LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Message  Vals le Sam 24 Déc - 13:04

BRETON André (1956) : Hongrie, Soleil levant
Tract du Groupe Surréaliste à propos de l’insurrection de Budapest - Novembre 1956



La presse mondiale dispose de spécialistes pour tirer les conclusions politiques des récents événements et commenter la solution administrative par quoi l’O.N.U. ne manquera pas de sanctionner la défaite du peuple hongrois. Quant à nous, il nous appartient de proclamer que Thermidor, juin 1848, mai 1871, août 1936, janvier 1937 et mars 1938 à Moscou, avril 1939 en Espagne, et novembre 1956 à Budapest, alimentent le même fleuve de sang qui, sans équivoque possible, divise le monde en maîtres et en esclaves. La ruse suprême de l’époque moderne, c’est que les assassins d’aujourd’hui se sont assimilé le rythme de l’histoire, et que c’est désormais au nom de la démocratie et du socialisme que la mort policière fonctionne, en Algérie comme en Hongrie.

Il y a exactement 39 ans, l’impérialisme franco-britannique [1] tentait d’accréditer sa version intéressée de la révolution bolchévique faisant de Lénine un agent du Kaiser ; le même argument est utilisé aujourd’hui par les prétendus disciples de Lénine contre les insurgés hongrois, confondus, dans leur ensemble, avec les quelques éléments fascistes qui ont dû, inévitablement, s’immiscer parmi eux. Mais en période d’insurrection, le jugement moral est pragmatique : LES FASCISTES SONT CEUX QUI TIRENT SUR LE PEUPLE. Aucune idéologie ne tient devant cette infamie : c’est Gallifet lui-même qui revient, sans scrupule et sans honte, dans un tank à étoile rouge.

Seuls de tous les dirigeants « communistes » mondiaux, Maurice Thorez et sa bande poursuivent cyniquement leur carrière de gitons de ce Guépéou qui a décidément la peau si dure qu’il survit à la charogne de Staline.

La défaite du peuple hongrois est celle du prolétariat mondial. Quel que soit le tour nationaliste qu’ont dû prendre la résistance polonaise et la révolution hongroise, il s’agit d’un aspect circonstanciel, déterminé avant tout par la pression colossale et forcenée de l’État ultranationaliste qu’est la Russie. Le principe internationaliste de la révolution prolétarienne n’est pas en cause. La classe ouvière avait été saignée à blanc, dans sa totalité, en 1871, par les Versaillais de France. À Budapest, face aux Versaillais de Moscou, la jeunesse - par-delà tout espoir rebelle au dressage stalinien - lui a prodigué un sang qui ne peut manquer de prescrire son cours propre à la transformation du monde.

Anne Bédouin, Robert Benayoun, André Breton, Adrien Dax, Yves Elléouët, Charles Flamand, Georges Goldfayn, Louis Janover, Jean-Jacques Lebel, Gérard Legrand, Nora Mitrani, Benjamin Péret, José Pierre, André Pieyre de Mandiargues, Jacques Sautès, Jean Schuster, Jacques Sénelier, Jean-Claude Silbermann.

[Novembre 1956.]

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Message  sylvestre le Ven 30 Déc - 19:24

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Message  Vals le Sam 14 Jan - 20:01

Hongrie 1956
un soulèvement populaire, une insurrection ouvrière, une révolution brisée


Auteur : Georges KaldyCollection : Histoire
368 pages
Date d'édition : 06/2011

Présentation


Parmi les livres consacrés au soulèvement en Hongrie en 1956, qu’ils aient été publiés à l’époque ou cinquante ans après, bien peu ont été consacrés à la mobilisation de la classe ouvrière de ce pays et au rôle des conseils ouvriers.
Le monde était divisé à cette époque en deux blocs : l’un, la plus grande partie de la planète, était dominé par les États-Unis et les puissances impérialistes, l’autre par l’Union soviétique de la bureaucratie. Ni les uns ni les autres n’avaient intérêt à mettre l’accent sur cette caractéristique de l’insurrection de 1956.
Le rôle spécifique des travailleurs et celui des conseils ouvriers ont été, au contraire, enterrés sous un tombereau de mensonges venant de part et d’autre. C’est pourtant le soulèvement populaire de 1956 en Hongrie qui a fait surgir, pour la dernière fois dans l’histoire contemporaine, des Conseils ouvriers jouant un rôle politique majeur. Et ce rôle est devenu plus important encore après l’intervention armée de la bureaucratie soviétique et sa victoire militaire.
L’objectif de ce livre est de réparer ces injustices et cet oubli.


....Editions Les Bons Caractères

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Message  Gayraud de Mazars le Dim 15 Jan - 16:48

Salut camarades,

Sur la révolution hongroise de 1956, je conseille de Sandor Kopacsi, "Au nom de la classe ouvrière", ou les mémoires du préfet de police de Budapest en 1956, publié en 1979, collection "vecu", aux éditions Robert Laffont.

Au centre des évènements le préfet de police passé au côté des insurgés dans l'équipe gouvernementale de Nagy, au sein du cercle dirigeant, l'ancien ouvrier tourneur et jeune maquisard, démontre bien des pratiques et le cynisme des russes. En tout cas une histoire qui prend ici une dimension humaine, des mémoires justes et uniques au nom de la classe ouvrière !

Fraternellement,
GdM
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA REVOLUTION HONGROISE 1956

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum