Auschwitz et après

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Auschwitz et après

Message  Invité le Sam 4 Juin - 12:58

« Auschwitz et la suite », par Jean-Marie Vincent.
PDF

Qui est vraiment mort à Auschwitz? (URBAIN BIZOT)
PDF

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  verié2 le Sam 4 Juin - 16:29

Le racisme nazi était donc une façon spécifique d’’exprimer le caractère non valorisable de certaines personnes - Urbain Bizot

Voici encore un auteur qui, comme Bordiga, essaie de donner une explication économique - économiste au génocide. Cette fois, c'est la loi de la valeur marxiste qui est invoquée, rien de moins ! Les individus exterminés n'auraient pas été selon lui "valorisables".

Si Bizot s'exprimait en termes moins alambiqués et prétentieux (sans doute pour masquer la vacuité de son propos), il pourrait écrire simplement que les nazis ont exterminé tous ceux qui étaient impropres à travailler en usine. Affirmation contredite par le fait que les nazis ont très bien su mettre au travail (bien pire que l'usine) les déportés juifs, slaves ou tziganes quand ils en ont eu besoin parce que la main d'oeuvre leur faisait défaut.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  sylvestre le Sam 4 Juin - 16:40

Effectivement, il est notable que le régime nazi a précisément mis en œuvre un programme d'élimination des "éléments non valorisables", mais cen'était pas le génocide des juifs, mais le programme d'élimination des handicapés.


Le génocide des juifs a été la conséquence d'un enchaînements de phénomènes qui ne peuvent en aucun cas se résumer à la recherche du profit maximum, mais qui oblige les marxistes à prendre en compte la réalité du régime nazi en guerre sous tous ses aspects, économiques, idéologiques, militaires.... En résumé je suis plutôt convaincu que l'augmentation des persécutions envers les juifs a correspondu aux besoins de l'appareil nazi de resserrer son appareil central sur des bases idéologiques spécifiques dans le contexte de grandes difficultés militaires. A ce titre je trouve que le texte Marxisme et holocauste d'Alex Callinicos constitue une excellente base de réflexion.


Dernière édition par sylvestre le Sam 4 Juin - 17:48, édité 1 fois
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  verié2 le Sam 4 Juin - 17:09

Oui, Sylvestre, je suis en gros d'accord avec toi. Il me semble aussi que l'idéologie a acquis une certaine autonomie et que la machine s'est emballée, échappant au contrôle de la classe dominante. Car, si on peut admettre que l'élimination des handicapés répondait à la volonté de se débarrasser des bouches inutiles, celle des Juifs, des Tziganes, des Slaves, des Homosexuels ne répondait à aucun impératif économique.

Le texte de JM Vincent est moins mauvais et (un peu) moins verbeux que celui de Bizot, mais je ne vois pas ce qu'il apporte par rapport aux analyses marxistes traditionnelles qu'il prétend critiquer. En dépit de certaines observations justes, ses conclusions sont très floues. Il laisse de côté l'aspect essentiel : seule la révolution prolétarienne aurait pu triompher du nazisme. Il n'y avait plus de solution démocratique intermédiaire. De plus, sans nier l'importance centrale de l'antisémitisme dans l'idéologie nazi, le rôle historique du nazisme a tout de même été de briser le mouvement ouvrier pour enrégimenter la population allemande et préparer la revanche de l'impérialisme allemand sur ses rivaux.
__
Je ne me souviens plus si j'ai lu le texte de Callinicos... Il me semble que tu l'avais déjà proposé en ligne, mais je vais le relire.


verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  verié2 le Sam 4 Juin - 19:20

Je viens de lire le texte de Callinicos - en fait, je l'avais déjà enregistré, mais oublié de le lire...

C'est un excellent texte en effet, mis à part quelques réflexions qui m'ont semblé un peu bizarres, mais que je n'ai peut-être pas bien comprises.

Toutefois, sans vouloir paraître prétentieux, n'ayant pas, de très loin ! la culture de Callinicos sur le sujet, la seule chose que m'a apprise ce texte, c'est l'aspect "multi-causal" du développement du génocide, avec la concurrence des différents services, les impératifs imprévus immédiats etc, même si le facteur idéologique fut, comme je le pensais, déterminant.

Sur l'analyse du fascisme, l'extraordinaire lucidité de Trotsky est bien mise en lumière, mais je ne vois pas trop ce que Callinicos peut lui reprocher, ni à Mandel d'ailleurs, dont l'analyse est résumée dans ce texte à quelques lignes. Trotsky pensait que la dictature nazi se transformerait en dictature bonapartiste traditionnelle. Cela n'a pas été le cas, mais peut-être tout simplement parce que le nazisme n'en a pas eu le temps, vu que sa durée d'existence a tout de même été très brève. Quant au rôle économique du fascisme, il me semble avoir déjà été largement étudié.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  Invité le Lun 20 Juin - 11:53

Je n'ai pas encore lu le texte de Callinicos mais je l'ai vu mentionné dans un texte pas mal : "LE MARXISME ET L’ HOLOCAUSTE" de MACINTOSH (Perspective Internationaliste)

Sinon un texte d'Annie Palanché sur Adorno...

...une réflexion personnelle sur l’homme, la société, sur la menace permanente du basculement dans la catastrophe. Pas de réconfort donc dans la lecture d’Adorno, pas d’idéologie optimiste, mais un questionnement sur le malheur du monde depuis Auschwitz.

Dans ce qui suit, je commence par une courte biographie de l’auteur, suivie d’une présentation sommaire de l’Ecole de Francfort dont il fut un membre éminent ; j’aborde ensuite une seule des problématiques étudiées par Adorno, à savoir : penser Auschwitz ; pour finir j’essaie de voir comment Adorno, malgré et avec Auschwitz se situe par rapport à l’idéal de progrès des Lumières...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auschwitz et après

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum