Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  panchoa le Dim 8 Jan - 18:45

Répression policière sur un membre du CPN du NPA (Communiqué)
de : NMSIIS
dimanche 8 janvier 2012 - 13h37


Notre camarade Denis membre du CPN du NPA a été la victime dans la nuit du 5 au 6 janvier d’une agression policière extrémement violente, qui pourrait avoir des conséquences graves sur sa santé : en compagnie de deux camarades d"Act Up, il était interpellé par la BAC et emmené au au commissariat du 3ème arrondissement de Paris pour des motifs futiles, et sans qu’il n’ait à aucun moment résisté à son interpellation. Prenant prétexte que notre camarade sifflait "l’Internationale" un policier chargé de la gestion des "gardés" à vue s’est précipité sur celui-ci. Les coups portés par ce policier furent d’une telle violence que Denis, atteint d’une fracture du plancher de l’oeil, devra subir dans les prochains jours une intervention chirurgicale délicate, car le nerf majeur qui "gère" la sensibilité du visage" est aujourd’hui touché. Les deux militants d’Act up qui venaient prendre des nouvelles ont été virés du commissariat.

Dissolution de la bac, désarmement de la police ! Solidarité avec toutes les victimes de la répression policière !

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  sylvestre le Lun 9 Jan - 16:10

http://latete-o-carhaix.over-blog.fr/article-un-homme-frappe-dans-un-commissariat-pour-avoir-siffle-l-internationale-96720411.html

09 janvier 2012 | Par Louise Fessard

Un homme affirme avoir été violemment frappé, dans un commissariat parisien, par un policier agacé qu'il siffle «L'Internationale». Denis Godard, 47 ans, a déposé plainte le 6 janvier 2012 pour violences volontaires aggravées. Depuis son passage le même jour au commissariat du troisième arrondissement, il souffre d'une fracture du plancher de l'orbite (l'os sous l'œil) avec douze jours d'interruption temporaire du travail (ITT).

 

Denis Godard dimanche. 
Denis Godard dimanche.© DR

Selon son témoignage recueilli dimanche par Mediapart, il a été interpellé en état d'ébriété rue Beaubourg à Paris, vendredi 6 janvier vers 5 heures du matin, par des policiers de la brigade anticriminalité, alors qu'il se trouvait avec deux de ses collègues, salariés de l'association Act-Up comme lui.

«Nous avions consommé de l'alcool, nous cherchions un taxi et Denis a accroché un scooter avec sa sacoche, on l'a relevé, mais les policiers n'ont rien voulu savoir et ont embarqué Denis», explique sa collègue Cécile Lhuillier, vice-présidente d'Acte Up. 

Amené au commissariat du troisième arrondissement, Denis Godard dit avoir été placé sur un banc dans un couloir bordé de cellules, en attendant l'examen médical de routine à l'Hôtel Dieu. «Je me suis mis à siffler l'Internationale, ce qui m'est passé par la tête, raconte-t-il. Un policier m'a dit qu'il fallait que j'arrête car "J'emmerdais tout le monde, ceux qui travaillaient et ceux qui dormaient".»

Denis Godard lui aurait demandé ce qu'il comptait faire pour l'arrêter et le policier lui aurait alors montré sa main.

«J'ai continué à siffler, poursuit-il. Le policier a fermé la porte donnant sur le hall du commissariat, ce qui fait que nous étions seuls, et il m'a frappé au visage, une seule fois et la main ouverte. Je lui ai dit qu'il n'avait qu'à continuer comme ça, car les choses se verraient. Il a répondu qu'il savait faire et avait l'habitude. Ensuite, ça s'est arrêté là, trois policiers sont arrivés pour m'emmener à l'Hôtel Dieu. Quand j'ai abordé le sujet, ils ont parlé d'autre chose. Et paradoxalement, j'étais persuadé que ça ne se voyait pas puisque le policier l'avait affirmé !» 

Après quelques heures en cellule de dégrisement, Denis Godard passe devant un officier de police judiciaire. «J'avais un coquard qui commençait à enfler, il a pris ma plainte, il semblait savoir de qu'il s'agissait, même si je ne connaissais pas le nom du policier», explique-t-il. Contacté dimanche soir, l'un des deux OPJ de service au commissariat du troisième n'était pas au courant des faits. Egalement sollicitée, la préfecture ne nous a pas encore répondu.

Denis Godard a été examiné samedi aux urgences médico-judiciaires de l'Hôtel Dieu.  «Les médecins étaient surpris par la violence du coup», explique-t-il. Il présente une fracture du plancher orbital et pourrait devoir subir une opération chirurgicale, car un nerf innervant la moitié du visage serait touché. «S'il est lésé, j'aurai un problème de sensibilité définitif pour la moitié du visage», précise-t-il.

Par ailleurs militant du NPA (mais ce militantisme, tout comme son emploi chez Act Up, qu'il n'avait pas mentionné aux policiers, n'ont, a priori, aucun lien avec les faits), Denis Godard se dit scandalisé qu'«un policier se sente suffisamment en situation d'impunité pour agir ainsi, dans un cas aussi anodin».

«Je suis un homme blanc, de nationalité française, âgé de 47 ans, que se passe-t-il quand ce sont de jeunes gens, arabes ou noirs, qui se font arrêter dans des situations plus chaudes ?», demande-t-il.

C'est Mediapart qui a contacté Denis Godard dimanche, la nouvelle de son aventure circulant sur les réseaux du NPA. Mais il tenait à médiatiser l'affaire pour «tous ceux qui n'osent pas».

Source : http://www.mediapart.fr

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  panchoa le Lun 9 Jan - 19:13

Communiqué - Le Collectif BELLACIAO poursuivi en diffamation par Mario SANDOVAL
de : Collectif BELLACIAO
lundi 9 janvier 2012 - 00h56
> A la Une > Amérique Latine / Sud > Bellaciao France > Dazibao > Histoire > Justice-Droit > Police - Répression > Procès Argentine > Roberto Ferrario > Services secrets

12 commentaires



Le 12 janvier 2012, Roberto FERRARIO, un des porte-paroles du Collectif BELLACIAO, comparaîtra devant le Tribunal Correctionnel d’Auxerre, assisté de son avocate, Maître France WEYL, suite à la plainte en diffamation que M. Mario SANDOVAL a déposée contre plusieurs médias, notamment Marianne2, Mediapart, Le Grand Soir, Courrier International, France Info, El Correo, Calpa...

M. Mario SANDOVAL, ancien fonctionnaire de police argentin, poursuit BELLACIAO pour la publication sur notre forum d’un article d’El Correo (sur la base d’un article de Pagina12) mentionnant ses liens avec l’ancienne junte militaire au pouvoir en Argentine dans les années 70, et le rôle qu’il y aurait joué à cette époque.

Après avoir initialement mis en cause une quarantaine de médias, Mario SANDOVAL décidait de restreindre sa plainte à une douzaine seulement parmi les médias concernés.

M. SANDOVAL avait déjà fait l’objet d’un article du Monde Diplomatique de 2007 sur les soutiens internationaux dont auraient disposé les paramilitaires en Colombie.

C’est donc à la justice française qu’il va revenir de trancher une question qui, dans le contexte argentin actuel de fin de l’amnistie des proches de la junte et de ré-ouverture des dossiers au pénal, peut se révéler d’une grande importance, pour les victimes, pour la justice et pour l’histoire.

Bien-sûr, la question est d’abord juridique : le Collectif, à travers son porte-parole, sera-t-il condamné ou non pour diffamation ?

Nous escomptons bien que non, vous l’imaginez, car nous revendiquons notre bonne foi et n’avoir rien à nous reprocher dans cette affaire.

Par ailleurs, de façon générale, notre position politique sur la diffamation a toujours été claire : cette loi ne devrait pas exister en l’état.

S’il nous semble juste qu’à une diffamation éventuelle soit accordé automatiquement un droit de réponse plein et entier de la personne mise en cause (dont le refus lui, serait l’objet d’une sanction) dans les colonnes du média concerné directement, ou indirectement (comme c’est notre cas en l’espèce), cette loi ne devrait pas pouvoir permettre à certains de masquer leurs forfaits, comme c’est malheureusement trop souvent le cas.

Cette loi ne devrait pas pouvoir servir aux règlements de comptes politiques, elle ne devrait pas pouvoir servir à museler la liberté d’expression ni le travail des journalistes ou l’activité de syndicalistes ou de sites militants indépendants.

Au-delà de la question de notre responsabilité juridique, c’est aussi une question politique que pose cette affaire, au-delà même du contexte argentin spécifique. C’est une question susceptible d’avoir un rayonnement international qui sera décidée sur le fond : les faits imputés à Mario SANDOVAL dans l’article incriminé sont-ils vrais ou faux ? Sont-ils vraisemblables ? Existe-t-il ou non des éléments matériels, historiques... qui pouvaient amener à penser que l’article d’El Correo n’était pas diffamatoire ? Qui est Mario SANDOVAL ?...

Le Collectif BELLACIAO soutient évidemment entièrement son porte-parole, Roberto FERRARIO, dans cette nouvelle poursuite et vous tiendra au courant des développements de cette affaire.

Chers amis et camarades, nous vous remercions par avance de tous les soutiens, politiques, moraux et financiers, que vous nous apporterez dans ce nouveau procès, comme vous nous soutenez depuis bientôt dix ans.

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !

#Sandoval #Argentine #Diffamation #Bellaciao

-----

Bellaciao sur Facebook :

https://www.facebook.com/Bellaciao.org

http://www.facebook.com/ferrariorobertobis

http://www.facebook.com/FerrarioRoberto

-----

Soutenez Bellaciao, merci à vous !

http://bellaciao.org/souscription
(formulaire sécurisé)






panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  panchoa le Lun 9 Jan - 19:15

Violences policières - Communiqué de soutien à Denis GODARD et au NPA j'avais posté ce message en premier mais PB ??? panchoa
de : Collectif BELLACIAO
lundi 9 janvier 2012 - 17h15

Le Collectif BELLACIAO apporte son plein et entier soutien au camarade Denis GODARD, ainsi qu’au NPA, et se tient tout à fait prêt et disponible pour organiser et participer à une mobilisation d’ampleur contre un acte aussi inacceptable que celui-ci, un acte intolérable dans son principe même, nonobstant sa violence, évidemment impardonnable.

Il y a 3 jours, Denis Godard.

Dimanche matin, des vendeurs de l’Humanité Dimanche, interpellés par la police, avec heureusement, des conséquences moins graves, mais de manière tout aussi inadmissible.

Il y a 8 jours à peine, à Amiens pour soutenir Xavier Mathieu.

Avant, Tarnac, Villiers-le-Bel, Mission Bienvenue en Palestine, etc, etc.


La liste est longue, trop longue, notamment ces dernières années,

PERSONNE ne devrait être emmené dans un commissariat sous des motifs fallacieux, futiles, ou pour ses opinions politiques, syndicales, religieuses.

A FORTIORI est-il absolument exclu que, dans un état démocratique digne de ce nom, une fois passées les portes du commissariat, on puisse se trouver dans une zone de non-droit, quelle que soit la nationalité, les origines sociales, les croyances et ce quels que soient les faits reprochés...

La France est-elle en train de devenir l’Argentine des années 70 ? La France est-elle en train de redevenir celle qu’illustrèrent si honteusement des gens comme Maurice Papon ?

Faudra-t-il inscrire au fronton des commissariats : "Silence, on frappe ?"

Les dérives sécuritaires et policières impunies, ne datent pas d’hier , comme le dénonce très justement le communiqué du NPA.

Le Collectif BELLACIAO alerte depuis plusieurs années maintenant sur l’évolution plus qu’inquiétante que prennent les évènements dans ce pays.

Nous dénonçons la violence policière, l’arbitraire, la police au-dessus de toute justice.

Nous condamnons l’impunité des actes illégaux de la police, nous condamnons l’emploi de la force contre des individus isolés et désarmés, les dérives sécuritaires de notre société.

Convaincus que l’action isolée, intempestive, ou que la réplique "apolitique" sont vouées à l’échec, sinon porteuses de dangers, nous pensons qu’ IL Y A URGENCE A NOUS RASSEMBLER ET A NOUS ORGANISER POUR NOUS MOBILISER AFIN DE LUTTER CONTRE DE TELS ABUS.

Notre fraternel soutien à Denis Godard, au NPA, et AU-DELA, A TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI SONT EN BUTE, CHAQUE JOUR, A UN SYSTÈME RÉPRESSIF ET ARBITRAIRE.

NON A L’ETAT SECURITAIRE ! NON A L’IMPUNITE DE LA POLICE ! NON AUX VIOLENCES ET A LA RÉPRESSION POLICIERES ! OUI A LA DEFENSE DES DROITS COLLECTIFS ET INDIVIDUELS, ET VIVE LA LIBERTE !

Collectif BELLACIAO

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  sylvestre le Mar 10 Jan - 12:29

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1559

lundi 9 janvier 2012

Denis Godard tabassé dans un commissariat

par Youssef Boussoumah


Alors qu’il était interpellé dans un commissariat de police pour un banal contrôle d’identité, notre ami Denis Godard, militant du NPA bien connu pour son engagement anti imperialiste et contre l’islamophobie, s’est fait littéralement lyncher. Il semble, en cette période pré électorale, que certains fonctionnaires de police zélés, se sentant le vent en poupe du fait d’un possible score à deux chiffres de Marine le Pen, n’ont même plus la retenue élémentaire. Plus que jamais, la France demeure un Etat policier et raciste.

Solidarité.

Youssef Boussoumah, membre du PIR
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Video super réactions sortie d'hosto

Message  Roseau le Mar 10 Jan - 20:44

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  sylvestre le Mer 11 Jan - 12:54


Rassemblement unitaire
contre les violences policières
en présence de Martine Billard
Mercredi 11 janvier 2012
rdv à 18h30
au croisement des rues Rambuteau et Beaubourg


Libertés publiques : stop aux dérives policières, dans le 3e comme ailleurs

Depuis dix ans, la politique de contrôle policier de la population imposée par Nicolas Sarkozy conduit à des dérives répétées dans tout le pays.
Deux incidents graves viennent de se produire dans le 3e arrondissement.

* Le vendredi 6 janvier à 5h, le matin, Denis (qui est salarié de l'association Act-Up et militant du NPA) a été interpellé sur la voie publique. Conduit au commissariat de la rue aux Ours, il a « osé » continuer de siffler l'Internationale malgré l'injonction de faire silence. Un policier l’a alors frappé au visage. Bilan : une fracture du plancher orbital de l'œil gauche (l'os situé sous l'œil), qui a occasionné douze jours d'ITT (incapacité temporaire totale de travailler). L'Inspection générale des services (IGS) a été saisie.
* Le dimanche 8 janvier au matin, des militants du PCF qui vendaient l'Humanité Dimanche comme toutes les semaines depuis des décennies rue Rambuteau, ont vu leur identité contrôlée par la police. Motif invoqué : « trouble à l'ordre public » ! Il faut croire que la vente d'une presse démocratique légale par ces « dangereux » activistes menaçait la République ! C'est le dispositif de vidéo-surveillance qui a alerté la police de leur présence et de leur activité "coupable ».

Il est inadmissible que la police puisse limiter les conditions de l'expression démocratique libre et plurielle.
Nous appelons à

* une distribution de tracts, en présence de Martine Billard, députée de la circonscription, et de délégations de tous les organisations soussignées, mercredi 11 janvier à 18h30, à l'angle des rues Rambuteau et Beaubourg.
* suivie à 19h d'un rassemblement devant le commissariat situé 4-6 rue aux Ours.
* un rassemblement dimanche 15 janvier à 10h30, rue Rambuteau


PCF, PG, FASE, NPA et des militants associatifs de défense des droits de l'homme, des sans-papiers...

Appel aux siffleurs et siffleuses de tous pays : Venez siffler l'Internationale devant le commissariat du 3ème arrondissement vendredi à 18h00 6 rue aux ours (m°Etienne Marcel ou Rambuteau...Kazoos et sifflets bienvenus !

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  panchoa le Mer 11 Jan - 15:45

RASSEMBLEMENT : vendredi nous sifflerons toutes et tous l’Internationale !
de : Collectif BELLACIAO
mercredi 11 janvier 2012 - 10h37
> Bellaciao France > Bellaciao TV > Dazibao > FR - Ile de France (01) > Manifs-actions > Police - Répression


Vendredi 13 janvier 2012 à 18 heures, rassemblés devant le commissariat du 3ème arrondissement de Paris, Rue aux Ours,

nous sifflerons toutes et tous l’Internationale, pour couper le sifflet aux violences et aux abus policiers,

en solidarité avec Denis Godard,

en mémoire de Wissam El Yamni à Clermont-Ferrand, de Hakim Ajimi à Grasse, de Joseph Guerdner à Draguignan, de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois, de Malik Oussekine à Paris... de tant d’autres hélas et depuis tant d’années !

Le Collectif BELLACIAO sera présent et soutient ce rassemblement.

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  ernesto le Mer 11 Jan - 23:47

Soutient accordé au camarade !


La police sarkoziste ne sait faire qu'une chose: essayer de faire taire toute opposition prolétaire, alors qu'elle est censée nous protéger, éviter toute injustice. Le gouvernement du gnome caractériel a beau déclarer soutenir la démocratie et la liberté de pensé, sa police acquis au système capitaliste ne cesse ses exactions sur tout citoyen sans se faire inquiéter et est parfaitement couverte par géant. La police est libre d'utiliser toute les méthodes, des méthodes qui ressemble de plus en plus à celle de pinochet- c'est exagéré, je l'admet- mais le principe de la répression est le même : faire taire la contestation et tenter d'écraser tout sentiment ouvrier. Bien sur ses droits à l’utilisation de la violence ne marche pas dans les deux sens, si une bagarre éclate au sein d'une manifestation par exemple, les forces de l'ordre vont être félicité pour avoir empêché un mouvement qui bien entendu sera présenté comme "hostile à l'ordre publique"; idem au cours d'affrontement durant une grève, les ouvriers se feront taxer de banditisme et saccage. Hors quand une personne d'origine immigré se fait contrôler deux fois plus que la moyenne, doit en plus s'y soumettre sans broncher ! lorsque une personne se fait bastonner simplement parce qu'elle est d'origine immigré, personne ne s'en émut, c'était sans doute un terroriste, cela ne fait guère de doute vu son faciès !

La police réprime chaque manifestations ouvrière, s'attaque aux personnalité de gauche et d’extrême gauche mais ne bronche pas quand des fanatiques membre d'un certain parti politique affirme vouloir rendre la france au francais, s'attaque sans cesse à l'immigration, encourage presque les francais à l'attaquer elle même ect ... La démocratie de type capitaliste est un mythe, la démocratie ne se limite pas à la liberté d'expression, de presse et au pluralisme politique, la démocratie c'est aussi l'égalité sociale, judiciaire, professionnelle, qui ne tient pas compte des origines ethniques, sans nespotisme et sans compter qu'au sein d'une démocratie, les dirigeants sont censé gouverner POUR le peuple alors qu’en vérité les capitalistes ne gouvernent que pour leur sales tronches, pour protéger la classe bourgeoise, encourage et entretient la dictature des marchés. Dans

Je pense qu'il faudrait que le peuple se soulève pour en finir avec le capitalisme, ce n'est pas avec des élections que nous arriverons à nous débarrasser de cette idéologie puante et criminelle
Dans une révolution, on doit triompher ou mourir.

ernesto

Messages : 22
Date d'inscription : 25/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

bonne couverture du site mediapart

Message  panchoa le Jeu 12 Jan - 12:21

"Siffler pour le leur couper"
11 Janvier 2012Par Patrick Daquin


Agressé par un policier le 6 janvier 2012, Denis Godard, militant d'Act-Up et du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), appelle à "aller siffler l'Internationale devant le commissariat du 3ème arrondissement" de Paris vendredi prochain "pour couper le sifflet aux flics".

Dépassant sa situation individuelle ("l'aspect juridique des choses"), Denis Godard explique la raison pour laquelle il parle et médiatise son cas ("l'aspect politique des choses") : les violences policières quotidiennes dont sont victimes les habitants des quartiers populaires, et l'impunité, dont les représentants des forces de l'ordre bénéficient (à partir de 4 minutes 50 dans la vidéo ci-dessus).

Evoquant "des cas plus graves qui peuvent aller jusqu'à la mort" (Wissam El-Yamni, à Clermont-Ferrand, Ali Ziri, à Argenteuil, Hakim Ajimi, à Grasse, Miguel Duquenet, à Thésée, Lamin Dieng, à Paris), Denis Godard refuse de les qualifier de "bavures", estimant qu'ils sont - à l'instar de l'ensemble des violences policières - "le résultat de toute une politique d'Etat" faite de "discours sécuritaires, racistes", qu'il appelle à combattre en participant "le plus possible" à toutes les initiatives prises par les associations de quartier ou les collectifs citoyens (comme le Forum social des quartiers populaires (FSQP) ou le collectif argenteuillais "Justice et vérité pour Ali Ziri").


Rassemblement contre les violences policières, vendredi 13 janvier 2012, à 18 heures, devant le commissariat du 3ème arrondissement de Paris (4 bis-6, rue aux Ours, Métro Etienne Marcel).

Rassemblement "Justice et vérité pour Ali Ziri", samedi 14 janvier 2012, à 14 heures, devant le cinéma Jean-Gabin d'Argenteuil (parc de la Mairie, 12-14, boulevard Léon-Feix).

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Répression policière sur un membre du CPN du NPA (

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum