tous, regagner le temps de nos vies volées.

Changer de gérant ne sert à rien... c’est le système qu’il faut abattre !

Il n’y a pas eu, il n’y a pas et il n’y aura jamais de “bonne” union de la gauche, pour la bonne et simple raison qu’on ne peut pas améliorer le capitalisme, qu’on ne peut pas imaginer (même pas en rêve !) un capitalisme à visage humain, “éthique”, comme ils disent… Depuis 81, on a déjà bien donné, non, on devrait avoir compris ?
Nous voulons que ça change vraiment, et c’est pour cela que nous sommes là. Maintenant, il faut aller de l’avant. Aller jusqu’au bout de nos combats. Défendre nos revendications en toute indépendance, sans se soucier de la marche de l’entreprise ou de l’économie (celles de nos exploiteurs, en fait…)

Construisons l’alternative ouvrière !

Résister à contre-courant des idées dominantes, affirmer la voie de la libération sociale, la construire collectivement, sans attendre qu’elle tombe du ciel toute prête. Résister dans les luttes économiques, mais aussi contre le racisme, le sexisme, l’homophobie, les guerres impérialistes. Bref, contre le capitalisme dans sa globalité ! Faire vivre et pratiquer la solidarité, l’internationalisme, construire notre indépendance politique, rejeter les solutions proposées par l’Etat bourgeois. C’est le sens de notre engagement à Voie Prolétarienne. Rejoins-nous !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Jeu 27 Fév - 17:46

http://www.vp-partisan.org/article1203.html

Tract de l'OCML Voie Prolétarienne à l'occasion de la Manifestation anticoloniale : "Il y a 60 ans, le peuple vietnamien chassait l’impérialisme français… Un exemple pour les peuples du monde!"

Cette année nous fêterons un anniversaire important : celui de la Bataille de Dien Bien Phu (7 mai 1954), au cours de laquelle le peuple vietnamien mené par son Front national de libération et son Parti communiste a écrasé l’armée française dans les montagnes du Vietnam.

C’est une grande date dans l’histoire de la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme français, un exemple pour tous les peuples du monde. Les Vietnamiennes et Vietnamiens ont donné l’exemple du chemin à prendre pour se libérer du colonialisme. N’importe quel peuple peut venir à bout d’une puissance occupante, aussi puissante qu’elle soit. A condition d’être déterminé et organisé, à condition d’avoir des objectifs politiques clairs, à conditions d’être prêt à mener une lutte de longue haleine. C’est parce que les communistes en ont pris la tête que cette guerre de libération a été victorieuse.

Chassé du Vietnam, l’impérialisme français a continué à sévir ailleurs, notamment dans ses anciennes colonies d’Afrique. Aujourd’hui encore, la France occupe militairement le Mali, la Centrafrique, le Gabon, le Sénégal, Djibouti….Au Niger, elle exploite l’uranium indispensable à ses centrales nucléaires en contaminant sans scrupules les hommes et la terre, et encourage des coups d’Etat contre les présidents pas assez dociles. Et les Antilles, Mayotte ou la Polynésie sont toujours des colonies.

Au Mali, en Centrafrique et ailleurs, les troupes françaises doivent dégager. C’est l’impérialisme français qui a ruiné ces pays, comment peut-il aujourd’hui prétendre vouloir les sauver ? Ici, en France, nous avons le devoir de combattre cet impérialisme de l’intérieur. Le combattre en menant campagne contre toutes ses interventions politiques, économiques et militaires à l’étranger. Le combattre également en unissant les prolétaires d’ici, dont beaucoup sont arrivés en France parce que leur pays souffre de l’impérialisme français. Nous unir entre exploités et opprimés, parce que nous pouvons et devons l’être.

Il faut nous attaquer au racisme et aux préjugés qui nous divisent, sans les mettre sous le tapis, pour faire front face aux impérialistes et aux bourgeois, avec qui, par contre, aucune entente n’est possible !

Plus un soldat français en Afrique !
Régularisation de tous les sans-papiers et liberté de circulation !
Abolition de toutes les lois racistes !
Autodétermination des colonies !

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Joe Hill le Mar 4 Mar - 15:57

http://www.vp-partisan.org/article1210.html

Déclaration de l'OCML Voie Prolétarienne Nantes : " Violences lors de la manif anti-aéroport à Nantes ? L’État et les partis de l'ordre capitaliste responsables!"

Les télés et les autres médias dominants ont fait grand cas de « violences inadmissibles » lors de la grande manifestation festive et familiale du samedi 22 février contre le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes. Mais quelle violence a-t-on réellement constaté sur place ?

60 000 personnes s’étaient rassemblées dans les rues de Nantes pour manifester. Et comme tous les présents, nous avons effectivement été choqués par des violences manifestes : présence massive et agressive de forces « de l’ordre », nombreuses blessures au visage de manifestants - dont encore un œil crevé, cette fois par une grenade assourdissante en tir tendu. Pas de hasard, les flics savent viser... Manifestants agressés par les gaz lacrymo largement répandus par la police, y compris sur les enfants.
Et pourtant, les média dominants ont remplacé cette réalité par un tout autre discours : Media et partis de l’ordre capitaliste ont abusivement déformé et grossi les dégradations dues à des manifestants, pourtant réduites à quelques institutions intéressées par le projet d’aéroport.
Silence radio d’un côté sur les blessures physiques sur personnes du fait des représentants de l’État, beaucoup de bruit et d’exagération de l’autre sur des atteintes à des biens matériels.
Tout cela pour stigmatiser la résistance à ce grand projet anti-populaire et anti-écologique.

Les campagnes électorales et les expulsions programmées de la ZAD approchant, il est évident que cette opération policière et médiatique contre les opposants à l’aéroport essaie de retourner l’opinion publique majoritairement hostile au projet de Notre Dame des Landes.
Les propos du préfet du 44 faisant des opposants « la vitrine légale d’un mouvement armé » montrent bien sur quel terrain l’État veut poursuivre la répression pour faire taire l’opposition à l’aéroport. Finis les arguments juridiques et la mascarade « démocratique », place aux bulldozers et à l’anti-« terrorisme » !
L’usage de la violence pour protéger le Partenariat Public Privé Vinci-droites-PS-PCF ne nous surprend pas. Leurs « services publics » sont à l’image de cette société de classe qu’ils défendent : garantie des profits pour les patrons et remboursement de la dette par les travailleurs ; aménagement du territoire pour renforcer l’exploitation et le pouvoir bourgeois.

L’OCML Voie Prolétarienne condamne l’acharnement des politiciens PS-PCF-droites et la répression sauvage utilisée contre les opposants. C’est bien l’État au service de la multinationale Vinci qui est l’unique responsable de la violence sur la ZAD et dans le centre-ville lors de la manifestation.

L’OCML Voie Prolétarienne ne rejette pas la violence par principe. C’est contraints que nous devons l’utiliser pour résister et mettre fin un jour au pouvoir bourgeois. Nous considérons, dans l’immédiat, que la meilleure garantie pour défendre la mobilisation qui a été construite jusqu’à présent, pour résister aux bulldozers et à la répression anti-« terroriste », c’est de maintenir l’unité du mouvement et d’étendre la solidarité dans toute la population, en se gardant des provocations policières.

L’État et Vinci sont des tigres de papier !
Ensemble unis, enterrons ce projet anti-populaire et anti-écologique !


OCML Voie Prolétarienne - Nantes
nantes@vp-partisan.org

Joe Hill

Messages : 340
Date d'inscription : 21/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tracts et déclarations de l'OCML-VP

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum