Troisième université d'été du NPA

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Vals le Jeu 7 Juil - 23:04

verié2 a écrit:
Loriot
la greffe d'organe est encore un marché relativement neuf où tout est à construire, pour la maffia comme pour les capitalistes. Si les affaires tardent à sortir on peut le comprendre : marché neuf, client peu loquace, preuve pas facile à trouver, etc. Mais t'inquiète pas, dans quelque temps, les affaires vont commencer à sortir avec l'accroissement de la part maffieuse dans ce marché, les contentieux qui iront avec, etc.
Je te trouve un brin fleur bleue pas comme dans l'affaire DSK ...

Ca fait des dizaines d'années qu'on évoque des vols et trafics d'organes ! Ca n'a rien d'un marché neuf... C'est d'ailleurs un thème récurrent de thriller plus ou moins gores depuis aussi des dizaines d'années.

Dans le système capitaliste, on peut imaginer les pires horreurs. L'appât du fric peut pousser à tout. Mais, ça n'a aucun intérêt d'affirmer que des faits existent alors qu'ils n'ont jamais été prouvés une seule fois au cours de dizaines d'années.
-Les cornées, qu'on peut conserver, ont pu donner lieu à des trafics. Notamment pendant la guerre de Yougoslavie où on les récupérait sur les cadavres.
-Les reins, c'est légal dans de nombreux pays. Suffit de passer une annonce sur INternet.
-Les coeurs et poumons, c'est très compliqué. Ca ne peut être que marginal.

Fleur bleue ? Non, Loriot, j'ai travaillé assez longuement sur le sujet,c 'est tout.

Le capitalisme est bien assez dégueulasse en lui-même, de par le nombre de morts et d'handicapés à vie , d'exploités et d'opprimés qui sont intrinsèquement liés à sa logique même, pour qu'on ait pas besoin d'aller chercher des horreurs plus "sensationnelles" chez des journalistes en mal de public.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Invité le Jeu 7 Juil - 23:07

verié2 a écrit:
Loriot
la greffe d'organe est encore un marché relativement neuf où tout est à construire, pour la maffia comme pour les capitalistes. Si les affaires tardent à sortir on peut le comprendre : marché neuf, client peu loquace, preuve pas facile à trouver, etc. Mais t'inquiète pas, dans quelque temps, les affaires vont commencer à sortir avec l'accroissement de la part maffieuse dans ce marché, les contentieux qui iront avec, etc.
Je te trouve un brin fleur bleue pas comme dans l'affaire DSK ...

Ca fait des dizaines d'années qu'on évoque des vols et trafics d'organes ! Ca n'a rien d'un marché neuf... C'est d'ailleurs un thème récurrent de thriller plus ou moins gores depuis aussi des dizaines d'années.

Dans le système capitaliste, on peut imaginer les pires horreurs. L'appât du fric peut pousser à tout. Mais, ça n'a aucun intérêt d'affirmer que des faits existent alors qu'ils n'ont jamais été prouvés une seule fois au cours de dizaines d'années.
-Les cornées, qu'on peut conserver, ont pu donner lieu à des trafics. Notamment pendant la guerre de Yougoslavie où on les récupérait sur les cadavres.
-Les reins, c'est légal dans de nombreux pays. Suffit de passer une annonce sur INternet.
-Les coeurs et poumons, c'est très compliqué. Ca ne peut être que marginal.

Fleur bleue ? Non, Loriot, j'ai travaillé assez longuement sur le sujet,c 'est tout.
Tu n'as probablement pas participé à la rédaction de cette étude pour l'Union Européenne :

Doc. 98223 juin 2003

Trafic d’organes en Europe Rapport


Commission des questions sociales, de la santé et de la famille

Rapporteuse : Mme Vermot-Mangold, Suisse, SOC

Résumé

Le succès des transplantations d’organes ne se dément pas, tandis que se creuse nettement l’écart entre l’offre et la demande. En raison de la pénurie chronique d’organes, 15 à 30 % des patients inscrits sur les listes d’attente décèdent avant d’avoir pu bénéficier d’une greffe. Les organisations criminelles internationales ont repéré ce « créneau » lucratif et font pression sur des personnes en situation de pauvreté extrême, particulièrement dans les pays d’Europe orientale, pour les inciter à vendre leurs organes.

Cette situation soulève plusieurs questions d’ordre éthique : convient-il que les pauvres pourvoient à la santé des riches ? La pauvreté peut-elle être soulagée au prix de la santé humaine ? La pauvreté peut-elle compromettre la dignité humaine et la santé ?

Le trafic d’organes – à l’instar de la traite des êtres humains et du trafic de drogue – est déterminé par la demande. Les pays d’Europe orientale ne peuvent assumer, à eux seuls, la responsabilité de la lutte contre ce type de criminalité. Les tendances récentes dans certains pays d’Europe occidentale en faveur de lois laxistes, autorisant plus facilement le don d’organes par des donneurs vivants non apparentés aux receveurs et donc d’abus, soulèvent de graves inquiétudes.

L’Assemblée fait appel au Conseil de l’Europe pour concevoir, en collaboration avec les organisations compétentes, une stratégie européenne de lutte contre le trafic d’organes, et pour envisager l’élaboration d’un protocole additionnel à la future Convention européenne sur la lutte contre la traite des êtres humains. Par ailleurs, elle recommande que tant les pays dits « donneurs » que ceux dits « receveurs » prennent un certain nombre de mesures concrètes afin de diminuer le risque de trafic d’organes en Europe.


I. Projet de recommandation

1. Les progrès rapides de la médecine et de la technologie ont converti les transplantations d'organes, et les greffes de reins en particulier, en interventions médicales de routine pratiquées par les hôpitaux du monde entier. La plupart des programmes de transplantation d'organes atteignent à 70% des taux de survie de cinq ans, ce qui engendre une rapide augmentation de la demande de dons d'organes.

2. La recherche médicale a démontré qu'une greffe de rein augmente les chances de survie des patients. L'obtention d'organes à partir de donneurs décédés, mais surtout de donneurs vivants, est très limitée et strictement réglementée en Europe. Rien qu'en Europe occidentale, 120 000 patients sont régulièrement en dialyse, et près de 40 000 patients attendent une greffe de rein. En raison de la pénurie chronique d'organes, de 15 à 30% des patients inscrits sur les listes d'attente décèdent avant de pouvoir être greffés. Le délai pour obtenir une greffe est d'environ 3 ans actuellement, et devrait atteindre près de 10 ans en 2010.

3. Les organisations criminelles internationales ont repéré ce "créneau" lucratif généré par le décalage entre l'offre et la demande d'organes, et accentuent la pression sur des personnes en situation de pauvreté extrême pour les inciter à vendre leurs organes.

4. A l'échelle de la planète, le trafic d'organes n'est pas un problème nouveau. Dans les années 1980, des experts ont commencé à remarquer une pratique baptisée par la suite "tourisme de transplantation": de riches Asiatiques se rendaient en Inde et dans d'autres régions du sud-est asiatique pour obtenir des organes de donneurs pauvres. Depuis, d'autres destinations ont vu le jour, telles que le Brésil et les Philippines. Selon certaines allégations, la Chine ferait commerce des organes prélevés sur les détenus exécutés. La vente d'organes se poursuit en Inde malgré les nouvelles lois du pays, qui rendent cette pratique illégale dans la plupart des régions.

5. Si les estimations actuelles suggèrent que le commerce illicite d'organes se maintient à un niveau relativement modeste en Europe, ce problème ne perd rien de sa gravité, car il est très probable qu'avec les nouveaux progrès de la médecine, le décalage entre l'offre et la demande d'organes continuera de se creuser.

6. La pauvreté a poussé des jeunes gens de certaines régions d'Europe orientale à vendre un de leurs reins pour 2 500 à 3 000 USD, alors que les receveurs verseraient de 100 000 à 200 000 USD pour la greffe. Il est très préoccupant de constater qu'après la transplantation illicite, l'état de santé du donneur se dégrade généralement à moyen terme faute de tout suivi médical, et à cause de leur travail physiquement éprouvant doublé d'un mode de vie malsain caractérisé par une malnutrition et une forte consommation d'alcool. La plupart des donneurs illicites risquent donc, à terme, de vivre sous dialyse ou d'attendre eux-mêmes une greffe de rein.

7. Cette situation soulève plusieurs questions d'ordre éthique: convient-il que les pauvres pourvoient à la santé des riches? La pauvreté peut-elle être soulagée en échange de la santé humaine? La pauvreté peut-elle compromettre la dignité humaine et la santé? Et, sur le plan de l'éthique médicale, l'aide aux receveurs peut-elle être apportée au détriment des donneurs, et en négligeant ces derniers?

8. C'est pourquoi l'Assemblée condamne la tendance de certains pays d'Europe occidentale à adopter des lois laxistes qui autorisent plus facilement le don d'organes par les donneurs vivants non apparentés aux receveurs.

9. Le trafic d'organes, à l'instar de la traite des êtres humains et du trafic de drogue, est déterminé par la demande. Les pays d'Europe orientale ne peuvent pas assumer seuls la responsabilité de la lutte contre ce type de criminalité. Parmi les mesures que tous les Etats membres devraient prendre pour limiter autant que possible l'incidence du trafic d'organes en Europe, on peut citer à titre d'exemples : la réduction de la demande, la promotion plus efficace du don d'organes, le maintien d'une législation stricte dans le domaine des donneurs vivants non apparentés avec les receveurs, les mesures visant à assurer la transparence des registres nationaux et des listes d'attente, la définition d'une responsabilité légale des professions médicales dans la recherche des irrégularités et le partage des informations.

10. Par conséquent, l'Assemblée rappelle la Recommandation n° R(97)16 du Comité des Ministres sur la transplantation du foie prélevé sur des donneurs vivants apparentés, et la Recommandation Rec(2001)5 sur la gestion des listes d'attente et des délais d'attente en matière de transplantation d'organes, et se félicite du projet de recommandation sur les registres de donneurs d'organes.

11. Le principe selon lequel le corps humain et ses divers éléments ne peuvent en tant que tels faire l'objet de bénéfices fait partie des «acquis» juridiques du Conseil de l'Europe. Ce principe, qui figurait déjà dans la Résolution (78) 29 du Comité des Ministres et qui a, en particulier, été confirmé par la déclaration finale de la 3e Conférence des ministres de la Santé (Paris, 1987), a été consacré par l'Article 21 de la Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine. Ce principe a été réaffirmé dans son Protocole additionnel relatif à la transplantation d'organes et de tissus d'origine humaine (ouvert à la signature en janvier 2002).

12. Alors que l'interdiction du trafic d'organes est légalement établie dans les Etats membres du Conseil de l'Europe, il existe encore dans la plupart des pays des lacunes juridiques en la matière. Rares sont les Codes pénaux nationaux dans lesquels la responsabilité pénale pour le commerce d'organes est clairement spécifiée. La responsabilité pénale doit concerner les fournisseurs, les intermédiaires, le personnel hospitalier/infirmier et les techniciens de laboratoire impliqués dans la procédure de transplantation illégale. Le personnel médical qui encourage et favorise le « tourisme de transplantation » doit aussi être tenu responsable. Le personnel médical qui participe au suivi des patients ayant acheté des organes doit être tenu responsable s'il ne prévient pas les autorités sanitaires.

13. Tout comme la plupart des activités criminelles, le trafic d'organes est difficile à démontrer. Les médias ne devraient pourtant pas être les seuls à mener les enquêtes. Les Etats membres ont la responsabilité commune de s'attaquer ouvertement à ce problème au plan national mais aussi, par le biais de la coopération multilatérale à l'échelle européenne, grâce à la collaboration des ministères de la santé, de l'intérieur et de la justice.

Traffic d'organe

Courrier international

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Toussaint le Ven 8 Juil - 5:21

Very Happy Very Happy Very Happy Génial, vérié, tu viens de me démontrer que quelqu'un que je connais n'existe pas... Typique de l'EG occidentale et son arrogance... Mais qu'est-ce que je fais à discuter de cela ici? Comme pour le salopard de Tchernobyl en somme...
Quant on voit les conditions de prélèvement d'un coeur ou d'un foie et les problèmes de compatibilité et de délai de conservation, on voit aisément que c'est une couillonnade.
Le rein, lui,s'achète,et il n'y a pas obligatoirement mort du donneur qui est payé dans les pays où c'est légal.
Une greffe du coeur, ça veut dire un appareillage haut de gammes, deux équipes de chirurgiens de bon niveau et un transport ultra rapide...

Le marché est florissant et les appareillages haut de gamme n'est plus du tout l'exclusivité des pays occidentaux. Le rapport cité par loriot est une discription a minima de la réalité.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  verié2 le Ven 8 Juil - 10:12


Doc UE cité par Loriot
La pauvreté a poussé des jeunes gens de certaines régions d'Europe orientale à vendre un de leurs reins pour 2 500 à 3 000 USD, alors que les receveurs verseraient de 100 000 à 200 000 USD pour la greffe.

Loriot, tu ne fais que confirmer ce que j'ai écrit :
- le commerce des reins, légal, dans de nombreux pays, est le seul qui fonctionne, avec celui des cornées ( très simples à prélever). Tu devrais tout de même lire ce qui est écrit attentivement au lieu de t'enfermer dans tes certitudes, que tu cherches à conforter par une recherche de cinq minutes sur google.
-Le rapport évoque des ventes d'organes, or le seul organe qu'on peut vendre est le rein, sinon on meurt ! Il n'évoque pas des vols d'organes.
-Le rapport évoque les prélèvements d'organes en Chine sur les condamnés à mort, dont j'avais parlé plus haut. En Chine, c'est légal.

En ce qui concerne les coeurs, les seuls magouilles consistent à essayer de passer avant les autres sur les listes d'attente. Des rumeurs ont couru à ce sujet en France, mais pas de preuves.

Or le sujet de MM Robin, c'est le vol d'organes. Des bruits ont couru en Amérique latine, selon lesquels des jeunes gens auraient été enlevés et retrouvés avec un rein en moins, des SDF auraient été assassinés à coup de battes par des appariteurs d'une clinique pour leur voler leurs organes - ce qui est complètement ridicule pour des raisons techniques évidentes pour toute personne connaissant un tout petit peu le sujet.

Ce sont ces rumeurs dont MM Robin a obtenu une petite compilation par ses collaborateurs, ensuite elle a tourné quelques images sur les lieux, rien de plus.

Cela-dit, si toi et Toussaint voulez vous enfermer dans vos certitudes, sans la moindre étude et réflexion sur le sujet, libre à vous. Mais ce n'est vraiment pas une attitude scientifique, qui consiste à commencer par examiner les faits.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  gérard menvussa le Ven 8 Juil - 12:07

Ca doit être l'influence de M Robin qui fait que le conseil de l'europe a émis une série de "recommandations" sur le trafic d'organe. Ce qui me semble bizarre, Vérié, c'est que tu nie totalement le fait qu'il y ait un "traffic" alors que de nombreux intervenants "sérieux" (j'en ai d'autres) alors que le bouquin a été attaqué par quelqu'un qu'elle mettait nommément en cause....

Recommandation 1611 (2003)1

Trafic d’organes en Europe

1. Les progrès rapides de la médecine et de la technologie ont converti les transplantations d’organes, et les greffes de reins en particulier, en interventions médicales de routine pratiquées par les hôpitaux du monde entier. La plupart des programmes de transplantation d’organes atteignent à 70 % des taux de survie de cinq ans, ce qui engendre une rapide augmentation de la demande de dons d’organes.

2. La recherche médicale a démontré qu’une greffe de rein augmente l’espérance de vie des patients. L’obtention d’organes à partir de donneurs décédés, mais surtout de donneurs vivants, est très limitée et strictement réglementée en Europe. Rien qu’en Europe occidentale, 120 000 patients sont régulièrement en dialyse et près de 40 000 patients attendent une greffe de rein. En raison de la pénurie chronique d’organes, de 15 à 30 % des patients inscrits sur les listes d’attente décèdent avant de pouvoir être greffés. Le délai pour obtenir une greffe est d’environ trois ans actuellement et devrait atteindre près de dix ans en 2010.

3. Les organisations criminelles internationales ont repéré ce «créneau» lucratif généré par le décalage entre l’offre et la demande d’organes, et accentuent la pression sur des personnes en situation d’extrême pauvreté pour les inciter à vendre leurs organes.

4. A l’échelle de la planète, le trafic d’organes n’est pas un problème nouveau. Dans les années 1980, des experts ont commencé à remarquer une pratique baptisée par la suite «tourisme de transplantation»: de riches Asiatiques se rendaient en Inde et dans d’autres régions du Sud-Est asiatique pour obtenir des organes de donneurs pauvres. Depuis, d’autres destinations ont vu le jour, telles que le Brésil et les Philippines. Selon certaines allégations, la Chine ferait commerce des organes prélevés sur les détenus exécutés. La vente d’organes se poursuit en Inde malgré les nouvelles lois du pays, qui rendent cette pratique illégale dans la plupart des régions.

5. Si les estimations actuelles montrent que le trafic d’organes se maintient à un niveau relativement modeste en Europe, ce problème ne perd rien de sa gravité, car il est très probable que, avec les nouveaux progrès de la médecine, le décalage entre l’offre et la demande d’organes continuera de se creuser.

6. La pauvreté a poussé des jeunes gens de certaines régions d’Europe orientale à vendre un de leurs reins pour 2 500 à 3 000 $US, alors que les receveurs verseraient de 100 000 à 200 000 $US pour la greffe. Il est très préoccupant de constater que, après la transplantation illicite, l’état de santé du donneur se dégrade généralement à moyen terme faute de tout suivi médical, et à cause de son travail physiquement éprouvant doublé d’un mode de vie malsain caractérisé par une malnutrition et une forte consommation d’alcool. La plupart des donneurs illicites risquent donc, à terme, de vivre sous dialyse ou d’attendre eux-mêmes une greffe de rein.

7. Cette situation soulève plusieurs questions d’ordre éthique: convient-il que les pauvres pourvoient à la santé des riches? La pauvreté peut-elle être soulagée en échange de la santé humaine? La pauvreté peut-elle compromettre la dignité humaine et la santé? Et, en matière d’éthique médicale, l’aide aux receveurs peut-elle être apportée au détriment des donneurs et en négligeant ces derniers?

8. C’est pourquoi l’Assemblée parlementaire condamne la tendance récente de certains pays d’Europe occidentale à adopter des lois laxistes qui autorisent plus facilement le don d’organes par des donneurs vivants non apparentés aux receveurs.

9. Le trafic d’organes – à l’instar de la traite des êtres humains et du trafic de drogue – est déterminé par la demande. Les pays d’Europe orientale ne peuvent pas assumer seuls la responsabilité de la lutte contre ce type de criminalité. Parmi les mesures que tous les Etats membres devraient prendre pour limiter autant que possible l’incidence du trafic d’organes en Europe, on peut citer à titre d’exemples: la réduction de la demande, la promotion plus efficace du don d’organes, le maintien d’une législation stricte dans le domaine des donneurs vivants non apparentés aux receveurs, les mesures visant à assurer la transparence des registres nationaux et des listes d’attente, la définition d’une responsabilité légale des professions médicales dans la recherche des irrégularités et le partage des informations.

10. Par conséquent, l’Assemblée rappelle la Recommandation no R (97) 16 du Comité des Ministres sur la transplantation du foie prélevé sur des donneurs vivants apparentés et la Recommandation Rec(2001)5 sur la gestion des listes d’attente et des délais d’attente en matière de transplantation d’organe, et se félicite de la Recommandation Rec(2003)12 relative aux registres de donneurs d’organes.

11. Le principe selon lequel le corps humain et ses divers éléments ne peuvent en tant que tels faire l’objet de bénéfices fait partie des «acquis» juridiques du Conseil de l’Europe. Ce principe, qui figurait déjà dans la Résolution (78) 29 du Comité des Ministres et qui a, en particulier, été confirmé par la déclaration finale de la 3e Conférence des ministres européens de la Santé, tenue à Paris, en 1987, a été consacré par l’article 21 de la Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine (STE no 164). Ce principe a été réaffirmé dans son Protocole additionnel relatif à la transplantation d’organes et de tissus d’origine humaine (STE no 186), ouvert à la signature en janvier 2002.

12. Alors que l’interdiction du trafic d’organes est légalement établie dans les Etats membres du Conseil de l’Europe, il existe encore dans la plupart des pays des lacunes juridiques en la matière. Rares sont les codes pénaux nationaux dans lesquels la responsabilité pénale pour le trafic d’organes est clairement spécifiée. La responsabilité pénale doit concerner les fournisseurs, les intermédiaires, le personnel hospitalier/infirmier et les techniciens de laboratoire impliqués dans la procédure de transplantation illégale. Le personnel médical qui encourage et qui favorise l’information en matière de «tourisme de transplantation» doit aussi être passible de poursuites. Le personnel médical qui participe au suivi des patients ayant acheté des organes doit être tenu pour responsable s’il ne prévient pas les autorités sanitaires de la situation.

13. Tout comme la plupart des activités criminelles, le trafic d’organes est difficile à démontrer. Les médias ne devraient pourtant pas être les seuls à mener les enquêtes. Les Etats membres ont la responsabilité commune de s’attaquer ouvertement à ce problème au plan national mais aussi, par le biais de la coopération multilatérale à l’échelle européenne, grâce à la collaboration des ministères de la Santé, de l’Intérieur et de la Justice.

14. Compte tenu de ce qui précède, l’Assemblée recommande que le Comité des Ministres:

i. invite tous les Etats membres:

a. à signer et à ratifier la Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine, ainsi que son Protocole additionnel relatif à la transplantation d’organes et de tissus d’origine humaine;

b. à signer et à ratifier la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, et son Protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, et le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, car le trafic d’organes est étroitement lié à la traite des personnes;

c. à reconnaître leur responsabilité commune en matière de lutte contre le trafic d’organes, en renforçant les mécanismes de coopération déjà en place au niveau du Conseil de l’Europe – par le Comité d’experts sur les aspects organisationnels de la coopération en matière de transplantation d’organes (SP-CTO) – et en augmentant le budget consacré aux activités d’assistance menées dans ce domaine, qui sont un moyen essentiel de favoriser la création de systèmes de transplantation efficaces;

d. à adopter et à mettre en œuvre les recommandations figurant dans la déclaration de l’Association médicale mondiale (AMM) sur le don et la transplantation d’organes et de tissus humains, adoptée par la 52e Assemblée générale de l’AMM à Edimbourg, en Ecosse, en octobre 2000;

ii. engage les Etats membres à intensifier leur coopération sous les auspices d’Interpol et d’Europol afin d’améliorer l’efficacité de la lutte contre le problème du trafic d’organes, et à augmenter les crédits correspondants accordés à ces deux agences, ce qui est tout aussi déterminant, car toutes deux disposent de moyens financiers et humains extrêmement faibles dans ce domaine;

iii. invite les pays dits «donneurs»:

a. àaméliorer la prévention primaire grâce à la sensibilisation et à l’éducation par les pairs, notamment dans les zones rurales, en partenariat avec les ONG, les médias et les institutions internationales pertinentes;

b. à mener des actions visant à améliorer les soins de santé primaires;

c. à prendre des mesures afin d’identifier les donneurs illicites et d’assurer leur suivi médical;

d. à consolider, avec l’assistance du Conseil de l’Europe, les structures existantes en matière de transplantation;

e. avec l’aide juridique des services compétents du Conseil de l’Europe, à modifier, s’il y a lieu, leurs codes pénaux, pour sanctionner de façon adéquate les responsables du trafic d’organes, y compris le personnel médical qui pratique des transplantations résultant d’un trafic illégal d’organes;

f. à limiter les dons d’organes ou de tissus faits par les prisonniers et autres détenus, à l’exception des dons destinés à des membres de leur famille proche, car les personnes détenues ne sont pas en mesure de donner librement leur consentement et peuvent être soumises à des coercitions;

g. à prendre des véritables mesures efficaces pour lutter contre le trafic en général;

h. à prévoir des dispositifs spéciaux aux frontières en vue d’identifier des victimes potentielles;

i. à mettre en œuvre des programmes nationaux de lutte contre la corruption;

j. à lancer des stratégies nationales de réduction de la pauvreté et à générer des conditions propices aux investissements;

iv. invite les pays dits «receveurs»:

a. à conserver des lois strictes en matière de transplantation à partir de donneurs vivants non apparentés;

b. à refuser le remboursement, par les régimes d’assurance médicale nationaux, des transplantations illégales pratiquées à l’étranger;

c. à refuser le financement, par les régimes d’assurance nationaux, du suivi médical des transplantations illégales, sauf si ce refus met en péril la vie ou la santé du patient qui n’est pas en mesure de prendre en charge personnellement les coûts relatifs à un traitement vital;

d. à améliorer la sensibilisation des donneurs en organisant des campagnes nationales et en soutenant activement l’organisation régulière de la Journée européenne du don et de la transplantation d’organes;

e. à prendre les mesures appropriées pour encourager les citoyens à indiquer dans des «testaments de vie» leur volonté de faire don de leurs organes après leur mort, pour accroître la disponibilité d’organes et de tissus humains prélevés sur les cadavres;

f. à garantir le contrôle strict et la transparence des registres d’organes et des listes d’attente, et à définir clairement les responsabilités dans la recherche des irrégularités;

g. à harmoniser les données et à renforcer les mécanismes de coopération dans l’attribution d’organes lors des procédures de don;

h. à prendre des mesures pour repérer les publicités des «fournisseurs» (dans les journaux, dans les agences, etc.);

i. à coopérer avec les pays des «donneurs» et à partager avec eux le savoir-faire en matière de lutte contre la traite des êtres humains et le trafic d’organes;

j. à assurer la circulation des informations relatives à des affaires similaires et à apporter le soutien nécessaire à Interpol et à Europol dans ce domaine;

v. charge les organes pertinents du Conseil de l’Europe:

a. de concevoir, en collaboration avec les organisations compétentes, une stratégie européenne de lutte contre le trafic d’organes et d’envisager, dans le cadre de l’élaboration de la future convention européenne sur la traite des êtres humains, d’inclure un protocole additionnel relatif au trafic des organes et des tissus d’origine humaine;

b. de fournir aux Etats membres une orientation et une assistance relative aux mesures organisationnelles nécessaires pour mettre en place des structures efficaces de transplantation permettant de réduire autant que possible l’incidence du trafic d’organes;

c. de fournir une assistance juridique dans la rédaction d’amendements spécifiques aux codes pénaux nationaux;

d. d’étendre, dans tous les domaines pertinents, leurs activités en cours pour y inclure le trafic d’organes;

vi. use de son influence, par le biais d’une coopération régionale plus spécifique en Europe du Sud-Est, pour élargir les activités du Groupe d’action du Pacte de stabilité sur la traite des êtres humains (table III) afin d’y inclure le problème du trafic d’organes;

vii. appelle tous les Etats membres à faire jouer la solidarité européenne en faveur des pays d’Europe orientale les plus durement frappés par le cercle vicieux de la pauvreté et de les assister, en collaboration avec les établissements financiers internationaux et la communauté internationale des donateurs, dans la conception de mesures susceptibles de réduire la pauvreté et de générer un environnement financier sûr, propice aux investissements.

1. Discussion par l’Assemblée le 25 juin 2003 (21e séance) (voir Doc. 9822, rapport de la commission des questions sociales, de la santé et de la famille, rapporteur: Mme Vermot-Mangold; et Doc. 9845, avis de la commission des questions juridiques et des droits de l’homme, rapporteur: M. Dees).

Texte adopté par l’Assemblée le 25 juin 2003
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  verié2 le Ven 8 Juil - 12:23


-
Gérard Ménussa
le conseil de l'europe a émis une série de "recommandations" sur le trafic d'organe.
Gérard Ménussa, je ne vois pas l'intérêt de reproduire une seconde fois le même texte mis en ligne par Loriot. Tu ne sembles pas avoir lu ce que j'ai écrit.
-Le trafic/commerce de reins est établi depuis longtemps et il est légal ou semi légal dans de nombreux pays. C'est le seul qui est formellement établi.
-Le texte cité ne décrit explicitement que le trafic de reins. Même s'il peut laisser imaginer qu'il y aurait d'autres trafics, il ne fournit aucun élément.
-Ce texte ne parle pas de vols d'organes mais de vente d'organes, de reins. Nulle part il n'est question de personnes enlevées et assassinées pour leur voler des organes, ou à qui on a volé un rein. une cornée, un globe oculaire à leur insu etc. Ce qui serait stupide, puisqu'on peut acheter des reins à des miséreux pour presque rien.
-Le pseudo docu de MM Robin parle de vol d'organes, c'est à dire de gens enlevés, assassinés pour leur enlever des organes, mais ne rapporte que des rumeurs.

Je ne comprends pas que tu ne vois pas la différence. Si MM Robin avait fait un docu de plus sur le commerce des reins, son film n'aurait bien évidemment pas eu le même écho, car il y en a de nombreux depuis longtemps. Donc, il lui a fallu bidonner pour faire plus spectaculaire.
__
Par ailleurs sur les rapports internationaux de ce genre, il y a beaucoup à dire. Je pourrai te raconter un jour comment l'UNESCO a fait rapport sur le même sujet...
__
PS Et si on créait un fil sur le sujet pour éviter de parasiter celui sur l'université d'été du NPA ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Invité le Ven 8 Juil - 19:23

Questions.
Cela se passe où cette université? (rue, horaires) Pourquoi "université" et pas "lieu de rencontre" ou "fête politique"?

Quel est le programme?

Y a t-il de l’hébergement? Une cantine? De la bouffe?

Quel est le but?

Est elle "profitable"?

Tout le monde participe ou ceux qui veulent bien y aller?

Y a t-il des récits des autres années? Des expériences vécues?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Roseau le Ven 8 Juil - 22:26

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Roseau le Ven 8 Juil - 22:53

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  nico37 le Sam 23 Juil - 15:20

TERMINER SON ÉTÉ, PRÉPARER LA RENTRÉE Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 112 (21/07/11)

Se déroulant durant quatre jours du 28 au 31 août à Port Leucate, la troisième université d'été de notre parti fera la part belle aux enjeux actuels de la période. Construction des mobilisations, orientation et stratégie, présence aux échéances électorales seront en particulier au menu.

Alors que le gouvernement et le patronat cognent toujours de plus en plus fort, celles et ceux qui osent leur résister prennent le risque d'être directement et personnellement menacés, de plus en plus souvent devant les tribunaux. Lors d'un atelier auquel participera Gérard Filoche, inspecteur du travail en procès il y a quelques semaines, la question de la criminalisation du mouvement social sera abordée, en présence notamment de postiers du 92 eux aussi menacés par la justice.

Quelques mois après la grande mobilisation de l'automne sur les retraites, l'université d'été reviendra aussi sur le bilan de cette lutte afin notamment de discuter de la place et du rôle des syndicats. Comment s'est posée il y a quelques mois la question d'une généralisation de la grève? Comment construire aujourd'hui un vaste mouvement d'ensemble?

Si le NPA a beaucoup discuté depuis sa fondation des différentes échéances électorales, le retour de la question stratégique se pose avec d'autant plus d'actualité, notamment à quelques mois d'un possible retour d'une certaine gauche au pouvoir. Sur plusieurs séances, dans le cadre du programme du NPA ou de celui proposé par la Société Louise Michel, membres de la direction du NPA et invitéEs (dont la figure altermondialiste Gus Massiah) débattront de l'analyse de la période historique, de ce que peut dire aujourd'hui la transformation révolutionnaire de la société, de comment changer ce monde.

Enfin, les échéances électorales de 2012 ne seront évidemment pas absentes de la rentrée du NPA à son université d'été. Pas seulement parce que depuis plusieurs jours, les militantEs sillonnent les routes de France à la recherche des fameuses 500 signatures, mais aussi et surtout parce que dans cette campagne, les anticapitalistes ont bien des choses à faire entendre sur le terrain social, démocratique, écologique et internationaliste.

C'est pourquoi deux mois après la conférence nationale qui a lancé le processus d'élaboration de notre programme pour cette élection, une nouvelle séance sera consacrée à la présentation et à la discussion de nos thèmes de campagne.

C'est aussi la raison pour laquelle le lundi 29 août au soir, le meeting de l'université d'été présidé par Olivier Besancenot se conclura évidemment par une intervention de notre candidat Philippe Poutou.

Et bien entendu, pour finir de vous convaincre, nous ne répéterons pas ici tout ce qui a déjà écrit lors des articles précédents. Ni la longue liste des invitéEs français et internationaux, ni la richesse et la variété des thèmes abordés: de la dynamique des révolutions du monde arabe au journalisme militant de Daniel Mermet, de la question énergétique aux séries télévisées américaines, de l'évolution des extrêmes-droites françaises aux sex toys...

Bref, on vous l'a dit et répété, peut-être l'avez vous vous-mêmes déjà vérifié les années précédentes, rien ne peut remplacer l'université d'été !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  nico37 le Sam 27 Aoû - 23:38

L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU NPA? C'EST DEMAIN....INSCRIVEZ VOUS ! jeudi 21 juillet 2011
Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 112 (21/07/11)

Se déroulant durant quatre jours du 28 au 31 août à Port Leucate, la troisième université d'été de notre parti fera la part belle aux enjeux actuels de la période. Construction des mobilisations, orientation et stratégie, présence aux échéances électorales seront en particulier au menu.

Alors que le gouvernement et le patronat cognent toujours de plus en plus fort, celles et ceux qui osent leur résister prennent le risque d'être directement et personnellement menacés, de plus en plus souvent devant les tribunaux. Lors d'un atelier auquel participera Gérard Filoche, inspecteur du travail en procès il y a quelques semaines, la question de la criminalisation du mouvement social sera abordée, en présence notamment de postiers du 92 eux aussi menacés par la justice.

Quelques mois après la grande mobilisation de l'automne sur les retraites, l'université d'été reviendra aussi sur le bilan de cette lutte afin notamment de discuter de la place et du rôle des syndicats. Comment s'est posée il y a quelques mois la question d'une généralisation de la grève? Comment construire aujourd'hui un vaste mouvement d'ensemble?

Si le NPA a beaucoup discuté depuis sa fondation des différentes échéances électorales, le retour de la question stratégique se pose avec d'autant plus d'actualité, notamment à quelques mois d'un possible retour d'une certaine gauche au pouvoir. Sur plusieurs séances, dans le cadre du programme du NPA ou de celui proposé par la Société Louise Michel, membres de la direction du NPA et invitéEs (dont la figure altermondialiste Gus Massiah) débattront de l'analyse de la période historique, de ce que peut dire aujourd'hui la transformation révolutionnaire de la société, de comment changer ce monde.

Enfin, les échéances électorales de 2012 ne seront évidemment pas absentes de la rentrée du NPA à son université d'été. Pas seulement parce que depuis plusieurs jours, les militantEs sillonnent les routes de France à la recherche des fameuses 500 signatures, mais aussi et surtout parce que dans cette campagne, les anticapitalistes ont bien des choses à faire entendre sur le terrain social, démocratique, écologique et internationaliste.

C'est pourquoi deux mois après la conférence nationale qui a lancé le processus d'élaboration de notre programme pour cette élection, une nouvelle séance sera consacrée à la présentation et à la discussion de nos thèmes de campagne.

C'est aussi la raison pour laquelle le lundi 29 août au soir, le meeting de l'université d'été présidé par Olivier Besancenot se conclura évidemment par une intervention de notre candidat Philippe Poutou.

Et bien entendu, pour finir de vous convaincre, nous ne répéterons pas ici tout ce qui a déjà écrit lors des articles précédents. Ni la longue liste des invitéEs français et internationaux, ni la richesse et la variété des thèmes abordés: de la dynamique des révolutions du monde arabe au journalisme militant de Daniel Mermet, de la question énergétique aux séries télévisées américaines, de l'évolution des extrêmes-droites françaises aux sex toys...

Bref, on vous l'a dit et répété, peut-être l'avez vous vous-mêmes déjà vérifié les années précédentes, rien ne peut remplacer l'université d'été !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

que du neuf sur cette liste

Message  GGrun le Dim 28 Aoû - 19:40

ya pwin person qui i lé la à port leucate ?

GGrun

Messages : 311
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  tristana le Jeu 1 Sep - 18:37

J'y suis pas allé, qui peut nous en faire un compte rendu subjectif ?
avatar
tristana

Messages : 263
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : Var

Voir le profil de l'utilisateur http://www.npa-var-est.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  fée clochette le Ven 2 Sep - 7:07

Moi j'y suis allée, mais pour faire un CR, j'ai pas trop de temps. Ce que je peux dire, c'est que la catastrophe annoncée en terme de participation, ne s'est pas produite. 850 inscrits et présents, soit à peine un peu moins que l'année dernière (900). les débats et topo d'un très bon niveau, comme d'habitude. Quant aux "tensions", ce que j'ai surtout ressenti c'est que ce sont les directions des courants qui sont crispées, tendues, parce qu'entre les militants, quelle que soit leur "sensibilité", je n'ai pas senti ni vécu de tensions. Beaucoup de convivialité, de chaleur, d'ambiance.
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Copas le Ven 2 Sep - 9:06

J'y suis allé.

Oui, il y avait bien plus de monde que je ne craignais. La différence est minime avec l'année dernière. Et c'est en soi une nouvelle politique sur l'état de l'organisation.

Pour ce qui est du meeting central :

- Nous avons une camarade très intéressante mais qui est incapable de faire des discours, soit elle apprend, soit il faut la remplacer , ça ne change rien sur la qualité de celle-ci.

- Philippe est en très nets progrès dans son discours. Il y a encore beaucoup de boulot mais si il continue de bosser ça devrait être bon. Le fait dans son intervention de ne pas laisser en arrière de thème est une bonne chose. Il doit être su que nous ne laissons personne derrière nous. Le parti n'oublie aucune catégorie d'exploités et d'opprimés. Mission en partie remplie.

- Olivier en introduction a vampirisé un peu une partie des thèmes suivants mais était bon sur le sentiment du moment. Comme d'hab.

Sur la fin de l'intervention de Philippe il cite les mouvements dans le monde qui se soulèvent et finit par les Israéliens dans sa liste pour illustrer une nouvelle situation ce qui a déclenché après tout de suite une réaction dure de quelques camarades .

Sur la période le sentiment majoritaire semble être d'un changement de période appelé de différentes façons : période de révolutions, ou période de grands affrontements de classe.

Bien que cela ne soit pas le centre forcement des débats qui ont divisé préalablement le parti une partie des camarades de la grosse minorité du moment semblent bien plus circonspecte sur la période.

Le virage dans les mots et les orientations qu'implique la prise en compte des 30 et quelques soulèvements populaires, énormes mouvements de masse, révolutions, etc, qui ont existé dans le monde depuis la précédente Université est saillant alors que le sentiment majoritaire était il y a quelque temps relativement défaitiste (comme celui de la direction de LO ).

Le fait que le parti se réveille sur la période (avec ses décompositions en phases) est une bonne chose même si il ne faut pas trop tordre le bâton dans l'autre sens (et penser que demain matin automatiquement les travailleurs se jetteront à la gorge du régime).
Là dessus il y a eu des parties très intéressantes de Pierre Rousset dans un débat (si quelqu'un a pu enregistrer...) qui tresse les rapports de force internationaux qui font la situation et les conséquences à en tirer pour la gauche révolutionnaire en Europe : l'histoire nous mord la nuque, il faut s'attendre à des vagues répressives que la gauche révolutionnaires a oublié, etc

Sur les AG de tendance, il y a une différence que j'avais vu et qui s'est confirmée là, qui n'est peut-être pas très politique, mais qui montre entre la grosse minorité de la conférence et la P2 une différence frappante de générations qu'on prend comme un coup de poing dans la tête , mais bon..

Les tensions affectivement n'étaient pas exceptionnelles à la base (à part des rumeurs exécrables sur des gens de LO qui contrôlent le NPA, les révolutionnaristes sectaires, etc).

Il y a eu un débat assez intéressant par des aspects de propos de Pierre Rousset (si quelqu'un a les enregistrements...) qui tresse les questions de la relation entre l'échec de l'UE à se constituer en puissance impérialiste dominante et les conséquences dans le cadre de la grande crise (j'en tire comme conclusion qu'on se précipite vers des situations de chaos dans l'UE avec des affrontements importants et des aspects très répressifs).

Notamment il ré-emploie le terme de l'histoire nous mord la nuque, ce à quoi je souscris. La nouvelle période change la donne.

Il y a quelque chose de caractéristique c'est que les débats sur l'état du PC et de la Social-démocratie n'ont pas attiré les foules, gauches ou droites réunies.
Et pourtant ces débats étaient caractéristique d'une période qui se clôt. (ce qui m'a amené à parler de "de théâtre des ombres du mouvement ouvrier" en parlant du PS et du PCF), même si sur l'évolution de ces forces politiques, l'une qui est sortie complètement du mouvement ouvrier et l'autre qui a été vaporisée comme organisation organisant des travailleurs, les choses ne sont jamais dites à l'infini. Mais le champ d’existence de ces deux partis a changé irrémédiablement et ne sera plus jamais le même. Un nouveau développement serait autre avec d'autres moteurs.

Sur le débat sur les révolutions arabes et notamment la question syrienne on voit toujours toutes les craintes d'une partie de l'extrème gauche (qui font la faiblesse des soutiens aux soulèvements en cours et la peste campiste).

Sur le débat sur le parti on est resté malheureusement coincé aux expériences historiques et valses des orgas de la gauche révolutionnaire, l'histoire de LO et ses deux tentations de faire un parti plus large (lendemain de 68, l'appel à un parti de toute l'extrème gauche et la période où LO avait eut plein de contacts et avait hésité sur un parti large), sur le cours "sectaire" de la LC dans l'après 68, puis d'unité sans rivage avec la tentative Juquin, puis les tentatives d'unir la gauche à gauche du PS sans succès jusqu'à la création du NPA , enfin la genèse et l'histoire du PSU.

Ce débat a été riche mais il manquait la suite, c a d maintenant... (en intégrant le changement de période et l'écroulement des partis de gauche comme partis organisant la classe ouvrière).

Sur la question des courants il semble bien qu'il y ait deux ailes marchantes P2 et P3, entre les deux on ne voit pas trop de dégagement d'une pensée cohérente.

Mais bon tout cela est impressioniste.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  alexi le Ven 2 Sep - 14:25

Copas :
Sur les AG de tendance, il y a une différence que j'avais vu et qui s'est confirmée là, qui n'est peut-être pas très politique, mais qui montre entre la grosse minorité de la conférence et la P2 une différence frappante de générations qu'on prend comme un coup de poing dans la tête , mais bon..
Et la plus jeune génération est à la P2 ou dans la minorité ?

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Copas le Ven 2 Sep - 17:11

alexi a écrit:
Copas :
Sur les AG de tendance, il y a une différence que j'avais vu et qui s'est confirmée là, qui n'est peut-être pas très politique, mais qui montre entre la grosse minorité de la conférence et la P2 une différence frappante de générations qu'on prend comme un coup de poing dans la tête , mais bon..
Et la plus jeune génération est à la P2 ou dans la minorité ?

La gauche semblait nettement plus jeune que la droite.

Maintenant je ne sais si cela est représentatif du parti.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  sylvestre le Ven 2 Sep - 18:21




avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Duzgun le Ven 2 Sep - 18:42

alexi a écrit:
Copas :
Sur les AG de tendance, il y a une différence que j'avais vu et qui s'est confirmée là, qui n'est peut-être pas très politique, mais qui montre entre la grosse minorité de la conférence et la P2 une différence frappante de générations qu'on prend comme un coup de poing dans la tête , mais bon..
Et la plus jeune génération est à la P2 ou dans la minorité ?
La jeune génération est très majoritairement dans la P2, oui. C'est ce qui explique les tensions passées entre secteur jeunes et direction du parti.

Au passage, pour bon nombre de camarades de la P1, l'ouverture d'une nouvelle période avec les révolutions du monde arabe les amène à se rapprocher beaucoup de la P2 sur le fond.

Sinon, j'ai trouvé que l'ambiance générale était bonne, et les discussions riches. Les journées (et soirées!) ont été bien remplies!
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  gérard menvussa le Ven 2 Sep - 21:49

ouiiiiiin ! (je pleure parce que je n'ai pas pu y aller cette année !)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Invité le Ven 2 Sep - 22:01

gérard menvussa a écrit:ouiiiiiin ! (je pleure parce que je n'ai pas pu y aller cette année !)
Une chance pour les participants ! Ils auraient du subir ce que certains subissent sur ce forum. Et puis, je ne pense pas qu'ils aient besoin de tes services pour s'embrouiller.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  gérard menvussa le Ven 2 Sep - 22:19


[Mode Roseau On]
Toujours les insultes personnelles pour masquer le vide argumentatif. Elles qualifient leurs auteurs. Malheureusement pour eux je ne me laisse jamais provoquer. Revenons plutôt au sérieux du débat politique : l'université d'été du npa, face au vide argumentatif néo schivardique

[Mode Roseau Off]
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Copas le Ven 2 Sep - 22:57

loriot2010 a écrit:
gérard menvussa a écrit:ouiiiiiin ! (je pleure parce que je n'ai pas pu y aller cette année !)
Une chance pour les participants ! Ils auraient du subir ce que certains subissent sur ce forum. Et puis, je ne pense pas qu'ils aient besoin de tes services pour s'embrouiller.

Menvu aurait été très bien dans cette UE, car elle était de bonne tenue et bien vivante.

Maintenant certains débats auraient certainement intéressé Loriot, comme d'autres de LO. Même un mec de AL qui était là a indiqué qu'il ne comprenait pas pourquoi une partie du NPA battait sans cesse sa coulpe alors que le résultat était très honorable pour 3 années d'existence.

Pas faux.

il faudrait rajouter à l'avenir, avant ou après le déroulement ordinaire de l'UE, deux jours pour des invités de LO, du POI, dissidents du PC, etc et autres espèces exotiques (et pas seulement des chefs) pour partager gite, couvert et débats avec les militants du NPA.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  gérard menvussa le Sam 10 Sep - 17:52

Il faudrait surtout essayer de faire un peu autrement que les université d'été de feue la lcr, avec quelque chose de plus "participatif" peut être (plus d'ateliers par exemple)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  sylvestre le Dim 11 Sep - 11:34



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troisième université d'été du NPA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum