La gauche radicale cherche ses marques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La gauche radicale cherche ses marques

Message  nico37 le Sam 9 Juil - 17:02

La gauche radicale cherche ses marques Par Thibault Leroy 9 juillet 2011

Trois candidats à l’élection présidentielle se sont déjà déclarés à la gauche du PS. Mais cet espace politique s’est largement recomposé depuis la désunion de 2007, notamment autour du Front de gauche.
« Gauche radicale », « Gauche de transformation sociale », « ex trême-gauche »... s’il est difficile à nommer, il existe un espace politique à la gauche du PS. On y retrouve les formations politiques comme le PCF, le Parti de gauche, le Nouveau parti anticapitaliste et Lutte ouvrière.

Mais il agrège également des membres du PS, autour de personnalités comme Benoît Hamon ou Henri Emmanuelli, et la gauche des Verts, avec Gilles Lemaire, Stéphane Lhomme, ou la motion Envie du dernier congrès d’EELV. « Ce sont les gens qui n’en peuvent plus du capitalisme et veulent changer de système », résume Patrick Braouezec, député de Seine-Saint-Denis et membre de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE).

Cet espace politique s’est regroupé une fois, en 2005 : c’était le Non de gauche au Traité constitutionnel européen, auquel s’était joint à l’époque un certain Jean-Luc Mélenchon, alors membre du PS. « En 2005 on avait un trésor dans la main, nous étions rassemblés et majoritaires à gauche, analyse Roger Martelli, historien du communisme et démissionnaire de la direction du PCF en 2008. Nous avons tout gâché en 2007 où la dynamique de l’éclatement l’a emporté. »

Olivier Besancenot, Marie-Georges Buffet et José Bové avaient tenté d’y défendre les couleurs des antilibéraux. Au premier tour, le PCF réalisait le plus mauvais score de son histoire, chutant sous de la barre des 2 %.

LE PCF FACE À LA RÉALITÉ

L’élection présidentielle de 2007 est à l’origine d’une prise de conscience au Parti communiste. Ce résultat décevant démontrait que le PCF ne pouvait conduire seul le rassemblement de la gauche radicale. Il y était déjà contesté depuis les années 1970 par d’autres mouvements, notam ment trotskistes, tandis que le Parti socia liste avait pris la première place à gau che en 1978, creusant l’écart pendant les années Mitterrand.

Un tel résul tat était annoncé par des personnalités du PCF, les refondateurs, qui de vien nent des « dissidents » au sein du Parti en 1989. Ils appelaient à refonder le communisme tout en créant un « pôle de radicalité qui regroupe toutes les forces critiques » précise Roger Martelli. Selon une expression de Georges Séguy (secrétaire général de la CGT de 1967 à 1982), ils voulaient alors engager « la métamorphose » du PCF.


Avec 130 000 adhérents, peut-être 50 000 à jour de cotisations, le Parti communiste offre aujourd’hui un réservoir de militants qui, malgré ses faibles scores électoraux nationaux, en fait un parti incontournable dans cet espace politique.

C’est aussi un parti d’élus : avec treize députés, vingt sénateurs, il revendique 10 000 élus locaux et 500 mairies, dont 89 de plus de 9 000 habitants. Il tient les conseils généraux de l’Allier et du Val-de-Marne.

Cette implantation en fait l’une des principales forces politiques en France, mais assure également les revenus du PCF auquel les élus reversent une partie de leur traitement. Du maintien de ces bastions dépend en quelque sorte sa survie. Mais il est loin de la place qu’il occupait comme « premier parti de France », de 1945 à 1978. « Au moment où le Parti avait un vrai rapport à la société, il assurait trois fonctions, sociale, politique et utopique, explique Roger Martelli. Il représentait et organisait la classe ouvrière, tout en proposant un meilleur avenir. » Et au jourd’hui ?

STRATÉGIES

Au PCF, plusieurs stratégies s’opposent. D’une part, il y a ceux qui considèrent que le PCF doit se renforcer seul : le PCF, tout le PCF, rien que le PCF. La section communiste du 15e arrondissement de Paris, qui a présenté Emmanuel Drang Tran comme candidat au vote des communistes lors de la « primaire » du Front de Gauche, estime que ce dernier n’est qu’une « une combinaison politicienne », qui rompt avec les engagements révolutionnaires marxistes.

André Gérin, député du Rhô ne, fustige l’absence d’un candidat communiste en 2012. Son cas est particulier, les propos qu’il a tenus lors d’une conférence de presse sur les immigrés ont indigné ses anciens camarades. « André Gérin s’est exclu lui-même du mouvement communiste » commen te Patrick Braouezec.

D’autre part, sont majoritaires les partisans du Front « de gauche », à commencer par la direction du PCF. Le tournant a été pris en 2008 où s’est engagé un rassemblement de plusieurs formations de la gauche « de gauche », sur fond de rupture avec le capitalisme mais aussi avec la social-démocratie incarnée par le PS. Durant les élections régionales de 2010, les alliances du PCF ont été à majorité variable, certaines régions composant dès le premier tour des listes avec les socialistes, tandis qu’un Front de gauche sans les communistes se présentait à côté.



Pour 2012, les relations avec le PS font toujours débat. La fédération départementale PCF de l’Allier avait préféré André Chassaigne « pour être au cœur de la gau che » selon Olivier Monet, son représentant, « et non pas dans un face-à-face avec le PS ». « Ce sera de notre responsabi lité de travailler avant le premier tour avec les socialistes, sur ce qui diverge et conver ge », plaide de son côté M. Braouezec, « pour savoir s’il peut ou non y avoir une dynamique de second tour. »

L’opportunité d’entrer au gouvernement veut être étudiée minutieusement, pour « peser au cas par cas ». Un accord ficelé dans l’urgence pourrait décevoir les militants et sympathisants, insatisfaits des compromis conclus. De son côté, le NPA refuse tout travail avec le PS, ce qui explique en partie qu’il ne souhaite pas rejoindre le Front de gauche, plus souple sur cette position.

RASSEMBLEMENT

En annonçant Phillipe Poutou, ouvrier de l’automobile, comme candidat pour porter ses couleurs à la présidentielle, le NPA ferme de toute façon la voie à un accord avec le Front de gauche. La question avait animé les débats à son congrès, jusqu’à se conclure par la désignation du candidat le 26 juin.

D’ores et déjà, la formation héritière de la LCR subit une perte sévère : de 9 000 militants en 2009, il n’en reste que 3 000 selon les derniers votes internes exprimés. Son courant Convergences & Alternatives soutient désormais Jean-Luc Mélenchon, comme la FASE. Ces nouveaux arrivants regrettent toutefois que les deux principales forces du Front de gauche, PCF et PG, ne soient pas suffisamment ouvertes à des cultures politiques différentes des partis traditionnels.

M. Braouezec explique que « le Front de gauche élargi doit tenir compte de notre arrivée, c’est-à-dire qu’on ne nous impose pas de rentrer dans le moule ». L’enjeu est aussi de s’adresser à des individus peu habitués à la politique, qui ne sont pas forcément des intellectuels ni des militants aguerris. Avec des taux d’abstention dépassant parfois les 70 %, certains quartiers populaires expriment un désintérêt de la politique alors que c’est à eux, en priorité, que la gauche radicale est censée s’adresser. Mais ses partis fonctionnent sur des modes d’organisations verticaux, ce qui, selon les refondateurs, ne faciliterait pas « une dynamique populaire ».

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La gauche radicale cherche ses marques

Message  BouffonVert72 le Sam 9 Juil - 19:47

sur fond de rupture avec le capitalisme mais aussi avec la social-démocratie incarnée par le PS. Durant les élections régionales de 2010, les alliances du PCF ont été à majorité variable, certaines régions composant dès le premier tour des listes avec les socialistes, tandis qu’un Front de gauche sans les communistes se présentait à côté.

Pour 2012, les relations avec le PS font toujours débat. La fédération départementale PCF de l’Allier avait préféré André Chassaigne « pour être au cœur de la gau che » selon Olivier Monet, son représentant, « et non pas dans un face-à-face avec le PS ». « Ce sera de notre responsabilité de travailler avant le premier tour avec les socialistes, sur ce qui diverge et converge », plaide de son côté M. Braouezec, « pour savoir s’il peut ou non y avoir une dynamique de second tour. »

L’opportunité d’entrer au gouvernement veut être étudiée minutieusement, pour « peser au cas par cas ». Un accord ficelé dans l’urgence pourrait décevoir les militants et sympathisants, insatisfaits des compromis conclus...
Faible, la rupture avec les sociaux-démocrates libéraux, très faible....Laughing
Il n'y a rien-à-faire, ils n'ont rien compris à la rupture due à la lutte de classe... Ils n'en sont qu'à se demander s'ils peuvent "peser"... pale


En annonçant Phillipe Poutou, ouvrier de l’automobile Jean-Luc Mélenchon, comme candidat pour porter ses couleurs à la présidentielle, le FDG ferme de toute façon la voie à un accord avec le NPA
J'ai fait les rectifications nécessaires... Very Happy
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum