Rap : quand la droite "décomplexée" s'emmèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rap : quand la droite "décomplexée" s'emmèle

Message  gérard menvussa le Sam 6 Aoû - 10:49

Un député veut contrôler la diffusion du rap "issu de l'immigration" !
Publié sur "Numérama"

Le député UMP Michel Raison demande au ministère de la Culture quelles mesures il entend prendre pour "contrôler la diffusion de certaines oeuvres musicales" écrites par des groupes "issus de l'immigration".

La proposition n'est pas issue d'un député portant officiellement une étiquette de l'extrême droite, mais elle pourrait l'être. Dans une question posée mardi au ministère de la Culture, le député Michel Raison (UMP) souhaite attirer l'attention du gouvernement "sur les chansons écrites par certains groupes de musique rap issus de l'immigration". L'élu de Haute-Saône estime en effet que "sous couvert de liberté d'expression" (sic), "ces groupes se livrent à de véritables appels à la haine raciale et religieuse en proférant des paroles obscènes, racistes et misogynes".

Il demande donc au ministère de la Culture "les mesures qui ont été prises pour censurer ces chansons et mieux contrôler la diffusion de certaines oeuvres musicales", sous-entendu sur Internet.

La question n'est pas nouvelle, mais c'est la première fois qu'elle est posée avec si peu de précaution linguistique par un député. En avril dernier, le ministère de la Culture avait déjà répondu à une interpellation similaire d'un autre député UMP, qui se contentait alors de viser "certains groupes musicaux", sans stigmatiser les populations issues de l'immigration, ce qui n'est ni juste ni nécessaire. La violence et la mysogynie dans le rap ne sont pas l'exclusivité des groupes dont les membres n'ont pas de parents tous nés en France. Sauf erreur de notre part, le rappeur OrelSan (dont la chanson "sale pute" avait fait scandale et provoqué une demande de censure sur le net par l'ancienne secrétaire d'Etat Valérie Létard) n'est pas "issu de l'immigration".

Dans sa réponse en avril, le ministère de la Culture s'était dit incompétent pour censurer lui-même les chansons de rap. Mais il appelait les maisons de disques à faire ce travail de censure.

Selon le député Raison, "les conséquences sont d'autant plus préoccupantes que ces groupes sont écoutés par des jeunes en pleine construction qui n'ont pas forcément la maturité nécessaire pour prendre du recul par rapport à de tels propos".

Bientôt un contrôle parental étendu au type de musique écouté par l'adolescent ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rap : quand la droite "décomplexée" s'emmèle

Message  sylvestre le Sam 6 Aoû - 15:13

http://www.rue89.com/2011/07/29/censurer-le-rap-dimmigres-le-depute-admet-une-connerie-216098

Links:
[1] http://www.rue89.com/2011/07/27/un-depute-ump-veut-censurer-du-rap-issu-de-limmigration-215874
[2] http://www.sos-racisme.org/content/la-question-de-michel-raison-une-grande-consternation
[3] http://www.rue89.com/2011/07/27/un-depute-ump-veut-censurer-du-rap-issu-de-limmigration-215874?page=10#comment-2551337
[4] http://generationsfm.com/
[5] http://www.rue89.com/tag/la-rumeur
[6] http://www.rue89.com/tag/hip-hop-0
[7] http://www.numerama.com/magazine/19422-un-depute-veut-controler-la-diffusion-du-rap-issu-de-l-immigration.html

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rap : quand la droite "décomplexée" s'emmèle

Message  gérard menvussa le Dim 7 Aoû - 22:01

C'est quand même de droles d'oiseaux, ces députés anti rappeurs...

En tout cas, pour une fois un article intéressant du nouvel obs (c'est assez rare pour être remarqué !)

Pourquoi le "rap de fils d'immigrés" dérange-t-il tant la droite ?
RAP. Le problème des groupes de rap serait-il que beaucoup de leurs membres sont issus de l'immigration ? Derrière ce prétexte fallacieux pour contrôler la production hip-hop, il faut voir d'autres raisons, bien plus concrètes.


Comme à intervalles réguliers depuis vingt ans, la teneur des propos de rappeurs français est remise en cause par le personnel politique en général, et la droite en particulier. En effet, mardi 26 juillet à l'Assemblée nationale, le député UMP Michel Raison a "attiré l'attention du ministre de la Culture et de la Communication sur les chansons écrites par certains groupes de musique rap issus de l'immigration".

Poursuivre les rappeurs, rien de nouveau
Déjà, dans les années 1990 et 2000, plusieurs artistes (NTM, Ministère Amer, Sniper, La Rumeur...) ont été poursuivis pour leurs propos parfois à la demande de membres de la classe politique. En 2005, 152 députés et 49 sénateurs UMP soudés derrière François Grosdidier, avaient déposé une plainte contre sept groupes de rap, les accusant "d'incitation au racisme anti-blanc"…

Plainte rejetée.
D'après cet article du Monde.fr, on comptait cinq plaintes jusqu'en 2010, aboutissant à deux condamnations, deux relaxes et une affaire toujours en cours (Orelsan). On constate donc que les condamnations des politiques ne correspondent pas toujours à celles de la justice.



Pour ma part, les différents propos qui ont fait l'objet de plaintes ne sont pas plus violents que ça, ça, ou ça. Je pense que comme les autres citoyens, les rappeurs ont le droit d'être stupides ou maladroits.

Indépendance et nouveaux circuits de distribution

Intéressons-nous maintenant à l'évolution du rap français au niveau économique.

L'évolution des moyens de production et de diffusion de chansons et de clips, le soutien qu'apportent de célèbres et riches footballeurs aux rappeurs issus de l'immigration, n'est-ce pas cela qui inquiètent certains députés au fond ?

Révolue, l'époque du collectif Time Bomb, où il fallait attendre que la radio Générations 88.2 (qui partageait alors sa longueur d'ondes avec Paris Jazz) diffuse les textes fracassants des rappeurs de ce label informel (Ill et Cassidy, Booba, Oxmo Puccino, Pit Baccardi...) pour en prendre plein les oreilles.

Comme les producteurs de lait, outrés par les marges que la grande distribution se fait sur leur dos alors qu'ils peinent à faire des bénéfices avec leur production, certains rappeurs ont depuis longtemps quitté le circuit de la distribution classique à la recherche de l'indépendance.

Inspirés par certains ainés ayant connu la grande époque des partenariats avec les maisons disques (en 1998, le Secteur Ä – Passi, Lino et Calbo d'Ärsenik, Doc Gyneco, mais aussi des groupes marseillais comme la Fonky Family, préfigurent le renouveau du rap français, tous signés en major) dont le très influent rappeur du Havre, Médine, a tiré le bilan dans le morceau Candidat Libre en 2009, les membres de la "nouvelle école" se tournent plutôt vers la création de labels indépendants, la promotion de nouveaux talents ainsi que celle de marques de street wear pour diversifier leurs revenus et produire, sans aucune contrainte, les chansons, vêtements, films et documentaires qu'ils désirent.



Les circuits indépendants : une alternative crédible au tout-Skyrock
Également dans le viseur de ces nouveaux indépendants, la radio Skyrock (qui a récemment connu quelques problèmes au niveau de sa direction) dirigée par le condamné en appel pour "corruption de mineure", Pierre Bellanger. Radio avec laquelle les précurseurs de La Rumeur (dont l'un des MC, Hamé, a gagné un procès intenté par Nicolas Sarkozy) n'ont jamais collaboré, et qu'ils ont toujours condamnée pour ses accointances avec les institutions comme dans la chanson Les funérailles de Skyrock.

Force est de constater que certains dans le rap considèrent qu'ils n'ont pas esoin des radios, télés et magazines éphémères (type R.E.R, Radikal...) pour assurer la diffusion et la promotion de leurs œuvres.

Sur internet, un jeune entrepreneur qui se fait appeler Fif lance, en 2005, le site Booska-P (en référence au héros du film brésilien La Cité de Dieu qui devient photographe, Buscapé), un pure-player de rap français qui depuis est devenu incontournable sur ce segment de marché, avec "un million de visiteurs uniques mensuel".

Une entreprise réputée dans le milieu hip-hop pour son féroce appétit. Le site a des contrats avec beaucoup d'annonceurs, aussi bien pour promouvoir des artistes signés en major, que des indépendants, et les tarifs pour placer une page de pub sur Booska-P sont à la hauteur du trafic constaté sur le site.

Le rap rapporte : est-ce cela qui inquiète ?
Ainsi, à la remorque de Booska-p, se sont développés des blogs constituant une "rapposphère" (Rap Impulsif, 13OrduHipHop, Rapadonf, N-da-Hood, Raprnbleblog...), sur lesquels des stars de la télé comme Mouloud Achour, du football comme Zinedine Zidane (qui a soutenu le projet "113 Universel" du rappeur Rim-K), ou l'international français Loïc Remy (qui a participé à la promotion des t-shirt du rappeur Dosseh) interviennent parfois en exclusivité pour soutenir ce mouvement hip-hop.

N'est-ce pas ce rapprochement entre des millionnaires du hip-hop et d'autres du football, qui ont parfois pour point commun d'être issus de l'immigration, qui inquiète certains ?

Des personnages comme le rappeur Booba (qui devient en 2002 le premier rappeur français à avoir été disque d'or en indépendant), dont la fortune est estimée à 5 millions d'euros, comme MC Solaar qui pèserait 15 millions d'euros, Alpha 5.20 (qui a déjà produit un film) ou le controversé Morsay, qui vient d'investir 400.000 euros dans un long métrage (La Vengeance), ne génèrent-ils pas une certaine angoisse à droite ?

En tous cas, selon Michel Raison, il faut penser à "contrôler la diffusion de certaines œuvres musicales" écrites par des groupes "issus de l’immigration"...

Et pourquoi pas imposer des quotas dans le recrutement des footballeurs destinés à jouer en équipe nationale, tant qu'on y est ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rap : quand la droite "décomplexée" s'emmèle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum