Lutte des classes et libération des femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lutte des classes et libération des femmes

Message  Vérosa_2 le Mar 26 Avr - 11:02

fée clochette a écrit:On est d'accord. L'abolition du capitalisme dot s'accompagner d'une abolition du patriarcat qui est source de violence et de domination d'un genre sur l'autre. c'était le sens de ma réponse
Oui bien sûr, mais c'est là très vite dit et ce n'est sûrement pas simple du tout à réaliser. Petit renvoi humoristique en ce sens : http://www.dialogus2.org/MAR/relationshommesfemmes.html.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mar 26 Avr - 11:12

Vérosa_2 a écrit:Oui bien sûr, mais c'est là très vite dit et ce n'est sûrement pas simple du tout à réaliser. Petit renvoi humoristique en ce sens : http://www.dialogus2.org/MAR/relationshommesfemmes.html.

Erfffff .... toujours plus facile à théoriser qu'à mettre en pratique, hélas scratch
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Vérosa_2 le Mar 26 Avr - 11:30

toujours plus facile à théoriser qu'à mettre en pratique
Bé justement, la question est de savoir si la domination de genre a été théorisée ou pas. La réponse est non. Les luttes des femmes aujourd'hui sont faites de revendications multiples et séparées les unes des autres. On ne trouve l'équivalent d'aucun Manifeste ni d'aucun Capital pour le combat féministe. Tout au plus, selon ce que j'en connais, trouve-t-on quelques essais de sociologie plus ou moins bancals (Bourdieu par exemple). C'est loin d'être suffisant à mon sens.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  sylvestre le Mar 26 Avr - 12:14

Vérosa_2 a écrit:
toujours plus facile à théoriser qu'à mettre en pratique
Bé justement, la question est de savoir si la domination de genre a été théorisée ou pas. La réponse est non. Les luttes des femmes aujourd'hui sont faites de revendications multiples et séparées les unes des autres. On ne trouve l'équivalent d'aucun Manifeste ni d'aucun Capital pour le combat féministe. Tout au plus, selon ce que j'en connais, trouve-t-on quelques essais de sociologie plus ou moins bancals (Bourdieu par exemple). C'est loin d'être suffisant à mon sens.

C'est quand même exagéré, il y a une littérature abondante, quoique trop peu connue. En ce qui concerne une vision spécifiquement marxiste de la lutte contre le sexisme sous toutes ces formes, c'est vrai qu'il manque à mon goût d'un livre un peu complet et récent sur le sujet en langue française (mais il existe peut-être et je l'ai loupé). On trouve ici la traduction d'un petit livre qui donne un exemple de ce qui pourrait être développé : http://quefaire.lautre.net/brochures-livres/article/sexisme-et-capitalisme
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Vérosa_2 le Mer 27 Avr - 12:37

Il y a également sur marxists.org l'ouvrage de Tony Cliff : "Class Struggle and Women’s Liberation" (en anglais uniquement). Je ne l'ai pas lu entièrement car c'est assez conséquent et cela prend donc du temps, mais un chapitre qui me parait particulièrement intéressant est celui sur la famille, superstructure de classe : http://www.marxists.org/archive/cliff/works/1984/women/14-haven.htm

Très court extrait:

Why, if the family is less and less effective in securing the emotional, personal needs of people, do people still cling to it? Why, of all institutions, does this one show the greatest ability to survive?

While it is true that the harsher the world, the less effective is the family in protecting the emotional and material needs of its members, at the same time the greater is the need for just such a sanctuary. The satisfaction of almost all personal needs is to be found nowhere else. To be outside the nuclear family, an orphan, widow or widower with no close relatives, or a middle-aged or old single man or woman, is lonelier and worse. Mutual aid is a basic necessity for men and women. Out of loneliness the nuclear family gains strength. The institution of the family oppresses the woman. She, on her part, participates in creating the chains that bind her, decking them with flowers of love.

The family is an opaque wall preventing people from seeing and questioning the harsh, competitive society outside. It makes a person’s inhumanity to another more bearable. The horrors of the outside world explain the extreme tensions in the family, but also explain its perseverance. The contemporary family is the product of capitalism and one of its main supports.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  sylvestre le Mer 27 Avr - 12:50

Vérosa_2 a écrit:Il y a également sur marxists.org l'ouvrage de Tony Cliff : "Class Struggle and Women’s Liberation" (en anglais uniquement). Je ne l'ai pas lu entièrement car c'est assez conséquent et cela prend donc du temps, mais un chapitre qui me parait particulièrement intéressant est celui sur la famille, superstructure de classe : http://www.marxists.org/archive/cliff/works/1984/women/14-haven.htm

Court extrait:

The family is an opaque wall preventing people from seeing and questioning the harsh, competitive society outside. It makes a person’s inhumanity to another more bearable. The horrors of the outside world explain the extreme tensions in the family, but also explain its perseverance. The contemporary family is the product of capitalism and one of its main supports.

Tout à fait. Un chapitre d'un livre de Lindsey German sur le même thème a été traduit : http://tintinrevolution.free.fr/fr/ist/germanfamille.html

Je pense que c'est un chantier sous-investi par les marxistes français, d'autant que la question de la transformation de la famille touche tous les domaines : urbanisation, allongement des études, changements dans l'idéologie en ce qui concerne les relations amoureuses et sexuelles, etc.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mer 27 Avr - 13:47

sylvestre a écrit:Je pense que c'est un chantier sous-investi par les marxistes français, d'autant que la question de la transformation de la famille touche tous les domaines : urbanisation, allongement des études, changements dans l'idéologie en ce qui concerne les relations amoureuses et sexuelles, etc.

Ouai, même la CGt s'en préoccupe plus que les marxistes puisque bientôt il y a une formation confédérale interne sur les mutations de la famille, avec notamment une grosse partie sur la parentalité homosexuelle. Comme quoi, les marxistes français ont du retard
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  sylvestre le Mer 27 Avr - 14:15

fée clochette a écrit:
sylvestre a écrit:Je pense que c'est un chantier sous-investi par les marxistes français, d'autant que la question de la transformation de la famille touche tous les domaines : urbanisation, allongement des études, changements dans l'idéologie en ce qui concerne les relations amoureuses et sexuelles, etc.

Ouai, même la CGt s'en préoccupe plus que les marxistes puisque bientôt il y a une formation confédérale interne sur les mutations de la famille, avec notamment une grosse partie sur la parentalité homosexuelle. Comme quoi, les marxistes français ont du retard

Si il y a de la doc pour cette formation, tu nous la feras suivre ?
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mer 27 Avr - 14:31

sylvestre a écrit:Si il y a de la doc pour cette formation, tu nous la feras suivre ?

j'ai reçu le programme complet de la formation et une proposition de ma fédé pour que j'y aille. Malheureusement je ne pourrai pas y aller. Il y a tant de formations intéressantes que si je devais aller ne serait ce qu'à la moitié de ce qui est proposé, je devrais ne travailler qu'à mi temps (et encore. Moins sans doute). Il y a tout un thème aussi sur la procréation assistée. Si jamais il y a un compte rendu qui est envoyé suite à cette formation, bien sur je le mettrai. je ne sais pas si j'ai gardé le programme très détaillé. je vais regarder
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mer 27 Avr - 18:51

fée clochette a écrit:
sylvestre a écrit:Si il y a de la doc pour cette formation, tu nous la feras suivre ?

j'ai reçu le programme complet de la formation et une proposition de ma fédé pour que j'y aille. Malheureusement je ne pourrai pas y aller. Il y a tant de formations intéressantes que si je devais aller ne serait ce qu'à la moitié de ce qui est proposé, je devrais ne travailler qu'à mi temps (et encore. Moins sans doute). Il y a tout un thème aussi sur la procréation assistée. Si jamais il y a un compte rendu qui est envoyé suite à cette formation, bien sur je le mettrai. je ne sais pas si j'ai gardé le programme très détaillé. je vais regarder


j'ai trouvé (enfin, dans mon bordel) la présentation du stage sur la famille proposé par la conf CGT


"Session de formation CGT/ISST Bourg la Reine
19 au 23 septembre 2011
« Les métamorphoses de la famille :
pour une réflexion et des propositions syndicales »
Cette session de formation/recherche se situe dans le prolongement des formations initiées et réalisées avec l’ISST en 2009 et 2010 sur le champ de la parentalité. La parentalité, nouveau mot, nouveau concept, a été abordée sous l’angle d’une approche socio-anthropologique, de son rapport à l’emploi, de ses constructions juridiques, des conceptions sur l’exercice de l’autorité parentale et son rapport aux nouvelles lois coercitives en direction des familles. Enfin, ces divers champs furent par ailleurs examinés dans leurs dimensions européennes.
Cette nouvelle session se place d’emblée au cœur des débats éthiques activés par la révision des lois bioéthiques (celles de 1994 et 2004) touchant la famille, et les revendications de groupes et de personnes nées des évolutions de la science et des mœurs.
Les transformations familiales de ces dernières décennies bouleversent tous les repères traditionnels touchant à la parenté occidentale, à la filiation, aux transmissions générationnelles, et à l’organisation du fait familial.
Parentés biologique, légale, éducative, ouvrent des formes multiples, et désormais possibles, de constitution et d’évolution des familles dans le cadre de la prise en charge affective et éducative des enfants.
Les découvertes et les pratiques scientifiques récentes offertes aux hommes et aux femmes leur permettent en théorie de réaliser leur désir d’enfants dans des conditions totalement inédites et même inimaginables il y a encore peu de temps. Tout est-il donc possible ? Et qu’est-ce qui ne le serait pas et pourquoi ?
Les enjeux posés par de tels bouleversements concernent toute la société. Des débats fondamentaux où l’éthique humaine et scientifique est convoquée se développent et s’organisent dans de multiples lieux, qu’ils soient institutionnels ou autres.
La CGT fait le choix de les aborder en organisant cette réflexion indispensable avec l’Institut des sciences sociales du travail qui offre son appui universitaire particulièrement pertinent sur les thèmes proposés.
Cette session s’adresse en priorité aux dirigeants de la CGT : CE confédérale, directions de fédérations, de régions, d’UD, membres du CESE et des CESER, administrateurs nationaux, collectifs Femmes mixité et discrimination contre l’homophobie, camarades ayant suivi les deux sessions antérieures sur la parentalité.
S’approprier les éléments de connaissance nécessaires sur ces questions, mesurer les bouleversements présents et à venir, appréhender les interrogations et les aspirations des salarié-e-s dans ces domaines, amorcer la construction d’outils syndicaux permettant de placer ces questions en débat dans nos organisations, tels sont les objectifs de cette session, afin de toujours mieux répondre aux intérêts des salariés concernés par ces problèmes."
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Invité le Mer 27 Avr - 19:33

fée clochette a écrit:
sylvestre a écrit:Si il y a de la doc pour cette formation, tu nous la feras suivre ?

j'ai reçu le programme complet de la formation et une proposition de ma fédé pour que j'y aille. Malheureusement je ne pourrai pas y aller. Il y a tant de formations intéressantes que si je devais aller ne serait ce qu'à la moitié de ce qui est proposé, je devrais ne travailler qu'à mi temps (et encore. Moins sans doute). Il y a tout un thème aussi sur la procréation assistée. Si jamais il y a un compte rendu qui est envoyé suite à cette formation, bien sur je le mettrai. je ne sais pas si j'ai gardé le programme très détaillé. je vais regarder
C'est vrai que les sollicitations sont nombreuses à la CGT : un stage là, un autre ici, tel collectif tel autre, un débat pour ci un débat pour ça, en plus de nos propres structures à faire vivre s'ajoutant à nos boulots pour s'éviter le mandat à plein temps ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Masada le Mer 27 Avr - 23:11

sylvestre a écrit:
Vérosa_2 a écrit:
toujours plus facile à théoriser qu'à mettre en pratique
Bé justement, la question est de savoir si la domination de genre a été théorisée ou pas. La réponse est non. Les luttes des femmes aujourd'hui sont faites de revendications multiples et séparées les unes des autres. On ne trouve l'équivalent d'aucun Manifeste ni d'aucun Capital pour le combat féministe. Tout au plus, selon ce que j'en connais, trouve-t-on quelques essais de sociologie plus ou moins bancals (Bourdieu par exemple). C'est loin d'être suffisant à mon sens.

C'est quand même exagéré, il y a une littérature abondante, quoique trop peu connue. En ce qui concerne une vision spécifiquement marxiste de la lutte contre le sexisme sous toutes ces formes, c'est vrai qu'il manque à mon goût d'un livre un peu complet et récent sur le sujet en langue française (mais il existe peut-être et je l'ai loupé). On trouve ici la traduction d'un petit livre qui donne un exemple de ce qui pourrait être développé : http://quefaire.lautre.net/brochures-livres/article/sexisme-et-capitalisme

On manque de références en français en effet. Comme somme en anglais que je trouve tout à fait valable, il y a Materialist Feminism : http://www.amazon.com/Materialist-Feminism-Reader-Difference-Womens/dp/0415916348/ref=pd_sim_b_1

Il n'y a pas exclusivement la position marxiste orthodoxe, mais c'est très bien pour complexifier un peu les débats sur les rapports entre patriarcat et capitalisme, sur l'existence d'un ou deux systèmes d'oppression. Beaucoup de choses aussi sur le féminisme non-blanc, l'imaginaire hétérosexuel, bref, c'est une référence. Je recommande l'article d'Iris Marion Young, "Socialist feminism and the limits of dual system theories". C'est une réponse assez sérieuse aux théories en termes de système parallèle.

Sinon, je vois bien que Sylvestre en profite pour faire de la propagande cliffiste sur le sujet. Voici une critique assez abrupte d'un camarade de la IV du livre de Sherry Wolf. http://www.internationalviewpoint.org/spip.php?article2009 L'article porte sur des livres plutôt orientés sur les questions LGBTIQ, mais il y a aussi des choses sur le rapport de la gauche marxiste au féminisme. Par ailleurs, l'autre bouquin chroniqué (The reification of desire) est une tentative très stimulante de lier la théorie de la réification de Lukacs de façon assez rigoureuse à la politique queer.

J'arrête le hors sujet et l'amalgame honteux des questions de sexualité et de féminisme, pour recommander un autre bouquin, dans une veine proche de Delphy mais assez systématique. Il s'agit du livre de Leo Thiers-Vidal, De "l'ennemi principal" aux principaux ennemis. Là encore, c'est une somme, c'est assez cher, mais c'est vraiment très très simulant pour travailler sur la libération des femmes d'un point de vue matérialiste (et masculin). Il y a une confrontation Delphy, Guillaumin avec Bourdieu, Weltzer-Lang, Stoltenberg (les théoriciens masculins de la domination masculine), et des entretiens avec des hommes sur leur subjectivité de dominant.

Masada

Messages : 3
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Invité le Mar 3 Mai - 13:08

A lire, un bouquin de Christophe Darmangeat qui reprend un peu la démarche d'Engels dans l'Origine de la famille, etc. mais qui utilise les nouveaux apports de l'anthropologie depuis Morgan, et ça en fait des choses... C'est édité chez Smolny, et y a un CR ici : http://www.leftcommunism.org/spip.php?article113
Et pour ceux qui veulent un aperçu, il a eu la bonne idée de faire une brochure à partir du bouquin : http://cdarmangeat.blogspot.com/2011/01/un-petit-cadeau-de-nouvel.html brochure intitulée "L'oppression des femmes, hier et aujourd'hui, pour en finir demain !"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mar 3 Mai - 13:14

Stan Katczinski a écrit:A lire, un bouquin de Christophe Darmangeat qui reprend un peu la démarche d'Engels dans l'Origine de la famille, etc. mais qui utilise les nouveaux apports de l'anthropologie depuis Morgan, et ça en fait des choses... C'est édité chez Smolny, et y a un CR ici : http://www.leftcommunism.org/spip.php?article113
Et pour ceux qui veulent un aperçu, il a eu la bonne idée de faire une brochure à partir du bouquin : http://cdarmangeat.blogspot.com/2011/01/un-petit-cadeau-de-nouvel.html brochure intitulée "L'oppression des femmes, hier et aujourd'hui, pour en finir demain !"

je n'arrive pas à télécharge la brochure
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Invité le Mar 3 Mai - 13:21

Moi je suis le lien et je cliques sur télécharger, et c'est réglé.
Bon la voilà ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mar 3 Mai - 13:32

Stan Katczinski a écrit:Moi je suis le lien et je cliques sur télécharger, et c'est réglé.
Bon la voilà ailleurs.

merci beaucoup, ça a marché. quand j'ai essayé sur le site, le téléchargement se bloquait et m'indiquait "fichier corrompu"
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Invité le Mar 3 Mai - 14:19

Stan Katczinski a écrit:A lire, un bouquin de Christophe Darmangeat qui reprend un peu la démarche d'Engels dans l'Origine de la famille, etc. mais qui utilise les nouveaux apports de l'anthropologie depuis Morgan, et ça en fait des choses... C'est édité chez Smolny, et y a un CR ici : http://www.leftcommunism.org/spip.php?article113
Et pour ceux qui veulent un aperçu, il a eu la bonne idée de faire une brochure à partir du bouquin : http://cdarmangeat.blogspot.com/2011/01/un-petit-cadeau-de-nouvel.html brochure intitulée "L'oppression des femmes, hier et aujourd'hui, pour en finir demain !"
Bien que les sources historiques soient peu abondantes, ou limitées à certaines classes sociales, il est dommage que ce genre de travaux contemporains n'essaient pas de mettre en relief les liens entre l'oppression des femmes et l'oppression des gays et lesbiennes. Ce n'est tout de même pas anecdotique !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  sylvestre le Mar 3 Mai - 14:36

Puisqu'on en est à donner des liens en rapport avec la situation des femmes à l'époque préhistorique, je mets un texte que je trouve excellent sur la question, de Chris Harman : Engels et les origines de la société humaine

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  sylvestre le Mar 3 Mai - 15:07

En lisant la brochure tirée du livre de C. Darmangeat, je lis un truc qui ne va pas. Il n'est pas sérieux de faire d'Eleanor Leacock une représentante d'une position "marxiste traditionnelle" au sens expliqué dans les pages précédentes, c'est à dire tenant pour un "matriarcat primitif" (alors que Leacock défend toujours l'idée que les sociétés sans classes ont été caractérisées par l'égalitarisme) ou opposé à l'idée que "l’oppression des femmes ne se laissait pas réduire à la question des classes sociales et de l’exploitation", alors que Leacock n'a rien à voir avec cette position caricaturale, mais développe les idées d'Engels sur l'interdépendance entre mode de production et mode de reproduction.

J'avais déjà eu l'impression en discutant du livre de Darmangeat et de la brochure d'Harman sur internet que Darmangeat n'avait pas compris grand chose à Leacock, ni à la compréhension marxiste de la famille et de l'oppression des femmes, et cette lecture me confirme dans cette opinion. Pour ce que j'en comprends, le noyau de cette incompréhension est liée au fait qu'il ne considère pas les sociétés dans leur évolution, mais comme des exemples statiques de tel ou tel mode de production - c'est d'ailleurs notable dans les exemples présentés dans la brochure.

Par ailleurs, il fait une étrange erreur en affirmant
Il existe en effet une règle qui ne connaît aucune exception et qui a joué un rôle crucial dans la manière dont se sont organisés les rapports entre les sexes. Dans toutes les sociétés humaines connues et, pour autant que les traces archéologiques nous renseignent à ce sujet, pour toutes celles du passé, la chasse était une activité masculine. Partout et toujours, les femmes ont donc été exclues à la fois de cette activité, tout au moins de ses formes les plus sanglantes, et du maniement des armes les plus létales, propulseurs, lances et arcs.

D'abord, à moins que la France contemporaine soit pour C. Darmangeat en dehors des sociétés humaines connues, il existe aujourd'hui de nombreuses femmes qui s'adonnent à la chasse. Si on veut des exemples dans une toute autre société, il y a par exemples les Agta des Philippines.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Vérosa_2 le Mar 3 Mai - 15:33

D'abord, à moins que la France contemporaine soit pour C. Darmangeat en dehors des sociétés humaines connues, il existe aujourd'hui de nombreuses femmes qui s'adonnent à la chasse. Si on veut des exemples dans une toute autre société, il y a par exemples les Agta des Philippines.
C'est un lieu commun très occidental d'opposer l'homme "chasseur" à la femme "cueilleuse". S'il reste vrai que cette séparation vaut néanmoins très largement dans les sociétés modernes - soit dès lors que la production de moyens de subsistance, par la sédentarisation, a généré un surplus, donc une division du travail et une hiérarchie sociale - il est aujourd'hui attesté qu'aux époques précédentes de l'humanité les femmes organisaient des chasses tout comme les hommes, et que ces derniers s'adonnaient à la cueillette tout comme les femmes.


Dernière édition par Vérosa_2 le Mar 3 Mai - 15:45, édité 1 fois

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mar 3 Mai - 15:45

Vérosa_2 a écrit:
D'abord, à moins que la France contemporaine soit pour C. Darmangeat en dehors des sociétés humaines connues, il existe aujourd'hui de nombreuses femmes qui s'adonnent à la chasse. Si on veut des exemples dans une toute autre société, il y a par exemples les Agta des Philippines.
C'est en effet un lieu commun très occidental d'opposer l'homme "chasseur" à la femme "cueilleuse". S'il reste vrai que cette séparation vaut néanmoins très largement dans les sociétés modernes - soit dès lors que la production de moyens de subsistance, par la sédentarisation, a généré un surplus, donc une division du travail et une hiérarchie sociale - il est aujourd'hui attesté qu'aux époques précédentes de l'humanité les femmes organisaient des chasses tout comme les hommes, et que ces derniers s'adonnaient à la cueillette tout comme les femmes.



Un site sérieux là dessus

http://www.hominides.com/html/dossiers/femme_prehistoire.php
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  fée clochette le Mer 4 Mai - 13:52

Byrrh a écrit:Bien que les sources historiques soient peu abondantes, ou limitées à certaines classes sociales, il est dommage que ce genre de travaux contemporains n'essaient pas de mettre en relief les liens entre l'oppression des femmes et l'oppression des gays et lesbiennes. Ce n'est tout de même pas anecdotique !

Entièrement d'accord
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Vérosa_2 le Jeu 5 Mai - 13:33

En complément : Un site "d'introduction" au marxisme - la question du genre ( reprise de Ernestine Friedl)

Extrait

The Washo Indians were a society who inhabited that region of America now called southern California. It was a very egalitarian society, at least with regard to sexual equality. Unlike Eskimo society men and women participated almost equally in the process of food production, both in the hunt and in gathering vegetables.

In the spring the society fished and men, women and children participated in the hunt. In the summer women gathered berries and seed while the men continued to fish. In the autumn both men and women combined together to hunt the staple source of meat, rabbit. Men and women together drove them into nets. Then in winter both men and women combined in gathering nuts to sustain the society through the winter months.

The Washo Indians exhibited a high degree of sexual equality. Both men and women were free after marriage to take lovers, women did not have to remain separate from "male" activities, both could separate when they chose to and rituals celebrated not only hunting but also gathering. All in all women enjoyed much greater equality in this society than that of Eskimo women. Friedl argues that this is related directly to the involvement of men and women in hunting, or, the production of food in general. In Washo society both men and women participated thus both were much more equal. What status that came from the hunt not only attached to male hunters but also to female hunters.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maltraitance des femmes est aussi économique

Message  gérard menvussa le Lun 28 Nov - 20:48

Publié par le site web "miroir social" (dans lequel par ailleurs il y a beaucoup "à boire et à manger" http://www.miroirsocial.com/actualite/la-maltraitance-des-femmes-est-aussi-economique

La maltraitance des femmes est aussi économique

Comme le rappelait récemment au cours d’un colloque le psychiatre Michel Debout, la France n’a pas de culture de prévention. Ainsi, alors que la Grande-Bretagne a entamé la prévention des suicides dès 1950, notre pays a commencé à s’en préoccuper au début des années 2000. Soit 40 ans plus tard. À ce jour d’ailleurs, la France n’est toujours pas équipée de l’appareil statistique, des méthodologies pluri disciplinaires, des bonnes pratiques (en un mot d’un observatoire efficace) pourtant indispensables à la prévention de ces drames. Car pour prévenir, il faut avant tout connaître. Voila pourquoi de nombreuses personnalités, associations, syndicats, fédérations professionnelles, demandent instamment depuis des mois aux pouvoirs publics la création d’un observatoire des suicides et des conduites suicidaires.

L’Appel dit des 44 a été publié par le journal Libération en mai dernier et chacun aujourd’hui peut se l’approprier, le signer et le faire signer.

On peut d’ailleurs établir un parallèle entre ce tabou que demeure la question des suicides au pays de Durkheim et le tabou de la violence faite aux femmes.
Le tabou de la vilolence faite aux femmes

Notre pays souffre la encore d’un fléau d’un autre siècle que l’on doit encore prévenir
.

En effet, toutes les 60 heures en France, cher pays de notre enfance, une femme meurt sous les coups de son conjoint. Chaque année dans ce doux pays, près de 55 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles. Chaque jour dans ce pays de tolérance, environ 20 % des femmes subissent injures, menaces et humiliations à caractère sexiste.

Ces faits, bien entendu, se retrouvent dans la sphère du travail. Discriminations sexistes à l’embauche disparité de salaires avec les hommes, harcèlements sexuel et moral. La loi réprime tous ces crimes et abus qui pourtant perdurent.

Voila pourquoi une prise de conscience de chacun s’impose à l’issue du 25 novembre, journée internationale et nationale dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes. Espérons que la vigilance et l’exigence de tous permettront de préserver l’existence de celles qui, entre autres actions, donnent la vie.

Si la loi échoue encore a éradiquer l’archaïsme qui se loge dans les pensées, des progrès sont malgré tout notables. Ainsi, depuis l’instauration de règles de parité dans les fonctions électives, les attitudes commencent à se modifier. Un ami qui a épousé une femme conseillère régionale me disait dernièrement à ce sujet :

« Avant, les conseils régionaux étaient essentiellement masculins. On y trouvait une femme par ci par là, qui essuyait souvent des remarques lourdes de sous-entendus. Désormais, les femmes sont nombreuses même si elles ne sont pas encore à égalité avec les hommes, elles font bloc, et aucun mâle n’ose plus se comporter ainsi sous peine d'être honte en public d’une remarque collective et de se faire remettre à sa place. »

Maltraitance économique

Il est vrai aussi que les choses évoluent positivement, même si c’est certainement encore trop lent. Dans la sphère professionnelle, l'un des graves handicaps qui reste à surmonter est celui de la reprise de fonction après la maternité ou après la prise d’un congé parental. Aborder cette question délicate ne signifie pas que l’on réduise les femmes à leur seul rôle de mère.

Généralement la naissance oblige à de nouvelles responsabilités, à de nouvelles contraintes pour les femmes qui assument celles-ci davantage que les hommes. Une étude récente de l’INSEE rappelle à ce propos que les femmes s'occupaient en moyenne des tâches ménagères 1 heure 30 de plus quotidienne que les hommes.

Le monde actuel de l’entreprise est trop centré sur la recherche de la superformance. Au-delà des discours et des déclarations, dans certaines entreprises, on tolère mal dans les faits ces moments de pleine vie où l’intérêt des parents peut se décentrer fort heureusement, du seul travail. La femme sait ne pas se tromper de valeurs. Elle gère donc ces moments intenses, de part et autre, parfois au détriment de sa progéniture, ce qui lui vaut des remords en retour. À l’inverse, souvent dans ces moments de transition, la sanction tombe.

J’ai souvenir d’une femme française de formation financière qui avait brillamment réussi dans une grande firme américaine. Une fois maman , à 43 ans, elle avait voulu lever le pied et réduire ses heures de travail. Pour retrouver ses pulsations propres, son tempo personnel pour vivre plus en accord avec sa fille. Elle accomplissait alors plus de 40 heures par semaine. Ayant réduit de 20 heures son temps de travail, de manière raisonnable. Son poste de vice-présidente ne l’a pas préservée. Six mois plus tard, elle rentrait en France. Dégoûtée d’avoir dû choisir entre sa fille et son travail. Elle m’avouait alors : « Tu comprends, il n’y a pas que l’argent et la carrière dans la vie. Les Américains qui installent leurs écoles maternelles dans les caves de leur église n’ont rien compris. La richesse ce sont les enfants, aimés, choyés, éduqués qui prendront leur rang de citoyens à part entière. Un pays qui ne respecte pas ses enfants ne peut pas rester grand ».

En France, la législation est plus protectrice des droits à la maternité des femmes. L’un des deux parents peut de plus choisir de se mettre en congé pour élever son enfant. La très grande majorité des congés parentaux est encore demandée par les femmes. Néanmoins, le retour à l’emploi après un congé parental peut souvent rester problématique. Dans les petites sociétés, 96 % des entreprises françaises comptent moins de 50 salariés, contrainte oblige, la fonction a été le plus souvent assumée par une ou un autre salarié.

S’imposer à nouveau n’est pas simple. Évincer l’autre qui n’a pas forcément démérité. Retrouver le job, réinvestir l’emploi après des mois d’absence conduit à de multiples tensions. D’ailleurs, la loi n’est pas toujours respectée et la femme de retour se trouve éjectée ou mise sur un autre poste de travail qu’elle n’a pas choisi.

Dans les grandes entreprises, les retours après congé parental semblent plus encadrés, les représentants du personnel sonttrès attachés à ces droits, veillent à leur respect et tentent de préserver au mieux le travail de celles qui s’en sont momentanément éloignées pour consacrer un peu de temps à leur(s) enfant(s).
Cependant, les études montrent que la maternité joue encore contre les évolutions de carrière des femmes. Paradoxalement notre société leur demande de se comporter comme des hommes pour obtenir une progression de carrière sans anicroche, sans rupture, tout en louant le dynamisme démographique de la nation. Ce dynamisme étant d’ailleurs actuellement l’un des seuls motifs de satisfaction national. Encore faudra-t-il transmettre une bonne instruction à tous ces nouveaux nés si l'on désire en faire une force pour la nation française à l’avenir .

À exprimer la vérité, la naissance d’un bébé devrait au contraire être beaucoup mieux valorisée en entreprise. Il faut cesser de la banaliser sous prétexte que cela relèverait de la sphère privée. Retrouver nos valeurs anciennes serait louable sur ce plan, ce d’autant qu’elles sont toujours partagées par d’autres pays.


L’enfantement est gage de valeurs collectives. Sans verser dans le matrimoine propre à Hervé Bazin, tout le groupe d’humains peut se retrouver symboliquement devant l’être démuni qui vient de naître. Y trouver sens, fraternité et force.

L’enfantement engage un esprit responsable, un sérieux dans l’implication, une créativité certaine, une humanité ravivée, un attachement aux valeurs fondamentales. L’enfantement devrait être mieux célébré en entreprise. Les femmes devraient après une telle épreuve être remerciées, louées, reconnues par une véritable prime financière à la naissance et par une reconnaissance accrue.

N’oublions pas que les enfants sont par leur fragilité ceux qui nous préservent encore des pires violences. Que serait notre société sans la grâce et la fragilité des enfants ? Sans la force qu’ils nous inspirent ? Sans l’espoir qu’ils nous préservent ?

Gageons que lorsque les femmes auront conquis la majorité des postes à responsabilité dans notre société, ce qui ne tardera plus guère tant leurs qualités sont supérieures à celles des hommes, elles sauront, sachant d’où elles viennent, instaurer une véritable égalité des droits et la lutte contre les stéréotypes réducteurs. Ce qui constituera une nouvelle étape de la démocratie.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Roseau le Lun 20 Jan - 20:40

Les femmes sont les principales victimes de l'augmentation de la précarité et de la pauvreté,
selon le dernier dossier du Secours populaire.
https://www.secourspopulaire.fr/la-pauvrete-se-fabrique-dabord-au-feminin#.UtzjGxZErJw
.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lutte des classes et libération des femmes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum