Indigènes de la République

Page 29 sur 40 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 34 ... 40  Suivant

Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Dim 15 Mar - 15:59

Babel a écrit: Donc, si je laisse cela de côté, je pense comme toi que Nathalie Artaud pratique une forme de jésuitisme, qui consiste à ne pas se prononcer explicitement, mais à laisser deviner son opinion sans la formuler, afin que l'ambiguïté favorise des prises de position divergentes, comme c'est le cas ici. Et se ménager de toute manière une porte de sortie.

Dire : "je ne suis pas pour l'interdiction" ne revient pas à dire "je suis contre celle-ci", mais "je ne la soutiens pas, sans toutefois m'y opposer". Cette forme de neutralité traduit bel et bien un embarras.

Un embarras... peut être. Une continuité surement. Du militantisme actif pour promulguer la loi islamophobe de 2004 jusqu'à aujourd'hui avec les dernières déclarations de NA contre le voile, cela fait plus de 10 ans de soutien aux lois et circulaire de l'état colonial.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Eugene Duhring le Dim 15 Mar - 19:33

Eleanor a écrit:Sur les rapports entre la réactionnaire Houria Bouteldja et le stalinisme :



Source : http://confusionnisme.info/2015/03/15/houria-bouteldja-heritiere-dedouard-drumont/
Sans déconner, pas de trucage, c'est réellement HB dans cette posture antisémite ?

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  marxmarx le Dim 15 Mar - 20:30

MO2014 a écrit:
verié2 a écrit:

MO2014
"Je ne suis pas pour l'interdiction, je suis pour discuter" (Nathalie Arthaud) elle ne dira jamais quelle est contre l'interdiction et encore moins que LO s'opposera à un tel projet.
En français, quand on n'est pas pour, c'est qu'on est contre.

Je crois connaître le français aussi bien que toi en revanche tu ne connais rien à la logique.
Lorsque l'on parle de couleur et que l'on dit que "que ceci n'est pas noir" cela veut dire qu'il est blanc ? Qu'à propos du temps "qu'il ne fait pas froid" veut il dire qu'il fait chaud ?  Nier une proposition ne signifie pas son contraire.
Et dans notre cas c'est clair tu mens car dire que NA n'est pas pour l'interdiction ne veut pas dire qu'elle est contre mais pourrait signifier qu'une telle loi serait inefficace ou pas assez répressive par exemple. Tu as écris à de nombreuses reprises que NA était contre l'interdiction alors qu'elle n'avait jamais prononcé le terme et qu'elle avait répété en boucle qu'elle était contre le voile.
On voit tes méthodes : le mensonge,  le trucage, le bidonnage de citations hors contexte,... qui sont utilisées pour défendre NA et calomnier HB.

je ne suis pas pour t'interdire de dire des conneries
Ce qui, traduit selon ta logique, signifie que je le suis
ben non

marxmarx

Messages : 161
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Babel le Lun 16 Mar - 10:04

Eleanor a écrit:Sur les rapports entre la réactionnaire Houria Bouteldja et le stalinisme

Inutile de la diaboliser, elle s’en charge elle-même en multipliant les déclarations équivoques.

Houria est, à ma connaissance, la seule porte-parole du PIR à être allée aussi loin. Je ne trouve une position aussi tranchée ni chez Youssef Boussoumah, dont l’engagement reste indissociablement lié à la cause palestinienne, ni dans les écrits de Sadri Khiari.

Poussant la logique ethniciste jusqu’à l’absurde, elle en arrive à durcir les prises de positions de son organisation. C’est surtout chez elle que la revendication identitaire me semble la plus affirmée. Cela la conduit à énoncer des inepties dangereuses, dont le faux paradoxe d'un "philosémitisme" qui ne serait qu’un "antisémitisme masqué" est un des ultimes avatars.

Quand on pense au soin que prend la gauche radicale à distinguer l’antisionisme de l’antisémitisme, voir qu’à la faveur d’un pseudo-paradoxe, est gommé ce qui a nécessité des décennies d’explication et de pédagogie politique… ! D'ailleurs, le PIR lui-même s'employait jusqu'à récemment à maintenir active cette distinction fondamentale, en qualifiant l’idéologie sioniste d'instrumentalisation de la question juive au service de la colonisation de la Palestine. Youssef Boussoumah l'explique dans cette vidéo de façon, je crois, assez limpide  : https://youtu.be/Xn2DFVj9Xc0  

Mais Houria n'en est pas à une équivoque près. Son hostilité au mariage pour tous, lequel ne concernerait que
Le mariage pour les homos blancs. Quand on est pauvre, précaire et victime de discrimination, c’est la solidarité communautaire qui compte. L’individu compose parce qu’il y a d’autres priorités
l’amène à théoriser l’inexistence de la question homosexuelle dans les quartiers populaires, en qualifiant celle-ci d'objet importé d'origine coloniale. Le discours théorique prend alors la forme d'un déni de la réalité qui prête le flanc à la propagande homophobe et réactionnaire, au nom d'une prétendue intégrité ethnique qui immuniserait les populations de ces quartiers des germes de la gangrène occidentale.

J'exagère ? Qu'on la lise :
l’homosexualité, comme identité [est] une notion » occidentale qui n’est pas adaptée au monde arabe et africain. |C'est]une homosexualité imposée [car] le mode de vie homosexuel n’existe pas dans les quartiers populaires. Ce qui n’est pas une tare.

Rappelons également les ambiguïtés de sa prise de position sur "l'affaire Dieudonné" où, après avoir dénoncé à juste titre l’instrumentalisation dont celui-ci est l’objet et condamné ses propos, elle le décharge de sa responsabilité propre, en invoquant une communauté de situation qui rend néfaste son évolution récente.

Cette façon de jouer avec les formules l’autorise à opérer une série de glissements sémantiques qui brouillent les délimitations politiques, en exploitant leur zone grise. Maniant les concepts comme s’il s’agissait de formes creuses, préalablement vidées de leurs référents historiques, elle en fait les instruments d’une spéculation intellectuelle pleine de brio, à la manière d'un numéro d’équilibriste, où le retournement dialectique prend l'allure d'un double-salto.

C'est oublier que certains mots ont un poids de réalité, une charge de chair et de sang, qui les rend peu aptes à ce genre de facétie acrobatique. On ne jongle pas avec eux impunément, car ils en sortent défigurés et meurtris.

Houria crée ainsi une marge d’indécision propice à tous les amalgames. Tant que cette expression politique n’aura pas trouvé sa traduction dans une orientation politique formalisée en un programme, on peut dire que ses propos n'engagent qu'elle-même.

Cette espèce de nationalisme ethnique qu'elle théorise durcit en un corps doctrinal les positions du PIR. Cependant, on peut penser qu'elle ne fait au fond que pousser à son terme la logique contenue dans les écrits théoriques de son propre parti. La nécessité (à mon avis indiscutable) du combat autonome repose, selon l'analyse de ce dernier, sur la condition spécifique de dominé qui est celle des populations issues des anciennes colonies. Ce constat de départ justifie la formation d’un parti en tant qu’entité politique autonome, porte-voix des sans voix, face visible des invisibles, mémoire de peuples sans mémoire.

Cette analyse prend appui sur le caractère historiquement construit de toutes les appartenances raciales pour élaborer une théorie selon laquelle l'appartenance ethnique surdétermine la situation objective des individus vivant au sein des rapports de production capitaliste. Mais, dès lors que "la logique de race" prend le pas sur la logique de classe, s'opère un glissement insensible d'une thématique de la différenciation ethno-culturelle, justifiant la nécessité d’une expression séparée, à celle d’une spécification ethnique qui transforme le constat de départ en réalité définitive et arrêtée.

La question de la classe devient l'élément soluble d'une question raciale qui oriente l'ensemble de ses problématiques. Une telle orientation théorisée et formalisée ne peut que conduire une formation qu'à l’impuissance politique, du point de vue de la réalisation des objectifs sociaux qui constituent le point de départ de son engagement.

Car le danger de cette grille de lecture du réel c'est que, prenant appui sur la communauté de langue, d’histoire, de culte et de mœurs, bref de destin, d'une catégorie de la population laborieuse, elle la définit comme une entité racialisée absolument distincte des autres groupes sociaux, ethniques et culturels qui composent le reste de cette population, percevant ceux-ci comme une entité homogène. D'un côté, il y a les "colorés", de l'autre, les "blancs".

Cela revient à développer une forme de nationalisme ethnique dont la revendication identitaire ne renvoie pas à une référence au sol, mais à une condition de dominé consécutive à la place qu'elle occupe au sein des métropoles impérialistes occidentales. En ethnicisant toutes les questions relatives à l’appartenance identitaire, Houria tire les conclusions ultimes d’une théorie de l'entre-soi qui aboutit au fractionnement des luttes qu'elle entend unir.  

C’est cette logique racialiste qui lui permet de s'inventer une nation selon ses vœux, par le biais d’une construction sociale imaginaire où le réel a perdu son opacité, et où le mot a remplacé la chose. La complexité du vivant est évacuée au profit d’une vision politique qui polarise l’attention sur les signes et les représentations, et place la confrontation sur le terrain du symbolique. La religion, le culturel deviennent des catégories clivantes à partir desquelles des distinctions s’établissent. L’importance excessive accordée au symbolique aboutit à ne considérer le réel qu’à travers le prisme déformé de ses représentations. Le signe vaut la chose et suffit à l’expliquer. Il en résulte une vision enchantée, faite d’oppositions franches.

Cette forme d’idéalisme rejoint, à mon sens, le gauchisme théoriciste qu’on trouvait il a 30 ans dans l’EG maoïste. Fonctionnant à coups de généralisations et de catégories auto-suffisantes, celle-ci maniait une rhétorique de l’alarme (ainsi, la France des années Pompidou-Messmer était, selon elle, en voie de fascisation…) dont on retrouve les effets grossissants dans toutes les productions qui théorisent que les divisions du monde du travail, qui alimentent le racisme, dressent une sorte de barrière de feu quasi infranchissable.

En mettant l’accent sur l’importance de la question coloniale dans les rapports entre classes au sein d’une ancienne métropole, le PIR a été en avance sur le reste de la gauche. Il a servi d’aiguillon à une élaboration qui commence à peine à porter ses fruits. Il a su dénoncer avec vigueur et justesse les silences, les aveuglements et les lâchetés d’une gauche française largement ethnocentrée.

En tant qu’outil politique autonome cherchant à représenter les intérêts d'une partie du prolétariat, il mérite le respect, et l'engagement solidaire. Son existence est le rappel que toute action commune en direction du monde ouvrier passe par la prise en compte de la réalité des quartiers populaires. Et cette prise en compte exige l’intégration des revendications spécifiques, dont leurs propres organisations et leurs propres structures sont porteuses, au sein d’un programme de lutte global contre le système, pour son dépassement et son abolition au profit d’une société débarrassée des frontières qui mutilent nos existences.

Œuvrer à la convergence des luttes signifie donc la poursuite du dialogue fraternel, sur la base d’échanges et d’initiatives communes. Mais il ne peut s’agir que d’un dialogue sans concession.


Dernière édition par Babel le Lun 16 Mar - 10:55, édité 1 fois

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Lun 16 Mar - 10:35

Je me permets de reproduire une intervention publiée sur le FALO qui me semble intéressante :
Je regardais récemment une courte vidéo du meeting du 6 mars. Youssef Boussoumah y déclarait :
"Aujourd'hui, Les musulmans ne sont plus O.S. ou femme de ménage, bien que ces métiers ne sont pas dégradants, ils sont maintenant enseignants, médecins, professeurs, physiciens, chercheurs, ils sont partout, ils sont sortis de l'enclave dans laquelle on voulait les enfermer, et c'est cela qui est insupportable pour les islamophobes et l'impérialisme."

C'est l'esprit brouillon habituel du PIR, où un impérialisme désincarné aurait un problème avec l'acquisition de compétences par les musulmans.

Il faudrait déjà prouver cette ascension sociale. Si oui, il faut expliquer pourquoi elle est possible si les indigènes n'ont pas le pouvoir.
Ensuite, il faudrait montrer la résistance à cette ascension sociale, autrement que par des sous-entendus complotistes et contradictoires (l'Etat français impérialiste employant les enseignants et les docteurs cités). La situation du recrutement des enseignants comme au CAPES aujourd'hui n'est pas exactement un enjeu de préférence nationale à l'embauche.
Surtout, cela montre que le PIR comprend le racisme comme une survivance coloniale, alors que les injustices de classe sont dans cette perspective de moins en moins d'actualité.

La grande faiblesse du PIR et de ses intellectuels sympathisants qui sont philosophes et non historiens, c'est qu'ils se perdent dans des concepts plus que dans de véritables contextes. Ce sont les maoïstes althusseriens d'aujourd'hui, l'ambition ouvrière en moins quand ils en avaient une, les préoccupations petites-bourgeoises en avant. Boussoumah nous parle de ses copains, pas du chômage.
Gaby

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Lun 16 Mar - 11:59

Merci Babel. J'apprécie ton intervention qui montre que le débat est possible en particulier avec le NPA.  Cela change des caricatures que l'on peut lire ici ou sur le forum du FALO, de LO, de son avocat verié2 qui s'est spécialisé dans les falsifications et les insultes visant Toussaint et moi et avec qui j'ai cessé définitivement de débattre.

Le PIR n'est pas régi par le "centralisme démocratique". C'est toujours et encore pour un certain temps, un lieu d'élaboration de réappropriation de la réflexion politique longtemps confisquée par les partis du champ politique blanc. Des nuances,  des divergences s'expriment et sont parfois biaisées par un silence et une invisibilité trop longtemps contenus, par l'exigence permanente imposée à l'immigré qui doit être "invisible, apolitique et poli" (Adelmalek Sayad).

La dernière exigence est peut être la moins évidente mais elle est tellement intériorisée par des siècles de servitude quelle n'est pas la moins importante. La provocation, l'insolence font aujourd'hui partie de la recherche de dignité pour les immigrés. Alors lorsqu' Houria fait une provocation ant-sioniste avec la référence au goulag, parce c'est bien de  qui est montré (le texte qui se termine par un oxymore, la pose d'Houria...) on voit se déchainer partout et aussi dans ce forum,  les moralistes pro-LO qui n'en n'ont pas fait le millième lorsque des centaines de civils dont de nombreux enfants, étaient massacrés dans les territoires occupés bombardés par l'armée sionistes l'été dernier. Les mêmes apprécient  et défendent les provocations islamophobes de Charlie Hebdo...

La provocation, l'insolence, de devoir de rébellion y compris par l'insulte à l'oppresseur devraient rester réservés aux dominants portés par une universalité blanche englobant tous les domaines de l'activité et de la pensée humaine. Mais au delà de la politesse, du refus de l'indignation, du refus de la provocation... etc. exigés des immigrés, la véritable exigence est celle du silence et de la soumission; et pourquoi pas de la reconnaissance par ceux qui sont les plus exploités de ce pays, de l'amour de la France, de la nécessité de faire passer au dessus de tout une classe ouvrière idéalisée et essentialisée culturellement par certains gauchistes. La provocation et l'insolence sont des manifestations du refus du dominé de la soumission exigée par son maitre, c'est un premier pas vers la dignité pour refuser de tendre l'autre joue. C'est dans cette grille de lecture que s'inscrit les prises de positions que vous avez citées.

Il reste de nombreux débats à mener dans et hors du PIR qui devront être menés par les immigrés et  populations issues de cette immigration. Pour moi, le PIR devra se doter d'une ligne politique articulant la classe et la race car cette société reproduit structurellement des discriminations racistes. Race, car vouloir changer la société ne peut passer qu'en mettant au centre de sont activité le combat contre l'état qui produit ces discriminations envers des dominés racisés. Classe car les immigrés et les populations issues de l'immigration constituent une partie importante du prolétariat et surtout une partie qui est la plus exposée aux discriminations racistes.

Les populations issues de l'immigration ne seront plus jamais "invisibles", apolitiques" et polies". Elles ont engagé un mouvement irréversible depuis la marche pour l'égalité jusqu'à ces derniers développement d'aujourd'hui, celui de l'auto-organisation politique. Il ne vous reste qu'à l'accepter : l'égalité ou rien !

Pour conclure je citerai Babel

Babel a écrit:
En mettant l’accent sur l’importance de la question coloniale dans les rapports entre classes au sein d’une ancienne métropole, le PIR a été en avance sur le reste de la gauche. Il a servi d’aiguillon à une élaboration qui commence à peine à porter ses fruits. Il a su dénoncer avec vigueur et justesse les silences, les aveuglements et les lâchetés d’une gauche française largement ethnocentrée.

En tant qu’outil politique autonome cherchant à représenter les intérêts d'une partie du prolétariat, il mérite le respect, et l'engagement solidaire. Son existence est le rappel que toute action commune en direction du monde ouvrier passe par la prise en compte de la réalité des quartiers populaires. Et cette prise en compte exige l’intégration des revendications spécifiques, dont leurs propres organisations et leurs propres structures sont porteuses, au sein d’un programme de lutte global contre le système, pour son dépassement et son abolition au profit d’une société débarrassée des frontières qui mutilent nos existences.

Œuvrer à la convergence des luttes signifie donc la poursuite du dialogue fraternel, sur la base d’échanges et d’initiatives communes. Mais il ne peut s’agir que d’un dialogue sans concession.


Dernière édition par MO2014 le Mar 17 Mar - 1:52, édité 10 fois

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Lun 16 Mar - 12:15

MO2014
Alors lorsqu' Houria fait une provocation ant-sioniste avec la référence au goulag, parce c'est bien ça que la photo montre (le texte qui se termine par un oxymore, la pose d'Houria...) on voit de déchainer et aussi dans ce forum partout les moralistes pro LO qui n'en n'ont pas fait le millième lorsque des centaines de civils dont de nombreux enfants, étaient massacrés dans les territoires occupés bombardés par l'armée sionistes l'été dernier.
Quand on est la porte-parole d'un mouvement politique, on ne peut pas jouer avec les provocations équivoques de ce genre sur des sujets aussi sensibles. Quant aux bombardements de Gaza, ils ont été largement dénoncés par l'extrême-gauche et un militant du NPA a même été poursuivi en justice pour avoir appelé à une manifestation interdite. LO, de son côté, a dénoncé ces bombardements et participé à plusieurs manifestations, même si elle n'a pas appelé publiquement à celles qui étaient interdites.
Le PIR n'est pas régi par le "centralisme démocratique".
On peut comprendre qu'il existe des nuances voire des divergences dans tout parti politique et que celles-ci, ou une partie de celles-ci, s'expriment publiquement. C'est le cas du NPA. Mais certaines positions et/ou déclarations ne peuvent être tolérées. Il y a des  limites. Or les déclarations de H.B. sont plus qu'équivoques... En revanche, l'intervention de Omar Slaouti au meeting contre l'islamophobie (je crois qu'on la trouve sur Youtube) est tout à fait correcte.
Babel
Œuvrer à la convergence des luttes signifie donc la poursuite du dialogue fraternel, sur la base d’échanges et d’initiatives communes. Mais il ne peut s’agir que d’un dialogue sans concession.
Pour ma part, en dépit des insultes répétées, dont certaines sont particulièrement grotesques, j'ai toujours refusé l'assimilation PIR = extrême droite. MO2014 n'est pas nécessairement le meilleur représentant du PIR et il explique lui-même qu'il ne suit aucun centralisme démocratique. On peut donc espèrer que ses insultes et calomnies ne sont pas représentatives de l'ensemble du PIR.

Car en effet, agir ensemble ne doit pas exclure "un dialogue sans concession", c'est à dire la critique - critique que MO2014 ne supporte pas, alors qu'il se permet lui de traiter LO de "secte raciste". Mais, si les positions affirmées par H.B., en particulier sur le "philosémitisme", devaient se confirmer voire s'accentuer, tout dialogue et/ou action commune deviendraient difficiles...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  sylvestre le Lun 16 Mar - 17:07

Babel a écrit:

Poussant la logique ethniciste jusqu’à l’absurde, elle en arrive à durcir les prises de positions de son organisation. C’est surtout chez elle que la revendication identitaire me semble la plus affirmée. Cela la conduit à énoncer des inepties dangereuses, dont le faux paradoxe d'un "philosémitisme" qui ne serait qu’un "antisémitisme masqué" est un des ultimes avatars.

Il faudrait préciser en quoi c'est une ineptie - pour moi ça ne va pas de soi, et je suis plutôt convaincu de la pertinence du concept (dans certaines limites bien sûr, comme pour tout concept). Dans tous les cas l'idée ne vient pas de Houria Bouteldja mais d'Ivan Segré auteur du livre La réaction philosémite.

Par ailleurs, sur la forme, je trouve curieux de nommer Houria Bouteldja par son seul prénom, surtout si c'est pour s'opposer à elle.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Babel le Lun 16 Mar - 17:20

sylvestre a écrit:
Babel a écrit:

Poussant la logique ethniciste jusqu’à l’absurde, elle en arrive à durcir les prises de positions de son organisation. C’est surtout chez elle que la revendication identitaire me semble la plus affirmée. Cela la conduit à énoncer des inepties dangereuses, dont le faux paradoxe d'un "philosémitisme" qui ne serait qu’un "antisémitisme masqué" est un des ultimes avatars.

Il faudrait préciser en quoi c'est une ineptie - pour moi ça ne va pas de soi, et je suis plutôt convaincu de la pertinence du concept (dans certaines limites bien sûr, comme pour tout concept). Dans tous les cas l'idée ne vient pas de Houria Bouteldja mais d'Ivan Segré auteur du livre La réaction philosémite.

Par ailleurs, sur la forme, je trouve curieux de nommer Houria Bouteldja par son seul prénom, surtout si c'est pour s'opposer à elle.
Eh bien, parce que ce genre de formulation prête le flanc à tous les amalgames commodes, dont les idéologues actuels du sionisme sont aujourd'hui friands. Eux qui n'hésitent pas à accuser quiconque critique la politique d'occupation coloniale de l'Etat d'Israel d'être un antisémite.

Je t'avoue que je n'ai pas lu le livre de Segré dont tu parles. Je vais tenter de le faire dès que possible, ou de lire du moins le texte que tu mets en lien.

Pour ce qui est d'Houria Bouteldja, tu as raison : cette forme de familiarité est déplacée. Je ne la connais pas. Et quand bien même, cela ne m'autorise pas à la nommer par son prénom. La commodité de langage que je pourrais invoquer prend ici l'allure d'un abus. Dont acte.


Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Lun 16 Mar - 17:24

La réaction philosémite.
On peut évidemment disserter sur ces termes et ce concept. Dans le contexte franco-français, dans le langage courant, il n'en apparait pas moins comme le corollaire ou "l'opposé" d'antisémite. Ceux qui dénoncent le "philosémitisme" apparaissent ainsi comme des antisémites plus ou moins déguisés. Expliquer que le philosémitisme serait un antisémitisme d'un genre particulier ? Pourquoi pas, d'une certaine façon, dans la mesure où ça accorde une spécificité aux "Juifs" considérés comme un ensemble. Qu'on valorise ou dévalorise un ensemble, c'est toujours le traiter d'une certaine façon comme un corps spécifique et étranger.

Mais ce n'est pas ce que j'ai compris des propos alambiqués de H.B. L'impression est tout de même qu'elle tape d'une façon indirecte et un peu hypocrite sur "les Juifs" et ceux qui les soutiennent. C'est pourquoi je trouve que ça ressemble à du "Dieudonnisme intellectuel".

Si HB ne veut pas être mal interprétée, elle peut certainement être plus claire. Mon impression est qu'elle ne le souhaite pas et que l'ambigüité lui convient.

Je ne suis pas linguiste, HB maîtrise certainement mieux que moi le langage du sociologue, mais c'est tout de même ce que je ressens, sans aucun procès d'intention. D'autant qu'on retrouve cette ambigüité sur d'autres terrains comme ceux du féminisme et de l'homosexualité.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Lun 16 Mar - 18:02

sylvestre a écrit:
Il faudrait préciser en quoi c'est une ineptie - pour moi ça ne va pas de soi, et je suis plutôt convaincu de la pertinence du concept (dans certaines limites bien sûr, comme pour tout concept). Dans tous les cas l'idée ne vient pas de Houria Bouteldja mais d'Ivan Segré auteur du livre La réaction philosémite.

Le PIR avait reproduit l'entretien suivant en 2009 :
http://indigenes-republique.fr/la-reaction-philosemite-entretien-avec-ivan-segre/

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  marxmarx le Lun 16 Mar - 19:07

 Cela change des caricatures que l'on peut lire ici ou sur le forum du FALO, de LO, de son avocat verié2 qui s'est spécialisé dans les falsifications et les insultes visant Toussaint et moi et avec qui j'ai cessé définitivement de débattre.
ooooh pauvre petit chose
tout le monde dit faux sauf lui
Ces "regrets" exprimés par un type qui traite lo de secte raciste à longueur de posts et de "saLOs", sans etre le moins du monde modéré sur ce forum sont savoureux.... pig
Tu te foutrais pas un peu de la  gueule de tout le monde en plus de défendre le voile (qui au passage n'a rien d'un symbole mais tout d'un outil d'oppression) ? clown

marxmarx

Messages : 161
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Eleanor le Lun 16 Mar - 20:14

Et donc, on reste dans l'aveuglement et le déni de réalité...

Je persiste donc à rappeler la position politique évidente pour toute militant pour l'émancipation : je suis contre tous les racismes, y compris l'antisémitisme. Tant pis si ça me vaut d'être insultée ici par MO2014 - en tout cas, tant que Houria Bouteldja ne sera pas au pouvoir, ça ne m'entraînera pas au goulag...

Pour mémoire, extraits d'un texte de Critique Sociale de novembre 2014 :
Diverses ten­dances au repli tra­versent actuel­le­ment la société. [...] Cette ten­ta­tion du recul tend à conta­mi­ner presque tous les cou­rants poli­tiques, à un niveau ou un autre. Cer­tains rela­ti­visent l’intolérable – et ils le font parce qu’ils ont de la bouillie dans la tête, mais aussi parce que les repères s’effacent.
Source : Combattons tous les replis

Eleanor

Messages : 79
Date d'inscription : 18/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.critique-sociale.info/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Eugene Duhring le Lun 16 Mar - 21:29

Babel a écrit:
En mettant l’accent sur l’importance de la question coloniale dans les rapports entre classes au sein d’une ancienne métropole, le PIR a été en avance sur le reste de la gauche. Il a servi d’aiguillon à une élaboration qui commence à peine à porter ses fruits. Il a su dénoncer avec vigueur et justesse les silences, les aveuglements et les lâchetés d’une gauche française largement ethnocentrée.

En tant qu’outil politique autonome cherchant à représenter les intérêts d'une partie du prolétariat, il mérite le respect, et l'engagement solidaire. Son existence est le rappel que toute action commune en direction du monde ouvrier passe par la prise en compte de la réalité des quartiers populaires. Et cette prise en compte exige l’intégration des revendications spécifiques, dont leurs propres organisations et leurs propres structures sont porteuses, au sein d’un programme de lutte global contre le système, pour son dépassement et son abolition au profit d’une société débarrassée des frontières qui mutilent nos existences.

Œuvrer à la convergence des luttes signifie donc la poursuite du dialogue fraternel, sur la base d’échanges et d’initiatives communes. Mais il ne peut s’agir que d’un dialogue sans concession.
En vertu de quoi, une organisation ouvrière devrait sucer la roue d'un groupe d'intellectuel racialiste sans surface ni militante ni médiatique ? A cause de l'aiguillon que le PIR représente pour certains ? Son engagement solidaire (mais solidaire de qui ou de quelle fraction des travailleurs) ? En vertu de quelle loi, une organisation ouvrière devrait favoriser l'émergence de ce type de groupuscule ? Un pari de plus pour le NPA/LCR après les forums sociaux mondiaux, ATTAC, les collectifs, et j'en passe, de féconder les crises qui le secoueront demain ?

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  sylvestre le Mar 17 Mar - 0:16

verié2 a écrit:
La réaction philosémite.
On peut évidemment disserter sur ces termes et ce concept. Dans le contexte franco-français, dans le langage courant, il n'en apparait pas moins comme le corollaire ou "l'opposé" d'antisémite. Ceux qui dénoncent le "philosémitisme" apparaissent ainsi comme des antisémites plus ou moins déguisés. Expliquer que le philosémitisme serait un antisémitisme d'un genre particulier ? Pourquoi pas, d'une certaine façon, dans la mesure où ça accorde une spécificité aux "Juifs" considérés comme un ensemble. Qu'on valorise ou dévalorise un ensemble, c'est toujours le traiter d'une certaine façon comme un corps spécifique et étranger.

Mais ce n'est pas ce que j'ai compris des propos alambiqués de H.B. L'impression est tout de même qu'elle tape d'une façon indirecte et un peu hypocrite sur "les Juifs" et ceux qui les soutiennent. C'est pourquoi je trouve que ça ressemble à du "Dieudonnisme intellectuel".

Si HB ne veut pas être mal interprétée, elle peut certainement être plus claire. Mon impression est qu'elle ne le souhaite pas et que l'ambigüité lui convient.

Je ne comprends toujours ce qu'il y a d'ambigu dans ce qu'elle dit, ou d'erroné. Il me semble que c'est un observation de base qu'il existe une sollicitude officielle de façade de la part de l'État français envers les juifs - de façade car elle est un élément de l'instrumentalisation et en définitive de l'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme. Je ne lis rien d'autre dans les propos d'Houria Bouteldja.
Quant à Segré, c'est un philosophe qui a à coeur de défendre ce qu'il considère comme la véritable tradition judaïque, à laquelle il donne un sens révolutionnaire.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 17 Mar - 9:55

Sylvestre
Je ne comprends toujours ce qu'il y a d'ambigu dans ce qu'elle dit, ou d'erroné. Il me semble que c'est un observation de base qu'il existe une sollicitude officielle de façade de la part de l'État français envers les juifs - de façade car elle est un élément de l'instrumentalisation et en définitive de l'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme
Le fait même que certains propos de H.B. suscitent des interprétations divergentes montre qu'il y a une ambigüité. Il aurait été possible d'exprimer cela d'une façon plus claire, par exemple en parlant au sujet de l'Etat français de "philo-sionisme".

Alors, certes, il est excessif de mettre le PIR sur le même plan que Drumond, comme le fait le texte de Y.C. mis en ligne, mais il y a ambigüité. Il me semble que H.B. cultive l'ambigüité, que ce soit sur cette question, sur l'homosexualité, le féminisme ou avec un concept fumeux comme "le champ politique blanc" que les sympathisants du PIR répètent à satiété sur ce forum.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 17 Mar - 11:01

Le point le plus significatif du texte d'Houria Bouteldja est finalement le déchainement culturel et haineux qu'il suscite chez les islamophobes de la mouvance LO. Je ne me souviens pas d'un tel déferlement d'injures pour les positions défendus par Segré. Car le contenu du texte en question est un texte d'élaboration sur la proximité du philosémitisme et du sionisme, et de la face caché du philosémitisme qui est le racisme.
On pourrait également remarquer sur le fait que dans ce lynchage, seul ce texte ait été pris en compte par nos procureurs. Les activités concrètes du PIR, en particulier dans ces combats et alliances, démontre que la lutte contre l'antisémitisme a toujours été conçue pendant plus de 10 ans, comme indissociable de la lutte contre l'islamophobie. L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) ne s'y est d'ailleurs pas trompé et a publié le texte sur son site. Finalement, ce n'est pas supportable pour les lyncheurs qu'une organisation comme le PIR s'interroge, élabore à propos du champ politique blanc.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 17 Mar - 11:24

MO2014
Le point le plus significatif du texte d'Houria Bouteldja est finalement le déchainement culturel et haineux qu'il suscite chez les islamophobes de la mouvance LO.
Les critiques sur les propos de HR, notamment sur ceux concernant l'homosexualité, viennent de toutes sortes de courants et d'individus, dont beaucoup sont très éloignés de la "mouvance LO" et se sont clairement prononcés contre l'islamophobie. Cette tentative de ramener les critiques des propos de HR à l'islamophobie est aussi malhonnête que celle qui consiste à présenter ceux qui dénoncent l'islamophobie comme des suppôts des intégristes. (Sinon, le "déchaînement culturel", je ne sais pas ce que ça veut dire.)
Je ne me souviens pas d'un tel déferlement d'injures pour les positions défendus par Segré.
Il faudrait déjà que Segré soit aussi connu que HR. Pour ma part, j'ai découvert son existence grâce au post de Sylvestre...
seul ce texte ait été pris en compte par nos procureurs.
Pour ma part, j'ai cité une intervention d'un représentant du PIR au meeting qui m'a semblé correcte. Faux procès, donc. Il est possible que le PIR ne se réduise pas à HR. Je ne le connais pas suffisamment pour pouvoir le dire. Dans la mesure où elle en est la porte parole la plus connue, ses dérives retombent inévitablement sur le PIR.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Babel le Mar 17 Mar - 12:28

sylvestre a écrit:.
Je ne comprends toujours ce qu'il y a d'ambigu dans ce qu'elle dit, ou d'erroné. Il me semble que c'est un observation de base qu'il existe une sollicitude officielle de façade de la part de l'État français envers les juifs - de façade car elle est un élément de l'instrumentalisation et en définitive de l'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme. Je ne lis rien d'autre dans les propos d'Houria Bouteldja.
Quant à Segré, c'est un philosophe qui a à coeur de défendre ce qu'il considère comme la véritable tradition judaïque, à laquelle il donne un sens révolutionnaire.
J'ai deux réponses à opposer à ton raisonnement : une de principe et l'autre plus factuelle, liée au contenu de l'allocution d'Houria Bouteldja.

Je commence par ma réponse de principe.

Ta lecture peut se comprendre. Mais admets qu'il en existe une autre, qui autorise à observer le glissement de sens que produit la superposition des approches ethnique et politique.

Dire que le philosémitisme est un élément d'instrumentalisation de la judéité (donc d'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme) comporte un présupposé discutable. C'est celui qui consiste à prétendre que sémitisme et sionisme ont intimement partie liée, voire que l'un peut être réductible à l'autre.

Eh bien, non. Je trouve au contraire essentiel de maintenir distinctes ces deux notions. Que l'Etat français, dans sa recherche consensuelle, cherche à instrumentaliser la question juive, afin d'apporter sa caution au maintien de l'ordre mondial en soutenant la politique colonialiste de l'Etat d'Israël, et de vider en même temps la judéité de sa charge contestatrice, c'est son affaire, pas la mienne. C'est lui qui pratique cet amalgame, pas moi. Et ce fait ne m'interdit en rien à continuer à considérer la culture juive comme un fait spécifique, irréductible à l'expression idéologique d'une politique colonialiste.

D'autre part, prétendre, comme le fait Houria Bouteldja, que l'EG est elle-même gagnée par cette forme dissimulée d'antisémitisme que serait le philosémitisme, cela revient à jeter la suspicion sur elle. Si elle est philo/antisémite , c'est bien parce que, se croyant "projuive", elle contribue (contre son gré, par impuissance ou lâcheté intellectuelle) à alimenter la propagande antisémite !

Ai-je besoin de souligner les dangers que comportent ce type de raisonnement ? Les manipulations sur la base d'amalgames nauséeux  auquel ce genre de confusion peut donner lieu ?
 
A présent, la réponse factuelle.

Si je reprends le fil du raisonnement qui organise l'allocution de Houria Bouteldja, pour le résumer en 10 points, je lis (la méthode que j'emploie, mêle reformulations et citations, je reconnais qu'elle manque de rigueur. Mais je manque de temps. J'espère seulement ne pas avoir déformé l'esprit du texte et saisi le sens de sa démonstration.) :

1. La conscience française est fortement structurée autour de la mémoire du génocide des Juifs, communément appelé « Shoah », et cette conscience constitue une colonne vertébrale de l’antiracisme français. Toutefois, même si le récit national s’est réadapté progressivement après la Seconde Guerre mondiale, la catégorie « Juifs » ne constitue toujours pas un corps pleinement légitime de la nation et de son identité. La France reste la fille aînée de l’Église et, pour faire partie du corps légitime de l’État-Nation, il faut cumuler trois critères : être d’origine européenne, chrétien (croyant ou pas, pratiquant ou pas) et blanc de peau.

2.  L’État, français, dans sa recherche d’une « politique d’union sacrée autour des « valeurs de la République » et plus exactement de l’Occident, s’ingénie à diriger son appareil sécuritaire et législatif contre la communauté musulmane. Et il le fait avec la complicité d’une grande partie des acteurs sociaux.

3. La gauche française, très fortement imprégnée de la mémoire du génocide des Juifs et des ravages de l’antisémitisme, est globalement antifasciste. Mais son antiracisme anticolonial reste abstrait et moral, car il est incapable d’appréhender  le racisme comme un élément comme structurel de la société bourgeoise française. Vidé de toute dimension politique, le racisme devient à ses yeux le seul fait de l’extrême-droite. Ce mode de perception permet à la gauche de s'innocenter et  il l’empêche de remettre en cause ses propres fondamentaux, basés sur le pacte républicain-colonialiste qu’elle a noué avec l’Etat français.

4. Les Juifs, en tant que communauté de destin et de conscience, font partie du logiciel de cette gauche
qui a progressivement refondé sa conscience humaniste sur la mémoire du génocide. Or, la voilà à présent devant un dilemme insupportable : comment à la fois condamner le prétendu antisémitisme de la banlieue et en même temps poursuivre sa mission morale et politique de soutient aux pauvres et aux exploités ?

5. Car, même si une partie de cette gauche (au premier rang de laquelle on trouve le NPA) commence à reconnaître l’islamophobie, elle est incapable de résoudre ce dilemme autrement que par une pirouette rhétorique, en créant de fausses symétries, et en dénonçant dans le même mouvement ET l’islamophobie ET l’antisémitisme.

(Voilà donc en quoi consiste la « pirouette rhétorique » : dans la condamnation par cette gauche radicale de toutes les formes de racisme ! Mais je continue.)

Elle poursuit ce but afin d'éviter les questions qui fâchent et sauver la gauche blanche. Ce faisant, elle ne s’aperçoit pas qu’il existe un angle mort dans cette équivalence entre islamophobie et antisémitisme. Car si tous deux procèdent du même lieu de production, l’État-Nation impérialiste, dans toutes ses manifestations intérieures et extérieures, ils ne s'expriment pas de la manière, n'empruntent pas les mêmes formes.

6. Cette gauche-là, sur lequel l’oratrice (HB) concentre à présent son attention, s’avère incapable (ou non désireuse) de saisir la logique profonde du racisme d’État, et elle cherche toujours à associer lutte contre l’islamophobie et lutte contre l’antisémitisme. Ce qui est une erreur. Car, en ignorant le lieu de production de l’antisémitisme, elle se prive de comprendre que celui-ci ne provient pas seulement des partis politiques, comme le Front national et de groupes identitaires ou néonazis , mais de cet État-Nation, lui-même fondé sur l’identité blanche et chrétienne.

7. Cette approche erronée prive donc la gauche radicale de « la possibilité de poursuivre son combat historique contre la bête immonde et continuer à défendre les opprimés qui participeraient peu ou prou au « renouveau » de l’antisémitisme. » En effet, en cédant à la facilité, en choisissant de ne pas chercher les causes structurelles ET de l’islamophobie ET de l’antisémitisme, elle fait le choix de slogans creux et apolitiques qui associent ces deux luttes lutte et elle se cantonne donc à une lutte abstraite qui, en définitive, privilégie la lutte contre le racisme anti-Juifs.

8. Car en réalité, il ne faudrait pas combattre l’antisémitisme mais «  le philosémitisme d’État » qui est la forme actuelle de l’antisémitisme (« sous sa forme philosémite ») : « on aime les Juifs mais pas trop et surtout à la place qui leur est assignée et en vérité les moins juifs possible. »

Cette place obéit aux deux missions cardinales que l’Etat français donne aux Juifs :
– devenir la bonne conscience blanche et faire de la Shoah une nouvelle « religion civile » en la dépouillant de toute historicité, et ce , au prix d’une discrimination mémorielle qui occulte la mémoire des autres génocides. Ce qui a pour effet  de nourrir l’hostilité des autres communautés contre des Juifs désormais perçus  «  à juste titre, comme les enfants chéris de la République. »
– devenir les "goumiers de l’Occident" (= leur auxiliaire, leur supplétif, leur hommes de main, à la manière des bouchers coloniaux), notamment par le biais d’un autre État-Nation colonial, Israël, qui, lui, a pour mission de garantir les intérêts occidentaux dans le monde.

En conséquence, les Juifs, "très majoritairement annexés par le mouvement sioniste au projet israélien", sont ainsi rendus complices de ses crimes, « les bottes et les coups de poings en acier »des pieds et des mains de l’Occident. Ceux qui instrumentalisés par la causse sioniste, les Juifs deviennent les interlocuteurs privilégiés de l’Etat français, ce qui conduit même « des militants se revendiquant autrefois d’une identité de classe et internationaliste, à se sentir obligés aujourd’hui de se revendiquer juifs pour se distinguer de ceux qui confisquent la judéité à des fins idéologiques. »

9. Désormais perçus comme les auxiliaires de l’impérialisme, et bénéficiant d’une « racialisation positive », les juifs ont alimenté une haine qui détourne «  la colère des damnés de la terre sur eux et en même temps protège  l’infrastructure raciale de l’État-Nation ». « Ils protègent le corps blanc. C’est là la seconde source du ressentiment anti-Juif qui (…), n’a rien à voir avec l’antisémitisme européen, même si parfois il en prend les formes.»

10. Par conséquent, être clairement anti-raciste signifie  avoir le courage de s’attaquer aux formes actuelles du racisme d’État : islamophobie, négrophobie et rromophobie et s’attaquer au philosémitisme d’État, qui est une forme subtile et sophistiquée de l’antisémitisme de l’État-Nation.

Or, de cela la gauche de la gauche-là en est incapable, parce qu’elle est elle-même « à quelques exceptions près, peu ou prou philosémite. »

Conclusion, si je comprends son propos, lutter contre le racisme revient à lutter contre le philosémitisme d’Etat…
De quelle manière : en luttant contre le sionisme, ou participant aux campagnes de stigmatisation des juifs ? Houria Bouteldja se garde de bien de le dire. Mais la logique même de son raisonnement, ses attendus et ses implicites, indiquent qu’elle penche pour la deuxième option.

Si ce n’est pas là entretenir des ambiguïtés dangereuses, je me demande bien ce que c’est.


Dernière édition par Babel le Mar 17 Mar - 12:50, édité 2 fois

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 17 Mar - 12:40

Babel a écrit:
Conclusion, si je comprends son propos, lutter contre le racisme revient à lutter contre le philosémitisme d’Etat…
De quelle manière : en luttant contre le sionisme, ou participant aux campagnes de stigmatisation des juifs ? Houria Bouteldja se garde de bien de le dire.

Les textes sont à relier aux actions, aux luttes, aux alliances. Comment lever l’ambiguïté dont tu parles en supposant qu'elle existe ? Elle est immédiatement levée par l'activité concrète du PIR qui depuis plus de 10 ans qui met la solidarité avec les populations palestiniennes et le combat anti-sioniste comme pami ses plus hautes priorités, qui a créé une forte alliance avec l'UJFP (qui a d'ailleurs publié le texte en question) et une forte unité d'action avec le NPA (BDS et Palestine, islamophobie...). Voir les innombrables textes publiés sur notre site ou les séances de formation qui ne laissent aucune place à une quelconque ambiguïté https://www.youtube.com/watch?v=Xn2DFVj9Xc0

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Babel le Mar 17 Mar - 13:01

MO2014 a écrit:
Babel a écrit:
Conclusion, si je comprends son propos, lutter contre le racisme revient à lutter contre le philosémitisme d’Etat…
De quelle manière : en luttant contre le sionisme, ou participant aux campagnes de stigmatisation des juifs ? Houria Bouteldja se garde de bien de le dire.

Les textes sont à relier aux actions, aux luttes, aux alliances. Comment lever l’ambiguïté dont tu parles en supposant qu'elle existe ? Elle est immédiatement levée par l'activité concrète du PIR qui depuis plus de 10 ans qui met la solidarité avec les populations palestiniennes et le combat anti-sioniste comme pami ses plus hautes priorités, qui a créé une forte alliance avec l'UJFP (qui a d'ailleurs publié le texte en question) et une forte unité d'action avec le NPA (BDS et Palestine, islamophobie...). Voir les innombrables textes publiés sur notre site ou les séances de formation qui ne laissent aucune place à une quelconque ambiguïté https://www.youtube.com/watch?v=Xn2DFVj9Xc0
Oui, et je l'ai moi-même souligné dans un mail précédent. Mais l'objet de la controverse ne concerne pas les activités et les prises de positions du PIR : c'est le contenu de l'allocution récente de sa porte-parole, Houria Bouteldja, qui est l'objet de la controverse.

Ce que tu écris ne fait que confirmer mon idée, selon laquelle cette position est loin d'être partagée par tous les membres du PIR. Ce dont je me réjouis.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  sylvestre le Mar 17 Mar - 13:06

verié2 a écrit:
Sylvestre
Je ne comprends toujours ce qu'il y a d'ambigu dans ce qu'elle dit, ou d'erroné. Il me semble que c'est un observation de base qu'il existe une sollicitude officielle de façade de la part de l'État français envers les juifs - de façade car elle est un élément de l'instrumentalisation et en définitive de l'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme
Le fait même que certains propos de H.B. suscitent des interprétations divergentes montre qu'il y a une ambigüité. Il aurait été possible d'exprimer cela d'une façon plus claire, par exemple en parlant au sujet de l'Etat français de "philo-sionisme".

Alors, certes, il est excessif de mettre le PIR sur le même plan que Drumond, comme le fait le texte de Y.C. mis en ligne, mais il y a ambigüité. Il me semble que H.B. cultive l'ambigüité, que ce soit sur cette question, sur l'homosexualité, le féminisme ou avec un concept fumeux comme "le champ politique blanc" que les sympathisants du PIR répètent à satiété sur ce forum.

Je trouve qu'il y a effectivement eu une ambiguïté opportuniste sur l'homosexualité. Mais sur le philosémitisme, je ne suis toujours pas convaincu. Il n'est pas exact par exemple que cela se confonde exactement avec le "philo-sionisme" (ou, plus simplement, le sionisme) de l'Etat français. La thématique de l'accusation d'antisémitisme portée envers les arabes ne se confond pas exactement avec la défense de l'Etat d'Israël, et trouve ses racines historiques bien avant sa création, dans la politique de division entre indigènes juifs et musulmans par l'Etat français en Algérie. (lire à ce sujet le texte que Houria Bouteldja a adressé à Eric Zemmour)
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 17 Mar - 13:21

Sylvestre
Il n'est pas exact par exemple que cela se confonde exactement avec le "philo-sionisme"
Certes, et j'ai moi-même failli le préciser. Mais je doute un peu que ce soit pour des raisons de précision de vocabulaire que HB ait employé cette expression ambigüe, lourde de possibilités d'interprétations dangereuses. Le mieux n'est-il pas de s'exprimer simplement ? Pourquoi ne le fait-elle pas, sinon par volonté de cultiver l'ambiguité ?

D'autre part, la thèse - bien explicitée par Babel - selon laquelle (je résume), on ne devrait pas combattre TOUS les racismes en mettant sur le même pied Islamophobie et Antisémitisme est tout de même plus qu'ambigüe. Les Sionistes défendent exactement la même, de façon symétrique. Son attaque contre l'EG, sans distinguer d'ailleurs les divers courants, est parfaitement injustifiée.

Alors, encore une fois, peut-être que le PIR ne se résume pas à HB. Mais qu'attendent les autres têtes pensantes de ce groupe pour rectifier le tir ?

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  sylvestre le Mar 17 Mar - 13:43

Babel a écrit:
Dire que le philosémitisme est un élément d'instrumentalisation de la judéité (donc d'affaiblissement de la lutte contre l'antisémitisme) comporte un présupposé discutable. C'est celui qui consiste à prétendre que sémitisme et sionisme ont intimement partie liée, voire que l'un peut être réductible à l'autre.

Là-dessus, même réponse qu'à Vérié, il y a une spécificité du philosémitisme d'Etat qui trouve ses racines dans la gestion coloniale de l'Algérie, et a donc tout un aspect distinct de la question Israël/Palestine.

D'autre part, prétendre, comme le fait Houria Bouteldja, que l'EG est elle-même gagnée par cette forme dissimulée d'antisémitisme que serait le philosémitisme, cela revient à jeter la suspicion sur elle. Si elle est philo/antisémite , c'est bien parce que, se croyant "projuive", elle contribue (contre son gré, par impuissance ou lâcheté intellectuelle) à alimenter la propagande antisémite !

Elle ne dit pas cela, mais plutôt (comme tu le résumes bien par ailleurs) que la gauche n'a pas correctement identifié le lieu actuel de création de l'antisémitisme, qui est l'Etat français (plutôt que l'islam, ou l'extrême-droite, etc.). C'est une thèse d'ailleurs contestable, je pense qu'il y a une sous-estimation dans cette idée d'une part de la tradition d'extrême-droite française, d'autre part du rôle des Etats arabes et de leurs idéologies officielles (expulsion des Juifs d'Egypte par Nasser par exemple).


Conclusion, si je comprends son propos, lutter contre le racisme revient à lutter contre le philosémitisme d’Etat…
De quelle manière : en luttant contre le sionisme, ou participant aux campagnes de stigmatisation des juifs ? Houria Bouteldja se garde de bien de le dire. Mais la logique même de son raisonnement, ses attendus et ses implicites, indiquent qu’elle penche pour la deuxième option.

Certainement pas ! On ne peut d'ailleurs pas oublier le contexte de différenciation et de combat contre la tendance Dieudonné-Soral de la part du PIR.

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 17 Mar - 14:04

Je viens de consulter le site du PIR. Ce qui apparait sur la page d'ouverture :

17 mars 2015
MANIFESTATION SAMEDI 21 MARS 2015, À 15H À BARBÈS
NON AU(X) RACISME(S) D’ÉTAT, NON AU PHILOSÉMITISME D’ÉTAT
Signé PIR et non HB.

C'est suivi du texte de HB dont nous débattons qui réapparait plus loin, une deuxième fois, en anglais.

Apparait aussi un texte intitulé : "Affaire Charlie Hebdo : la résistance des élèves indigènes". Les crimes sont cités sans commentaires et suivis d'une phrase qui ressemble un peu à un hommage : "Et c’est ici, dans le ventre de Marianne leur marâtre, qu’ils sont morts sous les balles de la Police." (Les terroristes.)

Placer la manif antiraciste de samedi prochain sous l'intitulé "Non au philosémitisme d'Etat". Désolé, mais dans un appel public et non plus dans un long discours alambiqué destiné à un public intellectuel, ça apparait franchement comme de l'antisémitisme qui ne dit pas son non. Au mieux, ça voudrait dire :"Que l'Etat cesse de favoriser les Juifs".

Alors, HB n'est peut-être pas tout le PIR, mais ses dérives y occupent une place de choix...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 29 sur 40 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 34 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum