FSPX et autres intégristes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FSPX et autres intégristes

Message  nico37 le Ven 8 Juil - 19:26

Rome-traditionalistes : bientôt le verdict ? Par Philippe Clanché

Les discussions doctrinales entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X seraient closes. Concernée plus que d’autres, la France attend de savoir quelle a été la véritable teneur des échanges.
La rumeur enfle sur Internet. Sans confirmation. Les négociations théologiques entre le Saint-Siège et les traditionalistes de la Fraternité Saint-Pie X, commencées en octobre 2009, seraient terminées. Sans pour autant qu’on en connaisse le résultat. Seuls les disciples de Mgr Lefebvre communiquent sur l’affaire.

« J’ai été invité à me rendre à Rome auprès du cardinal Levada (NDLR : préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi), et ce sera pour la mi-septembre. C’est tout ce que je sais », a dit Mgr Bernard Fellay, supérieur général de Saint-Pie X, lors d’une messe d’ordination le 17 juin aux États-Unis. « Nous recevons de la part de Rome des messages contradictoires », a-t-il également affirmé.

Mgr Fellay a sans doute raison tant le Saint-Siège semble partagé sur la conduite à tenir. Après la phase technique et la mise au clair des positions de chacun, le dossier va désormais être traité, et réglé, au sommet, par le pape et le supérieur général.

DIVERGENCES

Benoît XVI joue gros dans ce dossier. Il se trouve face à une blessure personnelle. Joseph Ratzinger était en première ligne en 1988 lors du schisme. Jean Paul II l’avait missionné pour tenter d’empêcher les quatre ordinations épiscopales (1) décidées par Mgr Levebvre. En vain. Leur retour au bercail demeure un objectif pour un pontife qui souffre des divisions.

De ce côté du spectre catholique. Benoît XVI prend des risques importants. Les sujets de divergences, liées aux orientations conciliaires – primat pontifical et collégialité épiscopale ; œcuménisme ; liberté religieuse ; Missel de Paul VI – sont loin d’être des détails. Sur ces thèmes, Mgr Fellay et ses troupes souhaitent un retour à « la tradition ». Or, le pontife ne cesse de dire que les acquis de Vatican II demeurent valables, tout en discutant leur mise en œuvre.

Les propos très critiques des intégristes sur la béatification de Jean Paul II et l’annonce d’un nouveau rassemblement interreligieux à Assise cet automne, font penser le rapprochement impossible. Pourtant, des éléments peuvent faire douter de la fermeté du Saint-Siège.

« Certaines objections de la Fraternité Saint-Pie X ont du sens, car il y a eu une interprétation de rupture du Concile. L’objectif est de montrer qu’il faut interpréter le Concile dans la continuité de la Tradition de l’Église », a dit Mgr Pozzo, membre de la Commission romaine Ecclesia Dei en charge des intégristes déjà ralliés et du dossier de Saint-Pie X, lors d'un entretien avec le site Nouvelles de France, le 8 juin.

HÉMORRAGIE

S’il devait céder à Mgr Fellay, le Saint-Siège risquerait peut-être l’hémorragie des fidèles, notamment en France. La « fille aînée de l’Église » est ici en première ligne pour plusieurs raisons. Elle fut le berceau historique du lefebvrisme et se trouve être le pays qui compte aujourd’hui le plus grand nombre de fidèles et de prêtres de cette mouvance ( 10 des 20 ordonnés de la Fraternité de cet été ).

Le souvenir de Maurras et les déchirures de la Guerre d’Algérie contribuent à passionner la question. Ceci pouvant expliquer cela, notre pays a aussi fourni quelques figures progressistes de Vatican II (Congar, Liénard) et les changements conciliaires y ont été interprétés de la manière la plus avancée, notamment en matière liturgique.

Enfin, le traumatisme de l’affaire Gaillot fait penser à nombre de catholiques français que Rome est toujours plus clémente pour certaines divergences que pour d’autres. Aussi, une réintégration pourrait porter un nouveau coup à une Église française déjà mal en point.

À Bordeaux, le retour en grâce de l’Institut du Bon Pasteur de l’abbé Laguérie en 2006 a troublé le diocèse. On peut imaginer un séisme dix fois plus vaste si toute la Fraternité Saint-Pie X rejoignait la communion romaine.

Peu suspect de sympathie intégriste, le cardinal Vingt-Trois, à la tête de la Conférence des évêques de France, sera-t-il aussi influent que l’était son prédécesseur Jean-Marie Lustiger, pour faire comprendre cela à la curie romaine ? Tout semble indiquer que cette dernière s’intéresse de toute façon assez peu aux états d’âme français.

Et ce débat ne fait pas recette dans le monde catholique. Un exemple : ces derniers temps, les vaticanistes italiens se passionnaient pour un tout autre sujet, la date de l’annonce de la nomination du nouvel archevêque de Milan.

(1) Dont Mgr Fellay et le tristement célèbre Mgr Williamson.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: FSPX et autres intégristes

Message  nico37 le Mar 31 Juil - 1:40

La Fraternité Saint-Pie-X laisse planer le doute sur son attitude vis-à-vis de Rome BRUNO BOUVET

Dans un long entretien publié lundi 16 juillet dans la soirée sur le site officiel de la Fraternité Saint-Pie-X, son supérieur général Mgr Bernard Fellay exprime l’état d’esprit des disciples de Mgr Lefebvre à l’issue de leur chapitre général qui s’est tenu à Écône (Suisse) du 10 au 14 juillet.

À la lecture des propos de Mgr Fellay, il est toutefois bien difficile de déterminer quelle position adoptera la Fraternité Saint-Pie-X (FSSPX) vis-à-vis de la réponse que lui a adressée la Congrégation pour la doctrine de la foi le 13 juin à Rome, visant le retour de la FSSPX dans l’Église.

«Nous ferons très prochainement parvenir à Rome la position du chapitre qui nous a donné l’occasion de préciser notre feuille de route en insistant sur la conservation de notre identité, seul moyen efficace pour aider l’Église à restaurer la chrétienté» , indique Mgr Fellay, reprenant là une information déjà contenue dans le bref communiqué publié le 14 juillet par la FSSPX.

UNE UNITÉ RESTAURÉE

Il semble que l’entretien accordé par le supérieur de la Fraternité ait d’abord pour but de montrer que les partisans de Mgr Lefebvre ont restauré une unité mise à mal ces derniers mois par les fortes dissensions qui se sont manifestées en leur sein.

«Au sujet de Rome, nous sommes vraiment allés au fond des choses, et tous les capitulants ont pu prendre connaissance du dossier complet. Rien n’a été mis de côté, il n’y a pas de tabou entre nous. Je me devais d’exposer précisément l’ensemble des documents échangés avec le Vatican, ce qui avait été rendu difficile par le climat délétère de ces derniers mois. Cet exposé a permis une discussion franche qui a éclairé les doutes et dissipé les incompréhensions. Cela a favorisé la paix et l’unité des cœurs, et c’est très réjouissant», affirme ainsi Mgr Fellay.

«Dans cette démarche, nous entendons nous inspirer non seulement de la fermeté doctrinale de Mgr Lefebvre, mais aussi de sa charité pastorale. L’Église a toujours considéré que le meilleur témoignage en faveur de la vérité était donné par l’union des premiers chrétiens dans la prière et la charité. Ils ne faisaient «qu’un seul cœur et qu’une seule âme», nous disent les Actes des Apôtres (4, 32).

Le bulletin de liaison interne de la Fraternité Saint-Pie-X s’intitule Cor unum, c’est un idéal commun, un mot d’ordre pour tous. Aussi nous nous séparons avec force de tous ceux qui ont voulu profiter de la situation pour semer la zizanie, en opposant les membres de la Fraternité les uns aux autres. Cet esprit-là ne vient pas de Dieu» , poursuit-il.

« CE N’EST PAS NOUS QUI ROMPRONS AVEC ROME »

Quelle sera désormais l’attitude de la Fraternité Saint-Pie-X ? Dans un premier temps, son supérieur semble ne pas fermer la porte à un éventuel retour au sein de l’Église romaine. «Ce n’est pas nous qui romprons avec Rome, la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité» , affirme-t-il d’abord avant d’exprimer une posture critique maintes fois adoptée.

«Pour autant il serait irréaliste de nier l’influence moderniste et libérale qui s’exerce dans l’Église depuis le concile Vatican II et les réformes qui en sont issues. En un mot, nous gardons la foi dans la primauté du Pontife romain et dans l’Église fondée sur Pierre, mais nous refusons tout ce qui contribue à l’«autodestruction de l’Église», reconnue par Paul VI lui-même, dès 1968.»

VIVES CRITIQUES CONTRE LE NOUVEAU PRÉFET DE LA CONGRÉGATION DE LA DOCTRINE POUR LA FOI

Et de poursuivre l’offensive contre l’Église romaine: «Nous ne pouvons garder le silence devant la perte de la foi généralisée, ni devant la chute vertigineuse des vocations et de la pratique religieuse. Nous ne pouvons nous taire devant «l’apostasie silencieuse» et ses causes. Car le mutisme doctrinal n’est pas la réponse à cette «apostasie silencieuse» que même Jean-Paul II constatait, en 2003.»

«Plus que jamais, nous devons effectivement garder cette ligne de crête fixée par notre vénéré fondateur. C’est une ligne difficile à tenir, mais absolument vitale pour l’Église et le trésor de sa Tradition. Nous sommes catholiques, nous reconnaissons le pape et les évêques, mais devons avant tout conserver inaltérée la foi, source de la grâce du Bon Dieu.

Il faut par conséquent éviter tout ce qui pourrait la mettre en danger, sans pourtant nous substituer à l’Église catholique, apostolique et romaine. Loin de nous l’idée de constituer une Église parallèle, exerçant un magistère parallèle !» , indique Mgr Fellay.

« MGR MÜLLER NOUS TRAITAIT COMME DES PARIAS »

Cependant, la nomination récente de Mgr Ludwig Müller à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, en remplacement du cardinal William Levada, lui inspire des propos bien peu flatteurs : «L’ancien évêque de Ratisbonne, où se trouve notre séminaire de Zaitzkofen, ne nous apprécie pas, ce n’est un secret pour personne. Après l’acte courageux de Benoît XVI en notre faveur en 2009, il n’avait guère paru vouloir collaborer dans le même sens, et nous traitait comme des parias ! C’est lui qui déclarait alors que notre séminaire devrait être fermé et que nos étudiants devraient aller dans les séminaires de leur région d’origine, avant d’affirmer sans détour : «Les quatre évêques de la Fraternité Saint-Pie-X doivent tous démissionner» !»

« LE CONCILE, UNE ÉNORME RICHESSE » , A RAPPELÉ LE PAPE

Au-delà de la position difficilement lisible de la FSSPX, reste à savoir quelle pourrait être la position de Rome au cas où la FSSPX demanderait de nouvelles négociations.

Selon les informations recueillies par La Croix, les évêques et cardinaux chargés du dossier ont manifesté une certaine exaspération lors de la dernière réunion de la Congrégation pour la doctrine de la foi, jugeant que les souhaits de Mgr Fellay s’accompagnaient d’une critique excessive du Concile.

Lors de leur discussion, tous leurs propos auraient été enregistrés et retranscrits au pape, qui n’aurait donc pas pris sa décision en solitaire.

Il semble que le pape ait adressé une réponse ferme à Mgr Fellay, l’engageant à respecter le magistère des derniers papes, Paul VI et Jean-Paul II, ainsi que le concile Vatican II.

C’est dans ce contexte qu’il fallait entendre, dimanche 15 juillet, l’homélie de Benoît XVI à Frascati, sur le Concile Vatican II : «Une énorme richesse pour la formation des nouvelles générations chrétiennes» , a rappelé le pape.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: FSPX et autres intégristes

Message  nico37 le Sam 12 Jan - 18:40

Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Des royalistes, des conservateurs, un socialiste, et une chroniqueuse mondaine. Drôle d’assemblée à Paray-le-Monial pour préparer les actions contre le mariage pour tous. Frigide Barjot y aurait partagé le pain et le vin avec l’ancien ministre UMP Laurent Wauquiez, côtoyant joyeusement quelques personnalités des mouvances de droite extrême, dont Bruno Gollnisch, et tout le ban et l’arrière-ban des cathos intégristes… Jusqu’ici tenue secrète, cette réunion vient d’être révélée par un document interne qui leur a échappé. Petite analyse de cette union de circonstance… ou pas.

Mise à jour 11/01 15h : Bernard Poignant, maire PS de Quimper, dément sur son blog et dans une lettre à J.-F. Debiol avoir par­ti­cipé à la ren­contre de Paray-le-monial. Les réac­tions d’autres par­ti­ci­pants (ou non-par­ti­ci­pants) sont à lire dans l’arti­cle de l’huma­nité.

Mise à jour 10/01 23h45 : l’authen­ti­cité du docu­ment se voit confir­mée par le témoi­gnage de Christian Vanneste qui décrit dans une chro­ni­que sur son blog sa par­ti­ci­pa­tion à la ren­contre de Paray-le-monial. (info via @maieulr).

« RENCONTRE des « TÊTES DE RESEAUX » repré­sen­tant L’ENGAGEMENT CHRETIEN en POLITIQUE et L’ENGAGEMENT SOCIETAL CHRETIEN », c’est ainsi que Jean-François Debiol (ex-UMP de Rilleux) a inti­tulé la réu­nion qu’il orga­ni­sait du 2 au 4 novem­bre 2012 à Paray-le-Monial. Pendant ces 4 jours, les dif­fé­ren­tes com­po­san­tes de l’oppo­si­tion au mariage pour tous se sont relayées à la tri­bune, pour pré­sen­ter leurs mou­ve­ments, leurs modes d’action, et bien sûr envi­sa­ger les stra­té­gies com­mu­nes pos­si­bles entre eux. La plu­part des orga­ni­sa­teurs des mani­fes­ta­tions de décem­bre der­nier étaient pré­sents, et on peut logi­que­ment en déduire que les gran­des lignes de cette mobi­li­sa­tion se sont alors déci­dées. L’exis­tence de cette réu­nion n’avait pas voca­tion à être rendue publi­que, aucune annonce ne fut faite et les par­ti­ci­pants furent stric­te­ment triés sur le volet.

Or le pro­gramme de cette réu­nion a été récem­ment dif­fusé sur inter­net, accom­pa­gné d’une liste des par­ti­ci­pants confir­més. On y apprend que des ténors de l’UMP auraient cotoyé, en connais­sance de cause [1], les chefs de l’extrême-droite et des mou­ve­ments catho­li­ques inté­gris­tes, du Front National à Civitas.

Que s’est-il discuté à cette réunion ?

Dès le pre­mier jour de cette ren­contre, le ton est donné sous l’inti­tulé « D’où venons-nous ? De qui, de quoi sommes-nous les héri­tiers ? ». Les inter­ven­tions sur les « raci­nes chré­tien­nes de l’Europe » ou sur la « voca­tion chré­tienne de la France », thé­ma­ti­ques chères aux tenants du choc des civi­li­sa­tions comme aux catho­li­ques inté­gris­tes, se sont donc enchaî­nées. Tout ce beau monde s’est ensuite retrouvé pour une messe, mais le pro­gramme ne dit pas si elle était dite en latin...

Le len­de­main, 3 novem­bre, c’est au tour des mou­ve­ments d’extrême-droite de se pré­sen­ter. On notera la pré­sen­ta­tion de Civitas, assu­rée par Jean-Claude Philipot, membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et numéro 2 de l’orga­ni­sa­tion, et la com­mu­ni­ca­tion sur « l’enga­ge­ment roya­liste ». Le pro­gramme du troi­sième jour est éclairant sur les stra­té­gies poli­ti­ques des par­ti­ci­pants. Après une pré­sen­ta­tion du projet de loi suit une dis­cus­sion inti­tu­lée « Comment pou­vons-nous les com­bat­tre (débat / brain stor­ming) ? ». On connaît de fait le résul­tat de cette dis­cus­sion. Suit un échange sur le thème « Et plus tard, aurons-nous envie de faire des choses ensem­ble (débat) ? », avant une messe anti­ci­pée. Le pro­gramme de cette jour­née laisse enten­dre en pre­mier lieu que les dif­fé­rents acteurs de cette ren­contre se sont bels et bien retrou­vés pour orga­ni­ser la contes­ta­tion qui a suivi. En second lieu, elle nous laisse à voir que des mem­bres de l’UMP ont par­ti­cipé à une ren­contre où il savaient qu’allaient être évoquées, débat­tues, les moda­li­tés d’une alliance pra­ti­que, pou­vant aller au-delà de la ques­tion du mariage pour tous, entre leurs mou­ve­ments et les com­po­san­tes de la droite extrême. On est bien loin des dis­cours tenus dans la presse par les repré­sen­tants de l’UMP.

Des personnalités de l’UMP qui auraient été présentes...

Certains noms sau­tent aux yeux lors­que l’on par­court la liste des par­ti­ci­pants ayant confirmé leur pré­sence. En pre­mier lieu, celui de Laurent Wauquiez, actuel député-maire UMP du Puy-en-Velay, ancien porte-parole du gou­ver­ne­ment de Nicolas Sarkozy. Son oppo­si­tion au mariage pour les cou­ples homo­sexuels est bien connue [2], et il avait déjà montré une cer­taine proxi­mité avec le Front National, ou tout du moins son pro­gramme idéo­lo­gi­que, puisqu’il évoquait un « devoir de com­pré­hen­sion » vis-à-vis de l’électorat fron­tiste" lors de la pré­si­den­tielle [3].

La très-catho­li­que Christine Boutin, quant à elle, appa­raît sur la liste des absents ou repré­sen­tés. Il n’est pas besoin de pré­sen­ter les ten­dan­ces homo­pho­bes de cette der­nière, ni de rap­pe­ler ses bien connues pos­tu­res, bible tendue, dans l’enceinte de l’Assemblée lors du débat sur le PACS. Mais, à l’instar du pré­cé­dent, elle s’était tou­jours défen­due, même dans cette mobi­li­sa­tion, de toute proxi­mité avec les catho­li­ques inté­gris­tes ou l’extrême-droite.

Outre ces deux per­son­na­li­tés de pre­mier plan, auraient également été pré­sents Elisabeth Monfort, Députée Européenne UMP-Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen (sic), Jean-Marc Nesme, acc­cueillant en sa qua­lité de député-maire UMP de Paray-le-Monial, Philippe Degestas, sous-prefet (!) de la région Centre, Bernard Poignant, maire PS de Quimper et proche de Hollande [4], ancienne figure natio­nale de son parti, ou encore Patrick Laudet, ins­pec­teur d’Académie. Autant de par­ti­ci­pants qui n’ont guère d’inté­rêt à ce que leur pré­sence au coté du FN ou de Civitas soit dévoi­lée au public. On mettra de côté Christian Vanneste, ex-député de Tourcoing, ex-UMP et membre du Rassemblement Pour la France, ses fras­ques homo­pho­bes et ses nom­breux déra­pa­ges étant bien connus.

Lyon n’était pas en reste pour appor­ter son obole à ce triste céna­cle et la pré­sence de Denis Broliquier, maire DLC du 2e arron­dis­se­ment de Lyon, ainsi qu’Albéric de Lavernée, conseiller géné­ral UMP, étaient de cette partie de cam­pa­gne à relents homo­pho­bes.
Même Frigide Barjot avait confirmé. L’idole du mou­ve­ment contre le mariage pour tous nie toute pré­somp­tion d’homo­pho­bie. En privé pour mener sa cam­pa­gne, il semble qu’elle s’aco­quine avec des per­son­na­li­tés qui n’ont plus rien à prou­ver dans ce domaine-là.

... aux côtés du gratin de l’extrême-droite

Au côté de ces ténors de l’UMP (et du PS) on trouve des repré­sen­tants d’à peu près toutes les ten­dan­ces réac­tion­nai­res. Petit tour des amis de Wauquiez et Boutin :

Bruno Gollnisch (Front natio­nal, ex-n°2 du parti, membre du bureau poli­ti­que et député euro­péen)
Cette figure du Front natio­nal n’est plus à pré­sen­ter, ses sor­ties racis­tes lui avaient valu une sus­pen­sion de son poste de pro­fes­seur à Lyon III et plu­sieurs pas­sa­ges devant les tri­bu­naux. Sur la ques­tion de l’homo­sexua­lité on pourra se conten­ter de la cita­tion sui­vante :

« Plus de dis­tinc­tion entre les peu­ples, entre les nations, entre les cultu­res, entre les civi­li­sa­tions. Plus de dis­tinc­tion entre l’étranger et le natio­nal. Plus de dis­tinc­tion entre les sexes, les com­por­te­ments. Plus de dis­tinc­tion entre la famille stable, ordon­née à l’accueil de la vie, à sa trans­mis­sion, à l’éducation des enfants, et les unions plus ou moins contin­gen­tes, à deux, à trois, à plu­sieurs, par devant, par der­rière, etc. » Bruno Gollnisch, allo­cu­tion au Conseil Régional Rhône-Alpes du 8 octo­bre 2012.

Jacques Bompard (Maire d’Orange et député du Vaucluse)

Autre figure de l’extrême-droite fran­çaise, Bompard, fon­da­teur du Front natio­nal puis membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, s’est asso­cié au Bloc iden­ti­taire et a lancé la Ligue du Sud, pen­dant fran­çais de la très natio­na­liste « ligue du nord » ita­lienne, étiquette sous laquelle il vient de rem­por­ter les légis­la­ti­ves. Slogan de la Ligue du sud : « Identité, effi­ca­cité, sécu­rité ».

Bernard Anthony (AGRIF/Reconquête) : député euro­péen Front natio­nal de 1984 à 1999, a démis­sionné du bureau poli­ti­que de ce parti en 2003.
Une petite cita­tion du per­son­nage, extrait de son blog perso :

« Nous défi­le­rons sans haine ni mépris pour les per­son­nes d’affec­ti­vité homo­sexuelle non osten­ta­toire et conqué­rante mais sans com­plai­sance pour les exhi­bi­tion­nis­tes des « gay-pride » en mal de lai­deurs obs­cè­nes sophis­ti­quées car, avec toute la culture juive et chré­tienne, nous savons que Sodome et Gomorrhe ne sont pas des modè­les de société dura­bles. »

Son mou­ve­ment, l’AGRIF, s’est fait connai­tre par ses procès en série contre ce qu’il consi­dère comme de la « chris­tia­no­pho­bie ». Dernier procès en date, une atta­que contre le rap­peur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le socio­lo­gue et mili­tant Saïd Bouamama [5].

Jean-Claude Philipot (Civitas - membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et n°2 de l’orga­ni­sa­tion)
Le per­son­nage est un habi­tué des médias depuis que son mou­ve­ment a com­mencé à faire parler de lui en s’atta­quant à des pièces de théâ­tre jugées blas­phé­ma­toi­res. C’est la mani­fes­ta­tion de ce mou­ve­ment contre le mariage pour tous qui, à Paris, a ras­sem­blé la plu­part des mili­tants de l’extrême-droite radi­cale, qui s’y sont illus­trés en agres­sant les mili­tan­tes de FEMEN. Jusque-là les autres mou­ve­ments oppo­sés au mariage cher­chaient à faire croire qu’ils n’avaient aucun lien avec Civitas, c’est pour­tant en com­pa­gnie de Philipot qu’ils auraient par­ti­cipé à cette ren­contre au sommet.
Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Les orga­ni­sa­teurs de la Manif pour tous et l’UMP nient dans les médias toute rela­tion avec les oppo­sants les plus inté­gris­tes ou l’extrême droite et par­lent même d’infil­tra­tion. Mais en fait de mani­fes­ta­tion « Bleu blanc rose », « limi­tée au projet Taubira », la mobi­li­sa­tion contre le Mariage pour tous s’ins­crit dans une ten­ta­tive de fédé­rer à nou­veau toute la droite, sur une base clai­re­ment réac­tion­naire : une mani­fes­ta­tion bien brune.
P.-S.

La liste des personnalités qui ont confirmé leur présence, ont été représentées ou juste invitées est ici loin d’être exhaustive. Le document permettra aux personnes qui veulent fouiller un peu plus de compléter.

Lire aussi :
- Un article de l’Huma du vendredi 11 janvier au sujet de cette rencontre : « Les intégristes ratissent large ».
- l’article très complet de REFLEXes : 13 janvier 2013, ambiance Travail, Famille, Patrie. Le mélange des genres est au rendez-vous !
- Civitas de l’intérieur. Quelques documents pour se faire une idée des névroses qui animent les membres de cette association d’extrême-droite.

Notes

[1] La liste des participants confirmés a circulé en amont de la réunion.
[2] un article récent du Monde en témoigne lien
[3] Laurent Wauquiez évoque « un devoir de compréhension » vis-à-vis de l’électorat frontiste, Le Monde
[4] « vieux copain d’Hollande » selon le Monde
[5] Lire « pétition pour le droit à l’insolence antiraciste ».

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: FSPX et autres intégristes

Message  nico37 le Mer 30 Jan - 10:59

L'Institut Civitas fait une prière de rue devant l'Assemblée nationale contre le mariage gay avec AFP 29/01

MARIAGE GAY - Proche des chrétiens intégristes, Civitas avait appelé vendredi 18 janvier à une veillée de prières devant l'Assemblée nationale. Ce mardi 29 janvier, l'Institut ouvertement homophobe est passé à l'acte.

Dans un communiqué de son président Alain Escada, le groupe, qui se réclame d'un "nationalisme catholique", avait estimé que "la prière est l'arme la plus puissante contre les forces du mal" et contre ce projet de loi "contre-nature". "Implorons Dieu de nous préserver de cette loi inique", poursuivait le communiqué, selon lequel "le 29 janvier, devant l'Assemblée nationale, nous supporterons le froid comme une pénitence".

Plus d'une centaine de catholiques intégristes se sont donc réunis pour "prier la Vierge Marie" de "changer l'attitude des parlementaires" favorables au projet de loi sur le mariage homosexuel. Entourés par un important déploiement de forces de l'ordre, 200 à 500 manifestants, chapelets en mains, ont récité des prières agenouillés devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.

Une cérémonie à genoux sur le bitume humide qui s'est étalée sur plus de deux heures.

Des couples, des familles priant en latin

L’abbé Régis de Cacqueray, le responsable de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X en France, et l'abbé Beauvais, prieur de l'église lefébvriste parisienne de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, dirigeaient les prières des protestataires, dont certains brandissaient des drapeaux frappés du Sacré Cœur, un cœur surmonté d'une croix rouge.

(...)

Civitas dans la rue : " Nous, on n'aime pas les homos " 14-01 Audrey Salor

En marge de la Manif pour tous, les catholiques fondamentalistes de Civitas ont également battu le pavé pour protester contre le mariage homo.

Déclarés persona non grata par les organisateurs de la Manif pour tous, ils ont décidé de faire bande à part. Ce dimanche 13 janvier, quelques milliers de manifestants opposés au mariage homosexuel ont répondu présents à l’appel lancé par l’institut Civitas, proche des catholiques intégristes. Le rendez-vous est fixé place Pinel, dans le 13e arrondissement de Paris… A quelques pas seulement de la place d’Italie, d’où part l’un des trois cortèges du défilé rival.

A la sortie de la station Nationale, les staffs des deux rassemblements se disputent ceux qui déboulent du métro : "Civitas, à gauche !", lance les uns. "Pour la Manif pour tous, à droite !", renchérissent les autres. Des familles accompagnés de très jeunes enfants, des couples d’un certain âge ou d’autres, venus entre amis, sont déjà postés place Pinel. Où s’agitent les drapeaux tricolores ou ornés de fleur de lys attestant d'un défilé classé très à droite.

Et pas franchement gay-friendly. Sur les banderoles et les affiches brandies par les participants s’étalent des slogans ouvertement homophobes. "Les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés" lit-on sur une bannière. "Aujourd’hui mariage homo, demain la polygamie, Stop !", s'indigne un autocollant greffé tantôt sur un sac à dos, tantôt sur une veste.
"Ignominies"

Le rassemblement se revendique ouvertement catholique. Les références à Dieu, omniprésentes, laissent à voir des scènes que l'on croirait sorties d'un autre temps. Quelques participantes ont revêtu la cape rouge de "l’ordre des chevaliers de Jésus Christ roi". Des prêtres déambulent en soutane, quand des manifestants brandissent un portrait de Benoit XVI accroché à une croix de bois. Un gamin d’une dizaine d’années à peine distribue des tracts de l’association pro-vie SOS tous petits.

En attendant le départ, l’un des organisateur, juché sur "le char hétéro", décline sa rhétorique, sous le regard bienveillant d’une foule acquise à sa cause. "Nous prions pour ceux qui se font les promoteurs des ignominies que nous dénonçons aujourd’hui", lance-t-il au micro. En fond sonore, les chansons "Ce rêve bleu" du dessin animé "Aladin" ou "My heart will go on", de Céline Dion, se mêlent aux chants religieux et "Je vous salue Marie" répétés en boucle.

" Nous, on n’aime pas les homos "

Pierre-Yves, 40 ans, petit béret vissé sur la tête, se tient derrière le cordon de CRS qui contient les manifestants sur la place. Le rassemblement se déroule sous haute surveillance policière. Pourquoi avoir choisi ce cortège ? "Je suis catholique", explique-t-il. La manif pour tous "promeut la défense des homos. Je n’ai rien contre eux", assure t-il, "mais je ne veux pas les promouvoir", insiste celui qui, "favorable à une politique en accord avec les commandements de l’Eglise", a voté Dupont-Aignan, puis Sarkozy, à la présidentielle. Son ami Pierre, la quarantaine également, se montre moins nuancé : "Nous, on n’aime pas les homos. L’homosexualité est contre-nature".

En attendant que les cars venus de province viennent grossir les rangs, Alain Escada, président de civitas, s’empare du micro. Il fustige le président Hollande et ses mesures qui visent à "imposer la normalisation de l’homosexualité". Et "un nouveau mariage qui déboucherait sur la légitimation future du mariage polygame et incestueux" dans une société "affranchie des interdits religieux et des obligations morales de base". La "police de la pensée", qui cible "tous ceux qui s’opposent aux revendications du lobby homosexuel", en prend également pour son grade.

" Catho mais pas barjo "

Il est quasiment 16h. Plus de trois heures que les manifestants patientent, sans avoir été autorisés à quitter leur point de départ. "La préfecture de police ne nous laisse toujours pas avancer", lance-t-on au micro. Huées. Mike, 34 ans, se tient aux côtés de Benoit, 22 ans, parti tôt ce matin de Lyon, en voiture. "On est contre ce projet de loi car le mariage n’a pas d’intérêt s’il n’aboutit pas à la filiation", explique Mike, qui se déclare "à droite" et "patriote". Comme Pierre-Yves, les deux hommes expliquent ne pas se sentir "représentés" par Frigide Barjot, qui fait "la promotion des homosexuels". Il ne sont pas les seuls à le regretter : "Catho mais pas barjot", lit-on sur une dizaine de pancartes brandies par des participants.

Enfin, le cortège s’élance. "La famille, c’est sacré, il faut la respecter !" ou "France, réveille-toi, ou Hollande te perdra", scandent les manifestants. Les plus jeunes ont été invités à prendre place à l’avant du défilé. Sur le trottoir, Marie, 24 ans, membre du mouvement de la jeunesse catholique de France, distribue aux passants des tracts intitulés "De l’homo-sapiens à l’homo-sexuel". "L’homosexualité n’est pas morale, c’est à dire qu’elle ne respecte pas la nature des êtres et des choses", explique le document. "Cette 'orientation' ou cette 'attirance' est un dysfonctionnement de la nature humaine", y est-il stipulé. La jeune fille brune, cheveux frisés, explique avoir "grandi au contact" de la radicale fraternité Saint Pie X, défenseure de "la foi la plus pure". "L’homosexualité a toujours existé, comme tous les vices", souligne-t-elle, citant "l’avarice" en exemple. "Il faut faire avec. Mais comme pour tous les autres péchés, la miséricorde de Dieu est toujours possible", se réjouit-elle.
"Qu’ils fassent ce qu’ils veulent de leur cul"

Alors que Civitas investit la rue des Gobelins, Catherine Blein, 66 ans, ex-présidente de l’association "Nationalité, citoyenneté, identité" (NCI), créée pour "lutter contre l’islamisation de la France", s’accorde une pause café au comptoir. Partie de Bretagne en car à 5 heures du matin, elle ne cache pas son agacement : "On nous a laissé poireauter 2h30 dans le froid, avec des enfants, on se moque de nous". Imperméable, chapeau assorti et petite lunettes, elle refuse de dire à qui elle a donné sa voix en mai dernier. Puis se rétracte : "Marine, puis Nicolas Sarkozy". Pourquoi défiler dans les rangs de Civitas ? "Nous, on est plus traditionalistes". Et Frigide Barjot, la "bobo de droite", en reprend pour son grade : "Elle emploie le vocabulaire de la gauche pour parler de l’homophobie".

Les homos ? "Ils sont seulement 2% de la population, qu’ils fassent ce qu’ils veulent de leur cul, mais vous allez pas me dire que c’est naturel d’être homosexuel, c’est contre-nature". D’un air entendu, elle ajoute : "Je suis convaincue qu’ils souffrent du fait de ne pas être hétérosexuels".

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: FSPX et autres intégristes

Message  nico37 le Sam 31 Aoû - 1:01

Nantes, 28 aout : attaque policière lors du rassemblement contre l'homophobie

Les Veilleurs, qui organisent des prières de rues homophobes depuis plusieurs mois, ont organisé un « pèlerinage » réactionnaire dans plusieurs villes de France pour essayer de relancer leur mouvement moribond.

Après avoir abandonné leur idée de passer par Notre Dame des Landes, leur venue était annoncée à Nantes le 28 aout au soir.

Une contre manifestation est organisée spontanément, autour de 150 personnes répondent présent à 20 heures place du Bouffay : antifascistes, DurEs à Queer, LGBT, ZADistes... Une Battucada colorée vient rythmer le cortège qui s'élance sur le Cours de 50 Otages pour rejoindre la Préfecture, ou les « veilleurs » -qui éructaient contre la « dictature socialiste » il y a encore quelques semaines »- assis sur les marches de l'édifice policier, ont installé des sonos et répandent leurs prières réactionnaires sous l'oeil bienveillant et complice des autorités nantaises.

Un important dispositif de plusieurs de dizaines de CRS et de CDI est déployé : tout le rond point de la préfecture est quadrillé pour protéger les homophobes, plusieurs flashballs/LBD sont brandis, des BACeux se tiennent dans le rues adjacentes : les prières de rue sont décidément bien protégées.

Le rassemblement antifasciste essaie de couvrir les discours des veilleurs : pétards, musique, fusées, slogans retentissent. Un CRS met d'entrée une munition dans son Lanceur de Balle, puis triture la détente de son arme nerveusement.

« Ni veilleurs, ni Vinci »

« Cathos, fachos, machos, votre monde est immonde, on refait la déco ! »

Un manifestant qui a eu le malheur de s'approcher trop près des casqués a le crane ouvert par un coup de matraque qui provoque une large entaille sur le sommet de son crane. Il s'écroule. Face aux légitime cris de protestation, les flics gazent abondamment la foule. Quelques projectile répondent à la violence des flics. Le CRS armé d'un Lanceur de Balle met en joue la foule, à hauteur de tête à moins de 4 mètre des gens !

Son viseur est allumé d'un point rouge à la manière d'un sniper, il tient son arme comme un fusil. Des personnes lui crient le nom de Mathieu Léglise, un flic nantais qui avait mutilé un lycéen avec la même arme à Nantes. Le CRS continue de triturer la gachette de son arme nerveusement, en mettant en joue la foule. On sent qu'il est vraiment prêt à tirer, certains essaient de se protéger les yeux. L'impunité policière est totale.

Le blessé est finalement emmené par les pompiers. Le rassemblement se poursuit malgré l'ambiance tendue. Les casqués ont l'air amusés.

Les flics se remettent à gazer un manifestant pour faire monter la tension.

Les « veilleurs », une fois leurs prières, chants scouts et autres discours réactionnaires finis commencent à se disperser. Un veilleur à l'allure de bourgeois, bien pensant, adresse un sourire et un « merci » complaisant aux policiers violents. La charité chrétienne dans toute sa splendeur. La trace de sang au sol est toujours visible à quelques mètres de lui.

3 personnes auraient été interpelées à la fin du rassemblement.

L'Ordre règne à Nantes.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: FSPX et autres intégristes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum