Philippe Poutou

Page 2 sur 40 Précédent  1, 2, 3 ... 21 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Roseau le Dim 10 Juil - 0:01

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Interview TV

Message  Roseau le Mar 12 Juil - 22:22

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sur Facebook

Message  Roseau le Mer 13 Juil - 13:11

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Invité le Mer 13 Juil - 23:18

Bof bof bof ! Pas terrible comme prestation sur le fond essentiellement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  BouffonVert72 le Jeu 14 Juil - 19:08

C'est quand-même mieux que les conneries de ton Shivardi... Very Happy
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Invité le Jeu 14 Juil - 19:19

BouffonVert72 a écrit:C'est quand-même mieux que les conneries de ton Shivardi... Very Happy
Sur certains points effectivement, mais justement on attendait mieux d'un ouvrier ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Roseau le Jeu 14 Juil - 20:11

BouffonVert72 a écrit:C'est quand-même mieux que les conneries de ton Shivardi... Very Happy

@ BV: pas de fausse discussion: Loriot n'a pas défendu la ligne Schivardi sur ce forum, et ne l'a même peut-être jamais défendue (?)
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  BouffonVert72 le Jeu 14 Juil - 20:29

C'est bien pour ça que Loriot n'a rien à faire au POI, et qu'il aurait bien plus sa place au NPA.
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration de Philippe Poutou. Non aux défilés militaires du 14 juillet !

Message  Roseau le Ven 15 Juil - 19:14

Eva Joly a raison : le 14 juillet est devenu le défilé des mercenaires des interventions colonialistes et impérialistes dans le monde.
Heureusement, la révolution française c'est autres chose que les bombardements de civils en Afghanisatan ou en Libye. Les réactions scandaleuses et nationalistes de François Fillon ou Marine Le Pen sont à la mesure de la politique d'intervention qu'ils soutiennent. Avec Eva Joly, nous exigeons l'arrêt de ces défilés couteux et provocateurs et le retrait de toutes les troupes françaises engagés dans des combats meurtriers contraires aux intérêt des peuples

Montreuil, le 15 juillet 2011.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  nico37 le Ven 15 Juil - 20:59

NPA: Philippe Poutou, l'inverse d'Olivier Besancenot

Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) pour l'élection présidentielle de 2012 en France, rompt avec le style d'Olivier Besancenot. Contrairement à son prédécesseur pour les précédents scrutins, sa mise en avant par 53% des délégués du parti n'est pas allée de soi. (à lire: Philippe Poutou, le favori à la succession de Besancenot)

Il en a convenu ce dimanche, lors de la clôture de la conférence nationale réunie à Nanterre. "C'est une discussion qui a eu lieu en peu de temps depuis la défection d'Olivier Besancenot. Le NPA a cherché la meilleure solution et a décidé du profil du candidat, plutôt un ouvrier. D'autres avaient la légitimité mais, pour des raisons diverses, n'ont pas voulu se porter candidat, et c'est tombé sur moi."

"Pas question que je sois un super candidat comme Olivier"

Cet ouvrier de 44 ans, qui s'est fait connaître à travers le combat qu'il mène depuis des années à la CGT pour la sauvegarde des emplois au sein de son usine Ford de Blanquefort (Gironde), estime qu'il "n'est pas question que je sois un super candidat comme Olivier Besancenot. Il faut montrer un visage plus collectif pour éviter la personnalisation".

Cela ne veut pas dire qu'il sera effacé. Très pugnace, cet homme de 44 ans a su mener de front aussi bien ses activités syndicales que politiques. "Grâce à son charisme, il a su grimper rapidement les échelons (dans ces deux organisations) pour lesquelles il se rend disponible 7 jours sur 7", souligne un de ses camarades de la CGT. Aujourd'hui, il est secrétaire CGT de Ford Aquitaine Industrie (FAI). Tous les matins, cet ouvrier aux cheveux grisonnants sur un front dégarni continue d'arriver à six heures pour prendre son poste de réparateur de machines-outils dans l'usine.

Pour le NPA, il s'est déjà présenté à trois élections, comme tête de liste aux élections régionales de 2010 (2,52% des voix) ainsi qu'aux européennes pour le Sud-Ouest en 2009 et aux législatives en Gironde en 2007, sous l'étiquette LCR.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  verié2 le Sam 16 Juil - 10:39


Roseau
Eva Joly a raison : le 14 juillet est devenu le défilé des mercenaires des interventions colonialistes et impérialistes dans le monde.
Tu remarqueras tout de même que, face à la levée de boucliers et au flot de calomnies, Eva Joly a eu une réponse de politicienne bourgeoise responsable : ce n'est pas la bonne façon d'honorer nos glorieux soldats qui se battent héroïquement en Afghanistan etc. Bref, elle a été soucieuse de manifester sa respectabilité bourgeoise et nationale.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Duzgun le Sam 16 Juil - 14:05

verié2 a écrit:Tu remarqueras tout de même que, face à la levée de boucliers et au flot de calomnies, Eva Joly a eu une réponse de politicienne bourgeoise responsable : ce n'est pas la bonne façon d'honorer nos glorieux soldats qui se battent héroïquement en Afghanistan etc. Bref, elle a été soucieuse de manifester sa respectabilité bourgeoise et nationale.
On ne doit la soutenir que sur deux choses :
- la remise en cause du défilé militaire
- contre les attaques racistes dont elle est victime, de la part du FN bien-sûr, mais -fait nouveau- également de l'UMP

Pour le reste, évidemment qu'on a des divergences avec une femme qui estime que les interventions impérialistes sont justifiées du moment qu'elle sont sous mandat de l'ONU...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Babel le Dim 17 Juil - 13:10

Duzgun a écrit:
verié2 a écrit:Tu remarqueras tout de même que, face à la levée de boucliers et au flot de calomnies, Eva Joly a eu une réponse de politicienne bourgeoise responsable : ce n'est pas la bonne façon d'honorer nos glorieux soldats qui se battent héroïquement en Afghanistan etc. Bref, elle a été soucieuse de manifester sa respectabilité bourgeoise et nationale.
On ne doit la soutenir que sur deux choses :
- la remise en cause du défilé militaire
- contre les attaques racistes dont elle est victime, de la part du FN bien-sûr, mais -fait nouveau- également de l'UMP

Pour le reste, évidemment qu'on a des divergences avec une femme qui estime que les interventions impérialistes sont justifiées du moment qu'elle sont sous mandat de l'ONU...
Entièrement de votre avis.

Mais reconnaissez tout de même à cette dame un certain cran, qui la situe plusieurs coudées au-dessus du personnel politique ordinaire, gauche et droite confondues. Ne serait-ce que parce qu'elle a su faire preuve de suffisamment de flair, ou de culot (ou de maladresse ?) pour s'en prendre à un symbole si hautement consensuel de nos élites dominantes. Lesquelles se sont d'ailleurs empressées d'assimiler sa bien modeste requête à une insulte au drapeau --"C'est la France et son histoire qu'on outrage !"--, et de donner là un brillant aperçu de cette "névrose française" dont parlait Sartre dans sa préface aux Damnés de la terre de Fanon.

On a donc vu les tartuffes de tout poil y aller de main leste, cherchant à profiter de l'occasion pour réaffirmer leur positionnement militaro-impérialiste dans le cadre de la course à la chaise présidentielle. Chacun a su faire dans son style, selon ses inclinations et ses compétences : Fillon et la valetaille Umpiste dans un numéro de clones du FN plus vrais que nature, notre Sainte-Royal-mère-de-Dieu dans l'ostentation cocardière fleur-de-lysée, les duettistes Hollande et Aubry dans la posture de ceux qu'appellent les fonctions les plus nobles, Valls dans le consommé d'abjection du parfait successeur de Guéant, Duflot dans faux-derchisme estival de celle qui nous la joue gourde ("incapable de pouvoir me prononcer sur cette affaire, vu que je suis en vacances !"),
... etc, etc. : http://www.europe1.fr/Politique/14-juillet-il-faut-garder-ce-defile-630087/

Jusqu'à notre antilibéral Mélenchon qui, se sentant des ardeurs gardàvouesques, s'est fendu aussitôt d'un entrechat aussi svelte que martial : "Il faut faire les deux, le défilé militaire et le défilé citoyen", où défileraient côte à côte "les militants de la CGT, du PCF et de l'UMP" (!!), "parce que nous célébrons la révolution de 1789, (et que) nous sommes prêts à défendre notre liberté les armes à la main".
Droite-gauche, gauche-droite, han-deux ! Et qu'importe si la justification militariste contredit ostensiblement la vérité des faits, en amalgamant les armées révolutionnaires de la Convention avec celles des menées coloniales et impérialistes initiées sous la Monarchie de Juillet et poursuivies par les quatre Républiques ! Le tout, c'est de rester dans la course et de ne pas se faire disqualifier pour anti-France.

Après cela, les "écarts" de langage de Fillon and Co, leur outrance calculée, sont devenus du pain-béni pour établir à nouveau la ligne de démarcation, celle qui sépare le bon grain national-républicain de l'ivraie xénophobe, et éviter qu'on confonde Gauche respectueuse et Droite lepénisée !

Quant aux réajustements ultérieurs de la dame, à ses protestations réitérées de bonne foi légalo-militariste, peut-être témoignent-ils, malgré l'étendue de ses compétences, d'une relative inculture dans certains domaines ?

Je lui conseillerais bien, puisqu'on est en vacances, la lecture de ce bouquin de Daniel, dont voici un extrait :
Saint-Arnaud, c’était aussi la France.

Connaissez-vous le maréchal ? Vous l’avez sans doute rencontré sous forme d’une vignette trouvée dans une tablette de chocolat, ou comme second rôle dans L’Auberge de l’Ange gardien. Marx l’évoque parmi les canailles du 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte. Il fait aussi une apparition moribonde dans La Charge de la brigade légère. Sans François Maspero, on aurait pu oublier à quel point cet aventurier cynique et sans scrupule représente la part d’ombre de la grandeur française [*]. Pour voir se défaire la légende de l’épopée nationale, il suffit de suivre la vie édifiante de Saint-Arnaud, déserteur, faussaire, aigrefin, massacreur, qui sut se hisser au sommet de la hiérarchie à coups de razzias et d’enfumades.
Saint-Arnaud, ou l’ignoble absolu. Dès sa jeunesse, il eut le goût du coup de force : « Oh ! 18 Brumaire, je te comprends, je t’aime, je te dresse des autels, je voudrais te recommencer ». Vœu exaucé. Le maréchal est le héros d’une époque où conquête coloniale et coup d’Etat sont l’envers et l’endroit d’une même médaille, où les villageois de l’Ouarsenis et le peuple du Faubourg Saint-Antoine sont indistinctement désignés comme des « Bédouins » bons pour la mitraille.

L’honneur de Saint-Arnaud, ou une livre de déshonneur français. Une livre fumante et saignante. Autoportrait du maréchal en simple officier pendant la prise de Constantine : « Enfin, j’arrivai à une petite place où je retrouvai le commandant Bedeau. Heureux de nous retrouver en vie, nous nous serrâmes la main. Il me fit quelques compliments en me voyant avec mon sabre et mon yatagan turcs, et la figure et les mains pleines de sang, mon sabre rouge ; enfin, quoi, j’avais l’air un peu boucher... Je ne m’appesantirai pas davantage sur ces scènes de pillage et de désordre ; elles ont duré trois jours. Jetons un voile épais et ne ternissons pas notre gloire et nos souvenirs. » Un voile, le voile, toujours.

Monotonie ordinaire de la besogne pacificatrice en Kabylie : « Les Kabyles ont éprouvé des pertes considérables ; nous marchons sur leurs cadavres... Alors je fais hermétiquement boucher toutes les issues et je fais un vaste cimetière. La terre couvrira à jamais les cadavres de ces fanatiques. Personne n’est descendu dans les cavernes : personne que moi ne sait qu’il y a là-dessous cinq cents brigands qui n’égorgeront plus les Français... Du 8 au 12, j’ai été malade, mais ma conscience ne me reproche rien. J’ai fait mon devoir de chef, et demain je recommencerais. » Ni regrets, ni remords. Comme un Papon, la quiétude du travail bien fait.

Quelque chose s’est inventé là, dans l’activisme criminel d’un Saint-Arnaud. Avec l’armée d’Afrique, un corps se constitue dans l’Etat. Le « père » Bugeaud fut un expert en répression d’émeutes populaires comme en colonnes infernales. Préférant chansonner joyeusement ses casquettes, ses fidèles zélateurs n’osaient toujours, un siècle après sa mort, publier son traité sur « la guerre de rues » ! Pour lui, de l’intérieur ou de l’extérieur, à Lyon comme en Kabylie, l’ennemi est toujours le même. Et le combattre est toujours une affaire de « pacification » et de « nettoyage » (à l’enfumade à défaut de karcher).

Vie exemplaire à tous égards, que celle de ce maréchal rassasié de gloire, qui retrouva, au crépuscule de sa vie, le dieu chrétien du pardon pour assurer le salut de son âme et confirmer sa sainteté prédestinée. A travers lui, François Maspero retrouve les ingrédients dont fut composé « le juste milieu » républicain sous la Troisième République : « une pincée de légitimisme, un peu de nostalgie louis-philipparde, une dose de catholicisme vaguement social et plutôt gallican mêlé à beaucoup de saint-simonisme conquérant, une dose plus forte de bonapartisme -première et seconde mouture - et enfin un républicanisme tardif, un républicanisme de raison, mais solide et définitif. » Le savant dosage opère toujours, de plus en plus mal il est vrai, en l’honneur de tous les Saint-Arnaud.
[* : François Maspero, L’honneur de Saint-Arnaud, Paris, Plon, 1993.]

Fragments mécréants, Mythes identitaires et république imaginaire, chap.II : "La République imaginaire", Daniel BENSAÏD.


Dernière édition par Babel le Dim 17 Juil - 14:57, édité 1 fois

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  verié2 le Dim 17 Juil - 13:33


Babel
Mais reconnaissez tout de même à cette dame un certain cran, qui la situe plusieurs coudées au-dessus du personnel politique ordinaire, gauche et droite confondues. Ne serait-ce que parce qu'elle a su faire preuve de suffisamment de flair, ou de culot (ou de maladresse ?) pour s'en prendre à un symbole si hautement consensuel de nos élites dominantes.

Plusieurs coudées ? Attendons de voir ce qu'elle fera quand le PS lui proposera un poste au gouvernement... Si elle refuse pour rester fidèles à ses principes ou démissionne rapidement après avoir expérimenté l'impossibilité de les appliquer, je dirai en effet qu'elle se situe au dessus du lot. Mais on a vu, par le passé, beaucoup d'autres politiciens lancer des petites phrases provocatrices puis rentrer très vite dans le rang.
__
Cela-dit, d'accord évidemment pour dénoncer les attaques xénophobes dont elle a été l'objet.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Babel le Dim 17 Juil - 17:19

verié2 a écrit:

Babel
Mais reconnaissez tout de même à cette dame un certain cran, qui la situe plusieurs coudées au-dessus du personnel politique ordinaire, gauche et droite confondues. Ne serait-ce que parce qu'elle a su faire preuve de suffisamment de flair, ou de culot (ou de maladresse ?) pour s'en prendre à un symbole si hautement consensuel de nos élites dominantes.
Plusieurs coudées ? Attendons de voir ce qu'elle fera quand le PS lui proposera un poste au gouvernement... Si elle refuse pour rester fidèles à ses principes ou démissionne rapidement après avoir expérimenté l'impossibilité de les appliquer, je dirai en effet qu'elle se situe au dessus du lot. Mais on a vu, par le passé, beaucoup d'autres politiciens lancer des petites phrases provocatrices puis rentrer très vite dans le rang.
C'est vrai. Et l'appréciation que je lui portais avait une valeur toute relative.

Qu'elle fasse de "l'idée républicaine" un des "enjeux de la campagne qui s'ouvre" (sic) délimite d'ailleurs assez nettement son champ d'intervention politique : tout au plus vers une version relookée de la Ve, façon Montebourg-gauche du PS ou FdG, parfaitement compatible avec la gestion social-démocrate des institutions.

Le truc obscène ce serait que, sous prétexte de revitaliser ce carcan institutionnel totalement vérolé, la gauche libérale une fois au pouvoir décide de mettre en oeuvre la proposition de Mélenchon : on assisterait alors à des défilés communs du "peuple citoyen" et de sa glorieuse armée...

Raison de plus réaffirmer de notre côté des convictions internationalistes et antimilitaristes-révolutionnaires --que nous sommes au final assez peu à défendre--, notamment en faisant de cette campagne l'outil d'une solidarité active avec les révoltes qui ont lieu dans tout le pourtour méditerranéen. Et de la question des droits des sans-papiers un "enjeu central" (à chacun le sien !) de notre agitation politique.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Duzgun le Mar 19 Juil - 19:55

Philippe Poutou, l'autre candidat normal
Philippe Bilger - Blogueur associé | Mardi 19 Juillet 2011 à 12:01 | Lu 1907 fois

Cet ouvrier de Ford représentera le Nouveau Parti anticapitaliste à l'élection présidentielle, à l'instar d'Olivier Besancenot. Philippe Bilger applaudit cette candidature, car au-delà du résultat du futur scrutin, il y voit un signe fort pour les « sans grade ».


Philippe Poutou ( wikimedia commons - Photothèque rouge - cc )

Cette interrogation est de pure forme. Philippe Poutou est le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) pour la prochaine élection présidentielle (Le Parisien).

Mécanicien chez Ford, il va prendre la relève d'Olivier Besancenot qu'une forme de lassitude a atteint. Délégué CGT, militant syndical, il veut demeurer « un salarié en campagne » avec pour ambition de « faire passer le message et de récolter le plus de voix possible ».

Je n'étonnerai personne en révélant que j'ai peu de goût pour le NPA et son programme, aussi peu que Philippe Poutou en éprouve pour le socialisme, « pas terrible ».

Il n'empêche que devant la désignation de Philippe Poutou, j'ai ressenti, bien au-delà du clivage entre révolution et réforme, de l'opposition entre ceux qui désirent rompre avec le capitalisme et ceux qui souhaitent le moraliser, comme une admiration civique devant le choix d'un parti, certes très minoritaire, capable de confier de telles responsabilités et un tel honneur à un ouvrier, à un homme de condition modeste qui se bat pour les autres. Quoi qu'on pense de l'idéologie de ces groupes d'extrême gauche, il y a, dans cette volonté de désacraliser la pompe du pouvoir en manifestant que celui-ci ne serait pas naturellement la « chasse gardée » des officiels de la politique, une avancée démocratique, une banalisation citoyenne.

Je sais bien que le NPA ne recueillera qu'une poignée de suffrages et que je ne suis pas loin de la démagogie et du populisme qu'en général je dénonce. Pourtant, ayant appris la nouvelle de cette intronisation, j'y ai vu un signe fort adressé aux humbles et aux souffrants de la vie quotidienne. Moins un avertissement qu'un rappel : la politique, cela se construit aussi au ras de la société, là où on ne peut pas s'offrir le luxe de rêver à des perspectives grandioses parce que l'étau de l'immédiat et de la nécessité vous tient.

En ce sens, la candidature de Philippe Poutou ne sera pas de témoignage puisque, dans tous les cas, elle portera un enseignement positif dans le débat : un salarié chez Ford a légitimement voix au chapitre dans notre débat public fondamental. Cette évidence rabaissera les arrogants de la République et élèvera ses sans-grade.

En effet, aucune comparaison possible avec ces candidatures par avance vouées à l'échec et qui, enracinées dans la politique officielle et ses jeux, viendront on ne sait trop pourquoi parasiter les favoris de la future élection présidentielle. Je frémis quand le narcissisme fait croire à tel ou telle que sa voix manquerait lors de cet enjeu crucial. Christine Boutin, Frédéric Nihous et même Jean-Pierre Chevènement sont-ils, par exemple, aussi indispensables qu'ils se plaisent à l'annoncer ? Ce sont des paris qu'ils ne gagneront jamais mais qui leur feront du bien. Ce sont des candidatures destinées à ne témoigner que sur eux. C'est un dévoiement, au fond, de la démocratie qui certes est une maison généreusement ouverte. Mais il ne faut pas abuser de sa libéralité, sinon cela ressemblera à du cirque ! Que les maires soient vigilants pour les signatures !

Philippe Poutou est, à lui seul, déjà un événement. Le peuple se détournera du NPA mais, d'une certaine manière, pas de son représentant.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  nico37 le Ven 22 Juil - 21:57

LES PREMIERS PAS D’UNE CAMPAGNE ANTICAPITALISTE... Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 112 (21/07/11)

La préparation de l’élection présidentielle, pour les grands partis institutionnels, l’UMP et le PS, est plus l’occasion d’étaler les rivalités et les ambitions personnelles qui les divisent ou les opposent que de se soucier des préoccupations de la majorité de la population. Ils confondent la course aux ragots et aux coups bas avec le débat politique. Mais, quatre ans après son déclenchement, la crise qui ne cesse de s’aggraver sera au centre des débats et la droite et la gauche, aussi respectueuses du système l’une que l’autre, n’ont qu’une même réponse, faire payer les classes populaires.

C’est dire l’importance qu’une voix anticapitaliste se fasse entendre, que Philippe Poutou soit candidat pour condamner les politiques libérales. Tous les gouvernements, de Sarkozy à Merkel en passant par Zappatero et Papandréou, renflouent des banques en pleins déboires financiers pour leur permettre de continuer d’étouffer les pays en spéculant sur leur dette. Par le biais de celle-ci, l’État réalise un énorme transfert de richesses au seul profit des riches, des rentiers, des parasites de la finance. Et le gouvernement prétend que les salariéEs et la population doivent payer. Cette dette est illégitime, elle est une rente pour les classes dominantes, il n’y a aucune raison pour que la population accepte de la payer en subissant les politiques d’austérité.

Philippe Poutou sera candidat contre l’austérité, pour l’annulation de la dette. Il se fera avec le NPA le porte-parole des jeunes, des salariéEs, de toutes celles et ceux qui se mobilisent comme lors de la réforme des retraites en France, ou encore les indignés en Espagne ou en Grèce... Nous dénoncerons aussi l’hypocrisie de tous ceux qui « tricolorent », comme l’écrivait Prévert, pour justifier les sales guerres de Sarkozy, une politique militariste et impérialiste. Nous défendrons une politique internationaliste fondée sur la solidarité en particulier avec les révolutions des peuples arabes et toutes les luttes en cours partout dans le monde.

La crise est aussi une crise écologique qui nécessite des mesures radicales. Repeindre le capitalisme en vert ne suffira pas à éviter la catastrophe climatique, il faut en finir avec lui pour mettre en place une économie planifiée qui serve à la satisfaction de l’ensemble des besoins humains.

Refuser de payer les frais de leur crise, c’est inscrire les résistances et les mobilisations dans un projet alternatif de société. S’opposer à la dette, c’est se donner les moyens d’une autre politique par la nationalisation des banques, la création d’un service financier public sous le contrôle de la population. C’est défendre les services publics, revenir sur la privation de tous ceux qui ont été privatisés (EDF, GDF, La Poste...) et en conquérir de nouveaux comme ceux de l’eau, de la petite enfance...

Une campagne du NPA c’est aussi et bien sûr la lutte pour l’égalité des droits, contre toutes les formes d’oppression et de discrimination, contre le racisme, pour l’égalité des sexes...

Faire entendre une voix anticapitaliste nécessite que nous surmontions les règles antidémocratiques, la barrière des 500 parrainages d’élus. Être présent à cette échéance, se saisir de cette opportunité pour diffuser le plus largement possible nos idées, passe par la mobilisation de touTEs les militantEs du NPA et de toutes celles et ceux qui veulent voir un ouvrier candidat être leur porte-parole face à tous les politiciens professionnels. Les premiers échos rencontrés dont nous reproduisons certains nous laissent penser que nous réussirons. À nous de relever le défi pour imposer Philippe dans le débat politique.

Thibault Blondin

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  nico37 le Dim 24 Juil - 10:20

NPA : Philippe Poutou, l’ouvrier qui voulait devenir président

De l’usine à l’Elysée… Philippe Poutou, 44 ans, salarié chez Ford, est le premier mécanicien à briguer la magistrature suprême.
Ava Djamshidi | Publié le 17.07.2011, 07h00

Il n’y avait jamais pensé. Pas davantage en se rasant le matin qu’en réparant des machines. Pourtant, le 25 juin dernier, Philippe Poutou, 44 ans, a été propulsé candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) pour 2012, devenant du même coup le premier ouvrier de l’histoire à se présenter à l’élection présidentielle.
Quelques semaines plus tôt, le successeur d’Olivier Besancenot était encore un militant comme les autres, tout juste auréolé d’une victoire syndicale. Son fait d’arme : 955 postes sauvegardés à l’issue d’un combat entamé par une grève au sein de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde), où il a débuté en 1996 en tant qu’ouvrier.
C’est au lendemain de la défection du postier de Neuilly (Hauts-de-Seine), début mai, que camarades et collègues pensent spontanément à ce délégué CGT. « C’est un leader qui a du répondant. Philippe a une très grosse culture générale », s’enthousiasme Vincent, compagnon d’usine de 36 ans. « Et puis il s’est frotté de près au combat syndical », renchérit Carlos, ouvrier lui aussi. « Au début, je n’y ai pas cru! raconte Poutou. Je leur ai dit que ce n’était pas sérieux. » Suffisamment cependant pour que le NPA décide d’en faire la vedette de son casting présidentiel. Une destinée à mille lieues de ses rêves de lycéen. « Avec des copains anars, on était en révolte contre la société », se souvient-il avant de raconter les « engueulades » avec son père, un postier partisan de François Mitterrand. « Je trouvais que le socialisme, c’était pas terrible », grimace Poutou. A 18 ans, il rejoint Lutte ouvrière (LO) et fait campagne pour Arlette Laguiller.
La même année, il rate son bac mécanique. Sans diplôme, il multiplie les petits boulots. Intérimaire, surveillant de collège… « Un peu tout ce qui me tombait sous la main », sourit-il. C’est à la faveur des 35 heures que l’ouvrier signe un CDI chez Ford, où il répare les machines sur lesquelles ses copains montent des boîtes de vitesses. Exclu de LO, le mécanicien rallie la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). En 2007, il se présente aux législatives dans la 5e circonscription de Gironde (2,7%), puis conduit la liste du NPA l’an dernier aux régionales (2,52%). Des campagnes battues sans jamais cesser de travailler. Même scénario pour la présidentielle? « Je ne vais pas passer des mois déconnecté de l’usine. Psychologiquement, c’est impossible, lâche-t-il. Je tiens à être un salarié en campagne. »
Pas facile lorsque l’on travaille de 6 heures à 14 heures. D’autant que le candidat compte « continuer les repas avec les copains », sans oublier sa compagne et les deux enfants de cette dernière, avec qui il vit à Bordeaux. Sa solution pour y parvenir : « Mener une campagne collective qui correspond mieux au NPA. » Un parti pris qui colle moins à la nature de l’élection présidentielle. Mais Poutou s’en moque : « Le but, c’est de faire passer le message. Et de récolter le plus de voix possible. » C’est à cela, désormais, qu’il pense tous les matins. En partant à l’usine.

Le Parisien

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Video Europe 1

Message  Roseau le Mar 26 Juil - 11:08

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Invité le Jeu 28 Juil - 18:26

C'est rafraichissant un ouvrier qui ne parle pas la langue de bois.
Il apprendra chemin faisant et il peut être un bon dirigeant ouvrier.
Il raconte sa vérité et c'est bien. Il prend soin de n'imiter personne ni de parler comme il n'est pas habitué.
Il faudra qu'il travaille un peu tout de même mais il y a un an et l'élection est une bonne école.
Courage!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Toussaint le Jeu 28 Juil - 18:44

Enfin des propos de bon sens communiste.


Dernière édition par Toussaint le Ven 29 Juil - 3:04, édité 1 fois
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  BouffonVert72 le Jeu 28 Juil - 23:34

Une faiblesse sur les questions concernant les jeunes et le programme précis du Npa... Un auditeur lambda pourrait en conclure que le Npa n'a pas de programme... Donc que le Npa n'a pas d'idées précises sur ce sujet, donc que le Npa est un parti sans idée...

Pour l'instant Philippe Poutou tente de s'acclimater aux médias (ce qui doit être très dur, personne ne dira le contraire), en restant plutôt dans le général... Il va falloir qu'il aille plus loin : dénoncer plus le système, et faire des propositions plus nettes, plus précises, plus marquées par le communisme révolutionnaire du 21ièm siècle...
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Toussaint le Ven 29 Juil - 3:06

le communisme révolutionnaire

Ah? Le NPA est communiste révolutionnaire? Scoop! Tiens, ça s'arrose... A se demander alors pourquoi tant de méandres pour en revenir... au NCR. On n'aurait changé qu'un N, en somme. J'y crois pas trop.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe Poutou

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 40 Précédent  1, 2, 3 ... 21 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum