Remarcher grâce aux cellules souches

Aller en bas

Remarcher grâce aux cellules souches

Message  gérard menvussa le Mer 8 Juin - 21:44

sur leblog des bactéries et de l'évolution
Peut-être connaissez-vous l’histoire de Christopher Reeve, l’un des interprètes de Superman, devenu tétraplégique à la suite d’un accident de cheval qui a occasionné une rupture de sa moelle épinière. A ce jour, il n’existe pas de traitement pour ce genre de lésion, et pour cause: les cellules touchées sont des neurones, dont la fonction consiste notamment à véhiculer les informations entre le cerveau et les membres, mais incapables de se multiplier (comme toutes les cellules différenciées) et qui ne sont pas remplacés après leur mort (au contraire des cellules de la peau, par exemple). Un espoir réside donc dans les cellules souches, qui ont la faculté de se diviser pour engendrer n’importe quel type cellulaire, et qui existent naturellement dans les embryons. On ne doit donc pas être surpris que Christopher Reeve se soit engagé pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines, et ce de diverses manières: lobbying, conférences, création d’une fondation et d’un centre de recherche… La série d’animation South Park en propose une vision caricaturale et outrancière (comme souvent): dans l’épisode « Krazy Kripples », on peut voir Christopher Reeve s’approvisionner en foetus humains (assez avancés) qu’il casse en deux pour en aspirer la moelle, ce qui lui permet de regagner progressivement ses capacités motrices, et même les pouvoirs de Superman!

Dans un registre plus sérieux et plus académique, une avancée significative vers la réparation des lésions de la moelle épinière a été annoncée la semaine dernière par une équipe japonaise, qui serait parvenue à rendre l’usage de leurs membres à des ouistitis paralysés, et ce au moyen d’une greffe de cellules souches. La portée de ces travaux est évidente, car du primate à l’homme il n’y a qu’un pas (au moins par rapport au tube à essai), mais je souhaiterais tout de même les nuancer légèrement. Tout d’abord, ce traitement n’est pas une panacée: les lésions faites sur les ouistitis étaient récentes (9 jours), probablement « incomplètes » (sans section totale de la moelle épinière), réalisées suivant un protocole précis (qui n’est pas sans rappeler un billet précédent, ouch!), et les petits singes ne récupéraient pas tout-à-fait leurs facultés motrices… il nous faudra toujours prendre soin de notre colonne vertébrale. Deuxième nuance, je parle d’une « avancée significative » et non d’une découverte majeure, car la preuve du concept avait déjà été réalisée (entre autres) par ces mêmes chercheurs chez le rat. La transposition aux primates est donc un progrès réel et nécessaire, mais non une révolution. Au passage, si vous voulez suivre les avancées de cette équipe, réjouissez-vous car Okano fait partie des (trop) rares chercheurs à tenir un blog (http://www.okano-lab.com/en/) sur les activités de son laboratoire!

Le détail de la technique mérite que l’on s’y attarde. Alors que chez le rat, les cellules utilisées étaient des cellules souches neurales dérivées d’embryons, celles utilisées pour ces travaux sont des cellules pluripotentes induites, ou iPS (induced pluripotent stem cells), c’est-à-dire des cellules différentiées « reprogrammées » grâce à une technique qui mérite bien le prix Nobel. Ces cellules provenaient d’une source tout sauf anodine, des cellules de peau humaine! Je suppose que c’est pour garder une petite longueur d’avance quand il faudra les utiliser sur l’homme. Ces travaux sont bien sûr très prometteurs d’un point de vue médical, car ils permettraient de remédier à des lésions invalidantes (c’est le moins qu’on puisse dire) et réputées irréversibles.

La dimension éthique de ces résultats est également très intéressante (et motive bien sûr la caricature citée plus haut), même si on ne peut la voir qu’en creux: la technique utilisée ne fait pas appel à des cellules souches embryonnaires humaines, dont l’utilisation est sensible au point de faire l’objet d’un moratoire dans plusieurs pays. Il est intéressant que noter que la même équipe avait déjà obtenu des résultats similaires chez le ouistiti, mais en utilisant justement des cellules souches embryonnaires humaines; ils ont donc mené les deux pistes pratiquement en parallèle, anticipant probablement sur l’évolution de la réglementation. Quoiqu’il en soit, certains seront sans doute contents d’apprendre qu’il existe des thérapies prometteuses en dehors de l’embryon.

Puisqu’on parle d’éthique, je pense que certains seront sensibles au sort des singes qui furent volontairement paralysés pour les besoins de cette étude. Pire, il est malheureusement certain que beaucoup d’entre eux n’ont pas bénéficié du traitement efficace, qui a probablement nécessité une longue mise au point. Les adversaires de l’expérimentation animale y verront donc un nouvel exemple de barbarie ordinaire (écraser la moelle épinière de ouistitis, je reconnais volontiers que c’est révoltant), mais ils pourront difficilement s’attaquer à l’utilité et au caractère scientifique de ces travaux, comme cela arrive parfois. Dans ce domaine de recherche, le modèle animal n’aurait pu être remplacé par des modèles informatiques ou des cultures cellulaires, et il constitue une étape nécessaire et significative pour la mise au point de traitements humains.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Remarcher grâce aux cellules souches

Message  Invité le Jeu 9 Juin - 21:19

gérard menvussa a écrit:

Puisqu’on parle d’éthique, je pense que certains seront sensibles au sort des singes qui furent volontairement paralysés pour les besoins de cette étude. Pire, il est malheureusement certain que beaucoup d’entre eux n’ont pas bénéficié du traitement efficace, qui a probablement nécessité une longue mise au point. Les adversaires de l’expérimentation animale y verront donc un nouvel exemple de barbarie ordinaire (écraser la moelle épinière de ouistitis, je reconnais volontiers que c’est révoltant), mais ils pourront difficilement s’attaquer à l’utilité et au caractère scientifique de ces travaux, comme cela arrive parfois. Dans ce domaine de recherche, le modèle animal n’aurait pu être remplacé par des modèles informatiques ou des cultures cellulaires, et il constitue une étape nécessaire et significative pour la mise au point de traitements humains.
Toujours la même morale d'épicier : "un peu" de mal pour beaucoup de bien et, pour critiquer, être crédibles, "à la hauteur" : faites des études ! Soyez savants ! L'élitisme à bras ouvert, et que vive les curetons de la Science ! La Science Sauveuse de l'Humanité !

Les centaines de millions de crève la dalle apprécieront encore de savoir que cette découverte ne remplira leur frigo-box, et que les milliers de ouistitis maltraités ils pourront pas encore les manger à Noël, même sidaïques !

Quelques millions d'animaux non humains exterminés chaque année (rats, souris, singes...) ou quelques millions d'animaux humains exterminés fut un temps (à savoir les Juifs), ça se vaut, bagatelles, c'est toujours pour la bonne cause, l'utilité (marchande), n'est-ce pas Messieurs les savants qui vous branlez généralement des conséquences de vos "découvertes" et de ce qu'elles légitiment (vos chaires universitaires, vos financements militaro-industriels, étatiques, vos affinités politiques) ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Remarcher grâce aux cellules souches

Message  Vals le Ven 10 Juin - 1:17

gnl intellect a écrit:[Toujours la même morale d'épicier : "un peu" de mal pour beaucoup de bien et, pour critiquer, être crédibles, "à la hauteur" : faites des études ! Soyez savants ! L'élitisme à bras ouvert, et que vive les curetons de la Science ! La Science Sauveuse de l'Humanité !

Les centaines de millions de crève la dalle apprécieront encore de savoir que cette découverte ne remplira leur frigo-box, et que les milliers de ouistitis maltraités ils pourront pas encore les manger à Noël, même sidaïques !

Quelques millions d'animaux non humains exterminés chaque année (rats, souris, singes...) ou quelques millions d'animaux humains exterminés fut un temps (à savoir les Juifs), ça se vaut, bagatelles, c'est toujours pour la bonne cause, l'utilité (marchande), n'est-ce pas Messieurs les savants qui vous branlez généralement des conséquences de vos "découvertes" et de ce qu'elles légitiment (vos chaires universitaires, vos financements militaro-industriels, étatiques, vos affinités politiques) ?

Là, on atteind des sommets sur un forum communiste révolutionnaire...!
Sur un plan pédagogique, c'est intéressant , et peut-être utile à discuter...non pas ce point de vue, évidemment d'un autre temps ou d'un autre monde (Brigitte Bardot), mais pour comprendre les origines de telles dérives réactionnaires dont je suis persuadé que l'auteur se croit sincèrement "révolutionnaire"...
Ce qui est en cause, ce n'est pas lui et ses délires, mais les abandons qui peuvent conduire à ça ...
Et il est probable que ces propos moyenageux ne choquent pas plus que ça dans une période où certains s'accrochent au moindre grognement pour s'extasier de ce qu'ils pensent être une critique "radicale' de ce modernisme pervers et sans morale...


avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Remarcher grâce aux cellules souches

Message  gérard menvussa le Ven 10 Juin - 10:13

Ce qui est assez intéressant, c'est qu'a partir d'un article (que personne n'a lu) les camps "technophiles" et "technophobes" se livrent chacun à leur petite guéguerre favorite. C'est tout a fait "pavlov dog" !