anipassion.com

Bilan du CPN des 24 et 25 septembre : Il faut revenir à la politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bilan du CPN des 24 et 25 septembre : Il faut revenir à la politique

Message  CCR le Lun 17 Oct - 22:20


[07/10/11]

Daniela (93) et Vincent (68), membres du Courant Communiste Révolutionnaire / P4,

Le dernier CPN [des 24 et 25 septembre] a été traversé par de grandes tensions, non seulement liées aux membres de la Position B et à leur boycott d’une politique indépendante du NPA, mais au sein même de la nouvelle majorité issue de la CN [Conférence Nationale de juin sur la démarche électorale]. Ceci s’est exprimé notamment dans l’acharnement d’une partie de la P1 à refuser la présence d’un-e camarade de la P2 au sein de l’équipe de porte-parolat et a même menacé la mise en place même d’un comité national de campagne… car à l’intérieur il y aurait eu un membre de la P4 ! Alors que notre participation [à cette Commission de Campagne] avait été votée, la crise sans précédent qui s’est ouvert au sein de la Position A n’a pu être réglée que par notre geste consistant à retirer notre candidature pour éviter que la campagne ne soit paralysée, et ce après le refus anti-démocratique exprimé quant à notre souhait, logique au vu des résultats que nous avions obtenu lors du Congrès, d’avoir un-e camarade au CE [partiellement renouvelé lors du dernier CPN].


Ce genre de tensions dépolitisées est une conséquence du manque de clarification sur les limites évidentes auxquelles se heurte notre projet plus de deux ans après la fondation du parti, limites que la nouvelle majorité refuse de discuter ouvertement. Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, cette fuite en avant ne peut entrainer que plus de confusion et de démoralisation, avec le danger potentiel d’une explosion qui ne profiterait qu’aux réformistes et au PS, qui cherchent à éviter par tous les moyens l’existence d’une expression indépendante des travailleurs sur les terrains politique et de la lutte de classe. Cela est d’autant plus grave que se profile la perspective d’un éventuel gouvernement de la « gauche plurielle », qui face à la crise capitaliste peut devenir rapidement une version française de Papandreou.

C’est pourquoi il faut décidemment arrêter les batailles d’appareil et revenir à la politique !

Une solution à la crise du NPA ne peut passer, en plus d’une discussion profonde sur la stratégie, que par des réponses politiques justes face aux principaux enjeux de la situation :

• La lutte contre notre propre impérialisme et ses interventions contre-révolutionnaires, comme dans le triomphe de l’OTAN (France en tête) en Libye, un coup réactionnaire contre la vague révolutionnaire en cours dans cette région. Malheureusement le CPN a refusé de mettre à l’ordre du jour, comme nous le demandions, une discussion quant aux faiblesses de notre réponse à ce test important de la lutte de classes internationale et la motion que nous présentions à ce sujet et qui apparaît sur ce BI [Voir « Motion sur notre orientation politique pendant la guerre de l’OTAN contre la Libye »]

• La mise en avant, face à la crise en Europe et la montée des nationalismes, d’une perspective révolutionnaire et internationaliste, celle des Etats-Unis Socialistes d’Europe. Malheureusement les résolutions du dernier CPN disent très peu sur l’Europe que nous voulons, alors même que des personnages comme Juppé se déclarent favorables à une utopique et réactionnaire « fédération européenne »

• L’agitation du mot d’ordre de nationalisation des banques et des entreprises du CAC 40 sans indemnité ni rachat et sous contrôle des travailleurs, seule façon d’éviter que la dette ne soit payée par les travailleurs par le biais des mesures d’austérité, de la hausse du chômage, des réductions salariales et augmentations des impôts sur la consommation. A l’inverse les résolutions cherchent un compromis avec les partisans d’un audit qui risque de nous amener à nous dissoudre dans une espèce de grand front populaire contre la dette illégitime, au lieu de mette en avant un programme transitoire qui amène à la nécessité d’un gouvernement des travailleurs reposant sur leurs propres organismes d’auto-organisation.

• Notre investissement prioritaire sur la lutte contre la fermeture des sites de PSA et la dénonciation des directions syndicales et de leur politique de conciliation de classes qui, après la défaite de l’automne dont elles portent une lourde responsabilité, cherchent a canaliser tout mécontentement social vers 2012.

Faute de quoi la candidature de Philippe Poutou, que nous avons soutenue à la CN malgré nos désaccords avec la motion A, risque d’être impuissante, ce qui donnerait du grain à moudre aux partisans de la motion B qui cherchent à dissoudre le NPA dans un front permanent avec les réformistes.

Plus que jamais, pour sortir de la crise, il faut trancher les ambiguïtés du projet fondateur du NPA et avancer vers un parti révolutionnaire des travailleurs et de la jeunesse qui puisse être à la hauteur des bouleversements liés à la crise capitaliste et devenir une véritable alternative au bipartisme UMP-PS, tout en étant très ferme contre la politique xénophobe de Le Pen et sans se laisser séduire par le capitalisme à visage humain de Mélenchon.

----------------------------------------

Motion sur notre orientation politique pendant la guerre de l’OTAN contre la Libye



Considérant :

1) Que les résultats de la guerre en Libye montrent clairement aujourd’hui que les principaux gagnants du conflit militaire ne sont pas les masses libyennes et encore moins les processus révolutionnaires arabes qui sont encore ouverts mais bien les puissances impérialistes et notamment la France et le gouvernement Sarkozy,

2) Que cette victoire ainsi que la politique extérieure française sont les seuls éléments qui renforcent Sarkozy sur le plan intérieur et qu’il essaie d’utiliser « l’élan de Benghazi » afin de se profiler comme médiateur sur le dossier palestinien, tirant profit de l’affaiblissement des Etats-Unis et de l’isolement israélien à la suite des processus en cours dans le monde arabe et plus particulièrement de l’assaut donné début septembre contre l’ambassade israélienne au Caire,

3) Et que cette victoire qui n’a pas été trop onéreuse pour la France a été rendue possible notamment par l’union sacrée impérialiste qui s’est constituée autour du gouvernement et de l’armée française et à laquelle a participé toute la gauche, du PS jusqu’à Mélenchon qui ont appuyé ouvertement l’intervention.

En tenant compte du fait qu’une des tâches centrales des anticapitalistes et des révolutionnaires dans les pays impérialistes est de combattre « leur » propre impérialisme, notamment lorsqu’il opprime et cherche à (re)coloniser d’autres peuples...


Le CPN estime qu’il est indispensable de tirer un bilan des réponses et de l’orientation du parti par rapport à cet événement central de la situation internationale et de la lutte de classes au cours de la dernière période.

• Il considère que la signature de « l’appel européen » qui proposait une « intervention humanitaire » (sic.) en Libye était une erreur politique grave, entretenant la confusion sur le rôle des pays impérialistes et laissant croire indirectement qu’il y aurait pu avoir une « bonne » intervention, solidaire des Libyens qui luttaient contre Kadhafi comme des travailleurs immigrés, alors que le Conseil National de Transition commençait déjà à orchestrer les pogroms contre les ouvriers africains.

• Il considère que le parti a été très en deçà de ce que la situation exigeait et regrette que le NPA n’ait pas pris l’initiative d’organiser une campagne conséquente et des actions, meetings etc. contre l’intervention impérialiste en Libye. La France, quoiqu’à l’initiative de l’agression, est un des seuls pays européens dans lequel il n’y a eu aucun rassemblement conséquent visant à exprimer la solidarité des travailleurs et de la jeunesse avec nos frères et sœurs de classe arabes qui luttent contre les dictatures ainsi que notre plus ferme opposition à toute ingérence impérialiste qui est synonyme d’une plus grande subordination semi-coloniale de la région, quoiqu’en disent les médias bourgeois.

• Il rectifie le communiqué du 21 août, publié après la chute de Kadhafi qui disait que « la chute du dictateur Kadhafi est une bonne nouvelle pour les peuples […] C’est une nouvelle vie qui s’ouvre pour le peuple libyen. La liberté, les droits démocratiques, l’utilisation des richesses dues aux ressources naturelles pour la satisfaction des besoins fondamentaux du peuple sont maintenant à l’ordre du jour. » La chute de Kadhafi telle qu’elle a eu lieu est surtout une victoire pour l’impérialisme (la première d’une telle importance depuis de nombreuses années) qui cherche aujourd’hui à recoloniser le pays pour l’utiliser comme fer de lance de la contre-révolution dans la région. L’OTAN vient d’annoncer qu’elle compte poursuivre ses bombardements aériens pendant trois mois encore. Les gouvernements impérialistes pressent le CNT de se constituer en gouvernement stable à même de garantir les bonnes affaires de leurs multinationales dans le cadre d’un nouveau protectorat libyen.

Ces trois éléments montrent que nous ne sommes pas face à une erreur de circonstance dans l’analyse du conflit par le NPA mais bien face à un grave problème politique qui doit être corrigé de toute urgence. Cela n’est pas seulement fondamental pour la France mais également pour permettre à notre parti d’être lisible de l’autre côté de la Méditerranée. Ne pas tirer un bilan sérieux de tout ceci, loin de permettre de dépasser la crise que nous traversons, nous y plongerait plus encore. Ce bilan doit être la base d’une réorientation radicale du parti sur la question de l’internationalisme afin de mettre au centre de nos combats la lutte contre l’impérialisme français et contre toute idée laissant croire qu’il est possible d’obtenir la « liberté » ou des « droits démocratiques » en s’alliant avec lui ou en étant appuyé par ce dernier.

Le parti doit porter haut et fort, comme un des axes centraux de son orientation, le combat contre la politique de recolonisation de la Libye et contre toutes les tentatives de stopper net les processus révolutionnaires arabes, en avançant les mots d’ordre suivants :

• Vive la lutte des travailleurs et des jeunes arabes contre les dictatures et leurs tuteurs impérialistes !

• A bas l’ingérence étrangère contre le printemps arabe ! A bas le protectorat de l’OTAN sur la Lybie !

• Pour la victoire de la révolution prolétarienne dans tous les pays de la région comme seule alternative afin de conquérir de façon intégrale et effective les droits démocratiques et sociaux pour lesquels les masses arabes se sont mobilisés et continuent à se mobiliser !

Vincent (68) et Daniela (93) [23/09/11]

-------------------------------

Site du CCR : http://www.ccr4.org

Tous les nouveaux articles :


-Bilan du CPN des 24 et 25 septembre publié dans bulletin post-CPN: Il faut revenir à la politique

-Motion sur notre orientation politique pendant la guerre de l’OTAN contre la Libye (Motion présentée par les membres du CCR au CPN du 24 et 25 septembre)

-L’impasse réformiste du Front de Gauche

-Hongrie : le travail obligatoire imposé aux Rroms est une attaque contre tous les travailleurs !

-ZANON 2001-2011: Dix ans de militantisme et de gestion ouvrière !

-Zanon: Plus de dix ans de lutte et le rôle du PTS


CCR

Messages : 168
Date d'inscription : 12/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum