Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Page 35 sur 35 Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Message  nico37 le Lun 26 Mar - 23:25

13ème. Besancenot vient soutenir le candidat NPA Adil Fajri.
Olivier Besancenot soutient la candidature de Adil Fajry et de Géraldine Grimaud. 25/03/2012, S.Riou

Olivier Besancenot:" A gauche l'unité c'est pas le ralliement"

"On ne leur donnera rien au second tour ! " Le NPA ne veut plus servir de réservoir de voix et se veut un outil de rupture avec le social-libéralisme. Olivier Besancenot et Adil Fajry étaient au pied d'un immeuble de quartier du Prépaou ce dimanche.Le candidat N. P. A.( Nouveau parti anticapitaliste ) de la 13 ième circonscription a ouvert le meeting sur une victoire : Adil Fajry a salué d'abord le sauvetage d'une classe de l'école Camille Pierron par la mobilisation des parents du quartier du Prépaou, histoire d'illustrer positivement la campagne de NPA . Ce parti base en effet sa campagne sur les quartiers populaires, délaissés par les autres, " nos quartiers qui doivent retrouver confiance en eux , sans compter sur les partis de gauche qui ont trahi.". La plus grosse banderole de ce rendez vous au Prépaou affichait " pour la justice sociale de nos quartier, on ne sera plus une réserve de voix "

Des propos durs à l'encontre du parti socialiste et de la gauche plurielle, qui vont jusqu'au choix de la rupture avec le social-libéralisme.Olivier Besancenot voit deux manches dans la présidentielle ; la défaite de Nicolas Sarkozy et l'alternative à la participation au gouvernement socialiste.Pour unir toutes les forces de la gauche radicale, l'ex candidat à la présidentielle n'oppose pas "la dynamique du front de gauche à un score honorable du NPA ".Un score honorable que personne n'a chiffré, les militants se bornant à rappeller les bons chiffres des européennes ( 8,5% à Istres et Fos ) et des législatives et régionales ( autour des 4,5%).
Si le front de gauche est divisé sur la question de la participation à une majorité présidentielle, ce n'est pas le cas du NPA : "Vous ne trouverez personne au NPA pour participer au gouvernement PS, même chez ceux qui appellent à voter Mélenchon plutôt que Poutou ". Olivier Besancenot rejette l'idée du vote utile au sein de la gauche radicale et prétend que tous les votes sont respectables et peuvent s'additionner. Celui qui se présente comme le facteur attitré de Philippe Poutou, demande simplement un mandat pour les plus anticapitalistes et les plus indépendants du parti socialiste.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Message  panchoa le Mar 27 Mar - 19:51


panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Message  panchoa le Mer 4 Avr - 16:35

Le jour d'après : Besancenot



02 Avril 2012Par Jacques Fortin


Le jour d'après le 6 mai.

Sur les baromètres de popularité et d’avenir, Besancenot garde une cote appréciable. Selon ce qui se jouera dans l’après 6 mai, sa petite musique sera utile voire prendra de l’ampleur.

Mais voilà, Besancenot reste un don Quichotte mal perché sur une Rossinante, le NPA, qu’il a fourbue pour finir, en lui refusant sa troisième campagne présidentielle. La nébuleuse NPA, car c’est ainsi que ça se présente, se traîne, entre archéo-trotskistes qui se trompent hautainement d’époque, puis unitaires des dernières heures, qui volent intrépides au secours de la victoire, enfin le dernier carré qui tente de préserver l’avenir autour d’un candidat ouvrier improbable autant que surprenant qui vaut qu’on le soutienne.

Besancenot est ainsi un peu seul (son Sancho Pança putatif s’est opportunément rallié au FdG). Sans aucun doute pour avoir toujours repoussé tout phénomène de Cour du temps de sa popularité la plus haute, il est du coup un combattant sans état-major.

Ou plutôt un projet politique sans organisation (voir plus loin).

Car plutôt qu’une personnalité qui se pousserait, se hausserait, s’auto célèbrerait en s’étant soigneusement peaufinée un destin dans le confort des institutions, au long d’une carrière sans péril et sans risque, Besancenot reste à bientôt quarante ans un jeune homme construit par ses engagements.

Et ses engagements seuls. Mais ça ne suffit pas.



Il lui faut maintenant construire les moyens de ses engagements, ce qui, « moyens d’y parvenir », n’est pas de l’intendance mais la chair, la vie de ceux-ci, leur accouchement. « Lui » c’est-à-dire ce carré et la nébuleuse qui n’ont pas jeté aux orties l’engagement d’un Nouveau Parti Anticapitaliste indépendant et pluraliste, « aspirant, par en bas, à révolutionner la société ».

Cela signifie constituer des réseaux militants transparents et organisés, soucieux d’émancipation sur tous les terrains et pensant systématiquement du point de vue de l’émancipation (autogestion, autoorganisation, initiative d’en bas). Mais pensant : cessant de courir après l’échéance, de répliquer au dernier avatar fractionnel, de se vouloir aussi gros qu’une gauche qui n’a de gauche que ses nostalgies, et pour finir sachant accepter sa minceur institutionnelle (sans s'y résoudre bêtement) dans le système inique où nous luttons, comme une marque de sa bonne santé politique.

Qu’ils se dotent d’une génération nouvelle de spécialistes reconnu/es producteurs d’élaboration, toujours centrés sur l’émancipation, traçant les pointillés de l’autre monde possible aujourd’hui si nébuleux ou entaché des horreurs staliniennes, il y a urgence à plancher.

Qu’ils inventent une communication radicalement renouvelée, en bousculant le triptyque : sacro-saint journal hebdomadaire (à l’heure du net !) illisible, tracts indigestes, affiches manifestes, communication qui, cent ans après, sent fichtrement la naphtaline.

Il faudra surtout une révolution culturelle considérable pour aboutir à une démocratie repensée, déjà sortir des pesanteurs de cercles historiques ou nouveaux venus qui se renégocient entre eux leurs périmètres mutuels comme dans tant de partis somme toute. Il faudra sortir du carcan de tendances (cache sexe de fractionnettes puériles) qui inhibent toute vie intellectuelle nuancée au profit de blocs politiques sommaires illisibles pour le commun des militants, vite enkystés dans la défense de « leurs » divergences au lieu de produire des équipes d’animations pluralistes capables de consensus et d’expérimentations réfléchies.

Enfin, enfin, enfin ! Libérer une démocratie réactive c’est-à-dire, plutôt que sur un centre vite psychodramatique et ses mini « caciquats » de petites personnalités qui s’accrochent, appuyer la démocratie d’abord et avant tout sur l’horizontalité de comités locaux et de regroupements de comités locaux tout à fait capables de donner avis et points de vue sur le champ plutôt qu’avoir à les subir venus d’en haut, dans l’attente d’un congrès sensé rebattre les cartes.

Une démocratie libertaire où (non l’individu roi) s’épanouit le collectif de base, l’espace d’action et de réflexion partagé, là où au ras de la vie on teste les orientations, les adapte, les corrige dans la libre discussion militante. Là ou, comme le fait plus largement le mouvement social dans ses luttes, on invente ensemble de l’émancipation.



Bref, la gauche à la gauche de la gauche institutionnelle a besoin d’un parti qui incarne (au sens charnel du mot) le projet politique dont Besancenot n’est que le porte-voix bien embarrassé de cette charge ambiguë.

Besoin car « la France s’ennuie[1] » dans cette campagne constatent les commentateurs, sondeurs et autres pythies des temps actuels, même si les assemblées du FdG y entonnent un air rétro de carmagnole (je préfère la Commune).

Quand « la France » s’ennuie (on le sait depuis 68) c’est qu’il y a anguille sous roche, électrique l’anguille, et soumise à fracturation la roche…

Quand « la France s’ennuie », c’est qu’une large partie de ceux qu’ils mettent sous ce mot, pensent à autre chose que ce à quoi on leur fait penser.

Et cette « large partie » que la Carmagnole ne séduit qu’en partie, et l’abstention bien trop, il faudra l’entendre, y répondre autrement que par « plus de mandats ici », ou « Machin président dans cinq ans ». Car, cela a été assez dit, n’est-ce pas, la misère, la casse, le ras-le-bol, c’est tout de suite, maintenant, ici, là.

Alors la petite musique de Besancenot, doit savoir se transformer, le porte voix doit se muer en premier violon[2], l’orchestre en devenir un, ça se travaille ça. Oui, ça se travaille et il y a urgence.

Ah, votez Poutou ! Si ! Le 22 il sera au boulot, comme vous. Paré pour les luttes, en toute indépendance, tout de suite, là, maintenant, ici, pour que, par en bas, ça change.

Un vote n’est jamais qu’un vote, mais celui-ci c’est un vote utile.

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Message  nico37 le Lun 30 Juil - 23:57

Olivier Besancenot, en librairie à la rentrée ! 30/07

Olivier Besancenot publiera à la rentrée littéraire prochaine On a voté… et puis après.

Dix ans après Tout est à nous ! (Denoël), le plus célèbre facteur de France reviendra en librairie le 13 septembre prochain avec On a voté… et puis après, un essai bien évidemment politique publié aux éditions du Cherche-midi.

Au lendemain de l'élection présidentielle

Un peu plus de quatre mois après l’élection de François Hollande à la fonction suprême, Oliver Besancenot reviendra sur la campagne présidentielle, les enjeux qu’elle a soulevés ainsi que les menaces qu’elle a laissé poindre. "Le 6 mai 2012, la foule, place de la Bastille, a fêté plus le licenciement politique de Nicolas Sarkozy que la victoire de François Hollande. Mais 48,5% des Français ont voté pour un candidat qui a fait une campagne xénophobe, raciste et islamophobe, violant ainsi pour la plupart un interdit moral et ouvrant la voie au Front national" explique ainsi le communiqué des éditions du Cherche-midi.

Un retour attendu en librairie

Co-auteurs de nombreux livres comme Révolution ! 100 mots pour changer le monde, Che Guevara, une braise qui brûle encore ou Prenons Parti pour un socialisme du XXIe siècle, l’ancien candidat de la LCR avait publié en 2002 Tout est à nous !. Un livre personnel et engagé dans lequel il racontait comment il était entré en politique par la porte du militantisme.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Besancenot ne sera pas candidat en 2012

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 35 sur 35 Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum