Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Page 3 sur 39 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Mar 15 Mai - 0:45

Notre Dame des Landes en lutte contre le projet d'aéroport : Attac salue la victoire des grévistes de la faim et de leur comité de soutien ! 12 mai

Mardi 8 mai, la grève de la faim entamée par plusieurs paysans et militants opposés au projet d’aéroport à Notre Dame des Landes près de Nantes a pris fin, après 27 jours d’une mobilisation hors normes qui ont vu l’installation d’un énorme campement au cœur de Nantes (tracteurs, remorques, moutons, barnums... le long de la première ligne de tramway).

La visite du secrétaire fédéral départemental du Parti Socialiste au campement des grévistes a enfin permis d’acter l'importance de leurs revendications. Les grévistes ont obtenu que ne soient pas expulsés les paysans, propriétaires et habitants qui ont refusé l'accord amiable avec Vinci (l’entreprise en charge des travaux). Et ce jusqu'au rendu des recours déposés avant le 4 mai 2012 auprès des juridictions françaises.

Ceci ouvre des perspectives positives aux militants engagés dans la lutte contre le projet d'aéroport. En effet :

· Cette décision donne un vrai répit (au moins deux ans) aux exploitants et habitants.
· Pour la première fois, l'existence de recours juridiques solides est reconnue.
· En cas d'expulsions de personnes non protégées par cet accord, il permet leur réinstallation sur la ZAD

Cette victoire est celle de tous les militants antiaéroport de Notre Dame des Landes et de la région qui depuis plusieurs années se battent pied-à-pied, avec détermination et courage, utilisant tous les recours non violents pour retarder, voire empêcher, ce projet d'aéroport.

Ce projet est un projet d’un autre temps, un projet complétement déconnecté de la réalité de la crise financière, écologique et climatique. Cette lutte n’a pas qu’une portée régionale : elle est en symbiose et solidarité totales avec d’autres luttes paysannes et citoyennes dans le monde, pour la sauvegarde des terres nourricières et pour d'autres choix de société.

Du 7 au 11 juillet se tiendra ainsi à Notre Dame Des Landes le 2° Forum Européen contre les Grands Projets Inutiles Imposés (qui montre le caractère international de cette lutte.

Attac France et tous ses militants locaux se réjouissent de cette victoire obtenue de haute lutte, et continuent à être aux côtés des militants de Notre Dame Des Landes pour les luttes à venir ; ce n’est qu’un début : le projet d’aéroport, comme bien d’autres grands projets inutiles imposés, doit être abandonné !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Lun 28 Mai - 0:19

Le procès-verbal truque la réalité 23 mai

« Je ne soutiendrai pas l'accusation », indique le procureur, dès l'entame du procès. Propos liminaires annonciateurs de ses réquisitions de relaxe. « Une procédure vide », dira-t-il aussi.

Plus tôt dans la journée, il visionnait une vidéo, fournie par la défense, qui contredisait, en tout point, la version policière dûment consignée sur procès-verbal. Les images devaient être diffusées à l'audience. Le tribunal s'en dispensait. « Un commissaire de police qui fait état de faits qui n'existent pas, dans une chronologie qui n'existe pas. Ce procès-verbal heurte la réalité des faits. Il n'y a pas eu de caillassage, ni jets de projectiles contre les policiers. Un procès-verbal tout simplement inqualifiable », déroule Me Vallée, l'avocat du jeune homme de 29 ans, faussement accusé de s'être rebellé contre les forces de l'ordre, le 2 septembre dernier, à l'occasion d'un rassemblement, square Mercoeur à Nantes, d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Ce sont des mensonges. En vrai, je me suis fait taper par des policiers quand j'essayais de mettre un copain en position de sécurité », dit le jeune homme.

L'ami, à qui il portait secours, témoigne : « Je suis arrivé sur le site. Il y avait des gens dans les arbres. Vers 19 h, 19 h 30, il y avait un repas de servi. Je faisais manger mon fils de 18 mois. Il y a eu une charge policière sans sommation. J'ai pris un coup de poing ou de matraque, dans la tête, puis dans les cuisses. J'ai perdu connaissance pendant plusieurs minutes. Le policier, qui m'a porté des coups, m'a mis du gaz lacrymo dans la bouche. J'étais toujours inconscient. On m'a dit que mon copain m'a porté assistance, qu'il a été tiré par les policiers alors qu'il était en train de me porter secours. On m'a dit que j'ai été ensuite traîné dans le parc par les forces de l'ordre. J'ai été écrasé, menotté, embarqué, placé en garde à vue. »

Cinq jours d'interruption totale de travail pour lui. Rien ne lui sera finalement reproché. Pas de poursuites à la sortie de sa garde à vue. Il a déposé plainte pour les violences policières et le vol de sa « montre ». « Tant que j'ai été conscient, je n'ai jamais vu un jet de projectiles », ajoute-t-il. Nombre de témoignages le confirment. « Je trouve ça dommageable dans un État de droit que la police puisse avoir de telles attitudes. Une invention pour se dédouaner de toutes violences » dit-il encore. Relaxe juge le tribunal.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Lun 4 Juin - 19:42

Chers amis, comme vous le savez peut-être, 28 jours de mobilisation exceptionnelle autour de nos grévistes de la faim ont permis d'arracher un répit par rapport aux expropriations des paysans concernés par le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes (près de Nantes Loire Atlantique en France) : il faudra désormais pour les porteurs du projet attendre le rendu des différents recours déposés auprès du Conseil d’État, de la Cour de Cassation et du Conseil Constitutionnel. Ce n'est qu'un répit, plus que jamais nous continuons la lutte sur le fond, l'abandon définitif de ce Grand Projet Inutile imposé.

Nous avons donc pris quelque retard dans la préparation de notre 2ème Forum.Européen contre les Grands Projets inutiles Imposés à Notre Dame des Landes du 7 au 11 juillet prochains.

Nous allons le rattraper ensemble. Ce dossier comprend

1) la toute première invitation, contextuelle, et sur nos intentions

2) la deuxième invitation, plus précise sur nos objectifs, nos axes thématiques, l'organisation des cinq jours. Elle est signée par le Comité de pilotage international du Forum (participation à compléter) : sa mise en place affirme tant notre volonté d'une préparation européenne de l’événement que la continuité par rapport au premier Forum de Venaus

3) un message aux organisations précisant les différentes manières de participer au Forum, et les modalités financières pratiques

4) un bulletin d'inscription

5) une fiche signalétique de votre organisation, pour nous aider dans notre connaissance mutuelle et mise en place de nos réseaux

Les divers éléments graphiques autour de Forum sont en cours de finalisation et vous serons envoyés dès que possible.
Merci de vos réactions rapides pour faire circuler l'info, vous inscrire, faire des propositions. Nous comptons sur vous

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Lun 11 Juin - 1:02

Manif mensuelle nantaise anti aéroport

Première manifestation nantaise MENSUELLE contre l’aéroport : Le collectif nantais contre l’aéroport appelait ce samedi 9 juin à manifester contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Le but : créer un espace régulier de mobilisation pour la population nantaise et des ses environs, pour maintenir la pression et rappeler que le projet n’est nullement stoppé, donc toujours à combattre. Nous étions près de 150 à défiler dans la bonne humeur en centre ville, aux cris de " Et hop ! Ayrault à Matignon, et hop ! Remballes tous tes avions ! " ou bien une version détournée de " t’as voulu voir Vesoul " avec " t’as voulu voir Matignon ! " , un must qui laissera un souvenir pour toutes les participant-e-s. Petite assemblée et goûter en fin de parcours, pour décider des suites incontournables à donner à l’initiative. La démocratie participative à la Ayrault, c’est du flan, la démocratie directe c’est mieux mais c’est pas de la tarte ! Prochain rendez-vous vendredi 13 juillet à 18H, Place Royale.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 17 Juin - 20:09

Communiqué. Notre-Dame-des-Landes : L'accord du 8 mai 2012 à l'épreuve de la réalité du terrain

Mr et Mme Claude et Christiane Herbin, Le Liminbout, Notre-Dame-des-Landes, reçoivent le 11 juin 2012 par huissier une sommation de délaisser les lieux immédiatement et sans délai. Le mercredi 13 juin 2012 le même huissier apporte l'assignation à comparaître le mardi 19 juin 2012 à 14h au Tribunal d'Instance de Saint Nazaire.

Nous tenons à exprimer notre étonnement et notre profonde indignation devant cette procédure expéditive.
Nous demandons aux signataires des collectivités locales d'intervenir auprès d'AGO pour qu'il retire sa plainte afin que l'accord politique soit respecté.

Signataires : ACIPA, ADECA, Confédération Paysanne, CéDPA

Contacts presse : Claude HERBIN : 06 71 37 72 32 & Julien DURAND : 02 40 57 25 62

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Lun 18 Juin - 23:18

Une "terreur nauséabonde" à Notre-Dame-des-Landes ?

Le 6 avril, Loire Atlantique Agricole publiait un article dans lequel un observateur se plaignait d’une drôle d’ambiance sur Notre-Dame-des-Landes et de la peur de semer des maïs, le journaliste titrant sur une « terreur nauséabonde ». Réponse de l'ADECA (Association des exploitants concernés par l'aéroport)...

Nous, agriculteurs de Notre Dame des Landes et des communes proches, trouvons qu’effectivement une drôle d’ambiance règne à Notre Dame des Landes. En effet, elle est faite de la crainte de voir le facteur, de recevoir des mémoires valant offre pour chacun de nos biens. Etre exploitant sur une ferme qui appartient à AGO-Vinci est effectivement une drôle d’ambiance.

Nous, qui pourrions peut être un jour devoir partir, apprécions par contre la vie à Notre Dame des landes : son herbe qui pousse, la récolte à venir, les semis en cours, le troupeau à gérer sont encore notre quotidien, et nous en sommes heureux..
Quelle visibilité, quel avenir pouvons nous offrir à nos jeunes ?

Sommes nous des jusqu’auboutismes ? Peut être… Plusieurs parmi nous ont refusé de signer un accord avec l’expropriant, mais nous ne nous sentons pas seuls, 1000 élus sont solidaires de nous. Est-ce peu ? Ce combat pour sauver les terres agricoles raisonne sur toute la France, 220 tracteurs et 10000 personnes se sont mobilisés à Nantes, le 24 mars, et encore 210 tracteurs le 3 Mai. Est-ce toujours peu ? Ce combat, nous allons le gagner, nous en sommes convaincus.

Notre société vit des heures difficiles, de crise économique, mais aussi d’absence de sens et d’avenir. L’argent roi détruit l’emploi, y compris l’emploi agricole. Quelle visibilité, quel avenir pouvons nous offrir à nos jeunes ?
Autrefois, les luttes sociales nous tiraient vers un monde plus juste. Quelles luttes sociales ont gagné depuis 5 ans ?

Face à cela, des jeunes se sont installés dans la ZAD pour lutter contre ce projet. Ils essaient de créer une autre façon de vivre ensemble avec leur expérimentation de la vie collective et avec un fort refus de la société de consommation. Le dialogue n’est pas simple entre deux mondes si différents. Il peut arriver, comme partout, des conflits de voisinage. Mais cette proximité est aussi l’occasion de s’enrichir mutuellement de nos différences, sachant que leur venue est liée à la lutte contre le projet et au gaspillage de ressources naturelles.

Pour nous, et nous ne sommes pas des anonymes, nous, nous signons cet article, la difficulté de vivre est liée à l’emprise d’A.G.O.-VINCI sur nos vies et non pas à une population désignée comme future coupable.

Il est possible que des anonymes qui se sont accaparés des terres avant même qu’elles leur soient attribuées par A.G.O .-VINCI aient quelques inquiétudes. Pour les agriculteurs qui ont beaucoup d’appétit, les perspectives d’agrandissement sur les ruines de l’agriculture de Notre Dame des Landes sont sans doute importantes. Nous sommes rassurées qu’elles génèrent quelques inquiétudes.

Enfin, comment un journaliste peut il parler de terreur nauséabonde ? C’est insultant pour la commune et nous tous. Nous tenons à rassurer le lecteur : en dehors des visites du juge, accompagné de CRS par camions entiers, la vie est sereine à Notre Dame et les semis de maîs se font en toute sérénité.

Mr Arnaud, auteur de l’article, continuez à faire des reportages mais ne parlez plus de Mr X : parlez de gens qui assument leurs opinions et vous gagnerez en dignité !

Le bureau de l’ADECA (Sylvain Fresneau, Marcel Thebault, Jacques Bretecher, Thierry Drouet, Bruno Civel, Didier Landais, Didier Lebastard)

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Mar 26 Juin - 1:21

Le chantier du futur aéroport de Notre Dame des Landes en L-A entre dans une nouvelle phase. Cinq enquêtes publiques débutent concernant l'environnement, notamment l'eau. Seulement le climat sur place est toujours très tendu. Les opposants ne désarment pas. Ils ont tenté de bloquer l'accès des commissaires-enquêteur à la mairie. L'un des opposants est ce soir en garde à vue.


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Mer 27 Juin - 2:05

Notre Dame des Landes : les Alternatifs exigent l'arrêt de toute poursuite contre Sylvain Fresneau, président de l'ADECA

Libéré hier soir à l’issue d’une longue garde à vue à la gendarmerie de Châteaubriant, Sylvain Fresneau, paysan à Notre Dame des Landes et président de l'Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport (ADECA,) est poursuivi pour «violences volontaires sur dépositaire de l’autorité publique avec arme» et son tracteur, considéré comme une arme, mis sous séquestre.

Les élus et militant-e-s des Alternatifs présents à la manifestation citoyenne qui a marqué l’installation des enquêtes d’utilité publique démentent formellement les allégations des responsables de la gendarmerie à l’encontre d’un des principaux animateurs de la résistance citoyenne à la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes.

Les Alternatifs exigent l’arrêt de toute poursuite contre Sylvain Fresneau et la restitution immédiate de ses outils agricoles. Les Alternatifs appellent également les autorités politiques issues des élections présidentielles et législatives à ne plus couvrir les provocations des responsables de la gendarmerie à l’encontre des syndicalistes paysans opposés à la destruction de leurs terres.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 1 Juil - 3:21

Notre Dame des Landes ou comment l'éléphant blanc se prend les pieds dans le tapis in Rouge et Vert

Tel le monstre du Lochness, le projet de Notre Dame des Landes (NDL) revient à la surface des grandes infrastructures telles qu'on savait les programmer sans hésitation dans les années Pompidou. Notre ancien président voulait adapter la ville à la voiture. Il s’agit là d’adapter le territoire à l’avion, considéré comme un des moteurs principaux de l’attractivité des territoires et de la croissance. Les récents développements du rouleau compresseur politico- administratif et de la résistance à ce projet, destructeur d’une terre nourricière de bocage et d’un aménagement équilibré du territoire, abordent une phase nouvelle avec l’arrivée au gouvernement du PS (allié à Europe Ecologie Les Verts).

Rappels historiques et techniques

Né dans les années 60 pour accueillir les supersoniques en partance pour les Amériques, le projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes a été mis en sommeil à la première augmentation du prix du pétrole, passé de 4 à 12 $ le baril au début des années 70, condamnant « notre » Concorde, 4 fois plus glouton que les appareils classiques.
Rebaptisé Aéroport du Grand Ouest (AGO), Notre Dame des Landes a été ressortie des cartons en 2000 par le gouvernement de Lionel Jospin, appuyé en cela par les appareils dirigeant socialistes locaux, le patronat local et la Droite de François Fillon, sans oublier le PCF44. La complicité entre ces forces a permis de conduire administrativement toutes les étapes du processus de mise en œuvre du projet NDL/AGO, depuis le débat public de 2003 jusqu’aux études de sols et acquisitions foncières nécessaires, en passant par les enquêtes publiques dont celle qui a abouti, en 2008, à la déclaration d’utilité publique et le contrat de concession avec la multinationale VINCI pour 55ans.

Quelques points fondamentaux méritent un détour :

Le débat public de 2003 n’a pas mis en avant de solution alternative. C’est pourtant exigé par les textes notamment les directives françaises et européennes : mais l’aménagement de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique a été évacué d’un revers de manche.
Aujourd’hui les formes administratives sont respectées, mais le débat démocratique est aux abonnés absents. Le principal promoteur politique du projet, l’actuel Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, est totalement absent lors du débat public. Il n’a jamais accepté de débat contradictoire, en dehors des échanges d’interventions policées et limitées en Conseil communautaire de Nantes Métropole. Les responsables PS au Conseil Général de Loire Atlantique et au Conseil Régional des Pays de la Loire refusent même de prendre en compte les analyses du rapport accablant établi par le bureau d’Etudes hollandais CE Delft et relatif à l’utilité publique du projet et à son financement par la puissance publique. La règle, localement bien appliquée par des socialistes vraiment très obéissants, est surtout ne rien dire.

Pourtant, dans l’analyse économique contenue dans le dossier de l’enquête publique de 2006, des anomalies grossières et des mensonges patents sont bien présents :
Surestimation d’un facteur 5 de la valeur de l’heure économisée pour les gains de temps de trajet d’accès des usagers dû au transfert de la plateforme actuelle vers NDL ;
Absence de prise en compte des coûts des liaisons ferrées dont les gains sont malgré tout affichés ;
Aucune intégration de dérive des coûts de construction ni d’analyse de risque pourtant nécessaire ;
Pas de prise en compte des surcouts liés au marché des permis d’émission CO2 ;
Prix du baril de pétrole prévu à 60 $ en 2025 alors qu’il oscille déjà autour de 100 $ ;
Influence des développements TGV négligée et surestimation de la part des compagnies Low Cost ;
Ainsi, au lieu de l’affichage par les promoteurs du projet d’un gain pour la société de 600 M€, le rapport CE Delft conclut à une perte sèche pour la collectivité de 100 à 600 M€ en fonction des dérives liées aux coûts de construction. A l’inverse, le rapport démontre qu’un aménagement de l’actuel aéroport de Nantes entrainerait un gain pour les collectivités de plus de 100 M€.
Au total, les prévisions de trafic – très optimistes - conduisent à un plan d’affaire, base du contrat de l’Etat avec VINCI pour d’éventuels remboursements des subventions accordées, très favorable à la multinationale délégataire.

Le projet de plateforme soumise au débat public de 2003 n’a pas grand-chose à voir avec le projet de VINCI :
La capacité prévue pour NDL à son ouverture est la même que celle de l’aéroport international actuel de Nantes-Atlantique, soit 4 à 4,5 Millions de passagers ;
Les deux pistes sont prévues sans taxiway, une originalité pour un grand aéroport ;
La plus importante des deux pistes prévue est de même longueur que celle de Nantes, soit 2900 m ;
La charge maximale admissible des pistes n’autorise pas des avions au-delà de 250 T ;
Ces dernières caractéristiques excluent donc l’accueil de gros appareils comme les Boeing 747 ou les Airbus A 380 à pleine charge.

Le troisième gros scandale tient au financement :

D’un coût estimé entre 500 et 600 M€, la participation de la collectivité était, au moment de la Déclaration d’Utilité Publique, de 16 % ; elle est désormais montée à 44 %, soit 241 M€ sur un total de 551,5 M€ ;
Ces avances dites « remboursables » se basent du « plan d’affaire » très optimiste ; la probabilité pour que l’activité de Notre Dame des Landes aille bien au-delà de ces prévisions est donc très faible. Ces aides ne seront donc jamais remboursées : ce sont de simples subventions ;
La participation de VINCI dans le financement, de 310,5 M€, se décompose en 3 tiers : un premier est emprunté sur le marché, un deuxième est abondé par les bénéfices d’exploitation de l’aéroport actuel de Nantes-Atlantique et le troisième est emprunté … aux actionnaires, mais avec un intérêt fixé dans le contrat à … 12 % ; c’est sans doute ce qu’ils appellent du Développement Durable !

Un fonctionnement anti-démocratique de A à Z

Que faire face à de telles aberrations ? La résistance organisée depuis une dizaine d’année ne semble pas émouvoir les pouvoirs, qu’ils soient de droite avec François Fillon ou de gauche avec Jean-Marc Ayrault (qui a eu, il faut le reconnaitre, une attitude constante depuis 10 ans au service du projet).
La récente grève de la faim qui appuyait l’exigence d’arrêt des expropriations avant l’aboutissement des recours juridiques et la forte mobilisation impulsée par la Confédération Paysanne ont fortement marqué l’opinion publique nantaise et, à la veille des échéances électorales, contraint les présidents de gauche des trois collectivités locales (Ayrault, Grosvallet pour le département et Auxiette pour la Région) a calmé le jeu des expulsions programmées. Mais cet accord qui a permis un déroulement apaisé de la campagne des législatives pour les candidats socialistes pro-aéroport très gênés par la présence systématique et très pédagogique des paysans et opposants réunis au sein de la Coordination des associations et partis politiques, reste très fragile. (A noter que la totalité des forces de la gauche de transformation sociale, à l’exception de la fédération 44 du PCF mais avec le PCF 85, participent à la coordination).

Les élections passées, les gants de la répression se font plus fermes : la violence policière pour appuyer le déroulement des enquêtes publiques relatives à la loi sur l’eau est bien là ; dernière en date, la journée du 21 juin à Notre Dame des Landes pour son ouverture.

Le dossier d’enquête publique fait 2000 pages et propose des compensations globales affectées de coefficients réducteurs pour ce véritable château d’eau de la région. La loi exige une surface de compensation écologique fonctionnelle double de celle des zones affectées mais VINCI essaie de réduire la toile pour éviter une impossibilité quasi certaine vu l’ampleur de la tâche. Encore, l’ouverture précipitée de l’enquête publique permet-elle d’éviter les dispositions récentes des textes qui obligent non seulement à compenser au double mais encore à préciser la situation géographique pour chaque compensation.

Tous ces aspects ont conduit les paysans et l’association de 1000 élus, le CéDPA, à demander un report de l’enquête. Pas de réponse de l’Etat. Le ventre mou, qui n’a pas changé après les élections, confirme qu’on ne discute pas. Il est aussi demandé une prolongation de l’enquête, prévue avec une clôture le 23 juillet, pour que les Conseils municipaux puissent se tenir pour avis dans les 15 jours qui suivent, c’est la loi. Chacun aura compris que tenir des Conseils fin juillet ou début Août est quasi-impossible faute de quorum. Mais ce n’est pas grave puisqu’absence d’avis d’un conseil vaut approbation. Les textes sont « bien faits »… mais la démocratie est bien malmenée !

Quels enjeux ?

Le barque du projet est de plus en plus chargée et suscite des doutes de façon étendue avec :
Les premiers mensonges des promoteurs du projet : saturation de l’aéroport actuel démenti largement par de simples comparaisons à des plateformes comme Genève ou Gatwick, danger du survol de Nantes totalement invalidé par les pilotes et la Délégation Générale à l’Aviation Civile (DGAC) elle-même ;
Un dossier économique (Annexe F) d’enquête publique de 2006 truffé d’approximations, d’erreurs manifestes et d’omissions qui ne semblent pas innocentes ;
Un contrat de l’Etat avec VINCI faisant la part belle aux revenus retournés aux actionnaires au détriment de la collectivité ;
Des votes proposés aux assemblées délibérantes fin 2010 masquant le côté très risqué des avances financières dites « remboursables » ;
Des enquêtes publiques concernant la loi sur l’eau semblant s’accommoder d’approximations sous couvert d’innovations ;
Des processus de déroulement très contestés et une absence totale de prise en considération des avis différents ; si la légitimité des actes administratifs est formellement reconnue, une autre légitimité, celle des 1000 élus du CéDPA doit l’être également, comme l’a affirmé Jean-Luc Mélenchon.
Avec une situation de crise économique et la recherche de réduction des dépenses publiques à l’ordre du jour, peut on encore consacrer plus de 250 Millions d’argent public à un projet sans utilité publique, destructeur d’espace agricole avec 39 exploitations impactées, déstabilisant l’équilibre du territoire entre le nord et le sud de la Loire, et qui ne génère aucun emploi nouveau hormis pour sa construction ?

Le gouvernement Ayrault pourra-t-il justifier durablement un tel équipement pharaonique, trois fois plus important qu’un aéroport comme Gatwick pour des trafics trois fois moindres, et qui mobilise de l’argent public équivalent à la construction d’une vingtaine de collèges ou une quarantaine de crèches ou bien encore quatre années du budget total de la Culture ou de l’Education de la ville de Nantes ou trois fois le total de ses dépenses d’équipement annuel ?

Politiquement, ses seuls soutiens sont institutionnels et, pour un projet présenté comme de Haute Qualité Environnementale, il se trouve qu’aucune association écolo ne le défend. Bien au contraire, les 40 associations ou organisations parties prenantes de la Coordination, les élus du CéDPA se battent pied à pied contre ce projet tout en restant dans des actions non violentes. Alors que la plupart des candidats à la présidentielle s’est déclarée opposée à cette infrastructure, contre vent et marée, ses promoteurs avancent, droit dans leurs bottes.

Les arguments d’autorité pourront-ils tenir longtemps contre ceux de la rationalité et face aux mobilisations citoyennes ? L’obstination des porteurs du projet commence par générer un doute croissant sur leurs motivations réelles : attractivité du territoire et concurrence avec les régions voisines confinant à des invocations quasiment religieuses, récupérations foncières de l’enceinte de l’aéroport actuel pourtant lié à l’avenir des usines Airbus voisines.

Le 2ème Forum des grands projets inutiles et imposés, qui se tiendra à Notre Dame des Landes du 7 au 11 juillet prochain, constituera une nouvelle et importante étape de la mobilisation. Sa réussite est un enjeu majeur qui doit tous nous mobiliser.

Une porte de sortie est toujours possible, notamment avec un déroulement honnête des enquêtes publiques et un nouveau débat public rendu nécessaire par les modifications profondes des données de bases. Mais le nouveau pouvoir de gauche le voudra-t-il ?

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 1 Juil - 11:17

Vendredi 6 juillet : de 17H à 19H Espace des Bruyères à Héric : présentation de l'analyse du dossier de l'enquête publique par le Cabinet Médiation et Environnement et le SIVU aéroportuaire ; réunion publique à partir de 20H

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  Eugene Duhring le Dim 1 Juil - 20:47

C'est marrant mais quand il s'agit de prendre l'avion, le TGV, l'autoroute pour aller d'un point A à un point B, il y a consensus pour apprécier d'être en moins de 2h par exemple de Lyon à Paris, 1h de vol de Marseille à Paris ou bien s'épargnant les petites routes les agglomérations de s'économiser du temps de route en relative sécurité. Mais tout ce la disparait lorsque l'aéroport, l'autoroute ou la ligne TGV passe dans son coin. Le progrès c'est toujours mieux quand cela ne touche pas à son petit confort !!

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  Roseau le Lun 2 Juil - 4:30

Eugene Duhring a écrit:C'est marrant mais quand il s'agit de prendre l'avion, le TGV, l'autoroute pour aller d'un point A à un point B, il y a consensus pour apprécier d'être en moins de 2h par exemple de Lyon à Paris, 1h de vol de Marseille à Paris ou bien s'épargnant les petites routes les agglomérations de s'économiser du temps de route en relative sécurité. Mais tout ce la disparait lorsque l'aéroport, l'autoroute ou la ligne TGV passe dans son coin. Le progrès c'est toujours mieux quand cela ne touche pas à son petit confort !!

La conscience écologique progresse mais en fait lentement.
Et surtout, comme pour la crise économique,
il faudra un désastre pour que la conscience
de la nécessité d'une révolution de civilisation devienne majoritaire.
Ce sera rapide question crise économique.
Par contre, concernant notre écosystème, les moments des grandes catastrophes s'approchent,
mais restent imprévisibles, du fait des connaissance encore très limitées,
notamment sur les processus d' emballements.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Sam 7 Juil - 1:28

Sylvain Fresneau mis en examen pour violence avec arme et son tracteur confisqué ! Rassemblement jeudi 5 juillet 19h30 à Nantes Place du Cirque

Le 21 juin, la Coordination des Opposants au projet d'aéroport appelait à un rassemblement à Notre-Dame-des-Landes à l'occasion du démarrage de cinq enquêtes publiques dont celle sur la loi sur l'eau. La zone impactée par le projet est à 98 % en zone humide et AGO/Vinci tente de s'arranger avec la législation.

Pendant ce rassemblement, une manoeuvre du tracteur conduit par Sylvain Fresneau, président de l'Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport (ADECA) et opposant historique au projet d'aéroport, a déclenché des jets nourris de gaz lacrymogènes et Sylvain Fresneau a été mis en garde à vue pendant plus de 10 heures, le tracteur et la remorque mis sous séquestre.

Mardi 3 juillet, Sylvain Fresneau a reçu une convocation pour son procès qui aura lieu le mardi 28 août 2012 à 14h au Tribunal de Saint-Nazaire.

L’objet de la mise en examen est « violence volontaire envers les forces de l’ordre avec arme, en l’occurrence un tracteur et sa remorque ». Il risque de la prison ferme ! Le tracteur, « pièce à conviction » reste confisqué jusqu’à la date du procès.

Sylvain Fresneau et l'avocat Maître Erwan Lemoigne, accompagnés d’une cinquantaine de personnes, ont déposé ce jour 4 juillet une requête en restitution d’objet placé sous main de justice. L’argumentaire porte sur les besoins du GAEC à faire les foins et la moisson avec ce tracteur. Cette confiscation est une sorte de condamnation avant la décision de justice.

Le juge statuera le mardi 17 juillet à 14h au TGI de Saint-Nazaire. A l’issue de cette audience, Sylvain Fresneau pourra repartir ou non avec le tracteur.

Un appel à rassemblement devant le TGI de Saint-Nazaire est d’ores et déjà lancé pour ces deux dates : 17 juillet et 28 août, en soutien à Sylvain Fresneau et ses associés.

Un rassemblement à oragnisé Nantes le 5 juillet à Nantes par la coordination des opposants au projet d'aéroport (cours des Cinquante Otages) pour appuyer le comité de suivi de l’accord du 8 mai 2012.

Ce rassemblement a pour objectif de dénoncer :

1 - l'atmosphère de répression qui s’abat sur les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes
2 - la pression d’AGO/Vinci sur la famille Herbin, convoquée le mercredi 11 juillet à 9h au tribunal de Saint-Nazaire pour le jugement en expulsion de son habitation
3 - l’attitude des forces de l'ordre lors de la manif du 21 juin à Notre-Dame-des-Landes : un blessé parmi les manifestants
4 - le scandale de la mise en examen de Sylvain Fresneau et la confiscation du tracteur du GAEC des Pommiers.

Dernière minute :

Annulation du rassemblement du 5 juillet à Nantes

Suite à l'ultimatum des collectivités locales participant au comité de suivi de l’accord du 8 mai 2012 : « La réunion sera différée s'il y a rassemblement devant le P.S. », les organisateurs du rassemblement estiment que la pression sur les collectivités a fonctionné et que l'importance des sujets à traiter - expulsion de la famille Herbin, retenue du tracteur du GAEC de Sylvain Fresneau et ses associés - justifie le maintien de la réunion.

Le rassemblement prévu ce soir place du Cirque à Nantes (cours des Cinquante Otages) est donc annulé.

Le point presse de 20h est cependant maintenu à proximité.

Ce rassemblement avait pour objectif de dénoncer :
1 - l'atmosphère de répression qui s’abat sur les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes
2 - la pression d’AGO/Vinci sur la famille Herbin, convoquée le mercredi 11 juillet à 9h au tribunal de Saint-Nazaire pour le jugement en expulsion de son habitation
3 - l’attitude des forces de l'ordre lors de la manif du 21 juin à Notre-Dame-des-Landes : un blessé parmi les manifestants
4 - le scandale de la mise en examen de Sylvain Fresneau et la confiscation du tracteur du GAEC des Pommiers.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Sam 7 Juil - 14:08

Appel de syndicalistes opposé-e-s au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes
2000 ha de terres agricoles seraient massacrés si le projet d’aéroport se concrétisait.

2000 hectares en moins dans le bassin laitier de Notre Dame des Landes ce sont 600 emplois qui disparaissent. Autour d’un exploitant agricole se greffent six emplois : ouvrières et ouvriers de fermes et de CUMA, de l'industrie laitière, d'entretien-vente de machine-outils, vétérinaires, etc... 100 exploitant-es disparaîtraient avec ce projet, soit 600 emplois pérennes.

Le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, c'est la disparition de 600 emplois !

Les terres agricoles sont l’outil de travail de plusieurs centaines de salarié-e-s agricoles (fermes, coopératives, usines de transformation et de conditionnement…). Ces terres nourricières, travaillées depuis des siècles, doivent poursuivre leur vocation : nourrir les populations alentour. Pourtant, d’année en année, cet outil se réduit. La Loire Atlantique est dans le peloton de tête de la stérilisation des terres agricoles : 16% des terres du département sont déjà bétonnées.

Création d'emplois : nous ne sommes pas dupes !

Le transfert de l'activité aéroportuaire du sud au nord du département, à notre époque de crise écologique (la capacité de NDL ne serait pas supérieure à celle de Bouguenais!) n'impliquera pas d'augmentation du personnel aéroportuaire, mais une diminution comme chaque « modernisation ». Les entreprises (Vinci) de construction s'engagent verbalement à « favoriser » la main d'œuvre locale mais nous savons bien que le chantier terminé, les ouvriers repartiraient...sur d'autres chantiers. Ceux qui prétendent que ce projet sera source de nombreux emplois nouveaux devraient prendre en compte le solde des emplois. Ne perdons pas ceux qui sont liés à de l'économie locale.

L'aéroport de Notre Dame des Landes : projet inutile imposé

Gourmand en argent public, néfaste pour l’environnement, l’économie et l’aménagement du territoire, ce projet est inutile. Le Grand Ouest est déjà sur-doté en équipements aéroportuaires. Nous ne pouvons pas accepter un tel gaspillage de l’argent public (pas perdu pour tout le monde !), tant de destructions économiques, écologiques et sociales pour servir les intérêts d'une entreprise privée de travaux dits publics.

Nous, syndicalistes de toutes obédiences, exigeons l'abandon pur et simple de ce projet !

Les signatures sont à transmettre à :

Confédération Paysanne - 31 Bd Einstein CS12316 - 4323 Nantes cedex 3 - cp44@free.fr
Union syndicale solidaires - 9 rue Jeanne d’Arc 44000 Nantes - solidaires44@orange.fr

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 8 Juil - 17:21

Près de 3.000 participants au "Forum des grands projets inutiles imposés" près de Nantes

Près de 3000 personnes, selon les organisateurs, ont participé dimanche au "Forum européen des grands projets inutiles imposés", organisé par ses opposants sur le site du futur aéroport Grand Ouest, au nord de Nantes.

Venus de toute la France, les participants ont réalisé dans la matinée une fresque géante, reconstituant la phrase "Save the planet, GPII (grands projets inutiles imposés, ndlr) Stop!" dans un champ de Notre-Dame-des-Landes, sur le site du futur aéroport Grand Ouest, qui suscite de fortes oppositions locales.

Des stands de groupes s'opposant dans toute l'Europe à des projets similaires présentaient leur lutte, parmi lesquels les Allemands de "Stuttgart 21 ist überall" (opposants à l'agrandissement d'une gare ferroviaire), les Espagnols de "Eurovegas no" (contre un complexe touristique et hôtelier), les Italiens de "No Tav" (contre la ligne à grande vitesse Lyon-Turin) ou les Finlandaises de "Women against Nuclear Power" (opposées à un projet d'EPR).

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Sam 14 Juil - 22:20

Communiqué unitaire. Notre Dame des Landes : la lutte continue.

Samedi 7 et Dimanche 8 juillet a démarré le 2ème Forum contre les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII). La FASE, le PG, les Alternatifs et la GA se réjouissent de ce temps fort qui a permis de rencontrer de nombreux acteurs internationaux des résistances écologiques et sociales. Du Mexique, d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, de Finlande, du Royaume-Uni et de France, ils étaient nombreux pour prouver en cette période d’austérité et de crise que la convergence des luttes sociales et écologiques existe et qu’elle est la solution pour organiser résistance et actions contre le système capitaliste et productiviste.

A Notre Dame des Landes, le combat continue. Après la longue lutte des grévistes de la faim, c’est maintenant une bataille juridique de plusieurs années qui s’engage. Car ici, personne n’est dupe de l’accord avec le nouveau gouvernement. Il faudra poursuivre les résistances engagées. Nous nous étonnons d’ailleurs qu’il n’y ait pas eu cette année la présence de dirigeants politiques d’Europe Ecologie les Verts. Les contradictions se feraient-elles trop fortes ? Rappelons que l’année dernière, Cécile Duflot, actuelle ministre du gouvernement Ayrault, s’était engagée publiquement à la tribune de Notre Dame des Landes à ce que « EELV ne participe jamais à un gouvernement qui soutienne le projet d’aéroport ». Les militants locaux ont su apprécier.
Les organisations se sont donné rendez-vous fin août pour débattre et dresser des perspectives communes lors des Estivales du Front de Gauche et de l’Université d’Eté des Alternatifs.

Elles souhaitent notamment que le Front de Gauche Antiproductiviste et Objecteur de croissance, issu de l'appel lancé par Paul Aries et Jacques Testart en soutien à la candidature de Jean Luc Mélenchon, puissent continuer à jouer un rôle dans la constitution d'un pôle d'écologie radicale à gauche.

La Fédération pour une Alternative Sociale et écologique (FASE), le Parti de Gauche (PG), les Alternatifs et la Gauche Anticapitaliste (GA), la Fédération PCF du Morbihan présent à Notre Dame des Landes.
Le 10 juillet 2012.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 15 Juil - 16:28

Rassemblement de soutien à Saint Nazaire 17 juillet, 13:30 – 16:00 Tribunal de Saint Nazaire (plan)

Rassemblement de soutien à l'occasion du jugement de la requête déposée pour la libération du tracteur du GAEC des Pommiers de Notre Dame des Landes.
Co-voiturage à 12H30 Place de la Poste à Notre Dame des Landes

Rassemblement de soutien à Nantes 18 juillet, 09:30 – 11:00 Tribunal de Grande Instance à Nantes
Rassemblement de soutien pour la suite des audiences de jugement concernant l'expropriation des propiétaires

Rassemblement de soutien à Nantes 19 juillet, 12:00 – 13:00 Square Daviais à Nantes
Pique nique organisé par les occupants des Cent chênes et du Sabot, à l'occasion de leur passage en procès pour leur expulsion. Rassemblement de soutien.

Manifestation à Saint Nazaire 28 août, 14:00 – 17:00 Tribunal de Saint Nazaire (plan)
Manifestation de soutien à l'occasion du jugement de Sylvain Fresneau suite à son interpellation du 21 juin dernier ; d'autres infos à venir

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Jeu 9 Aoû - 1:04

"Obligés de "contourner" à peu près tout ce qui est inscrit dans la loi, les porteurs de projet continuent d'introduire plus de complexité dans les dossiers, de truquer les données de base pour que le projet passe quoiqu'il arrive" -

Contribution des Alternatifs aux Enquêtes publiques Loi sur l'eau - Aéroport du Grand Ouest et sa desserte


Madame la présidente,

Par la présente, nous tenons à vous faire part des observations des Alternatifs sur les enquêtes publiques relatives à la Loi sur l’Eau concernant les dossiers sur l’aéroport de Notre Dame des Landes. Les Alternatifs sont un mouvement politique national qui veut porter haut les exigences de l’écologie politique et ils sont partie prenante depuis le début de la Coordination des associations et mouvements opposés à ce projet ; ils ont déposé une contribution lors de l’enquête publique de 2007.

Notre contribution porte sur des observations et propositions ; elle aborde les aspects suivants :

L’opportunité du temps de déroulement de l’enquête publique et son contexte

• Période choisie
• Contexte politique
• Contexte démocratique
• Les acteurs institutionnels

La méthodologie utilisée par le pétitionnaire

• Méthode dérogatoire
• Méthode réductrice
• Méthodes imprécises et lacunes
• Contradictions et pièges

Conclusions et demandes


L’opportunité du temps de déroulement de l’enquête publique et son contexte

Deux enquêtes relatives à la Loi sur l’Eau, pour le barreau routier et pour la zone aéroportuaire ne correspondent pas à la réalité d’un seul projet d’aéroport ; une seule enquête eut été préférable. Les Commissions Locales de l’Eau Estuaire et Vilaine n’ont d’ailleurs donné qu’un seul avis.

Période choisie

La période choisie pour ces enquêtes se situe pendant les vacances ; le prolongement de la durée reste une concession bien modeste aux demandes de débat démocratique pour un dossier si volumineux. De plus, le conseil municipal de chaque commune où a été déposé un dossier d'enquête est appelé à donner son avis, au plus tard, dans les quinze jours suivant la clôture du registre d'enquête. Cette procédure ne pourra donc pas être appliquée, en plein mois d’août. C’est une restriction objective à l’exercice démocratique, même si c’est légal. L’organisation même de l’enquête semble calquée sur les intérêts d’AGO et des promoteurs politiques du projet : arrêté d’ouverture d’enquête avant le 1er juin, permettant d’éviter l’application du décret du 29 décembre 2011 davantage contraignant pour le pétitionnaire.

Contexte politique

Normalement soucieux du bon déroulement des débats, aucun des promoteurs du projet n’a formulé de demande pour différer, ne serait-ce que d’un mois ou deux les enquêtes. Où était donc leurs intérêts ? Les responsables des partis politiques UMP et PS, unis pour promouvoir et réaliser ce nouvel aéroport, semblent davantage soucieux de la célérité du processus et de son aboutissement que des conditions de discussion, dans l’esprit des textes issus du Grenelle de l’Environnement ou de la Loi sur l’Eau.

Le déroulement des évènements passés montre qu’aucune inflexion dans les positions ne s’exprime face aux nouveaux éléments qui invalident l’utilité économique de ce projet. L’étude Coûts - Bénéfices du Cabinet CE Delft n’a pas été contestée jusqu’à présent, ni par les promoteurs du projet ni par un autre cabinet indépendant. Il est donc à craindre qu’une éventuelle étude indépendante sur la présente méthode utilisée pour les mesures compensatoires aboutisse à la même ignorance ou au même mépris de la part des collectivités et d’abord de l’Etat et de son gouvernement.

Il est également à craindre que l’avis de la commission d’enquête publique, quel qu’il soit et quelques soient ses réserves éventuelles, ne soit rangé dans le panier des avis consultatifs puisque, en dernier lieu, c’est le premier ministre qui dispose. Or sa position favorable au projet est largement connue. Et son aversion au débat de fond sur le sujet également.

Contexte démocratique

Nous constatons les mêmes attitudes à connotations hégémoniques de la part des responsables politiques présents dans les instances institutionnelles telles que les Commissions Locales de l’Eau caractérisées plus loin. Parallèlement au déroulement administratif du dossier, le fait même que des mares aient été creusées avant même que les commissaires enquêteurs aient rendu leurs avis montre le peu de cas que fait le concessionnaire AGO des conclusions à venir le la part de la commission d’enquête. Où est la logique des décisions ?

Les acteurs institutionnels

Les porteurs du projet font un travail de lobbying via les collectivités territoriales qu’ils dirigent tels le Conseil Régional des Pays de la Loire, Nantes-métropole ou le Conseil Général de Loire-Atlantique, ce dernier ayant même diffusé massivement un encart dans son journal de juin 2012, truffé de contre vérités. Et cette communication scandaleuse est payée par les femmes et les hommes de Loire-Atlantique.

La Chambre de Commerce et d’Industrie, partie prenante du groupement du concessionnaire, organise aussi les soutiens au projet en invitant les chefs d’entreprises membres de la CCI, à intervenir auprès de la commission d’enquête, via un projet de lettre type. L’intérêt particulier de la CCI semble ici se confondre avec l’intérêt général au nom duquel elle est censée agir.

Les membres des Commissions Locales de l’Eau ont été invités par les dirigeants du PS 44 à émettre un avis favorable avant même la tenue des débats au sein des commissions. Au sein de ces organismes, les services de l’État et les élu-e-s favorables au projet, dont les présidents ont suivi les mêmes consignes : un avis favorable doit être donné. Ainsi, la Commission Locale de l’Eau Estuaire, dans sa séance du 10 juillet 2012, a formulé un avis favorable, certes avec des réserves, alors que celles-ci semblaient majeures notamment sur la méthode dite « innovante » du pétitionnaire et les mesures compensatoires qui n’en sont pas. Même type d’avis favorable avec réserves a été émis par la Commissions Locales de l’Eau Vilaine. Paradoxalement, la communauté de commune d'Erdre et Gesvres, fortement impliquée et au coeur du projet, n’a pas été consultée.

La méthodologie utilisée par le pétitionnaire

Cette méthode, affichée comme innovante par le pétitionnaire qui fixe lui-même ses règles du jeu, est dérogatoire à la Loi sur l’Eau, réductrice dans la prise en compte des différentes réalités constitutives des zones humides, imprécise voire lacunaire et non validée scientifiquement.

Méthode dérogatoire

La compensation réglementaire à 200 % des superficies humides touchées est remplacée par des travaux de génie écologique et des mesures en faveur des espèces animales. Le concessionnaire affiche ainsi une soit disante « plus-value écologique ».

L’obligation de compensation des habitats et surfaces de zones humides se transforme en « mesures » qui ne sont que des modifications marginales des pratiques agricoles de type Mesures Agro Environnementales.

La compensation pour chaque milieu en tant que tel n’est pas assurée et le découpage des mesures compensatoires remet en cause les termes mêmes de la Loi sur l’eau. Exemple : un besoin compensatoire de 1000 ha de zones humides pourrait simplement consister en 500 ha en convertissant une culture, par exemple de céréales, en prairie de fauche alors même qu’aucune étude scientifique ne montre la relation avec les habitats impactés.

La notion de « plus-value fonctionnelle » auto affirmée par le concessionnaire et les « résultats positifs » affichés ne sont pas scientifiquement ou juridiquement fondés. Les coefficients associés sont, pour le moins, arbitraires. Rappelons que la législation demande une compensation habitat par habitat et espèces par espèces.

L’article 2 du règlement du SAGE Estuaire de la Loire, invoqué pour justifier le recours à la méthode dite « innovante », est un emprunt trompeur puisque cet article a été élaboré en prévision des projets portuaires pour lesquels la présence de l’eau est forcément constitutive. La règle commune est bien le principe du doublement des surfaces. De cette interprétation découle une situation pour le moins paradoxale. Les autres projets d’aménagement en cours sur ce territoire sont, eux, soumis à la règle de doublement des surfaces.

Le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, dans une note du 19 juin 2012, précise bien qu’il s’agit de « s’attacher à éviter les impacts sur l’environnement, y compris au niveau des choix fondamentaux liés au projet … ». Eviter, réduire et compenser est bien la démarche qui aurait dû guider le projet, la destruction devant rester une exception. Or l’alternative à ce nouvel aéroport existe : c’est l’optimisation de l’actuel.

Méthode réductrice

La notion d’« unités de compensation » repose sur un principe d’équivalence fonctionnelle entre des enjeux de nature différente. Exemple : une surface d’habitat très favorable aux reptiles et aux oiseaux pourrait être remplacée par la conversion d’une culture de blé en une prairie extensive, avec des haies. Les fonctions compensées ne sont pas les mêmes : on ne remplace pas un bureau de Poste dans une agglomération par la création d’une route ou un besoin en pommes de terre par des plantations de salades !

Les mesures compensatoires doivent se réaliser sur des zones humides elles-mêmes et être concrètes, précises, fixées dans le temps et financées. Ce n’est pas le cas.

Bonnet d’âne de la méthode, les dites mesures compensatoires promises par le pétitionnaire ne pourraient être effectives qu’au bout d’un délai de 10 ans. L’exigence minimale doit être la réalisation opérationnelle des compensations avant les travaux de destruction comme le demande le SDAGE.

A l’évidence, une fois les dégâts écologiques réalisés sur la zone et la plateforme actuelle de Nantes-Atlantique supprimée, quelle instance publique, l’Etat et les Collectivités Territoriales serait à même d’imposer des réajustements : la menace de fermeture de la nouvelle infrastructure serait sans doute suffisante pour que, face à la multinationale VINCI, les collectivités fassent le dos rond… et paient.

Méthodes imprécises et lacunes

Là encore de multiples interrogations : les unités de compensation sont peu explicites et non justifiées, le choix des coefficients de compensation reste arbitraire et la définition précise des mesures compensatoires reste à venir.

Encore une fois, la méthode de compensation dite de la « plus-value écologique », la notion dite de « plus-value fonctionnelle » ne repose sur aucune base scientifique. Comment vérifier sa validité ?

D’autre part, comment comparer, du point de vue des phénomènes météorologiques, la zone d'étude du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, plateau très exposé aux phénomènes météorologiques parfois extrêmes, avec la situation actuelle à Nantes-Atlantique ? Utiliser la station de Bouguenais comme une station de référence pour Notre Dame des Landes fait fi des fortes différences climatiques entre le Nord et le Sud de la Loire.

L’utilisation de moyennes entre les données de Nantes-Atlantique, Saint-Nazaire Montoir et Rennes-Saint-Jacques ne correspond à rien compte tenu des différences de topographie et d’influences climatiques d’avec celles de la zone d'étude.

La seule prise en compte d’évènements climatiques de référence récents, en 2002 ou 2003, n’est pas suffisante en matière de pluviométrie ou de vents, car des phénomènes violents ont existé, en 1990 ou même en 2011, avec une occurrence occasionnelle mais des impacts élevés ; l’intégration des phénomènes climatiques doit s’opérer sur un temps long.

La prise en compte de ces phénomènes est importante : ils impacteraient la sécurité mais aussi l’exploitation de la plateforme. En plus, bien entendu, des conditions de vols, ils interviendraient sur la régularité du service et l’équilibre économique.

Les compensations portant sur des parcelles agricoles ne peuvent qu'avoir des impacts importants sur les productions elles mêmes or cet impact n’est pas évalué tant pour la nature des productions que pour le côté économique. La valeur de l’usage agricole n’est pas prise en compte. Ainsi, à la destruction totale ou partielle des 48 exploitations agricoles serait ajoutée une pénalité par la fourniture des surfaces nécessaires aux mesures compensatoires environnementales

Aux approximations concernant les études hydrauliques, s’ajoute le traitement des rejets des eaux qui serviraient à déverglacer les pistes ou les appareils.

Enfin, le système des unités de compensation ne permet pas d’intégrer la capacité épuratoire de ces zones humides.

Contradictions et pièges

Quelques contradictions complémentaires apparaissent en matière d’analyse hydraulique. Elles sont d’une grande importance compte tenu des enjeux d’inondations sur les deux bassins versants. Ainsi, la charge hydraulique à traiter est supérieure de près des 3/4 aux rejets mentionnés dans l’étude d’acceptabilité de la station d’épuration.

De plus, l’évapotranspiration potentielle des sols, conditionnée par les données température, direction et vitesse du vent, et les natures mêmes des sols, est évaluée sur des bases non adéquates. Or elle influe sur les débits hydrauliques tout comme les précipitations.

Tout semble fait pour minimiser l’impact des débits futurs ; les questions météorologiques et climatologiques ne sont pas traitées suffisamment compte tenu des enjeux de l'eau dans les zones humides.

La localisation des hypothétiques compensations n’étant pas définie, contrairement à ce qui est exigé dans le décret du 29 décembre 2011 auquel semble vouloir échapper le pétitionnaire, il est à craindre qu'elle soit contradictoire avec les projets déjà en cours dans des communes voisines ; cela pourrait être le cas concernant la Communauté de Communes d’Erdre et Gesvres qui a déjà des restaurations en cours sur l’Erdre.

La définition à posteriori des mesures compensatoires est en contradiction avec la capacité d’une évaluation globale du dossier et il n’y a aucune garantie du côté opérationnel des dites compensations.

Enfin, la procédure même du différé des mesures constitue un véritable piège inacceptable en démocratie : la construction de l’aéroport acquise, le concessionnaire serait en position de force et les collectivités devant le fait accompli.

Conclusions et demandes

Etabli dans la précipitation suscitée par une application difficile du décret du 29 décembre 2011 par le concessionnaire AGO-VINCI, qui aurait alors dû identifier précisément chaque compensation avec sa localisation, le document soumis à enquête publique est incomplet et, par bien des aspects, ambivalents.

Ce document laisse apparaître des flous ou des erreurs manifestes d’analyse en matière de données de base, notamment sur les plans climatologiques et hydrauliques.

Les propositions relatives aux mesures compensatoires, en dépit d’un habillage complexe et mettant en avant de soit disantes plus values écologiques, sous couvert d’une démarche affichée comme innovante, restent imprécises et surtout inadéquates pour assurer les compensations exigées par la loi sur l’eau, notamment vis-à-vis des différentes fonctionnalités présentes dans les surfaces humides détruites.

Ces mesures compensatoires restent non planifiées, sans évaluation financière et promettent d’être établies à posteriori, après la construction de la plateforme et la destruction des zones humides alors qu'elles devraient être opérationnelles avant les travaux.

Aucune étude d’impact concernant les activités agricoles n’est produite alors que les destructions de terres et du milieu sont susceptibles de plonger les paysans concernés et la profession dans des difficultés économiques significatives.

Déjà, à l’occasion du dossier d’enquête publique de 2007, étaient pointées les insuffisances en matière d’évaluation sur les mesures environnementales et la commission d’enquête faisait observer que le projet faisait payer un lourd tribu à l’environnement. Le dossier présenté ne lève pas ces ambiguïtés et en introduit d’autres au plan systémique des compensations.

En tout état de cause, nous demandons que les mesures restrictives des SAGE s’appliquent et ce sur chaque bassin versant. La compensation normale est de 200 % des zones détruites.

C’est pourquoi, Les Alternatifs demandent que soit sollicitée une expertise indépendante pour analyser le dossier présenté, et notamment la méthode dérogatoire proposée pour les compensations, avant tout avis ou autorisation susceptibles de précipiter le processus d’enquête.

Depuis 10 ans, réduit au minimum légal dans sa forme, le débat démocratique a été volontairement occulté par les porteurs politiques du projet. Les analyses contradictoires proposées sur le fond, notamment celle du cabinet CE-Delft, n’ont jamais été examinées ni critiquées de façon sérieuse. L’alternative de l’aménagement de la plateforme actuelle de Nantes-Atlantique a toujours été refusée sans discussion ni motivation alors qu'elle constitue sans doute le moindre mal environnemental.

Obligés de « contourner » à peu près tout ce qui est inscrit dans la loi, les porteurs de projet, continuent d’introduire plus de complexité dans les dossiers, de truquer les données de base pour que le projet passe quoi qu'il arrive.

Alors que tous les clignotants, économiques, en terme d’emplois détruits, industriels et de service au Sud Loire et agricoles en Nord Loire, en matière environnementale, sont au rouge, la machine avance et tente de passer en force. Le présent dossier sur l’eau en est une démonstration éclatante.

Dans un processus de cette ampleur, si beaucoup y perdent, il doit bien en avoir qui y gagnent. Reste à chercher les bénéficiaires.

La conclusion de l’enquête publique de 2007 mentionnait, que ce projet était un pari sur l’avenir. Ce pari se renforce de façon hasardeuse, non seulement au détriment des populations locales concernées directement mais aussi des citoyen-ne-s par les financements abondés déjà votés sans compter les autres qui ne manqueront pas d’être sollicités en dépit des assurances écrites alors que l’utilité même de ce nouvel aéroport n’est toujours pas démontrée.

Ce sont toutes les raisons pour lesquelles Les Alternatifs ne comprendraient pas qu'un avis positif soit prononcé sur ces dossiers.

Voilà, Madame la Présidente, les observations que nous versons au dossier d’enquête publique dont vous avez la lourde charge.

Soyez assurée, Madame, de nos respectueuses salutations.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Ven 17 Aoû - 22:16

Lettre du Parti de Gauche à la commission d'enquête de NDDL
Parti de Gauche 44 - BP 60408- 44004 Nantes cedex
Nantes, le 7 aout 1012

Mme Brigitte Charlopin Présidente de la commission d’enquêtes Mairie de Notre Dame des Landes

Madame,

Pour des raisons sociales, écologiques et économiques le parti de Gauche conteste l’utilité de tout nouveau projet aéroport en général et à NDdL tout particulièrement.

En premier lieu, sachez que nous déplorons et réfutons la manière dont sont réalisées ces enquêtes publiques et considérons que leurs formes d’exécutions n’est pas conforme à ce que tout citoyens est en droit d’attendre d’institutions respectueuses de démocratie et de transparence. En effet, nous constatons à regret que :

ces enquêtes sont complexes de part la constitution des documents qu’elles contiennent et que le citoyens ne disposent ni du temps ni d’un accès suffisant aux documents pour se faire une idée objective sur ce qu’expriment les porteurs politiques et économiques du projet. Les notes et annexes ne sont pas présentées de manières à éclairer le lecteur des dossiers, elles contribuent même à en opacifier la lecture.

au delà du temps très court de mise à disposition du public, le fait qu’elles soient réalisées sur les congés d’été indique une volonté de minimiser l’accès à la critique et à la réflexion citoyenne, jetant ainsi un discrédit sur la qualité des travaux de la commission que vous présidez.

le manque de retenue et de discernement de certaines institutions laisse voir une instrumentation des ces dernières. A noter précisément le rôle de la CCI qui use de pressions auprès d’entreprises en intérêts directs avec elle. Le courrier type réalisé par la CCI qui vous est adressé est indigne d’être retenue dans vos analyses tant il s’agit d’une manipulation grossière.

Aussi, de manière non exhaustive nous relevons que les actions compensatoires font l’objet d’un dossier très incomplet en général, il manque notamment de précisions nécessaires sur:

les actions qui ne sont pas décrites où insuffisamment précises

la localisation des actions qui n’est pas définie, laissant ainsi à penser que des idées ont été lancées sans étude de réalisation sérieuse et crédible

les coûts qui ne sont pas explicités

l’absence de planning prévisionnel de réalisation

Nous regrettons que la DREAL ait été mandatée et ait commencé à agir en l’absence du résultat de l’enquête sur la loi sur l’eau.

Les porteurs du projet n’apportent pas les éléments d’informations sur les perspectives économiques du projet liées aux activités directes et connexes de l’aéroport.

Les mesures compensatoires sont de nature à bloquer, contraindre ou freiner les perspectives de développement de communes ou petites collectivités.

La question des rejets (effluant et boues) de la station d’épuration n’est pas traitée de manière satisfaisante au regard des contraintes écologiques locales (risques de pollutions accidentelles ou récurrents des ruisseaux et des nappes).

Aussi, nous refusons que :


des mesures compensatoires soient cherchées (et trouvées) sur des zones humides existantes

Les mesures compensatoires de zones humides soient marchandées sous forme « Unités de Compensation » opaque car ce nouveau système qui est défini selon des critères peu clairs est la porte ouverte à des mesures de compensation de zones humides visant à minimiser l'impact de l'application de la loi sur l'Eau. En un autre terme, la clé d'évaluation proposée Vinci n'est conforme ni au SDAGE, ni à la Loi sur l'eau.

Et demandons que :

que la réponse des mesures compensatoires soit écologique et environnementale, qu’elle fasse l’objet de créations de zones humides en fonction des volumes imposés par la loi. Que les mesures compensatoires ne puissent faire l’objet de contrepartie non-environnentales (compensation financière, ou autre forme de deal).

le financement des mesures compensatoires fassent partie intégrante du projet AGO et soient évalués et rendues publiques et validées en toute transparence. Qu’elles ne soient pas financées parallèlement par de l’argent publique sous quelque forme que ce soit (budget voté, subvention directe ou indirecte, etc.)

J’espère, Madame, que vous examiniez l’ensemble des documents de la manière la plus impartiale qui soit de façon à ce que le résultat de vos travaux soit teinté du discernement et de l’indépendance nécessaire à une appréciation qui ne soit pas entaché d’un quelconque soupçon de manipulation. Je vous prie également d’accepter mes meilleures salutations.

Laurent Vermeulin Représentant à la coordination des opposants Pour le Parti de Gauche

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Sam 25 Aoû - 1:13

Abandonnez le projet d'aéroport à Notre Dame des landes - Signez la pétition citoyenne

Le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes est une aberration économique, sociale et environnementale!!! Situé à 18 km du centre de Nantes, il ne résoudrait pas les problèmes que pose à la ville l'actuel aéroport. Il les déplacerait seulement. Il infligerait des nuisances graves à plus de 80 000 habitants des communes de la banlieue nord de Nantes. Les diverses structures de raccordement qui lui seraient nécessaires (routes, voies ferrées, pont sur la Loire) causeraient également des problèmes (expropriations) et des nuisances à des milliers d'autres personnes. Le coût colossal de cette infrastructure pèserait sur les impôts des habitants de tout le département et entraînerait des réductions de budget dans d'autres domaines tels l'éducation et la santé. Avec un trafic pouvant aller jusqu'à 9 millions de passagers, cet aéroport augmenterait considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Nous disons donc NON au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes !

http://www.avaaz.org/fr/petition/Abandonnez_le_projet_dAeroport_a_NotreDamedesLandes

Pourquoi c'est important


Près de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes, un projet d'aéroport gigantesque menace 2000 ha de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle.

Le projet date des années 60, pour le Concorde, et les raisons affichées pour sa construction ont beaucoup changé au fil des années et des contre arguments des opposants.

Aujourd'hui, alors qu'il n'y a aucun problème de saturation ni de sécurité à l'aéroport actuel de Nantes-Atlantique et que le contexte ne favorise pas la croissance du secteur aérien, l'Etat, avec l'appui des élus locaux et régionaux (PS et UMP main dans la main sur ce dossier), a attribué la construction et la concession pour 55 ans de cet aéroport soit disant HQE au groupe Vinci.

360 millions d'euros minimum d'investissement public y seraient engloutis.

Paradoxalement, le besoin de cette nouvelle construction n'est en rien avéré et aucune alternative ni optimisation de la plateforme existante n'ont été étudiées...

De plus en plus de voix s'élèvent contre ce scandale écologique et économique.

Malgré une forte opposition et les démonstrations de l'aberration de ce projet, les études environnementales, archéologiques, etc, avancent avec un important déploiement de forces de l'ordre et une violence policière croissante.

Un collectif d'élu-e-s opposé-e-s au projet a été créé en juin 2009. Il réunit actuellement près de 1000 élu-e-s de familles politiques diverses. Ce collectif a financé une étude économique réalisée par un cabinet d'étude indépendant dont la conclusion est sans appel : le projet ne se justifie pas non plus économiquement.

Pour plus d'informations sur le Projet d'Aéroport à Notre-Dame-des-Landes et les actions en cours, consultez les sites de l'ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes; http://acipa.free.fr ), du CeDpa (collectif d'élus; http://aeroportnddl.fr) et de la Zone A Défendre (http://zad.nadir.org/), ainsi que la page facebook de l'ACIPA (http://www.facebook.com/pages/ACIPA/345153846717) et le fil twitter (https://twitter.com/ACIPA_NDL; hashtag #nddl).

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Sam 25 Aoû - 23:12

Rassemblement de soutien à Sylvain Fresneau et Clément, opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes, à l'occasion de leur procès le 28 août à Saint-Nazaire

Le 21 juin 2012, la Coordination des Opposants au projet d'aéroport appelait à un rassemblement à Notre-Dame-des-Landes à l'occasion du démarrage de cinq enquêtes publiques dont celles au titre de la loi sur l'eau. Le rassemblement avait pour but de dénoncer la tenue des enquêtes en plein été et en demander le report. Rappelons que la zone impactée par le projet est à 98 % en zone humide, et qu'AGO/Vinci tente de s'arranger avec la législation pour minimiser la portée de la Loi sur l'Eau.

Pendant ce rassemblement, une manoeuvre du tracteur conduit par Sylvain Fresneau, président de l'Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport (ADECA) et opposant historique au projet d'aéroport, a déclenché des jets nourris de gaz lacrymogènes. Sylvain Fresneau a été interpellé, mis en garde à vue pendant plus de 10 heures, le tracteur et la remorque mis sous séquestre pendant plusieurs semaines.

Poursuivi pour avoir « volontairement commis des violences n'ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail sur les Gendarmes avec ou sous la menace d'une arme, en l’espèce un tracteur et sa remorque, et d'avoir participé à un attroupement illicite », il encourt de la prison ferme ! Le procès de Sylvain Fresneau aura lieu le mardi 28 août 2012 à 14h au Tribunal de Saint-Nazaire.

Fin juillet, toujours suite au rassemblement du 21 juin, Clément, squatteur sur la ZAD (Zone d'Aménagement Différé ou Zone A Défendre), a été interpellé à son domicile, gardé à vue et son procès pour "refus d'obtempérer, violence sans arme et refus de prise d'ADN" aura lieu également le mardi 28 août.

La coordination des opposants au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes appelle la population à un large rassemblement de soutien à ces militants pour dénoncer la répression grandissante sur les opposants à ce projet mais aussi à bien d'autres en France et dans le monde, l'atteinte au droit de manifester et naturellement l'aberration totale que représente ce projet d'aéroport dans le contexte actuel.
La coordination demande la relaxe de Sylvain et Clément et l'abandon de ce projet néfaste et destructeur.

Plusieurs personnalités sont attendues : Martine Billard (co-présidente du Parti de Gauche), Jean-Claude Bossard (maire EELV de Chefresne, il a été mis en garde à vue lors d'un rassemblement contre la ligne THT), José Bové (député européen EELV du Sud-Ouest, vice-président de la commission Agriculture et développement rural au parlement européen et figure de la lutte du Larzac), Annick Coupé (porte parole de l'union syndicale Solidaires), Christophe Dougé (conseiller régional EELV des Pays de la Loire), François Dufour (vice-président EELV du Conseil Régional de Basse Normandie, paysan dans la Manche en lutte contre la ligne THT), Yannick Jadot (député européen EELV de l'Ouest). La Confédération Paysanne Nationale enverra un porte parole et la Ligue des Droits de l'Homme un délégué.
Le rassemblement est prévu le mardi 28 août à partir de midi devant le tribunal de Saint-Nazaire.

Le monde agricole prévoit une forte mobilisation.

L'ADECA invite les agriculteurs à participer en tracteur, symbole de la profession, dont la présence lors des rassemblements ne doit pas être remise en question.

A noter : en soutien aux militants et la lutte contre l'aéroport, la Confédération Paysanne de l'Aveyron organise un pique-nique ce mardi 28 août à 11h30 devant le camp militaire du Larzac.

Info pratiques pour Saint-Nazaire :

Un covoiturage est possible à 11h à l'arrêt du tram Beauséjour à Nantes, sur le parking de la Poste à Notre Dame des Landes et sur la place du Marché à Plessé.
Adresse du tribunal de Saint-Nazaire : 77 rue Albert de Mun 44600 Saint-Nazaire

Regroupement des tracteurs pour se rendre à Saint-Nazaire :
Saint-André des Eaux (Rond-Point) : 11h30
Herbignac : 11h
Pontchâteau (Place de l'Eglise) : 10h
Bouvron (Salle Horizinc) : 10 h
Savenay : 10h15
Pied du Pont de Saint-Nazaire (pour le sud Loire) 10h30 (avec départ de Bourgneuf à 10h)
Notre-Dame-des-Landes (La Vache Rit) : 9h15
Contact : Marcel Thébault 02 40 57 28 98

Pendant ce rassemblement, une manoeuvre du tracteur conduit par Sylvain Fresneau, président de l'Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport (ADECA) et opposant historique au projet d'aéroport, a déclenché des jets nourris de gaz lacrymogènes. Sylvain Fresneau a été interpellé, mis en garde à vue pendant plus de 10 heures, le tracteur et la remorque mis sous séquestre pendant plusieurs semaines.

Poursuivi pour avoir « volontairement commis des violences n'ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail sur les Gendarmes avec ou sous la menace d'une arme, en l’espèce un tracteur et sa remorque, et d'avoir participé à un attroupement illicite », il encourt de la prison ferme !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Jeu 30 Aoû - 1:03


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Ven 31 Aoû - 16:03

v
Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a déclaré vendredi que l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, au nord de Nantes, se ferait, "comme nous nous y étions engagés". "Vraiment, je n'ai pas compris ce qui avait surpris les observateurs", a commenté la ministre sur LCI alors que les déclarations de sa collègue Delphine Batho favorables à cette infrastructure ont suscité des protestations à EELV, les écologistes étant très hostiles au projet.

"J'ai été dans la campagne présidentielle, je me souviens de ce que nous avons toujours dit sur l'aéroport de Nantes, nous avons toujours dit qu'il fallait le conserver. Rien de nouveau", a dit la porte-parole. L'aéroport se fera donc ? "Absolument. Comme nous nous y étions engagés", a-t-elle insisté.

http://www.europe1.fr/Politique/Belkacem-l-aeroport-de-Nantes-se-fera-1222095

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Mer 5 Sep - 2:40

Soutien au procès pour la famille Herbin qui refuse son expulsion.
Rassemblement le 11 septembre à 14h devant le tribunal de Saint- Nazaire

Appel famille Herbin

Nous,

Christiane, Claude, Loula, Théo Herbin, comparaissons au tribunal le 11 septembre 2012 car nous refusons de quitter notre maison.

Nous sommes la première famille à être traînée devant le tribunal par Vinci.

Si on les laisse faire maintenant, ce sont tous nos amis qui seront jugés et expulsés en silence.

Il ne s'agit pas que de notre maison mais de la lutte contre l'aéroport dans son ensemble.

Nous appelons tous et toutes à venir nous soutenir massivement pour montrer à Vinci notre détermination à rester.

Avec ou sans droit ni titre, avec ou sans sommation, nous ne partirons pas,

Contre la répression, les expulsions et les mensonges de Vinci AGO et des politiques,

Rassemblement le 11 septembre à 14h devant le tribunal de Saint- Nazaire.
http://nantes.indymedia.org/article/26070

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  nico37 le Dim 9 Sep - 12:25

Lettre ouverte à M. Notebaert – Président de Vinci Airport, par Marcel Thébault, paysan à Notre Dame des Landes

Notre Dame des Landes, le 4 septembre 2012

M Notebaert,

nous vous disons merci pour votre interview au journal L’Express, publié le 25 juillet 2012. Vous êtes un ingénieur, un homme pour qui deux et deux font quatre, pour qui un chat est un chat. Vous, président de Vinci-Airports, déclarez à propos du projet de Notre Dame des Landes : « Ce transfert n’est pas une réponse à des problèmes aéronautiques, mais un choix politique de développement du territoire »

Enfin, un porteur du projet qui nous donne une motivation vraisemblable pour créer un aéroport à Notre Dame des Landes. Vraiment, merci, M. Notebaert. Vos propos sont d’ailleurs confirmés dans ce même article par Alain Crozet, directeur du Laboratoire d’économie des transports (LET), qui affirme : « C'’est la seule explication qui tienne. Le déménagement de Nantes-Atlantique libèrerait près de 600 hectares au sud de la ville, à proximité du centre. » Cela permet de comprendre les conclusions du cabinet d’études de M. Fitoussi, engagé lors du débat public de 2003 : « le projet de Notre Dame des landes est un choix politique ». Ce qui signifie donc : un choix non technique, non lié aux contraintes aéronautiques.


Cela explique aussi l'’incompréhension totale des pilotes de ligne face à ce projet. Les pilotes sont de grands techniciens de l’'aéronautique et les seuls qui aient la liberté de parole. Nous savons en effet que l'’aéroport de Notre Dame, s'’il se réalisait, serait, sur un grand nombre d'’aspects, moins performant que l'’actuel. D'’ailleurs, il ne pourrait pas non plus accueillir l'’A 380. Cela explique enfin pourquoi nos arguments techniques basés sur l'’aspect aéronautique n’ont jamais été contestés : ils sont effectivement justes ; d'’un point de vue aéronautique ce nouvel aéroport est effectivement totalement inutile. Mais là n’est pas la question, n'’est-ce pas ?

Merci encore, M. Notebaert, nous comprenons mieux la situation dans laquelle nous nous trouvons. Il reste quelques détails qui pourraient chiffonner les Français et en particulier les Ligériens. Une déclaration d'’utilité publique construite sur l'’urgence des besoins aéronautiques, alors que ce n’'est pas cela la motivation. Là aussi, nous comprenons pourquoi deux commissaires sur cinq se sont déclarés contre.

Nous rappelons en outre que la partie économique du dossier faisait miroiter un intérêt économique à ce transfert et que nous savons désormais que les données ont été truquées pour y parvenir;

Autre détail, un homme politique, Jean Marc Ayrault, aujourd'’hui premier ministre, a depuis 2000, mis toute son énergie pour faire avancer ce projet.… Avec la discrétion qui le caractérise. Il l'’a fait en ne cessant de mentir aux Ligériens sur le fond du dossier ; en commençant par ses proches du Parti socialiste. Il est parvenu à faire injecter de fortes sommes d'argent public, donc l'’argent de ses électeurs, pour cofinancer ce projet. Il a même fait mentir Mme Aubry (« l’'aéroport actuel est au centre de Nantes ») et le candidat Hollande lors de sa venue à Rennes (« tous les recours sont épuisés »).

Que de mensonges pour aménager le territoire ! Quel mépris pour les terres agricoles, le bocage et ses habitants !

Marcel Thébault avec le soutien de la coordination des opposants

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre l'aéroport de Notre Dame Des Landes (44)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 39 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum