Argentine.

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

¡ Argentina, Che !

Message  Roseau le Dim 26 Oct - 1:32

Le pays des « gauchos », au-delà du tango et du « mate », c’est : le règne des Kirchner, la voracité des fonds vautours, une inflation galopante, un oscillement entre nationalisme et intégration régionale latino-américaine, une politique extractiviste contestée, la crise de 2001 et la suspension du paiement de la dette-
sous la pression populaire, l’effervescence des mouvements sociaux et des entreprises récupérées...
Et si on faisait le point sur l’Argentine d’aujourd’hui ?

Centre socio-culturel Garcia Lorca Rue des Foulons 47/49, 1000 Bruxelles
http://www.garcialorca.be Contact : Maud Bailly : maudbailly chez cadtm.org ; 0485 51 22 89
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Roseau le Mar 9 Déc - 0:35

Vidéos du meeting du 6 décembre du PTS, avec 6000 personnes
http://www.laizquierdadiario.com/VIDEOS-discursos-en-el-acto-del-PTS-en-Argentinos-Juniors
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Copas le Mar 9 Déc - 0:55

Un meeting nourri du PTS, avec des milliers de militants, des délégations ouvrières de plus de 80 syndicats de branche, des délégations de la jeunesse étudiante et ouvrière du pays, et des militant-e-s ​féministes et ​LGBTI du courant Pan y Rosas .

Un fort contenu internationaliste.




L'intervention de Christian Castillo :



L'intervention de Alejandro Vilca

L'intervention d'Andrea D'Atri
dirigeante du PTS et du rassemblement des femmes Pan y Rosas,

la totale

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Babel le Ven 20 Fév - 14:28

Argentine: manifs immenses après la mort du procureur Nisman
Le Monde.fr avec AFP | 19.02.2015 à 00h25 • Mis à jour le 19.02.2015 à 11h41

Une véritable marée humaine a déferlé dans les rues de Buenos Aires, mercredi 18 février, pour une marche silencieuse en hommage au procureur Alberto Nisman, retrouvé mort d'une balle dans la tête il y a un mois.

L'enquête sur sa disparition s'oriente toujours vers un suicide, mais cette thèse ne convainc pas l'opinion publique, et encore moins ses proches, alors qu'il s'apprêtait à accuser, preuves à l'appui, la présidente Cristina Kirchner d'entraver son enquête sur les attentats contre l'Association mutuelle israélite argentine (AMIA) en 1994, qui avaient fait 85 morts et 300 blessés, pour protéger l'Iran.

Dans un document rendu public quelques jours avant sa mort, M. Nisman accusait Cristina Kirchner et son ministre des affaires extérieures, Hector Timmerman, d'avoir « décidé, négocié et organisé l’impunité des terroristes iraniens en fuite » afin de « fabriquer l’innocence de l’Iran », dans le but « de rétablir des relations commerciales pleines d’Etat à Etat afin de pallier la grave crise énergétique argentine, moyennant un échange de pétrole iranien contre des céréales argentines ».



La suite sur .../...

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Babel le Lun 23 Fév - 10:58


Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Mer 6 Mai - 12:26

Succès électoral des trotskistes argentins du FIT (Front de la gauche et des travailleurs) :
http://www.ccr4.org/En-Argentine-le-trotskisme-arrive

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Mar 23 Juin - 11:21

Nouveau succès électoral de l'extrême-gauche en Argentine :
http://www.revolutionpermanente.fr/Argentine-Pres-de-10-5-pour-les-trotskystes-a-Mendoza

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Byrrh le Lun 23 Nov - 10:35

Un article qui met un peu de baume au cœur, publié dans la Lettre n°19 du courant Anticapitalisme & Révolution du NPA (novembre-décembre 2015).

Élections en Argentine : ballottage entre deux candidats de la bourgeoisie, résultats encourageants pour l’extrême gauche

A l’issue du premier tour, le 25 octobre, les deux principaux candidats aux élections présidentielles se sont retrouvés au coude à coude. Daniel Scioli, le candidat du gouvernement de Cristina Fernández de Kirchner – qui n’avait pas la possibilité constitutionnelle d’une nouvelle réélection –, a obtenu 36,8 % des voix. Son adversaire Mauricio Macri – candidat du PRO (El Propuesta Republicana, droite), en coalition avec le vieux parti bourgeois UCR (Unión Cívica Radical) – a obtenu 34,2 %. Le deuxième tour aura lieu le 22 novembre. Le candidat de la droite péroniste et ancien chef de gouvernement Kirchner, Sergio Massa, a réuni 22 % des voix. Le score du Frente de Izquierda y de los Trabajadores[1] (FIT) est de 3,3 %, soit 820 000 voix, ce qui le place en quatrième position. Aux législatives[2], le FIT a atteint le million de voix. Avec une augmentation de 300 000 voix, il obtient ainsi un bon résultat dans un contexte favorable à la droite ; il a appelé à voter blanc au deuxième tour.

Les débuts du kirchnerisme

Néstor Kirchner et sa femme Cristina Fernández sont arrivés au pouvoir en dévoyant le soulèvement des masses de décembre 2001 contre l’état de siège décrété par le président De la Rúa (UCR). Les journées révolutionnaires des 19 et 20 décembre 2001 ont remis sur le devant de la scène toute une série de revendications historiques que la restauration de la démocratie bourgeoise en 1983 n’avait pas pu satisfaire : le rapport du pays avec l’impérialisme, la question de la classe ouvrière et des chômeurs, ou encore l’impunité des militaires génocidaires de la dictature.

Après cette crise majeure de l’État argentin, Néstor Kirchner[3] a essayé de restaurer l’ordre bourgeois en s’appropriant certaines revendications de la période. C’est ainsi qu’en accordant une série de concessions démocratiques, le gouvernement est apparu comme « progressiste », et il est parvenu à s’attirer les faveurs des principales organisations de défense des droits de l’Homme. Sur le plan économique, l’augmentation du prix des matières premières au niveau international a permis au gouvernement de relancer un marché intérieur et de créer une base sociale favorable à son projet. L’autre question d’importance est la situation latino-américaine : d’abord avec Hugo Chávez puis avec Lula et Evo Morales, le kirchnerisme a instauré une collaboration entre gouvernements dits « de gauche » ou « progressistes ».

En 2007, Cristina Fernández a succédé à Kirchner avec 49 % des voix. Mais la réalité économique n’a pas correspondu aux promesses des Kirchner : la croissance économique a été basée sur la précarisation du travail, et même si le chômage a baissé, les travailleurs ne sont pas sortis de la misère, car l’inflation à deux chiffres a massacré les salaires. Par ailleurs, les réformes démocratiques sont restées partielles, avec bien des lacunes. En 2010, le « mariage pour tous » a été voté, provoquant l’opposition d’une Église catholique alors dirigée par Jorge Mario Bergoglio, le futur pape François, mais l’avortement est resté interdit. Pendant qu’une partie des militaires compromis sous la dictature étaient jugés et condamnés à de la prison, la répression contre les travailleurs/euses et les opprimés/ées en général a fait plusieurs victimes, les cas les plus emblématiques étant l’assassinat de l’enseignant Carlos Fuentealba à Neuquén, la disparition de Julio López – qui avait déjà été séquestré plusieurs années sous la dictature –, la mort de dizaines d’indigènes de l’ethnie Qom et le meurtre de Mariano Ferreira, militant trotskyste du PO, assassiné par la bureaucratie syndicale alliée au gouvernement.

Le dernier gouvernement de Cristina Fernández

Néstor Kirchner est mort en 2010, et l’année suivante, sa veuve a été réélue avec 54 % des voix. La crise internationale de 2008 a commencé doucement à toucher l’Argentine et tous les pays latino-américains : la base sociale de ces gouvernements a eu alors tendance à s’affaiblir. Une partie de la bureaucratie syndicale est passée à l’opposition, car les travailleurs/euses sentant les effets de l’inflation, elle n’a pas voulu perdre le contrôle de sa base. Pendant les années du kirchnerisme, les organisations d’extrême gauche ont commencé à avoir une certaine influence au sein de la base ouvrière et à diriger des sections syndicales, les travailleurs réalisant qu’elles étaient les seules à s’opposer au gouvernement. Parmi les secteurs où l’extrême gauche est implantée, on peut citer les métallurgistes de Lear, les chauffeurs/euses de bus de la Ligne 60, les travailleurs/euses de l’huile de Santa Fé, les chemins de fer et le métro de Buenos Aires ; l’occupation et l’expropriation des usines MadyGraf (ex Donnelly) et Worldcolor sont également à mettre à son actif.

Le gouvernement de Cristina Fernández a connu un tournant plus droitier à partir de l’élection de Jorge Bergoglio comme nouveau pape, qui est devenu le nouvel allié des gouvernements dits progressistes d’Amérique Latine. Le déclin économique de la région et la mort du leader charismatique Hugo Chávez ont affaibli ce « bloc », et l’ont amené à renforcer ses relations avec la Chine. Par ailleurs, l’accentuation de la crise a vu augmenter la délinquance, fortement stimulée par des « forces de l’ordre » impliquées dans tous les délits à grande échelle : trafic de drogue, contrebande, traite des femmes, etc. Cette décomposition sociale a favorisé les concurrents de droite du gouvernement – notamment Mauricio Macri et Sergio Massa –, qui ont réclamé un durcissement des lois répressives. La plupart des médias privés, hostiles au gouvernement, ont soutenu et amplifié le discours de l’opposition : l’inflation galopante et l’insécurité croissantes sont les arguments de la droite pour se renforcer. Afin d’essayer d’endiguer la droitisation d’une partie de la société argentine, encouragée aussi bien par l’opposition que par le gouvernement, Cristina Fernández a choisi un candidat de la droite péroniste pour lui succéder : Daniel Scioli, actuel gouverneur de la province de Buenos Aires. Les résultats des élections montrent que la tactique n’était pas payante : le kirchnerisme risque sérieusement de sortir perdant de ce ballottage.

Le rôle du FIT

Le FIT se compose des deux partis trotskystes les plus importants d’Argentine, le PTS et le PO, ainsi que d’IS, de moindre taille. Ce front a été formé à cause d’une nouvelle loi électorale instaurant des primaires, avec l’obligation de dépasser un seuil de 1,5 % pour se présenter aux élections générales. Le FIT, créé en raison de ces circonstances, s’est transformé en un pôle d’attraction pour d’importants secteurs de la jeunesse et des travailleurs/euses : des milliers de nouveaux militants/es ont renforcé les partis qui le composent.

Depuis 2001, le PTS et le PO jouent un rôle important dans la lutte de classe, comme dans la lutte de Zanon ou le mouvement des chômeurs/euses. Mais aujourd’hui avec le FIT, ils ont une influence décisive dans les principales luttes du pays. Les militants/es ouvriers/ères des partis du FIT affrontent le gouvernement et le patronat, en même temps qu’ils doivent se défendre des attaques de la bureaucratie syndicale, qui se traduisent parfois par des agressions physiques ; les médias voient même en eux une opposition ouvrière « rouge » aux bureaucrates.

Une autre caractéristique propre au FIT est que ses dirigeants/es – y compris ses parlementaires – participent aux luttes, quitte à subir eux aussi la répression. Les jeunes militants/es des partis du FIT sont très actifs dans des fédérations de lycéens/éennes et d’étudiants/es, soutenant les luttes de la classe ouvrière, pour les droits de l’Homme et contre la répression policière. Les partis du FIT sont en pointe des luttes pour le droit à l’avortement et très impliqués dans le mouvement des femmes ; récemment, des délégations de plusieurs centaines de militantes du PO et du PTS ont participé à l’Encuentro Nacional de Mujeres (Rencontre nationale des femmes), bravant la répression de la police de Scioli et les agressions des néo-nazis.

La campagne électorale du FIT a été centrée sur l’indépendance de classe : pour l’expropriation des grands capitalistes et le partage des heures de travail entre tous, contre la bureaucratie syndicale, pour l’avortement et contre les féminicides, contre la répression policière et la criminalisation de la jeunesse, contre la caste des politiciens enrichis et pour que chaque élu gagne le même salaire qu’un enseignant, et enfin, pour un gouvernement des travailleurs et des travailleuses. Le candidat du FIT, Nicolás Del Caño (PTS), un salarié précaire de 35 ans, a conquis une popularité importante du fait qu’il est le seul candidat « pauvre » et qu’il verse la majeure partie de son indemnité de député à des caisses de grève. Le FIT est passé de trois à quatre députés, avec l’élection de Néstor Pitrola, du PO. Le FIT a obtenu ses meilleurs résultats dans la province de Mendoza (11,7 %), à Cordoba (9 %), Salta (6,5 %), Neuquén (8 %) et Buenos Aires (4,5 %).

Le trotskysme argentin, qui compte aujourd’hui des milliers de militants/es et bénéficie de la sympathie d’un million d’électeurs/rices, a réuni deux générations de révolutionnaires, celle de 1968 et celle qui a participé aux journées révolutionnaires de 2001. Il a réussi à sauvegarder le lien historique de classe que la dictature et les politiques néolibérales des années 1990 avaient essayé de briser. Que le vainqueur du scrutin du 22 novembre soit Scioli ou Macri, il appliquera un plan d’austérité et une politique répressive auxquels les travailleurs, les jeunes et les femmes devront résister : les militants trotskystes des partis du FIT ont la capacité de prendre la tête des luttes à venir. Dans un contexte de déclin des « présidents progressistes » d’Amérique Latine, le trotskysme est le seul courant capable d’offrir une alternative à l’essor des réactionnaires dans la région.

Luca Torino

[1] Le FIT est une alliance entre courants trotskystes : le Parti des Travailleurs Socialistes (PTS), le Parti Ouvrier (PO) et la Gauche Socialiste (IS).
[2] Renouvellement de la moitié de la chambre des députés et d'un tiers du Sénat.
[3] Néstor Kirchner a gagné avec seulement 23 % des voix, après que l'ex-président Ménem s'est retiré du deuxième tour.

Byrrh

Messages : 1009
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Lun 23 Nov - 11:41

Bon Macri, le maire milliardaire de Buenos aires, droite, passe avec 51,4 %. Mais son concurrent, Scioli, péroniste, n'était pas plus à gauche : Kirchner, après la période des vaches grasses où elle avait distribué quelques miettes, menait une politique anti sociale, comme expliqué dans l'article ci-dessus.

Il y a seulement un peu plus de 100 000 votes blancs (1 % environ) et autant de votes nuls. En revanche, je n'ai pas trouvé les chiffres concernant l'abstention.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Toussaint le Lun 7 Déc - 5:34

Cela montre aussi l'absence d'une alternative anticapitaliste crédible et la faiblesse persistante des révolutionnaires.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Lun 7 Déc - 15:37

Toussaint a écrit:Cela montre aussi l'absence d'une alternative anticapitaliste crédible et la faiblesse persistante des révolutionnaires.
Non, le FIT a fait une percée significative dans le contexte d'un système électoral qui accorde bien évidemment une prime aux deux "grands" candidats bourgeois. D'autant que, quand on examine région par région, le FIT a fait des scores importants dans des secteurs ouvriers, comme par exemple Cordoba et Neuquen, scores qui ne résultent pas d'un effet médiatique d'une personnalité charismatique comme ceux de Besancenot et Laguiller, mais à une véritable implantation et à un rôle dans les luttes ouvrières réentes.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Prado le Lun 7 Déc - 22:47

verié2 a écrit:
Toussaint a écrit:Cela montre aussi l'absence d'une alternative anticapitaliste crédible et la faiblesse persistante des révolutionnaires.
Non, le FIT a fait une percée significative dans le contexte d'un système électoral qui accorde bien évidemment une prime  aux deux "grands" candidats bourgeois. D'autant que, quand on examine région par région, le FIT a fait des scores importants dans des secteurs ouvriers, comme par exemple Cordoba et Neuquen, scores qui ne résultent pas d'un effet médiatique d'une personnalité charismatique comme ceux de Besancenot et Laguiller, mais à une véritable implantation et à un rôle dans les luttes ouvrières réentes.
Ce n'est pas tout à fait contradictoire avec ce qu'écrit Toussaint. Localement, il y a eu des percées importantes, mais à l'échelle nationale le FIT ne représente pas "une alternative anticapitaliste crédible". Le candidat à l'élection présidentielle du FIT, soutenu par beaucoup de groupes,  n'a obtenu que 3,3% des voix.
Cet été, juste après les primaires, j'ai entendu un jeune militant du PTS (voyageant en Europe) déclarer que le FIT était la 3e force politique du pays et obtenait 15% des voix. Je crois qu'il était sincère et était victime d'un climat d'auto-intoxication au sein de son parti. Il fut déçu quand je lui ai donné les vrais chiffres de la primaire du mois d'août.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Jeu 25 Fév - 19:51

Hollande apporte son soutien aux mesures ultra réactionnaires du nouveau président de droite dure Macri : http://www.boursorama.com/actualites/hollande-apporte-son-soutien-aux-reformes-economiques-de-macri-5662ae40f3cb0da59a9c1e394a18e53d

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Duzgun le Jeu 25 Fév - 20:27

Prado a écrit:Cet été, juste après les primaires, j'ai entendu un jeune militant du PTS (voyageant en Europe) déclarer que le FIT était la 3e force politique du pays et obtenait 15% des voix. Je crois qu'il était sincère et était victime d'un climat d'auto-intoxication au sein de son parti. Il fut déçu quand je lui ai donné les vrais chiffres de la primaire du mois d'août.
C'est une pratique manifestement classique de leur courant politique de falsifier la réalité en leur faveur. C'est parfois assez hallucinant parce que comme tu le dis, ils en arrivent à s'auto-intoxiquer et semblent sincèrement croire à leurs délires...

Sinon pour le peu que j'ai vu des campagnes du FIT, je trouve qu'ils tombent malheureusement un peu trop dans l'électoralisme et la personnification, comme s'ils tentaient de singer les partis bourgeois...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Jeu 25 Fév - 20:49

Faut rien exagérer. Et ils ont tout de même des militants reconnus dans diverses luttes.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Duzgun le Ven 26 Fév - 21:56

verié2 a écrit:Faut rien exagérer. Et ils ont tout de même des militants reconnus dans diverses luttes.
En quoi est-ce que c'est contradictoire avec ce que je dis?
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  verié2 le Sam 27 Fév - 12:21

Duzgun a écrit:
verié2 a écrit:Faut rien exagérer. Et ils ont tout de même des militants reconnus dans diverses luttes.
En quoi est-ce que c'est contradictoire avec ce que je dis?
Non, ce n'est pas contradictoire certes. Mais je n'ai pas l'impression qu'ils pratiquent la gonflette, du moins en Argentine. Le FIT joue en Argentine un rôle plus important que l'extrême gauche en France, d'autant qu'il n'a pas de concurrence à gauche. C'est la seule force alternative aux Péronistes dans les classes populaires. La polarisation de la présidentielle les dessert et ne donne pas une image exacte des forces. Cela-dit, le FIT n'est pas non plus à la veille de la prise du pouvoir...

Quant à "singer les partis bourgeois avec la personnalisation", ça ne me semble pas choquant qu'ils mettent des personnalités en avant pour des élections. Ca ne me semble pas outrancier. Mais je peux me tromper et tu es peut-être mieux informé que moi qui n'ai pas mis les pieds en Argentine depuis un bail...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Duzgun le Dim 28 Fév - 15:36

verié2 a écrit:
Duzgun a écrit:
verié2 a écrit:Faut rien exagérer. Et ils ont tout de même des militants reconnus dans diverses luttes.
En quoi est-ce que c'est contradictoire avec ce que je dis?
Non, ce n'est pas contradictoire certes. Mais je n'ai pas l'impression qu'ils pratiquent la gonflette, du moins en Argentine. Le FIT joue en Argentine un rôle plus important que l'extrême gauche en France, d'autant qu'il n'a pas de concurrence à gauche. C'est la seule force alternative aux Péronistes dans les classes populaires. La polarisation de la présidentielle les dessert et ne donne pas une image exacte des forces. Cela-dit, le FIT n'est pas non plus à la veille de la prise du pouvoir...
Le rôle important du FIT en Argentine n'empêche pas le PTS de falsifier régulièrement la réalité, ne serait-ce que sur l'affluence à ses meetings par exemple. C'est notamment une méthode utilisée dans sa logique de concurrence avec les autres composantes du FIT.

verié2 a écrit:Quant à "singer les partis bourgeois avec la personnalisation", ça ne me semble pas choquant qu'ils mettent des personnalités en avant pour des élections. Ca ne me semble pas outrancier. Mais je peux me tromper et tu es peut-être mieux informé que moi qui n'ai pas mis les pieds en Argentine depuis un bail...
Je disais "pour le peu que j'ai vu des campagnes du FIT" donc non, je ne suis pas super bien informé, j'ai juste vu quelques clips de campagne et autres qui m'ont bien fait halluciner. Je n'ose pas imaginer les réactions ici si l'on menait une campagne aussi électoraliste et personnifiée. On serait nombreux à réagir et gueuler, moi le premier.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Argentine.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum