Israël/Palestine

Page 2 sur 37 Précédent  1, 2, 3 ... 19 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  sylvestre le Mer 22 Déc - 11:31

http://www.mediapart.fr/club/blog/spirit-sumud/211210/olivia-zemor-arretee-par-le-mossad

Olivia Zemor arrêtée par le Mossad !

 Appel lancé par Boualem Snaoui.

 

La présidente de l’association CAPJPO- Europalestine, Olivia ZEMOR, a été arrêtée ce matin aux alentours de 3h, à sa descente d’avion à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Elle est détenue dans cet aéroport par le Mossad, services secrets israéliens spécialisés dans les disparitions des opposants à leur politique. Nous sommes sans nouvelles, et exprimons nos inquiétudes quant au sort que peut lui réserver Israël.

 

Olivia Zemor est une citoyenne française, et nous demandons aux autorités d’intervenir rapidement pour sa libération. Nous condamnons ce rapt, qui soit dit au passage, est organisé par la seule démocratie du Proche-Orient, et nous appelons les partis politiques, les associations, les citoyennes et les citoyens épris de justice d’interpeller rapidement :

Le ministère des affaires étrangères :

en demandant à parler au chef de cabinet de Madame ALLIOT Marie :

37 Quai d’Orsay 75007 Paris

01 43 17 53 53

Et la présidence de la République :

 Présidence de la République Palais de l’Elysée  55 Rue Fbg Saint Honoré, 75008 Paris.

 01 42 92 81 00

Merci.

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Roseau le Mer 22 Déc - 23:02

La prochaine guerre
Monde diplo, par Alain Gresh
http://blog.mondediplo.net/2010-12-22-La-prochaine-guerre

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  nico37 le Jeu 23 Déc - 16:09

Les États-Unis renoncent aux pressions en faveur d’un moratoire par Mark Landler [1] (avec la contribution d’Isabel Kershner depuis Jérusalem) New York Times, le 7 décembre 2010
Traduction Tal pour La Paix Maintenant

[L’annonce faite par les États-Unis qu’ils renonçaient à faire pression en faveur d’une prolongation du moratoire de la construction dans les implantations, condition palestinienne d’une reprise des négociations directes que Benjamin Netanyahu s’est montré incapable de satisfaire, a bouleversé la donne.

Et l’annonce argentine qui a suivi concernant la reconnaissance d’un État palestinien a marqué elle aussi le peu de confiance aujourd’hui de mise sur la scène internationale quant à cette même reprise de négociations directes et à leur issue.

Mais qu’en est-il exactement ? Les commentateurs sont partagés, tant cette longue focalisation sur les conditions du dialogue brouillait l’essentiel : le dialogue lui-même et les questions de fond, qui vont pouvoir, espérons-le, refaire surface dans des négociations même indirectes dont ils seraient les médiateurs. T.A. ]


Après trois semaines de marchandages stériles avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’exécutif américain a abandonné toute tentative de convaincre le gouvernement israélien de geler la construction d’implantations juives pendant 90 jours, a déclaré mardi un haut fonctionnaire.
Cette décision plonge les pourparlers de paix au Proche-Orient dans l’incertitude, les Palestiniens refusant de reprendre les discussions directes en l’absence d’un moratoire et les États-Unis se débattant pour trouver une autre formule qui permette à ceux-ci de regagner la table de négociation. C’est pour le président Obama un nouveau recul dans une croisade qui apparaît frappée de malédiction.
Le gouvernement a décidé de débrancher la prise, dit-on de source officieuse, car il est parvenu à la conclusion que même si Netanyahu avait persuadé son cabinet d’accepter un gel – ce dont il ne s’est jusqu’ici pas montré capable – les 90 jours laissés à la négociation n’auraient pas produit sur les points essentiels les progrès espérés au départ par les États-Unis.
“Nous avons fait de gros efforts, et chacun a essayé de bonne foi de reprendre les négociations directes de façon significative et viable“, a dit un haut fonctionnaire américain, évoquant sous le sceau de l’anonymat des débats internes toujours en cours. “Mais une prolongation [du moratoire] n’y aurait pas vraiment suffi.“
De source officielle, aucun plan B n’a pour le moment été proposé pour relancer les pourparlers et, d’après les commentateurs, il n’est pas sûr qu’il y en ait un par delà l’engagement très général de poursuivre les discussions avec les Israéliens et les Palestiniens sur les points de dissension majeurs, comme les frontières, la sécurité et le statut de Jérusalem, entre autres.
Un premier aperçu de la prochaine initiative américaine pourrait se dégager de la conférence sur la politique au Proche-Orient que la Secrétaire d’État [ministre des Affaires Étrangères] Hillary Rodham Clinton doit délivrer vendredi à la fondation Brookings [2]. La stratégie gouvernementale ne paraît cependant pas avoir été arrêtée.
“A juste titre, selon moi, le gouvernement devient réaliste“, a affirmé Robert Malley, ex-négociateur de paix du président Clinton. “Le scenario le plus vraisemblable est que ce moratoire n’aurait fait que leur accorder une courte trêve, avant de les replonger dans la même crise qu’auparavant.“
Ni les Israéliens ni les Palestiniens n’ont fait connaître leur réaction à cette annonce. Mais la décision américaine aurait été prise après consultation entre Hillary Clinton et Benjamin Netanyahu, dit-on de source officieuse. Tous deux avaient laissé chuter les enchères concernant un moratoire de 90 jours, dont Netanyahu a ensuite précisé qu’il ne pourrait le “vendre” à son cabinet sans garanties écrites de la part des Américains.
Ces garanties, comprenant 20 avions F-35 et l’engagement américain d’opposer un veto à toute résolution anti-israélienne aux Nations Unies, n’ont jamais été données aux Israéliens. Cette proposition maintenant balayée, aux dires d’un haut fonctionnaire, les États-Unis continueront à veiller sur la sécurité d’Israël et à contrecarrer les tentatives de battre sa légitimité en brèche au sein des organisations internationales.
A court terme, d’après les commentateurs, cet échec met en question la capacité de M. Netanyahu à négocier un accord définitif. “Cela a démontré une certaine faiblesse au sein de la coalition“, dit Daniel Kurtnez, ex-ambassadeur des États-Unis en Israël. “C’était un marché si attrayant, et pourtant il n’a pu convaincre son cabinet de l’accepter sans poser des conditions inacceptables pour Washington.“
Mais les Palestiniens ont eux aussi modifié leurs positions, insistant pour qu’un gel des implantations inclue Jérusalem-Est au même titre que la Cisjordanie – seule sur laquelle portait le moratoire initial de dix mois. Les États-Unis n’avaient jamais demandé à M. Netanyahu de l’étendre à Jérusalem et, à en croire certains analystes, M. Netanyahu ne serait jamais parvenu à persuader son cabinet de droite de s’en accommoder.
De source officieuse, il existait aussi de profondes divergences de vues quant aux points à discuter pendant ces 90 jours. Les Palestiniens voulaient que les pourparlers se limitent strictement aux frontières d’un futur État palestinien. M. Netanyahu résistait, disant que les deux parties devaient discuter l’ensemble des questions en jeu, et pas seulement les frontières.
M. Obama avait entamé à grand bruit des négociations directes début septembre, mais les pourparlers ont grippé sur la question des implantations au bout de quelques semaines. Après trois rencontres ce mois là, M. Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ne se sont plus retrouvés à une table depuis.
Plus tôt ce mardi, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, avait prétendu que les États-Unis suspendaient leurs efforts de crainte des retombées de la fuite de télégrammes diplomatiques confidentiels. Ce qui fut purement et simplement démenti de source américaine.
La paralysie du processus de paix survient sur la toile de fond d’un nouveau défi lancé à Israël. Le gouvernement israélien a exprimé sa déception et sa contrariété suite à la déclaration par l’Argentine de sa décision de “reconnaître la Palestine comme un État libre et indépendant“ constitué sur la base des frontières de 1967.
L’Argentine a annoncé qu’elle allait suivre le Brésil et l’Uruguay sur la voie de la reconnaissance d’un État palestinien, précisant que cette démarche venait en réponse à une demande faite par M. Abbas lors de sa visite en Argentine l’année dernière.
Le porte-parole du ministre des Affaires Étrangères, Yigal Palmor, a écarté la déclaration de l’Argentine, “manifestement insignifiante“ en ce qu’elle ne va rien changer sur le terrain. Mais, a-t-il dit, elle n’en est pas moins “regrettable“ et “dommageable“.
Des responsables palestiniens ont affirmé qu’en cas d’échec des négociations, ils se tourneront vers l’ONU pour demander la reconnaissance d’un État, ce qui ferait peser sur Israël une pression accrue.
Pour le moment, le gouvernement va réamorcer des pourparlers indirects entre Israéliens et Palestiniens. La semaine prochaine, a annoncé un haut fonctionnaire, le négociateur israélien en chef, Yitz’hak Molho, et son homologue palestinien, Saeb Erekat, se rendront aux États-Unis pour y rencontrer des responsables américains.
Selon les experts, la décision gouvernementale de renoncer au gel, pour embarrassante qu’elle soit, va lui permettre de refonder une politique qui s’était crispée sur ce seul point. “Si cela peut permettre le retour à une perspective plus large, alors ce n’aura pas été une mauvaise chose“, assure Daniel Levy, chercheur chevronné de la New America Foundation.
David Makovsky, membre éminent du Washington Institute for Near East Policy affirme quant à lui : “C’est la fin d’une époque pour le gouvernement – Nous ne nous focalisons plus sur les hors d’œuvre, nous en sommes au plat de résistance.“
____________________________________________
NOTES
[1] Correspondant permanent du New York Times à Washington, en charge des questions diplomatiques.
[2] A l’appui des hypothèses ici émises dans le New York Times du
7 décembre, on pourra lire dans le journal en ligne Expression un compte-rendu (en langue française) de la conférence donnée trois jours plus tard par Hillary R. Clinton à la fondation Brookings, influent laboratoire d’idées en sciences sociales et politiques :
http://www.lexpressiondz.com/article/5/2010-12-12/83724.html

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  nico37 le Mer 29 Déc - 14:32

Le manifeste de la jeunesse de Gaza Par GAZA YOUTH BREAKS OUT Collectif de jeunes artistes et militants associatifs de la bande de Gaza

Merde au Hamas. Merde à Israël. Merde au Fatah. Merde à l’ONU et à l’Unrwa (1). Merde à l’Amérique ! Nous, les jeunes de Gaza, on en a marre d’Israël, du Hamas, de l’occupation, des violations permanentes des droits de l’homme et de l’indifférence de la communauté internationale.
Nous voulons crier, percer le mur du silence, de l’injustice et de l’apathie de même que les F16 israéliens pètent le mur du son au-dessus de nos têtes, hurler de toute la force de nos âmes pour exprimer toute la rage que cette situation pourrie nous inspire. Nous sommes comme des poux coincés entre deux ongles, nous vivons un cauchemar au sein d’un autre cauchemar. Il n’y a pas d’espace laissé à l’espoir, ni de place pour la liberté. Nous n’en pouvons plus d’être piégés dans cette confrontation politique permanente, et des nuits plus noires que la suie sous la menace des avions de chasse qui tournent au-dessus de nos maisons, et des paysans innocents qui se font tirer dessus simplement parce qu’ils vont s’occuper de leurs champs dans la zone «de sécurité», et des barbus qui se pavanent avec leurs flingues et passent à tabac ou emprisonnent les jeunes qui ont leurs idées à eux, et du mur de la honte qui nous coupe du reste de note pays et nous enferme dans une bande de terre étriquée.
On en marre d’être présentés comme des terroristes en puissance, des fanatiques aux poches bourrées d’explosifs et aux yeux chargés de haine ; marre de l’indifférence du reste du monde, des soi-disant experts qui sont toujours là pour faire des déclarations et pondre des projets de résolution mais se débinent dès qu’il s’agit d’appliquer ce qu’ils ont décidé ; marre de cette vie de merde où nous sommes emprisonnés par Israël, brutalisés par le Hamas et complètement ignorés par la communauté internationale.
Il y a une révolution qui bouillonne en nous, une énorme indignation qui finira par nous démolir si nous ne trouvons pas le moyen de canaliser cette immense énergie pour remettre en cause le statu quo et nous donner un peu d’espoir. Le dernier coup qui a encore aggravé notre frustration et notre désespoir s’est produit le 30 novembre, quand des miliciens du Hamas ont débarqué au siège du Sharek Youth Forum (www.sharek.ps, une organisation de jeunesse très active à Gaza) avec leurs fusils, leurs mensonges et leur agressivité. Ils ont jeté tout le monde dehors, arrêté et emprisonné plusieurs personnes, empêché Sharek de poursuivre ses activités ; quelques jours plus tard, des manifestants regroupés devant le siège de Sharek ont été agressés, battus et pour certains emprisonnés.
C’est vraiment un cauchemar au sein d’un autre cauchemar que nous vivons. Il n’est pas facile de trouver les mots pour décrire la pression qui s’exerce sur nous. Nous avons difficilement survécu à l’opération «Plomb durci» de 2008-2009, quand Israël nous a systématiquement bombardé la gueule, a détruit des milliers de logements et encore plus de vies et de rêves. Ils ne se sont pas débarrassés du Hamas comme ils en avaient l’intention mais ils nous ont fichu la trouille pour toujours, et le syndrome du «stress post-traumatique» s’est installé à jamais en chacun de nous, parce qu’il n’y avait nulle part où fuir les bombes.
Nous sommes une jeunesse au cœur lourd. Nous portons en nous un poids tellement accablant qu’il nous empêche d’admirer le coucher de soleil : comment pourrait-on, alors que des nuages menaçants bouchent l’horizon et que des souvenirs effrayants passent dans nos yeux à chaque fois que nous les fermons ? Nous sourions pour cacher la douleur, nous rions pour oublier la guerre, nous gardons l’espoir pour ne pas nous suicider tout de suite.
Au cours des dernières années, Hamas a tout fait pour prendre le contrôle de nos pensées, de notre comportement et de nos attentes. Nous sommes une génération de jeunes qui se sont déjà habitués à évoluer sous la menace des missiles, à poursuivre la mission apparemment impossible qui consiste à mener une existence normale et saine, et nous sommes à peine tolérés par une organisation tentaculaire qui s’est étendue à travers notre société, tel un cancer malveillant déterminé à détruire dans sa propagation jusqu’à la dernière cellule vivante, la dernière opinion divergente, le dernier rêve possible, à paralyser chacun de nous en faisant régner la terreur. Et tout ça arrive dans la prison qu’est devenu Gaza, une prison imposée par un pays qui se prétend démocratique.
A nouveau l’histoire se répète dans toute sa cruauté et tout le monde a l’air de s’en moquer. Nous vivons dans la peur. Ici, à Gaza, nous avons peur d’être incarcérés, interrogés, battus, torturés, bombardés, tués. Nous avons peur de vivre parce que chaque pas que nous faisons doit être sérieusement considéré et préparé, parce qu’il y a des obstacles et des interdits partout, parce qu’on nous empêche d’aller où nous voulons, de parler et d’agir comme nous le voulons et même parfois de penser ce que nous voulons, parce que l’occupation colonise nos cerveaux et nos cœurs, et c’est tellement affreux que c’est une souffrance physique, que nous voulons verser des larmes de révolte et de colère intarissables.
Nous ne voulons pas avoir de haine, ressentir toute cette rage, et nous ne voulons pas être encore une fois des victimes. Assez ! Nous en avons assez de la douleur, des larmes, de la souffrance, des contrôles, des limites, des justifications injustifiées, de la terreur, de la torture, des fausses excuses, des bombes, des nuits sans sommeil, des civils tués aveuglément, des souvenirs amers, d’un avenir bouché, d’un présent désespérant, des politiques insensées, des politiciens fanatiques, du baratin religieux, de l’emprisonnement. Nous disons : ASSEZ ! Ce n’est pas le futur que nous voulons !
Nous avons trois exigences : nous voulons être libres, nous voulons être en mesure de vivre normalement et nous voulons la paix. Est-ce que c’est trop demander ? Nous sommes un mouvement pacifiste formé par des jeunes de Gaza et des sympathisants de partout ailleurs, un mouvement qui continuera tant que la vérité sur ce qui se passe chez nous ne sera pas connue du monde entier, et à tel point que la complicité tacite et la tonitruante indifférence ne seront plus acceptables.
Ceci est le manifeste pour le changement de la jeunesse de Gaza !
Nous allons commencer par rompre l’occupation qui nous étouffe, par nous libérer de l’enfermement mental, par retrouver la dignité et le respect de soi. Nous garderons la tête haute même si nous rencontrons le refus. Nous allons travailler nuit et jour pour changer la situation lamentable dans laquelle nous nous débattons. Là où nous nous heurtons à des murs, nous construirons des rêves.
Nous espérons que vous qui lisez maintenant ces lignes, oui, vous, vous nous apporterez votre soutien. Pour savoir sous quelle forme c’est possible, écrivez sur notre mur ou contactez-nous directement à freegazayouth@hotmail.com

Nous voulons être libres, nous voulons vivre, nous voulons la paix.

(1) Agence de l’ONU crée en 1948 pour prendre en charge les réfugiés palestiniens.

Traduit de l’anglais par Bernard Cohen.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Azadi le Mer 29 Déc - 19:11

nico37 a écrit:Le manifeste de la jeunesse de Gaza
Par GAZA YOUTH BREAKS OUT Collectif de jeunes artistes et militants associatifs de la bande de Gaza

Merde au Hamas. Merde à Israël. Merde au Fatah. Merde à l’ONU et à l’Unrwa (1). Merde à l’Amérique ! Nous, les jeunes de Gaza, on en a marre d’Israël, du Hamas, de l’occupation, des violations permanentes des droits de l’homme et de l’indifférence de la communauté internationale.

Nous voulons crier, percer le mur du silence, de l’injustice et de l’apathie de même que les F16 israéliens pètent le mur du son au-dessus de nos têtes, hurler de toute la force de nos âmes pour exprimer toute la rage que cette situation pourrie nous inspire. Nous sommes comme des poux coincés entre deux ongles, nous vivons un cauchemar au sein d’un autre cauchemar. Il n’y a pas d’espace laissé à l’espoir, ni de place pour la liberté. Nous n’en pouvons plus d’être piégés dans cette confrontation politique permanente, et des nuits plus noires que la suie sous la menace des avions de chasse qui tournent au-dessus de nos maisons, et des paysans innocents qui se font tirer dessus simplement parce qu’ils vont s’occuper de leurs champs dans la zone «de sécurité», et des barbus qui se pavanent avec leurs flingues et passent à tabac ou emprisonnent les jeunes qui ont leurs idées à eux, et du mur de la honte qui nous coupe du reste de note pays et nous enferme dans une bande de terre étriquée. (...)

Nous voulons être libres, nous voulons vivre, nous voulons la paix.

(1) Agence de l’ONU crée en 1948 pour prendre en charge les réfugiés palestiniens.

Traduit de l’anglais par Bernard Cohen.

cheers Super ce texte !

C'est peut-être pas des communistes qui l'ont écrit, mais je m'y retrouve 1000 fois plus que dans les trucs style "soutien au Hamas" ou à d'autres réactionnaires.
avatar
Azadi

Messages : 82
Date d'inscription : 27/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le manifeste de la jeunesse de Gaza et le site du collectif.

Message  luga le Jeu 30 Déc - 0:52

Ce manifeste de la jeunesse de Gaza prouve qu'une nouvelle génération clairvoyante a pris conscience du dispositif contre-révolutionnaire mis en place. c'est un pas vers la compréhension qu'il est nécessaire de construire un parti ouvrier révolutionnaire internationale qui unifiera les masses pour qu'elles mettent bas tous les régimes de la région pour instaurer les états-unis socialistes du proche et du moyen orient.

http://www.liberation.fr/monde/01012310251-le-manifeste-de-la-jeunesse-de-gaza

http://www.facebook.com/pages/Gaza-Youth-Breaks-Out-GYBO/118914244840679

luga

Messages : 66
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

BDS 2010 : efficacité

Message  fée clochette le Mer 19 Jan - 13:51

B-D-S 2010

Une question souvent posée, mais est-ce que la campagne BDS est efficace ? Pour le mesurer, vous pouvez lire la chronologie ci-dessous…

Désinvestissement:

Février 2010 :
-« arrêt Brita » : l’entreprise allemande Brita se voit interdire d’importer des produits de la marque israélienne Soda Club dans le cadre de l’accord de coopération israélo-européenne, parce qu’elle triche sur la provenance des produits.

Mai 2010 :
-Deux églises américaines, la Episcopal Peace Fellowship et la United Methodist Church, rejoignent BDS et se désinvestissent de tous leurs placements en Israël.

Juin 2010 :
-La Deutsche Bank allemande se désinvestit de tous ses placements dans la société militaire israélienne Elbit.

Août 2010 :
-L’université d’Harvard se désinvestit de ses placements en Israël.
-L’entreprise israélienne Ahava perd le procès qu’elle avait intenté contre des militants BDS en Angleterre.

Octobre 2010 :
-L’entreprise Unilever ferme son usine de Cisjordanie, pour la rapatrier dans les frontières de 48.
-L’entreprise Veolia vend ses parts dans le tramway d'occupation israélien, probablement suite à des pressions de BDS.

Novembre 2010 :
-PFZW, le principal fonds de pension hollandais vend ses actifs israéliens.

Décembre 2010 :
-L’entreprise japonaise MUJI annule l'ouverture de son premier magasin en Israël
-L’entreprise Veolia perd un gros marché avec la ville d’Edimbourg, probablement suite à des pressions de BDS.

----------------------
Sanctions :

Janvier 2010 :
-L’année commence avec l’empêchement pour le mouvement de solidarité
international, réuni au Caire, d’entrer dans Gaza.

Mai 2010 :
-Nouvelles tentatives de rompre le blocus de Gaza, par mer cette fois avec la Flottille de la Liberté. Attaque brutale de l’armée israélienne : 9 morts. Manifestations spontanées dans le monde entier.

Juin 2010 :
-Le Brésil et la Bolivie demandent des sanctions contre Israël.
-La Turquie, l'Afrique du Sud et l'Equateur rappellent leurs ambassadeurs en Israël.
-Le Nicaragua, le Venezuela et la Bolivie rompent leurs relations diplomatiques avec Israël.

Septembre 2010:
-Une plainte est déposée contre Israël auprès de la Cour Pénale Internationale au sujet de l'attaque de la Flottille de la Liberté.
-Alors qu’un nouveau bateau est bloqué, un convoi de camions arrive à pénétrer dans Gaza.

Octobre 2010 :
-Les sous-marins israéliens interdits d’essais dans les eaux de la Norvège.
-Une tournée de maires hollandais en Israël est annulée par le ministère des affaires étrangères.
-La Norvège, l’Irlande, la Suède, l’Islande, la Turquie, l’Espagne et l’Afrique du Sud et même le Canada et le Royaume-Uni n’assistent pas à la conférence du Tourisme de l’OCDE organisée à Jérusalem.

Décembre 2010 :
-26 ex-dirigeants européens demandent des sanctions pénales contre Israël, dont Hubert Védrine, Guiliano Amato, Hervé de Charrette, Roland Dumas, Felipe Gonzales, Lionel Jospin, Romano Prodi, Mary Robinson, Helmut Schmidt, Javier Solana, Richard von Weizsäcker…
-De nombreux pays, dont la Bolivie, le Brésil et l'Argentine reconnaissent la Palestine en tant qu'Etat.

-------------------------------
Boycott Syndical :

Juin 2010 :
-Les syndicats de transport de Malaisie, de Norvège, de Suède et
d'Afrique du Sud appellent leurs membres à empêcher les navires
israéliens d'accoster.
-UNITE, la plus grande centrale syndicale britannique, rejoint BDS.

Septembre 2010 :
-Les syndicats britanniques votent à l'unanimité pour BDS.

Novembre 2010 :
-Le syndicat irlandais TEEU vote le boycott d’Israël.

Décembre 2010 :
-IWW (les travailleurs industriels internationaux) rejoint la campagne
BDS.

-----------------------------
Boycott Universitaire :

Juin 2010 :
-Des étudiants espagnols font échouer une réunion du comité commun entre l'Espagne et Israël à l'Université de Madrid.

Septembre 2010 :
-L'université de Johannesburg est appelée à couper ses liens avec l’université Ben Gourion en Israël par de nombreux intellectuels sud-africains. La négociation est encore en cours…

------------------------------
Boycott Sportif :

Juin 2010 :
-La Suède et la Turquie annulent la participation de leurs équipes jeunes à des match de football prévus en Israël.

Septembre 2010 :
-Michel Platini menace Israël d'exclusion de l'UEFA pour discrimination des sportifs palestiniens
-L'équipe israélienne de beach-volley, lors d'un tournoi à Montpellier, est forcée de déclarer forfait sous pression du groupe BDS.

-----------------------------------
Boycott Culturel :

Février 2010 :
-Carlos Santana annule son concert en Israël.
-500 artistes montréalais s'engagent dans BDS dont Lhasa, Gilles Vigneault, Richard Desjardins, des membres de Bran Van 3000 ou Silver Mt. Zion…

Avril 2010 :
-Gil Scott-Heron annule son concert en Israël.

Juin 2010 :
-Les cinémas Utopia, en France, déprogramment un film israélien
-Devendra Banhart, Tommy Sands, Elvis Costello, Klaxons, Gorillaz et les Pixies annulent leurs concerts en Israël.
-Les écrivains Henning Mankell (qui se trouvait à bord de la Flottille
de la Liberté), Iain Banks et Alice Walker s’engagent dans BDS.

Juillet 2010 :
-Annie Lennox réaffirme qu'elle ne se rendra pas en Israël.
-Les acteurs Meg Ryan et Dustin Hoffman annulent leur participation à un festival en Israël.

Août 2010 :
-Des artistes de théâtre israéliens refusent de jouer en Cisjordanie. Ils sont soutenus par 150 intellectuels et artistes israéliens (dont Niv Gordon, Gideon Levy, Shlomo Sand, Zeev Sternhell, David Grossman, A.B. Yehoshua, Amos Oz…), puis 150 américains (dont Vanessa Redgrave, Cynthia Nixon ou Tony Kushner).
-180 artistes irlandais se joignent à la campagne BDS.
-Leftfield et Faithless annulent leurs concerts prévus en Israël.

Septembre 2010 :
-Massive Attack annule son concert prévu en Israël.
-Une centaine d'artistes norvégiens s'engagent dans BDS.

Octobre 2010 :
-Le metteur en scène Mike Leigh annule son voyage prévu en Israël.

Novembre 2010 :
-Tindersticks annule son concert prévu en Israël.

-----------------------------------
France :

Février 2010 :
-Action contre le KKL devant le Casino de Paris par la Campagne BDS France.
-Propos de François Fillon et de Michèle Alliot-Marie (devant le CRIF) contre la campagne BDS.
-En 2010, le Mouvement pour une Alternative Non-violente, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, la Fédération Artisans du Monde, les Alternatifs et la Confédération Paysanne rejoindront la Campagne BDS France…

Mars 2010 :
-Journée nationale contre Agrexco à Sète.
-La Campagne BDS France publie une tribune sur lemonde.fr.

Avril 2010 :
-Actions contre la nouvelle place Ben Gourion à Paris.

Août 2010 :
-Implantation en droit français de la notion de « Crime de
Colonisation »…

Septembre 2010:
-Des plaintes sont déposées contre des militants BDS en France.
-Première conférence sur le boycott universitaire européen d’Israël
organisée à Paris.

Octobre 2010 :
-Une pétition de soutien à Stéphane Hessel, Alima Boumédiene-Thiery et tous les militants poursuivis de la campagne BDS recueille 10.000 signatures en quelques jours !
-La Campagne BDS France publie une tribune sur rue89.com.
-Le procès contre Alima Boumédiène-Thierry et Omar Slaouti est annulé.
-Sakina Arnaud est condamnée en appel, mais elle se pourvoit en cassation.
-Victoire : Yann Moix et le Figaro sont condamnés pour diffamation des cinémas Utopia, et ne font pas appel.
-La Coalition contre Agrexco porte plainte contre Agrexco.

Novembre 2010 :
-Pour la première fois, la Campagne BDS France obtient de publier une tribune dans la version papier du journal Le Monde. D’autres tribunes sont publiées sur lemonde.fr.

Décembre 2010 :
-Action à Lyon contre un match de foot avec une équipe israélienne.
-Campagne « fraises » de Agrexco, et contre-campagne de la Coalition contre Agrexco et de la Confédération Paysanne.

avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  sylvestre le Jeu 20 Jan - 18:24

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/01/20/l-autorite-palestinienne-interdit-une-manifestation-de-solidarite-avec-la-tunisie_1467948_3218.html

L'Autorité palestinienne interdit une manifestation de soutien à la Tunisie

A peine un jeune Palestinien a-t-il commencé à agiter un drapeau tunisien, qu'un officier de police a arraché l'étendard.

A peine un jeune Palestinien a-t-il commencé à agiter un drapeau tunisien, qu'un officier de police a arraché l'étendard.AFP/ABBAS MOMANI

L'Autorité palestinienne a empêché la tenue d'un rassemblement de soutien à la révolution tunisienne, qui devait avoir lieu mercredi 19 janvier, à Ramallah, la capitale politique de la Cisjordanie. Les quelque dizaines de manifestants qui ont bravé l'interdiction des autorités, se sont heurtés, lorsqu'ils sont arrivés sur le Manara, la grande place de la ville, à un rassemblement de militants du Fatah, le parti du président palestinien, Mahmoud Abbas.

Organisé pour défendre la cause des prisonniers palestiniens en Israël, cet évènement est tombé à point nommé pour servir de contre-manifestation. Le cordon de policiers autour du Manara et la présence parmi les manifestants de nombreux agents des moukhabarrat (services secrets) ne laissaient guère de doute quant à l'intention de l'Autorité palestinienne d'empêcher toute expression de solidarité avec la "révolution du jasmin".

A peine un jeune Palestinien a-t-il commencé à agiter un drapeau tunisien, qu'un officier de police a arraché l'étendard, au motif qu'il perturbait la manifestation en l'honneur des prisonniers. "C'est incroyable, explique Omar Barghouti, l'une des figures de proue de la société civile palestinienne, qui était présent sur place. La police est en train de confirmer l'accusation selon laquelle l'Autorité palestinienne est du côté de Ben Ali [l'ex-président tunisien, chassé par la révolution] et qu'elle a aussi peur que lui du peuple et de la rue. Ben Ali est parti, mais il y a encore plein de Ben Ali au pouvoir dans le monde arabe et l'Autorité palestinienne ne veut surtout pas les froisser."

"UNE DÉCISION PRÉSIDENTIELLE"

Joint par Le Monde, Ghassan Khattib, le porte-parole du gouvernement palestinien, a appelé la police pour demander des précisions sur ce qui s'était passé. La police a répondu qu'"un tel incident ne devrait pas arriver, et s'il est arrivé, nous le déplorons. Si nous recevons une plainte, nous enquêterons'.'

La décision de manifester en faveur de la Tunisie avait été prise par une poignée de jeunes Palestiniens, dont certains ont fait des études dans ce pays. Il s'agissait d'une initiative spontanée, en dehors de tout cadre partisan ou institutionnel. Le gouvernorat de Ramallah, responsable pour les questions d'ordre public, avait initialement donné son feu vert.

"Mais un contre-ordre est tombé cinq minutes plus tard, en provenance de la Moqata'a, le siège de la présidence palestinienne, interdisant la manifestation et tout usage du drapeau tunisien", affirme Shawan Jabarin, le directeur d'Al Haq, une ONG de défense des droits de l'homme auprès de qui les organisateurs étaient venus chercher conseil. "Des contacts au sein du gouvernement m'ont confirmé qu'il y a une décision présidentielle pour interdire toute manifestation en dehors du cadre du Fatah, assure un organisateur qui requiert l'anonymat. Ils ont la trouille que la moindre étincelle mène à un soulèvement contre Israël ou bien que les gens demandent des comptes à l'Autorité palestinienne."

Hasard ou non, le régime de Ramallah avait décidé entretemps d'autoriser une manifestation pour les prisonniers, à la même heure et au même emplacement que le rassemblement pour la Tunisie. Il s'agissait d'une réunion de soutien à la famille d'un détenu, victime d'un empoisonnement dans sa cellule en Israël. C'est ainsi que les manifestants pro-Tunisie qui avaient décidé de passer outre l'interdiction de la Moqata'a, ont vu leur voix étouffer par la sono et les slogans des Fatahwis, venus en nombre bien plus grand.

"NOUS SOUHAITONS LE MEILLEUR POUR LA CHÈRE TUNISIE"

"Je ne sais pas s'il s'agit d'une manœuvre délibérée", explique un autre organisateur, qui demande lui aussi l'anonymat et qui se dit soucieux d'éviter toute confrontation avec l'Autorité palestinienne. "Nous n'avons pas voulu détourner l'attention de la question des prisonniers, qui est une priorité plus importante. C'est pour cela que nous avons accepté de reporter notre manifestation. Je ne sais pas si nous aurons un permis. L'Autorité palestinienne donne l'impression de ne pas vouloir prendre de position sur la question tunisienne."

Au lendemain du départ du président Ben Ali, un communiqué de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) avait rendu hommage au "courage sans précédent" et au "sacrifice héroïque" du peuple tunisien. Mais ce texte publié par Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de la centrale palestinienne, avait été désavoué peu après par un conseiller de Mahmoud Abbas, Ahmed Abdel Rahmane. "Nous souhaitons le meilleur pour la chère Tunisie et présentons nos condoléances aux familles des victimes et affirmons que nous maintiendrons les meilleurs relations avec la Tunisie", affirmait ce dernier dans une mise au point très prudente.

Après avoir été chassé du Liban en 1982 par une offensive israélienne, Yasser Arafat, alors chef de l'OLP, avait trouvé refuge en Tunisie. La direction du mouvement palestinien était restée dans ce pays jusqu'en 1994, date de son installation à Gaza. Durant cette période, elle avait noué de très bonnes relations avec le président tunisien Habib Bourguiba et son successeur, Zine El Abidine Ben Ali, aujourd'hui réfugié en Arabie saoudite.

Benjamin Barthe

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Roseau le Sam 29 Jan - 2:43

Video Edwy Plenel défend la campagne BDS
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article113009

Video meeting soutien BDS place du Panthéon
http://www.npa2009.org/npa-tv/all/all/24069
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  sylvestre le Sam 29 Jan - 18:19

Israelis fear unwinding of political stability

Israeli officials admit that it appears peculiar for them not to welcome the chance of a democratic opening in the Arab world.

However, as one official with extensive knowledge of the region puts it: “When tsarist Russia went through a revolution, there was a democratic moment, and we all know how that ended.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un bateau français pour Gaza

Message  Roseau le Sam 5 Fév - 6:29

Une soixantaine d'associations pro-palestiniennes comptent affréter un bateau qui rejoindra une flottille internationale afin de briser le blocus de Gaza.
http://www.unbateaupourgaza.fr/
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Roseau le Mer 9 Fév - 3:15

The Freedon Flottilla II will sail to Gaza during the last two weeks of May 2011
International Coalition of the Freedom Flotilla II
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article20134
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un bateau français pour Gaza

Message  Roseau le Mer 9 Mar - 4:19

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un bateau français pour Gaza dans la flotille fin Mai

Message  Roseau le Sam 26 Mar - 19:44

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Invité le Dim 27 Mar - 11:01

A peine un jeune Palestinien a-t-il commencé à agiter un drapeau tunisien, qu'un officier de police a arraché l'étendard.AFP/ABBAS MOMANI

Tu comprend bien que dans c'est condition, un communisme ne peut soutenir un t'elle pouvoir, c'est le peuple le plus martyriser et réprimé au monde, et par Israël, et par leurs autorité.
Ont devrait pouvoirs soutenir c'est gens, en fustigent les dirigent et le comportement colonialiste d’Israël.
Se qui me dérange aussi c'est l'antisionisme, et pour ma par je refuse de me déclaré antisionisme parce que les antisémite utilise se terme pour camouflet leurs haine des juifs, et pourtant j'aime pas se que le sionisme véhicule comme idées, c'est pour moi des idées d’extrême droite très surprenante, mais faut bien admette qu'ils ne sont plus traité comme comme les Roms maintenant.
Es que quelques-uns (unes) peut me dire si il ai sur que a gauche l'antisionisme n'ai pas un argument utilisé pour se lâché sur les juifs, moi je périrait pas un euro.

Bon voila les question qui me tiraille sur cette région, et qui fait que il mets pénible de m'exprimé.
Vous savez qu'il y a encore des juifs qui refuse leurs origine par crainte d’être persécuté?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  fée clochette le Mar 29 Mar - 8:43

Et allez !!!! Ils se lâchent une fois de plus

http://ripostelaique.com/un-bateau-francais-pour-gaza-symbole-de-paix-ou-caution-pour-les-fascistes-du-hamas.html

Un bateau français pour Gaza, symbole de paix, ou caution pour les fascistes du Hamas ?
Publié le 28 mars 2011 par Lazare Zylbergleitt
Voici dans l’ordre le nom des associations philanthropiques, amies de l’humanité en général et des juifs en particuliers qui avec la CGT participent à une opération visant à apporter par bateau, après les philanthropes Turcs de l’organisation IHH du matériel « humanitaire » à Gaza.

L’IHH mouvement fasciste interdit en Allemagne pour ses liens avec Al Quaida, s’afficha comme une ONG humanitaire, alors qu’elle est un des rameaux des fascistes turques du mouvement de Erbakan « mili görüs » lui-même issue des tristement célèbres « loups gris ».

Mais ce voisinage ne gêne pas nos amis français de l’humanité réitérant l’opération du mavi Marmara, afin de lutter contre les assassins sionistes et par la même occasion, apporter bonheur et joie aux pauvres Gazaouis pliant sous le joug esclavagiste de l’infâme armée juive, qui campe à leur frontière.
(voir ci-joint les photos des pauvres gazaouites, photos parus dans RL))

Donc revenons dans l’ordre à nos amis de l’humanité :
Association France Palestine Solidarité – AFPS
Américains contre la guerre – AAW
Union syndicale Solidaires
Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui – ACCA
Alliance for Freedom and Dignity – AFD
Association des Travailleurs Maghrébins de France – ATMF
Association des Tunisiens en France – ATF
Association Nationale des Elus Communistes et Républicains – ANECR
Association pour la Taxation des Transactions et pour l’Action Citoyenne – ATTAC
Association pour les Jumelages entre les camps de réfugies Palestiniens et les villes Françaises – AJPF
Association Républicaine des Anciens Combattants – ARAC
Campagne Civile Internationale Pour la Protection du Peuple Palestinien – CCIPPP
Cimade
Collectif des Musulmans de France – CMF
Collectif Interuniversitaire pour la Coopération avec les Universités Palestiniennes – CICUP
Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix – CJACP
Collectif Paix Palestine Israël – CPPI Saint-Denis
Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire – CCFD – Terre Solidaire
Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens – CBSP
Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient – CVPR PO
Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt – CJPP5
Confédération Générale du Travail – CGT
Comité Pays de Loire Gaza Jérusalem Méditerranée
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives – FTCR
Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique – FASE
Génération Palestine – GP
Fédération Syndicale Unitaire – FSU
Initiatives Pour un Autre Monde CEDETIM – IPAM
Les Verts / Europe-Écologie
La Courneuve Palestine
Le Mouvement de la Paix
Les Alternatifs
Union Juive Française pour la Paix – UJFP
Les Femmes en noir
Ligue des Droits de l’Homme – LDH
Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Liberty – WILPF – LIFPL
Nouveau Parti Anticapitaliste – NPA
Parti Communiste Français – PCF
Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples – MRAP
Parti de Gauche – PG
Organisation de Femmes Egalité
Mouvement International de la Réconciliation – MIR
Participation et Spiritualité Musulmanes – PSM
Parti Communiste des Ouvriers de France – PCOF
Terre des Hommes France
Pax Christi France
Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens – UTIT
Union Générale des Etudiants de Palestine – GUPS-France
CAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture)
Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN)
Mouvement Jeunes Communistes de France
Confédération Paysanne

Que du « beau linge » garanti gauche pure, paysans du Larzac et évêques de France. A se tordre comme dirait Alphonse Allais en voyant ce défilé d’âmes pures et d’honnêtes gens.

Aux cotés des associations qui portent le projet, le CE de la SNCF en région PACA se distingue par son zèle antisioniste ou antisémite, l’on ne sait plus très bien.
Marcel Almero, son responsable, présente l’opération sur le site internet du Comité central d’entreprise de la SNCF en région PACA, en précisant que le CE de la SNCF s’y engageait pour poursuivre » la démarche du CE des Cheminots pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens » ajoutant que » depuis nombre d’années, l’objectif du Comité d’Etablissement a été à la fois d’apporter sa contribution à la Paix, sa solidarité et de sensibiliser les cheminots à ce problème ».
On cherchera en vain, chez l’ensemble de ces «zélés philanthropes » au titre de leurs contributions à la paix qu’ils proclament avec tant de ferveur, une quelconque compassion pour les populations civiles du sud d’Israël soumis aux bombardements du Hamas et des groupes islamistes de la Bande de Gaza.
Une once de honte devant cet attentat au terminal des bus de Jérusalem le 23 mars 2011 ou 25 personnes ont été blessés échappant par miracle à la mort.

Aucune larme dans l’œil de ces grandes consciences de gauche devant l’horreur du meurtre d’une famille de 5 personnes égorgés à itamar ce vendredi 18 mars et tout ce que trouva à dire un membre du cabinet politique du Hamas par la voix de Ezzat Al-Rashak : son mouvement ne pouvait être responsable du meurtre des 5 membres de la famille Fogel à Itamar. ’’Ce n’est pas la politique du Hamas et des factions de la résistance palestiniennes d’attenter à des enfants’’. Selon lui, ’’il ne faut pas exclure que des colons aient eux-mêmes commis l’acte, pour des motifs criminels’’. Y at-il des degrés dans l’horreur et le cynisme, la vie d’un bébé de trois mois égorgé est pour le hamas comme l’ensemble de la classe politique française, une conséquence de la « colonisation ». Ils ont les mêmes arguments.

A se demander si ce ou ces bateaux ne devraient pas subirent le sort des engins militaires qui devant partirent pour l’indochine furent renversés dans le port de Toulon en 1952 par les marins et les dockers communistes sous la direction de Jean Bartolini, député communiste de Toulon.

Le 14 janvier dernier, Marcel Almero , le tartarin de la Joliette, président du CE SNCF de la région PACA, précisait que « à bord, devraient embarquer 80 à 150 personnes pour un voyage d’une durée de quatre à sept jours », ajoutant que « la CGT a la lourde tâche de trouver un bateau, or soit on trouve des cargos soit de gros ferrys, donc on continue à œuvrer auprès des armateurs », a-t-il expliqué.

Très actif, le CE participe en tant que tel, à travers ses responsables, à des soirées de sensibilisation et de collecte de fonds, témoin cette soirée au centre culturel des cheminots CGT, à laquelle appelle Jacques MOLLEMEYER du Mouvement de la Paix, et toujours avec la participation du sémillant Marcel Almero , Secrétaire du CE des Cheminots PACA qui déclare : « Le CE des Cheminots PACA avec le Collectif Vauclusien pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens , l’Union départementale CGT du Vaucluse, s’unissent pour contribuer à affréter Un bateau français pour Gaza, à Marseille ». Le CE cheminot PACA prend l’initiative : il organise un débat soutenue par le collectif 13 « un bateau français pour Gaza » le 17 février 2011. Derrière cette initiative, bien sur le PCF et ses alliés du front de gauche, qui n’osent encore apparaître au grand jour et évidemment nos amis d’Europe Ecologie.

Il est vrai que selon la loi, la SNCF a juridiquement peu de moyens de s’opposer à ce que fait son comité central d’entreprise, ou un des comités régionaux, elle donne cependant une définition relativement claire des missions d’un CE:

Le Comité d’entreprise est un conseil doté de la personnalité civile composé du chef d’entreprise ou d’un de ses représentants, et de membres du personnel élus. Outre les missions légales liées au fonctionnement de l’entreprise, le CE met en œuvre des action, financées sur un budget spécifique attribué par l’entreprise, en faveur des salariés, des anciens salariés et de leur famille (les activités sociales et culturelles sont organisées et développées par le comité d’entreprise Il s’agit de prestations non obligatoires légalement, fournies aux personnes pour leur bien-être ou l’amélioration de leurs conditions de vie).

On est loin d’un Bateau pour Gaza, sauf à penser que l’opération améliorera les conditions de vie des cheminots si difficile surtout en PACA où elles paraissent encore plus dures que celles des dockers de Marseille ; c’est dire !

Le CE de la SNCF reçoit plusieurs dizaines de millions d’euros de l’entreprise au titre de son fonctionnement et des activités sociales et culturelles.

La SNCF, entreprise publique à vocation commerciale, reçoit de l’Etat et des collectivités locales près de 7 Milliards d’euros de subventions directes, et plus de 5 milliards sont versés à RFF (Réseau Ferré de France), soit un total de 12 Milliards d’euros de subventions !

Qu’il s’agisse des collectivités locales ou de l’Etat, ces subventions sont versées à partir de ressources de l’impôt direct ou indirect, sur les particuliers et les entreprises.

Comment s’assurer que ces sommes versées par la collectivité ne se retrouvent pas dans les caisses du comité d’entreprise ?
Dans ce cas, il s’agirait d’un détournement de fonds publics, qui viendraient financer des opérations politiques et partisanes.

De même, on peut légitimement s’interroger sur le financement des réunions, des déplacements (y compris à Gaza); si ce financement vient du budget du CE, celui-ci sortirait des missions qui lui sont dévolues par la Loi.

Le site internet de l’opération « Un bateau pour Gaza » annonce que 16% des 450 000 euros nécessaires à l’affrètement du bateau, soit plus de 70 000 euros, proviendront de « financements institutionnels », sans préciser l’origine de ces fonds.

Pour nos amis qui serais tenter par une démarche juridique, rappelons qu’en avril 2010, des contribuables obtenaient l’annulation d’une subvention de la commune de La Penne-sur-Huveaune (Bouches-du-Rhône) au ” Fonds de solidarité et d’urgence pour les collectivités locales et la population de la bande de Gaza”. Dans cette affaire, le tribunal administratif de Marseille avait retenu le caractère politique et partisan de cette délibération.

Plusieurs CE de grandes entreprises sont actuellement dans le collimateur de la Cour des comptes, il serait bon que celle-ci se penche spécifiquement sur le financement de cette opération.
Et quand on pense qu’il y a quelques années le CCE de EDF-GDF osa jeter dehors Jean-Claude Laporte qui en était le directeur car il avait regardé les comptes de prés et s’était rendu compte des cadeaux fais par le CCE au Parti Communiste Français.

Mais cette « flottille de la paix » aussi scandaleuse soit-elle, n’est pas la vraie question.
Ce qui est pour le moins surprenant c’est l’attitude du gouvernement français et celle d’une majorité de la gauche, qui d’ailleurs soutient cette opération et l’inavouable attitude d’une grande partie de la droite toujours prêtent à défendre les terroristes assassins de ce pauvre Hamas au nom d’un antisémitisme paré du voile de l’antisionisme.

Il est vrai que l’exemple vient de haut ainsi le 15 juillet 2010 le consul de France à Jérusalem prononce un discours à Gaza dans lequel il déclare que les valeurs de liberté, égalité, fraternité sont aussi des valeurs palestiniennes, que Jérusalem doit être la capitale de deux États ou que « l’occupation » doit cesser, sans même prononcer le nom du Français Gilad Shalit, otage de Gazaouis depuis plus de quatre ans et dont le Quai d’Orsay se lave apparemment les mains. « Liberté, égalité, fraternité, telles étaient les aspirations des révolutionnaires français, telles sont aussi les aspirations du peuple palestinien. » Cela le Consul de France à Jérusalem le dit sans rire en recevant le gratin gazaoui pour célébrer le 14 juillet…. On sait que « comparaison n’est pas raison » mais là, on verse l’ignoble…

Combien de roquettes ou autres obus de mortier ont été tirés depuis Gaza au petit bonheur la chance sur le sud d’Israël ? Des centaines, bien plus de mille. Bombardements justifiés par le Consul de France, au nom de la devise de la République française « liberté, égalité, fraternité ».

Certes Monsieur le consul se prononce pour deux États et prononce le nom d’Israël –mais il ajoute : « En attendant, la France – je l’ai rappelé hier au cœur de la vieille ville de Jérusalem –demande qu’il soit mis un terme à la colonisation, que cessent les démolitions de maisons et les évictions de familles. A Jérusalem en particulier, il est crucial que soient respectés la diversité et les équilibres démographiques, humains, sociaux, religieux. » A noter le poncif éculé et inexact de « colonisation » ainsi depuis son évacuation par israël , afin de favoriser la paix, il ne reste plus un seul Israélien ni un seul Juif d’ailleurs dans la Bande de Gaza – alors, parler de respect de la diversité et des équilibres divers est cocasse.

Il y a foule pour cette fête et le Consul commente : « Votre participation en grand nombre témoigne de l’amitié qui nous lie, elle est le symbole de la profondeur des liens qui unissent la France à Gaza. » De quelle France parle-t-il ? Pas de la grande majorité des Français…

Et d’énumérer les projets menés par la France à Gaza – comprendre financés et donc payés par le contribuable français – : « Dans le domaine de l’eau, avec le projet d’assainissement de Beit Laya, dont les travaux de la station d’épuration commenceront dans quelques jours. Dans le domaine de la santé, avec la réhabilitation du département des urgences de l’hôpital Al Quds dont nous allons fournir l’équipement médical. En appui au secteur privé, avec l’accord que je vais signer demain pour soutenir le secteur des technologies de l’information. » Ce qui prouve que les travaux se font très normalement dans la Bande de Gaza….Quant aux« technologies de l’information, » la question qui se pose est de savoir si la France, nous donc, contribue à la télévision du Hamas, mouvement terroriste et qui diffuse des programmes incitant à la haine d’Israël et des Juifs, utilisant sans vergogne des enfants palestiniens ou a concocté une vidéo misérable mettant en scène le père deGilad Shalit toujours otage dans des années…

Parmi les autres projets financés par le contribuable français le Consul se félicite: « Nous contribuons à la formation des cadres et au développement de la recherche à travers la coopération universitaire que nous avons engagée avec l’université Al Aqsa (université qui sur son site accuse Israël d’avoir assassiné Rafik Hariri), , Al Azhar – site en arabe uniquement – , l’Université islamique – qui lance une chaîne de télévision pour dénoncer « les crimes commis par le régime sioniste, » etc. et promouvoir « les valeurs sublimes de l’Islam » ah bon, pas celles de la République française ? – et le Collège de Sciences appliquées. » Alors, de quelle recherche parle-t-on ?

Mais la coopération de la France ne s’arrête pas là. On trouve un partenariat également avec « l’association Al Mizan pour les droits de l’Homme » Association qui déclarait en juin dernier : « Le Centre « Al-Mizan » pour les droits de l’homme a appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre fin à la torture pratiquée dans les territoires palestiniens occupés, et à activer la convention de l’ONU sur la lutte contre la torture. Dans un communiqué, dont le Centre Palestinien d’Information (CPI) a reçu une copie, « Al-Mizan » a rappelé que les Palestiniens fêtent, ce samedi, la journée de la lutte contre la torture, au moment où toutes sortes de violences sont pratiquées contre leurs détenus incarcérés dans les geôles israéliennes. Le centre a souligné que les captifs palestiniens sont privés de leurs droits les plus élémentaires, et sont soumis à toutes sortes de torture. »

Et le Consul de conclure : «Il est difficile de citer tous nos partenaires. Mais, à tous, je souhaite exprimer notre appréciation pour le travail accompli, pour leur dynamisme qui illustre la force et la vitalité de la société civile à Gaza. Une société civile que nous continuerons de soutenir. »

Et de demander la libre circulation des biens et des personnes. Mantra habituelle du quai d’Orsay qui systématiquement oubli d’ évoquer la liberté de circuler de Gilad Shalit, Franco-Israélien kidnappé il y a plus de 4 ans…

Il n’est pourtant pas si timoré que ça, le Consul, car il ose appeler à « la réconciliation interpalestinienne, » et surtout, en félicitant l’UNRWA( l’organisation de l’ONU qui depuis 1948 verse conscenscieusement plus de dollars par mois pour les palestiniens 25 fois plus d’argent que pour l’aide au Sénégal) pour son travail dans la Bande de Gaza il ose dire : « Nous condamnons avec la plus grande fermeté les violences et les menaces dont ils ont fait l’objet. » Des « inconnus » avaient saccagé des colonies de vacances jugées immorales car permettant aux petites filles de danser ou chanter…
Et le Consul termine en fanfare , en saluant les Français de Gaza « en quelque sorte les dépositaires de cette dimension humaine de la relation d’amitié ancienne qui existe entre les Français et les Palestiniens ». Une dimension que privilégiait Mahmoud Darwich, ce grand poète et humaniste palestinien qui, entre autres, perpétua le mensonge Mohammed Al Durah qu’il qualifie de petit Christ amputé de son pays et tué de sang-froid par un chasseur inhumain….

Mahmoud Darwich dont Paris, par la voix de l’ineffable Delanoè, s’enorgueillit d’avoir baptisé de son nom une de ses places. C’était il y a un mois et un jour, le 14 juin, en présence du président Mahmoud Abbas, du maire de Paris et de nombreuses personnalités françaises et arabes. Au cœur de Paris, cette place marquera la pérennité de nos liens. »

Mais depuis les révolutions dans le monde arabo-musulman , les choses sont en train de changer, ou plutôt elles changent pour que rien ne bouge, mais les sanguinaires de la bande de Gaza sont assez furieux de perdre la vedette de « la victime » idéale.
Non seulement les terroristes envoient des projectiles dans le seul but de tuer des civils israéliens, et lorsque l’armée israélienne pour défendre ses citoyens riposte et cible les infrastructures terroristes ils disent envoyer des roquettes en réponse à l’agression du peuple palestinien par les « sionistes ».

Le djihad islamique (Branche armée du fatah – parti d’Abbas) fait de la surenchère sur ses petits copains. Les brigades d’Al-Qods veulent frapper plus loin à l’intérieur du territoire israélien- Leur porte parole Abou Ahmad a déclaré que les cibles telles que Sdérot et Aschkélon sont dépassées. Il n’ya plus de ligne rouge tant que l’ennemi ne respectera pas les résolutions et les chartes de l’ONU.

Alors que leur charte a eux préconise la destruction de l’Etat d’Israël, civils inclus.
Ces terroristes lanceront des roquettes Israêl ripostera et les occidentaux recommenceront leur jérémiades avec leur rapport abjecte et les larmes de Sarkozy.
Les terroristes considèrent chaque civil israélien comme une cible à détruire, et préparent de jolis tableaux pour les dupes occidentales.

Le ‘Hamas et autres factions terroristes ciblent intentionnellement des civils, des quartiers d’habitation dans les villes, des jardins d’enfants, des kibboutzim.
Aucune action de l’Armée israélienne n’est menée si ce n’est en représailles des tirs aveugles et abjectes des terroristes. Les tirs de l’armée israélienne sont étudiés et ciblées au millimètre pour éviter toutes pertes civiles.

Lors de certaines représailles l’armée israélienne envoie des messages à la population en arabe pour les prévenir de se tenir éloignée des cibles définies. L’armée israélienne ne tire pas sur des civils mais sur des objectifs et infrastructures terroristes.
Il arrive qu’il y ait des victimes collatérales qui sont souvent utilisées comme boucliers humains par les terroristes.

Souvenez-vous de l’infâme rapport Goldstone qui avait pris en compte des témoignages des activistes du ‘Hamas, qui d’ailleurs furent démentis par le ministre de l’intérieur du ‘Hamas lui-même : Fathi Hamad.
C’est des Etats-Unis que nous vient une parole juste et sincère Pourquoi vous excusez-vous tout le temps , dit Sarah Palin aux Israëliens
Avec cette seule phrase faite à ses hôtes israéliens, Sarah Palin fait preuve d’un sens de la répartie qui réchauffe le cœur de plus d’un Israélien la future candidate aux présidentielles américaines réaffirme un ton qu’elle n’a jamais cessé de donner : celui de l’amitié sincère et franche avec l’État Juif !

C’est avec une étoile de David autour du cou que Palin est arrivée en Israël. Non pas parce qu’elle se serait convertie au judaïsme mais pour une autre raison : « Porter cette étoile autour du coup, c’est se rappeler des luttes de David contre Goliath. Dans le monde actuel où l’inversion de la réalité est fait courant, c’est rappeler que le petit David israélien fait face au Goliath du terrorisme arabe. Pas uniquement palestinien, mais musulman dans son ensemble djihadiste ».

Puis elle continue « Depuis 3000 ans, les juifs prient en se tournant vers Jérusalem. Depuis 3000 ans, les juifs prient pour y vivre. Aucun autre peuple au monde ne mérite autant Jérusalem ».
« Israël n’a jamais été accepté par les populations arabes. Elles disent vouloir la paix. Elles se disent prêtes à signer la paix si Israël recule jusqu’aux lignes de 1967. Mais dans les faits, que ce soit en Égypte ou en Libye, on le voit: place Tharir, les civils chantaient « A Jérusalem nous allons. Nous allons pour devenir des millions de martyrs ». Lorsque la journaliste américaine Lara Logan a été brutalement attaquée, la foule scandait « Juive ! Juive ! » et « c’est une agent du Mossad ! »

Le courage de Sarah Palin met en lumière la lâcheté des politiques français.
Et surtout jette une lumière crue sur ce qui est en jeu avec cette « 2 ème flottille de la paix », un nième coup de boutoir contre le seul état-nation du moyen-orient, contre le seul pays démocratique de la région. Le colonel Kadhafi, bachar el assad et les autres peuvent tranquillement tirer sur les manifestants, aucune manifestations dans les rues de Paris, aucun défilé à Marseille, pauvre Olivier Besancenot, priver d’images et de déclarations chocs. Salauds de journalistes.

En réalité, il faudrait qu’en tête de proue de ces navires les organisateurs mettent messieurs Mélenchon, Ramadan, Thibault et Pierre Laurent, eux qui partagent le même amour pour Israël et ses habitants , que le Hamas.

Lazare Zylbergleitt
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  nico37 le Sam 2 Avr - 18:14

Der Spiegel n° 10 du 4 mars 2011, Mis en ligne sur le site du Spiegel le 5 mars 2011

Une occasion idéale Par Tom Segev Traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne pour La Paix Maintenant

[Né à Jérusalem en 1945, l’historien Tom Segev est l’auteur de nombreux ouvrages, dont en traduction française : C’était en Palestine au temps des coquelicots (Liana Levi, 2000) ; 1967. Six jours qui ont changé le monde (Denoël, 2007) ; Simon Wiesenthal : L’homme qui refusait d’oublier (Liana Levi, 2010). Éditorialiste à Ha’aretz, il notait le 29 décembre 2008 dans un article traduit par Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant, « il existe une autre vérité historique qui vaut la peine d’être rappelée dans ces circonstances : depuis l’aube de la présence sioniste sur la terre d’Israël, aucune opération militaire n’a jamais fait avancer le dialogue avec les Palestiniens » (« Gaza : de quelques fausses hypothèses » : www.lapaixmaintenant.org/article1898).

Dans cette interview accordée au Spiegel, il donne son avis sur la signification des révolutions arabes pour son pays et les chances qu’elles pourraient offrir de mettre un terme au rapport d’hostilité. Rappelant qu’Israël a jusqu’ici traité avec les hommes au pouvoir, il voit dans leur renversement motif à « repenser la paix, et nos relations, de peuple à peuple ». T.A.]

__________________________________________________
Der Spiegel : Qu’est-ce que les gens pensent des révolutions arabes en Israël ?

Tom Segev : Depuis que notre pays existe, nous sommes partis du principe que nous sommes meilleurs que les Arabes. Mais aujourd’hui nous constatons une chose : ceux-ci ne sont plus rétrogrades. Nous sommes tout d’un coup confrontés à une nouvelle situation, à savoir que le monde arabe pense peut-être de façon tout aussi démocratique que nous, peut-être même plus démocratique. Où nous situons-nous ? Ne sommes-nous pas la seule démocratie au Proche-Orient ?

Der Spiegel : Est-ce qu’Israël se sera pas obligé à l’avenir de se mesurer à ses voisins ?

Segev : Oui. Et tandis que nous assistons au processus de démocratisation du monde arabe, la démocratie ne cesse de s’affaiblir en Israël. Nous avons un ministre des Affaires Étrangères dont le parti peut se comparer aux partis d’extrême-droite des pays d’Europe. La démocratie est en danger en Israël ; et cette menace est plus grande que celle qui vient de l’extérieur.

Der Spiegel : On perçoit en Israël plus d’inquiétude que de joie face aux soulèvements.

Segev : Comme la plupart des Israéliens, je ne sais pas grand-chose des Arabes. Nous les regardons toujours comme un danger et avec condescendance. Nous n’avons jamais connu l’expérience d’un pays démocratique dans notre voisinage. Cela sera-t-il bon ou mauvais pour nous ? Je suis convaincu que la démocratie n’est pas seulement bonne pour ces peuples, mais aussi pour Israël.

Der Spiegel : Beaucoup voient déjà venir la fin de la paix avec l’Égypte. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Segev : N’oubliez pas que les traités de paix avec l’Egypte et, plus tard, avec la Jordanie ont déjà survécu à plusieurs tests : deux guerres contre le Liban, deux soulèvements palestiniens, l’attaque contre Gaza, l’assassinat du président Anouar el-Sadate. La paix, pour fragile qu’elle soit, est devenue une évidence.

Der Spiegel : Beaucoup d’Égyptiens haïssent Israël et l’un des premiers gestes de la nouvelle direction a été de laisser passer des bateaux de guerre iraniens par le canal de Suez.

Segev : J’ai trouvé intéressant qu’Israël ne joue aucun rôle dans cette révolution. L’homme de la place Tahrir du Caire, qui n’exige rien de moi, exige tout de son gouvernement. C’est bon signe. Nous croyons toujours que nous sommes au centre de tout. La vérité est que nous n’avons pas conclu la paix avec l’Égypte ou la Jordanie, mais avec deux hommes, le président Sadate et le roi Hussein. Il se peut bien que nous ayons à repenser la paix, et nos relations, de peuple à peuple.

Der Spiegel : Le peuple inclut les Frères Musulmans, qui pourraient bientôt faire partie du gouvernement égyptien. Cela ne vous fait-il pas peur ?

Segev : Ils me font grand peur ; mais je ne vois pas en quoi ils seraient plus dangereux dans une démocratie que dans une dictature. Ce serait plutôt l’inverse. Ce que je crains, c’est qu’il n’y ait pas de véritable démocratie en Égypte. Qui dit que les gens sont assez forts pour s’imposer ? Est-ce que l’esprit démocratique est si puissant ?

Der Spiegel : Dans quel sens Israël devrait-il infléchir maintenant sa politique ? Est-ce qu’il ne faudrait pas ouvrir à nouveau des négociations de paix, avec la Syrie par exemple ?

Segev : Voici longtemps que nous aurions pu conclure la paix avec le dictateur syrien Bachar el-Assad. Cela ne s’est pas produit parce que le premier ministre Benjamin Netanyaou ne veut pas rendre le Golan.

Der Spiegel : Est-ce que, du fait de la révolution, la pression pour en finir avec l’occupation de la Cisjordanie ne va pas aller croissant ?

Segev : Si la région devenait vraiment démocratique, il ne resterait alors ici qu’un seul coin non démocratique. Difficile d’imaginer que le monde - et surtout le monde arabe - le tolèrerait. Netanyaou s’en tient à sa vieille position : il ne veut pas d’État palestinien, il veut les colonies et refuse de rendre les territoires occupés. La pression de l’étranger est bien le seul moyen de changer les choses.

Der Spiegel : Est-ce que les Palestiniens ne vont pas se soulever à leur tour ? Il y a déjà eu plusieurs manifestations à Ramallah. Le mécontentement à l’encontre de leur propre direction, aux manières de plus en plus autoritaires, ne cesse de croître.

Segev : J’espère que les Palestiniens ne commettront pas l’erreur de déclencher une nouvelle intifada. Ils s’y sont essayés à deux reprises, avec des conséquences déplorables pour les deux côtés. Mais je ne vois pas de forces en passe de se soulever contre leur direction. Tous ceux qui pourraient y inciter sont dans des prisons israéliennes. Qu’auraient-ils à en attendre ? Ils sont en fin de compte bien trop faibles pour faire cesser l’occupation israélienne.

Der Spiegel : Les Palestiniens sont très liés à la Jordanie. Là aussi, il y a déjà eu des mouvements de protestation. Ne craignez-vous pas que la maison royale ne s’effondre ?

Segev : Les choses sont encore très calmes là-bas. Nous ne devons pas supposer qu’il en ira toujours de même. Récemment, le ministre jordanien de la Justice a qualifié de héros un soldat qui avait abattu sept filles israéliennes en 1997. À l’époque, après cet acte de terrorisme, le roi Hussein était venu personnellement en Israël et s’était agenouillé devant les familles. Il y a maintenant une fêlure dans notre relation.

Der Spiegel : Si un renversement survenait, est-ce que cela représenterait un danger pour Israël ?

Segev : Non, tout au contraire, ce serait l'occasion idéale de résoudre le conflit israélo-palestinien : la Cisjordanie et la Transjordanie pourraient être réunifiées. Il y a déjà une majorité de Palestiniens en Jordanie, et il y a là (dans cet espace réunifié (note LPM)] assez de place pour tous. C'est la meilleure révolution qu'il me soit donné d'imaginer.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  nico37 le Dim 3 Avr - 10:49

Boycotter Israël... de l’intérieur ! lundi 28 mars 2011 - 14h:03

Mya Guarnieri - Al Jazeera

Des Israéliens expliquent pourquoi ils se joignent au mouvement pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions [BDS].

Ramallah : un militant palestinien incite au boycott des produits israéliens vendus dans un magasin - Photo : EPA
C’est l’Egypte qui m’a fait penser au mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) d’une manière sérieuse. Je pratiquais déjà un boycott discret et ciblé des produits des colonies - lisant les étiquettes à l’épicerie afin de m’assurer si je n’étais pas en train d’acheter quelque chose venant d’au-delà de la Ligne Verte [zone de cessez-le feu de la guerre de 1948 - N.d.T].

Je faisais cela depuis longtemps. Mais à un moment donné, j’ai réalisé que mon boycott privé était un peu naïf. Et j’ai compris que ce n’était pas suffisant.

Ce n’est pas seulement les colonies et l’occupation, les deux faces d’une même médaille, qui constituent un grave obstacle à la paix et portent atteinte aux droits des Palestiniens. C’est tout ce qui les soutient - le gouvernement et ses institutions. C’est la bulle dans laquelle vivent beaucoup d’Israéliens dans l’illusion de la normalité. C’est le sentiment pour Israël que le statu quo est durable.

Et les colonies sont un peu un faux-fuyant, une cible facile pour exprimer sa colère. Les Israéliens doivent également affronter l’une des injustices majeures qui ont résulté de l’installation de leur Etat - la Nakba, la dépossession subie par des centaines de milliers de Palestiniens.

Alors que la campagne BDS affiche cela, entre autres revendications - les trois principes du mouvement sont le respect pour les Palestiniens du droit au retour, comme indiqué dans la résolution 194 des Nations Unies, un terme à l’occupation et l’égalité des droits pour les citoyens palestiniens d’Israël - je suis restée réticente à m’impliquer d’avantage.

Je dois admettre que j’étais inquiète du mouvement. Je ne pensais pas que ce serait utile. J’étais sûr que la campagne BDS ne ferait qu’encourager Israël à enfoncer ses talons plus profondément. Elle ne fera qu’empirer les choses pour tout le monde, pensais-je.

L’Egypte a été le point de basculement pour moi. J’étais exaltée par les images de ce peuple descendant dans la rue pour exiger le changement. Et tandis que les mémos de Palestine prouvent que le gouvernement semble déterminé à maintenir le statu quo, je connais beaucoup d’Israéliens qui en ont plus qu’assez.

Il y a des mères qui ne veulent pas envoyer leurs enfants à l’armée, des soldats qui ont le sentiment de servir de gardiens aux colons. J’ai récemment parlé avec un homme de 44 ans - un type normal, père de deux enfants - qui m’a dit qu’il voulait mettre le feu à quelque chose, tellement il se sent frustré avec le gouvernement et si inquiet de l’avenir.

Et l’Egypte aujourd’hui est sur les lèvres de nombreux Israéliens. Donc, ce qu’on peut faire pour faire plier Israël ? Que peut-on faire pour encourager les Israéliens à se battre pour le changement, à se battre pour la paix, pour se libérer d’un conflit qui mine leur libre arbitre, leur liberté ?

La campagne BDS a accumulé un certain nombre de succès, ce qui est une des raisons pour lesquelles la Knesset israélienne veut faire adopter un projet de loi, connue sous le nom de la loi Boycott, qui aurait pour effet de criminaliser les Israéliens qui se joindraient au mouvement en leur infligeant d’énormes amendes.

Et certains de ceux qui sont impliqués dans la campagne BDS ressentent déjà une très très forte pression venant de l’Etat.

« Israël est un simulacre de démocratie »

Leehee Rothschild, âgée 26 ans, fait partie des nombreux Israéliens qui ont répondu à l’appel palestinien de 2005 pour le BDS. Récemment, son appartement de Tel-Aviv a été perquisitionné. Alors que la police faisait cela sous le prétexte de rechercher des drogues, elle a été emmenée au poste pour un bref interrogatoire qui s’est concentré entièrement sur ​​la politique.

« La personne qui est venu me libérer [de l’interrogatoire] était un officier du renseignement qui a dit qu’il est en charge du suivi de l’activité politique dans la région de Tel Aviv, » dit Rothschild. C’était l’officier qui avait demandé le mandat de perquisition.

Depuis l’opération Plomb Durci, des militants israéliens ont fait état d’une pression croissante de la police ainsi que des services généraux de sécurité - connus sous l’acronyme hébreu, Shabak.

Le mandat de ce dernier comprend, entre autres, l’objectif du maintien d’Israël en tant qu’Etat juif, ce qui transforme en cible de ceux qui prônent la démocratie.

Les perquisitions à domicile, comme celui de Rothschild, ne sont pas rares ainsi que les appels téléphoniques de la Shabak.

« C’est évident que [la pression] n’est rien comparé à ce que vivent les Palestiniens », dit Rothschild. « Mais je pense que nous touchons un point sensible. »

Interrogée sur le projet de loi Boycott, Rothschild fait le commentaire suivant : « Si le projet de loi est adopté, il fera tomber encore un peu plus le masque de la démocratie israélienne. »

Un amour fort

Comme pour son implication dans la campagne BDS, Rothschild remarque qu’elle n’était pas au courant de l’existence du mouvement jusqu’à ce qu’il devienne un sujet sérieux de discussion au sein de la gauche radicale en Israël à laquelle elle appartient. Et même après en avoir entendu parler, elle ne s’y était pas tout de suite ralliée.

« J’avais des réserves à propos de la campagne [BDS] », se souvient Rothschild. « J’y ai réfléchi pendant un temps très long et j’en ai discuté avec mes amis. »

« La principale réserve que je faisais était que les [aspects] économiques feraient d’abord du mal à la partie fragile de la société - les pauvres - les gens qui ont le moins d’impact sur ​​ce qui se passe. Mais je pense que l’occupation fait bien plus de tort à ces personnes que ne peuvent le faire les désinvestissements. »

Rothschild souligne que les fonds publics qui sont versés pour la « sécurité, la défense et l’oppression du peuple palestinien » pourraient être mieux utilisés en Israël pour aider les personnes des couches socio-économiques les plus défavorisées.

« Une autre réserve que j’avais, était que cela pourrait rendre les Israéliens plus extrémistes, plus fondamentalistes », ajoute Rothschild. « Mais je dois dire que la route qu’il faut parcourir aujourd’hui pour être tout à fait extrêmiste est bien courte. »

Comme Israélienne, Rothschild estime que rejoindre le mouvement BDS est un acte de bienveillance. Elle a de l’amour pour le pays où elle est née et où elle a grandi.

« J’espère que pour certaines personnes, ce sera une gifle au visage et qu’ils vont se réveiller et voir ce qui se passe », dit Rothschild, ajoutant que l’oppresseur se retrouve ainsi sous pression.

« Le peuple israélien paie également un prix pour l’occupation - il vit dans une société qui est sectaire, violente, raciste. »

« Renoncer à mes privilèges »

Ronnie Barkan, âgé de 34 ans, explique qu’il a fait son premier pas vers le boycott il y a 15 ans, quand il a refusé de terminer son service militaire obligatoire.

« Il y a beaucoup de pression sociale [en Israël], » dit Barkan. « Nous sommes poussés à être des soldats dès la maternelle. On nous enseigne qu’il est de notre devoir [de servir dans l’armée] et que vous êtes un parasite ou un traître si vous ne voulez pas servir. »

« Ce qui est encore pire, c’est que les gens sont portés à être profondément racistes », ajoute-t-il. « Tout est fait pour soutenir l’idée que vous êtes les maîtres de la terre. Soutenir la campagne BDS, c’est renoncer à mes privilèges dans ce pays tout en voulant ​​l’égalité pour tous. »

Barkan compare son adhésion au mouvement de boycott à celle des « blancs qui ont dénoncé leurs privilèges dus à l’Apartheid et ont rejoint la lutte des Noirs en Afrique du Sud ».

Je grince des dents au mot « Apartheid », explique Barkan. « Israël se situe clairement sous le coup de la définition juridique du ’crime d’apartheid’ tel que défini dans le Statut de Rome. »

« Plus jamais ça à personne »

Certains s’opposent à la campagne BDS car elle inclut la reconnaissance du droit au retour des Palestiniens. Ces critiques affirment que l’évolution démographique empiéterait sur l’autodétermination juive. Mais Barkan fait valoir que « la fondation sous-jacente [au mouvement] est la reconnaissance de droits universellement reconnus comme les droits de l’homme et le droit international ».

Il souligne que la campagne BDS respecte les droits des Palestiniens et des Juifs et comprend les partisans d’un Etat bi-national, d’un État démocratique, ainsi que ceux qui croient que la solution à deux Etats est la meilleure réponse au conflit.

Il souligne également que la campagne BDS n’est pas anti-sémite. Elle n’est pas anti-israélienne.

« La campagne de boycott ne vise pas les Israéliens. Elle s’attaque à la politique criminelle d’Israël et des institutions qui s’en font les complices, et non pas aux individus », dit-il.

« Mais disons qu’un musicien ou un universitaire israélien va à l’étranger et qu’il est interdit de conférence ou d’un lieu simplement parce qu’il est israélien ... » commençais-je à interroger.

« Non, non, cela ne relève pas [des lignes directrices] du boycott, » répond Barkan.

« Parce que ce n’est pas un boycott. C’est du racisme », dis-je.

« Exactement », répond Barkan, ajoutant que l’appel palestinien pour le BDS est « un appel très responsable » qui « fait une distinction entre les institutions et les individus et qui est clairement pour un boycott des institutions et de leurs représentants ».

« Chaque fois qu’il y a une zone grise », ajoute-t-il, « nous prenons l’approche plus modérée. »

Pourtant, Barkan a essuyé des critiques pour son rôle dans le mouvement de boycott.

« Ma grand-mère qui est allé à Auschwitz me dit : ’Tu peux penser ce que tu veux, mais ne parle pas de ta politique parce que ce n’est pas beau ». Je lui réponds : « Tu sais qui ne parlait pas il y a 70 ans. »

Barkan ajoute : « Je pense que la principale leçon à tirer de l’Holocauste est ’plus jamais ça à personne’ et non pas ’plus jamais ça aux Juifs’. »


Mya Guarnari est journaliste indépendante, basée à Tel Aviv. Elle écrit régulièrement pour The Huffington Post et The Jerusalem Post. Ses articles sont publiés en anglais notamment sur Al Jazeera, The National (Abu Dhabi), Ha’aretz, Electronic Intifada, The Jewish Daily Forward, Maan News Agency, Mondoweiss... Elle possède une maîtrise des Beaux-Arts de l’université d’Etat de Floride.

Elle peut être contactée par courriel : myaguarnieri(at)gmail.com

Son site : Mya Guarnieri

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vidéo/Chanson en hommage à Vittorio Arrigoni

Message  ramiro le Sam 23 Avr - 2:04

avatar
ramiro

Messages : 238
Date d'inscription : 01/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  sylvestre le Mar 10 Mai - 12:40

Ehoud Barak reconnait l'impact de la campagne BDS. On tient le bon bout....

http://972mag.com/ehud-barak-acknowledges-the-impact-of-bds/

In an interview yesterday with the liberal daily Haaretz (Hebrew), Defense Minister Ehud Barak acknowledged the impact of the Boycott, Divestment and Sanction (BDS) movement on Israel and the unsustainable nature of Israeli Occupation.

Barak believes that a UN declaration of Palestinian statehood without a prior Israeli political initiative will paint Israel into a corner previously occupied by South Africa during the apartheid era. His admonition is pungent and scathing: “There are elements in the world, quite powerful, in various countries, including friendly ones, in trade unions, [among] academics, consumers, green political parties”, he warns, “and this impetus has culminated in a broad movement called BDS (boycott, divestment, and sanctions) which is what was done with South Africa. This will not happen overnight. The day after September, people will say: ’so now October has come, the sky hasn’t fallen, nothing has happened’. This is not true .

Will this happen in December or January?

It will start coming at us like a glacier, from all corners. There are people in the European Council that deal with export and import, and they are capable, without any government decision, of inflicting significant damage on the Israeli economy. We will see this taking place in academia, we will see this taking place in dockworker unions, consumer groups, and this will seep into governments. This is unwise [apparently referring to Israeli policies which will bring about this outcome]. To me, this uncontrollable process looks more dangerous than what the [Israeli] public perceives at the moment. We have been ruling over another nation for 43 years, this is unprecedented. Perhaps China can allow itself to control some small nations in various corners of its empire, and perhaps Russia can [failing to discern that Tibetans and Chechens have citizenship]. We cannot, there is no chance that the world will accept this. The far right is exposing Israel to dangerous and unwarranted isolation.

Looks like senior Israeli officials fully understand and are scared of the nonviolent movement as well as endless occupation.

Section translated by Ofer Neiman.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  gérard menvussa le Sam 28 Mai - 12:52

Un scoop (merci Loubnan ya Loubnan, le meilleurs site d'information sur le liban) :

il y a 2 heures

Arrestation d’un cheikh chiite anti-Hezbollah, dirigeant un groupuscule anti-israélien au Liban Sud, financé par l’Arabies séoudite et... à la solde d’Israël.

Si tu ne suis que les médias français, il y a de fortes chances que tu sois passé à côté de cette information (pourtant énorme), qui n’a été publiée ici que dans le flux de dépêches d’agence d’Europe 1 :
►http://www.europe1.fr/International/Un-libanais-accuse-d-espionnage-pour-Israel-555879

Les services de renseignement militaires libanais ont arrêté un cheikh chiite du Sud-Liban soupçonné d’espionnage pour le compte d’Israël, a-t-on appris mardi de source proche de la sécurité. Le religieux, qui était notoiremement critique envers les combattants du Hezbollah et ses deux parrains régionaux, la Syrie et l’Iran, a été arrêté lundi dans le port de Tyr, a-t-on précisé de même source. Il dirige une organisation baptisée Résistance arabo-islamique, qui dispose, selon lui, d’un millier et demi de combattants, et qui avait revendiqué il y a deux ans une attaque à la roquette contre Israël.

Oui, tu as bien lu :
– le cheikh chiite libanais connu pour être très critique envers le Hezbollah est... un espion à la solde des israéliens ;
– l’(assez obscure) organisation subtilement baptisée « Résistance arabo-islamique » au Sud Liban est, tiens tiens tiens, un réseau d’espionnage à la solde des israéliens ;
– le groupuscule « qui avait revendiqué [...] une attaque à la roquette contre Israël » est... à la solde des israéliens.

D’autres détails dans la dépêche reprise par iLoubnan :

►http://www.iloubnan.info/politique/actualite/id/62074/titre/Arrestation-au-Liban-d'un-religieux-chiite-soupçonné-d'espionnage-pour-Is

Les services de renseignement militaires libanais ont arrêté un dignitaire religieux chiite, connu pour son opposition au Hezbollah, le soupçonnant d’espionnage au profit d’Israël, a annoncé mardi l’Agence de presse nationale.

« Des officiers militaires du renseignement ont arrêté samedi le chef du conseil islamique arabe, Mohammed Ali al-Husseini, qui est suspecté de conspiration avec l’ennemi israélien », a indiqué l’agence. M. Husseini, connu pour sa farouche opposition au puissant mouvement chiite armé Hezbollah, soutenu par l’Iran, a été arrêté durant un raid de l’armée à son domicile, dans la ville de Tyr (sud), selon la même source.

Le Daily Star (désormais propriété de Hariri) minimise l’importance de l’organisation du gugusse (on passe de 1500 membres à... 75), mais apporte d’autres précisions :
►http://www.dailystar.com.lb/News/Politics/2011/May-25/Sheikh-suspected-of-spying-for-Israel-arrested-near-Tyre.ashx#axzz1NdH

The source, speaking on condition of anonymity, said Lebanese intelligence personnel arrested Sheikh Mohammad Ali Husseini, leader of the obscure Arab-Islamic Resistance group, late Saturday in his apartment in the Riz complex just east of the southern port city of Tyre and took him to the Defense Ministry in Yarze, east Beirut, for questioning.

The source said information gathered about Husseini over the past 10 days led to his arrest.

The Lebanese intelligence unit also confiscated computer sets, communication equipment and documents from Husseini’s home.
traduire avec Google

Et si l’info n’était pas déjà assez énorme :

Reporters based in south Lebanon said Husseini, who is critical of both Hezbollah and the Amal Movement of Speaker Nabih Berri, has been funded by Saudi Arabia since 2008.

[...]

Al-Akhbar newspaper Tuesday said Husseini met Saudi King Abdullah in 2008.
traduire avec Google

Résumé : Au Liban Sud, l’armée libanaise a arrêté un cheikh chiite anti-Hezbollah à la solde d’Israël, dirigeant un groupuscule baptisé « Résistance arabo-islamique » financé par l’Arabie séoudite.

L’information selon laquelle cette organisation « avait revendiqué [...] une attaque à la roquette contre Israël » implique qu’Israël paie des gens au Liban Sud pour tirer des roquettes contre son propre territoire.

Face à ces informations, ami journaliste, tu as deux possibilités :
– tu la reprends, parce que c’est proprement énorme et qu’il est difficile de comprendre quoi que ce soit à la situation libanaise en ignorant ce genre de chose,
– ou tu la caches sous le tapis, et tu penses à mettre dans ton prochain papier une remarque désobligeante sur cette affreuse propension arabe pour les théories du complot.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La seconde flottille de la liberté

Message  Roseau le Ven 10 Juin - 22:42

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israël/Palestine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 37 Précédent  1, 2, 3 ... 19 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum